Version classiqueVersion mobile

Le catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles)

 | 
Claude Langlois
, 
Christian Sorrel

L’opera dei congressi

Aux origines de la politisation des catholiques italiens (1874-1904)

Hilaire Multon

Texte intégral

  • 36 Silvio Tramontin, « Movimento cattolico e questione romana in Paganuzzi e Sturzo », dans Luigi Stur (...)
  • 37 Sur l’Opera dei Congressi, voir Silvio Tramontin, « L’intransigentismo cattolico e l’Opera dei Cong (...)

1Les différences entre les situations politiques, sociales et culturelles des pays européens ont conduit au développement des mouvements catholiques selon des modalités et des temporalités distinctes. Il n’y a pas en Europe de processus uniforme d’agrégation et de politisation, mais des processus plus ou moins lents et plus ou moins linéaires. En ce qui concerne l’Italie, le but principal de l’associationnisme catholique est la défense des droits du pontife romain, que les « Piémontais » ont plusieurs fois violés aux yeux de nombre de notables catholiques36. À côté de cela, il y a la préoccupation pour la liberté de l’Église dans le jeune État unitaire italien fondé sur des principes libéraux tirés de l’expérience française, qui semblent à beaucoup incompatibles avec la conception qu’ils ont de la place de l’Église dans les affaires de la cité37. Le fossé entre les catholiques et la nation est renforcé par le Non expedit (« il n’est pas licite ») prononcé par la Congrégation des affaires ecclésiastiques extraordinaires, invitant les catholiques de la péninsule à ne pas participer aux scrutins électoraux. Le processus de politisation s’opère donc par défaut et, dans un premier temps, par d’autres voix que le suffrage. Dans certaines régions « blanches », la démocratie chrétienne de Sturzo et de Murri, qui domine le paysage politique dans les premières années du XXe siècle, tire sa force et son assise sociale de cette position de refus et d’une activité à la base, au niveau municipal. En d’autres termes, l’acculturation politique des catholiques italiens s’opère à reculons et ne procède pas d’une « descente de la politique vers les masses » catholiques, selon le modèle républicain français décrit par Maurice Agulhon. Elle s’inscrit dans une autre logique où jouent à plein les sociabilités traditionnelles, l’action des œuvres, les activités sociales et charitables créées par les hommes d’œuvres. L’Opera dei Congressi doit d’abord être comprise comme une création centrée sur la Vénétie, composée de notables intransigeants, d’hommes d’œuvres influents au niveau local. Elle n’a rien d’une préfiguration d’un « parti catholique » et elle creuse pourtant un sillon permettant à terme de faire naître un courant solide et installé. D’où une interrogation : les pays où les congrès sont fortement organisés feraient naître une solide tradition démocrate-chrétienne. L’Italie participerait de ce modèle centre-européen, qui concerne l’Autriche, la Belgique ou l’Allemagne. Les pays où l’œuvre se présente de manière plus éparse et moins structurée donnent naissance à des partis démocrates-chrétiens beaucoup moins forts et moins enracinés dans le paysage politique, à l’image de la France, de l’Espagne ou du Portugal.

À l’origine de l’Opera dei congressi : les années héroïques (1874-1898)

  • 38 Gérard Cholvy, Frédéric Ozanam, Paris, Fayard, 2005 ; Philippe Levillain, Albert de Mun. Catholicis (...)

2En France, on évoque volontiers la noblesse d’œuvres, en pensant à Frédéric Ozanam, aux Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, à Albert de Mun et aux Cercles catholiques d’ouvriers (187138). Il s’agit d’un nouveau mode d’appartenance et d’action des laïcs dans l’Église, qui ne cesse de se développer au cœur de l’intransigeance catholique. Ces laïcs sont « sociaux parce que catholiques » et s’ancrent dans une posture intransigeante, comme l’ont montré Emile Poulat et Jean-Marie Mayeur. Le catholicisme social des hommes d’œuvres et des notables repose sur la volonté de « tout restaurer dans le Christ ».

Des associations laïques régionales, marquées par le légitimisme dynastique

  • 39 Jean Guenel, La dernière guerre du Pape. Les zouaves pontificaux au secours du Saint-Siège (1860-18 (...)
  • 40 Alessandro Albertazzi, « Fangarezzi Giulio Cesare », dans Dizionario storico del movimento cattolic (...)
  • 41 Alessandro Albertazzi, « Casoni Giambattista », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 97-100.
  • 42 Jan de Maeyer, « La Belgique, un élève modèle de l’école ultramontaine », dans Emiel Lamberts, éd., (...)
  • 43 Giambattista Casoni, Cinquant’anni di giornalismo (1846-1900). Ricordi personali, 1907.

3Les premières tentatives pour organiser les catholiques de la péninsule datent des années 1860, c’est-à-dire après la conquête de la majeure partie de l’État pontifical par la Maison de Savoie, suite à la victoire de Castelfidardo et au siège d’Ancône39. En 1863 est fondée l’Associazione cattolica per la Difesa della libertà della Chiesa in Italia. Son président est l’avocat Giulio Cesare Fangarezzi40, son secrétaire l’avocat et journaliste Giambattista Casoni41. Ce dernier a participé au congrès de Malines au cours de l’année 1863, organisé sur le modèle des Katholikentage allemands42. Il y rencontre des personnalités françaises aussi différentes que Montalembert ou Veuillot, mais aussi le cardinal Giacomo Antonelli, secrétaire d’État de Pie IX, ou l’historien Cesare Cantu43. C’est en observant ce qui se pratique hors d’Italie qu’il est convaincu de la nécessité de passer de la « résistance passive » à la « résistance active » face à l’État libéral. Il s’agit alors de lutter contre toute hypothèse de conciliation entre les catholiques et la Maison de Savoie. Pour ces fondateurs, plus que le personnel politique de l’Italie unitaire, adversaire souvent déclaré, marqué par un fort anticléricalisme, les ennemis sont ces catholiques libéraux qui instillent le « venin de l’erreur » au cœur de l’institution ecclésiale.

