Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

Conclusions

Jean-Pierre Gutton

Texte intégral

1Au soir du dernier jour d’un colloque ce sont toujours quelques grands thèmes qui s’imposent avec un risque évident de subjectivité et même parfois d’injustice. La rédaction de « conclusions » devrait être plurielle, voire collective. Acceptons toutefois le risque de l’exercice car il a le mérite d’éclairer sur les convergences ou les contradictions qui sont apparues, et aussi celui de permettre de restituer le ton et l’apport des débats qui ont suivi les communications.

2Ma première remarque est bien banale : il reste encore beaucoup à dire sur l’histoire de l’enfance et beaucoup de voies documentaires à explorer. Et cela presque un demi siècle après la première parution de L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime de Philippe Ariès qui, très vite, suscita de nouveaux travaux en Europe et hors d’Europe. Travaux d’ailleurs fortement stimulés en France, au milieu des années 1970, par une question inscrite au programme de l’agrégation et qui portait sur « Enfant, famille, éducation ». Les communications qui ont été présentées ont, conformément aux orientations du colloque, d’abord attiré l’attention sur les récits d’enfance dont l’apport ne peut être validé qu’après une forte critique méthodologique. Quelques thèmes se sont alors imposés tant dans les textes que dans la discussion : l’absence de la gaîté de l’enfant chez les futurs saints, la précocité à sortir de l’enfance, chez ces derniers comme chez les princes ou les bourgeois. Alors que la démographie nous a dit avec talent, et depuis longtemps déjà, l’importance des bilans familiaux, les confraternités disloquées par la mort et recomposées par les remariages sans toujours tenter de percer les réactions des enfants, on a suivi avec grande attention ce que les Mémoires d’orphelins disent des mutations familiales, des drames et des fugues. C’est encore dans le cadre du groupe familial que l’iconographie a été abordée avec bonheur. L’histoire des secours apportés à l’enfant a été largement parcourue, insistant sur le rôle d’une assistance fortement nourrie par la foi – catholique ou réformée – et, plus tard, par les Lumières. Mais, en même temps, les préoccupations de santé publique, le rôle de la médecine, surtout à partir des années 1680, ont été soulignés dans la reconnaissance de la spécificité de l’enfance. Enfin, le colloque a parfois fourni des informations sur des aspects jusqu’alors à peu près totalement ignorés comme celui des enfants chrétiens captifs dans le monde musulman.

  • 1 Sylvie Perrier, La tutelle des mineurs en France, XVIIe-XVIIIe siècles : famille, patrimoine, enfan (...)
  • 2 André Corvisier, « La société militaire et l’enfant », Annales de démographie historique, 1973, Enf (...)
  • 3 Archives SHD Vincennes, A11702, pièce 82, 28 janvier 1703. L’apostille est reproduite en italiques.

3Bien entendu, ce colloque, et c’est heureux, n’épuise pas le sujet ! Des questions importantes en furent absentes. Ainsi, celle de l’adoption, ou encore celle des tutelles et curatelles mises au jour par la thèse de Sylvie Perrier et récemment en partie renouvellée par l’important master de Sonia Arrous1. D’autres questions ne furent évoquées que de manière incidente : le couple père-enfant à travers le récit de la mort d’un petit prince ; la reconnaissance de l’enfant liée au relatif recul d’une société de corps et l’émergence d’une société d’individus que le recours aux factums judiciaires éclaire. Du moins, communications et discussions sont revenues de manière insistante sur la limite – plutôt « l’entre deux » – qui sépare enfance et adolescence. Furent abordés l’âge des premières règles, celui de la mue de la voix, celui de la fin de l’enfance pour le discours médical. À cette liste il convient d’ajouter la question, plus difficile de ce que nous nommerions de nos jours la majorité pénale. Dans tous ces domaines les âges donnés varient beaucoup, même si celui de 14 ans revient assez souvent. Si bien que l’historien doit s’en tenir bien vite à deux constatations fondamentales. D’une part, l’enfant à l’époque moderne est bien peu protégé, vite confronté au monde des adultes, surtout les garçons. Et cela rend assez vain la détermination d’un âge de la fin de l’enfance, mais rend compte de cette grande précocité si souvent constatée. L’autre constatation – qui n’est pas propre à l’histoire de l’enfance, celle de la sorcellerie nous l’a déjà enseignée – est que les mutations dans les sensibilités ont une chronologie différente selon les milieux sociaux et les documents utilisés. En écoutant certaines des communications, l’auteur de ces lignes pensait à un bref document relatif à l’âge d’être soldat, thème qu’André Corvisier a naguère étudié avec talent2. Il s’agit d’une lettre de l’intendant de la généralité de Lyon au Secrétaire d’Etat à la guerre3. Elle est du 28 janvier 1703 et nous la livrons sans commentaire, mais avec l’apostille du Secrétariat d’État. Ce document dit bien l’éventail des perceptions de l’âge de la fin de l’enfance.

A Lion le 28 janv. 1703.
Monsieur,

Qui’l envoye chercher cet off[icier] qui’l loblige a donner congé a ces 4. Enfans et quil luy dise que le Roy le fera mettre en prison ou casser si il tombe a l’avenir en pareil inconvenient.

Mr Guyet.

Le Sr Dallery capitaine au regiment de Lagrie qui leve icy une Compagnie a enrollé quatre jeunes enfans dont le plus aagé n’a pas plus de 12. a 13. ans, Sur les plaintes que m’en ont fait les peres, jay envoyé ches led Sr Dallery pour sçavoir les raisons de ce procedé. Il m’a fait reponse qu’il avoit des ordres particuliers, et que si ces enfans etoient trop jeunes il les garderoit pour ses domestiques jusques a ce qu’Ils fussent en aage de servir, ou que les peres veuillent les remplacer par de bons hommes. Je ne pense pas Monsieur que vous vouliez autoriser une pareille conduite qui donneroit lieu a debaucher tous les Ecoliers et les aprentifs de cette ville. Je luy ay defendû d’emmener ces quatre enfans et de faire de pareils enrollements jusques a ce que vous ayez eü la bonté de me marquer les intentions du Roy. J’ose prendre la liberté de vous representer qu’il seroit bon de faire un exemple pour corriger de tels abus. Je suis avec Infiniment de respect

Monsieur Vostre tres humble et tres
A Lyon ce 28è janvier 1703 obeissant serviteur.
[signé] Guyet.
Mr. Chamillart.

Notes

1 Sylvie Perrier, La tutelle des mineurs en France, XVIIe-XVIIIe siècles : famille, patrimoine, enfance, thèse université Paris VIII, 1996, 439 p. ; Sonia Arrous, Tutelles et curatelles des mineurs en Lyonnais aux XVIIe et XVIIIe siècles. Procédure, parenté, enfance, Master I, univ. Lyon 2 (dir. Jean-Pierre Gutton), 2005, 237 p.

2 André Corvisier, « La société militaire et l’enfant », Annales de démographie historique, 1973, Enfant et sociétés, p. 327-343.

3 Archives SHD Vincennes, A11702, pièce 82, 28 janvier 1703. L’apostille est reproduite en italiques.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search