Version classiqueVersion mobile

Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin (xvie-xxe siècles)

 | 
Sylvio De Franceschi

Le pape « selon » les défenseurs de la Constitution Unigenitus : Les Tocsins catholiques

Catherine Maire

Texte intégral

  • 1 Notons que l’hostilité des port-royalistes du Grand Siècle à l’égard du pape est également (...)
  • 2 Nous nous permettons de renvoyer une fois pour toutes à notre livre De la cause de Dieu à (...)
  • 3 Sur ce point voir l’étude ancienne d’Albert Le Roy, La France et Rome de 1700 à 1715 : his (...)

1L’antiromanisme janséniste est difficile à cerner dans la France du XVIIIe siècle, car il est, somme toute, assez peu question du pape et de son pouvoir, direct ou indirect, lors de la querelle de l’Unigenitus.1 Ni le souverain pontife, ni la cour de Rome n’ont été la cible principale des critiques des jansénistes organisateurs de l’Appel au concile, moins encore de ceux issus de la mouvance figuriste qui ont développé l’ecclésiologie du Témoignage de la vérité2. De plus, il faut toujours se souvenir que la Bulle Unigenitus a été exigée avec beaucoup d’insistance par Louis XIV, et l’on peut se demander si Clément XI l’aurait jamais promulguée de son propre chef3.

  • 4 Sur le néologisme de « gallicanisme » nous nous permettons de renvoyer à notre article : « (...)

2Quant à la tradition conciliaire, c’est en quelque sorte l’arlésienne du dossier. Du vivant de Louis XIV, aucun concile national n’a eu lieu selon la procédure habituelle de la réception d’une constitution romaine. La bulle Unigenitus a été acceptée par une assemblée d’une quarantaine d’évêques, convoqués à la hâte à Paris, puis elle a été enregistrée au Parlement. Sous la Régence, l’appel à un concile œcuménique est bien évoqué d’une manière lancinante, mais le concile est ainsi renvoyé dans un futur indéterminé. C’est la procédure de « l’Appel » en elle-même, avec son cortège de signataires, les « appelants », sorte de premiers pétitionnaires modernes, qui prime sur la réalité du concile. Personne ne croit, en définitive, à sa réunion effective, pas même ceux qui y font sans cesse référence dans le but stratégique de mettre entre parenthèses le jugement dogmatique ! Et lorsqu’un concile a effectivement lieu, à Embrun en 1727, ce n’est pas pour s’opposer au pape mais, au contraire, pour suspendre l’évêque janséniste Jean Soanen qui, lui, avait appelé plusieurs fois au concile de la bulle Unigenitus et fédéré le petit reste des irréductibles signataires de l’Appel. Tout comme le pape, le concile fait défaut, le champ problématique du « gallicanisme » a changé par rapport à sa formulation dans le dernier tiers du Grand Siècle4. Il ne se pose plus en termes de pouvoir du souverain pontife, primauté ou non par rapport au concile, prérogatives juridictionnelles ou non par rapport au monarque absolu.

Une source équivoque

  • 5 La formulation des quatre articles est beaucoup plus complexe que certains résumés ne le l (...)

3Ce constat a constitué le point de départ de ma réflexion. Pourquoi donc la thématique du pouvoir du pape par rapport à celui du concile était-elle devenue si évanescente au XVIIIe siècle alors qu’elle constituait encore le centre de la Déclaration des quatre articles en 16825 ? Quand, comment et pourquoi ce décentrement s’était-il opéré ? Et qu’en était-il du côté des partisans de la constitution Unigenitus ? Quelle conception de la romanité ecclésiale défendaient-ils au juste ?

  • 6 Voir par exemple le Recueil des mandements et instructions pastorales de messeigneurs les (...)
  • 7 Citons, parmi de nombreux autres libelles publiés sous l’anonymat : Barthélémy des Bosses, (...)

4Cette interrogation a débouché sur une déconvenue, mais, heureusement, une déconvenue génératrice d’une piste prometteuse. Parmi les libelles de justification de la bulle Unigenitus, emanés de la plume de jésuites et de capucins pour la plupart, sans parler des lettres pastorales et des mandements des évêques constitutionnaires6, (Mgr Jean-Joseph Languet de Gergy, évêque de Soissons, et Mgr François de Mailly archevêque duc de Reims, en tête), force est de constater que très peu traitent du pape ou de la romanité. Ce n’est manifestement pas leur centre d’intérêt.7

  • 8 Les Tocsins avec les écrits et les arrêts publiés contre ces libelles violens et séditieux (...)

5Un volume s’est détaché toutefois comme faisant exception au point de devenir la source par excellence de ma communication : les Tocsins avec les écrits et les arrêts publiés contre ces libelles violens et séditieux et un recueil de mandemens et autres pièces qui ont rapport aux écrits précédents. Cette anthologie de textes antijansénistes compilée et commentée par des jansénistes a été publiée anonymement et clandestinement en 1716, sans doute en Hollande.8

6En somme, le travail que je projetais d’effectuer avait déjà été réalisé par le parti janséniste : tirer la doctrine « ultramontaine » des écrits des partisans zélés de la constitution Unigenitus. L’adversaire des jansénistes était-il donc si fantomatique qu’il leur fallût rassembler, publier et republier ses écrits dispersés à sa place ? Pourquoi les défenseurs de la constitution Unigenitus n’avaient-ils pas manifesté eux-mêmes la position ultramontaine qui leur était attribuée ?

  • 9 Mémoire sur la proposition qui a été faite à quelques évêques du nombre de ceux qui ont ac (...)
  • 10 Louis Ellies Dupin, Mémoires et Réflexions sur la constitution Unigenitus de Clément XI et (...)

7En lisant ce recueil, la problématique de « l’infaillibilité dogmatique » du pape s’est dégagée avec évidence : non pas l’infaillibilité par rapport au concile mais l’infaillibilité par rapport au dogme. Comme s’en justifie l’évêque de Nîmes, Mgr de La Parisière : « l’acceptation pure et simple ne marque pas tant l’infaillibilité de l’autorité que la certitude du dogme »9. Sous cette perspective, un aspect de la romanité a bel et bien été abordé lors la polémique entre les partisans et les détracteurs de la bulle Unigenitus, dès les premiers mois de la Régence (le thème a perduré jusque dans les années 1730 environ). L’hypothèse s’est d’autant plus vérifiée que ce point précis de controverse a fait l’objet de gros traités gallicans à la même époque : Louis Ellies Dupin, Jean Lévesque de Burigny et dom Mathieu Petitdidier10.

  • 11 Tocsins catholiques. Recueil de pièces les plus fortes que les catholiques ont fait paraît (...)
  • 12 Voir par exemple le Nouveau Catéchisme dressé sur la doctrine et les expressions de la Con (...)
  • 13 Ces Recueils de pièces importantes en faveur de la Constitution Unigenitus sont extrêmemen (...)

8Ce volume des Tocsins s’est révélé d’autant plus intriguant que, contrairement à son intention partisane de départ, il pouvait servir aux deux bords, aussi bien aux détracteurs de la constitution romaine qu’aux partisans de l’attachement au Saint-Siège, comme l’éditeur des volumes suivants le fait remarquer, quatre nouveaux volumes donnés comme la suite du premier et parus sous le titre légèrement différent, mais révélateur de Tocsins catholiques. Recueil de pièces les plus fortes que les catholiques ont fait paraître contre les ennemis du Saint Siège au sujet de la constitution Unigenitus, Avignon, chez Joseph Chastel, imprimeur du Saint Office, avec permission des supérieurs, 1717-1718, deux tomes en quatre volumes11. Ce changement d’étiquette m’a perturbée au point de conduire à l’hypothèse, dans un premier temps, qu’il pouvait s’agir d’un procédé ironique assez typique des jansénistes : écrire du point de vue de l’adversaire, pousser son point de vue à l’extrême pour s’en moquer12. Mais il fallut se rendre à l’évidence, le nom de l’imprimeur avignonnais n’était pas une allusion perfide au ligueur Jean Chastel. L’imprimeur du Saint-Office à Avignon, Joseph Chastel, était non seulement bien réel, mais c’est lui également qui avait publié un grand nombre d’ouvrages en faveur de la constitution Unigenitus, dont six Recueils de pièces importantes en faveur de la constitution Unigenitus pour la seule année 1717 et au moins deux volumes pour les années suivantes 1718 et 171913. Tout comme les écrits du recueil des Tocsins jansénistes, la plupart des pièces qui constituent les Tocsins catholiques avaient déjà été publiées séparément dans le cadre du développement de la polémique sous forme de libelles, de lettres ou de mandements. Le principe de la collection avait été initié par les jansénistes puis repris par l’imprimeur du Saint-Office à Avignon pour un commanditaire ultramontain, dans le même esprit mais pas dans le même but !

  • 14 Sur le rôle de la querelle janséniste dans ce déplacement, voir Bruno Neveu, L’erreur et s (...)
  • 15 Nous renvoyons à notre article, « la querelle janséniste au prisme des guerres de Religion (...)
  • 16 Montesquieu, « Mémoire sur le silence à imposer sur la Constitution », Œuvres et écrits di (...)

9Ce flottement à propos de l’identité des recueils est à prendre comme l’indice d’un trouble plus profond. Si ces textes ont fait l’objet d’une bataille pour leur sens et si j’ai pu moi-même éprouver un doute sur leur attribution, c’est que le clivage ne passe plus, en réalité, entre les « ultramontains » et les « gallicans », selon la structure traditionnelle des tensions entre Rome et la France, entre la primauté du pape et la puissance du concile national. Il s’est déplacé dans le premier tiers du XVIIIe siècle français14. L’opposition de l’antiromanisme et du romanisme gravite autour de l’infaillibilité dogmatique du pape ; elle organise un conflit au sein même de la mouvance gallicane entre ses partisans et ses détracteurs. Il n’existe plus, à cette époque, aucun théoricien ultramontain au sens d’un défenseur du pouvoir direct ou indirect du pape par rapport à la souveraineté du monarque français, même si les jansénistes ont désespérément tenté de ressusciter son fantôme en appelant notamment la mémoire de la Ligue à la rescousse.15 C’est ce glissement que je vais m’efforcer de mettre en lumière. Il reste relativement discret jusqu’à la promulgation de la constitution Unigenitus comme loi de l’État en 1730. En revanche, il s’affirme dans le sillage de ce décret royal. Montesquieu en a bien signalé l’importance capitale pour comprendre les troubles politiques qui ont suivi16. Il va entraîner un approfondissement de la querelle intestine au sein des forces gallicanes. En effet, dans la mesure où la bulle devient une constitution « mixte », elle est soumise aussi bien à la juridiction de l’Église qu’à celle de l’État, plus concrètement à celle de leurs représentants respectifs, les évêques d’un côté et les parlements de l’autre.

