Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre maladie et secours

L’inoculation de la variole en Belgique au xviiie siècle

Claude Bruneel

Texte intégral

1Depuis toujours et jusqu’à son éradication déclarée en mai 1980, la petite vérole a suscité des craintes à la mesure des ravages qu’elle exerçait périodiquement. Au gré des auteurs, au XVIIIe siècle, la maladie aurait été responsable du 1/10e ou même du 1/7e des décès. Une épidémie survenait tous les cinq à sept ans dans les anciens Pays-Bas. Les enfants de moins de 10 ans formaient la grosse majorité du contingent des victimes. Les rescapés portaient les inesthétiques stigmates du mal dans leur chair. Toutefois ils avaient acquis une immunité qui les mettait à l’abri de toute récidive. Sur la foi de cette constatation, une forme de prévention s’imposa très tôt dans certaines parties du monde, la variolisation ou inoculation. Les Chinois y auraient recouru dès le Xe siècle. Au gré de diverses méthodes, le procédé consiste à inoculer dans un corps sain du pus prélevé sur un varioleux, dans le but de provoquer chez le sujet une forme atténuée de la maladie qui le préserverait de toute attaque ultérieure. Au contraire de la vaccination, l’opération n’est pas sans danger. Sur la foi de témoignages sans doute affectés de partialité des partisans et des adversaires de la technique, le risque de mortalité fluctuerait entre 1/60e et 1/1000e.

  • 1 Née Mary Pierrepont, 1689-1762 (Women in world history. A biographical Encyclopedia, t. 11 (...)
  • 2 Philippe Albou, « La variole avant Jenner (XVIIe-XVIIIe siècles) », Histoire des sciences (...)

2L’épouse de l’ambassadeur britannique à Constantinople, Lady Mary Wortley Montagu1, avait découvert sur place les vertus de l’inoculation. À son retour à Londres, vers 1720, elle s’en fait la propagatrice. À l’engouement et aux controverses des débuts succède une perte d’intérêt vers 1730. La flamme et les polémiques se ravivent dans de nombreuses contrées d’Europe dans les années 1750. Aux objections d’ordre médical – outre les dangers, la réalité de l’immunité acquise est mise en doute – s’ajoutent des objections inspirées par la religion et la morale. L’essor véritable ne s’affirme qu’après 1760. Là où le peuple se sent impuissant face à la fatalité, certaines élites discernent un progrès et un moyen de prévention. L’exemple des cours d’Angleterre, d’Autriche, de Russie, de Suède, de France, pas plus épargnées que le commun, influence la noblesse. L’effet de mode et le sens commercial d’inoculateurs avisés font le reste. Ainsi les Sutton montent une véritable entreprise qui ne compte pas moins de 62 partenaires, en Angleterre, en Irlande, à Paris, à La Haye et même à la Jamaïque ou en Virginie. Ils tentent d’exporter leur technique sur le continent. Ainsi, dans la région parisienne, où la première inoculation avait eu lieu dès 1754, les chirurgiens anglais ouvrent plusieurs cliniques en 17682.

3Dans son numéro du 19 mai de cette année, la Gazette des Pays-Bas, publiée à Bruxelles, fait état d’une dépêche de la veille :

  • 3 Thomas Dimsdale (1712-1800), médecin et hygiéniste anglais, un des plus importants inocula (...)
  • 4 Docteur régent de la Faculté de médecine de Paris qui s’était rendu à Londres pour s’infor (...)
  • 5 Jean Ingen-Housz (1730-1799), médecin hollandais établi en Angleterre, membre de la Royal (...)
  • 6 N° XL, dernière page. Dans la principauté de Liège toute proche, le médecin Jean-Philippe (...)

« L’inoculation n’est plus étrangère en cette Ville. Mr. Brady vient de l’opérer avec succès sur son neveu, âgé de neuf ans. L’insertion fut faite le 17 du mois d’Avril, & tout étoit fini le trente du même mois. […] Les expériences lumineuses du Docteur Dimsdale3 ont guidé en tout Mr. Brady, de même qu’elles guident tous les jours deux inoculateurs des plus éclairés et des plus habiles du continent, Mr. Hosty4 & Mr. Ingenhousse5 qui vient d’être appellé à Vienne pour y établir ce salutaire préservatif contre le danger et la malignité de la petite vérole naturelle6 ».

  • 7 Cf. André Puttemans, La censure dans les Pays-Bas autrichiens, Bruxelles, 1935, p. 305-373

4L’annonce n’est certainement pas faite sans l’aval des autorités : la presse est soumise à la censure7, la gazette est l’organe officieux du gouvernement, le chevalier Brady est le « protomédecin » de l’armée impériale et médecin ordinaire de la Cour dans les Pays-Bas.

  • 8 Corneille Broeckx, Histoire du collegium medicum Bruxellense, Anvers, 1862, p. 443.
  • 9 Cf. infra.
  • 10 Eugène Joseph Charles Gilain, Hubert d’Olmen (1742-1813), baron de Poederlee, botaniste et (...)
  • 11 Cité par K. Velle, « Medisch-geografisch en epidemiologisch onderzoek in België sinds het (...)

