Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre maladie et secours

Promouvoir l’allaitement maternel à Lyon au xviiie siècle

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Le 3 mars 1785, les Lyonnais se pressent au théâtre pour assister à la première de Norac et Javolci, drame de Benoît Joseph Marsollier des Vivetières, suivie d’un opéra comique de Jacques Marie Boutet de Monvel, Blaise et Babet. Ils ont la surprise de découvrir qu’à cette dernière œuvre, qui date de 1783, Marsollier des Vivetières a ajouté une scène et des couplets. Sans doute sont-ils ravis d’entendre un éloge de leur ville par une femme de la campagne, Louise :

  • 1 Journal de Lyon, ou annonces et variétés littéraires, Lyon, chez Aimé de La Roche, 16 mars (...)

« Il y a long-temps que je vis, & j’ons toujours vu cette ville prendre les avances, lorsqu’il y a du beau & du bon à faire. Oui, mes enfans, le même génie qui fait concevoir un beau dessin, une étoffe qui séduira toute l’Europe, la même main qui sait la fabriquer, trouvent encore bien le temps, lorsqu’il le faut, d’imaginer une bonne action & de l’exécuter1. »

2Que célèbre ainsi cette actrice, qui donnerait autant de gloire à Lyon que le travail de la soie ? Il s’agit de l’Institut de Bienfaisance en faveur des pauvres Mères-nourrices. En effet, la représentation théâtrale est une œuvre de charité dont les revenus doivent être versés à cet institut original, fort peu connu, et dont nous nous proposons de retracer l’histoire.

  • 2 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. (...)
  • 3 Ibid., p. 122-123.
  • 4 Mémoire sur la conservation des enfants, Lyon, Laroche, 1778.
  • 5 Lettres patentes du roi portant sur l’établissement d’un bureau de nourrices à Lyon, Lyon, (...)

3On connaît bien l’importance de la mise en nourrice des enfants lyonnais dans les campagnes voisines et de la mortalité que cela provoque, d’autant plus forte que, contrairement à Paris, la ville n’a pas de système de contrôle des nourrices2. Une prise de conscience de ces méfaits se produit dans les années 1760-17703. Mais ce n’est que le 5 mai 1778 que l’opinion est vraiment alertée, grâce au mémoire lu devant l’Académie par le lieutenant de police Prost de Royer, où il affirme que deux tiers des enfants envoyés à la campagne mouraient. La cause principale en est la misère : une femme ne peut pas s’occuper de ses enfants, car elle doit travailler pour vivre et tout son argent sert à vêtir, approvisionner, nourrir sa famille, payer le loyer ; il lui serait nécessaire d’avoir un domestique, mais elle ne peut le payer4. Pour remédier à cette hécatombe, un bureau des nourrices est créé, qui obtient des lettres patentes du roi en 17805. La situation s’améliore, sans être vraiment satisfaisante.

4Le 15 août 1784, le Journal de Paris publie une lettre de Beaumarchais qui se félicite qu’on fasse sortir de prison les hommes qui ne peuvent payer les mois de nourrice de leurs enfants. Mais il explique qu’il serait préférable de prévenir l’emprisonnement en favorisant l’allaitement maternel. Actuellement, explique-t-il, on fait venir de loin des femmes pauvres pour nourrir les enfants d’autres pauvres, car on dit que le lait des pauvres femmes de Paris ne vaut rien ; or l’exemple du quartier des Juifs d’Amsterdam, où pullulent des enfants entassés dans des maisons hautes et des rues étroites, démontre le contraire. Beaumarchais propose de créer un institut de bienfaisance pour que toute femme reconnue pauvre, inscrite à sa paroisse, vienne avec une attestation de son curé afin qu’on lui donne 9 livres par mois. Ainsi chaque mère nourrira son enfant, les pères n’iront plus en prison, ils n’interrompront plus leurs travaux. Si l’on ne fait pas plus d’enfants, du moins en élèvera-t-on davantage, et la patrie y gagnera.

  • 6 Pierre Deyon, Amiens, capitale provinciale ; étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, (...)
  • 7 Jean-Pierre Bardet, « Enfants abandonnés et enfants assistés à Rouen dans la seconde moiti (...)

5L’idée d’aider financièrement les mères à élever leurs enfants n’est pas entièrement originale. Il est question à Amiens, en 1711, d’enfants secourus6. À Rouen, l’Hôpital Général accorde des pensions pour un an aux pauvres habitants de la ville qui ont trois enfants ou plus, sans cependant obliger à les nourrir ; il s’agit plutôt d’une forme d’allocations familiales. Mais, à partir de 1764, le nombre des enfants allaités par leur mère augmente considérablement, ils sont majoritaires dès l’année suivante ; on est bien dans la période de prise de conscience des années 1760 décrite par Maurice Garden. Cette aide est réduite en 1773 aux parents dont trois enfants au moins sont nés à Rouen ou dans les faubourgs, mais elle est versée jusqu’à la Révolution7.

  • 8 Journal de Lyon…, 24 novembre 1784.
  • 9 Id., 26 janvier 1785.

