Version classiqueVersion mobile

Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin (xvie-xxe siècles)

 | 
Sylvio De Franceschi

Introduction

Sylvio De Franceschi

Texte intégral

1Peu employé par l’actuelle historiographie française, le terme antiromanisme avait pourtant été retenu en 1960 par Léopold Willaert (1878- 1963) au tome XVIII de l’Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours publiée sous la direction d’Augustin Fliche (1884-1951) et de Victor Martin (1886-1945). Au moment de décrire les courants catholiques qui résistaient tumultueusement à l’emprise romaine dans l’Église, Léopold Willaert énonçait :

  • 1 Léopold Willaert, Après le concile de Trente, la Restauration catholique, 1563- 1648, Hist (...)

Nous n’avons pas de mot pour indiquer ces résistances. Celui bien connu de gallicanisme désigne légitimement l’opposition française à la centralisation romaine. On a cru pouvoir parler de gallicanisme hors de France. Mais un gallicanisme allemand, italien ou anglais ne semble-t-il pas rendre un son étrange ? Il ne peut être question d’un terme dérivé d’ultramontanisme, vocable trop relatif, puisqu’en Italie il signifie le contraire de ce que nous entendons de ce côté des monts. D’autre part, épiscopalisme ou régalisme ne couvrent pas tout le champ de la tendance contraire à Rome. Or cette tendance, à ses divers degrés, est essentielle et donc commune à toutes les entreprises d’Églises plus ou moins autonomnes, depuis le gallicanisme fidèle à Rome malgré tout jusqu’aux Églises séparées. Anti-curialisme aurait le désavantage de viser surtout la curie ; or il importe de distinguer le pape de la curie, car il leur est arrivé de s’opposer. Anti-romanisme veut indiquer simplement une résistance à l’absolutisme de Rome (pape et curie). Romanisme, dans ce sens-ci, est emprunté à l’usage protestant1.

2Des considérations de Léopold Willaert, il convient de retenir trois points essentiels : d’abord, il y a manifestement différents degrés d’antiromanisme catholique ; ensuite, il faut distinguer antiromanisme et anticurialisme ; enfin, la notion de romanisme provient de la tradition polémique protestante.

  • 2 Joseph de Maistre, Traité de l’Église gallicane dans son rapport avec le souverain pontife(...)
  • 3 Henri Martin, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, t. xv, P (...)
  • 4 Sur Rohrbacher, voir Richard F. Costigan, Rohrbacher and the ecclesiology of ultramontanis (...)
  • 5 René-François Rohrbacher, Histoire universelle de l’Église catholique, t. xxvi, Paris, 185 (...)
  • 6 Ibid., p. 474.

3Plus fréquent qu’antiromanisme, l’adjectif antiromain semble s’être progressivement imposé au xixe siècle. On le rencontre dans le Traité de l’Église gallicane dans son rapport avec le souverain pontife (1821) de Joseph de Maistre (1753-1821), qui évoque des « auteurs antiromains » en parlant des gallicans au chapitre vi du 2e livre de son ouvrage2. On le retrouve chez Henri Martin (1810-1883), dans son Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, au livre xciii du tome xv. Évoquant une situation française tendue en 1718, Henri Martin note : « Le bruit courait que les plus antiromains des docteurs de Sorbonne, et plus particulièrement le fameux Ellies Dupin, étaient entrés en correspondance avec les chefs de l’Église anglicane. Ce fut au pape de trembler3. » Le terme revient sous la plume de René-François Rohrbacher (1789-1856), un temps mennaisien ultramontain4, au livre lxxxviii du tome xxvi de son Histoire universelle de l’Église catholique (1842-1849). À propos du ralliement de la Faculté de théologie de Paris à la Bulle Vnigenitus en 1729, Rohrbacher écrit : « Ce retour donnait des espérances, mais d’autres faits de la même année montrèrent que certains Français étaient encore loin d’être revenus de leurs préventions antiromaines5. » Touchant la célèbre querelle des bréviaires, Rohrbacher avait de nouveau recours à l’adjectif, auquel il rattachait l’idée de schisme : « En voyant ces innovations antiromaines, et par là-même schismatiques, se propager dans les diocèses et les cloîtres, quel catholique intelligent s’étonnera que le Seigneur déchaîne la tempête des révolutions sur les empires et les royaumes, afin de purifier son Église et d’en balayer la paille et le sel affadi, qui n’est pas même propre à servir de fumier6 ? » Il est vrai que Rohrbacher était alors revenu de ses anciens errements traditionalistes après la condamnation des doctrines mennaisiennes et que son ralliement à l’autorité romaine était désormais patent.