5L’exemple bruxellois est suivi dans le reste du pays. L’initiative, loin toutefois d’être généralisée, repose entre les mains de quelques prosélytes, médecins et chirurgiens. La chronologie du mouvement ne peut actuellement être ébauchée qu’à partir de quelques indices, la quantifier demeure hors d’atteinte. Dans la capitale même, selon le collège de médecine, plusieurs inoculations furent faites en 1779 et 17808. Entre-temps, Gand, en pleine expansion et la deuxième ville du pays en importance, constitue un second point d’essaimage à partir de 1775. La situation est plus floue dans les autres cités. Bruges, Ostende, Anvers ont également accueilli l’innovation à des dates difficiles à déterminer9. Selon le baron de Poederlee10, la variolisation aurait eu un effet bénéfique en atténuant significativement les effets de la maladie11.

6La question de l’inoculation ne suscita pas de polémiques ni de controverses aussi appuyées qu’au Royaume-Uni ou en France. Ici aussi, toutefois, les esprits étaient partagés. Un faisceau d’indices permet de jeter un jour tout provisoire sur la question. Quatre approches sont retenues ici : le monde médical, la presse et le livre, l’opinion publique, les sphères du pouvoir.

Le monde médical

  • 12 Originaire de Louvain et promu licencié en médecine de l’université de cette ville en 1750 (...)
  • 13 Originaire de Gand et promu licencié en médecine de l’université de Louvain en 1766 (Claud (...)
  • 14 Ontleeding der waare Pokjes en hoe deze na de ingeëente den jongen Heer Cassa hebben aange (...)
  • 15 Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine de France, SRM, carton 158, d.1 n° 6 à 10 (...)
  • 16 Pierre Corneille de Brabant, Antwoorde op het gerucht van wedergekomene pokskens naer de i (...)
  • 17 Cf. Messager des sciences historiques, 1833, p. 66-68. Plus tard, il importa le premier la (...)
  • 18 Cf. R. van den Abeele, « Jan Albert Roselt, plattelandschirurgijn te Machelen (1714- 1785) (...)
  • 19 Cf. infra.
  • 20 Il entreprend la traduction en néerlandais du Journal de médecine de Londres de Samuel Foa (...)
  • 21 Une pratique indifférenciée peut présenter de graves dangers (Dictionnaire der gezondheyt, (...)
  • 22 Lui aussi a complété sa formation à Paris en 1764-1765. Il est l’auteur de deux traités (W (...)
  • 23 Médecine simplifiée ou manuel de médecine et de chirurgie domestique, 1ère éd., Amsterdam, (...)
  • 24 Emmanuel Le Paige d’Herentals, licencié en médecine de Louvain en 1759 (Claude Bruneel et (...)

7Dans les Pays-Bas, deux médecins symbolisent la controverse autour de l’inoculation et de ses limites, particulièrement l’immunité toute relative qu’elle pouvait apporter : Ferdinand Cremers12 et Pierre Corneille de Brabant13. Dès 1771, le premier polémique avec un médecin hollandais établi à Breda14. Il reprend la plume en 1778 pour débattre ensuite avec son confrère diplômé de Louvain. L’année précédente, en effet, celui-ci avait publié une réfutation de la rumeur selon laquelle la variolisation ne garantissait pas d’une attaque ultérieure de la maladie. Cette même année, au mois d’avril, il avait été élu membre correspondant de la Société royale de Médecine de Paris, à laquelle il avait adressé des observations dès 177615. La controverse par voie d’imprimés se poursuit jusqu’en 178116. Entre-temps, de Brabant avait fait des émules parmi les chirurgiens. Tels Guillaume Demanet17, accoucheur et lithotomiste de la capitale de la Flandre et un praticien rural, Jean Albert Roselt18. Celui-ci, pour donner l’exemple, fait inoculer ses enfants par son mentor gantois. Par la suite, lui-même pratique l’opération à trente-huit reprises. Son fils, médecin établi à Ostende, aurait fait de même au bénéfice, à en croire le père, de quelques centaines de personnes. À peu près à mi-chemin entre les deux villes, Bruges, en relations étroites avec l’Angleterre, aurait également été un centre actif de diffusion de la nouvelle technique19. Le médecin J.A. Van Zandycke20 cite le procédé dans son dictionnaire, mais demeure réservé quant à l’application21. À Bruxelles, le chirurgien-accoucheur Jean Georges Herbiniaux22 pratique l’opération, peut-être même dès 1768. Dans la même ville, un assesseur du Collège de médecine, J.J. Defrenne est convaincu au point de pratiquer l’inoculation sur son fils unique. Mais, en 1785, dans la deuxième édition de sa Médecine simplifiée, il révise son jugement, « comme l’on est aujourd’hui fondé à douter qu’elle garantisse de la petite vérole naturelle23 ». À Anvers, le médecin Le Paige aurait été le premier à l’imiter à une date indéterminée24.

  • 25 Catalogue d’une très riche et grande collection de livres (…) délaissés par Messieurs Jean (...)
  • 26 Né à Louvain en 1705 et décédé dans cette ville en 1789 (Claude Bruneel, Répertoire des th (...)
  • 27 Catalogue…, op. cit., p. 60, n° 21 et p. 79, n° 339.
  • 28 Ostentationes…, p. VI.
  • 29 J. ROEGIERS, Pokinenting, in Ons Heem, t. 22, 1968, p. 226-229.

8En complément de l’action des figures de proue, partisans et adversaires, se pose naturellement aussi la question de l’attitude des corps et, au premier chef, de l’université de Louvain. Celle-ci jouit du monopole de l’enseignement médical dans les Pays-Bas. À titre individuel, ses professeurs paraissent parfaitement informés. La présence dans leur bibliothèque de nombreux ouvrages sur le sujet en fait foi25. Par ailleurs, Adrien Van Rossum26 possède personnellement la collection du Journal de médecine, chirurgie et pharmacie de Vandermonde et Roux27. La Faculté comme telle ne s’est pas prononcée. Selon Cremers, elle ne serait pas plus favorable à l’opération que ses consœurs européennes28. Cette prise de position ne résulte aucunement d’une censure exercée par la faculté de Théologie. Interrogé à titre privé par sa famille, un membre de celle-ci laisse entendre que les avis de ses collègues sont partagés. Lui-même n’est pas défavorable29. Le pape Benoît XIV s’était d’ailleurs prononcé en ce sens.