6L’idée de Beaumarchais est donc assez différente. Mais sa lettre ne semble pas avoir suscité de réaction à Paris. Elle a été en revanche remarquée à Lyon, et le Journal de Lyon du 24 novembre 1784 la reproduit, en expliquant qu’un tel établissement va voir le jour dans la capitale des Gaules. En effet, l’archevêque, Montazet, accorde sa protection au nouvel institut auquel il offre son palais comme lieu des assemblées, et il y joint une contribution financière importante. Une souscription est lancée auprès des Lyonnais et un règlement en neuf articles est établi. Il prévoit que le bureau sera composé de l’archevêque, protecteur et président perpétuel de l’Institut, d’un directeur qui préside les assemblées en l’absence de l’archevêque, d’un trésorier, d’un secrétaire et de trente-trois administrateurs, tous élus, sauf l’archevêque, pour un an ; les visites des femmes secourues se feront sur la base des vingt-huit quartiers de la milice bourgeoise ; par souci d’économie, et pour employer au mieux l’argent récolté, les administrateurs travailleront bénévolement ; quel que soit le montant des aides obtenues, l’Institut n’aura jamais recours à l’emprunt et ne fera jamais autre chose qu’aider les mères en argent seulement ; les femmes enceintes désireuses d’être secourues devront se présenter à l’administrateur de leur quartier munies d’un certificat du curé de leur paroisse et des deux principaux officiers de leur quartier, puis le bureau décidera de la suite à donner à la demande ; les femmes non mariées, celles qui ont des mœurs scandaleuses, celles qui mendient et celles qui ne sont pas établies à Lyon n’auront pas droit aux secours ; l’aide, uniforme pour toutes les mères, est fixée à 9 livres par mois et sera payée pendant un an ; chaque enfant adopté par le bureau aura un petit collier distinctif, qui permettra à la mère de montrer tous les mois qu’elle a droit à la somme fixée8. En janvier 1785, les administrateurs décident de s’infliger de petites amendes lorsqu’ils ne seront pas présents aux assemblées, pour alimenter un tronc qui sert à augmenter les revenus de l’Institut9.

  • 10 Id., 21 mars 1787.

7L’Institut débute ses activités le 1er janvier suivant. Il obtient des lettres patentes du roi en février 1786, enregistrées en Parlement le 25 juillet, qui lui permettent de « recevoir tous legs, donations entre-vifs, & autres, tant en argent, rentes, que biens-fonds & immeubles de toute nature10 ».

  • 11 Id., 26 janvier, 16 février et 16 mars 1785.
  • 12 Id., 3 février 1785.

8Très vite, les dons affluent. On en compte vingt-et-un du 17 janvier au 9 mars 1785, pour un total de 4435 livres, auxquels il faut ajouter le montant de la souscription (839 livres) et des revenus exceptionnels, comme le produit de la représentation théâtrale du 3 mars. En moins de trois mois, c’est 8990 livres qui sont amassées, à ajouter aux 12242 livres en caisse le 17 janvier, ce qui permettrait d’aider cent quatre-vingt-seize mères pendant un an11. Parmi les donateurs, on compte Beaumarchais lui-même, qui demande, le 17 janvier, à être agrégé à l’administration de l’Institut. Il fait un don de mille écus, il annonce qu’il a destiné à l’Institut les droits d’auteur du Mariage de Figaro, qui vient d’être joué à Paris. Il accepte d’envoyer un exemplaire de la pièce à Lyon, à condition que les droits d’auteur, quand elle est jouée, soient également versés aux mères-nourrices. On sait, par le Journal de Lyon, que la pièce a bien été jouée les 5, 6, 9 et 13 juillet, mais les comptes de l’Institut ne conservent aucune trace d’éventuels versements de droits d’auteur. Beaumarchais propose enfin une édition de son œuvre au libraire Rosset ; les rédacteurs du Journal de Lyon précisent que celui-ci s’est entendu avec le libraire Regnault pour procurer au public une édition à prix modique, vendue au profit de l’Institut. Beaumarchais, enfin, s’inquiète de l’avenir et, en évoquant l’exemple de Vincent de Paul, suggère de placer une partie des dons offerts afin de bénéficier d’un revenu modique, mais continuel. Les administrateurs de l’Institut s’empressent de remercier l’homme de lettres et l’assurent que les pauvres mères, qui ne peuvent connaître ses succès littéraires, le béniront en goûtant le bonheur12.

  • 13 Id., 9 novembre 1785 et 15 mars 1786.
  • 14 Instruction pour les mères-nourrices, à Lyon, chez Aimé de La Roche, 1785 ; il existe une  (...)