10L’objectif de ma communication sera de tenter de suivre le tournant de ce que l’on pourrait appeler, faute d’une meilleure expression, « l’internalisation » du conflit gallican traditionnel, c’est-à-dire son transfert à l’intérieur même de la monarchie absolue. Les tensions et les négociations n’ont plus lieu entre Rome et la France, mais entre le corps des évêques français et les défenseurs des lois fondamentales de l’État absolu, les parlements. Elles ne séparent plus les partisans du pouvoir direct ou indirect du pape et les défenseurs de la souveraineté du roi de droit divin ni même les champions de la primauté du pape et les héros des libertés conciliaires, si l’on veut tenir compte de la différence entre le gallicanisme politique et le gallicanisme ecclésiastique. C’est au sein même des forces gallicanes que deux conceptions de l’attachement à Rome s’opposent, et plus profondément deux manières de considérer les limites respectives de l’Église et de l’État lorsque l’Église est dans l’État. Car désormais, il faut le souligner, toutes les parties reconnaissent cette inclusion sans contestation.

Les Tocsins jansénistes

  • 17 Lucien Ceyssens, Le sort de la bulle Unigenitus, Leuven University Press, Louvain, 1992, p (...)
  • 18 Les Tocsins avec les écrits et les arrets, op .cit., 1716, p. III.
  • 19 Histoire du Livre des Réflexions Morales sur le Nouveau Testament, Amsterdam, chez Nicolas (...)

11L’histoire des Tocsins est mal connue, même des grands spécialistes de la constitution Unigenitus. Le Père Ceyssens donne crédit au vocabulaire janséniste qui vise, par le titre choisi, à souligner le danger d’un incendie allumé par ces libelles dont certains sont directement dirigés contre le régent17. Ce serait le public, d’après l’éditeur janséniste, qui les aurait naturellement nommés Tocsins puisqu’ils visent à « mettre l’Église et l’État en combustion18 ». Aux yeux des lecteurs de l’époque, l’allusion à la Saint-Barthélémy, au tocsin de l’église de Saint Germain l’Auxerrois, est sans doute évidente. L’auteur janséniste de l’Histoire de la constitution Unigenitus évoque également le « bruit public » qui aurait attribué le Tocsin intitulé Mémoire pour le corps des évêques au Père Le Tellier ou au Père jésuite Doucin « dont on crut reconnaître le style furieux et emporté19 ». La première partie du volume est composée de six textes assez hétéroclites qui ont déjà presque tous été publiés à part sous forme de libelles, manifestement rédigés au cas par cas pour les besoins de la polémique en cours. De par ce caractère circonstanciel, ils ne témoignent donc en aucun cas d’un projet théorique commun ni même d’une forme de concertation, en dépit de l’intention de l’éditeur janséniste de faire croire l’inverse : 1. Mémoire composé pour son Altesse royale, Monseigneur le Régent par M. Maboul évêque d’Alet, touchant les explications que M. le Cardinal de Noailles, et les autres Prélats unis à son Éminence demandent au Pape sur la constitution Unigenitus, paru en janvier 1716 ; 2. Mémoire pour le corps des évêques qui ont reçu la constitution Unigenitus, sans doute du père Louis Doucin ou de Michel Le Tellier ; 3. Lettre circulaire d’un évêque adressée à tous les évêques de la province de Bretagne qui ont reçu la constitution Unigenitus, sans doute de Mgr de Nîmes ; 4. Mémoire sur ce qu’on doit faire pour réduire M le Cardinal de Noailles, et les autres prélats qui sont unis à son éminence au sujet de la constitution Unigenitus ; 5. Lettre de M. l’évêque de *** à M. l’évêque de *** sur ce qui s’est passé en Sorbonne, dans les assemblées de la faculté de théologie de Paris au sujet de la constitution Unigenitus, imprimée à Lyon par les soins de Jean-Noël Gaillande, virulent antijanséniste ; 6. Lettre d’un évêque au sujet des dernières assemblées de la faculté de théologie de Paris tenues en Sorbonne le 1 et 2 avril, à l’occasion d’une déclaration de M. l’évêque de Toulon.

12À ces libelles, assez courts au demeurant, vient s’ajouter le dossier de leurs réfutations par les jansénistes ainsi que les arrêts de leurs suppressions par les parlements. La dernière partie réunit en outre encore divers mandements et lettres pastorales ayant rapport avec la précédente polémique, ainsi que trois nouveaux tocsins : 7. Lettre d’un Magistrat à M. Joly de Fleury avocat général, sur son discours au parlement touchant le mémoire au corps des évêques, supprimée par le parlement de province en conséquence d’un plaidoyer de M. de Gaufridy, avocat général ; 8. Lettre d’un évêque à M. Joly de Fleury, 9. Lettre d’un abbé provençal à M de Gaufridy avocat général au parlement d’Aix ; 10. Épitre de l’Église de Genève à la Sorbonne, texte en vers du père jésuite de Cerceau.

13Le volume se termine par un libelle janséniste relatif aux assemblées de la Sorbonne, le Discours de M. Ravechet syndic. Le long « avertissement » organise le lien entre les pièces rapportées et donne la clé de lecture.

  • 20 Paul de Lyon, (capucin), Anti-hexaples, ou Analyse des cent et une propositions du Nouveau (...)
  • 21 Henk Hillenaar, Fénelon et les Jésuites, La Haye, 1967, p. 275.
  • 22 Sur ces brouilles, voir l’amusante correspondance de l’abbé de Margon, Lettre sur le confe (...)
  • 23 Voir les précisions sur les Tocsins dans Les auteurs des Tocsins confondus et les appellan (...)
  • 24 Henk Hillenaar, Fénelon et les Jésuites, op. cit., p. 278.
  • 25 Cela n’empêchera pas le père Hongnant de combattre les traités du capucin intransigeant An (...)

14La suite des Tocsins ne provient pas des jansénistes, elle est la réplique de leurs adversaires selon un procédé mimétique assez courant dans la polémique autour de l’Unigenitus. Par exemple, les jésuites ont commis des Anti-Hexaples et ajouteront encore un supplément aux Nouvelles ecclésiastiques.20 Il semblerait que les volumes intitulés Tocsins catholiques soient également l’œuvre de jésuites, en particulier celle de l’équipe de libellistes réunis autour du P. Le Tellier avec la permission expresse du père général à Rome, Tamburini, et qualifiés du sobriquet de « gens de la bonne intention » par leurs propres confrères.21 Dès la fin de l’année 1713, ils se chargèrent de combattre les jansénistes, puis les appelants, afin d’apporter leur soutien aux cardinaux de Rohan et de Bissy, chefs de file des évêques partisans de l’acceptation de la constitution romaine. Les membres de l’association étaient les amis de Fénelon : Michel Le Tellier et Jacques-Philippe Lallemant, assistés notamment par les pères Louis Doucin, Gabriel Daniel, Claude-Maur d’Aubigné, Barthélémy Des Bosses, Jacques de Longueval ou Claude-René Hongnant. Mais les querelles intestines divisèrent rapidement le groupe. Plusieurs dissidences apparurent principalement autour des deux derniers nommés, puis autour d’Honoré Gaillard et René Joseph de Tournemine.22 Le docteur de Sorbonne antijanséniste Jean-Noël Gaillande semble avoir également travaillé à l’édition de ces écrits et fait imprimer certains d’entre eux à Lyon chez le libraire des jésuites.23 La nomination contestée du père Lallemant comme recteur du collège Louis-le-Grand en 1718 acheva de dissoudre le réseau de ces polémistes qui furent priés par le général de la Compagnie de ne plus se mêler des affaires touchant la constitution Unigenitus.24 Sans doute le revirement du Régent en faveur d’une politique de fermeté dans l’application de la constitution romaine n’est-il pas étranger à l’intervention de Tamburini.25

  • 26 Abbé Jean Carreyre, Le jansénisme durant la Régence, Louvain, bureau de la Revue d’histoir (...)

15Les années 1716-1718 sont, en effet, celles de la politique gallicane et clémente du Régent.26 Les jansénistes en ont profité pour exercer de fortes pressions sur lui et sur l’archevêque de Paris, le cardinal de Noailles. Le premier volume des Tocsins est tout à fait typique de cette nouvelle forme de propagande inventée par les organisateurs de la résistance qui jouent avec l’opinion publique et mobilisent la mémoire de la Ligue dans le nouveau contexte.

  • 27 Bruno Neveu, L’erreur et son juge, op. cit. Voir également Toon Quaghebeur, « La condamnat (...)

16Le but du recueil est de créer un ennemi cohérent, de le pourvoir d’une doctrine claire, de tirer la substantifique moelle des libelles dispersés et disparates des quelques défenseurs de la constitution Unigenitus. L’erreur de ces derniers, selon l’avertissement du volume, est de supposer que la constitution Unigenitus a été reçue dans tout le corps épiscopal et qu’elle est une loi souveraine dans l’Église. Il faut rappeler à ce propos que la bulle Unigenitus n’a pas été enregistrée selon la procédure conciliaire habituelle mais par une assemblée de quarante prélats convoqués d’urgence par le roi. Dans un premier temps, la stratégie des opposants regroupés autour du cardinal de Noailles a été de demander des explications au pape pour préciser le sens des propositions condamnées abruptement. Le problème de la nature de la condamnation du jansénisme n’est pas nouveau ; Bruno Neveu a magistralement démontré que l’Inquisition romaine ne l’a jamais défini dogmatiquement comme une hérésie.27

  • 28 Les Tocsins, op. cit., p. IX.
  • 29 Ibid., p. XXIV.
  • 30 Ibid., p. XXVII.
  • 31 Ibid., p. XXVIII.
  • 32 Ibid., p. XXVIII.
  • 33 Ibid., p. XXIX.
  • 34 Ibid., p. XXX.

