Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre maladie et secours

Réforme, assistance, instruction : les fondations des marchands Déliot à Lille au xvie siècle

Alain Lottin

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Gutton, La société et les Pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris (...)
  • 2 Sur l’histoire de Lille à cette époque, se reporter à notre synthèse récente ; Alain Lottin, Lille, (...)

1Le début du XVIe siècle voit naître un vaste débat sur le problème récurrent du paupérisme et de l’assistance et J.-P. Gutton dans l’étude magistrale qu’il y a consacrée évoque « l’exemple flamand1 ». Le sujet a été, en effet, très tôt, d’une brûlante actualité en Flandre en raison d’une forte poussée démographique et du développement de la petite draperie. Les migrants s’entassent dans les quartiers populaires et les faubourgs. Lille est une des principales villes touchées par ce phénomène. Sa population double probablement en un demi-siècle, atteignant environ 40 000 habitants. Vers 1560 la croissance de la sayetterie y est vertigineuse2.

Assistance et réforme à Lille au début du XVIe siècle

La réforme de l’assistance

  • 3 Une pièce des archives de l’École bogarde de Bruges dont l’inventaire a été publié par Gilliodts Va (...)
  • 4 Ibidem, n° 355, p. 386 et sq. Malgré nos recherches dans les archives lilloises nous n’avons toujou (...)

2Dès le début, l’inadaptation du système médiéval d’assistance reposant sur les « carités paroissiales », a frappé certains marchands, membres du Magistrat dirigeant la cité ou apparentés avec eux. Les paroisses riches du centre ville, telle Saint-Étienne, disposaient des principales ressources mais avaient peu d’assistés, alors que les paroisses populaires comme Saint-Sauveur ou Sainte-Catherine étaient démunies face à un nombre considérable de pauvres. Dès 1507, Paul Castelain, un marchand fréquentant Anvers et manifestement influencé, à ce qu’il laisse entendre, par ce qu’il a vu dans la métropole brabançonne3 propose un règlement en 16 articles, dont on n’a toujours pas trouvé trace dans les archives lilloises, mais qui figure dans celles de l’école bogarde de Bruges, avec la mention : « ladite ordonnance fut ainsi arrêtée par le conseil le 28 juillet 1508 ». Il contient des principes fondamentaux qui seront définitivement arrêtés en 1527 avec la création d’une structure supra-paroissiale : il crée « quatre aumôniers… pour faire visitacion et avoir la charge et cure des povres personnes » ; ils recevront les aumônes et les distribueront « aux povres honneste maisnaiges qui seront le plus en indigence ». Ils achèteront pour eux des draps, du bois, de la tourbe, du blé, des pois, des habits, des souliers, des pains, prêteront des lits et couvertures « à povres femmes gisans ». Dans chaque paroisse, deux ou trois personnes, choisies par les curés, les aideront pour faire la quête. Ils enverront des orphelins, notamment ceux de la Grange, structure créée à la fin du XVe, à l’église pour « apprendre leurs créanche », ainsi que des apprentis à l’école les dimanches et fêtes pour apprendre à lire et écrire4.

  • 5 Archives municipales de Lille (A.M.L.), Archives du bureau de bienfaisance, série J. Les comptes de (...)
  • 6 Pour la création et le mise en place de la Bourse commune de Lille (1527) nous renvoyons à notre co (...)

3L’initiative était hardie et prématurée, et elle ne semble pas avoir été officialisée par le Magistrat. La donation d’une certaine Catherine Dubuisson en 1508 témoigne des incertitudes et des difficultés rencontrées puisque celle-ci donne 100 lp à distribuer par ces aumôniers, au cas où « l’ordonnance encomenché se perfache et apreuve par mesure de loy et non autrement5 ». Toutefois, le doute persiste sur l’existence, ou non, d’un embryon de structure supra-paroissiale puisqu’en 1526 « les ministres des povres honnestes maisnaiges » remontrent au Magistrat que leurs ressources sont insuffisantes à cause de la peste. Le problème est tranché en 1527 avec l’interdiction de la mendicité et la création d’une Bourse commune des pauvres, sur le modèle d’Ypres (1525) sur lesquelles nous ne reviendrons pas ici6. Dès lors, la Bourse commune existe et, en 1531, Charles Quint publie un célèbre édit ordonnant d’en créer une dans chaque ville et village de ses pays « de par decha ».

  • 7 Émile. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers, fin XVe-XVIe siècle, 2 vols, (...)

4Retenons surtout de cette histoire des années 1508-1531 que les marchands commerçant entre Lille et Anvers sont les principaux acteurs et les moteurs de ces initiatives et réformes. Ils siègent personnellement, ou leurs parents et clients, au Magistrat et donc ils dirigent la cité. On les retrouve comme ministres généraux des pauvres, dès la création de la Bourse et ensuite7.

5Malheureusement, par manque d’archives à Lille et peut être d’études, ces milieux sont trop peu connus et on ne peut percer leurs motivations. S’y mêlent probablement la notion de bien public, la volonté d’assurer l’ordre social dans la cité, le sentiment religieux et une certaine rationalité. Retenons également que dès l’origine, et à travers les premiers comptes financiers de la Bourse que l’on possède, se manifeste la volonté d’envoyer des enfants pauvres à l’école pour apprendre à lire, écrire, compter.

Les progrès du protestantisme

6Cette préoccupation d’instruire les enfants pauvres va prendre de l’ampleur avec l’introduction et les progrès de la religion réformée dans la cité. On se bornera ici à rappeler quelques grandes étapes de cette pénétration. Le 5 juillet 1527, Charles Quint signale la présence de prêcheurs, et des suspects sont poursuivis ; il confirme bientôt le privilège de juridiction des échevins en matière d’hérésie. Selon un chroniqueur, les premières victimes tombent en 1533. Mais c’est surtout le calvinisme qui s’implante dans la ville après 1540 avec Wallerand Poulain, prêtre lillois converti à la religion réformée qui se réfugie bientôt à Strasbourg. Il évoque un petit groupe avec un chef cultivé « connaissant le latin, le grec et l’hébreu ».

  • 8 Sur les début du protestantisme à Lille, voir le tome 2 de l’Histoire de Lille, op. cit. et le mémo (...)