9Dès novembre, l’Institut annonce qu’il a pu faire des dons à plus de cent cinquante mères, chiffre sans doute excessif car l’état des recettes et des dépenses pour 1785 ne mentionne jamais plus que cent dix-sept mères secourues en un mois13. En outre, une Instruction pour les mères-nourrices, due au chirurgien Barthélemy Collomb et au médecin Jean-Baptiste Rast de Maupas, tous deux membres de l’Académie de Lyon, est imprimée et distribuée à toutes les femmes assistées par l’Institut14. Il s’agit de conseils pour les femmes pendant leur grossesse, particulièrement le dernier mois, et pendant la première année de l’enfant. Les auteurs expliquent notamment quels soins faire juste après l’accouchement et ils prescrivent un régime alimentaire pour la mère. Ils rappellent que les Dames de l’Institut peuvent conseiller un accoucheur ou une sage-femme. Le cas d’une nouvelle grossesse pendant les neuf premiers mois de l’allaitement est envisagé : la mère doit prévenir l’Institut afin que l’enfant soit placé à la campagne, faute de quoi les secours lui seront refusés. Il est question de la manière de soigner les seins, des soins à accorder à l’enfant à sa naissance, puis dans les premiers mois. L’habillement doit être assez lâche : il ne faut pas de maillot étroit qui gênerait l’enfant, de la liberté doit être donnée aux bras et aux jambes. Pendant les trois premiers mois, il ne faut donner que du lait ; le sevrage aura lieu entre le neuvième et le douzième mois.

  • 15 Journal de Lyon, 12 janvier 1785. Pour 1786, Almanach astronomique et historique de la vil (...)
  • 16 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1785.
  • 17 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1788.

10Dès janvier 1785, l’organisation de l’Institut est au point. Le bureau est un peu différent de ce que prévoient les statuts. En plus de l’archevêque, on trouve quatorze administrateurs « sans département », huit hommes et six femmes ; parmi ces dernières, la femme du nouvel intendant, Terray ; parmi les administrateurs, le lieutenant général Catalan de La Sarra, le lieutenant criminel Favre de Montaland, le lieutenant de police Basset, le procureur du roi Barou du Soleil. S’ajoutera en 1786 le prévôt des marchands Tolozan de Montfort. Il y a également vingt-sept administrateurs chargés chacun d’un quartier (le vingt-huitième quartier, Pierre-Scize, ne trouvera un administrateur qu’en 1786), ce sont tous des hommes. Dans chaque quartier se tient un bureau composé du curé de la paroisse, de trois officiers de la milice bourgeoise, de plusieurs notables et de dames charitables, qui correspond avec le bureau général et donne des secours aux femmes qui ont mérité d’être admises15. On prévoit également quatre quartiers pour informer et recevoir les pauvres femmes qui viennent accoucher à l’Hôtel-Dieu16. Des changements se produisent dans l’organisation : en 1787, chaque quartier est pourvu de deux administrateurs, un homme et une femme ; en 1788, on supprime la distinction entre les administrateurs avec et sans département17.

  • 18 Journal de Lyon, 26 janvier 1785.
  • 19 Id., 15 mars 1786.
  • 20 Id., 3 février 1785.
  • 21 Id., 6 août 1788.

11La répartition des mères secourues est assez curieuse. On ne tient en effet pas compte des différences de richesse entre les quartiers, on aide en principe quatre femmes dans chacun d’entre eux. Des exceptions se produisent néanmoins : une cinquième mère est secourue dans le quartier du Palais, en janvier 1785, sur les deniers des dames charitables du quartier18 ; le quartier du Gourguillon fait de même19 ; à la même date, le quartier du Griffon ne trouve personne à secourir et le prévôt des marchands propose d’abandonner au bureau général les quatre pensions du quartier pour les répartir ailleurs20. En 1787, ce sont les quartiers du Plâtre et de la Place Confort qui cotisent pour une cinquième mère-nourrice et le curé de Saint-Just fait un don pour en avoir deux dans son quartier21.

  • 22 Dans sa lettre du 17 janvier 1785, Beaumarchais ne manque pas de remercier Vergennes : Jou (...)
  • 23 État de la recette et de la dépense… 1785, Lyon, Basset ; État de la recette et de la dépe (...)
  • 24 Journal de Lyon, 7 janvier 1790.

12Cependant cette œuvre qui commence si bien, qui est prise en charge par les autorités royales, municipales et ecclésiales, qui bénéficie du soutien du comte de Vergennes22, a du mal à se maintenir et elle disparaît sans doute dès les débuts de la Révolution. Le nombre de mères secourues baisse : il y en a 32 en janvier 1785, puis le nombre augmente sans cesse jusqu’en octobre, avec 117 aides distribuées. Mais en 1786, il y a entre 102 et 112 aides, pour un total de 11 394 livres. Ce chiffre se maintient l’année suivante (11430 livres), mais on se plaint que, à cause de la misère, la charité s’est plutôt portée sur les ouvriers23. En 1789 on ne peut donner neuf livres par mois qu’à 56 mères-nourrices et on espère faire de même en 179024. Mais le dernier document concernant l’Institut inséré dans le Journal de Lyon est du 10 février 1790, c’est un poème à la gloire des bienfaiteurs des mères-nourrices. On trouve encore, dans l’Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon des années 1791 et 1792 une liste des administrateurs, mais elle est strictement identique à celle de 1790 et n’est peut-être qu’une copie sans aucune signification réelle.