  • 44 Silvio Tramontin, « Acquaderni Giovanni », dans Dizionario storico, cit., vol. II, I protagonisti, (...)
  • 45 Luciano Osbat, Francesco Pira, La Gioventù cattolica dopo l’Unità 1868-1968, Rome, Edizioni di Stor (...)

4L’Association est reconnue par le pape Pie IX dans un bref du 4 avril 1866, mais elle doit très vite suspendre son activité du fait du début de la guerre italo-autrichienne et des mesures contres les « partis subversifs ». Casoni doit se réfugier à Rome pour échapper à l’arrestation. Le 17 janvier 1868, le comte Mario Fani, originaire de Viterbe, et le comte Giovanni Acquaderni fondent à Bologne la Società della Gioventù cattolica italiana44. Approuvée par Pie IX le 27 juin dans le bref Dum filii Belial, elle se propose de défendre la foi et la morale catholique tout en préservant l’indépendance du souverain pontife45.

5En 1868, naît à Florence la Società cattolica promotrice delle buone opere qui organise une importante rencontre à Rome en avril 1870 afin de fusionner l’ensemble des associations catholiques. Il en sort l’Unione cattolica per il progresso delle buone opere in Italia, qui devait relier les associations et promouvoir les initiatives communes. Le manque de contacts et de relations entre ces œuvres caractérise cette période de gestation. Les fondateurs sont encore marqués par un esprit régionaliste et par leurs fidélités aux dynasties pré-unitaires. Dominent alors la petite noblesse, souvent de création récente, mais aussi la riche bourgeoisie attachée à des positions conservatrices, parfois très hostiles à la modernité politique. Organisées par des laïcs, ces associations dépendent strictement de l’autorité ecclésiastique : elles en sont le bras séculier et soutiennent leurs exigences dans la vie civile.

  • 46 « Cose romane », La Civiltà cattolica, 23 (1872), VI, série VIII, p. 233.

6Le choc créé par la prise de Rome le 20 septembre 1870 accélère la nécessité d’une coordination, à défaut d’une unification, entre l’ensemble des associations défendant les intérêts catholiques, une nécessité dont Pie IX lui-même se fait l’écho dans un bref du 23 février 1872. Il invite en effet les associations italiennes à suivre l’exemple des associations romaines qui s’étaient réunies dans la Federazione Piana. La Civilà cattolica juge également qu’une « Internationale catholique doit s’opposer aux assauts de l’Internationale maçonnique des gouvernements athées et des sectes socialistes »46.

Le congrès de Venise (12-16 juin 1874) : acte de naissance de l’Opera dei congressi47

  • 47 Primo Congresso Cattolico italiano tenutosi a Venezia dal 12 al 16 giugno 1874, vol. I-Atti, Bologn (...)
  • 48 Silvio Tramontin, « Paganuzzi Giambattista », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 441-448 ; (...)
  • 49 B. Bertoli, Le origini del movimento cattolico a Venezia, Brescia, Morcelliana, 1965 ; Silvio Tramo (...)
  • 50 Opera stabile dei congressi cattolici in Italia jusqu’en 1881. Par la suite : Opera dei congressi e (...)
  • 51 Statuto dell’Opera dei Congressi e dei Comitati cattolici in Italia e Regolamenti dei Comitati parr (...)

7L’avocat Giovanni Battista Paganuzzi prend l’initiative de cette coordination des forces catholiques48. Il est très actif dans les associations catholiques vénitiennes, qui s’inspirent du modèle allemand49. Il relance la collaboration avec les Bolognais de la Società della Gioventù cattolica. Pendant une assemblée des sociétés catholiques de la Vénétie, en octobre 1871, il est annoncé que le Conseil supérieur de cette société convoquerait « le plus vite possible » un premier congrès des catholiques italiens. Celui-ci a lieu en juin 1874, soit trois ans plus tard. Ce retard s’explique par les résistances de certaines associations, par les prudences de la hiérarchie, mais aussi par une certaine méfiance entre le groupe des Vénitiens et celui des Bolognais. En septembre 1875, un deuxième congrès est organisé à Florence pendant lequel l’Opera dei congressi est constituée officiellement et de manière durable50. Elle s’organise en se calquant sur la structure ecclésiastique avec des comités paroissiaux, diocésains et régionaux. Sa direction est confiée à un Comité permanent51. Son premier comité fut le conseil supérieur de la Società della Gioventù cattolica, présidé par Acquaderni.

8L’historiographie considère le congrès de 1874 comme l’acte fondateur de l’Opera dei Congressi, mais aussi comme une étape fondamentale de l’histoire du « mouvement catholique » italien. Cette œuvre pousse en effet les catholiques à rompre avec le légitimisme, en soulignant que la restauration des droits du souverain pontife est autre chose que la restauration des souverains légitimes. Il s’agit de reconquérir la société italienne et d’utiliser les moyens mis à disposition par l’État libéral (presse, réunion, association), à l’exception de la voie parlementaire du fait du Non expedit. À travers l’Opera dei congressi, un mouvement, appuyé sur les masses populaires, jusqu’alors exclues de la vie politique, commence à se former et modifie en profondeur les équilibres de la société issue du Risorgimento.