  • 30 M. Walckiers, « Les thèses médicales de Louvain au XVIIIe siècle », XXVIIIe Congrès intern (...)
  • 31 Caude Bruneel, Répertoire des thèses imprimées…, n° 57, 172, 466.
  • 32 Après avoir décrit les précautions qui doivent entourer l’opération, l’auteur conclut : « (...)
  • 33 Cf. la notice de Caude Bruneel dans Nouvelle Biographie nationale, t. II, Bruxelles, 1990, (...)
  • 34 Soit deux ans après la mort de Van Rossum.

9L’opinion des médecins de Louvain se dégage peut-être indirectement à la lecture des thèses défendues. Celles-ci relèvent plutôt de l’exercice scolaire30 dont la rédaction est parfois attribuée à certains professeurs. Quoi qu’il en soit, on peut présumer que les candidats au parchemin n’allaient pas se démarquer de l’enseignement de leurs maîtres. Manifestement, la variole ne paraît pas au premier rang des préoccupations des participants aux « disputes ». Sur 505 de ces actes conservés pour les années 1733 à 1796, trois seulement traitent du sujet31. L’inoculation occupe un paragraphe d’une thèse défendue en 1780 sous la conduite du professeur Adrien Van Rossum, le plus âgé et le plus influent des maîtres, par ailleurs fréquemment consulté par le gouvernement. La conclusion est nette et corrobore jusqu’à un certain point l’affirmation de Cremers. La variolisation peut être pratiquée mais, sous l’angle politique, elle est jugée inopportune32. Cinq ans plus tard, une autre thèse patronnée par son collègue et fils spirituel, Martin Van der Belen33, ne souffle mot du procédé contesté. En 1791 enfin34, pour la première fois, un exercice académique fouillé, sous la direction du même professeur, est explicitement consacré à l’inoculation. La conclusion est cette fois résolument favorable : « Haec sunt sane inoculationis commoda, quae ratio docet, confirmat experientia ».

  • 35 Elle succède à la Société littéraire établie en 1769. Éd. Mailly, Histoire de l’Académie i (...)
  • 36 Sur ceux-ci, Académie royale de Belgique, Index biographique des membres correspondants et (...)
  • 37 Jacques Marx, « L’activité scientifique de l’Académie impériale et royale des sciences et (...)
  • 38 Cf. Jeanne Blogie, Répertoire des catalogues de ventes de livres imprimés, t. I, Bruxelles (...)
  • 39 Né à Londres en 1712 et décédé à Bruxelles en 1780. Naturaliste, directeur de la Société l (...)
  • 40 Élu en janvier 1777 comme associé étranger de la Société royale de médecine de Paris au ti (...)

10Une autre instance officielle aurait pu intervenir dans le débat, l’Académie impériale et royale de Bruxelles, fondée en 177235. Elle compte d’ailleurs en son sein plusieurs médecins, professeurs de Louvain ou non. En dépit des apparences, cette compagnie est en réalité étroitement dépendante du gouvernement. Selon le vœu de celui-ci, l’activité savante des membres36 doit avoir une orientation essentiellement pratique. Les questions médicales n’y sont qu’exceptionnellement débattues. Il faut cependant relever l’intérêt marqué porté à l’usage thérapeutique de l’électricité, une préoccupation jugée saugrenue par ses protecteurs37. Ceci n’empêche pas certains des confrères de porter intérêt à l’inoculation à titre personnel. C’est ce qui ressort de l’examen des catalogues des bibliothèques38 de l’abbé Needham39 ou du médecin Burtin40.

  • 41 Piet Lenders, « Vrije geleerde genootschappen voor geneeskunde in de Oostenrijkse Nederlan (...)

11La Société littéraire de médecine, établie à Gand en 1776, une des rares associations de ce type à l’époque, avait pour but d’« enrichir tous les membres des lumières de chacun d’eux » dans leur domaine41. Elle n’a pas laissé de compte-rendu de ses travaux. P.C. de Brabant en est un des cinq fondateurs. On peut dès lors supposer que la docte assemblée n’est pas restée insensible à la question de la variolisation.

  • 42 Cf. infra.
  • 43 Corneille Broeckx, Histoire du Collegium medicum Antverpiense, op. cit. ; Id., Histoire du (...)

12Au niveau des corps subalternes, les autorités urbaines se sont bornées à publier les ordonnances émanant du souverain42. Leurs conseillers naturels, les collèges de médecine établis dans les principales cités, n’ont apparemment pas débattu de la question43.

La presse et Ie Iivre médical

  • 44 N° du 17 février 1761, p. 182-183. Il en va de même en France (Jean Sgard, La presse provi (...)
  • 45 P. 404.
  • 46 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux…, p. 522.
  • 47 A. F. C. van Schevensteen, Les annonces médicales aux XVIIe et XVIIIe siècles, s.l.n.d.
  • 48 Annonce de l’inoculation à Bruxelles en 1768, remède pour la petite vérole en 1772, public (...)