13Les recettes sont en constante diminution. Elles se montent en 1785 à 23 150 livres, dont 14 405 livres de dons de particuliers pour une année et 1431 livres de dons viagers, ainsi que des souscriptions de corps et de sociétés, des legs, des souscriptions exceptionnelles pour avoir une pension supplémentaire dans un quartier. Les administrateurs, qui suivent les conseils de Beaumarchais, placent 10 000 livres à perpétuité, qui rapporteront un petit intérêt. En 1786, les recettes ne sont plus que de 18 474 livres 8 sols et en 1787 de 12 009 livres. Les bilans des années suivantes n’ont pas été retrouvés.

  • 25 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1786.
  • 26 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1787.
  • 27 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1788.
  • 28 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1789.
  • 29 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1790.

14Un autre signe des difficultés de l’Institut peut se lire dans la difficulté à renouveler les administrateurs. Il n’en manque qu’un, à Pierre Scize, en 1785 ; le poste est pourvu l’année suivante par Le Camus et, dans le quartier de la Rue Neuve, Dian l’Aîné est remplacé par Dian le Cadet25. Mais, l’année suivante, on cherche à avoir un homme et une femme par quartier ; on ne trouve que seize femmes, douze postes restent vacants26. En 1788, on ne trouve pas de remplaçant pour Monsieur de Chazelle, au Gourguillon, et il manque encore huit femmes27. Le poste du quartier du Gourguillon n’est toujours pas occupé en 1789 et, au Change, Monsieur Chaix n’est lui non plus pas remplacé28. L’année suivante est encore plus mauvaise : il manque quatre hommes et dix femmes29. Manifestement, la relève ne se fait pas.

15Un dernier indice des difficultés est le nombre d’articles qui sont consacrés à l’Institut dans le Journal de Lyon, qui peut apparaître comme son organe officiel : les nouvelles de l’œuvre et surtout les états de recette et de dépense paraissent tous dans ce journal. Or, après deux années (1785-1786) où des informations sont données régulièrement, les années suivantes apparaissent beaucoup plus creuses, il n’est même plus question de l’Institut pendant toute l’année 1789.

  • 30 Journal de Lyon, 6 août 1788.
  • 31 Camille Bloch, L’Assistance et l’État en France à la veille de la Révolution, Paris, Picar (...)

16Pourtant l’Institut a montré son efficacité et il commence à être imité. Les Lyonnais ont pu pendant quelques années se glorifier d’être les seuls à avoir fondé une telle œuvre. Mais, en août 1788, ils notent qu’elle commence à être imitée à Paris30. En effet, une Société de Charité maternelle est établie dans la capitale en mai 1788, elle a pour but d’encourager l’allaitement maternel et de permettre aux mères d’accoucher à domicile. Elle est patronnée par des dames appartenant pour la plupart à la haute noblesse : la comtesse de Virieu, la marquise de Lafayette, la présidente d’Homois, la duchesse de Duras, Madame Lavoisier, Madame Necker, la reine ayant le titre de « fondatrice ». Les réunions ordinaires de la Société se tiennent aux Enfants-Trouvés, la première assemblée générale ayant eu lieu le 4 janvier 1790. La Société bénéficie d’une subvention de 24000 livres sur les produits de la Loterie Royale, continuée par le Comité de Mendicité ; s’ajoutent des souscriptions et des dons. L’organisation est assez semblable à celle de l’Institut lyonnais, mais semble exclusivement féminine : Paris est divisée en quinze départements, avec à leur tête une dame députée et des dames administrantes, qui font des enquêtes sur les mères qui veulent des secours et qui surveillent les enfants adoptés par la Société. Mais, comme à Lyon, le manque de ressources oblige à limiter le nombre d’aides distribuées. Il est néanmoins question de 672 enfants secourus en 179031. Comme à Lyon, l’œuvre semble disparaître peu après.

17L’Institut de Bienfaisance en faveur des pauvres Mères-nourrices avait pourtant rencontré un large écho dans la société lyonnaise. Nous avons souligné la participation des autorités civiles et religieuses de la ville. On peut aller plus loin dans l’analyse. Si bien des administrateurs nous sont inconnus, trois groupes cependant émergent parmi les personnes qui soutiennent l’Institut.

  • 32 Journal de Lyon, 15 mars 1786.
  • 33 Ibid.

18Le premier est constitué par le clergé. Nous avons déjà souligné le rôle important de l’archevêque Malvin de Montazet. Il a approuvé les statuts de l’Institut, c’est son palais qui sert de lieu de réunion, il fait un don important. De plus, il prend à sa charge les frais d’impression, le feu et la lumière, ce qui dégage l’Institut de presque tous ses faux-frais32. Dans chaque quartier, le curé, ou son vicaire si une paroisse est divisée en plusieurs quartiers, fait partie du bureau particulier et il est probable qu’il joue un grand rôle dans la désignation des mères à secourir. On a également déjà évoqué le geste du curé de Saint-Just qui donne, en 1787, 216 livres pour l’entretien annuel de deux mères-nourrices. Manifestement, sans le clergé lyonnais, l’Institut ne pourrait pas fonctionner. Ses buts correspondent d’ailleurs bien aux préceptes de la morale chrétienne : les administrateurs se félicitent que, pour avoir droit aux dons, des concubins se sont mariés et que la paix et l’union sont rétablis dans les ménages33.