Un courant travaillé par les divisions entre libéraux et intransigeants

9La victoire de la Sinistra storica aux élections de 1876 marque une étape importante dans le processus de politisation de l’Œuvre. L’un des premiers actes du gouvernement de gauche dirigé par Depretis est en effet de suspendre « pour raisons d’ordre public » le troisième congrès catholique après qu’un millier de manifestants a assailli les congressistes réunis dans l’église de la Sainte-Trinité à Bologne (9 octobre 1876). La participation à la vie politique étant interdite aux catholiques, le mouvement donne la priorité à une mobilisation des forces vives, des comités locaux sans toutefois déboucher sur un parti politique. À cette date, on peut considérer que le réseau de l’Opera, qui agit par capillarité dans le « pays réel catholique », freine l’émergence d’un courant politique structuré et organisé. Il construit en même temps un réseau social et un terreau, surtout en Italie du Nord, permettant au peuple de rester attaché à la foi chrétienne et surtout de rester lié aux structures visibles de l’Église catholique, notamment la paroisse. Jusqu’au congrès catholique de Milan de 1897 et à la crise de 1898, la posture intransigeante domine au sein de l’Œuvre des congrès. La « Question romaine » et le rejet de l’État libéral unitaire cimentent les positions des catholiques engagés dans l’action des comités.

  • 52 Camillo Brezzi, « Medolago Albani Stanislao », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 366-370 ; (...)
  • 53 Paolo Pecorari, « Toniolo Giuseppe », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 636- 644 ; Paolo P (...)

10Vers le milieu des années 1880, sous l’impulsion de l’aristocrate bergamasque Stanislao Medolago Albani, l’Œuvre devient le centre d’amples débats sur l’engagement des catholiques dans la société52. Au cours de cette période, il convient de signaler le rôle moteur de Giuseppe Toniolo, économiste de renommée internationale, fondateur en 1889 de l’Unione cattolica per gli Studi Sociali. Il oriente les débats vers les questions économiques et sociales et propose une troisième voie entre libéralisme et socialisme, inspirée par le modèle solidariste et corporatiste53. La réconciliation entre les classes sociales, le réseau des petits propriétaires indépendants, les assurances sociales et la politique d’aide sont les thèmes de prédilection de ce penseur du catholicisme social. En 1888, il est à l’origine du « Programme des catholiques contre le socialisme », lancé officiellement en 1894. Cette époque marque l’apogée de la posture intransigeante au sein du mouvement catholique, avant que n’intervienne le conflit entre la minorité démocrate-chrétienne et les intransigeants, notamment les Vénètes, qui contrôlent les cercles de pouvoir.

Les difficultés de l’Opera : clivages anciens et nouvelles lignes de fracture (1898-1901)

Face à l’anticléricalisme des libres penseurs

  • 54 Raffaele Colapietra, Il Novantotto. La crisi politica di fine secolo (1896-1900), Milan-Rome, éd. A (...)

11Malgré ses succès, ou plutôt à cause d’eux, l’Opera n’est pas à l’abri de difficultés et de tensions. Elle est secouée notamment en 1898 par la dure répression menée par le gouvernement d’Antonio Starraba di Rudini, pénétré par les idées radicales et antireligieuses54. Des militants sont arrêtés, des comités régionaux, diocésains et paroissiaux sont dissous ; des sections jeunes et des cercles universitaires subissent le même sort. L’Opera se remet difficilement d’une saignée qui met en cause le maillage tissé patiemment par les fondateurs.

  • 55 Ornella Confessore, « Transigenti e intransigenti » dans Dizionario storico, cit., vol. I/1, p. 20- (...)

12Créée pour coordonner et rassembler, elle souffre aussi d’une hétérogénéité entre ses composantes et pâtit de choix divergents en matière politique, notamment au sujet de l’attitude à adopter vis-à-vis de la monarchie libérale. La question de la participation des catholiques à la vie publique se pose dès 1882, suite à la réforme de la loi électorale et à l’élargissement du corps électoral. Des réflexions se font jour sur la levée possible du Non expedit. Ceux qui posent le problème s’inquiètent du désengagement que peut entraîner à terme l’abstention électorale. Ils s’engagent ainsi plus activement dans les mouvements et dans les œuvres. L’encyclique Immortale Dei du 1er novembre 1885 confirme pourtant le choix du Non expedit, de même que le Saint-Office le 30 juillet 1886. Le « conciliatorisme » est à nouveau frappé : le courant intransigeant y trouve une nouvelle légitimité55. À la fin des années 1880, toute levée de cet interdit semble vouée à l’échec. En 1895, Léon XIII rappelle la nécessité de l’abstention.

  • 56 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains et expériences f (...)

13Quatre tendances s’opposent au sein de l’Opera dei congressi sur cette question, mais aussi sur l’élargissement de l’action des comités. Les clivages recoupent également ceux qui concernent la doctrine sociale promue dans Rerum novarum. En d’autres termes, la question du rapport à la modernité politique et à la démocratisation des systèmes de représentation est inséparable, en Italie comme en France, de la manière dont est pensée la « question sociale », comme l’a montré Jean-Marie Mayeur56 :

  • 57 Giovanni Spadolini, L’opposizione cattolica da Porta Pia al ’98, Milan, Mondadori, 1994.