  • 7 Jacques Crétineau-Joly, L’Église romaine en face de la Révolution, Paris, 1859, t. i, l. i(...)
  • 8 Jules Grenier, « L’Église et l’État en Autriche », Revue nationale et étrangère politique, (...)

4Outre le gallicanisme, éventuellement contaminé de jansénisme, le joséphisme est le second grand courant de résistance à Rome pour lequel surgisse spontanément la qualification antiromaine. Dans L’Église romaine en face de la Révolution (1859), le publiciste ultramontain Jacques Crétineau-Joly (1803-1875) revient sur le fameux édit de tolérance de 1781 : « C’était l’égalité qui descendait du trône pour confondre toutes les sectes et toutes les dissidences dans un même sentiment d’administration fraternelle. Ce rêve innocent de Joseph II fut, aux yeux de ses conseillers, une aurore de bonheur antiromain. L’Empereur tolérait tout ; on lui persuada qu’afin d’être conséquent, il importait de mettre l’Église catholique en dehors de ce principe si généreusement posé. Et Joseph II subit cet affront ! Et dans sa monomanie de légiférer, il livra le Saint-Siège à d’audacieuses hostilités7. » Particulièrement intéressantes également, les considérations que Jules Grenier consacre au joséphisme dans un article de la Revue nationale et étrangère en 1862 sur L’Église et l’État en Autriche : « On nous a rebattu les oreilles en France à propos de la sujétion dans laquelle végétait l’Église en Autriche, mais ces plaintes venaient de Rome et non pas des évêques autrichiens. Joseph II pouvait bien avoir eu contre les bonzes les préventions du xviiie siècle et s’être donné pour modèles Choiseul et Frédéric plutôt que la piété étroite de sa mère, mais en fin de compte, ses mesures n’étaient qu’antiromaines, et non pas anticatholiques. Un gouvernement bigot pouvait très bien s’en accommoder8. » Certes, la conclusion était exagérée, mais en même temps, il était justement souligné qu’il ne fallait pas confondre antiromanisme et anticatholicisme.

  • 9 René-François Rohrbacher, op. cit., t. xxviii, Paris, 1859, l. xci, p. 491.
  • 10 Cité dans Jacques Crétineau-Joly, Histoire du Sonderbund, t. ii, Paris, 1850, c. ix, p. 4.

5En ce qui concerne la notion de romanisme, il est clair qu’elle est très présente chez les protestants, et en particulier chez les anglicans – le terme romanism est courant chez les auteurs anglais, en concurrence avec papism. Ce dont convenait Rohrbacher, au tome xxviii de son Histoire universelle de l’Église catholique, lorsqu’il évoquait Il gesuita moderno (1847) de Vincenzo Gioberti (1801-1852) : « L’abbé Gioberti appelle jésuitisme en Italie ce que dans l’Allemagne et l’Angleterre protestantes on appelle papisme ou romanisme, en France ultramontanisme ou catholicisme purement romain9. » Dans son Histoire du Sonderbund, Jacques Crétineau-Joly citait pour sa part en 1850 un éloquent extrait de L’observateur suisse, un périodique de Berne : « Nous avons nommé l’ancien ennemi contre lequel nous marchons, que nous poursuivrons de toutes nos forces, à la vie, à la mort, et que nous devons combattre à la face du monde entier. Cet ennemi, c’est le romanisme aux cent bras. Le romanisme, c’est l’hydre qui s’étend en tous sens par la nonciature, par les évêques et prélats, esclaves de Rome, par les jésuites et tous les ordres religieux10. » Les protestants n’étaient pas seuls à s’acharner contre le romanisme – il y avait aussi les chrétiens d’Orient. À l’un d’entre eux, le prince Jacques-Georges Pitzipios (1802-1869), un byzantiniste, il est revenu sans doute de caractériser le romanisme de la manière la plus complète, mais aussi la plus virulente qui soit, dans un ouvrage paru en français en 1860 et sobrement intitulé Le Romanisme. Le prince Pitzipios proposait une caractérisation presque phénoménologique de la notion en analysant les principes de l’action politique mise en œuvre par la Rome des empereurs :

6Aussi le système de Rome a-t-il toujours été :