  • 34 Id., 9 et 15 novembre 1785.
  • 35 Id., 12 avril et 27 septembre 1786.

19L’aspect religieux de l’Institut apparaît également dans certaines cérémonies. Lors du décès de donateurs importants, un service religieux est célébré. Ainsi, après la mort de Monsieur de La Rouvière, négociant qui avait légué 400 livres à l’Institut, une messe est célébrée à Saint-Bonaventure pour le repos de son âme, le 15 novembre 1785 ; on incite les mères-nourrices à y assister, et on distribue des brioches après le service34. Une autre messe est célébrée dans cette église le 14 mars 1786 pour le repos de l’âme de Mademoiselle Lavétison, qui avait légué 1000 livres, et encore une le 15 septembre pour Monsieur Regny35. L’église des Franciscains semble donc le lieu de culte habituel de l’Institut.

  • 36 Yves Krumenacker, Des Protestants au Siècle des Lumières. Le modèle lyonnais, Paris, H. Ch (...)
  • 37 Journal de Lyon, 12 janvier 1785.
  • 38 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1787. Id., année 1788.

20Le deuxième groupe qui soutient cette œuvre de bienfaisance est la petite communauté protestante de Lyon. Elle ne représente en effet qu’environ mille personnes vers 1785, bien moins de 1 % de la population de la ville36. Or en 1785, une des six administratrices, Henriette Hogguer, épouse du négociant Daniel Germain Scherer, est protestante, et on en compte encore deux parmi les vingt-sept administrateurs de quartier : les négociants Guillaume-Benoît Couderc et Gaspard Finguerlin37. En 1787, quand on veut mettre une administratrice par quartier, on fait appel à Henriette Hogguer pour le quartier du Plâtre, où elle fait équipe avec Gaspard Finguerlin. L’année suivante apparaissent Ursule Scherer, épouse Finguerlin, rue Neuve, et Auguste-Frédérique Mayer place Saint-Pierre, Guillaume-Benoît Couderc étant responsable du quartier de la rue Thomassin38. Sur quarante-huit administrateurs de quartiers, on en compte ainsi cinq de la religion protestante, ce qui n’est pas négligeable et témoigne du soutien de cette communauté, notamment dans sa composante suisse.

  • 39 Albert Ladret, Le Grand siècle de la Franc-Maçonnerie, la franc-maçonnerie lyonnaise au XV (...)
  • 40 Sur Mathon de La Cour, voir Serge Dantas, La Franc-maçonnerie lyonnaise au XVIIIe siècle à (...)
  • 41 Albert Ladret, Le Grand siècle de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., p. 269-271.

21Mais le soutien le plus important est sans doute celui qui est donné par les francs-maçons. On compte au moins dix-sept administrateurs appartenant à une loge lyonnaise, si on se réfère aux listes, incomplètes, données par Ladret39 ; en 1787, ce sont quinze quartiers sur vingt-huit qui ont un administrateur franc-maçon. La loge la plus représentée est celle de Saint-Jean d’Ecosse du Patriotisme. Or c’est aussi celle de Charles-Joseph Mathon de La Cour, administrateur sans quartier en 1786, et surtout directeur du Journal de Lyon, principal organe, on l’a vu, de l’Institut40. Cette loge pouvait, d’autre part être considérée comme une loge militaire à sa création, en 1782, tous ses membres étant officiers de la milice bourgeoise. Par la suite, la loge s’est davantage ouverte mais ces officiers continuent à la diriger. Or ce sont eux qui, d’après le Journal de Lyon du 12 janvier 1785, ont véritablement créé l’Institut par leurs dons, en organisant les bureaux de quartier et en y participant. On retrouve cette loge parmi les donateurs en 1786, et l’état des recettes de 1788 fait état d’un don de 852 livres des « officiers de la milice bourgeoise ». Parmi les donateurs de 1786, on remarque également la loge de la Bienfaisance, qui avait été fondée par Willermoz en 1774 et à laquelle appartiennent également quelques administrateurs. Sans faire de l’Institut une émanation maçonnique, on peut considérer que les francs-maçons ont inspiré cette œuvre et qu’ils l’orientent en grande partie. Il en est d’ailleurs de même pour la Société Philanthropique, née en 1789 pour répondre à la crise et qui, comme l’Institut, divise la ville en vingt-huit quartiers avec un bureau à la tête de chacun d’entre eux41.

  • 42 Journal de Lyon, 21 mars 1787.
  • 43 Institut de Bienfaisance maternelle, Lyon, le 23 mars 1790 (Bibliothèque Municipale de Lyo (...)
  • 44 Journal de Lyon, 15 mars 1786.
  • 45 Camille Bloch, L’Assistance et l’État en France…, op. cit., p. 358.