1. Le courant intransigeant d’une part, rassemblé autour de Giambattista Paganuzzi, ennemi irréductible de tout « conciliatorisme », qui n’entend rien céder à l’État libéral57.

  • 58 Né dans la province de Vicenza (Vénétie), Nicolò Rezzara est membre du Comité permanent de l’Opera (...)
  • 59 Né à Piacenza, il est ordonné prêtre en 1879. Fils du Président de l’Œuvre à Piacenza, il milite ra (...)

142. Le courant catholique social, souvent de matrice intransigeante : des hommes comme Giuseppe Toniolo, Nicolo Rezzara58, ou encore Giacomo Radini Tedeschi59 veulent agir en profondeur pour transformer la société. Les innombrables organisations dans l’orbite de l’Œuvre des congrès participent à ce courant. Elles encouragent une mobilisation des fidèles sur le terrain économique et social afin de fonder une société nouvelle, de promouvoir une nouvelle organisation et de nouvelles valeurs.

  • 60 Né à Milan, il devient une figure du journalisme catholique en écrivant dans L’Osservatore cattolic (...)

3. Les transigeants conservateurs, qui souhaitent une entente avec les représentants de l’État ou souhaitent passer, comme Filippo Meda, de l’engagement municipal à l’action politique au niveau national60. Ils s’inquiètent parfois d’initiatives comme les banques coopératives, les caisses rurales ou les sociétés ouvrières. Ni intransigeants antilibéraux, ni démocrates tournés vers une certaine forme de modernité sociale, leur action les rapproche de celle d’un Toniolo ou d’un Medolago Albani. Toutefois, ils ne prétendent nullement à une réforme globale et se satisfont d’une approche plus pragmatique, par petites touches législatives.

4. Enfin, le courant démocrate-chrétien qui s’appuie sur une nouvelle génération de militants catholiques.

Aux sources de la démocratie chrétienne : parti ou mouvement ?

15Sous la direction d’un jeune prêtre originaire des Marches, Romolo Murri, une nouvelle génération aspire en effet à s’émanciper de la tutelle de l’Opera dei congressi, jugée dépassée et sclérosée. Le talent de polémiste de Murri s’appuie également sur une rupture de génération : dans un article de 1902, intitulé « Il crollo di Venezia », il s’en prend au vieux président de l’Œuvre, Paganuzzi, de culture antilibérale et intransigeante, le comparant au campanile de Saint-Marc qui vient de s’écrouler. La ligne choisie est assez éloignée de la défense traditionnelle des droits de l’Église : la grève est présentée comme un moyen d’action ; des Ligues du travail et des bureaux du travail sont créés qui doivent contribuer à la lutte syndicale. À partir de 1898, Murri expose ses idées dans Cultura sociale politica e letteraria : il y rejette l’État libéral, considéré comme un État bourgeois, ce qui conduit à rendre hypothétique une alliance avec les courants socialistes. Il critique ouvertement les accords entre catholiques et conservateurs modérés, tout en se montrant assez critique vis-à-vis de la hiérarchie. Le « Programme de Turin », rédigé en douze points par Valente et Ivrea, traduit les positions de ce courant. Il est publié le 15 mai 1899 à l’occasion du huitième anniversaire de Rerum novarum. Il s’agit du premier programme politique de nature démocrate-chrétienne. Les orientations sont en rupture avec le conservatisme tempéré des transigenti : organisation de la société en associations professionnelles corporatives ; décentralisation administrative au niveau communal et régional ; élections au suffrage proportionnel et référendum d’initiative populaire ; législation protégeant le travail ; défense de la petite propriété ; impôt progressif ; diminution des dépenses militaires et désarmement général.

  • 61 Ilaria Biagioli, Alfonso Botti, Rocco Cerrato, dir., Romolo Murri e i Murrismi in Italia e in Europ (...)
  • 62 Cité dans Francesco Vistalli, Giuseppe Toniolo, cit., p. 444.

16Tout en considérant avec intérêt ces initiatives qu’il qualifie de « fait d’importance non négligeable » ou d’« utile contribution », Léon XIII veut éviter une dilution du message religieux dans l’action politique et souhaite limiter la démocratie chrétienne à une activité sociale61. Il rappelle sa nécessaire soumission à la hiérarchie. L’encyclique Graves de communi du 18 janvier 1901 est bientôt complétée par les Instructions sur l’action populaire chrétienne ou démocratie chrétienne en Italie transmises par la Congrégation pour les affaires ecclésiastiques extraordinaires le 27 janvier 1902. Léon XIII croît mettre fin aux ambiguïtés en définissant la démocratie chrétienne comme « benefica in populum actio cristiana », définition déjà esquissée par Toniolo en juillet 1897 dans un important article publié dans la Rivista Internazionale di Scienze Sociali62. C’est l’arrivée de Pie X sur le trône de Pierre qui décide de l’avenir de l’Œuvre des Congrès. La lutte engagée contre la pensée moderniste et les dérives de sciences religieuses le conduit à promulguer, le 18 décembre 1903, un motu proprio qui définit strictement les limites de l’action populaire chrétienne. Celui-ci insiste sur la nécessaire unité des catholiques – l’indispensable unanimitas christiana – et rejette tous les ferments de division.

Vers la dissolution de l’Opera dei congressi (1901- 1904)

La difficile unité de l’Œuvre

  • 63 Originaire de Ferrara, le comte Giovanni Grosoli Pironi participe dès 1885 à la fondation du premie (...)