7C’est surtout le théologien P. Brully, qui est le personnage le plus marquant de cette époque. Arrêté à Tournai en novembre 1545, il y est brûlé vif le 30 janvier 1549. Son interrogatoire permet d’interpeller à Lille certains de ses « complices ». Interrogé par l’empereur sur le sort réservé aux sectaires, le Magistrat lillois doit avouer qu’il a laissé échapper le médecin Eustache du Quesnoy, « le grand prophète et interprétateur » et que Jean Fremault, emprisonné, a pu s’évader grâce à une effraction violente « de ses partisans ». À défaut, on a fait décapiter son frère bâtard et enfouir vivante sa mère considérée, à tort semble-t-il, comme hérétique : quelques humbles subissent également le martyre. D’autres ont fui à temps, dont Hubert de Bapasme, fils d’un marchand, et qui va être pour nous un témoin central. Cette répression a ralenti quelques temps la diffusion du calvinisme, mais celle-ci reprend rapidement tant dans le plat pays qu’en ville. Un document évoque des refus de payer la dîme de la part des paysans, sur l’instigation de mauvais esprits. Le ministre Guy de Bray déploie une grande activité. Les échevins lillois sont accusés par les Cordeliers de mollesse pour réprimer l’hérésie dans une cité où s’est établie une florissante « église de la Rose » avant qu’elle ne soit démantelée tragiquement en 1555 avec les exécutions de la famille Oguier et de bien d’autres personnes8.

8C’est dans cette conjoncture d’une forte croissance urbaine liée à l’essor de la sayetterie et à l’activité des marchands, qui contrôlent assez largement la direction de la ville de Lille, et d’une bonne implantation des idées réformées que se situe la grande fondation de Pierre et Hubert Déliot.

La fondation Déliot (1554)9

  • 9 Les documents fondamentaux sur la fondation de l’école Déliot sont les archives du Bureau de Bienfa (...)
  • 10 Calendrer était l’opération qui consistait à tabiser et moirer certaines étoffes. Voir notre bref l (...)

9Le 30 mars 1554, comparaissent devant le Magistrat de la ville, le marchand de sayes Hubert Déliot, en son nom et au nom de son frère, Pierre, décédé, tous deux fils de Guillaume, bourgeois et marchand, d’une part et d’autre part, Guillaume et Mathieu Castelain, Jehan du Pont, Maître Germain Le Drut, Jacques de Vendeville, Jacques de Fourmestraux et Anthoine de la Rivière, « comme ministres généraulx des povres honneste maisnages de ceste dicte ville ». Hubert, exécuteur testamentaire de son frère Pierre, déclare que celui-ci, « meu de bonne affection devers les povres de la ville et taille de Lille » a voulu créer et entretenir à perpétuité une école « pour en icelle apprendre et endoctriner par les maistres et maistresses à ce ordonné povres enfans tant fils que filles, à lyre, escrire, compter, jecter et lever et aussy en bonnnes meurs ». Ces enfants seront au nombre de cent : quatre-vingts garçons et vingt filles. Pour ce faire, Pierre a légué 3000 florins, auxquels Hubert ajoute 3400 florins qui, placés en rentes, fourniront une recette annuelle de 800 livres parisis monnaie de Flandre (400 florins). Hubert donne également « une chocque de maisons », rue du Dragon, « naguère utilisée à usage de callendreur10 et aultres affaires avecq les deux petites maisons y joindantes » dans laquelle se tiendra l’école et non ailleurs, comme lieu à ce ydoine et propice et gisant quasi au mitant de la ville de Lille, là où partant la hantise et fréquentation sera tant plus comodieux aux escolliers ». Cet acte a été passé après « plusieurs communications avec les ministres généraux et avec les échevins ». Nous reviendrons ultérieurement sur le fonctionnement de cette école et ses finalités, mais il nous faut s’intéresser d’abord aux protagonistes de cette fondation mettant en jeu des sommes importantes.

La famille Déliot et son environnement « réformé »

10Une première et rapide observation s’impose sur les parties qui acceptent la fondation, à savoir les ministres généraux des pauvres et les échevins. Beaucoup d’entre eux appartiennent au monde des grands marchands lillois commerçant à Anvers, cités par E. Coornaert, qu’il s’agisse des Castelain, des Dupont, des Fourmestraux auxquels s’ajoutent des rentiers du sol ou des membres des professions libérales, c’est-à-dire qu’ils sont du même monde que les Déliot et beaucoup d’ailleurs leur sont apparentés.

  • 11 Philippe Denis, « La correspondance d’Hubert de Bapasme, réfugié lillois à Strasbourg (1519-1547) » (...)
  • 12 Paul Denis du Péage, Recueil de généalogies lilloises, Lille, Lefebvre-Ducrocq, 4 vol., 1906-1908. (...)

11Or, grâce à la publication par Philippe Denis il y a environ vingt cinq ans, dans une autre perspective, des lettres d’un réfugié protestant lillois à Strasbourg, Hubert de Bapasme11, aux registres aux bourgeois et aux travaux généalogiques de Paul Denis du Péage12, on peux mieux cerner le monde des Déliot et connaître leurs pensées.

Hubert de Bapasme et la nébuleuse Déliot

  • 13 Émile Coornaert, Les Français…, op. cit., p. 160 et sq.

12Le jeune exilé lillois a fui la répression de 1545. Il est fils de marchand et a laissé à Lille son frère Piercont et son beau-frère Nicolas Bave, auxquels il écrit fréquemment. Et la mère de Pierre et Hubert Déliot se nomme Catherine Bave. Hubert de Bapasme écrit à plusieurs reprises des lettres fort intéressantes à son oncle Hubert, à ses cousines et cousins Déliot : Marie, Mathiennette, Mariette, Jeanne Castelain épouse de Wallerand, et Guillaume Déliot. Ces trois filles se marient avec de grands marchands lillois vivant souvent à Anvers : Marie épouse Guillaume Castelain, frère de Jeanne, également un des ministres généraux des pauvres de la ville cité dans la fondation en 1554 ; Mathiennette se marie avec Jehan de Fourmestraux et Mariette avec Guillaume du Bosquiel. « Outre un état-major puissant, Lille renfermait toute une catégorie compacte et permanente de commerçants bien entraînés, étroitement solidaires, opérant couramment les uns pour les autres sur les champs proches ou lointains d’action commerciale… Leur esprit d’initiative et leurs audaces entreprenantes assuraient au loin leur succès propre et le rayonnement de leur ville... Dans leur ville même, leur groupe tenait, du point de vue social, une place importante ». Avec les Déliot, leurs parents et alliés, nous sommes au cœur de « l’état-major13 ».

  • 14 Informations figurant dans l’introduction de Philippe Denis à la Correspondance d’Hubert de Bapasme (...)

