Version classiqueVersion mobile

Le catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles)

 | 
Claude Langlois
, 
Christian Sorrel

Les congrès catholiques en Belgique : un signe de contradiction ?

Jan De Maeyer

Texte intégral

  • 11 M. Defourny, Les Congrès catholiques en Belgique, Louvain, 1908 ; A. Melot, Le Parti catholique en (...)

1Les congrès catholiques organisés au XIXe et au XXe siècle en Belgique n’avaient ni une aussi longue tradition ni la même envergure que les Katholikentage en Allemagne. Ils étaient néanmoins organisés sur le modèle des journées allemandes. Les congrès belges avaient lieu à des dates irrégulières. Dans l’historiographie, ils revêtent traditionnellement une grande importance, parce qu’il y a une interaction constante entre les congrès et la situation idéologique et sociale spécifique de ce petit pays complexe. Souvent, les congrès catholiques belges sont considérés comme des jalons du développement du catholicisme organisationnel. Sur la base des acquis des récentes recherches sur l’Église, la culture et la société en Belgique, j’adopte cependant une attitude plus critique et je tiens à formuler quelques remarques. Pour éviter tout malentendu, je parle uniquement des congrès catholiques stricto sensu, c’est-à-dire des congrès catholiques généraux, nationaux, régionaux ou diocésains, parmi lesquels je compte néanmoins les congrès des œuvres sociales de Liège. La présente contribution n’étudie donc pas les congrès eucharistiques internationaux ou nationaux, les congrès des ligues du Sacré-Cœur ou les congrès marials, quelle qu’ait pu être leur importance11. En apparence, les congrès catholiques belges forment une belle série linéaire et cohérente. Mais les apparences sont trompeuses. En réalité, ces congrès ont certes leur nom en commun, mais ils présentent de grandes différences en matière d’objectif, d’approche, de signification ou de résultats. À y regarder de plus près, je distingue quatre groupes – disons thématiques – dans la série de congrès :

  1. Les congrès malinois de 1863, 1864 et 1867 : sous le signe des tensions idéologiques et de la mobilisation catholique ;

  2. Le virage de l’Église vers le peuple : les congrès des œuvres sociales de Liège, le congrès malinois de 1891 et la série de congrès régionaux des œuvres sociales qui furent organisés entre 1888 et 1925 ;

  3. « Le grand ralliement belge » : le congrès malinois de 1909 ;

  4. « La concentration catholique » ou le vaisseau de l’Église dans l’œil du cyclone : le congrès malinois de 1936.

Les congrès malinois de 1863, 1864 et 1867 : sous le signe des tensions idéologiques et de la mobilisation catholique

  • 12 On trouve une bonne évocation de l’ambiance des congrès et de leur image auprès du public dans K. V (...)

2Les trois premiers congrès malinois attirèrent de manière convaincante la presse nationale et internationale (principalement les quotidiens et hebdomadaires français, italiens et anglais). Leur orchestration grandiose, leur enthousiasme contagieux et mobilisateur, leurs brillantes activités annexes, telles que concerts et expositions, avaient de quoi retenir l’attention. C’est ainsi qu’en 1864 par exemple, le roi Léopold Ier (1790/1831-1865), accompagné de la reine Louise-Marie (1812/1832-1850), fit une visite très remarquée à l’exposition d’art religieux organisée au moment du congrès. Le souverain suivit très attentivement les congrès à distance discrète. Chaque fois, des milliers de personnes (les chiffres tournent autour des quatre mille) écoutèrent des heures durant les discours, n’interrompant ceux-ci que par des applaudissements ou des cris approbateurs ou désapprobateurs. Ceux qui en doutaient encore étaient désormais parfaitement convaincus de la vitalité du catholicisme belge12.

  • 13 Antoine, Edouard, Ducpétiaux (1804-1868). Docteur en droit. Sociologue et criminologue avant la let (...)
  • 14 Charles, Alexandre, Prosper de Haulleville, baron (1830-1898). Docteur en droit. Étudie l’histoire (...)
  • 15 K. Van Isacker, Werkelijk en wettelijk land, op. cit., p. 2-21 ; J.-L. Soete, Structures et organis (...)

3La réalité était quelque peu différente et reflétait un monde plein de tensions. Cela commença dès les préparatifs. En 1858 déjà, quelques intellectuels catholiques comme Edouard Ducpétiaux13 et le publiciste Prosper de Haulleville14 avaient conçu l’idée de mettre la Droite parlementaire (le parti catholique qui n’existait pas si vous voulez) en contact avec les électeurs (un groupe restreint d’électeurs censitaires) par le biais de congrès annuels et d’échanger des réflexions sur l’agenda politique à venir. L’idée était de créer une sorte de forum où l’on pourrait discuter ouvertement des orientations politiques. Mais c’était compter sans les ténors de la Droite parlementaire elle-même et sans les évêques. Les premiers ne voulaient recevoir aucun mot d’ordre, que ce soit sur la question des cimetières, la loi sur les fabriques d’église ou le service militaire. Les mandataires craignaient comme la peste un mandat politique conditionnel ; pour eux, la Chambre était l’organe de concertation, le véritable congrès catholique. Dans le contexte de l’âpre combat clérico-libéral, les mandataires avaient peur que la Droite parlementaire ne prenne une coloration confessionnelle, ce qui aurait confirmé leur image de valets des évêques. Ils ne souhaitaient pas devenir la cible des libéraux et surtout de l’opinion cléricale croissante. Les évêques eux-mêmes étaient divisés sur l’opportunité de la chose : au mépris des évêques ultramontains Jean-Baptiste Malou (1809/1849-1864, Bruges) et Théodore de Montpellier (1807/1852-1879, Liège), le primat catholique libéral Englebert Sterckx (1792/1832-1867, Malines) était quant à lui pour. Après une visite des promoteurs de l’idée au Katholikentag de 1862, on décida, en concertation avec le cardinal Sterckx, de faire de l’initiative un congrès catholique général qui examinerait les diverses facettes de la vie – catholique –, sacrements et dévotions, catéchisation, enseignement, œuvres sociales, art et culture, sans oublier la presse. On espérait en outre un effet mobilisateur sur les catholiques qui se sentaient peu à peu relégués au second plan par la politique laïcisante des gouvernements libéraux. La création d’un organe permanent, l’Union catholique (1864-1874), devait assurer la continuité des congrès15.

  • 16 Pour les tensions et divergences d’opinions entre intransigeants et transigeants, voir V. Viaene, B (...)