17L’argument principal du préfacier est que l’acceptation de la constitution Unigenitus a été souvent guidée par une thèse sujette à caution, celle de l’infaillibilité du pape, ce dont témoigne en particulier l’acceptation manifestée par d’autres Églises, où cette « opinion » est « fort en vogue », à la différence de l’Église de France.28 C’est cette attitude de soumission sans examen, « l’assujettissement avec une docilité sans réserve », qui soulève l’indignation de notre janséniste. Il ne voit dans cet acquiescement que l’effet d’un « préjugé ». Il ne manque pas l’occasion de se moquer des Allemands « qui se vantent de croire le pape infaillible ».29 Quant à l’Espagne, c’est la pratique habituelle « d’admettre d’abord sans réplique et sans demander d’explications les bulles de Rome ».30 Or rien n’est plus dangereux de s’abandonner sans réserve à une autorité, car il peut arriver que le pape prenne des vérités catholiques pour des erreurs. Le doute est insinué, « le guide n’est pas un guide sûr ».31 L’auteur se félicite qu’en France « on veut voir clair avant que de recevoir les bulles dogmatiques des papes ».32 Plus que la nécessité de réunir un concile, ce qui est valorisé est l’examen « sérieux et canonique », l’étude de l’antiquité, le consentement des évêques « représentant la croyance générale de leur Église ».33 Tandis qu’en Espagne, pays présenté comme un véritable repoussoir, les théologiens croient à « l’oracle suprême de la vérité dans l’Église » et se bornent à la lecture des scolastiques et des casuistes34.

  • 35 Ibid., p. XXX.
  • 36 Lettre de M. l’évêque de Châlon-sur-Saône (François Madot), pour servir de réponse à celle (...)
  • 37 Ibid., p. XXXII.
  • 38 Ibid., p. XXXIII.
  • 39 Ibid., p. XLII.

18Cette acceptation « sans examen, sans délibération, sans connaissance de cause » est donc uniquement fondée sur le « préjugé » d’une « prétendue infaillibilité » conclut le préfacier.35 Or, pour faire loi dans l’Église, il faut que la bulle ne soit pas « le jugement du pape seul », mais le « jugement de l’Église ». Contre le raisonnement de l’évêque de Chalons dans un texte hostile aux appelants36, il opère une intéressante distinction entre l’Église et les Tribunaux : « Ce n’est point la pluralité qui décide dans l’Église par rapport aux matières de foi, mais l’unanimité »37. Les promesses ont été faites à « l’unanimité » et non à la « pluralité », précise-t-il pour souligner que « c’est la voix de tout le corps qui décide »38. Les conciles ont toujours impliqué un consentement unanime – ou « presque unanime », est-il obligé d’ajouter. À l’inverse, il souligne qu’il existe de fortes oppositions entre les prélats acceptants. Certains enregistrent la constitution « purement et simplement » tandis que d’autres ne l’acceptent que « relativement aux sens qu’il leur plaît d’attacher aux propositions condamnées »39. Il prend grand soin de détailler et de fragmenter les goûts et les accommodements particuliers dont la constitution Unigenitus a fait l’objet dans les mandements des évêques acceptants.

  • 40 Ibid., p. LII.
  • 41 Ibid., p. LII.
  • 42 Ibid., p. LII.
  • 43 Ibid., p. LIII.

19À chaque étape de la démonstration, les expressions deviennent plus fortes pour attaquer l’infaillibilité du souverain pontife, « une opinion incertaine et contestée », une « règle mal assurée », « un problème », « une opinion d’Ecole ».40 À ce dernier stade, il pousse les tenants de la thèse dans leurs ultimes retranchements. Si leur propos avait un sens, « ce devrait être un dogme de foi et reconnu pour tel dans toute l’Église »41. Lorsque l’infaillibilité est prise pour règle et fondement de la foi, elle doit être elle-même un « objet de foi », en déduit-il logiquement42. Or il constate que, malgré toute l’autorité attribuée au pape sur la base de son infaillibilité, personne ne va jusqu’à regarder celle-ci comme « une vérité constante de foi », « un dogme qui fait partie de la foi révélée »43. Malicieusement il finit par se demander si le motif de la croyance peut être moins assuré que la croyance même !

20Toute la composition du livre est typique de l’appel à l’opinion publique des opposants à la bulle : il s’agit, en donnant les pièces mêmes de la dispute, d’ériger le public en juge de l’erreur et de la vérité – tout en orientant fermement sa lecture.

  • 44 Cette Lettre d’un Magistrat a fait l’objet à son tour d’une Réfutation d’un libelle intitu (...)
  • 45 Les Tocsins, op. cit., p. 151.
  • 46 Ibid., p. 158-159.
  • 47 Ibid., p. 182.

21C’est ainsi que le volume s’ouvre sur un texte déjà publié, le Mémoire composé pour le Régent par Mgr Maboul, évêque d’Alet, touchant les explications que Mgr le cardinal de Noailles et les autres prélats unis à son Éminence demandent au Pape, sur la constitution Unigenitus, qui est intégralement repris pour être violemment critiqué dans un libelle lui aussi paru indépendamment en 1716 et intégralement republié, quelques pages plus loin, la Lettre d’un Magistrat adressé à M. l’Evêque de *** [évêque d’Alet].44 Ce qui n’était qu’une explication modérée du refus du pape d’accorder des explications au nom de son impossibilité objective d’admettre que son jugement soit jugé, devient une doctrine despotique sous la plume du pamphlétaire janséniste. Le « magistrat » anonyme, sans doute fictif, résume de la sorte « l’image affreuse » que le mémoire donne, selon lui, du souverain pontife : « Un tyran sourd à toutes les remontrances, uniquement jaloux de son autorité, qui s’embarrasse peu d’un embrasement universel, et qui mettrait avec plaisir ses sujet les plus fidèles sous le joug et dans les fers, s’il croyait que ses violences pussent étendre sa domination et son autorité. »45 La définition de l’infaillibilité qui se dégage du Mémoire est à peu près la suivante, avance-t-il ironiquement : « Selon vous, une puissance infaillible est celle qui ne se trompe jamais dans ses décisions, et qui s’explique toujours d’une manière si claire et si sensible, qu’il sort de sa décision même un rayon de lumière si perçant, qu’il pénètre dans l’obscurité, qu’il est toujours aperçu des plus ignorants et des plus aveugles, et si cette puissance condamne dans un même degré une foule de propositions qui regardent le dogme, la morale et la discipline, que ces propositions ne puissent avoir un bon et un mauvais sens, qu’elles soient conçues dans des termes consacréz par l’Écriture et par les Pères, que le bon sens soit celui qui se présente le plus naturellement à l’esprit, et que le mauvais sens soit si éloigné, qu’il soit même insusceptible ; par une espèce de miracle ou d’enchantement, les ténèbres disparaissent, et la lumière est répandue d’une manière si sensible, que personne ne peut s’y méprendre, et alors c’est une espèce d’impiété et d’irréligion que d’avouer qu’on a encore des doutes, ou du moins que les ignorants qui sont soumis à la conduite des évêques en ont encore, et les évêques sont punissables en leur propre et privé nom de l’ignorance et de la simplicité des peuples46 ». Il est sûr qu’aucun ultramontain n’aurait jamais osé pousser si loin la doctrine ! Sur sa lancée le « magistrat » accuse Rome de contester la juridiction des évêques et de ne les reconnaître que comme des exécuteurs forcés des constitutions, « afin que toute doctrine ultramontaine ait cours dans le royaume à son gré, sans que personne puisse s’y opposer ».47 C’est sans doute la profession qu’il revendique qui l’incite à comparer le Saint-Office avec un tribunal civil, type de raisonnement qui va faire fortune au XVIIIe siècle jusqu’à l’abbé Morellet : « En quel Tribunal fait-on plaider les causes après qu’elles ont été jugées ; en quel lieu du monde les juges s’instruisent-ils après avoir prononcé, et lit-on les informations quand la sentence est exécutée ? »

  • 48 Ibid., p. 509.

22Cet échantillon donne le ton. Il n’est pas possible de passer en revue les neuf Tocsins qui composent le recueil janséniste. Ils sont rassemblés pour aller dans le même sens. Notons toutefois que l’éditeur janséniste n’est pas parvenu à consacrer un chapitre exprès à la remise en cause de la doctrine de l’infaillibilité qui est pourtant le centre de la démonstration qu’il veut opérer. Il s’en est tenu à une longue note ajoutée à un texte repris, la Dénonciation de la première Lettre de M. de Chalons : « La seule autorité du Pape ne suffit pas pour faire croire qu’il ait bien jugé. Car il n’est point infaillible. C’est un privilège qui lui est contesté par toute l’Église Gallicane48 ». La tradition gallicane à laquelle il fait référence reste une formule qui n’est pas autrement explicitée que par son opposition à l’infaillibilité dogmatique du pape.

Les Tocsins catholiques

  • 49 Les Tocsins catholiques. Recueil de pièces les plus fortes que les catholiques ont fait pa (...)
  • 50 Sur le ralliement des évêques français à l’instruction pastorale des quarante évêques, voi (...)

23Les jésuites ont tout de suite compris, de leur côté, le parti qu’ils pouvaient tirer eux aussi de semblables recueils pour traiter les jansénistes et les docteurs de Sorbonne d’« ennemis du Saint-Siège », de « sectaires », de « schismatiques », de « républicains », de « presbytériens », de « rebelles », bref, pour les accuser de n’avoir que le mot de « libertés comme cheval de bataille ».49 Ce qu’ils ont cherché à mettre en évidence, c’est l’existence d’une autre conception gallicane, tout à fait compatible, elle, avec la reconnaissance de l’infaillibilité dogmatique. En l’occurrence, se sont-ils attachés à montrer, il y a bien eu acceptation de la constitution Unigenitus par la majorité des évêques français conjointement avec le pape50.