13Dans quelle mesure le savoir médical se répand-il dans l’opinion publique ? Avant de tenter de répondre à cette question, il convient de se pencher sur des canaux possibles de la diffusion des connaissances, les gazettes et journaux de l’époque d’une part, le livre d’autre part. Parmi les premières, les articles de fond sur l’inoculation sont exceptionnels. En février 1761, les Annonces et avis divers des Pays-Bas consacrent vingt-cinq lignes à cette « pratique utile ». « L’expérience, victorieuse des préjugés – note le rédacteur – gagne tous les jours de nouveaux prosélytes à l’Inoculation44 ». Le 26 mai de la même année, la feuille fait encore état de la personne d’un « artiste-médecin » qui « possède le secret de prévenir les marques de la petite vérole45 ». Juste au-dessous de ce communiqué, elle fait la publicité de la Gazette salutaire, où beaucoup de textes sont consacrés à la petite vérole et l’inoculation46. Les annonces à caractère médical sont courantes à l’époque. Entre 1768 et 1791, plus de 1.200 ont été relevées dans six gazettes, où médecins et chirurgiens font état de leurs talents et de leurs remèdes merveilleux47. Quatre seulement traitent de la petite vérole48.

  • 49 Albert Couvreur, La pharmacie et la thérapeutique au XVIIIe siècle vues à travers le Journ (...)
  • 50 T. VIII, Neufchâtel, 1765, article « inoculation » par Tronchin, p. 755-771, qui réfute sy (...)
  • 51 Guy Schrans, op. cit., p. 319-320 ; notice de L. Dhondt dans le catalogue Les Lumières dan (...)

14Les journaux, riches en débats d’opinion et en analyses littéraires, n’ignorent pas la querelle entre partisans et adversaires de l’inoculation. Dès sa parution, en 1756, le Journal encyclopédique49épouse abondamment la cause des premiers, tout comme d’ailleurs l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert50. En langue flamande, un hebdomadaire édité à Gand, Den Vlaemschen Indicateur (1779-1787), traite des sciences, des arts et des lettres dans la perspective des Lumières. Édité en langue vulgaire, à un prix modique, il atteint des cercles beaucoup plus larges que l’élite sociale. P. C. de Brabant, le médecin déjà évoqué, en est un des rédacteurs51.

  • 52 Catalogue du fonds du libraire montois Hoyois (Cf. B. Merckx, Le livre à Mons, d’après les (...)
  • 53 À titre d’exemple, B. Desmaele, « Coup d’œil sur quelques bibliothèques privées bruxellois (...)
  • 54 Cf. Fernand Leleux, Charles van Hulthem, 1764-1832, Bruxelles, 1965 ; Bibliotheca Hulthemi (...)

15Le livre de médecine, explicitement consacré à la variole ou non, offre une autre approche. Les catalogues de fonds ou les listes de nouveautés des libraires, les annonces dans la presse sont autant de canaux d’information52. Les catalogues de bibliothèques privées, dressés à l’occasion d’un inventaire après décès ou d’une vente, jettent également un jour, actuellement limité, sur la question. Outre les observations critiques, – entre autres, tout livre possédé n’est pas nécessairement lu –, les analyses actuelles se limitent souvent au quantitatif et, sauf à épingler l’un ou l’autre titre, elles dépassent rarement le seuil des genres53. Les vingt-six lots consacrés à la variole, l’inoculation et la vaccine dans la bibliothèque d’un bibliomane comme Charles Van Hulthem54 ne sont évidemment pas le reflet d’une situation habituelle.

  • 55 De Charles A. Vandermonde, docteur régent de la Faculté de médecine de Paris, plusieurs fo (...)
  • 56 Cf. P. Meremans, « De la variole à L’onanisme : la puberté appréhendée par le Dr Tissot », (...)
  • 57 Tissots en Bickers raedgeving voor de gezondheid van den gemeenen man…, Bruges, éditions d (...)
  • 58 L’Avis au peuple est édité en 1780 par J. P. G. Michel. J. F. Van Overbeke édite en 1764 e (...)
  • 59 Édition de Liège, « suivant la copie de Paris », 1763, p. 154, § 202.

16Quoi qu’il en soit, – les attestations sont multiples – certains ouvrages connaissent une large audience, ainsi le Dictionnaire portatif de santé55 et les ouvrages de Tissot, L’inoculation justifiée (1754)56 et surtout les diverses éditions de l’Avis au peuple sur sa santé (1761). Ce best-seller européen bénéficie même de plusieurs traductions en flamand57. Plusieurs contrefaçons portent l’adresse de Louvain58. Le célèbre médecin souligne toutefois que la variolisation, « cette grâce particulière de la Providence, ne peut être à l’usage du peuple que dans les pays où l’on a fondé des hôpitaux pour l’inoculation59 ».

  • 60 Claude Bruneel, « La diffusion du livre dans la société bruxelloise (1750-1796) », Archive (...)
  • 61 Bernard Desmaele, « Le prix du livre en Brabant au XVIIIe s. Un obstacle économique à sa d (...)
  • 62 Le Voyageur dans les Pays-Bas autrichiens, t. I, Amsterdam, 1782, p. 45. Sur cet écrivain (...)
  • 63 Notice de J. Roegiers dans Les Lumières dans les Pays-Bas autrichiens…, p. 199-200.
  • 64 Archives générales du Royaume à Bruxelles (désormais cité AGR), Conseil du Gouvernement gé (...)