4Le résultat est que les trois premiers congrès furent bourrés de paradoxes. Premièrement, ils divisèrent davantage les catholiques qu’ils ne les unirent et ils tournèrent à la confrontation entre transigeants et intransigeants, entre catholiques libéraux et ultramontains. En fait, les congrès furent dominés par les catholiques libéraux français, en particulier l’ode de Montalembert à la liberté. Ce n’était cependant pas pour plaire aux évêques ultramontains Malou et de Montpellier et, encouragés par l’encyclique Quanta Cura (1864), les ultramontains en appelèrent encore plus vivement à une Droite parlementaire qui défendrait un programme véritablement catholique, transformerait la laïcisation du pays en une rechristianisation, réaliserait la restauration du règne social de Jésus-Christ. Le résultat fut un accroissement de l’écart et de la méfiance entre la Droite parlementaire et le pays catholique, ce qui allait affaiblir la position de la Droite parlementaire dans les décennies suivantes16.

  • 17 Le recul du nombre de participants étrangers a été analysé par J.-L. Soete, Structures et organisat (...)

5Deuxièmement – et c’est assez paradoxal –, les congrès isolèrent les catholiques belges au lieu de faire d’eux le pivot tant espéré d’un mouvement congressiste international. L’ombre française qui planait fortement sur les congrès poussa les autres délégations étrangères à décrocher. Si quelque trois cents participants étrangers étaient présents au premier congrès de 1863, leur nombre se réduisit considérablement lors des congrès suivants. Parmi les plus illustres, on peut compter Charles de Montalembert, Charles Chantrel, le vicomte Armand de Melun (1864), Mgr Dupanloup (1867), le comte de Falloux (1867) pour la France, le cardinal Wiseman, Mgr Manning, Herbert Vaughan pour l’Angleterre, Joseph Lingens, Auguste Reichensperger pour l’Allemagne, Giambattista Casoni, le chevalier Eugenio Alberi, Mgr Nardi pour l’Italie. Les Pays-Bas, la Suisse (Mgr Mermillod), l’Espagne, le Portugal, l’Empire ottoman, la Norvège, les États-Unis, la Russie, le Mexique et le Chili furent plutôt représentés par des figures isolées. Les Allemands, surtout, ne pouvaient pas supporter le catholicisme libéral français, la défense de la séparation entre Église et Etat, l’abandon des liens traditionnels de solidarité chrétienne (corporatisme). Les Anglais décrochèrent quant à eux après le premier congrès, les différences entre catholicisme continental et catholicisme anglais étaient en effet trop grandes. La nette coloration catholique libérale éveilla aussi la méfiance du Saint Siège (ce qui fit décrocher les Italiens) et mit les évêques belges dans une vilaine posture17.

  • 18 J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 59-65 ; K. Van Isacker, Werkelijk en (...)

6Troisièmement, la coloration nettement catholique libérale des congrès obligea les évêques à récupérer cette initiative qui était au départ celle de laïques. Désormais, les évêques – et en premier lieu l’archevêque de Malines – allaient veiller presque jalousement sur chaque congrès. C’était dorénavant les évêques qui allaient étudier l’opportunité des congrès avec les dirigeants de la Droite parlementaire, ce qui veut dire, à l’époque des gouvernements catholiques, avec le chef de cabinet (qui, comme en Angleterre, était aussi le dirigeant du parti18).

  • 19 J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 131-146.

7Si les congrès eurent d’une part un effet mobilisateur, ils radicalisèrent d’autre part – ou quatrièmement – la lutte clérico-libérale. Ce que les mandataires avaient craint se manifesta dans la réalité : les congrès confortèrent les libéraux dans leur conviction que la Droite parlementaire était un instrument aux mains du clergé, était déloyale envers la constitution, aspirait au confessionnalisme de la vie publique. Ils exploitèrent habilement ces éléments dans leur discours, tant au Parlement que devant l’opinion publique19.

  • 20 J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 193, 233 et passim ; L. Wills, « La (...)

8Mais effectivement – ou cinquièmement – les congrès eurent un effet mobilisateur. Ils consacrèrent la création d’un mouvement d’opinion catholique (tellement souhaité par les ultramontains) et d’une presse catholique (le lancement en janvier 1865 du mensuel culturel Revue générale, qui existe toujours, en fut le résultat immédiat) et activèrent l’avènement d’un catholicisme organisationnel aux multiples facettes. Avant tout, les congrès stimulèrent la formation d’organisations catholiques à l’échelle locale et régionale et jetèrent ainsi les bases d’une opinion catholique organisée. Dans les années qui suivirent les congrès, on vit apparaître dans presque toutes les villes et localités importantes des cercles culturels catholiques, des cercles ouvriers catholiques, mais aussi des cercles électoraux catholiques, souvent appelés associations constitutionnelles conservatrices. Notons aussi la naissance de cercles d’étudiants et d’anciens étudiants catholiques. Forts de leur jeunesse et de leur militantisme, ils jouèrent un rôle important dans le développement du catholicisme organisationnel. Les congrès favorisèrent également l’essor d’une presse catholique locale. En outre, les congrès ne conduisirent pas seulement à la création d’organisations locales, mais ils favorisèrent aussi la création d’organismes de coordination ou de fédérations nationales comme, par exemple, la Fédération des cercles catholiques, la Fédération des associations ou œuvres ouvrières, la Gilde de Saint-Thomas et de Saint-Luc (pour la promotion du vrai art sacré ou néo-gothique puginien). La conséquence de tout ceci fut que l’organe permanent du Congrès, l’Union catholique, s’éteignit doucement20.

  • 21 J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 188-190 ; K. Van Isacker, Werkelijk (...)

9Les tiraillements qui apparurent après la mort de l’initiateur et principal organisateur des congrès, Edouard Ducpétiaux, en juillet 1868, avaient quelque chose de honteux. En raison des tensions qui avaient marqué les congrès, les évêques, et surtout le nouvel archevêque, le rédemptoriste Victor Dechamps (1810/1867-1883), voulurent que la direction des congrès soit confiée à un ecclésiastique. Ce n’était évidemment pas du goût des ténors de la Droite parlementaire. Ces tiraillements aboutirent finalement à la nomination d’un prêtre et d’un laïque comme secrétaires permanents. En fin de compte, l’organisation fut supprimée en 187121. Les congrès étaient-ils définitivement morts ?

Le tournant de l’Église vers le peuple : les congrès des œuvres sociales de Liège, les congrès régionaux ou diocésains des œuvres sociales et le congrès de Malines de 1891

  • 22 J.-L. Soete, Organisations et structures de base, op. cit., p. 326-343 et passim ; E. Lamberts, éd. (...)