  • 51 Les Tocsins catholiques, ou Recueil des pièces les plus fortes que les catholiques ont fai (...)
  • 52 Ibid., surtout le t. I de l’année 1717.

24À l’instar de leurs adversaires, les jésuites ont donc continué pour ce faire à rassembler des lettres pastorales, des mandements et des écrits en faveur de la constitution Unigenitus jusqu’à en former quatre volumes51. Ils se sont focalisés, notamment, sur la Sorbonne, qu’ils considèrent comme « le corps qui serait le plus ouvertement révolté contre le Saint-Siège au sujet de la constitution », ainsi que sur le cardinal de Noailles et son appel au concile.52 Mais leur sélection a ceci de remarquable qu’elle ne met pas en scène un conflit entre les défenseurs du pouvoir du souverain pontife d’un côté et les partisans des libertés de l’église gallicane de l’autre. Leurs recueils sont du reste dénués de commentaires, sans doute pour accentuer le caractère conjoncturel et défensif des écrits rassemblés contre les « schismatiques ». Dans la Sorbonne tombée, par exemple, la Sorbonne est accusée de dépasser jusqu’aux prérogatives d’un concile général :

  • 53 La Sorbonne tombée, s. l., n. d., (8 décembre 1716), republiée dans Les Tocsins catholique (...)

Les sorbonnistes entreprennent aujourd’hui de juger, de censurer, de condamner, non une simple décision apostolique, mais une décision de ce Siège dans laquelle le clergé de France a déclaré reconnaître la doctrine de l’Église, et qui est de plus applaudie par la multitude des évêques tant du même royaume que des autres états catholiques53.

  • 54 Dénonciation du presbytéranisme gallican, à nos seigneurs les cardinaux, archevêques et év (...)

25Le presbytérianisme gallican est explicitement rapproché du presbytérianisme anglican dans la Dénonciation du presbytérianisme gallican à NN. SS. les cardinaux, archevêques et évêques de France54.

  • 55 Examen du Mémoire présenté à Son Altesse royale monseigneur le duc d’Orléans, Régent du ro (...)
  • 56 Ibid., p. 64.
  • 57 Michel Le Tellier, Mémoire pour le corps des évêques qui ont reçu la constitution Unigenit (...)

26À l’opposé de l’ultramontanisme qui leur est prêté, c’est une autre vision des libertés de l’Église gallicane qui est revendiquée, par exemple dans l’Examen du mémoire présenté à son altesse royale, vision où la réception d’une bulle romaine par les évêques, c’est-à-dire « l’Église qui gouverne, qui juge, qui décide »55, forme le miroir inverse de l’ecclésiologie du Témoignage de la vérité, « témoignage unanime de tout le corps des fidèles ».56 C’est déjà ce que développait Michel Le Tellier dans son Mémoire pour le corps des évêques qui ont reçu la constitution Unigenitus.57 L’enregistrement de la constitution du pape par les évêques français a pour effet de les légitimer. L’opération inspire une ecclésiologie basée sur la collaboration avec le souverain pontife :

  • 58 Ibid., p. 19.

La constitution n’est devenue Loi pour le royaume, que par l’union des évêques avec le chef de l’église, et c’est sur quoi on ne saurait faire trop d’attention. Les évêques n’ont pas reçu simplement la loi du pape en recevant la constitution, ils ont fait la loi conjointement avec lui. La loi est portée et par le pape et par eux. C’est donc au corps des évêques aussi bien qu’au pape, c’est au corps des évêques conjointement avec le pape à en procurer l’exécution.58

27Plus encore, cette assemblée des évêques qui n’est pas un concile a ses racines dans les assemblées du clergé, institution de la monarchie absolue :

  • 59 Ibid., p. 20.

Hors des assemblées, tous les évêques ne sont-ils pas en quelque sorte les députés nés du corps, pour en soutenir les droits et les loix en son nom ? Qui empêche les évêques qui sont à Paris, de se voir, de délibérer entre eux, d’écrire aux absents, et de s’en faire plus particulièrement avouer pour agir auprès du Prince ?59

28Dans sa Lettre à S. A. R. Mgr le duc d’Orléans, l’archevêque de Reims, Mgr de Mailly, défend également une conception hiérarchique et épiscopaliste qui se veut tout aussi gallicane :

  • 60 François de Mailly, Lettre de M. l’archevêque de Reims à S. A. R. Mgr le duc d’Orléans, ré (...)

L’Église, dans les conciles, emprunte la voix des évêques, et des seuls évêques, pour s’expliquer sur les matières de foi. Le jugement du plus grand nombre des évêques, unis au pape, est un jugement compétent, d’après lequel on ne doit plus écouter ceux qui s’en plaignent. Donc le corps des évêques, soit qu’ils soient assemblez dans un concile soit qu’ils soient dispersez chacun dans leur diocèse, représente l’Église, et lorsqu’il a parlé, le prêtre et le laïque doivent également se soumettre60.

29L’acceptation ou non de la constitution romaine fait émerger un clivage à l’intérieur du gallicanisme ecclésiastique entre ce que l’on pourrait appeler un presbytérianisme, voire un laïcisme, et un épiscopalisme.

30Le conflit divise également le gallicanisme entre son aspect politique et sa dimension ecclésiastique. Mgr de Mailly est l’un des premiers à déplorer l’intervention des parlements contre les évêques constitutionnaires :

  • 61 Ibid., p. 20.

Nous sommes à la discrétion des Parlements. Ce n’est plus dans les conciles, c’est dans le palais que les affaires de l’Église se traitent aujourd’hui, c’est là qu’on décide si la constitution est reçue dans l’Église, et l’on fait dépendre des arrêts la certitude et la notoriété de la foi ! Les conciles œcuméniques attendaient du pape la confirmation de leurs décrets, présentement les décisions du pape et des évêques ont besoin d’être confirmées par les tribunaux séculiers, et elles sont impuissantes si elles ne s’accordent pas avec leurs opinions.61

  • 62 Lettre d’un Evêque à M. Joly de Fleury, s. l., n. d., (10 juin 1716), republiée dans les T (...)

31Même sur le plan du gallicanisme politique, les évêques ont une conception différente de celle des parlements, comme on le voit dans la Lettre d’un évêque à Monsieur Joly de Fleury : « Que le pape ne puisse rien changer à notre ancienne discipline, qu’il ne puisse sans le consentement du prince exercer sa juridiction parmi nous aussi librement que dans d’autres états : voilà nos libertés. Vouloir que le prince pour le bien du royaume ne puisse et ne doive même le permettre en de certains cas particuliers, ce serait l’abus de nos libertéz, ce ne serait plus seulement lier le pape, ce serait lier le prince lui-même. Nos libertéz ainsi entendues seraient le vrai esclavage du prince et le libertinage de la nation. »62

  • 63 La Sorbonne tombée, s. l., n. d., (8 décembre 1716), republiée dans Les tocsins catholique (...)
  • 64 Nous n’en avons retrouvé aucun exemplaire mais un arrêt du parlement condamne explicitemen (...)

32Aux dangers de l’infaillibilité du pape dessinés par les Tocsins jansénistes, les Tocsins catholiques opposent ceux du libre examen. Cette liberté ne peut que pousser chacun à faire « une religion à sa mode »63 et ainsi à détruire le principe d’unité, une crainte relayée par l’écrit intitulé l’Acte d’acceptation de la constitution Unigenitus par les fidèles du diocèse d’Arras signifiée à Mgr l’évêque d’Arras : « Les jugements les plus solennels ne seront plus que des opinions arbitraires. Autant de têtes, autant de dogmes »64. Plusieurs libelles insistent sur les conséquences politiques de cette forme de liberté propre au calvinisme, où le mépris pour les décisions du pape et des évêques conduit fatalement les fidèles à prendre les armes contre leurs souverains.

Le nouveau débat gallican

  • 65 Louis Ellies Dupin, Traité de la Puissance ecclésiastique et temporelle, s. l., 1707.
  • 66 Louis Ellies Dupin, Mémoires et réflexions sur la constitution "Unigenitus" de Clément XI (...)

33Sous cette perspective, l’ensemble des volumes polémiques intitulés les Tocsins inaugure un débat sur « l’infaillibilité dogmatique » qui va être effectivement théorisé dans les années suivante par des théoriciens plus gallicans que jansénistes : Louis Ellies Dupin, Jean Lévesque de Burigny et dom Petitdidier. Le Traité de la Puissance ecclésiastique et temporelle publié en 1707 témoigne de la doctrine gallicane antérieure à la bulle Unigenitus car Dupin s’en tient encore à l’analyse des quatre articles de l’Assemblée du clergé.65 La thématique de la faillibilité dogmatique du pape apparaît cependant sous sa plume dans les Mémoires et Réflexions sur la constitution Unigenitus parus à Amsterdam en 1717.66 Dupin n’a cependant pas cherché à la systématiser ; sans doute n’en a-t-il pas eu le temps puisqu’il est décédé en 1719.

Lévesque de Burigny : le gallicanisme politique

  • 67 Jean Levesque de Burigny, Traité de l’autorité du pape, dans lequel ses droits sont établi (...)

34C’est dans le Traité de l’autorité du Pape dans lequel ses droits sont établis et réduits à leurs justes bornes et les principes des libertés de l’Église gallicane justifiés, de l’historien érudit et polygraphe Jean Lévesque de Burigny, que la thématique va trouver son développement complet.67

  • 68 Ibid., t. I, p. 211.