22L’Institut de Bienfaisance en faveur des pauvres Mères-nourrices apparaît bien comme une réalisation des élites lyonnaises, un produit des Lumières pourrait-on dire, si l’on considère l’idéologie qui l’inspire. Le premier motif de satisfaction exprimé par les administrateurs de l’Institut est d’ordre démographique : en 1786, sur cent enfants nourris par leur mère, seuls sept sont morts42. Un bilan plus complet est donné dans une brochure de 1790 : 486 mères ont été secourues de 1785 à 1788, 11 ont cessé d’allaiter, 76 enfants sont morts, ce qui signifie que 399 enfants nourris par leur mère ont atteint l’âge d’un an, soit environ les 5/6e. Les administrateurs comparent ce résultat avec les statistiques qu’ils ont à leur disposition. Ils citent le mémoire de 1778 de Prost de Royer, avec ses 2/3 de décès, ainsi que les grands classiques de la démographie de l’époque, les auteurs qui ont travaillé sur les tables de mortalité : les Essais sur la probabilité de la vie humaine de de Parcieux, qui affirment que plus de la moitié des enfants du bon peuple de Paris meurt en nourrice à la campagne ; l’Histoire Naturelle de Buffon, qui, en se fondant sur des chiffres donnés par Dupré de Saint-Maur, arrive à la même conclusion ; sur des calculs du démographe hollandais Kerseboom enfin, qui supposent que sur 1400 enfants nourris en ville par leur mère, 275 doivent mourir la première année. Cet usage des statistiques, bien caractéristique des Lumières, permet aux administrateurs de présenter un bilan très positif, qu’ils attribuent à des conditions favorables (pas de maladies épidémiques, peu de ravages fait par la petite vérole) et surtout à l’action des dames de l’Institut, qui suivent les ménages adoptés, qui instruisent les mères avant et après l’accouchement, qui donnent des secours43. Dans plusieurs quartiers, en outre, des médecins et des chirurgiens veillent gratuitement sur les mères et les enfants44. Notons que la Société de Charité maternelle de Paris a un bilan très semblable, avec 1/5e de perte45.

  • 46 Journal de Lyon, 9 novembre 1785 et 15 mars 1786.

23Dans plusieurs articles transparaît également un idéal de concorde familiale et sociale. C’était, avec la question démographique, un des arguments de Beaumarchais pour créer un tel institut. Tout naturellement, les administrateurs notent les bons résultats obtenus en ce domaine : les concubins se marient, riches et pauvres se rapprochent, les premiers peuvent faire le bien, les seconds bénéficier de leurs conseils et de leurs secours, les pères de famille retrouvent du pain et du travail, la paix est rétablie dans les ménages46. La poésie qu’est censée écrire une jeune mère, et qui est sans doute l’œuvre d’un membre de l’Institut, reprend également les deux thèmes :

  • 47 Id., 10 février 1790.

« Pour voir la France refleurie,
vous donnez les plus sûrs moyens,
vous enrichissez la patrie
de bons soldats, de citoyens :
la paix, la santé, le courage,
en sont les effets précieux ;
mon cher enfant s’en porte mieux ;
mon cher époux en est plus sage :
son fils, sa femme & son ouvrage,
suffisent pour le rendre heureux.
Il ne quitte point son ménage ;
il ne court point au cabaret
dévorer la moindre gazette,
de l’état supputer la dette,
se gendarmer contre un décret :
il ne sait rien, il le confesse ;
mais il respecte la sagesse
de nos dignes représentans.
Son oreille est sourde aux méchans ;
paisible au milieu de l’orage,
le seul espoir qu’il envisage
est de transmettre à ses enfans
la vertu, son seul héritage47. »

  • 48 Id., 16 mars 1785.
  • 49 Id., 23 novembre 1785.

24La mode de la nature, de la campagne, apparaît dans la scène ajoutée par Marsollier des Vivetières à l’opéra Blaise et Babet. Louise, une femme de la campagne, vit au grand air et plaint les pauvres mères des villes de ne pouvoir allaiter leurs enfants48. C’est que l’air de la ville est mauvais, ce qui explique que les nourrissons des campagnes qui entrent à Lyon voient très vite leur teint pâlir, leur fraîcheur disparaître et beaucoup meurent avant leur première année ; la supériorité du système de l’Institut, explique-t-on, est que les enfants sont accoutumés, dès leur enfance, à l’air de la ville dans lequel ils devront vivre49. Tout naturellement, Rousseau est invoqué :

  • 50 Id., 10 février 1790.

« Ah ! Rousseau, ta simple Julie
rappelle l’homme à sa grandeur ;
Tendre appui des mères-nourrices !
la France doit, sous tes auspices,
trouver sa gloire & sa splendeur50. »

25Dans ce poème de février 1790, on trouve en outre des accents révolutionnaires, car la jeune femme qui rend hommage aux bienfaiteurs de l’Institut lie la régénération de la France, la recherche de la liberté, à la régénération des mœurs, au développement du bien moral et de la vertu ; pour cela, il faut libérer la femme de ses trop nombreux emplois, afin qu’elle ne soit plus une mauvaise mère.