10L’idée d’un congrès catholique général continua toutefois d’être nourrie par les ultramontains. Ils voulaient ainsi maintenir la pression en faveur de la création d’un parti confessionnel qui défendrait un programme catholique plus radical. L’acharnement ultramontain doit être vu dans le contexte de l’escalade du conflit clérico-libéral dans les années 1860-1880. Entre 1879 et 1883, ils entreprirent non moins de trois tentatives pour réorganiser un congrès malinois. En l’absence de l’Union catholique, ils se tournèrent chaque fois à cet effet vers le cardinal Dechamps et ses évêques suffragants. Mais l’épiscopat n’avait guère envie d’offrir une tribune aux ultramontains importuns. Il avait plus qu’assez de raisons de se montrer réticent : entre 1878 et 1884, les catholiques s’étaient retrouvés dans l’opposition en raison de leur division et on en avait tiré les leçons. Les évêques estimaient qu’il était de leur devoir de rétablir impérativement l’unité. De plus, la Droite parlementaire voyait déjà d’un œil suffisamment méfiant les activités incessantes des ultramontains dans les comités scolaires locaux et diocésains pendant la guerre scolaire de 1879-188422.

11S’ils arrivèrent malgré tout à leurs fins avec les Congrès des Œuvres sociales de Liège de 1886, 1887 et 1890, ce fut par le fait du hasard et grâce à un contexte favorable. L’initiative des congrès liégeois vint de l’Union nationale pour le redressements des griefs, un mouvement au départ spontané de petits bourgeois, fermiers, notables des campagnes et prêtres qui réclamaient une démocratisation sociale et politique du pays, dénonçaient la mise au rancart des campagnes au profit des villes libérales et qui attendaient de la Droite parlementaire – qui, après la victoire électorale de 1884, allait à nouveau être au pouvoir pendant trente ans – qu’elle prenne des mesures pour combattre la crise de l’agriculture. L’Union nationale se présentait comme un groupe de pression sur la Droite parlementaire, groupe sur lequel les ultramontains étaient venus se greffer en 1884. Dans le sillage de la mobilisation des croyants en faveur de l’infortuné prisonnier du Vatican (les cercles Pro-Pie IX et/ou de zouaves), des œuvres sociales et des comités scolaires, les ultramontains avaient finalement acquis, avec l’Union nationale, la base large qu’ils souhaitaient se donner. La stratégie du tournant de l’Église vers le peuple allait commencer à porter ses fruits.

  • 23 Voir J.-C.-H. Blom, E. Lamberts, History of the Low Countries, op. cit., p. 332- 343 ; P. Gerin, «  (...)

12Lorsque Léon XIII (1810/1878-1903) publia l’encyclique Humanum Genus en avril 1884, les ultramontains se sentirent appelés à se ranger du côté de la lutte contre les loges et à combattre avec davantage de force l’impact rampant du socialisme sur les classes populaires dans les villes. Lorsque, dans leur empressement, ils voulurent aussi impliquer le clergé dans une grande enquête sur la situation de l’action catholique et qu’ils voulurent en outre ajouter un volet de programmation politique au serment anti-franc-maçonnerie qu’ils lançaient, c’en fut trop pour les évêques. Sur la recommandation de Rome, l’épiscopat tenta de les récupérer et de leur confier une mission spécifique, à savoir le développement des œuvres sociales. L’Union nationale s’empressa d’accepter cette proposition ; lorsque, au tout début de l’année 1886, de graves révoltes sociales éclatèrent dans le bassin industriel liégeois, le Centre et le Borinage, personne ne réussit plus à empêcher l’Union d’organiser un grand congrès consacré aux œuvres sociales23.

  • 24 Victor-Joseph Doutreloux (1837-1901), évêque de Liège de 1879 à 1901 ; P. Gérin, « Catholicisme soc (...)

13Sur le plan organisationnel, les congrès de Liège connurent un grand succès. Leur direction était aux mains du Bureau de l’Union catholique, qui comptait parmi ses membres les plus assidus de futurs démocrates-chrétiens modérés et ex-ultramontains comme Arthur Verhaegen et Joris Helleputte. L’évêque de Liège, Mgr Doutreloux (1837/1879-1901), patronnait l’ensemble. En 1886, il y eut mille deux cents participants ; en 1890, on dénombrait déjà plus de deux mille congressistes. En 1887 et 1890, les classes populaires furent également impliquées dans les activités du congrès. La section dite des ouvriers, qui fut fondée en 1887 et impliquait un rassemblement de masse vespéral, compta chaque fois au moins deux mille présents. Pour la première fois aussi, quelques femmes participèrent aux congrès catholiques. Dans un certain sens, les congrès liégeois furent donc novateurs. À l’échelle internationale également, les congrès liégeois remportèrent un franc succès et devinrent une rencontre internationale de catholiques à sensibilité sociale et de sociologues catholiques et/ou de théoriciens sociaux24.

188

688

7189

France

11

9

25

Allemagne

12

9

21

Pays-Bas

4

2

4

Angleterre

7

Italie

2

Suisse

1

2

Autriche

2

Espagne

1

2

G.-D. de Luxembourg

1

1

1

Pologne

1

P. Gérin, « Les congrès sociaux de Liège », Bollettino dell’archivio per la storia del movimento sociale cattolico in Italia, p. 316.

14Si les congrès liégeois furent un succès sur le plan organisationnel, idéologiquement parlant ils virent se creuser un nouveau fossé dans le catholicisme belge, fossé qui allait se manifester jusque dans l’entre-deux-guerres. Pendant les congrès, une scission devint manifeste entre, d’une part, les interventionnistes, partisans de l’intervention de l’État et de la législation sociale, du rétablissement du dialogue entre patrons et ouvriers au moyen de la création de syndicats chrétiens, des syndicats qui allaient aussi directement se lancer dans le combat contre le socialisme, le collectivisme et la lutte des classes. Plusieurs ex-ultramontains et corporatistes adhérèrent – au départ à contrecoeur – à ce courant de pensée. C’est ce qu’on désigne traditionnellement dans l’historiographie par le terme d’école liégeoise.

  • 25 Voir l’aperçu toujours aussi clair des différentes tendances du catholicisme social de J.-M. Mayeur (...)