35Lévesque commence par reconnaître la primauté de « l’évêque de Rome ». Néanmoins, d’emblée, il lui met une limite importante, en précisant qu’elle n’est que de « droit ecclésiastique ». La qualité de successeur de saint Pierre dans l’évêché de Rome n’emporte pas nécessairement la primauté avec soi. C’est Jésus-Christ qui a laissé à l’Église la liberté de se choisir « tel pasteur qu’il lui plairait, pour être le chef du sacerdoce de la nouvelle loi ». Il en découle que c’est précisément « en vertu du consentement de toutes les Églises que l’Evêque de Rome jouit de la Primauté ».68

  • 69 Ibid., p. 233.

36Sans doute, dans un premier temps, l’auteur reconnaît-il que le pape réunit en lui deux qualités, celle d’évêque de Rome et celle de premier évêque. Il admet la nécessité pour l’église catholique qu’il y ait un siège particulier, où soit placé l’étendard de l’unité. Mais dans un deuxième temps, il relativise son propos par une remarque particulièrement ravageuse à l’égard de Rome : « Il paraît fort indifférent pour le bien de l’Église, que le nom de ce premier siège soit exprimé par certaines lettres de l’Alphabet plutôt que d’autres ».69 Il envisage ainsi la possibilité pour l’Église en cas de dernière nécessité (menace de schisme), de confier le dépôt de la suprême autorité à un siège qui en ferait meilleur usage et par conséquent d’en dépouiller Rome.

  • 70 Ibid., t. II, p. 424 ss.

37Sur cette lancée, Lévesque entend prouver la faillibilité du pape « par une tradition suivie ». Non seulement la France s’est toujours opposée « avec force » à la doctrine de l’infaillibilité du pape, mais également à celle de l’Église de Rome. L’un et l’autre peuvent tomber dans l’erreur, et le dernier chapitre conclut bien évidemment sur la conduite à adopter à l’égard des constitutions des papes « que l’on croit erronées ». Il prône la résistance ferme et argumentée : les évêques, les facultés de théologie sont en droit de condamner les erreurs qu’un pape voudrait introduire. Il envisage également la possibilité de citer le pape au concile, qui a le droit de le déposer.70

38Là-dessus, c’est le droit du pape en matière de discipline qui est remis en question. La juridiction des évêques ne vient pas de lui. Les exemptions sont contraires aux canons. Même le droit du souverain pontife dans la nomination aux dignités ecclésiastiques est contesté, ainsi que celui dans les érections des évêchés et métropoles. Les appels au pape sont présentés comme une nouveauté introduite par le concile de Rome de l’an 378. Ce n’est que dans les derniers siècles de l’Église qu’il y a eu des péchés dont l’absolution a été réservée au pape, des « cas réservés ». De même, autrefois, les papes n’avaient aucune part dans la canonisation des saints, dont la mémoire était en vénération dans les églises différentes de celle de Rome. Dans les premiers siècles de l’Église, le pape n’avait aucune part aux procès que l’on faisait aux évêques.

  • 71 Ibid., t. III, p. 180.
  • 72 Ibid., p. 195.

39Lévesque en arrive à la supériorité du concile général. Non seulement il est permis d’appeler du pape au concile, mais le pape peut être jugé et déposé par le concile pour crime d’hérésie ou même simplement pour une vie scandaleuse. Les papes sont soumis aux canons. Ils n’ont pas même pas le monopole de la convocation des conciles. L’auteur insiste particulièrement sur le cas suivant : « Si le pape négligeait de convoquer un concile qui fût nécessaire pour le bien de l’Église, les princes et les évêques seraient en droit de faire ce qui dépendrait d’eux pour le convoquer ».71 Les principes du gallicanisme politique sont ainsi fortement avancés. Même un roi peut convoquer un concile national dans ses États, sans le consentement du pape.72 Quant à la manière dont les lois du pape doivent se publier, les bulles n’ont aucune force à moins qu’elles ne soient revêtues de Lettres patentes, c’est-à-dire sous la permission du roi vérifiée par le parlement.

40Arrive inévitablement dans cette ligne la question classique du pouvoir sur le temporel. Lévesque affirme la souveraineté absolue du Prince en regard de celle du pape. Ce dernier ne peut pas, de sa seule autorité, imposer un tribut sur l’Église. En revanche, le prince peut exiger des ecclésiastiques tous les biens matériels dont il a besoin sans le consentement du pape.

  • 73 Ibid., t. IV, p. 151.
  • 74 Ibid., p. 160.

41Le traité se conclut par des considérations sur les abus que la Cour de Rome a faits de son autorité tout au long de l’histoire, avec les moyens pour le prince de les empêcher. Sans avoir l’air d’y toucher, il attaque la bulle Unigenitus : « Les décrets des papes faits sans le consentement de son église ou d’un concile étaient de nulle autorité ».73 Quant aux « tribunaux » de la cour de Rome, les congrégations, ce sont des institutions purement humaines : « Les décrets de ces congrégations méritent d’autant moins qu’on s’y arrête, que le plus souvent ils n’ont point droit de faire les décisions qu’ils font : et elles sont si décriées en France, que les citer, c’est ne rien citer ».74

42Ces critiques de la cour de Rome sont stéréotypées : corruption, ambition, avarice, orgueil, droit de spoglio, indulgences. L’auteur ne se fait aucune illusion sur la réforme générale de l’Église, en revanche, il croit à la possibilité d’une réformation nationale par un prince instruit des canons et uni aux évêques et aux ecclésiastiques éclairés :

  • 75 Ibid., p. 255.

Un prince dans ces sentiments n’a qu’à assembler un concile national. Qu’il fasse faire de bons ouvrages, où l’on explique les anciens usages de l’Église. On rendrait à Rome ce qui lui est dû mais on lui reprendrait ce qu’elle a usurpé et on ferait des loix pour empêcher qu’elle ne pût nuire aux règlements du concile75.

43En résumé, on peut dire que Lévesque de Burigny a tenté de reformuler les principes du gallicanisme politique sur la base de la tradition conciliaire en soumettant complètement le concile national à l’autorité du monarque.

44L’idée de la convocation d’un concile national envisagée aussi bien par Dupin que par Lévesque de Burigny pour mettre fin à la querelle Unigenitus n’a connu aucune postérité. Tout comme Louis XIV, le Régent ne voulut d’aucun concile ; pire encore, il changea d’attitude après avoir enregistré l’échec du Réappel de 1720. Il mit un terme à sa politique d’accommodement et adopta une attitude plus répressive envers les jansénistes.

Petitdidier : le gallicanisme ecclésiastique

  • 76 Dom Mathieu Petitdidier, Traité théologique sur l’autorité et l’infaillibilité des papes, (...)
  • 77 Dom Mathieu Petitdidier, Traité théologique sur l’autorité, op. cit., p. 14 et p. 372.
  • 78 Ibid., p. 366 ss.

45Dédiés à Innocent XIII, les traités de dom Mathieu Petitdidier, abbé de Saint-Pierre de Senones, accompagnent le tournant antijanséniste du Régent.76 Le bénédictin attaque précisément le livre de Lévesque de Burigny (dont il ignore cependant le nom). Il défend une conception de l’infaillibilité pontificale qu’il prétend compatible avec les principes des libertés de l’Église gallicane. À l’opposé de Lévesque de Burigny, qu’il situe dans la lignée d’un Launoy, « coryphée, selon lui, de tous ceux qui rabaissent l’autorité du pape », il établit ce qu’il appelle la tradition constante de l’infaillibilité du pape77. À l’objection qui fait valoir l’absence de l’article de foi sur l’infaillibilité, il rétorque qu’il ne doute pas qu’un concile déciderait ce point à l’unanimité ou presque. Il renverse également l’argument que les opposants à la bulle mettent en avant à propos de l’unanimité nécessaire à son enregistrement. Il se demande, au cas où le plus grand nombre des évêques joint au pape ne pourrait faire un article de foi dans l’Église dispersée, ce qu’il adviendrait de l’autorité des conciles, même œcuméniques. Il s’en suivrait logiquement que l’autorité de ces conciles ne serait pas infaillible puisque dans aucun des conciles que l’Église reçoit pour œcuméniques la moitié des évêques du monde ne s’y est jamais trouvée, parfois pas même la sixième partie78 !

  • 79 Ibid., p. 370-371.

46Il soutient que l’unanimité des évêques ou le consentement des évêques sont une invention toute récente et mènent à un « système insoutenable ».79 Il remet systématiquement en cause l’affirmation de Lévesque de Burigny sur le privilège des évêques de France de pouvoir, en matière de foi, juger avant le pape, avec le pape, et après le pape.

  • 80 Dissertation, où l’on examine si en soutenant l’infaillibilité des Papes en matière de foi (...)

47Le point tient tellement à cœur à Petitdidier qu’il ajoutera à son traité une Dissertation entièrement consacrée à la question de savoir « si en soutenant l’infaillibilité des papes en matière de foi, on détruit les libertés de l’Église gallicane80 ». Il rappelle que le pape exerce une juridiction immédiate dans tous les diocèses de France encore aujourd’hui sur de très nombreuses matières bénéficiales :

  • 81 Ibid., p. 10-11.

C’est un droit reconnu en France, que le pape a la prévention dans la collation des bénéfices inférieurs dans tout le royaume. Que c’est par son autorité, et en vertu de ses privilèges, que les indultaires peuvent nommer à certains de ces bénéfices, que c’est encore à lui qu’appartient la disposition des bénéfices de ceux qui meurent en cour de Rome. Que c’est lui qui pourvoit à tous les évêchéz et à toutes les abbayes sur la nomination du roi. C’est le pape seul qui accorde la translation des évêchéz, la commande, la pluralité des bénéfices, qui peut unir des évêchéz, en partager et en ériger de nouveaux. Or par tous ces endroits le pape exerce une juridiction immédiate dans le royaume.81

48Il souligne encore ses pouvoirs sur les ordres religieux et les universités, ainsi que sa présence physique par l’intermédiaire de ses représentants, les nonces :

  • 82 Ibid., p. 11.