  • 51 Id., 26 janvier 1785.
  • 52 Id., 23 novembre 1785.
  • 53 Id., 3 février 1785.
  • 54 Id., 16 mars 1785.

26Pour attirer les dons, l’Institut fait appel à l’opinion et cherche à émouvoir la sensibilité des Lyonnais. C’est dans ce but que le Journal de Lyon publie régulièrement le compte rendu des activités, en insistant sur les scènes touchantes. On raconte ainsi que, dans le quartier du Palais, une Allemande de quarante ans, enceinte de son huitième enfant, s’est présentée pour obtenir une aide ; elle a nourri ses autres enfants, cinq sont encore vivants ; le père est compagnon plâtrier, elle est blanchisseuse, ils vivent dans un taudis au quatrième étage, « tout cela formait un tableau digne de Greuze » ; mais la mère est toujours gaie, ses enfants, frais et bien portants, se serrent contre elle51. Lors de la messe célébrée pour le repos de l’âme de Monsieur de La Rouvière, on ne manque pas de remarquer l’air de santé et de fraîcheur des enfants qui accompagnent leur mère52. On s’étend sur la générosité du prévôt des marchands qui se charge de pourvoir lui-même aux besoins des premières femmes qui se présenteront dans le quartier du Griffon, mais ne peut se charger que de deux d’entre elles, car tous les autres membres du bureau du quartier veulent faire de même53. La générosité dont on fait preuve lors de la représentation théâtrale est également louée : beaucoup d’abonnés n’ont pas voulu user de leurs droits, des personnes qui ne peuvent y aller car elles sont retenues pour affaires ou qu’elles n’ont pas l’habitude d’aller au théâtre paient une place, la directrice du spectacle refuse d’être remboursée des frais de la représentation, le capitaine du guet a payé lui-même la garde54.

  • 55 Id., 23 novembre 1785.
  • 56 Id., 24 novembre 1784.
  • 57 Id., 9 novembre 1785 et État de la recette et de la dépense… 1785.
  • 58 Id., 10 mai 1786.

27Les administrateurs de l’Institut ont un sens très sûr de la publicité : usage des journaux, pièce de théâtre aménagée avec une scène supplémentaire rappelant qu’un homme a conçu le projet de faire bénéficier de l’allaitement maternel toutes les femmes de la ville, mais que seul Lyon a adopté ce projet, et des couplets chantés sur l’air de Figaro, vantant les mères qui donnent leur tendresse et leur lait à leurs enfants, et louant Lyon qui surpasse Paris55. On met en exergue certains dons ou legs, pour qu’ils servent d’exemple. Ainsi, on cite la lettre adressée par les élèves de la pension d’Ecully au trésorier de l’Institut, Chapet : dès l’annonce de la formation d’un établissement en faveur des mères-nourrices, ils ont fait une collecte et ont ramassé soixante livres56. On explique que le legs de Monsieur de La Rouvière est le premier fait à l’Institut ; c’est d’autant plus important que c’est en fait le seul de l’année 178557. Un don particulier est bien mis en avant : il provient d’un négociant juif établi à Lyon, Moyse ; il a obtenu des lettres de naturalité et le comte de Vergennes l’a invité à faire une aumône, de 3000 livres, que le ministre a versée à l’Institut58. Cela peut inciter d’autres personnes naturalisées à faire de même, et c’est l’occasion de rappeler la protection particulière que Vergennes accorde à l’Institut.

  • 59 Jean-Pierre Bardet, « Enfants abandonnés et enfants assistés… », art. cit., p. 28.
  • 60 À Tamerville (Contentin), il n’est que de 10,9 % : Jacques Gélis, Mireille Laget, Marie-Fr (...)

28Malgré ces efforts, l’Institut de Bienfaisance, qui participe bien de la philanthropie des Lumières, succombe aux désordres consécutifs à la Révolution. Les résultats sont finalement assez modestes : quelques centaines de mères secourues, un taux de mortalité infantile faible, mais pas exceptionnel : s’il est inférieur à celui de la Société parisienne, inférieur aussi aux 18,7 % obtenus à Rouen avec le système des allocations59, il reste moins bon que celui des enfants de la campagne allaités par leur mère60. Pour l’historien, son principal intérêt est peut-être qu’il est un bon symptôme d’une nouvelle préoccupation des élites envers l’enfance et la pauvreté. Il peut ainsi fédérer des énergies diverses, dans le clergé, la communauté protestante, les francs-maçons, pour moraliser la société, préserver la paix sociale et assurer le peuplement de la France.

Notes

1 Journal de Lyon, ou annonces et variétés littéraires, Lyon, chez Aimé de La Roche, 16 mars 1785.

2 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 116-140.