17En dehors d’un certain milieu social, l’importance des bibliothèques privées ne doit pas être exagérée. Sur la foi des inventaires après décès bruxellois, même parmi les ecclésiastiques, les nobles, les avocats, les fonctionnaires, la majorité des défunts ne possède même pas dix livres. En dessous de 50 lots, les intérêts des possesseurs sont illustrés par la présence d’almanachs, de livres de prière ou d’histoire60. Ces constatations sont naturellement d’interprétation délicate. Hormis l’analphabétisme chez certains ou le prix élevé du livre61, un autre facteur explicatif ne peut être négligé, la présence de cabinets littéraires. Selon Dérival, leur nombre est très grand à Bruxelles62. Ces établissements, souvent ouverts à l’initiative de libraires ou d’imprimeurs, associent l’offre de lecture, y compris la presse, et une certaine forme de sociabilité. Plusieurs villes en sont dotées63. Malines en possède même deux. À la faveur d’une perquisition qu’y mène en 1788 le procureur général du Grand Conseil, une liste de leurs abonnements est établie. L’un des deux établissements met à la disposition des intéressés le Journal encyclopédique et le Journal de médecine64.

L’opinion publique

18Prendre le pouls des habitants des Pays-Bas autrichiens à propos de l’inoculation est évidemment prématuré voire un objectif hors d’atteinte. Seules quelques indications générales peuvent être avancées. L’opinion est sans aucun doute partagée, dans toutes les couches sociales et à des degrés divers.

  • 65 Marie Anne Josèphe Hubertine, fille de Nicolas Joseph, baron de Nollet, épouse de Charles (...)
  • 66 Marie Anne Gabrielle Josèphe Françoise Xavière, née en 1728, fille d’Alexandre Gabriel Jos (...)
  • 67 Isabelle Cornélie Marie Stier (1738-1795), épouse de Jean-Baptiste Cogels (F. de Cacamp, U (...)
  • 68 Probablement Marie Félicie Philipotte (1738-1799), fille de Charles Bonaventure van der No (...)
  • 69 F. Haustrate, La correspondance des femmes nobles au XVIIIe siècle : aperçu de la thématiq (...)

19La question retient en tout cas l’attention des classes supérieures. Quelques correspondances et des livres de raison témoignent tantôt des ravages de la maladie et des craintes de la contagion, tantôt de la pratique de l’inoculation. Ainsi, dans leurs lettres, quelques dames nobles évoquent occasionnellement la petite vérole et surtout les traces que laisse la maladie. Le 18 septembre 1770, la comtesse de Lalaing65 note que « Madame de Caraman66 est « changée à méconnoître depuis sa petite vérolle ». Dans une lettre à son neveu, datée du 11 juin 1778, Madame Cogels67 l’informe que « Mademoiselle d’Assche68 est inoculée passé trois semaines et le tout s’est passé on ne peut pas plus heureusement ». Quelques temps après, dans une nouvelle lettre, l’épistolière poursuit : « J’ai rencontré et parlé hier soir Mademoiselle d’Assche qui est parfaitement rétablie, elle a quelques taches au visage, d’assez grandes même ; je ne l’ai vu qu’en passant parce que je ne vais pas chez elle, à cause de mes enfans auxquels je ne veux pas apporter la petite vérole69 ».

  • 70 Claude Bruneel avec la collab. de J.-P. Hoyois, op. cit., p. 247-248.
  • 71 Chirurgien affecté à l’État major à Bruxelles. Il a suivi un cours de médecine à Strasbour (...)
  • 72 Edouard Jenner (1749-1823), médecin anglais, découvrit les effets de la vaccine et en vulg (...)
  • 73 AGR, Archives de la famille de Fourneau de Cruquembourg, n° 133, aux dates.

20Louis Jean Marie de Fæstraets70, auditeur de la Chambre des comptes de Sa Majesté et seigneur de deux villages, conserve par écrit la mémoire des événements familiaux. Ainsi, note-t-il, son aînée, Pauline Ghislaine Marie, a vu le jour le premier juin 1795 et a été inoculée le 20 mai 1798 par « le docteur Himelbauer71 ». « Le 6e jour après elle a gagné la fièvre, le 7e au soir elle a eu une convulsion et après elle a eu 50 à 60 petits boutons dont 5 dans le visage et 2 dans le nez ». Le deuxième enfant, Louis Dominique Ghislain, vient au monde le 19 février 1797. À son tour, il est confié aux soins du même praticien le 14 floréal de l’an 9 (4 mai 1801) : « quoi qu’il ait gagné la fièvre dès le 4e jour après et qu’elle a continué jusqu’au 11e, il n’a eu que 6 baux boutons aux bras ». Enfin, la troisième descendante naît dans la nuit du 14 au 15 messidor an 8 (3-4 août 1800). Signe des temps, elle n’est plus inoculée mais elle est la première de la famille à bénéficier de la découverte de Jenner72. Elle est vaccinée le 1er messidor an XI (20 juin 1803)73.

  • 74 Le Voyageur dans les Pays-Bas autrichiens, t. V, Amsterdam, 1783, p. 279. Sur la situation (...)

21Tous ne sont sans doute pas convaincus de l’opportunité de la variolisation. Sinon pourquoi l’écrivain français Derival de Gomicourt, constatant que l’inoculation est fort en usage à Bruges, écrirait-il : « personne n’y croit que ce soit un crime de prévenir un mal et qu’il soit défendu à l’homme d’employer pour sa conservation tout espèce de moyen74 ».

