Version classiqueVersion mobile

Le catholicisme en congrès (xixe-xxe siècles)

 | 
Claude Langlois
, 
Christian Sorrel

Introduction

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 « Les congrès, lieux de l’échange intellectuel (1850-1914) », Mil neuf cent. Revue d’histo (...)
  • 2 Christian Sorrel, « Un objet d’enquête ? Les congrès catholiques en France au XIXe et au X (...)
  • 3 René Rémond, Les deux congrès ecclésiastiques de Reims et de Bourges 1896- 1900, Paris, Si (...)
  • 4 Catholicisme, t. 3, 1952, col. 28-32 (congrès, congrès eucharistiques, congrès marials nat (...)
  • 5 Martin Spahn, Thomas F. Meehan, « Catholic Congresses », The Catholic Encyclopedia, t. 4, (...)

1Le congrès, étudié d’abord par les spécialistes du politique comme lieu de production d’un discours militant, est entré plus récemment dans d’autres champs historiographiques, qu’il s’agisse de la vie intellectuelle1 ou des questions religieuses2. Les historiens du religieux ont en effet longtemps ignoré ou sous-estimé l’ampleur et la diversité du phénomène dans le catholicisme français contemporain en évoquant tout au plus les congrès ecclésiastiques de Reims (1896) et Bourges (1900) ou le congrès parisien de la JOC (19373). L’encyclopédie Catholicisme avait pourtant retenu quatre entrées au début des années 19504 et noté que les congrès étaient devenus une « institution de la vie catholique », mais les développements y restaient succincts, sans proportion avec la riche notice publiée un demi-siècle plus tôt par l’américaine Catholic Encyclopedia qui avait su mettre en évidence la croissance des congrès à l’échelle européenne et même planétaire5.

  • 6 Émiel Lamberts, L’Internationale noire 1870-1878. Le Saint-Siège et le catholicisme milita (...)
  • 7 Christian Sorrel, « Le prêtre et le congrès (1870-1940) : un rendez-vous manqué ? », Revue (...)
  • 8 Christian Sorrel, « Les congrès catholiques et la ville dans la France contemporaine », da (...)
  • 9 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 2, T (...)

2C’est en Allemagne dès 1848 puis en Belgique dans la décennie 1860 que l’Église catholique commence à recourir au congrès comme moyen de défense et d’affirmation dans la vie politique et sociale. La France et l’Italie entrent en scène un peu plus tard, au cours des années 1870, dans un contexte intérieur difficile et une conjoncture romaine marquée par le concile et la prise de la Ville éternelle par les troupes italiennes6. Dès lors, le mouvement, en phase avec des réalités catholiques nationales variées, s’amplifie en se diversifiant. Diversité des échelles, des congrès internationaux aux congrès paroissiaux. Diversité des thématiques, des congrès généralistes, souvent appelés congrès d’œuvres, aux congrès dédiés à un sujet particulier, de la dévotion eucharistique aux « projections lumineuses », ou réservés à un public spécifique comme les prêtres7. Diversité des modalités, des rassemblements de masse qui privilégient le théâtre urbain aux réunions presque confidentielles centrées sur les séances d’études8. Le phénomène monte en puissance de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle avec une tendance à l’éclatement des initiatives. Vient ensuite un repli qui s’affirme dans la décennie 1960 au cours de laquelle la crise catholique n’épargne pas le congrès, même si les manifestations autour de l’eucharistie gardent une importance sur le plan international. La France s’inscrit parfaitement dans cette chronologie avec un moment clé, repéré d’abord par Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, les années entre la Séparation des Églises et de l’État et la Grande Guerre, temps fort de la mobilisation d’un catholicisme qui se sent menacé dans son existence même et cherche une réponse avant tout dans le cadre diocésain en associant plus étroitement les laïcs aux clercs9.

  • 10 L’ouvrage est en cours de publication dans la Bibliothèque de l’École pratique des hautes (...)

3La prise de conscience de l’importance du mouvement a conduit le Groupe de recherche 1095 du CNRS à proposer en 1994 une enquête orientée vers le recensement des actes des congrès catholiques tenus en France aux XIXe et XXe siècles. La tâche s’est révélée plus ardue que prévue devant la difficulté de trouver des relais régionaux pour un travail ingrat, la dispersion des publications dans des fonds d’archives ou des bibliothèques d’accès malaisé et l’insertion de nombreux comptes-rendus dans des revues dont le dépouillement exhaustif est impossible. Avec une ambition plus modeste, servie par l’avancement de la mise en ligne des catalogues de bibliothèques, notamment celui de la Bibliothèque nationale, même si bien des volumes n’y sont pas conservés ou n’y sont pas consultables en raison de l’état du papier, un inventaire a finalement été réalisé avec un double objectif, procurer aux chercheurs un instrument de travail et susciter des études10. Il a semblé intéressant, parallèlement, d’ouvrir des pistes de réflexions en sélectionnant quelques cas, sans prétendre à l’exhaustivité, ni même à la représentativité, dans le cadre de deux journées d’études réunies en septembre 2005 à Paris sous la responsabilité de Claude Langlois et Christian Sorrel, après une première journée de réflexion à Lyon en novembre 2000.