3 Ibid., p. 122-123.

4 Mémoire sur la conservation des enfants, Lyon, Laroche, 1778.

5 Lettres patentes du roi portant sur l’établissement d’un bureau de nourrices à Lyon, Lyon, imprimerie du roi, 1780, 6 p. (Bibliothèque Municipale de Lyon, 113272). Sur Prost de Royer, on peut voir le mémoire de maîtrise (dir. Bernard Hours) de Stéphane Nivet, Prost de Royer 1729-1784, Université Lyon 3, 2002.

6 Pierre Deyon, Amiens, capitale provinciale ; étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris, Mouton, 1967, p. 358.

7 Jean-Pierre Bardet, « Enfants abandonnés et enfants assistés à Rouen dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Hommage à Marcel Reinhard. Sur la population française au XVIIIe et au XIXe siècle, Paris, Société de Démographie Historique, 1973, p. 19-47.

8 Journal de Lyon…, 24 novembre 1784.

9 Id., 26 janvier 1785.

10 Id., 21 mars 1787.

11 Id., 26 janvier, 16 février et 16 mars 1785.

12 Id., 3 février 1785.

13 Id., 9 novembre 1785 et 15 mars 1786.

14 Instruction pour les mères-nourrices, à Lyon, chez Aimé de La Roche, 1785 ; il existe une 2e édition en 1790. Sur Collomb et Rast de Maupas, on peut consulter Jean-Baptiste Dumas, Histoire de l’Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, Lyon, Giberton et Brun, 1839, t. 1.

15 Journal de Lyon, 12 janvier 1785. Pour 1786, Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon […] pour l’année 1786, Lyon, chez Aimé de La Roche.

16 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1785.

17 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1788.

18 Journal de Lyon, 26 janvier 1785.

19 Id., 15 mars 1786.

20 Id., 3 février 1785.

21 Id., 6 août 1788.

22 Dans sa lettre du 17 janvier 1785, Beaumarchais ne manque pas de remercier Vergennes : Journal de Lyon, 3 février 1785.

23 État de la recette et de la dépense… 1785, Lyon, Basset ; État de la recette et de la dépense… 1786, Lyon, imprimerie nouvelle ; État de la recette et de la dépense… 1787, Lyon, imprimerie nouvelle (Bibliothèque Municipale de Lyon, 113278 et 113279). Ces états sont aussi publiés dans le Journal de Lyon, 15 mars 1786, 21 mars 1787 et 6 août 1788.

24 Journal de Lyon, 7 janvier 1790.

25 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1786.

26 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1787.

27 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1788.

28 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1789.

29 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1790.

30 Journal de Lyon, 6 août 1788.

31 Camille Bloch, L’Assistance et l’État en France à la veille de la Révolution, Paris, Picard, 1908, rééd. Genève, Slatkine, 1974, p. 357-358.

32 Journal de Lyon, 15 mars 1786.

33 Ibid.

34 Id., 9 et 15 novembre 1785.

35 Id., 12 avril et 27 septembre 1786.

36 Yves Krumenacker, Des Protestants au Siècle des Lumières. Le modèle lyonnais, Paris, H. Champion, 2002, p. 171.

37 Journal de Lyon, 12 janvier 1785.

38 Almanach astronomique et historique […] pour l’année 1787. Id., année 1788.

39 Albert Ladret, Le Grand siècle de la Franc-Maçonnerie, la franc-maçonnerie lyonnaise au XVIIIe siècle, Paris, Dervy livres, 1976.

40 Sur Mathon de La Cour, voir Serge Dantas, La Franc-maçonnerie lyonnaise au XVIIIe siècle à travers l’exemple de Mathon de La Cour, un Frère parmi les élites urbaines, mémoire de maîtrise (dir. Y. Krumenacker), Université Lyon 3, 2000.

41 Albert Ladret, Le Grand siècle de la Franc-Maçonnerie…, op. cit., p. 269-271.

42 Journal de Lyon, 21 mars 1787.

43 Institut de Bienfaisance maternelle, Lyon, le 23 mars 1790 (Bibliothèque Municipale de Lyon, 113281).

44 Journal de Lyon, 15 mars 1786.

45 Camille Bloch, L’Assistance et l’État en France…, op. cit., p. 358.

46 Journal de Lyon, 9 novembre 1785 et 15 mars 1786.

47 Id., 10 février 1790.

48 Id., 16 mars 1785.

49 Id., 23 novembre 1785.

50 Id., 10 février 1790.

51 Id., 26 janvier 1785.

52 Id., 23 novembre 1785.

53 Id., 3 février 1785.

54 Id., 16 mars 1785.

55 Id., 23 novembre 1785.

56 Id., 24 novembre 1784.

57 Id., 9 novembre 1785 et État de la recette et de la dépense… 1785.

58 Id., 10 mai 1786.

59 Jean-Pierre Bardet, « Enfants abandonnés et enfants assistés… », art. cit., p. 28.

60 À Tamerville (Contentin), il n’est que de 10,9 % : Jacques Gélis, Mireille Laget, Marie-France Morel, Entrer dans la vie. Naissances et enfances dans la France traditionnelle, Paris, Gallimard, 1978, p. 186-187.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search