13Le contenu des lettres d’Hubert de Bapasme, les allusions et les renvois révèlent qu’une partie de la famille Déliot était acquise aux idées réformées et que d’autres ne les rejetaient pas. Hubert de Bapasme devait être à Anvers lorsqu’il apprit les arrestations lilloises et il préfèra ne pas rentrer. Il demande à son frère et beau-frère de lui envoyer des vêtements et des souliers. Il connaît parfaitement Wallerand Poullain, Henri Le Monnier d’Arras, réfugié à Strasbourg, Eustache du Quesnoy réfugié à Heidelberg, tous grands meneurs du calvinisme à Lille et à Arras. Il correspond avec eux, ainsi qu’avec le marchand lillois, Philippe Masquelier, qui le rejoint quelques temps à Strasbourg. Hubert de Bapasme y reste jusqu’en 1547 avant de partir pour les Pays-Bas où il se marie, avant de gagner Londres où il vit sous le nom de Martin du Mont14.

14Ses lettres à l’oncle Hubert Déliot sont empreintes de déférence et de justifications car, apparemment, celui-ci regrette qu’il ait abandonné la marchandise. Connaissant sans doute l’attrait de son oncle pour l’éducation, il loue l’instruction donnée à Strasbourg par « les maistres [qui] rendet grand peine à instruire les enfantz sans user de telle félonie et cruaulté qu’ils font en notre cartier ». Il lui conseille d’envoyer son fils Guillaume étudier à Strasbourg

« Je scay certainement qu’il apprendrait ici beaucoup plus en deux manières et aussy je scay qu’il n’apprendra là ou il est que superstition, car je croy qu’il est a fratres. Est ichi sinonc que toute modestie et honnesteté sont à l’honneur du Seigneur ».

15Dans une deuxième lettre, datée de mars 1546, il renouvelle son conseil d’envoyer Guillaume Déliot à Strasbourg « puisque le Seigneur l’a appelet à l’estude », où il passera avant d’aller à Louvain. Hubert de Bapasme se justifie d’avoir abandonné la marchandise et le « groupe » Déliot.

« Je suis certain qu’il ont estimet et dit que je suys ung fol de avoir laisser une sy bonne compaignie, en laquelle par vostre bonne grace m’aviez faict tant d’honneur de moy y donné place… mais ne me arestent a leur dire, en ay prins une meilleure quy est la compagnie du Seigneur. Il ne fault point pourtant entendre que, par ce, je veuille condamner l’estat de marchandises, non, car toutz estatz sont agréables à Dieu, moiennant que on s’y gouverne léallement, ne cherchant point du tout son pruffit, ains celui du prochain… . Comme ay veut que avès tousjours fait ».

16Le 25 mars 1546, il lui écrit derechef et lui annonce la mort d’Henry Le Monnier d’Arras, qui a laissé une veuve et neuf petits enfants dont quatre sont à Arras, sans biens puisque confisqués par Charles Quint. Il annonce aussi que « Martin Lutère est trepasset ». Son frère Pierre de Bapasme se préoccupe également d’aider la veuve.

17Si les lettres avec l’oncle Hubert Déliot restent respectueusement réservées, il n’en est pas de même de celles échangées avec ses « cousines Déliot » qu’il affectionne beaucoup, et Jeanne Castelain qui a épousé Wallerand Déliot. Et ces femmes semblent solidement acquises aux idées réformées. Jeanne Castelain lui a écrit d’Anvers le 8 août 1546 : « il me semble que sey estié à Lille que seroie tant bien endoctrinée ». Mariette en juin 1547 assure « son treschier et bienaimé cousin » qu’elle ne l’a pas « mis en oubly, car che seroit bien to laissié le bonne ammitié que nous avons eu toujours ensemble… Je me sents bien tenue de vous aimmer tous les jours de ma vie pour le bonne doctrinae que j’ay toujours reçut de vous »… Elle déplore que le temps « vient que à grand paine osera t’on nommer le nom de Dieu… . Mais j’espère que le Seigneur nous fera miséricorde et aura pitié de son peuple ».

18Mariette, qui signe femme de Girard du Bosquiel, le 11 sept 1546, a un certain mal à écrire et l’avoue touchamment. « Touchant de lyre, je lis plus volontiers qu’en soloy… Ch’es ung bau pasetant que de lyre et s’y aprentent baucos de chose ». Elle lui donne des nouvelles de la famille, de « mon Girard » qui se recommandent à lui. Elle l’exhorte à la patience « Ches ung grand dont que de pasyenche » et elle déplore la conjoncture répressive « Je sy bien mary que on dit que on va défendre les livres… Je pry à Dieu que cela ne se face point ». Quant à Jeanne Déliot, sans doute épouse de Jean Vasseur, elle assure son « très cher et singulier ami » que quand elle sera à Lille, elle s’acquittera de ce qu’il lui a demandé et regrette son absence forcée « car il me semble que sey estié à Lille, que seroie tant bien endoctrinée ». Quant à Wallerand Déliot, époux de Jeanne Castelain, d’Anvers le 16 juin 1547 il lui parle des « affaires de Douay, comment Gilles Flocqué est "envoyé" et Martin Commelin (marchand) prysonnier et d’autres que ne conoy point dont jà eut grand turbation en la ville ». Hubert de Bapaume a d’ailleurs « esté fort en la bouche des gens », car il est accusé d’avoir « séduyt » Gilles Floqué. Le bruit en est même venu à Gand, où l’on a interrogé Nycolas Fovet lequel a préféré « s’absenter de Douai ». Wallerand incite Hubert de Bapasme à se marier, « pour veoir la génération que le Seigneur vous donneroyt venyr en l’age d’homme ».

19Dans une lettre enthousiaste écrite « à ses cousines Déliot », Hubert de Bapasme leur décrit l’instruction religieuse et les offices célébrés à Strasbourg, la Sainte Cène, « l’autel mis quasy au millieu de l’église, là où le ministre est, la face envers le peuple, faisant prières pour le peuple en langue maternelle, haut et cler, que chacun l’entent ». Il décrit longuement la catéchèse, interactive, et termine par une comparaison avec leur ville.

« S’on interroguoit ainsy les enfantz à Lille, je ne say comment ils saueraient rendre raison de leur foi. Je laisse les enfantz, mais s’on venoient à interroguer les grandes gens tant hommes que femmes et bigottes ensemble. Dieu scait comment ilz commencheroient… Pourtant ja prie à celle de vous toutes quy a enfantz que on prendre peine de les apprendre la loy de Dieu et sa volunté ».

  • 15 A.G.R. Bruxelles, Conseil des Troubles, n° 19. Figure sous le n° 30 12 dans Alphonse L. Verheyden, (...)