C’est encore le pape qui exempte les monastères de la juridiction des évêques. C’est lui qui établit les congrégations régulières, qui approuve les nouveaux ordres religieux, crée les universitéz. Ses légats exercent encore un pouvoir immédiat, quoique limité dans le Royaume. C’est le Pape seul qui autorise les résignations en faveur, et qui crée des pensions sur les bénéfices. C’est lui qui accorde les dispenses d’âge pour les ordres sacréz, et qui dispense aussi sur l’irrégularité. C’est lui qui accorde les coadjutoreries.82

49Le pape a également son mot à dire dans certains cas de la confession et de l’absolution :

  • 83 Ibid., p. 11.

C’est lui qui a le pouvoir de se réserver certains cas pour lesquels il faut dans tous les diocèses recourir à lui, ou à ceux qui ont ses pouvoirs pour en être absous. C’est lui qui accorde l’indulgence des jubiléz, où les confesseurs approuvéz peuvent absoudre de toute sorte de cas.83

  • 84 Ibid., p. 11.

50Enfin tous les fidèles du royaume sans exception doivent avoir recours à lui « pour obtenir des dispenses de mariage dans les degrés de consanguinité ou d’affinité. »84

51En fin de compte, Petitdidier en arrive à se demander si les « libertés » de l’Église gallicane sont bien fondées sur les conciles généraux. Il constate que la plupart des articles

  • 85 Ibid., p. 19-20.

que l’on fait passer pour libertés de l’Église gallicane » n’ont en réalité aucun rapport avec les canons de ces conciles : « Ils nous donnent, par exemple, pour des libertéz de leurs églises, que les officiers du roi ne peuvent être excommuniés lorsqu’ils font leurs charges. Que les parlements peuvent commettre des ecclésiastiques pour absoudre de certaines excommunications. Que le roi doit jouir du droit de Régale dans les églises vacantes. Ils y mettent aussi la connaissance des matières possessoires par rapport aux bénéfices et aux dîmes, les appels comme d’abus. Ils soutiennent que les évêques ne peuvent changer les bréviaires ni autres offices divins, sans lettres patentes du roi. Que les Laïcs succèdent à leurs parents ecclésiastiques pour les biens mêmes qui proviennent de l’Église. Que le clergé doit donner au roi des subsides ordinaires par forme de décime, ou de don gratuit.85

52Or on chercherait en vain la trace de ces différents articles dans les textes conciliaires.

  • 86 Ibid., p. 28 ss.

53Petitdidier emploie un raisonnement par l’absurde afin de prouver que la supériorité du pape sur les conciles n’entraîne pas le danger d’exposer les souverains à être déposés. Si tel était le cas, en effet, il faudrait être logique et avouer que les conciles généraux ont aussi un tel pouvoir sur la souveraineté des rois86. Passant en revue les principales autorités gallicanes pour conclure, Marca et Thomassin en tête mais aussi, Cappel, Hotman, Coquille, et Pithou, il montre qu’elles ont toujours cru que les libertés de l’Église gallicane pouvaient s’accorder avec l’infaillibilité du pape en matière de foi.

*
**

54Sans doute le débat entre Petitdidier et Lévesque de Burigny a-t-il compté dans l’élaboration de la déclaration royale de 1730 qui érigeait la bulle Unigenitus en loi de l’Église et loi de l’État. En cautionnant l’infaillibilité du souverain pontife par celle du monarque de droit divin, la déclaration royale de 1730 tentait en réalité de conjurer définitivement l’écart qui commençait à poindre entre la foi et la discipline, le gallicanisme ecclésiastique et le gallicanisme politique. Désormais, par cet acte lourd de conséquences, le problème était transféré au cœur même de l’État absolu. L’infaillibilité du monarque se trouvait ainsi, à son tour, sur la sellette et les parlements ne manquèrent pas l’occasion de souligner la dimension humaine du monarque en regard des lois fondamentales de l’État de droit divin. La décision posait également, avec une acuité redoublée, la question de la tolérance ou non face aux opposants notoires à la constitution. Fallait-il ou non les excommunier, leur refuser ou non les sacrements et comment établir la notoriété de leurs consciences schismatiques ? L’affaire des billets de confession découle logiquement de la transformation de la constitution Unigenitus en loi de l’État. En devenant un « objet mixte », à la fois politique et religieux, la bulle creusait une source inépuisable de conflits de juridictions.

  • 87 Voir par exemple Osmont du Sellier, Eclaircissement de plusieurs difficultés touchant les (...)

55C’est ainsi que l’antiromanisme gallican s’est mué en anticléricalisme politique, en fonction de cette conflictualité intérieure entre la juridiction de l’Église et celle de l’État dans un monde qui ne connaissait pas le principe de séparation entre les deux souverainetés.87 Cette tension si particulière à la France nous paraît expliquer pourquoi, quelques décennies plus tard, la même recherche d’union, sous les traits de la Constitution civile du clergé – une autre « constitution mixte » – allait déclencher une étrange, violente et très longue guerre intérieure.

Notes

1 Notons que l’hostilité des port-royalistes du Grand Siècle à l’égard du pape est également loin d’être évidente, en particulier si l’on songe à leurs démarches pour se justifier à Rome sur le sens des cinq propositions et surtout à l’attitude des quatre évêques opposés aux prérogatives régaliennes de Louis XIV. Arnauld est sans doute le premier à entériner clairement les principes de la Déclaration des quatre articles de 1682 dans ses Éclaircissemens sur l’autorité des conciles généraux et des papes (…) contre la Dissertation de M. de Schelstrate, garde de la Bibliothèque du Vatican, sur les prétendus actes publiés par ce même autheur en 1683, Amsterdam, 1711 (ouvrage posthume publié par Nicolas Petitpied). La conversion au gallicanisme politique semble parallèle chez les jésuites si l’on en juge par l’ouvrage mis à l’Index de Louis Maimbourg, Traité historique de l’établissement et des prérogatives de l’Église de Rome et de ses évesques, Paris, impr. de S. Mabre-Cramoisy, 1685. Néanmoins, la controverse continue (notamment avec Jacques Boileau) autour du gallicanisme ecclésiastique, c’est-à-dire autour de la question de l’infaillibilité et de la supériorité des conciles à l’égard du pape ou du pape à l’égard des conciles : Considérations sur le traité historique de l’establissement et des prérogatives de l’Église de Rome et de ses évesque par M. Maimbourg, Cologne, chez Pierre Marteau, 1686.

2 Nous nous permettons de renvoyer une fois pour toutes à notre livre De la cause de Dieu à la cause de la Nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1998, rééd. 2005.

3 Sur ce point voir l’étude ancienne d’Albert Le Roy, La France et Rome de 1700 à 1715 : histoire diplomatique, de la bulle "Unigenitus" jusqu’à la mort de Louis XIV, d’après des documents inédits, Paris, Pessin, 1892.

4 Sur le néologisme de « gallicanisme » nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Quelques mots piégés en histoire religieuse moderne : jansénisme, jésuitisme, gallicanisme, ultramontanisme », Annales de l’Est, 2007, vol. 57, n° 1, p. 13-42.

5 La formulation des quatre articles est beaucoup plus complexe que certains résumés ne le laissent entendre. Pour bien juger, il est utile de recourir à la traduction de l’abbé Fleury : « I. La puissance que Dieu a donnée à saint Pierre et à ses successeurs, vicaires de Jésus-Christ, et à l’Église même, n’est que des choses spirituelles et concernant le salut éternel, et non des choses civiles et temporelles ; donc les rois et les princes, quant au temporel, ne sont soumis par l’ordre de Dieu à aucune puissance ecclésiastique, et ne peuvent directement ni indirectement être déposés par l’autorité des clefs, ni leurs sujets être dispensés de l’obéissance ou absous du serment de fidélité. II. La pleine puissance des choses spirituelles qui résident dans le Saint-Siège et les successeurs de saint Pierre n’empêche pas que les décrets du concile de Constance ne subsistent touchant l’autorité des conciles généraux, exprimée dans les quatrième et cinquième sessions, et l’Église gallicane n’approuve point que l’on révoque en doute leur autorité ou qu’on les réduise au seul cas du schisme. III. Par conséquent l’usage de la puissance apostolique doit être réglé par les canons, que tout le monde révère ; on doit aussi conserver inviolablement les règles, les coutumes et les maximes reçues par le royaume et l’Église de France, approuvées par le consentement du Saint-Siège et des églises. IV. Dans les questions de foi le pape a la principale autorité, et ses décisions regardent toutes les églises et chacune en particulier ; mais son jugement peut être corrigé, si le consentement de l’Église n’y concourt. (note : Ici M. Fleury a été embarrassé pour traduire ces mots : judicium ejus non est irreformabile. Il avait d’abord mis n’est pas hors d’atteinte ; mais il a effacé, et substitué peut être corrigé. Enfin il a mis à la marge irreformabile, donnant par là à entendre qu’il n’était pas satisfait de sa traduction, et que le mot irréformable, qui se présente d’abord, ne rendait pas assez exactement le sens de Bossuet et de l’assemblée.) », Œuvres de l’abbé Fleury, Lefevre, Paris, 1844, p. 387-388.

6 Voir par exemple le Recueil des mandements et instructions pastorales de messeigneurs les archevêques et évêques de France, pour l’acceptation de la Constitution de N. S. Père le Pape Clément XI, Paris, Vve F. Muguet, 1715.