17Un bref de Léon XIII adressé à l’occasion du congrès de Tarente en septembre 1901 manifeste la volonté d’intégrer les démocrates chrétiens dans l’organisation rassemblant les comités catholiques de la péninsule. En octobre 1902, Paganuzzi est remplacé par le comte Grosoli, un conservateur modéré plus ouvert aux préoccupations sociales et démocratiques63. Le calme qui semble revenir au sein du comité permanent annonce pourtant la tempête. Le congrès qui se tient à Bologne en novembre 1903 est marqué par un affrontement très violent entre intransigeants et démocrates chrétiens. Le motu proprio du 18 novembre 1903 intervient après ce congrès de rupture. Face aux « polémiques par trop vives », le document donne un abrégé de dix-neuf articles tirés des documents de Léon XIII. Cette présentation insiste sur le depositum fidei et reprend les enseignements traditionnels de l’Église, notamment l’affirmation – empruntée à Quod apostolici – selon laquelle les inégalités qui traversent la société répondent à l’ordre établi par Dieu.

Une Action catholique légitimée, une démocratie chrétienne condamnée

  • 64 Pietro Scopolla, « Il modernismo politico in Italia : la Lega democratica nazionale », Rivista stor (...)
  • 65 Eugenio Guccione, Ideologia e politica dei cattolici siciliani, da Vito d’Ondes Reggio a Luigi Stur (...)

18L’Opera dei congressi est donc dissoute le 30 juillet 1904. Le pape Pie X, ancien patriarche de Venise, qui a été favorable à l’Œuvre à la manière de Paganuzzi, manifeste pourtant sa fidélité aux enseignements du catholicisme social. Aux débuts de son pontificat, il apparaît à nombre de clercs et de laïcs comme un pape soucieux de promouvoir les orientations de Rerum Novarum. Mais il est plus encore soucieux de garantir l’unité des catholiques face aux tentations de la modernité. L’encyclique Il fermo proposito, publiée le 5 juin 1905, définit une Action catholique organisée, étroitement contrôlée par la hiérarchie, étrangère à toute action sociale et politique. Le cadre tracé laisse peu de place à l’autonomie du laïcat, telle que la conçoit Murri, suspendu a divinis en 1907, puis excommunié en 1909 après avoir créé la Lega democratica nazionale et avoir été élu député dans une circonscription de Romagne64. L’expérience est douloureuse, mais fondatrice pour le courant démocrate chrétien. Il renforce ainsi son sens de la laïcité et de l’État, les liens entre démocratie et catholicisme, tout en affirmant explicitement l’autonomie du croyant dans la sphère politique. En 1902, un jeune prêtre sicilien nourri de la pensée de Murri, don Luigi Sturzo, propose à Caltagirone un « Programme municipal des catholiques65 ». Il trace ainsi les fondations d’un programme d’action qui conduit à la création, en 1919, d’un véritable « parti » démocrate-chrétien, le Parti populaire italien.

19Après la dissolution décidée en 1904, trois « Unions » rassemblent les « militants » catholiques :

    • 66 Francesco Malgeri (éd.), FUCI. Una ricerca lunga cent’anno, Cinisello Balsamo, San Paolo, 1996.

    L’Unione popolare fra i cattolici italiani, qui s’intéresse aux questions d’organisation, d’éducation et de propagande. La FUCI, Fédération universitaire catholique italienne, créée en 1896, participe de ce projet66.

  1. L’Unione economico-sociale dei cattolici italiani qui rassemble les caisses rurales, sociétés ouvrières, caisses de secours mutuel, banques et coopératives. Medolago Albani, figure importante de l’Opera, y joue un grand rôle. Des syndicats ouvriers sont par ailleurs créés en 1909, notamment dans le secteur textile et dans celui des chemins de fer, marquant la naissance d’une « confédération blanche », alternative aux syndicats laïcs influencés par le socialisme.

    • 67 Marco Invernizzi, L’Unione Elettorale cattolica italiana, 1906-1919. Un modello di impegno politico (...)

    L’Unione elettorale cattolica italiana, dirigée par Filippo Tolli, qui coordonne les associations électorales. La participation aux élections locales conduit à certains succès à Milan, Rome, Padoue, Gênes, Bologne, Ferrare et dans un grand nombre de communes rurales67.

***

  • 68 P. Cafaro, Per una storia della cooperazione di credito in Italia. Le casse rurali lombarde (1883-1 (...)
  • 69 Opera dei Congressi e dei Comitati cattolici in Italia, Atti del XIX Congresso cattolico italiano, (...)
  • 70 Pasquale Bellu, I cattolici alle urne. Chiesa e partecipazione politica in Italia dall’Unità al Pat (...)
  • 71 À Florence, Manfredo Passano fonde la Rassegna nazionale qui se veut « catholique avec le pape, lib (...)
  • 72 Arcangelo Cammarata, Scritti sul sindacalismo e la cooperazione, San Cataldo, 1986 ; Luigi Intrieri (...)