20De ces écrits et du réseau relationnel, il apparaît que les filles d’Hubert Déliot, ainsi que Wallerand et son épouse Jeanne Castelain partagent avec lui les idées réformées. Marie Déliot, épouse de Guillaume Castelain, figure d’ailleurs au nombre des condamnés du Conseil des Troubles à Anvers15. C’est également probable pour ses beaux-fils Guillaume Castelain et Gérard du Bosquiel, apparenté à Alard, « prince d’amour » en 1547 et condamné en 1555 à une forte amende comme suspect d’hérésie. En revanche Guillaume, le plus jeune fils, étudiant à Louvain en paraît beaucoup plus éloigné. Reste « l’oncle Hubert ». On ne peut, d’après ces échanges le considérer à coup sûr comme acquis aux idées réformées, mais il ne les rejette pas comme en témoigne l’éducation de ses filles. Et il est clair qu’il est fortement préoccupé par l’instruction des pauvres, tout comme ses enfants et ils le prouvent tous avec la fondation qui porte leurs noms.

L’école Déliot (1554) dite des Grisons (1564)

Les textes fondateurs16

  • 16 Voir note 9. Toutes les citations en étant extraites et datées, nous ne les faisons pas figurer en (...)

21La fondation elle-même repose sur quatre textes, d’importance inégale.

  • La fondation initiale, faite le 30 mars 1554, dont l’original sur papier parcheminé est conservé dans les archives du Bureau de bienfaisance aux archives municipales de Lille, d’un montant de 6400 florins.

  • Un additif daté du 25 juin 1558 dans lequel Hubert Déliot, contractant avec les ministres généraux des pauvres de Lille, parmi lesquels son beau-fils Gérard du Bosquiel, les marchands Jehan Lepers et Pierre Poulle, ainsi que maître Philippe Tournemine, docteur en médecine, apporte des précisions au texte de 1554, « pour obvier à pluisieurs obscuritez, confuzes et non esclarcies couchés aux articles de la fondation initiale ». Il ajoute 1450 livres parisis monnaie de Flandre, soit 725 florins.

  • Un accroissement de 7200 florins fait le 28 mars 1563 (ancien style) donc en 1564 en réalité, en la semaine sainte, par les hoirs d’Hubert Déliot décédé, à savoir son fils Guillaume, ses gendres Gérard du Bosquiel mari et bail de Mariette, Jehan de Fourmestraux mari et bail de Mathiennette et sa fille Marie Déliot, veuve de Guillaume Castelain. Cette somme permet d’augmenter les prébendes et de fournir vêtements et matériels aux écoliers, désormais tous habillés de gris, d’où leur nom de Grisons.

  • Un nouvel accroissement de 2400 florins le 6 mars 1576 faite par le marchand Nicolas Bave qui leur est apparenté ainsi qu’à Hubert de Bapasme, pour faire face « au renchérissement de toutes choses ».

22Enfin on ne peut ignorer, bien qu’il n’y ait pas de rapport direct avec l’école, la fondation importante de 9000 florins faite le 5 décembre 1584 par Guillaume Déliot, Marie, veuve de Gérard du Bosquiel et Mathiennette également veuve, de prébendes pour soutenir pendant un an l’activité de dix-huit maîtres sayetteurs en difficulté, chiffre porté à 24 en 1592 compte-tenu du bon placement des fonds effectués (denier 16).

23Nous nous référons thématiquement aux quatre textes fondateurs en marquant les différences chronologiques.

Finalité et intentions explicites

24Pierre et Hubert Déliot en 1554 agissent

« meu de bon affections envers les povres de la ville et toutle de Lille et affin que povres enffans, joesnes d’eaige, euissent meilleur occasion et moien de venir à tousjours à une escolle en ladicte ville de Lille, pour en icelle apprendre et endoctriner par les maistres et maistresses à ce ordonnées, povres enffans tout fils que filles, à lyre, escrire, compter et jecter et lever, et aussy en bonnes meurs soubz telle reigle, pollice et conduicte que bon sembleroiet audict Hubert Déliot ».

25Dans son additif de 1558 le fondateur, vivant, précise que celle-ci est faite « à l’honneur de Dieu, nostre créateur ». Et en 1564 (n.st), ses enfants déclarent que feu Hubert, leur père, était

« meu de bonne affection, désirant de tout son cœur faire œuvre agréable à Dieu, à l’exaltation de son Sainct nom et à l’eddification du petit populaire, especiallement pour le bien, utilité et augmentation d’aulmosnes de povres enffans apprentis ».

26L’école doit accueillir quatre-vingt garçons et vingt filles ; si celles-ci ne sont pas assez nombreuses, on peut les remplacer par des garçons. Les enfants sont choisis par les ministres généraux des pauvres de la ville qui leur délivrent un billet d’accès à l’école. Celle-ci, située au milieu de la ville, se tient « tous les jours de dimenches et festes commandées de l’église en l’an saulf et réserve les trois jours « nataux » (Noël, Pâques, Pentecôte), jour de la procession dudit Lille, jour du Sainct Sacrement et tous les Saincts ». Les enfants feront leur affaire personnelle d’aller à la messe avant que ne commence l’école. Dans l’additif, Hubert Déliot précise les horaires : en été, de Pâques à la Saint-Remi, de 7 h à 10 h le matin et l’après-midi de 1 h au Salve à Saint-Étienne où les garçons doivent se rendre en groupe dans la chapelle Sainte-Catherine de Sienne ; en hiver, de la Saint-Remi à Pâques, de 8 h à 11 h et inchangé l’après-midi.

27L’école est réservée aux « vrays povres enffans, apprendans stil et mestiers et nuls aultrez lesquels y polront fréquenter sy longhement qu’ilz seront trouvés raisonnablement scavoir lire, escrire, compter et lever », lesquels perçoivent une prébende pendant deux ans. L’additif de 1558 revient plus longuement sur l’origine sociale des enfants, compte-tenu des problèmes rencontrés. La priorité absolue du recrutement de Lillois est rappelée ; il est précisé qu’il faut préférer des enfants qui ne sont en apprentissage que depuis deux ou trois mois, plutôt que ceux qui le sont depuis longtemps. La raison implicite est que ces derniers arrêtent de suivre l’école dès qu’ils sont « francs-ouvriers » et travaillent. Le cas d’ailleurs des fils de maîtres, dispensés d’un an d’apprentissage est clairement évoqué ; si leurs parents « ne les veulent laisser fréquenter ladite escolle l’espace de deux ans entier », ils ne pourront être pris.

28Instruit par l’expérience, H. Déliot en 1558 autorise les jeunes qui devraient quitter l’école sans vraiment savoir lire, écrire et compter à y rester deux ans de plus, au maximum, mais sans prébende. Et il prévoit le recrutement et le paiement d’un « maître supernuméraire » pour s’occuper des non-prébendés.

29De manière générale, le fondateur est très attentif à respecter la dignité des pauvres et à leur mérite. Dès le départ il s’est attaché à ne pas stigmatiser les bénéficiaires.