15D’autre part, il y avait les non-interventionnistes, les partisans des corporations mixtes, les partisans d’une économie libérale auto-régulatrice ou ce que l’on ose communément appeler l’école d’Angers. S’y retrouvaient les membres conservateurs de la Droite parlementaire et les ultramontains intransigeants. En fait, Liège fut le théâtre d’une scission dans le camp ultramontain, les ultramontains transigeants évoluant en direction de la démocratie catholique maîtrisée, temporisée, qui cherchait un rattachement avec la Droite parlementaire et abjurait la tendance autonomiste de la démocratie chrétienne plus radicale. Et pourtant, l’ancienne revendication en faveur d’un parti catholique davantage lié au peuple et à un programme allait avoir son reflet dans les années 1890 dans l’opposition entre « vieille droite » et « jeune droite », entre l’ancienne Fédération des cercles catholiques et associations conservatrices et la Ligue démocratique belge, entre Charles Woeste et Arthur Verhaegen25.

16L’ancien débat reprit même avec virulence à l’époque, parce que les rapports de force avaient changé avec l’élargissement du droit de vote. Les ultramontains transigeants donnèrent un caractère social et de classe à la pillarisation idéologique. La longue série – voyez le tableau récapitulatif – des congrès régionaux et/ou diocésains des œuvres sociales qui se tinrent entre 1888 et 1925 joua un rôle significatif dans la construction de cette pillarisation sociale. Chaque fois, on dressait un bilan de la formation organisationnelle religieuse et sociale pour la région ou le diocèse en question, on relevait les lacunes et on appelait à y remédier. Les congrès régionaux mettaient aussi le public local en contact avec les idées des grands protagonistes et théoriciens nationaux.

charleroi

188

8

Mechelen

188

9190

2

Nivelles

189

9

Bruxelles

190

1

Limburg

190

1192

0192

Antwerpen

190

2

Liège

190

2

Leuven

190

4

Mons

190

5

Sint-Niklaas

190

5

Soignies

190

7

Ath-Tournai

190

8190

9

Oudenaarde

190

8

Halle

190

9

Huy-Waremme

190

9

Aalst

191

1

Gent-Eeklo

191

1191

9

Namur

191

1

Vilvoorde

191

1

  • 26 P. Gerin, « Catholicisme social et démocratie chrétienne », op. cit., p. 97-99 et passim ; P. Gerin (...)

17Et brusquement, ô surprise, un congrès catholique général fut à nouveau jugé opportun en 1891. L’explication doit être cherchée du côté de l’inquiétude de la Droite parlementaire et de l’épiscopat, alarmés par l’impact des congrès liégeois dans l’appel à la démocratie sociale et politique. Le congrès de Malines de 1891 devint le congrès de la correction, où l’on n’hésita même pas à relativiser, voire minimiser, la portée de l’encyclique Rerum novarum. Si un bilan de la formation organisationnelle catholique y fut également dressé, on y braqua surtout les projecteurs sur les initiatives morales et éducatives et sur le développement des Gildes corporatives des métiers et négoces ainsi que des Ligues des paysans. Mais Malines 1891 ne réussit pas à renverser la vapeur, comme il allait apparaître clairement dans cette même ville en 190926.

« Le grand ralliement belge » : le congrès malinois de 1909

  • 27 Pour le nouveau climat dynamique qui se manifesta en Belgique vers 1908-1909, voir J.-C.-H. Blom, E (...)

18Une atmosphère d’optimisme marqua le congrès catholique de Malines de 1909. C’était comme si l’Église et les catholiques entamaient un nouvel avenir commun dans une nouvelle Belgique. Le vieux roi Léopold II (1835/1865-1909), contesté, était mort en 1909, la difficile question du rachat de l’État libre du Congo était réglée depuis 1908 – la Belgique avait désormais une colonie prometteuse –, le débat interminable à propos de l’obligation militaire universelle s’était terminé par l’instauration du système – encore acceptable pour les catholiques – d’un fils par famille. On aurait dit que l’intronisation d’Albert Ier marquait le début d’une « Nouvelle Ère ». À Malines également, un nouvel archevêque était en poste depuis 1906, l’intellectuel Désiré Mercier (1851/1906-1926) qui, en sa qualité de professeur à l’université de Louvain, avait plaidé pour la réconciliation entre foi et science. 1909 fut aussi l’année où l’on fêta abondamment vingt-cinq ans de majorité gouvernementale catholique, de 1884 à 1909. Mais n’était-ce pas là un leurre, un optimisme quelque peu évanescent ou superficiel, peut-être plutôt une manière d’« image building » ? Car n’y avait-il pas en toile de fond la peur latente d’une offensive de la Gauche parlementaire anticléricale, les conséquences d’un éventuel cartel électoral entre libéraux et socialistes aux prochaines élections en 191227 ? C’est ce qui explique pourquoi un congrès catholique général fut à nouveau jugé opportun : l’épiscopat et les élites dirigeantes voulaient mobiliser le pays catholique, faire une démonstration de force. Suis-je à nouveau en train d’ébaucher un paradoxe ? Pas vraiment, car la démonstration se fit dans une atmosphère de prédisposition à une nouvelle entente avec la nation, on parlait publiquement d’une main tendue.

  • 28 E. Gérard, « L’épanouissement du mouvement ouvrier chrétien (1904-1921) », op. cit., p. 123-128.

19Malines – la ville où siégeait le primat de Belgique – se sentait en effet forte. En coulisse, une cléricalisation des œuvres sociales, des organisations catholiques, avait été opérée. Du Boerenbond à l’Union nationale des mutualités chrétiennes, de l’enseignement aux ligues féminines, les ecclésiastiques avaient les choses bien en main, non pas en tant qu’aumôniers, mais en qualité de « directeurs ». Mercier était d’ailleurs un grand partisan de ce système, et l’opposition était provisoirement presque inexistante : il bénéficiait en effet d’un grand prestige auprès du clergé et des élites qu’il avait formées à l’Institut supérieur de philosophie à Louvain, de sorte qu’il connaissait personnellement tous les jeunes hommes politiques ambitieux. Cela lui donnait une grande autorité28.

  • 29 D. Keymolen, Victoire Cappe, 1886-1927. Une vie chrétienne, sociale, féministe, KADOC-Studies 28 Lo (...)

20Le congrès malinois devint dès lors un jalon dans le développement des œuvres catholiques et jeta les bases de la position de force que la catholicité allait occuper dans le pays jusque dans les années 1960. L’accent était mis sur la centralisation, l’optimisation et la cléricalisation de terrains d’action qui, jusqu’alors – à l’exception de l’enseignement –, avaient moins retenu l’attention dans le cadre de la pillarisation, à savoir les mouvements de jeunesse et l’action féminine, la culture et les médias. Un autre élément dominant était la lutte contre le malthusianisme, la promotion de la famille chrétienne. Mercier, prévoyant, soutenait par exemple pleinement la Ligue féminine belge, qui devait devenir une alternative catholique à l’essor du féminisme. Ce fut aussi Mercier qui aida le jeune Joseph Cardijn (1882- 1967) à faire ses premiers pas dans la jeunesse ouvrière – le jocisme – dès avant la Première Guerre mondiale29.