20Grâce à ses nombreux engagements, notamment sur le terrain économique et social, l’Opera dei Congressi devient un mouvement protéiforme. En son sein, on trouve des hommes d’œuvres à la manière d’un Albert de Mun, mais aussi des organisateurs et des cadres engagés dans une contre-culture volontiers acquise à la modernité. Le réseau des coopératives, caisses rurales ou instituts d’assurance permet en effet au monde catholique de proposer une alternative face à la bourgeoisie libérale et voltairienne qui domine au sein de l’appareil d’État depuis la proclamation du royaume d’Italie68. La presse est également l’objet d’une grande attention : le dernier tiers du XIXe siècle se caractérise par la multiplication des hebdomadaires diocésains, où la plupart des membres du Comité permanent écrivent quand ils n’en sont pas dirigeants. Il s’agit alors d’agir par capillarité et de créer des réseaux d’opinion, certaines régions étant véritablement sous le contrôle de cette « sub-culture catholique », à l’image de la Vénétie et d’une partie de la Lombardie. Les actes du dix-neuvième congrès en 1903 indiquent ainsi les forces en présence : sur les 104 comités diocésains qui ont répondu à la présidence, on compte 1965 comités paroissiaux – sur un total de 10 203 paroisses – 512 sections jeunes, 155 groupes démocrates-chrétiens, 42 cercles d’études sociales, 229 unions professionnelles, 66 banques catholiques, 109 unions agricoles diocésaines, 30 coopératives de production, 759 caisses rurales, 825 sociétés ouvrières et 44 caisses de secours mutuel, sans oublier les 541 associations catholiques adhérentes et les 92 associations qui ne sont pas adhérentes69. Toutefois, cet enracinement ne doit pas masquer les différences régionales, visibles notamment dans le degré de politisation. Entre 1861 et 1900, la participation électorale tourne autour de 50 à 60 %, mais elle est plus faible dans les régions de forte implantation de l’œuvre, celles qui l’ont vu naître et dont sont issues la plupart des dirigeants70. Elle est en revanche plus forte dans le Centre-Sud et le Mezzogiorno, où l’Œuvre est moins représentée et où l’esprit transigeant ou « conciliatoriste » est plus diffus71. Tout se passe comme si le Non expedit avait permis un acculturation politique plus tardive, mais plus profonde, dans les régions d’implantation de l’œuvre et avait facilité l’enracinement d’une « sub-culture catholique », alternative aux structures de sociabilité et de politisation fondées par l’État libéral. Une fois levée l’interdiction, avec le « pacte Gentiloni » signé en 1913, le mouvement fondé par Sturzo recueille pour ainsi dire l’héritage de ce travail militant, également engagé, à une autre échelle, dans les régions du Sud72.

Annexes

Annexe. Les congrès nationaux organisés par l’Opera dei Congressi (1874-1903)

Venise 12-16 juin 1874

Florence 22-26 septembre 1875

Bologne 9 octobre 1876

(congrès suspendu par les autorités civiles après une journée de travail)

Bergame 10-14 octobre 1877

Modène 21-24 octobre 1879

Naples 10-14 octobre 1883

Lucques 19-23 avril 1887

Lodi 21-23 octobre 1890

Vicence 14-17 septembre 1891

Gênes 4-8 octobre 1892

Rome 15-17 février 1894

Pavie 9-13 septembre 1894

Turin 9-13 septembre 1895

Fiesole 1er-4 septembre 1896

Milan 30 août-3 septembre 1897

Ferrare 18-21 avril 1899

Rome 1er-5 septembre 1900

Tarente 2-6 septembre 1901

Bologne 10-13 novembre 1903

Notes

36 Silvio Tramontin, « Movimento cattolico e questione romana in Paganuzzi e Sturzo », dans Luigi Sturzo nella storia d’Italia, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1973, vol. II, p. 659-675.

37 Sur l’Opera dei Congressi, voir Silvio Tramontin, « L’intransigentismo cattolico e l’Opera dei Congressi », dans F. Malgeri, Storia del movimento cattolico in Italia, Rome, Il Poligono, 1981, vol. I, p. 1-229 ; Angelo Gambasin, Il movimento sociale nell’Opera dei Congressi in Italia (1874-1904). Contributo per la storia del cattolicesimo sociale in Italia, Rome, Aedes Universitatis Gregorianae, 1958. Voir également, avec les notices biographiques des principaux acteurs : Marco Invernizzi, I cattolici contro l’Unità d’Italia. L’Opera dei Congressi (1874-1904), Casale Monferrato, Piemme, 2002. En français, on se doit de signaler le chapitre consacré à l’histoire religieuse de l’Italie, dû à Jean-Dominique Durand, dans Libéralisme, industrialisation, expansion européenne (1830-1914), vol. X de l’Histoire du christianisme, Paris, Desclée, 1993, p. 620-636.

38 Gérard Cholvy, Frédéric Ozanam, Paris, Fayard, 2005 ; Philippe Levillain, Albert de Mun. Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ralliement, Rome, BEFAR, 1983.

39 Jean Guenel, La dernière guerre du Pape. Les zouaves pontificaux au secours du Saint-Siège (1860-1870), Rennes, PUR, 1998.

40 Alessandro Albertazzi, « Fangarezzi Giulio Cesare », dans Dizionario storico del movimento cattolico in Italia 1860-1980, Casale Monferrato, Marietti, 1982, vol. III/1, p. 347-348.

41 Alessandro Albertazzi, « Casoni Giambattista », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 97-100.

42 Jan de Maeyer, « La Belgique, un élève modèle de l’école ultramontaine », dans Emiel Lamberts, éd., L’Internationale noire 1870-1878, Leuven, KADOC Studies (29), 2004 ; Aldo Berselli, « Le relazioni fra i cattolici francesi e i cattolici conservatori bolognesi dal 1858 al 1866 », Rassegna storica del Risorgimento, XLI, fasc. 2-3 (1954), p. 269-281.

43 Giambattista Casoni, Cinquant’anni di giornalismo (1846-1900). Ricordi personali, 1907.

44 Silvio Tramontin, « Acquaderni Giovanni », dans Dizionario storico, cit., vol. II, I protagonisti, p. 1-6 ; Natale Fabrini, Il conte Giovanni Acquaderni, Bologna, Edizioni Studio Domenicano, 1991 (rééd.).