« S’il advenoit que des enfants fréquentant ladite éscole, par honnesteté ou aultre cause raisonnable, ne voulsissent lesdicts jours de dimanches et festes porter l’enseigne de la fleur de lys que portent ordinairement ceulx qui reçoivent les aulmosnes de ladicte bourse générale, ils pourront s’en dispenser, et ce pour éviter que vray povres honnestes, ne fachent difficulté de hanter ladicte escolle et venir requérir de avoir lesdictes prébendes ordinaires ».

30Il accepte également que celles-ci viennent s’ajouter à celles que certains pourraient déjà percevoir de la Bourse commune des pauvres « affin que par ce moyen ils ayent le cœur et vollonté de diligamment apprendre et comparoir ».

31Le texte prévoit également, mais de manière un peu confuse, l’existence d’enfants fréquentant l’école « les jours ouvriers et non point les jours de dimenches et festes, et ce tant du matin que après-disner, ainsy que l’on faict journellement aux aultres escholles de ceste dicte ville ». Il est bien précisé que ceux-ci ne peuvent venir le dimanche et se mêler aux prébendés, « ce pour éviter à la grande confusion et désordre qu’il en poldroit advenir ». Ils sont inscrits sur un registre et on fait l’appel deux fois par semaine ; ils bénéficient des locaux, du matériel, du maître, lequel ne peut rien leur demander.

Maître et maîtresse

32Pour instruire les enfants, les ministres généraux des pauvres doivent recruter un maître, « homme marié, pour instruire et endoctriner les enffants masles et sa femme exerchant l’office de maistresse pour les filles ». Ils seront « idoines et qualifiez, de bonne vie, exemplarité et gouvernement ayant leur demeure et résidence ordinaire en ladicte choque de maisons ». En plus de cet avantage matériel le maître perçoit 100 florins par an, payés par trimestre, et peut louer à son profit les deux petites maisons attenantes. En cas de maladie, il peut prendre « à ses propres despens » un remplaçant compétent agréé par les ministres des pauvres. Il leur est formellement interdit de « prendre quelque chose ni sallaire desdits povres enffans » ou de recevoir des élèves en plus aux mêmes heures, sauf si de « bonnes personnes » payaient pour eux 12 patars par an, en quatre fois. Ils peuvent être destitués par les ministres généraux des pauvres en raison de « leur inutil gouvernement ou aultrement dignes de repréhension ».

33Dans l’école même, « seront mis et séparez les enffans masles arrière des filles, le plus comodieusement que faire, selon le lieu et plache ». Le maître tiendra un registre pour

« y escripre tous les noms et surnoms tant desdicts cent enffans aussy tous aultrez y hantans et fréquentans ès jours ouvriers et de non feste. Et au dict registre, escripre chascune sorte et quallité d’enffans avec les noms de leurs pères, mères, lieux de leurs demeures, les stilz (métiers) apprendant, ensemble le nom des maistres les apprendans ».

34Maître et maîtresse doivent faire l’appel deux fois chaque semaine pour connaître les absents. Il en avertira les commis généraux ou les sergents du siège des pauvres qui s’informeront des raisons de l’absence et en feront rapport au maître, admonesteront les parents qui les enverront s’il n’y a pas de motif légitime. Ce contrôle a pour but que les enfants « ne soyent vaccabondes par les rues, en perdition de temps et de leur jeunesse ».

Les prébendes

35Chacun des cent enfants « ordinaires » reçoit une prébende lors du Salve à la chapelle en l’église Saint-Étienne. « Les garçons s’y rendent en rang, en honneste ordre et avecg leur maistre d’escolle ». Avant de partir chacun « dira dévotement devant l’image de Nostre Seigneur… »« le De Profundis avec la collecte des Trepassés, à genoux, mains jointes priant pour l’âme de feu Pierre Déliot et salut des fondateurs et bienfaiteurs de ladicte escolle ». Les filles pour leur part reçoivent la prébende sur place.

36Après avoir entendu le Salve dans la chapelle, récité à nouveau un De Profundis et la collecte des trépassés, les garçons reçoivent leur prébende dans un décor solennel. Pain et fromage, d’une valeur d’un patar en 1554 sont disposés sur une table revêtue d’une nappe blanche, éclairée par des chandeliers. En bon marchand qu’il est, Hubert Déliot donne des consignes strictes au meunier, au boulanger, au serviteur. Le ministre chargé de s’en occuper veillera à la qualité et au prix du blé, le pain « de bon fourment » sera cuit la veille et le boulanger l’apportera une heure avant le Salve à la chapelle. Quant au fromage, le ministre général des pauvres l’achètera entier, le fera casser par un serviteur « au mieux que faire polra et le faire copper comme dictes ». Pour contrôler tout cela, un parent mâle de la famille Déliot, et un ministre général des pauvres seront présents au Salve.

  • 17 La razière de Lille contient 70 litres 4 de blé.

37En 1564 (n.st.), après la mort d’Hubert, ses enfants augmentent cette prébende « d’un gros à la pièche », c’est-à-dire un sol, ce qui porte au total à 3 sols par enfant (1 patar et demi) celle-ci. Le pain sera de trois livres et contrôlé chaque dimanche par deux égards (inspecteurs sermentés) de la ville, à raison de quarante pains en la razière « au prix de soixante sols ladicte razière, ce qui porte ung gros six deniers chaque pain17 ». Quant au fromage « quy doist estre de Hollande, au prix de ung paattart la livre, porte pour les trois quartrons ung gros six deniers ».

38Manifestement le prix des denrées restera le maillon faible de la fondation, puisqu’en 1576 Nicolas Bave, fils de feu Gilles, marchand « considérans la grande chèreté de tous vivres et temps pour présentement courant et que a esté cause la fondations de ladicte escolle ne peult estre entretenue… en prébendes ordinaires… . Et signamment en frommaige », il donne 2 400 florins en spécifiant que le revenu de cette somme doit être appliquée exclusivement à l’achat de fromage et à aucun autre usage. Si ultérieurement « les dites vivres et aultres choses revenoient à un prix raisonnable », ce revenu annuel servirait à augmenter les prébendes.

Fourniture d’habits et de matériel de classe (1564)

  • 18 Il s’agit des classiques sept personnes de la pénitence et de l’abécédaire utilisé à l’époque. Voir (...)