  • 75 Réponse de Messire François-Xavier B N, à la lettre pastorale du curé de ***. On y a joint (...)
  • 76 Sur ces personnages, cf. C. Bruneel avec la collab. de J.-P. Hoyois, op. cit., p. 75-76, 1 (...)
  • 77 Réponse de Messire François-Xavier B-N, à la lettre pastorale du Curé de ***, p. 6-7. Voir (...)
  • 78 R. van den Abeele, op. cit., p. 105.
  • 79 AGR, Conseil privé autrichien, carton 606B.

22Les préjugés sont sans doute plus ancrés encore dans le peuple. À preuve, un pamphlétaire feint de voir dans l’inoculation le moyen d’éliminer ses adversaires politiques. Le fat François-Xavier Burtin, « protomédecin » acquis aux idées joséphistes et conseiller du gouvernement général, est honni du peuple. De nombreux libelles fustigent le personnage et lui attribuent tous les défauts possibles. Une prétendue confession de sa part, sous l’adresse de « Burtinopolis, 1787 », voit le jour en réponse à la Lettre pastorale du curé de ***75. La mise sur le marché de ce nouveau pamphlet résulte du succès d’une première satire. Le pénitent, au demeurant réputé extrêmement avare, y dévoile son machiavélisme. Tels sont les propos mis sous sa plume : « Je ne crois pas d’avoir fait un crime, en essayant l’effet de l’inoculation sur mes quatre enfants. C’étoit une spéculation politique et bien calculée. Voici comme j’ai raisonné. Si je les tue, je serai débarrassé de leur nourriture et de leur entretien. Si je réussis, ma réputation deviendra célèbre, je m’enrichirai assez pour pouvoir leur donner une éducation digne de leur naissance ». Mais le pamphlétaire poursuit : « Vous dites que j’aurois fait un joli cadeau aux Pays-Bas, si j’avois eu l’adresse d’inoculer Bel[giojoso], Cr[umpipen], Lec[lerc], R[eus]s, Delp[ancq]76, etc. », soit les principales têtes du Gouvernement des Pays-Bas dont les opposants au régime voudraient être délivrés77. Ce sentiment à propos des effets pervers de l’inoculation est sans doute largement partagé, même s’il est rarement aussi explicitement évoqué. En 1776, le Magistrat d’Anvers évoque plus discrètement les « murmures et crainte mal placée d’un public prévenu par le préjugé ». Deux ans plus tard, un chirurgien rural de Flandre constate que les ravages de l’épidémie ne suffisent pas à briser la résistance injustifiée du peuple, fortifiée encore par les récits arrogants de vieilles femmes stupides78. Tous n’éprouvent cependant pas l’appréhension largement partagée. Ainsi, en 1792, un charpentier bruxellois fait inoculer ses enfants dans sa propre demeure, ce qui amène sa locataire, une comtesse, à « ne vouloir plus habiter cette maison » et à résilier le bail. L’affaire est portée jusqu’au Conseil privé qui déclare la contravention intolérable, mais renvoie la plaignante devant les tribunaux ordinaires. Pour le reste, « les circonstances présentes », plus pressantes, – la victoire de Dumouriez à Jemappes surviendra quelques jours plus tard – amènent le Conseil à verser l’affaire aux actes79.

Les sphères du pouvoir central

  • 80 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, IIIe série, t. IX, Bruxelles, 1897, p. 432.
  • 81 AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, n° 1623, p. 234 ; n° 1640, f° 191 ; ibid., Conseil (...)

23Apparemment l’action du gouvernement se limite à deux ordonnances de police. La première, émanée le 29 septembre 1768 soit cinq mois après la première inoculation à Bruxelles, invoque le fait que la « pratique, dont on a d’ailleurs reconnu les bons et salutaires effets » pourrait par imprudence déclencher ou entretenir une épidémie. Elle prescrit dès lors simplement que l’opération se pratique à deux cents toises au moins de l’enceinte des villes, soit un peu moins de quatre cents mètres80. En mai 1779, le Secrétaire d’État et de guerre est informé que « les médecins de Bruges font inoculer la petite vérole ouvertement et sans ménagement ». Il désire savoir « s’il y a quelque disposition à prescrire à cet égard ou si l’on peut dissimuler la chose ». Le Conseil privé attire l’attention du Magistrat de Bruges sur l’obligation de faire veiller au respect de l’ordonnance et de punir les contrevenants81.

  • 82 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, IIIe série, t. XIII, Bruxelles, 1914, p. 138.
  • 83 Claude Bruneel, « L’épidémie de dysenterie de 1779 dans les Pays-Bas autrichiens », Bullet (...)
  • 84 Ainsi, en 1770, le professeur A. Van Rossum est chargé d’établir « avec le plus grand secr (...)
  • 85 Claude Bruneel, « Un problème de gouvernement : le pouvoir face à l’épidémie de fièvre put (...)

24Le second texte législatif voit le jour, sous Joseph II, le 3 janvier 178882. Il enjoint simplement de doubler la distance initialement imposée. Voilà un maigre bilan. Sans doute est-il conforme à la conception que le souverain se fait de sa mission en matière de santé. Celle-ci relève quasi exclusivement de la sphère privée. Les pouvoirs publics n’ont à intervenir que pour protéger l’intérêt général, en prévenant le risque d’épidémie et, le cas échéant, en coordonnant la lutte. Encore, la politique du pouvoir central en la matière ne s’élabore-t-elle qu’en 1779, à la hâte et empiriquement, sous la contrainte de circonstances alarmantes83. Elle donne lieu pour la première fois à une politique de dépistage. Auparavant, en temps ordinaire, le gouvernement, averti par la rumeur, se bornait à envoyer sur place, en toute discrétion, un médecin, souvent un professeur de l’université de Louvain, chargé de lui faire rapport84. En cas de nécessité, ce sont les États provinciaux ou les Magistrats des villes qui doivent prendre l’affaire en mains, sous le contrôle éventuel du pouvoir central, responsable de leur zèle85. L’octroi de secours aux démunis incombe principalement à la Table des pauvres locale, aux ressources très variables. La bienfaisance des particuliers et la charité de l’Église apportent des compléments bienvenus. Parfois, le souverain se laisse aussi aller à quelque aumône.