45 Luciano Osbat, Francesco Pira, La Gioventù cattolica dopo l’Unità 1868-1968, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1972.

46 « Cose romane », La Civiltà cattolica, 23 (1872), VI, série VIII, p. 233.

47 Primo Congresso Cattolico italiano tenutosi a Venezia dal 12 al 16 giugno 1874, vol. I-Atti, Bologna, 1874 ; vol. II-Documenti, Bologna, 1875 ; « Il Primo Congresso cattolico in Italia », La Civiltà cattolica, 25e année, vol. III, série IX (22 juin 1874), p. 11-12 ; La Civiltà cattolica, 11 juillet 1874, p. 220-233.

48 Silvio Tramontin, « Paganuzzi Giambattista », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 441-448 ; Silvio Tramontin, « Vecchia e nuova azione cattolica nel pensiero di G. B. Paganuzzi », Studia patavina (1971), p. 648-667 ; Agostino Vian, Giambattista Paganuzzi. La vita e l’opera, Roma, Presenza, 1950.

49 B. Bertoli, Le origini del movimento cattolico a Venezia, Brescia, Morcelliana, 1965 ; Silvio Tramontin, « I Veneziani e la preparazione del primo congresso cattolico italiano », dans Archivio veneto (1977), p. 125-157.

50 Opera stabile dei congressi cattolici in Italia jusqu’en 1881. Par la suite : Opera dei congressi e dei comitati cattolici.

51 Statuto dell’Opera dei Congressi e dei Comitati cattolici in Italia e Regolamenti dei Comitati parrochiali e delle Sezioni-Giovani, Venezia, Tip. Patriarcale già Cordella, 1897 (reproduit dans Marco Invernizzi, I cattolici contro l’Unità d’Italia, cit., p. 130-148).

52 Camillo Brezzi, « Medolago Albani Stanislao », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 366-370 ; Cristiano sociali e intransigenti. L’opera di Medolago Albani fino alla Rerum Novarum, Rome, Cinque Lune, 1971 ; Xenio Toscani, « La biblioteca del conte Stanislao Medolago Albani », Rassegna di politica e di storia, XII (1966), p. 76-82.

53 Paolo Pecorari, « Toniolo Giuseppe », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 636- 644 ; Paolo Pecorari, Giuseppe Toniolo e il socialismo. Saggio sulla cultura cattolica tra ‘800 e ‘900, Bologna, Patron, 1980 ; Paolo Pecorari, dir., Giuseppe Toniolo tra economia e società, Udine, 1990 ; Amleto Spiciani, Giuseppe Toniolo tra economia e storia, Napoli, Guida, 1990 ; Eugenio Guccione, Cristianesimo sociale in Giuseppe Toniolo, Palermo-Sao Paulo, Ila Palma, 1972.

54 Raffaele Colapietra, Il Novantotto. La crisi politica di fine secolo (1896-1900), Milan-Rome, éd. Avanti, 1959 ; Alfredo Canavero, Milano e la crisi di fine secolo (1896-1900), Milan, SugarCo, 1976.

55 Ornella Confessore, « Transigenti e intransigenti » dans Dizionario storico, cit., vol. I/1, p. 20-28 ; I Cattolici e la « fede nella Libertà », Roma, Studium, 1989 ; « Il clericomoderantismo » dans F. Malgeri, dir., Storia del movimento cattolico in Italia, II, Roma, 1980, p. 121-182.

56 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains et expériences françaises, Paris, Cerf, 1986.

57 Giovanni Spadolini, L’opposizione cattolica da Porta Pia al ’98, Milan, Mondadori, 1994.

58 Né dans la province de Vicenza (Vénétie), Nicolò Rezzara est membre du Comité permanent de l’Opera en 1885, date à laquelle il fonde à Bergame, devenue sa ville d’élection, un hebdomadaire politique nommé Campanone. En juin 1891, il fonde le Piccolo Credito bergamasco, établissement de crédit sous la forme d’une société anonyme coopérative. La même année, les catholiques bergamasques remportent, sous sa conduite, les élections provinciales. Il contribue ainsi, par un dense réseau d’œuvres, à faire de la cité lombarde « le premier diocèse d’Italie », pour reprendre l’expression de Pie X. En 1904, Agostino Cameroni est le premier catholique militant à être élu à la Chambre des députés (Luigi Trezzi, « Rezzara Nicolò », dans Dizionario storico cit., vol. II, p. 537-540 ; Giuseppe Belotti, Nicolò Rezzara, Bergamo, Edizione promossa dal Credito Bergamasco, 1982).

59 Né à Piacenza, il est ordonné prêtre en 1879. Fils du Président de l’Œuvre à Piacenza, il milite rapidement dans le mouvement. Devenu évêque de Bergame en 1905, il a pour secrétaire Angelo Giuseppe Roncalli, le futur Jean XXIII. Il meurt prématurément en 1914, après avoir soutenu activement la grève de 1909 en faveur de Pietro Scarpellini, vice-président de la Lega operaia cattolica, licencié (F. Molinari, « Radini Tedeschi Giacomo » dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 527-531 ; Giuseppe Battelli, Un pastore tra fede e ideologia. Giacomo M. Radini Tedeschi 1857-1914, Genova, Marietti, 1988 ; F. Molinari, « L’Opera dei Congressi a Piacenza (con documenti inediti) », Bollettino storico piacentino, anno LXXVI, fasc. 1 (1981), p. 32-69).