39En 1564, nouveau style, Guillaume, Mariette, Mathiennette et Marie Déliot, enfants d’Hubert, ne se bornent pas à assurer le bon financement des prébendes. Leur don, considérable, vise aussi et surtout à améliorer les conditions de travail et de vie des écoliers. En hiver, on mettra des nattes sur le sol de la chapelle à Saint-Étienne où les enfants s’agenouillent. À l’école même, les 26 livres parisis seront consacrées à l’achat de « charbon de hot » (tourbe) « pour faire en yver du feu pour chauffer lesdicts enfants ». Seront achetées quatre rames « de bon pappier » pour les apprendre à écrire, ainsi que des plumes, « une escriptoire en deux ans » par enfant, des livres « les sept psalmes et A-B-C des chrestiens ; l’un ayant les sept psalmes ne polra avoir ledict A-B-C », ainsi que « cent et vingt patenostres » en deux ans18.

40Les sommes consacrées à ces achats restent modestes par rapport à celles consacrées à l’achat de vêtements, souliers et autres. Dès 1554, leur père Hubert, avait demandé que les enfants soient peignés, nettoyés et lavent leurs mains et visage avant de venir à l’école. Mais la recommandation ne devait pas être très appliquée. C’est pourquoi en 1564 ses héritiers vont prendre les moyens d’avoir des enfants propres et de rendre plus visible la fondation. Des pages entières y sont consacrées, entrant dans le détail des types de tissus, de leurs prix et de leur fabrication. Si l’on résume sommairement, chaque enfant en deux ans reçoit un peigne, une chemise de 25 gros (25 sols), un pourpoint, « le dehors de fustaine » doublé, une paire de souliers de 16 sols, une paire de chausses lainées coûtant 50 sols pour les garçons et de 20 sols pour les filles, les premiers « un paltot » et les secondes une houppelande ou robe de drap, le tout coûtant 215 lp l’an, tous de la même couleur grise.

41Ce vêtement devient désormais la marque distinctive des enfants de l’école, lui donnant une visibilité voulue par les fondateurs. « Seront tenus lesdicts enffans, tant masles que femelles, ainsy revestus d’une maisme couleur l’un comme l’aultre, aller à l’escolle et lesdicts enffans masles au Salve en ladicte église Saint-Étienne, sans pooyr sur lesdicts paltots porter manteaux, chappes ny aultres affublement par dessus ». Ce sont désormais les Grisons, dont le nom et l’uniforme passent à la postérité comme les Bleuets ou orphelins de la Grange.

Une première mention d’une messe en commun

42L’ajout de 1564 pour la première fois évoque l’assistance collective des enfants à la messe. « Sera donné à l’église ou chapelle en laquelle lesdicts enffans yront tous les dimanches à la messe et eauwe bényte et pour l’entretenement…, la somme de trois livres ». Il semble que celle-ci se déroule en la chapelle de la Trinité, proche de l’église. Il est évident que les troubles religieux, puis la reprise en mains et le début de la réforme catholique vont aller dans le sens d’une « catholicisation » de l’école.

Conclusion

Caractères originaux et destin de l’école Déliot

43Si l’on fait la synthèse de nos connaissances sur le milieu des marchands lillois dans la décennie 1551-1565, sur la famille Déliot et sa fondation, on peut émettre quelques conclusions.

44La fondation de l’école Déliot est d’une importance financière considérable puisqu’elle mobilise en capital plus de 16 000 florins. Elle montre l’importance que les Déliot et une partie des marchands lillois, responsables de la Bourse commune des pauvres, attachent à l’instruction des enfants pauvres, en particulier à leur apprendre à lire, écrire et compter. Mais à la lumière de la correspondance échangée avec Hubert de Bapasme la fondation s’inscrit aussi dans les idées et les expériences développées par les réformés.

  • 19 Au début de 1564 la communauté protestante de Lille et du plat pays est en plein essor, mais perséc (...)

45On est en effet frappé par son caractère très laïque, également caractéristique de la réforme de l’assistance. À aucun moment il n’est fait référence à l’église catholique, à l’écolâtre de Saint-Pierre, à des exercices religieux poussés. Maître et maîtresse sont recrutés par les ministres généraux des pauvres, des marchands pour la plupart. Ils sont mariés, ce qui exclut tout clercs. Les références sont toujours à l’honneur de Dieu qualifié de créateur. Nulle mention de la Vierge et des Saints. Jusqu’en 1563, il n’est fait aucune allusion à une messe en commun et lorsque celle-ci apparaît au détour d’un article en 1564, c’est dans un contexte de très dure répression ; le ministre Paul Chevalier sera bientôt supplicié19 ; et il ne s’agit que d’une messe rapide dans la petite chapelle de la Trinité, proche de l’école.

46La gestion, la supervision, le choix des maîtres et des enfants prébendés, l’application de sanctions sont confiés aux ministres généraux des pauvres. Les fondateurs multiplient les contrôles et les gratifications ; un descendant mâle des Déliot veillera toujours à la bonne application des intentions des fondateurs. En 1554, Hubert Déliot manifeste encore quelques inquiétudes sur l’avenir de la Bourse, au cas où « elle ne fust entretenue comme se faict à présent ». Si celle-ci disparaissait, il prévoit de confier l’école « aux ministres particuliers des pauvres » de la charité de Saint-Étienne. Si ceux-ci refusaient il « requiert très affectueusement, que pour l’honneur de Dieu nostre créateur et le bien publicque et en faveur de carité et des povres, que le bon plaisir de Messieurs les mayeur et eschevins… soit de commettre et ordonner gens ydoines et propres pour régir et gouverner ladite fondation ». Et si ce n’était pas le cas, en ultime recours, il prévoit que l’argent accordé reviendrait aux descendants des fondateurs. À aucun moment il n’envisage une intervention d’ecclésiastiques.

  • 20 Les comptes de l’école Déliot sont conservés dans les archives du bureau de bienfaisance aux A.M. L (...)
  • 21 Chiffres extraits des comptes cités note 19 et de documents divers. Sur les Bapaumes, voir Alain Lo (...)

47L’histoire de la ville, avec ses soubresauts, conduit inéluctablement à ce que l’influence catholique y progresse. La dévalorisation du capital et des rentes, au long des deux siècles suivant la fondation, conduit à la réduction du nombre d’enfants prébendés, comme l’avait envisagé le fondateur. Les comptes conservés20 nous apprennent qu’on réduit de 13 le nombre des prébendés en 1615. Ils sont 75 de 1619 à 1635, 65 de 1635 à 1646, 57 de 1648 à 1752, 42 de 1660 à 1665 ; en 1605, d’ailleurs, un autre grand marchand, Guillaume de Boileux, dit Bapaume, avait donné 39 000 florins pour fonder une école du type Déliot ; les ministres généraux des pauvres la font transformer en école professionnelle, considérant qu’elle sera inutile, compte-tenu de l’existence de l’école dominicale du Magistrat et de la difficulté de trouver des enfants pour l’école Déliot. En 1758, un mémoire anonyme précise qu’à cette date il n’y a plus que des garçons au nombre de 51, ce qui est un résultat remarquable deux siècles après la fondation de cette école21. Les comptes montrent qu’on achète toujours du blé, du fromage, des vêtements, des souliers pour les enfants. Un document du milieu du XVIIIe siècle émanant des maîtres de la sayetterie, révèle que les deux fondations Déliot, celle en faveur de l’école et celle pour les pauvres sayetteurs en difficulté ont toujours été chères aux Lillois et à ses dirigeants jusqu’à cette date… Vos prédécesseurs au Magistrat écrivent-ils

  • 22 A.M. Lille, Aff. Gén. C. 1161, d 23, XVIIIe siècle.