  • 86 Claude Bruneel, Les pouvoirs publics…, p. 59-85 ; id., « L’aurore de la médicalisation dan (...)

25Cependant, c’est indéniable, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et particulièrement sous le règne de Joseph II, le gouvernement, tout comme l’opinion publique, manifeste davantage d’intérêt pour les problèmes de santé86. S’il entend stimuler les initiatives, il n’envisage toutefois pas de les financer. L’état piteux des « roïales finances » est l’argument traditionnellement invoqué. Par ailleurs, le souverain règne sur un ensemble de principautés juridiquement indépendantes les unes des autres. Chacune dispose de privilèges particuliers, de sa propre administration, de la maîtrise de ses finances et de sa fiscalité. En matière de financement de projets d’intérêt général mais localisés, le souverain n’entend donc pas se substituer aux pouvoirs régionaux et locaux ou à l’initiative privée. Même s’il est prêt à les appuyer indirectement par quelque faveur.

  • 87 Claude Bruneel, « Un projet d’établissement d’hôpital pour l’inoculation de la variole à B (...)

26L’attitude adoptée en 1768 à l’égard d’un projet d’établissement d’un hôpital pour pratiquer la variolisation est caractéristique de cette politique. Quelques mois après la première inoculation à Bruxelles, un particulier propose au gouvernement d’établir une telle entreprise dans les environs de la capitale87. Celui-ci envisage favorablement une réalisation dont il étudie la faisabilité, mais qui implique sa participation aux dépenses d’installation, d’entretien et de fonctionnement. Sur proposition du Conseil des finances, il recule toutefois devant la somme à engager – au moins 12.000 florins pour l’établissement et la première année de gestion – laissant « ce mémoire sans disposition du moins jusqu’à ce que les charges plus pressantes puissent être paiées ».

  • 88 AGR, Conseil du Gouvernement général, n° 1396, Commission ecclésiastique, séance du 13 sep (...)

27Vingt ans plus tard, le maître chirurgien et accoucheur Jean Georges Herbiniaux sollicite un délai pour le remboursement d’une rente de mille florins qu’il doit au Trésor. Le demandeur est homme de bonne réputation. Surtout, « le suppliant vient de faire à ses dépends un établissement pour l’inoculation dont on peut espérer l’heureux succès pour le public ; en cette considération et attendu les dépenses qu’il doit avoir fait, on lui accordera le délai par lui demandé », décide le Conseil du gouvernement général88. De telles tractations demeurent naturellement inconnues du grand public.

  • 89 E. Lesky, « Österreichisches Gesundheitswesen im Zeitalter des aufgeklärten Absolutismus » (...)
  • 90 E. Lesky, « Österreichisches Gesundheitswesen… », art. cit., p. 150.
  • 91 De la même manière et pour cette raison, elle décide volontairement de temporiser en matiè (...)
  • 92 Claude Bruneel, Les pouvoirs publics…, p. 72.
  • 93 Dans la crainte d’une réponse défavorable ? Par contre, elle la consulte en 1781 sur l’int (...)
  • 94 En France, le duc de Choiseul avait fait inoculer en 1769 les élèves de l’École militaire (...)

28Marie-Thérèse, maintes fois touchée dans son affection par la mort des siens, est elle-même victime, en 1767, d’une éruption dont elle réchappe. En mai de l’année suivante, elle fait dès lors appel au médecin Ingen-Housz qui inocule en septembre quatre enfants impériaux89. Toutefois, l’impératrice ne se sent pas le droit d’imposer à l’ensemble de ses sujets de se soumettre à une pratique controversée. C’est ce qui ressort clairement d’une directive de 1769 valable pour l’Autriche. Elle favorise néanmoins le développement de l’inoculation par l’ouverture à Vienne d’un établissement dans ce but et la formation des médecins90. Dans les Pays-Bas, la prudence lui dicte sans doute de ne pas paraître cautionner l’innovation. Peut-être juge-t-elle l’opinion publique insuffisamment préparée à cet égard91. Elle se tient de la sorte à ce qui semble, sur la foi d’autres exemples, une ligne de conduite en matière médicale92. Il est à remarquer par ailleurs qu’elle se garde, contrairement à l’ordinaire, de requérir l’avis sur la question de la faculté de médecine de l’université de Louvain93. L’impératrice était cependant acquise à l’innovation tout comme son gouvernement. Dès lors, elle se borne à agir secrètement dans un cercle où elle règne sans partage, la sphère militaire94.

  • 95 La date de 1777, avancée par certains, est en contradiction avec les termes des lettres pa (...)
  • 96 Actuellement Mesen, province de Flandre occidentale, arrondissement d’Ypres.
  • 97 Claude Bruneel avec la collab. de J.-P. Hoyois, op. cit., p. 255-257.
  • 98 Ibid., p. 443-447 ; Bruno Bernard, Patrice-François de Neny (1716-1784). Portrait d’un hom (...)
  • 99 M. van Hamme, « Le Mémoire de Goswin de Fierlant pour servir à un plan d’éducation pour le (...)