60 Né à Milan, il devient une figure du journalisme catholique en écrivant dans L’Osservatore cattolico, qu’il dirige à partir de 1902, puis dans L’Unione (Alfredo Canavero, « Meda Filippo », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 354-363 ; Guido Formigoni (éd.), Filippo Meda tra economia, società e politica, Milano, Vita e Pensiero, 1991 ; Gabriele De Rosa, Filippo Meda e l’età liberale, Firenze, Le Monnier, 1959).

61 Ilaria Biagioli, Alfonso Botti, Rocco Cerrato, dir., Romolo Murri e i Murrismi in Italia e in Europa cent’anni dopo, Urbino, QuattroVenti, 2004, 677 p. Voir aussi Silvio Fontana, Francesco Traniello, Maurilio Guasco, Romolo Murri nella storia politica e religiosa del suo tempo, Roma, Cinque Lune, 1977 ; Sergio Zoppi, Dalla Rerum novarum alla democrazia cristiana di Murri, Bologna, Il Mulino, 1991, p. 209-210 ; Maurilio Guasco, « Murri Romolo », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 414-422 ; Luigi Ambrosoli, Il primo movimento democratico cristiano in Italia (1897-1904), Roma, Cinque Lune, 1958.

62 Cité dans Francesco Vistalli, Giuseppe Toniolo, cit., p. 444.

63 Originaire de Ferrara, le comte Giovanni Grosoli Pironi participe dès 1885 à la fondation du premier noyau de l’Opera dei Congressi dans une ville qui a appartenu jusqu’en 1860 à l’État pontifical. Il est élu au conseil municipal de Ferrare en 1899 et fait partie de sa majorité à partir de 1903. Dernier président de l’Opera, il fait figure de médiateur entre le groupe des « Vénètes » et les fidèles de Murri, s’attirant toutefois une franche hostilité de la part de Paganuzzi et une certaine méfiance de la part de Pie X (A. Albertazzi, « Grosoli », dans Dizionario storico, cit., vol. II, p. 275-280).

64 Pietro Scopolla, « Il modernismo politico in Italia : la Lega democratica nazionale », Rivista storica italiana, 1957, p. 61-109.

65 Eugenio Guccione, Ideologia e politica dei cattolici siciliani, da Vito d’Ondes Reggio a Luigi Sturzo, Palermo-Sao Paulo, Ila Palma, 1974 ; Cataldo Naro, éd., Cristianesimo e democrazia nel pensiero dei cattolici siciliani nel Novencento, Palermo, Centro Siciliano Sturzo, 1994 ; U. Chiaramonte, Il municipalismo di Luigi Sturzo pro-sindaco di Caltagirone (1899-1920), Brescia, Morcelliana, 1992 ; F. Riccobono, « La prima democrazia cristiana e sociale di Luigi Sturzo (1901- 1905) », Bollettino dell’Archivio per la storia del movimento sociale cattolico in Italia, 17 (1982), 2, p. 220-260.

66 Francesco Malgeri (éd.), FUCI. Una ricerca lunga cent’anno, Cinisello Balsamo, San Paolo, 1996.

67 Marco Invernizzi, L’Unione Elettorale cattolica italiana, 1906-1919. Un modello di impegno politico unitario dei cattolici, Piacenza, 1993.

68 P. Cafaro, Per una storia della cooperazione di credito in Italia. Le casse rurali lombarde (1883-1963), Milan, FrancoAngeli, 1985 ; Gabriele De Rosa, Una banca cattolica fra cooperazione e capitalismo. La banca cattolica del Veneto, Bari, Laterza, 1990 ; Jean-Dominique Durand, « Les débuts des caisses rurales en Italie : entre intransigeantisme et action économique (1892-1914) », dans Entre idéal et réalité. Actes du colloque international d’histoire Finances et religion, Clermont-Ferrand, 1994, p. 315-329.

69 Opera dei Congressi e dei Comitati cattolici in Italia, Atti del XIX Congresso cattolico italiano, Bologna, 10-13 novembre 1903, Ferrara, 1903, p. 5-8.

70 Pasquale Bellu, I cattolici alle urne. Chiesa e partecipazione politica in Italia dall’Unità al Patto Gentiloni, Cagliari, Edizioni Della Torre, 1977 ; Maria Franca Mellano, Cattolici e voto politico in Italia. Il « Non expedit » al inizio del pontificato di Leone XIII, Casale Monferrato, Marietti, 1982 ; « Orientamenti della Curia e dell’episcopato sul voto politico in Italia (1881-1882) », dans Archivum Historiae Pontificiae, 34 (1996), p. 269-324 ; Andrea Ciampani, Cattolici e liberali durante la trasformazione dei partiti. La “questione di Roma” tra politica nazionale e progetti vaticani (1876-1883), Roma, Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano-Archivio Guido Izzi, 2000.

71 À Florence, Manfredo Passano fonde la Rassegna nazionale qui se veut « catholique avec le pape, libérale avec le Statuto » et propose en 1886 « un programme conservateur […] dévotement catholique et sincèrement italien » (Ornella Confessore, Conservatorismo politico e riformismo religioso. La « Rassegna nazionale » dal 1898 al 1908, Bologne, 1971).

72 Arcangelo Cammarata, Scritti sul sindacalismo e la cooperazione, San Cataldo, 1986 ; Luigi Intrieri, Don Carlo de Cardona e il movimento delle Casse rurali in Calabria, Cosenza, 1985.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search