« ont pris un soin particulier et spécial de faire fournir les deniers nécessaires ausdits fondations par préférence à toutes autres, les tems mêmes les plus calamiteux de guerre, de peste, de famines, de manière Messieurs, que depuis 1584 il n’est point de mémoire qu’au mois de mars les ministres généraux aient manqué de fonds pour fournir aux dites fondations ; les deniers qui les alimentent ont toujours esté regardés comme privilegiez22 ».

  • 23 Alain Lottin, Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979, (pr (...)

48Les comptes financiers conservés ne comportent pas les noms des élèves. On permettra simplement à l’auteur de cette étude d’émettre l’hypothèse – non démontrée, mais vraisemblable –, destinée essentiellement pour les pauvres enfants de sayetteurs que les tisserands-chroniqueurs de Saint-Sauveur, Mahieu Manteau, Louis Bocquet et Pierre-Ignace Chavatte y ont appris à lire, écrire et éventuellement conçu l’idée de tenir « des chroniques des choses mémorables » de leur temps23.

B.M. de Lille, Album de Pourchez, cliché B. Drbruyne, Banquet offert aux orphelines à l’occasion de la naissance du dauphin, 1729.

B.M. de Lille, Album de Pourchez, cliché B. Drbruyne, Banquet offert aux orphelines à l’occasion de la naissance du dauphin, 1729.

B.M. de Lille, Album de Pourchez, cliché B. Drbruyne, Banquet offert aux élèves des Bapaumes à l’occasion de la naissance du dauphin, 1729.

B.M. de Lille, Album de Pourchez, cliché B. Drbruyne, Banquet offert aux élèves des Bapaumes à l’occasion de la naissance du dauphin, 1729.

Annexes

Annexe 124

Correspondance des monnaies de compte à Lille au milieu du XVIe siècle

  1. La livre parisis, monnaie de Flandre (lp). Il ne faut pas la confondre avec la française, qui vaut le double au XVIIIe siècle.
    Elle est divisée en 20 sols et celui-ci en 12 deniers.
    Elle vaut la moitié du florin et un douzième de la livre de gros.

  2. Le Florin (fl), divisé en 20 patars, lui-même divisé en 12 deniers. Il vaut 2 livres parisis monnaie de Flandre et un sixième de la livre de gros.

  3. La livre de gros, monnaie « lourde » plus ancienne mais toujours citée, est divisée en 20 sols et le sol en 12 deniers, appelés gros. Elle vaut 6 florins et 12 livres parisis monnaie de Flandre.

Le gros, qui reste couramment utilisé, compte tenu du rapport 1 à 12 avec la livre-parisis monnaie de Flandre est donc l’équivalent du sol de cette dernière.

Annexe 2

LA FAMILLE DELIOT25

Annexe 3

« Serment que doit faire ung maistre d’eschole des pauvres de la ville de Lille, à sa réception à l’escole instituée par Pierre et Hubert Déliot frères, marchands » (1554)26

Vous jurez et promectez par la foy et serment que debvez à Dieu, vostre créateur, de vous acquiter bien justement et léallement à vostre sens et pooir en l’exercice de l’office de maistre d’eschole des povres de ceste ville, instruire et endoctriner les enfans et escoliers quy vous seront envoiés par les commis généraulx du Siège desdicts povres, tant pour y hanter et fréquentes les jours ouvriers comme les jours de dimances et festes ès heures limitées et ordinaire et en tenir registre. Et en surplus vous garderez, observerez et entiendrez au voste regard et sy avant qu’il touche à vostre office et aussy ferez par lesdicts escholiers garder et observer les poincts et aultres contenus en ordonnances faictes touchant les insititutions de ladicte escholle, lesquelles ordonnances vous seront bailliés par escript pour mieux les retenir. Et quand il viendra à vostre cognaissance que aulcuns escholiers ne fréquente ladicte eschole et facent leurs debvoirs ainsy qu’il appartient, vous en advertirez briesvement lesdicts commis généraulx des povres présens et futurs, pour y estre pourveu, ainsy qu’ils trouveront au cas appartenir. Ainsy vous face Dieu et touts les Saints de paradis.

Notes

1 Jean-Pierre Gutton, La société et les Pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, Les Belles Lettres, 1971, et notamment pour l’exemple flamand p. 248- 251. Pour les Pays-Bas, voir les travaux de Paul Bonenfant, et plus spécialement « les origines et le caractère de la réforme de la bienfaisance publique aux Pays-Bas sous le règne de Charles Quint », Revue belge de philologie et d’histoire, 1926 et 1927. Sur le problème plus général, voir Catharina Lis, Hugo Soly, Poverty and Capitalism in preindustrial Europe, 1350-1850, Harvester Press, 1979, (traduit du néerlandais).

2 Sur l’histoire de Lille à cette époque, se reporter à notre synthèse récente ; Alain Lottin, Lille, d’Isla à Lille-métropole, Lille, La Voix du Nord, 2003 et aux pages que nous avons écrites dans le tome 2 de l’Histoire de Lille, dirigée par L. Trenard, Toulouse, Privat, 1981, et notamment au chapitre 2, p. 41-69.

3 Une pièce des archives de l’École bogarde de Bruges dont l’inventaire a été publié par Gilliodts Van Severen, (n° 349) est un Acte public par le notaire apostolique Paul de Lieria, fait à la prière de Paul Castelain, « eenen goeden fijnen coopman van saye augt der stadt von Rysselle » pour avoir le règlement qu’ils observent dans la visite des pauvres d’Anvers ; pièce reproduite dans l’inventaire.

4 Ibidem, n° 355, p. 386 et sq. Malgré nos recherches dans les archives lilloises nous n’avons toujours pas trouvé trace de ce règlement dont on dit qu’il a été lu en pleine halle le 28 juillet 1508.