Excursus : les rituels d’un rassemblement de masse

21On peut dire sans risque de se tromper que le congrès de 1909 illustre parfaitement les rituels propres aux manifestations publiques que furent incontestablement les congrès de Malines. À travers la série des congrès successifs, une sorte de scénario commun s’était développé. Ce scénario formait un ensemble minutieusement préparé et mis au point jusque dans les moindres détails. Chaque congrès commençait ainsi par une messe du Saint-Esprit, centrée sur le Veni Creator. Au cours de cette première grand-messe pontificale dans la cathédrale, l’homélie était prononcée par l’archevêque ou, pour les congrès liégeois, par l’évêque local. Après cette entrée en matière liturgique, chaque congrès démarrait par une série de discours inauguraux au lieu de congrès principal, le speech de l’archevêque ou de l’évêque local jouant ici aussi un rôle central. Les évêques belges et étrangers faisaient d’ailleurs office de VIP‘s aux congrès, ils donnaient de la couleur et du prestige à l’événement, à chacune de leurs entrées ou sorties d’une session, ils adressaient un petit mot ou une salutation à l’assemblée, les congressistes se levaient respectueusement à leur passage et ils étaient immanquablement applaudis. En fait, les évêques jouaient un match à domicile : les congrès avaient lieu dans les établissements d’enseignement épiscopal qui disposaient d’un grand auditoire et/ou d’une grande salle des fêtes, par exemple le petit séminaire épiscopal ou le collège Saint-Rombaut à Malines. Pour l’occasion, les salles en question étaient décorées à la mode de l’époque : les murs étaient couverts de guirlandes et ornés des armoiries et/ou portraits du pape, du roi et de l’évêque, sans oublier bien sûr le drapeau pontifical et le drapeau belge.

22En outre, les congrès ne se limitaient pas à des discours et des débats. Ils étaient aussi un événement socio-culturel important, un forum de rencontre et d’échanges entre catholiques engagés de Belgique (surtout) et de l’étranger (dans une mesure nettement moindre). Dans ce sens, les congrès avaient un important effet de renforcement identitaire et, vus sous l’angle catholique, ils étaient pour ainsi dire un véritable événement mondain. Les participants pouvaient ainsi assister à divers concerts ou représentations le soir, visiter des expositions organisées pour la circonstance, et il y avait des soupers pour tous les goûts et toutes les bourses. La tradition voulait d’ailleurs que l’archevêque (l’évêque local) convie les organisateurs, les principaux orateurs et les invités d’honneur (étrangers) à un lunch ou un souper au palais épiscopal. Les congrès se terminaient chaque fois par un Te Deum solennel en l’honneur de Dieu et de la Patrie. Le point d’orgue de la manifestation était le banquet du congrès, où l’on festoyait gaiement en dégustant un vaste assortiment de vins fins et – cerise sur le gâteau, pourrait-on dire – en portant des toasts au pape, au roi et à l’archevêque.

  • 30 Basé sur les actes des congrès catholiques édités sous le titre Assemblée générale des catholiques (...)

23Le congrès de 1909 avait aussi quelque chose de novateur. Pour la première fois (et ce fut à nouveau le cas en 1936), les participants défilèrent, par organisation ou par région à laquelle ils appartenaient, dans un cortège de fête, devant une tribune d’honneur sur laquelle avaient pris place les évêques, les principaux hommes politiques catholiques et les dirigeants des organisations catholiques. L’ensemble avait quelque chose d’une parade militaire, dans une ambiance amicale et détendue il est vrai, où régnait ce sentiment d’être « entre nous, catholiques ». Les cortèges ou manifestations de foule devaient essentiellement être une démonstration de la force de mobilisation catholique30.

Malines, 1936 : sous le signe de la concentration catholique

  • 31 Voir J.-C.-H. Blom, E. Lamberts, History of the Low Countries, op. cit., p. 351- 364.
  • 32 Pour la division idéologique parmi les catholiques dans la période de l’entre-deux-guerres, la mont (...)
  • 33 E. Gérard, De Katholieke Partij in crisis, op. cit., p. 437-438 et 468-483.

24Dans les difficiles années 1920, il ne fut pas question d’un congrès catholique. La communauté catholique était trop divisée pour cela, partagée qu’elle était entre, d’une part, les démocrates-chrétiens (le mouvement ouvrier chrétien) et, d’autre part, les autres classes qui se rattachaient au parti catholique. Le congrès malinois du 10 au 13 septembre 1936 se déroula dans un tout autre contexte qu’en 1909. Dans les années 1930, la déstabilisation menaçait en Belgique. Premièrement, il y avait les suites de la crise économique, avec comme conséquence un taux de chômage élevé. L’agitation sociale était partout, la grève générale de 1936 rendit d’ailleurs l’establishment très inquiet. Deuxièmement, il y avait les tentatives de séduction de la masse qui émanaient, d’une part, des forces de gauche comme le Parti communiste militant, qui rêvait ouvertement d’un Front populaire comme en France31. L’agitation, la tension, les insinuations malveillantes et le mépris de la démocratie parlementaire étaient – si toutefois c’est possible – encore plus grands à droite. Pour Rex, un mouvement issu de l’Action catholique, le combat politico-idéologique qui se jouait non seulement en Espagne, mais aussi dans toute l’Europe, se ramenait au slogan « Rex ou Moscou ». Pour le Vlaams Nationaal Verbond – un parti nationaliste flamand radical –, la seule solution était le regroupement de tous les catholiques flamands au sein d’un nouveau parti flamand unique. L’Union catholique ou ce qu’était le parti catholique d’alors paniquait. Les uns regardaient avec suspicion le gouvernement Van Zeeland dominé par de prétendus marxistes (terme par lequel on désignait les ministres démocrates-chrétiens), les autres rêvaient d’une concentration de droite. L’Église craignait que la jeunesse ne succombe aux attraits de la droite ou de la gauche32. Pour la première fois, les évêques se prononcèrent pleinement en faveur d’un congrès qui devait réaliser une concentration catholique. Il fallait que le congrès dresse un bilan de la position de la catholicité dans tous les domaines et qu’il soit caractérisé par des appels sans équivoque à l’unité catholique, à la concentration politique et sociale. Plus d’un siècle d’action sociale ne devait pas disparaître du jour au lendemain. Les évêques avaient préparé le congrès en grand secret, parce qu’ils voulaient qu’il ait lieu avant les élections de 1936. Officiellement, le congrès était apolitique, mais l’insistance avec laquelle on voulait qu’il ait lieu avant les élections en dit long à ce propos33 !