7 Citons, parmi de nombreux autres libelles publiés sous l’anonymat : Barthélémy des Bosses, (jésuite), Lettres d’un abbé à un evêque où l’on démontre l’équité de la Constitution Unigenitus, etc. et qui peuvent servir de Réponse aux libelles qui ont paru contre cette Constitution, Paris, N. Le Clerc, 1714 et nvlle éd., 1715 ; Bernard d’Arras, (capucin), L’ordre de l’Église, ou la primauté et la subordination ecclésiastique selon saint Thomas, Paris, rue de la Harpe, au bon pasteur, 1736 ; Pierre Corgne, Dissertation sur le pape Libère, dans laquelle on fait voir qu’il n’est jamais tombé, 1726 ; Gabriel Daniel, (jésuite), Lettre à une dame de qualité où l’on examine jusqu’à quel point il est permis aux dames de raisonner sur les matières de religion, Paris, chez L. Coignard, 1715 ; d.m., Examen du livre intitulé : du Témoignage de la vérité dans l’Église, N. Le Clerc, Paris, 1715 ; François Thomas Du Jardin, (dominicain), Venin des cent et une propositions du P. Quesnel exposé aux simples fidèles, 1730 ; André de Grazac, (capucin), Traité théologique où l’on démontre que les fidèles ne peuvent communiquer en matière de religion avec les ennemis déclarés de la bulle Unigenitus, Nancy, Jean-Baptiste Barbier, 1726 ; d.m., Principes catholiques opposés à ceux des tolérans, Avignon, chez Joseph Chastel, 1727 ; d.m., Réplique aux tolérans de ce tems qui soutiennent que la communion ecclésiastique avec les hérétiques et schismatiques notoires n’est défendue que de droit ecclésiastique, où l’on démontre qu’elle est défendue de droit divin et naturel, 1729 ; Blaise Vanzel Honoré de Sainte-Marie, (carme), Difficultés proposées à l’auteur de l’Examen théologique (N. Petitpied), où l’on fait voir l’équité de la constitution Unigenitus, Paris, 1714 ; d.m., Dissertation sur la constitution Unigenitus, Bruxelles, 1724 ; d.m., Dissertations choisies sur les contestation au sujet de la bulle Unigenitus, F. Foppens, 1727 ; François Ilharat de La Chambre, (docteur de Sorbonne et chanoine de Saint-Benoit), Traité dogmatique et théologique sur la bulle Unigenitus donnée par Clément XI, le 8 septembre 1713, s.l., 1738 ; Jacques-Philippe Lallemant, (jésuite), Réponse du P. Lallemant, à la lettre qu’il a reçue de l’auteur des Hexaples, Paris, 1714, d.m., Entretiens de madame la comtesse, au sujet des affaires présentes par rapport à la religion, 1736, d.m., Entretiens de monseigneur l’évêque de ***, au sujet des affaires présentes par rapport à la religion, s.l., 1738 ; d.m., Entretiens du docteur ***, au sujet des affaires présentes par rapport à la religion, s.l., 1738 ; d.m., Entretiens de M. l’abbé de ***, grand vicaire, au sujet des affaires présentes par rapport à la religion, s.l., 1739 ; Claude Le Pelletier, (chanoine de Reims), Défense de la Constitution de N.S.P. le Pape, Liège, Broncart, 1714, d.m., Réfutation de l’Appel et du corps de doctrine de M. le cardinal de Noailles touchant la constitution Unigenitus, 1717, d.m., La Constitution Unigenitus règle de foi et discipline, où l’on montre qu’elle est fondée sur la doctrine de l’Église, de S. Paul et de S. Augustin, Anvers, 1717 ; d.m., Réfutation du Mémoire publié en faveur de l’Appel des quatre évêques, 1718, 2 vol. ; d.m., Nouvelle défense de la constitution, 4eme édition corrigée et augmentée, Avignon, J. Chastel, 2 vol., d.m., Justification de la déclaration du Roy, ou Réfutation du renouvellement d’appel, Avignon, J. Chastel, 1721, d.m., Lettres (cinq) d’un abbé docteur en théologie, à un de ses amis, 1735 ; Michel Le Tellier, (jésuite), Mémoire pour le corps des évêques qui ont reçu la constitution Unigenitus, s.l., n.d., Jacques Longueval, Traité du Schisme, Bruxelles, 1718 ; Louis Patouillet, (jésuite), Supplément des Nouvelles ecclésiastiques, 15 vol. ; Paul de Lyon (capucin), Anti-Hexaples, ou analyse des cent et une propositions du Nouveau Testament du P. Quesnel, Lyon, N. Le Clerc, 1715, 2 vol., d.m., Lettres instructives sur les erreurs du tems, Lyon, 1715. Sur « le soi disant abbé de Saint-Pierre, défenseur de la constitution Unigenitus », nous nous permettons de renvoyer à notre communication au colloque de Cerisy : l’abbé de Saint-Pierre, perspectives contemporaines, 24 -27 septembre 2008, à paraître. Derrière le pseudonyme de l’abbé de Saint-Pierre se cachait en réalité le capucin André de Grazac qui faisait ainsi référence au souverain pontife et non à l’apôtre de la paix !

8 Les Tocsins avec les écrits et les arrêts publiés contre ces libelles violens et séditieux et un recueil de mandemens et autres pièces qui ont rapport aux écrits précédents, s.l., 1716.

9 Mémoire sur la proposition qui a été faite à quelques évêques du nombre de ceux qui ont accepté la bulle Unigenitus, d’écrire à M le Régent pour prier son altesse royale de terminer cette affaire, en demandant des éclaircissemens au Pape, libelle publié dans Les Tocsins avec les écrits, op. cit., p. 486. Nous n’avons pas retrouvé la publication originale de cet écrit attribué à l’évêque de Nîmes.

10 Louis Ellies Dupin, Mémoires et Réflexions sur la constitution Unigenitus de Clément XI et sur l’instruction pastorale des XL prélats acceptans, Amsterdam, 1717 ; Jean Lévesque de Burigny, Traité de l’autorité du Pape dans lequel ses droits sont établis et réduits à leurs justes bornes, et les principes des Libertez de l’Église gallicane justifiez, La Haye, chez A. de Rogissart, 1720, 2 vol. ; dom Mathieu Petitdidier, Traité théologique sur l’autorité et l’infaillibilité des Papes, Luxembourg, chez André Chevalier, 1724, et d.m., Dissertation historique et théologique dans laquelle on examine quel a été le sentiment du concile de Constance, et des principaux théologiens qui y ont assisté, sur l’autorité des Papes, et sur leur Infaillibilité, suivie d’une Dissertation, où l’on examine si en soutenant l’Infaillibilité des Papes en matière de foi, on détruit les libertez de l’Église gallicane, Luxembourg, chez André Chevalier, 1725.

11 Tocsins catholiques. Recueil de pièces les plus fortes que les catholiques ont fait paraître contre les ennemis du Saint Siège au sujet de la constitution Unigenitus, Avignon, chez Joseph Chastel, imprimeur du Saint Office, 1717-1718, deux tomes en quatre volumes. L’avertissement du tome II explique : « mais ayant vu moy-meme en 1716 une édition d’Hollande qui a pour titre les Tocsins etc… et qui vient certainement des messieurs du Parti, puisqu’ils ont opposé à ces Tocsins, des écrits de leur façon, j’ay cru que puisque messieurs les jansénistes sont dans le goût des Tocsins, il fallait les en servir. Ils auront dans ces deux volumes de quoi satisfaire leur curiosité, et ceux qui sont attachés au Saint Siège des armes propres à combattre ce parti si obstinément rebelle à l’Église », Avignon, chez Joseph Chastel, 1718, t. II.

12 Voir par exemple le Nouveau Catéchisme dressé sur la doctrine et les expressions de la Constitution Unigenitus en faveur de ceux qui se soumettent à cette Bulle, s.l., 1721 ; Louis De Bonnaire, Essai du nouveau conte de ma mère Loye, ou les enluminures du jeu de la constitution, s.l., 1723, ou encore La Clef du sanctuaire de la Bulle Unigenitus, ou Explication de la doctrine secrette qu’elle renferme. Adressée à tous les Fidelles, par les RR. p. Jésuites. Nouvelle édition. Pont-à-Mousson, 1727, aux accents voltairiens. L’humour n’est pas moins présent du côté jésuite si l’on en juge par les Comédies du père Bougeant ou les nombreux Entretiens du père Jacques-Philippe Lallemant.

13 Ces Recueils de pièces importantes en faveur de la Constitution Unigenitus sont extrêmement rares, ce qui prouve bien que les tirages ont été très faibles en comparaison de ceux des imprimeries jansénistes clandestines. La Bibliothèque nationale n’en conserve qu’un seul volume. Le catalogue de la bibliothèque de Naples en détaille quatre différents tandis que la bibliothèque de Bordeaux mentionne deux recueils pour les années 1718-1719. Quant aux Tocsins catholiques, seules la Bibliothèque nationale et la Bibliothèque de Sainte-Geneviève possèdent l’édition complète (deux tomes en quatre volumes) alors que le volume des Tocsins de l’édition janséniste se trouve relativement facilement chez les bouquinistes encore aujourd’hui !

14 Sur le rôle de la querelle janséniste dans ce déplacement, voir Bruno Neveu, L’erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples, Bibliopolis, 1993.

15 Nous renvoyons à notre article, « la querelle janséniste au prisme des guerres de Religion », dans le volume collectif dirigé par Marie-Madeleine Fragonard et Jacques Berchtold, Le souvenir des Guerres de Religion. Enjeu historique, enjeu politique, 1760-1830, Genève, Droz, à paraître.

16 Montesquieu, « Mémoire sur le silence à imposer sur la Constitution », Œuvres et écrits divers II, t. 9 sous la direction de Pierre Rétat, Paris, 2006.

17 Lucien Ceyssens, Le sort de la bulle Unigenitus, Leuven University Press, Louvain, 1992, p. 302.

18 Les Tocsins avec les écrits et les arrets, op .cit., 1716, p. III.

19 Histoire du Livre des Réflexions Morales sur le Nouveau Testament, Amsterdam, chez Nicolas Potgieter, 1733, t. I, p. 562.

20 Paul de Lyon, (capucin), Anti-hexaples, ou Analyse des cent et une propositions du Nouveau Testament du P. Quesnel... pour servir de réponse aux Hexaples, ou Écrit à six colonnes sur la Constitution "Unigenitus", Lyon, 1715, 2 vol., Louis Patouillet, (jésuite), Supplément des Nouvelles ecclésiastiques, 1734-1748, 15 vol.