4Il s’agissait dans un premier temps de mettre en perspective les congrès français dans l’ensemble européen et l’on ne peut que déplorer l’absence dans ce volume d’actes de la communication de Marie-Emmanuelle Reytier sur les Katholikentage allemands qui ont servi de référence aux mobilisations congressistes, même si les tensions internes du catholicisme français n’ont pas permis la tenue d’assises aussi régulières et aussi amples. Les interventions de Jan De Maeyer pour la Belgique et Hilaire Multon pour l’Italie suggèrent bien en revanche la richesse des approches comparatives nationales au sein d’un catholicisme européen romanisé et confronté aux défis de la modernité. Les communications centrées sur la France proposent dans un deuxième temps des regards croisés. Daniel Moulinet et Bruno Béthouart attirent l’attention sur la phase initiale de mobilisation qui prend forme dans les congrès de notables convoqués par les comités catholiques sur le plan national ou dans un cadre régional, mais qui est déstabilisée par le Ralliement. À l’heure de la Séparation, les initiatives se multiplient et, sur fond de congrès diocésains, deux sont retenues ici. La première, celle des congrès Jeanne d’Arc analysés par Bruno Dumons, montre comment le congrès est un lieu d’innovation dans le champ confessionnel. La seconde, celle des congrès marials bretons, présentée par Frédéric Le Moigne, s’inscrit dans un cadre régional spécifique et privilégie une démarche empruntée à l’Italie puis prolongée sur le plan national. Deux autres communications, celles de Philippe Rocher et Dominique-Marie Dauzet, traitent de congrès de praticiens, ceux de l’enseignement chrétien et de la musique sacrée, dont les enjeux dépassent largement les seules questions techniques posées dans les débats. Il restait enfin, dans un troisième temps, à prendre la mesure des congrès internationaux qui ne sont pas le simple résultat d’un processus cumulatif, mais qui sont présents dès les années 1880-1890. Deux exemples, là encore, sont significatifs. Les congrès scientifiques internationaux des catholiques, abordés par Francesco Beretta, contribuent, en dépit de leur nombre limité, à la production d’orthodoxie en un temps où le défi de la science apparaît redoutable pour l’Église. Bien moins éphémères sont les congrès eucharistiques dont Claude Langlois montre qu’ils sont également un lieu d’élaboration d’une modernité catholique. Au fil des études s’impose l’idée que le congrès, dans sa forme comme dans son contenu, est un observatoire pertinent des mutations du catholicisme contemporain : leur étude constitue l’un des chantiers féconds des années à venir.

Notes

1 « Les congrès, lieux de l’échange intellectuel (1850-1914) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 7, 1989, p. 5-126.

2 Christian Sorrel, « Un objet d’enquête ? Les congrès catholiques en France au XIXe et au XXe siècle », dans Dominique Avon, Michel Fourcade, dir., Mentalités et croyances contemporaines. Mélanges offerts à Gérard Cholvy, Montpellier, Université Paul-Valéry – Montpellier III, 2003, p. 89-106.

3 René Rémond, Les deux congrès ecclésiastiques de Reims et de Bourges 1896- 1900, Paris, Sirey, 1964, XII-242 p. ; Jean-Pierre Coco, Joseph Debes, 1937, l’élan jociste. Le dixième anniversaire de la JOC – Paris, juillet 1937, Paris, Éditions ouvrières, 1989, 187 p.

4 Catholicisme, t. 3, 1952, col. 28-32 (congrès, congrès eucharistiques, congrès marials nationaux, congrès scientifiques internationaux des catholiques).

5 Martin Spahn, Thomas F. Meehan, « Catholic Congresses », The Catholic Encyclopedia, t. 4, New York, R. Appleton, 1908, p. 242-251.

6 Émiel Lamberts, L’Internationale noire 1870-1878. Le Saint-Siège et le catholicisme militant en Europe, Leuven, University Press, 2002, 514 p.

7 Christian Sorrel, « Le prêtre et le congrès (1870-1940) : un rendez-vous manqué ? », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 93, n° 230, janvier-juin 2007, p. 71-88.

8 Christian Sorrel, « Les congrès catholiques et la ville dans la France contemporaine », dans Villes et religions dans l’Europe moderne et contemporaine [sous presse].

9 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 2, Toulouse, Privat, 1986, p. 150-158 ; Christian Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 87, juillet-septembre 2005, p. 85-100 ; Jean-Luc Marais, « Assemblées et congrès diocésains : la mobilisation des catholiques dans l’Ouest (1906-1914) », dans Émile Poulat, dir., La Séparation et les Églises de l’Ouest, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 199-235.

10 L’ouvrage est en cours de publication dans la Bibliothèque de l’École pratique des hautes études (Brepols).

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search