  • 34 E. Gérard, De Katholieke Partij in crisis, op. cit., p. 469. Van Roey, Jozef-Ernest (1874-1961), ar (...)

25À cette époque de massification, le congrès visait à produire un effet psychologique. On voulait souligner l’unité catholique et sa force au moyen de spectacles grandioses destinés à réunir une foule de cent vingt cinq mille participants. En vue de faire un maximum d’effet sur les foules, on adapta le scénario familier des congrès malinois et, pour une série de grandes occasions liturgiques et autres, on abandonna la ville de Malines. Ce fut notamment le cas pour les messes célébrées sur l’esplanade de la basilique du Sacré-Cœur à Koekelberg (le Montmartre belge) et pour un grand spectacle de masse au Heysel. La question des effets se pose-t-elle ? En tout cas, le congrès a promu l’idée de la concentration catholique, il a offert le cadre idéal pour que le cardinal Joseph Van Roey puisse condamner en 1937 le mouvement rexiste douteux et il a fortement contribué, avec le mouvement ouvrier chrétien, à préserver les classes populaires du fascisme34.

  • 35 Voir J.-C.-H. Blom, E. Lamberts, History of the Low Countries, op. cit., p. 365- 384. Pour les évol (...)

261936 fut l’année du dernier grand congrès catholique. Dans les années d’après-guerre, on flirta certes encore avec l’idée, mais les grandes tensions idéologiques des années 1950 avaient déjà plus qu’assez mobilisé les gens (la Question royale 1945-1951, la Guerre scolaire 1954-1958). Dans les années critiques que furent les années 1960, il n’y avait plus de place pour les manifestations triomphalistes. Les grandes organisations sociales avaient désormais leurs propres grands congrès, le Parti social chrétien non confessionnel avait ses propres meetings en tant que mouvement de membres démocrates-chrétiens. Les évêques, qui, depuis 1863, avaient tenu de plus en plus les rênes des congrès, furent relégués à l’arrière-plan, leur concertation avec les dirigeants du pilier toujours existant se fit plus discrète et, par ailleurs, on vit se développer, tant en Wallonie qu’en Flandre, un organe de concertation à l’intérieur de l’Église, le Conseil des laïcs (Interdiocesaan Pastoraal Beraad) où sont présents des représentants de la société civile ou des organisations sociales chrétiennes. Et – peut-être est-ce là la raison principale – un congrès national était/est de nos jours impensable : la Belgique est devenue un pays fédéral avec deux communautés et quatre régions culturelles, une réalité à laquelle l’Église aussi a dû s’adapter35.

***

Bilan

27Il est clair que les congrès catholiques en Belgique n’ont pas connu un succès sans partage. D’une part, chaque congrès a été entouré de questions d’opportunité, de tension. Cela était incontestablement lié à leur dimension politique, inévitable en Belgique, une dimension que la première série de trois congrès avait malheureusement donnée à l’initiative. Une dimension politique dont les congrès n’allaient jamais plus se départir, avec comme résultat que cette initiative à l’origine laïque fut récupérée par l’Église et en particulier par l’épiscopat. D’autre part, les congrès ont dû leur importance à leur effet mobilisateur. Ils ont en effet démontré de manière convaincante et surtout publique que l’Église et les catholiques étaient un facteur d’importance dans le système belge. Si les congrès ont suscité des tensions, ils ont aussi permis d’en contrôler certaines. Outre une fonction d’étalage ou de démonstration, les congrès ont aussi rempli une fonction innovante d’introduction ou de programmation. Ils ont abordé de nouveaux thèmes tels que la question sociale, les dévotions, ils ont formulé une réponse au mouvement pour l’émancipation de la femme et pour le développement de la jeunesse ainsi qu’à la problématique de la famille et ont présenté ces réponses à un forum public. Dans ce sens, les congrès catholiques ont été, plus qu’un événement ou une manifestation du catholicisme belge, un phénomène significatif. Un phénomène d’une importance certes relative, en tout cas par rapport à la pillarisation beaucoup plus effective qui caractérisait/caractérise tellement la Belgique.

Notes

11 M. Defourny, Les Congrès catholiques en Belgique, Louvain, 1908 ; A. Melot, Le Parti catholique en Belgique, Louvain, [1936], p. 42-46 ; A. Simon, L’Hypothèse libérale en Belgique. Documents inédits 1839-1907, Wetteren, 1956, p. 253-272.

12 On trouve une bonne évocation de l’ambiance des congrès et de leur image auprès du public dans K. Van Isacker, Werkelijk en wettelijk land. De katholieke opinie tegenover de rechterzijde, 1863-1884, Anvers, 1955, p. 21-32 et J.-L. Soete, Structures et organisations de base du parti catholique en Belgique, 1863-1884, Université de Louvain, Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 7e série, fasc. 2, Louvain-la-Neuve, 1996, p. 79-87 et passim.

13 Antoine, Edouard, Ducpétiaux (1804-1868). Docteur en droit. Sociologue et criminologue avant la lettre. Inspecteur général des prisons et établissements de bienfaisance. Fondateur de la Revue Générale (1865). Grand promoteur et secrétaire général des Congrès de Malines.

14 Charles, Alexandre, Prosper de Haulleville, baron (1830-1898). Docteur en droit. Étudie l’histoire et la philosophie à Paris et Bonn. Progressiste. Rédacteur en chef de L’Universel. Secrétaire des Congrès de Malines (1863, 1864). Cofondateur de la Revue Générale et directeur de celle-ci de 1874 à 1890. Rédacteur en chef du Journal de Bruxelles de 1878 à 1890. Conservateur en chef des Musées du Cinquantenaire en 1891.

15 K. Van Isacker, Werkelijk en wettelijk land, op. cit., p. 2-21 ; J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 21-65. Soete a aussi analysé en profondeur le fonctionnement de l’Union catholique (p. 147-170). Pour le contexte politique global et les tensions entre libéraux et catholiques, voir J.-C.-H. Blom, E. Lamberts, History of the Low Countries, New York-Oxford, 1999, p. 314-332 et E. Witte, « The battle for monasteries, cemeteries and schools : Belgium », dans C. Clark, W. Kaiser, éd., Culture Wars. Secular-Catholic Conflict in Nineteenth-Century Europe, Cambridge, 2003, p. 102-128.