21 Henk Hillenaar, Fénelon et les Jésuites, La Haye, 1967, p. 275.

22 Sur ces brouilles, voir l’amusante correspondance de l’abbé de Margon, Lettre sur le confessorat du P. Le Tellier, éd. I de Récalde, 1922. Ce curieux pamphlétaire a commencé par prendre parti contre les jansénistes dans Le Jansenisme demasqué dans une refutation complette du livre De l’action de Dieu, Paris, chez Nicolas Le Clerc, 1715, puis, dépité par une critique sévère du Journal de Trévoux (1715), il s’est retourné contre les jésuites avec la même virulence, notamment dans ses Réponses et lettres au P. Tournemine « où l’on trouvera une idée de la politique et des intrigues des jésuites », s. l., 1716.

23 Voir les précisions sur les Tocsins dans Les auteurs des Tocsins confondus et les appellans au concile justifiez ou réflexions critiques sur la Réfutation de la Lettre d’un Magistrat, à M l’évêque d’Alet, et sur plusieurs autres libelles séditieux, et schismatiques, que les jésuites ont publiés, s. l., 1717.

24 Henk Hillenaar, Fénelon et les Jésuites, op. cit., p. 278.

25 Cela n’empêchera pas le père Hongnant de combattre les traités du capucin intransigeant André de Grazac sur la question de la “communication” avec les hérétiques.

26 Abbé Jean Carreyre, Le jansénisme durant la Régence, Louvain, bureau de la Revue d’histoire ecclésiastique, 1929-1933, 3 vol.

27 Bruno Neveu, L’erreur et son juge, op. cit. Voir également Toon Quaghebeur, « La condamnation des cinq propositions selon les archives du Saint-Office », Ephemerides Theologicae Lovanienses, 81/1, 2005, p. 130-151.

28 Les Tocsins, op. cit., p. IX.

29 Ibid., p. XXIV.

30 Ibid., p. XXVII.

31 Ibid., p. XXVIII.

32 Ibid., p. XXVIII.

33 Ibid., p. XXIX.

34 Ibid., p. XXX.

35 Ibid., p. XXX.

36 Lettre de M. l’évêque de Châlon-sur-Saône (François Madot), pour servir de réponse à celle que M. de Cruge lui avait écrite au sujet de son Mandement sur le livre des "Hexaples", dans laquelle ce magistrat lui conseillait de retirer ce Mandement ou d’adoucir la proposition qu’il tâche de justifier par cette Lettre, s. l. n. d. Elle est republiée dans Les Tocsins, op. cit., p. 454-459.

37 Ibid., p. XXXII.

38 Ibid., p. XXXIII.

39 Ibid., p. XLII.

40 Ibid., p. LII.

41 Ibid., p. LII.

42 Ibid., p. LII.

43 Ibid., p. LIII.

44 Cette Lettre d’un Magistrat a fait l’objet à son tour d’une Réfutation d’un libelle intitulé : Lettre d’un magistrat à M. l’évêque de ***, servant de réponse à un Mémoire présenté à M. le duc d’Orléans au sujet des explications que les évêques demandent au pape sur la bulle "Unigenitus". Avec une Addition sur deux autres écrits qui ont paru depuis quelques mois ; le premier : "Réfutation de deux Mémoires séditieux, qui ont paru à la fin de février 1716, touchant l’acceptation de la constitution "Unigenitus"" ; le second : "Lettre au P. Tellier", s.l., 1716. Cette dernière réfutation a encore donné lieu à des Réflexions critiques : Les auteurs des tocsins confondus et les appellans au concile justifiez ou Réflexions critiques sur la Réfutation de la Lettre d’un Magistrat à M. l’évêque d’Alet, et sur plusieurs autres libelles séditieux, et schismatiques que les jésuites ont publiés. L’on montre dans cet ouvrage quelle est l’autorité du pape, des évêques et du clergé du second ordre dans les matières de foi. Les simples fidèles y apprendront aussi le parti qu’ils doivent prendre dans les disputes de religion, s. l., 1718.

45 Les Tocsins, op. cit., p. 151.

46 Ibid., p. 158-159.

47 Ibid., p. 182.

48 Ibid., p. 509.

49 Les Tocsins catholiques. Recueil de pièces les plus fortes que les catholiques ont fait paraître contre les ennemis du S. Siège au sujet de la constitution Unigenitus, Avignon, chez Joseph Chastel, imprimeur du S Office, 1717, t. I, p. 49.

50 Sur le ralliement des évêques français à l’instruction pastorale des quarante évêques, voir Lucien Ceyssens, Le Sort de la bulle Unigenitus, Louvain, 1991, p. 165 ss.

51 Les Tocsins catholiques, ou Recueil des pièces les plus fortes que les catholiques ont fait paraître contre les ennemis du Saint-Siége, au sujet de la constitution "Unigenitus", Avignon : J. Chastel, 1717-1718, deux tomes en quatre volumes, in-12.

52 Ibid., surtout le t. I de l’année 1717.

53 La Sorbonne tombée, s. l., n. d., (8 décembre 1716), republiée dans Les Tocsins catholiques, op. cit., 1717, t. I, p. 38.

54 Dénonciation du presbytéranisme gallican, à nos seigneurs les cardinaux, archevêques et évêques de France, s. l., n. d., (1er juillet 1717), republiée dans Les Tocsins catholiques, op. cit., 1718, t. II.

55 Examen du Mémoire présenté à Son Altesse royale monseigneur le duc d’Orléans, Régent du royaume, pour la défense de l’Université contre un Mémoire de quelques prélats de France, Bruxelles, 1718, republié dans les Tocsins catholiques, op. cit., t. II, p. 68.

56 Ibid., p. 64.

57 Michel Le Tellier, Mémoire pour le corps des évêques qui ont reçu la constitution Unigenitus, s. l., n. d., republié dans les Tocsins catholiques, op. cit., 1718, t. II.

58 Ibid., p. 19.

59 Ibid., p. 20.

60 François de Mailly, Lettre de M. l’archevêque de Reims à S. A. R. Mgr le duc d’Orléans, régent du royaume. archevêque de Reims, s. l., n. d., (20 janvier 1718), republiée dans les Tocsins catholiques, op. cit., p. 61.

61 Ibid., p. 20.

62 Lettre d’un Evêque à M. Joly de Fleury, s. l., n. d., (10 juin 1716), republiée dans les Tocsins catholiques, op. cit., 1717, t. I, p. 103.

63 La Sorbonne tombée, s. l., n. d., (8 décembre 1716), republiée dans Les tocsins catholiques, op. cit., 1717, t. I, p. 46.

64 Nous n’en avons retrouvé aucun exemplaire mais un arrêt du parlement condamne explicitement la publication : Arrest de la Cour de Parlement, du 29 juillet 1718 portant suppression d’un libelle intitulé, Acte d’acceptation de la Constitution Unigenitus par les Fidèles du Diocèse d’Arras, signifié à Mgr l’Evêque d’Arras. Elle est republiée dans les Tocsins catholiques, op. cit., 1718, t. II, p. 302.

65 Louis Ellies Dupin, Traité de la Puissance ecclésiastique et temporelle, s. l., 1707.

66 Louis Ellies Dupin, Mémoires et réflexions sur la constitution "Unigenitus" de Clément XI et sur l’instruction pastorale des XL prélats acceptants, par M. D. [Dupin] docteur de Sorbonne. Avec plusieurs lettres très curieuses de quelques évêques contre cette bulle, et deux Mémoires, l’un sur la convocation d’un concile national, par le célèbre M. N... [Nouët] et l’autre sur les libertez de l’église gallicane…, Amsterdam, 1717.

67 Jean Levesque de Burigny, Traité de l’autorité du pape, dans lequel ses droits sont établis et réduits à leurs justes bornes et les principes de l’Église gallicane justifiés, La Haye, A. de Rogissart, 1720, 4 vol.

68 Ibid., t. I, p. 211.

69 Ibid., p. 233.

70 Ibid., t. II, p. 424 ss.

71 Ibid., t. III, p. 180.

72 Ibid., p. 195.

73 Ibid., t. IV, p. 151.

74 Ibid., p. 160.

75 Ibid., p. 255.

76 Dom Mathieu Petitdidier, Traité théologique sur l’autorité et l’infaillibilité des papes, Luxembourg, chez André Chevalier, 1724 et d. m., Dissertation historique et théologique dans laquelle on examine quel a été le sentiment du Concile de Constance, et des principaux théologiens qui y ont assisté, sur l’autorité des papes et sur leur infaillibilité. Suivie d’une autre Dissertation, où l’on examine si en soutenant l’infaillibilité des papes en matière de foi, on détruit les libertez de l’Église Gallicane, Luxembourg, 1725.

77 Dom Mathieu Petitdidier, Traité théologique sur l’autorité, op. cit., p. 14 et p. 372.

78 Ibid., p. 366 ss.

79 Ibid., p. 370-371.

80 Dissertation, où l’on examine si en soutenant l’infaillibilité des Papes en matière de foi, on détruit les libertez de l’Église Gallicane. Elle accompagne la Dissertation historique et théologique, op. cit.

81 Ibid., p. 10-11.

82 Ibid., p. 11.

83 Ibid., p. 11.

84 Ibid., p. 11.

85 Ibid., p. 19-20.

86 Ibid., p. 28 ss.

87 Voir par exemple Osmont du Sellier, Eclaircissement de plusieurs difficultés touchant les conciles généraux, Amsterdam, chez Zacharie Chastelain, 1734. Loin de réactiver la tradition conciliaire, il justifie l’intervention des parlements à l’égard de l’application des décrets de la cour de Rome et laisse entendre une équivalence entre l’Église de France et la Nation : « Les magistrats obligés par leur Etat de veiller à la conservation de ces maximes (de l’Église de France), ne doivent pas souffrir par conséquent qu’on maltraite les appellans à raison de leur Appel ; ils ne doivent pas souffrir non plus qu’on moleste les fidèles pour leur faire recevoir un décret qui ne peut passer ni pour règle de foi, ni pour un jugement de l’Église en matière de doctrine : et si les troubles continuent à raison d’un tel Décret, ces mêmes magistrats ne pourront rien faire de mieux que de le déférer eux-mêmes au concile général par un appel en forme interjetté au nom de la Nation », ibid., p. 465.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search