  1. D’employer tous les moyens pour soumettre à sa domination le monde entier ;
  2. De mettre en œuvre toutes les ruses imaginables, lorsque la force ne suffisait pas, pour attaquer ouvertement un peuple que Rome voulait soumettre ;
  3. De s’insinuer, sous le voile d’aide, d’ami, de voisin ou de protecteur, dans toutes les affaires intérieures des peuples, et de les diriger de manière à réduire ces peuples à l’impossibilité de rien faire par eux-mêmes et sans ces prétendus défenseurs providentiels ;
  4. De faire croire à tout le monde, et par tous les moyens possibles, que l’auxiliaire d’office de tout peuple et de tout individu, c’était toujours le gouvernement romain, ce généreux, clément et équitable gouvernement, cet unique défenseur des droits de l’homme, ce juste dispensateur des bienfaits du ciel ;
  5. De retenir tout peuple soumis à sa domination dans le plus avilissant esclavage et de le faire servir d’instrument à de nouvelles conquêtes, tout en lui vantant effrontément la grandeur de sa propre omnipotence et la gloire de lui obéir aveuglément ;
  6. Enfin, de ne voir que des moyens de succès pour elle dans les principes de la morale et de la religion, dans les dispositions naturelles et dans les tendances politiques des peuples, dans les mérites ou dans les vices des individus, dans toute vertu, toute faiblesse, toute passion, ainsi que dans tout sentiment humain et dans toute circonstance fortuite11.
  • 12 Ibid., p. 4.
  • 13 Ibid., p. 24.
  • 14 Hans Urs von Balthasar, Der antirömische Affekt, Fribourg, 1974, Le complexe antiromain, t (...)

7Le prince Pitzipios concluait : « Voilà pourquoi l’esprit d’une domination despotique, égoïste, astucieuse, arbitraire et arrogante fut en tout temps et partout le cachet spécial du gouvernement de Rome, ou Romanisme12. » Nanti de sa définition, le prince Pitzipios dénonçait le processus historique impie par quoi le Saint-Siège en était venu à incarner l’esprit de l’antique romanisme : « Après que le pouvoir temporel eut été absorbé à Rome par le Romanisme enveloppé du voile de la religion, plusieurs, parmi les successeurs de saint Pierre, souverains temporels de Rome ou papes modernes, embrassèrent volontairement ou crurent devoir tolérer dans leur administration le système despotique et antichrétien du Romanisme13. » La charge était violente, mais il y en avait eu de plus violentes encore avant 1860 – le présent volume souhaite permettre de les situer plus clairement au sein de ce que Hans Urs von Balthasar (1905-1988) avait naguère appelé « le complexe antiromain »14, soit l’effroi de Rome.

Notes

1 Léopold Willaert, Après le concile de Trente, la Restauration catholique, 1563- 1648, Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours, dir. Augustin Fliche et Victor Martin, t. xviii/1, Paris, 1960, p. 361.

2 Joseph de Maistre, Traité de l’Église gallicane dans son rapport avec le souverain pontife, Lyon-Paris, 1821, l. ii, c. vi, p. 170.

3 Henri Martin, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, t. xv, Paris, 1859, l. xciii, p. 109.

4 Sur Rohrbacher, voir Richard F. Costigan, Rohrbacher and the ecclesiology of ultramontanism, Rome, 1980.

5 René-François Rohrbacher, Histoire universelle de l’Église catholique, t. xxvi, Paris, 1859, l. lxxxviii, p. 459.

6 Ibid., p. 474.

7 Jacques Crétineau-Joly, L’Église romaine en face de la Révolution, Paris, 1859, t. i, l. i, p. 77.

8 Jules Grenier, « L’Église et l’État en Autriche », Revue nationale et étrangère politique, scientifique et littéraire, t. x, 10 juin 1862, p. 166-167.

9 René-François Rohrbacher, op. cit., t. xxviii, Paris, 1859, l. xci, p. 491.

10 Cité dans Jacques Crétineau-Joly, Histoire du Sonderbund, t. ii, Paris, 1850, c. ix, p. 4.

11 Jacques-Georges Pitzipios, Le Romanisme, Paris, 1860, p. 3-4.

12 Ibid., p. 4.

13 Ibid., p. 24.

14 Hans Urs von Balthasar, Der antirömische Affekt, Fribourg, 1974, Le complexe antiromain, trad. française, Paris, 1976.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search