16 Pour les tensions et divergences d’opinions entre intransigeants et transigeants, voir V. Viaene, Belgium and the Holy See from Gregory XVI to Pius IX (1831-1859). Catholic Revival, Society and Politics in 19th Century Europe, KADOC-Studies 26, Louvain, 2001, p. 37-112 ; E. Lamberts, « Het ultramontanisme in België, 1830-1914 », in E. Lamberts, éd., De Kruistocht tegen het Liberalisme. Facetten van het ultramontanisme in België in de 19e eeuw, KADOC-Studies 2, Louvain, 1984, p. 38-59 ; J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 21-65.

17 Le recul du nombre de participants étrangers a été analysé par J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 69-79. Voir aussi K. Van Isacker, Werkelijk en wettelijk land, op. cit., p. 21-32. Charles de Montalembert, comte (1810-1870), chef de file des catholiques libéraux en France et grand publiciste et orateur ; Charles Chantrel (1818-1884), collaborateur à France nouvelle, à la Revue du monde catholique, au Monde et à l’Univers, fondateur des Annales catholiques en 1872 ; Armand de Melun, vicomte (1807-1877), grand organisateur des œuvres caritatives en France au XIXe siècle ; Félix Dupanloup (1802/1849- 1878), évêque d’Orléans, sénateur (1876), orienté vers le catholicisme libéral ; Nicolas Wiseman (1802/1850-1865), premier archevêque de Westminster ; Henry Manning (1808/1865-1892), converti en 1851, deuxième archevêque de Westminster ; Herbert Vaughan (1832/1872/1892-1903), oblat de Saint-Charles puis évêque de Salford et troisième archevêque de Westminster ; Joseph Lingens, organisateur des Katholikentage à Aix-la-Chapelle en 1862 ; Auguste Reichensperger (1808-1895), conseiller à la Cour d’appel de Cologne (1849-1875) et député à l’Assemblée nationale de Francfort et membre du Reichstag (1871- 1885) ; Giambattista Casoni (1830-1919), rédacteur en chef d’Il Conservatore et de l’Eco delle Romagne et rédacteur à l’Unione (1878-1896) et directeur de l’Osservatore romano (1890-1901) ; Eugenio Alberi, chevalier (1807-1878), défenseur des États pontificaux ; Francesco Nardi (1808-1877), auditeur de Rote, prélat du Saint-Siège ; Gaspard Mermillod (1824-1892), vicaire général de Lausanne, vicaire apostolique de Genève en 1873 et expulsé de Suisse, évêque de Fribourg en 1883 et nommé cardinal en 1890.

18 J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 59-65 ; K. Van Isacker, Werkelijk en wettelijk land, op. cit., p. 4-7 et 150-151.

19 J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 131-146.

20 J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 193, 233 et passim ; L. Wills, « La Belgique au XIXe siècle : situation religieuse, politique et sociale », dans E. Gérard, P. Wynants, éd., Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique, t. 1, KADOC-Studies 16, Louvain, 1994, p. 19-38 et passim ; J. De Maeyer, « La Ligue Démocratique belge et ses antécédents », dans ibid., t. 2, KADOC-Studies 16, Louvain, 1994, p. 19-36 et passim ; J. De Maeyer, « The Neo-Gothic in Belgium : Architecture of a Catholic Society », dans J. De Maeyer, J. et L. Verspoest, éd., Gothic Revival. Religion, Architecture and Style in Western Europe 1815-1914, KADOC Artes 5, Louvain, 2000, p. 19-34.

21 J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 188-190 ; K. Van Isacker, Werkelijk en wettelijk land, op. cit., p. 150-153. Victor, Auguste Dechamps (1810-1883), rédemptoriste, évêque de Namur (1865-1867), puis archevêque de Malines (1867-1883) et cardinal (1875).

22 J.-L. Soete, Organisations et structures de base, op. cit., p. 326-343 et passim ; E. Lamberts, éd., Een kantelend tijdperk. De wending van de Kerk naar het volk in Noord-West-Europa/Une époque en mutation. Le catholicisme social dans le Nord-Quest de l’Europe/Ein Zeitalter im Umbruch. Die Wende der Kirche zum Volk im nordwestlichen Europa (1890-1910), KADOC-Studies 13, Louvain, 1992, passim ; J. De Maeyer, De rode baron. Arthur Verhaegen, 1847-1917, KADOC-Studies 18, Louvain, 1994, p. 136-171.

23 Voir J.-C.-H. Blom, E. Lamberts, History of the Low Countries, op. cit., p. 332- 343 ; P. Gerin, « Catholicisme social et démocratie chrétienne (1884-1904) », dans E. Gérard, P. Wynants, éd., Histoire du mouvement ouvrier, t. 1, p. 59-78 ; J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 343-374 ; S. Verlinden, « De Synagoge van Satan ». Katholieke beeldvorming over Vrijmetselarij in België, 1830-1914, Mémoire de licence, K.U. Leuven, 2006, p. 121-132.

24 Victor-Joseph Doutreloux (1837-1901), évêque de Liège de 1879 à 1901 ; P. Gérin, « Catholicisme social et démocratie chrétienne », op. cit., p. 59-78 ; P. Gerin, « Les congrès sociaux de Liège (1886, 1887 et 1890), carrefours du catholicisme social international », Bolletino dell’archivio per la storia del movimento sociale cattolico in Italia, t. 38, 2003, n° 3, p. 304-339. Arthur Verhaegen (1847-1917), baron (1886/1917), ingénieur des Ponts et chaussées et architecte néogothique, ancien ultramontain, évolua après 1884 dans le sens de la démocratie chrétienne modérée, président de la Ligue démocratique belge, député (1900-1917). Joris (Georges) Helleputte (1852-1925), ingénieur des Ponts et chaussées et architecte néogothique, professeur à l’Université catholique de Louvain, ancien ultramontain fondateur de la Ligue démocratique belge et du Boerenbond belge, député (1889- 1907) et ministre (entre 1907 et 1918) avec un profil flamand modéré. Victor-Joseph Doutreloux (1837-1901), évêque de Liège de 1879 à 1901, était connu pour ses sympathies démocrates chrétiennes.