5 Archives municipales de Lille (A.M.L.), Archives du bureau de bienfaisance, série J. Les comptes de la Bourse commune des pauvres de Lille sont conservés, à raison de deux par an, pour les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles de manière presque complète à partir de la fin du XVIe. Nous les avons dépouillés totalement et utilisés dans notre thèse et nos travaux. Nous espérons publier un ouvrage de synthèse sur ces questions ultérieurement.

6 Pour la création et le mise en place de la Bourse commune de Lille (1527) nous renvoyons à notre communication à Middelbourg en 1974. (Résumé dans la Revue du Nord, n° 224, janvier-mars 1979, p. 111 et au tome 2 de l’Histoire de Lille, op. cit.). Voir aussi Robert Saint-Cyr Duplessis, « Charité municipale et autorité publique au XVIe siècle, l’exemple de Lille », R.d.N., n° 223, avril-juin 1977, p. 193-220 et Lille and the Dutch Revolt. Urban Stability in an Era of Revolution 1500-1582, Cambridge U. Presse, 1991.

7 Émile. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers, fin XVe-XVIe siècle, 2 vols, Paris, Marcel Rivière, 1961, fondamental, et notamment les pages 155 à 182 pour Lille et sa châtellenie.

8 Sur les début du protestantisme à Lille, voir le tome 2 de l’Histoire de Lille, op. cit. et le mémoire de maîtrise de M.-P. Willems-Closset soutenu à Liège et résumé dans R.d.N., t. LII, 1970, p. 199-216.

9 Les documents fondamentaux sur la fondation de l’école Déliot sont les archives du Bureau de Bienfaisance de Lille (inventaire spécial cotes I et J) désormais conservés aux A.M. Lille, dans des conditions difficiles par manque de place. Les fondateurs et receveurs utilisent indifféremment les deux monnaies de compte employées au XVIe siècle, ainsi que le gros. Pour permettre au lecteur de s’y retrouver nous donnons les équivalences puisées aux sources mêmes en annexe 1.

10 Calendrer était l’opération qui consistait à tabiser et moirer certaines étoffes. Voir notre bref lexique dans Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Flammarion, 1979, p. 380.

11 Philippe Denis, « La correspondance d’Hubert de Bapasme, réfugié lillois à Strasbourg (1519-1547) », Bulletin de la société d’Histoire du protestantisme français (B.S.H.P.F.), janvier-février 1978 et avril-mai 1979. Celle-ci est conservée dans les archives de Saint-Thomas aux Archives municipales de Strasbourg et comprend 30 lettres. Toutes nos citations étant extraites des lettres publiées, nous ne renvoyons pas en note à chacune d’entre elles pour éviter des répétitions fastidieuses. Il est très facile de les identifier par le nom du correspondant.

12 Paul Denis du Péage, Recueil de généalogies lilloises, Lille, Lefebvre-Ducrocq, 4 vol., 1906-1908. Très précieux malgré quelques petites erreurs. Les registres aux bourgeois sont aux A.M.L., nos 94-960. Nous avons essayé de reconstituer un petit tableau de la famille Déliot d’après nos différentes sources. Voir annexe 2.

13 Émile Coornaert, Les Français…, op. cit., p. 160 et sq.

14 Informations figurant dans l’introduction de Philippe Denis à la Correspondance d’Hubert de Bapasme, op. cit.

15 A.G.R. Bruxelles, Conseil des Troubles, n° 19. Figure sous le n° 30 12 dans Alphonse L. Verheyden, Le conseil des troubles, Liste des condamnés, 1567-1573, Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 1961.

16 Voir note 9. Toutes les citations en étant extraites et datées, nous ne les faisons pas figurer en notes infra-paginales pour ne pas surcharger cet article. Nous renverrons uniquement aux documents qui n’en proviennent pas.

17 La razière de Lille contient 70 litres 4 de blé.

18 Il s’agit des classiques sept personnes de la pénitence et de l’abécédaire utilisé à l’époque. Voir Alain Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme ?, Dunkerque, éd. des Beffrois, 1984, p. 190 et sq., ainsi que nos études sur les écoles dominicales et la catéchèse reprises dans Alain Lottin, Etre et croire à Lille et en Flandre, XVIe-XVIIIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2000.

19 Au début de 1564 la communauté protestante de Lille et du plat pays est en plein essor, mais persécutée. Un de ses ministres Paul Chevalier va être arrêté le 20 mai 1564, puis supplicié. Cf. Alain Lottin, Lille, citadelle…, op. cit., p. 142.

20 Les comptes de l’école Déliot sont conservés dans les archives du bureau de bienfaisance aux A.M. Lille, séries I et J, notamment pour les années 1565-66, 1637- 1639, 1658-1659, etc. Nous les avons bien entendu dépouillés. Ils permettent de connaître les noms des maîtres : Mahieu de Beuscoe, maître principal et Jacques Carpentier, pour les non-prébendés en 1565-1566, par exemple. Au fil du temps, les références nettement catholiques s’accentuent notamment pour l’achat de livres et les offices.

21 Chiffres extraits des comptes cités note 19 et de documents divers. Sur les Bapaumes, voir Alain Lottin, Lille, citadelle…, op. cit., p. 204.

22 A.M. Lille, Aff. Gén. C. 1161, d 23, XVIIIe siècle.

23 Alain Lottin, Chavatte, ouvrier lillois, un contemporain de Louis XIV, Paris, Flammarion, 1979, (première édition Lille, Raoust, 1968).

24 Nous établissons ces équivalences d’après les sources et une longue fréquentation des textes et archives de ces époques.

25 Nous ne prétendons pas dresser une généalogie complète et exacte des Déliot. (Les registres paroissiaux n’existent plus, sauf exception), mais nous rassemblons ce que nous avons pu glaner dans les textes sur les principaux protagonistes. Comme on ignore les dates de naissance des enfants d’Hubert, l’ordre proposé est aléatoire. La difficulté vient de l’usage des mêmes prénoms : deux fois Marie, dont l’une est appelée Mariette, et de l’utilisation éventuelle des deuxièmes prénoms. Notre plus grande perplexité vient de Jeanne, « ma cousine Vasseur », souvent citée, dont on ne trouve pas trace dans les généalogies de P. Denis du Peage, mais dont l’existence semble certaine.

26 A.M. Lille, Archives du bureau de bienfaisance, J. 184. (Annexe à la fondation de 1554).

Table des illustrations

Titre B.M. de Lille, Album de Pourchez, cliché B. Drbruyne, Banquet offert aux orphelines à l’occasion de la naissance du dauphin, 1729.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre B.M. de Lille, Album de Pourchez, cliché B. Drbruyne, Banquet offert aux élèves des Bapaumes à l’occasion de la naissance du dauphin, 1729.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende LA FAMILLE DELIOT25
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search