25 Voir l’aperçu toujours aussi clair des différentes tendances du catholicisme social de J.-M. Mayeur, Des Partis catholiques à la Démocratie chrétienne (XIXe-XXe siècles), Paris, 1980, p. 49-80 et, plus actuel, E. Gérard, « The Emergence of a People’s Party », dans M. Gehler, W. Kaiser, H. Wohnout, ed, Christian Democracy in 20th Century Europe, Vienne, 2001, p. 98-100 ; P. Gerin, « Catholicisme social et démocratie chrétienne », op. cit., p. 79-113 ; J. De Maeyer, De rode baron, op. cit., p. 209-415. Charles Woeste (1837-1922), comte, docteur en droit et avocat de grande réputation, protestant converti au catholicisme en 1853, directeur de la Revue Générale (1868-1874), député de l’arrondissement d’Alost (1874-1922), président de la Fédération des cercles catholiques et des associations conservatrices (1884-1918).

26 P. Gerin, « Catholicisme social et démocratie chrétienne », op. cit., p. 97-99 et passim ; P. Gerin, « Les écoles sociales belges et la lecture de Rerum Novarum », dans Rerum Novarum. Écriture, contenu et réception d’une encyclique, Collection de l’École française de Rome 232, Rome, 1997, p. 267-289 ; J. De Maeyer, « Katholische Soziallehre und Christliche Arbeiterorganisationen in Belgien von der Freiburger Union (1884-1888) zur Union von Mechelen (1921-1960) » dans C. Hiepel, M. Ruff, éd., Christliche Arbeiterbewegung in Europa, 1850-1950, Konfession und Gesellschaft 30, Stuttgart, 2003, p. 99-109 et passim.

27 Pour le nouveau climat dynamique qui se manifesta en Belgique vers 1908-1909, voir J.-C.-H. Blom, E. Lamberts, History of the Low Countries, op. cit., p. 332- 347 ; H. De Smaele, Rechts Vlaanderen. Religie en stemgedrag in 19de-eeuws België (à paraître, 2007) ; E. Gérard, « L’épanouissement du mouvement ouvrier chrétien (1904-1921) », dans E. Gérard, P. Wynants, éd., Histoire du mouvement ouvrier, op. cit., t. 1, p. 135-136 et 143-145. Pour la figure du cardinal Mercier, voir L. Courtois, « Le cardinal Mercier : introduction à l’étude d’une personnalité », dans J.-P. Hendrickx et al., éd., Le cardinal Mercier (1851-1926). Un prélat d’avant-garde, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 79-97. Pour le vent de renouveau que le roi Albert Ier (1875/1909-1934) et son entourage firent souffler, voir G. Desmeth, Albert I, 1875-1934, Bruxelles, 1984, p. 39-90.

28 E. Gérard, « L’épanouissement du mouvement ouvrier chrétien (1904-1921) », op. cit., p. 123-128.

29 D. Keymolen, Victoire Cappe, 1886-1927. Une vie chrétienne, sociale, féministe, KADOC-Studies 28 Louvain-Bruxelles, 2001, p. 66-71 et 89-105. Pour le contexte du féminisme chrétien, voir aussi S. Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale (XIXe-XXe siècle), Paris, 1990, p. 29- 102. Pour son soutien à Joseph Cardijn, voir L. Courtois, « Le cardinal Mercier : Introduction à l’étude d’une personnalité », op. cit., p. 82-83 et L. Alaerts, Door eigen werk sterk. Geschiedenis van de kajotters en kajotsters in Vlaanderen, 1924- 1967, Louvain, 2004, p. 25-36 et passim.

30 Basé sur les actes des congrès catholiques édités sous le titre Assemblée générale des catholiques en Belgique 1863, 1864, 1867, 1891 (parus chaque fois l’année après le congrès) et les Actes du VIe Congrès catholique de Malines (1936, parus en 1937). Voir aussi la belle analyse de J.-L. Soete, Structures et organisations de base, op. cit., p. 79-87.

31 Voir J.-C.-H. Blom, E. Lamberts, History of the Low Countries, op. cit., p. 351- 364.

32 Pour la division idéologique parmi les catholiques dans la période de l’entre-deux-guerres, la montée du rexisme et du mouvement nationaliste et radical flamand, voir E. Gérard, « Adaptation en temps de crise (1921-1944) », dans E. Gérard, P. Wynants, éd., Histoire du mouvement ouvrier, op. cit., t. 1, p. 175-245 ; E. Gérard, Partij in crisis. Partijpolitiek leven in België (1918-1940), Louvain, 1985, passim. Voir aussi G. Van Haver, Onmacht der verdeelden. Katholieken in Vlaanderen tussen demokratie en fascisme (1929-1940), Berchem, 1983, passim ; également K. Déprez, L. Vos, éd., Nationalism in Belgium : shifting identities, 1780-1995, Basingstoke, 1998, passim ; L. Vos, « De politieke kleur van jonge generaties. Vlaams-nationalisme, Nieuwe Orde en extreem-rechts », dans R. Van Doorslaer, éd., Herfsttij van de 20ste eeuw. Extreem-rechts in Vlaanderen 1920-1990, Louvain-Bruxelles, 1992, p. 15-46 ; E. Gérard, « La responsabilité du monde catholique dans la naissance et l’essor du rexisme », La Revue nouvelle, janvier 1987, p. 67-77 ; A. Collignon, « Le Rexisme, un pré-poujadisme ? », dans L’Extrême-droite en Belgique francophone. De l’avant à l’après-guerre, Bruxelles, 1994, p. 41-77. Van Zeeland, Paul-Guillaume, vicomte, (1893-1973), économiste, financier et homme politique. Premier ministre 1935-1937.

33 E. Gérard, De Katholieke Partij in crisis, op. cit., p. 437-438 et 468-483.

34 E. Gérard, De Katholieke Partij in crisis, op. cit., p. 469. Van Roey, Jozef-Ernest (1874-1961), archevêque de Malines à partir de 1926, cardinal.

35 Voir J.-C.-H. Blom, E. Lamberts, History of the Low Countries, op. cit., p. 365- 384. Pour les évolutions de l’Église belge après 1945, voir entre autres S. Hellmans, Strijd om de moderniteit. Sociale bewegingen en verzuiling in Europa sinds 1800, KADOC-Studies 10, Louvain, 1990, 173-251 ; P. Pasture, Kerk, politiek en sociale actie. De unieke positie van de christelijke arbeidersbeweging in België, 1944-1973, Louvain-Apeldoorn, 1992, passim ; R. Laermans, éd., Godsdienst en Kerk in een geseculariseerde samenleving. Een keuze uit het werk van Karel Dobbelaere, Louvain, 1998, passim. Le contexte plus large et la réflexion sur la thèse de la sécularisation dans H. Mc Leod, W. Ustorf, éd., The Decline of Christendom in Western Europe, 1750-2000, Cambridge, 2003, p. 1-26.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search