29Dès 1770, le commandant général des troupes aux Pays-Bas avait informé ses supérieurs viennois des difficultés que lui occasionnait l’éducation des enfants de soldats pauvres. La solution retenue est l’ouverture d’un orphelinat militaire. De 177595 à 1782, l’Académie militaire d’Anvers, établie dans la maison professe des jésuites supprimés, est destinée à cet usage. D’autre part, avec l’accord de l’évêque d’Ypres, l’ancienne abbaye de Messines96 est supprimée. Les locaux servent désormais à abriter une fondation, l’Institution royale de Messines, instaurée par lettres patentes du 30 août 1776. Celle-ci a pour vocation d’accueillir des enfants de soldats invalides ou morts en service ainsi que des veuves de militaires. Y sont admis les garçons de deux à sept ans les filles de trois à dix-huit ans. Passé ce cap, les premiers sont transférés à l’Académie anversoise. Goswin de Fierlant97, alors conseiller au Conseil privé et gendre de Patrice-François de Neny,98 chef-président de cette assemblée, élabore un plan d’éducation pour enfants de soldats, malheureusement non daté. Le travail est traversé par l’esprit des Lumières, dont les deux hommes sont des adeptes convaincus. Fierlant recommande, entre autres, d’introduire à Messines la pratique de l’inoculation de la petite vérole et de n’admettre dans l’établissement d’Anvers que des enfants immunisés, soit naturellement soit par la variolisation99.

30Pour faire pratiquer celle-ci dans cette dernière ville, l’autorité militaire cherche un bâtiment adéquat, susceptible d’héberger quarante enfants, et situé en dehors de l’enceinte urbaine. Elle jette son dévolu, en avril 1776, sur la maison anciennement destinée aux pestiférés, située à une demie lieue de la cité, « à l’abri des murmures et crainte mal placée d’un public prévenu par le préjugé contraire malgré les exemples fréquens dont on a vu et on voit encore l’heureuse expérience par cette salutaire et véridique précaution ». Propriété de la Ville, le bâtiment doit être remis en état. Il faut donc convaincre celle-ci de l’intérêt de l’entreprise au point de l’amener à céder l’usage des lieux, après avoir supporté sans rechigner non seulement le coût de la réfection mais aussi de l’aménagement et de l’entretien annuel. La délicate décision relève du Magistrat, mais, prudemment, le gouvernement négocie d’abord secrètement avec le premier bourgmestre de la Ville. Il espère que son interlocuteur pourra fructueusement préparer le terrain et amener son conseil à consentir à la demande. Comme celui-ci l’avait laissé entendre, fin mai la réponse est négative : le bâtiment est donné en location pour 140 florins l’an, dont le produit est porté dans les comptes annuels, de sorte que « la Ville souffriroit doublement en la privant d’une partie de ses revenus et en la chargeant d’une dépense relative à l’objet de la fondation ». Elle suggère dès lors d’occuper plutôt un bien de campagne des jésuites,

« dévolu à Sa Majesté par leur suppression » et autrefois destiné à la promenade et au séjour des écoliers. Le gouvernement est dépité : « Il y auroit sans doute bien des observations à faire sur la réponse du Magistrat. […] Il semble qu’il auroit dû prendre en considération que le Gouvernement a aussi à pourvoir à l’éducation de la jeunesse par un établissement à ériger à Anvers ».

  • 100 AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, n° 191.

31La conclusion s’impose : « comme il n’est pas instant de pourvoir à l’objet dont il s’agit, il sera ultérieurement délibéré sur la matière100 ».

  • 101 AGR, Conseil privé, reg. 214, f° 38v°, 84v°, 196, 199, 203 ; ibid., Conseil privé autrichi (...)

32À Messines, au moment de l’inauguration, le 19 mars 1777, trois infirmeries existent, dont l’une « pour la petite vérole et l’inoculation ». Dès janvier 1779, le Conseil privé propose d’envoyer sur place, « dès que la saison sera propice », le chirurgien Himmelbauer pour inoculer les enfants non encore immunisés. Immédiatement le gouverneur général approuve la suggestion. En mars de la même année, sur 150 pensionnaires, « il n’y a qu’onze garçons et trente quatre filles qui n’ont pas eu la petite vérole ». À l’avenir, les listes d’enfants proposés par le général commandant devront stipuler pour chaque candidat s’il a déjà été victime ou non de la maladie ou si son cas est douteux101.

  • 102 Ian de Meyer, op. cit., p. 271.

33Enfin, à Bruges, en 1783, le Magistrat se montre plus accommodant que son collègue anversois. En effet, il met à la disposition du commandant de la garnison le lazaret du champ de la Madelaine, dit Pesthuizen, pour y loger et soigner les enfants de l’école militaire soumis à l’inoculation102.

Conclusion

34La première inoculation pratiquée dans les Pays-Bas autrichiens l’est à Bruxelles en 1768. Comme ailleurs en Europe, le recours à cette technique divise l’opinion. Toutefois, la controverse ne déclenche pas d’éclats démesurés. Deux médecins seulement polémiquent par écrit, la querelle s’éteint en quelques années sans autres rebondissements. Les corps, l’université de Louvain, l’Académie de Bruxelles, gardent le silence, publiquement en tout cas. Leurs membres n’ignorent cependant pas la question, pas plus que les cercles cultivés. Les catalogues des libraires, les inventaires de bibliothèques, les journaux et, dans une plus faible mesure, les gazettes témoignent au moins de la connaissance du débat sinon de l’adhésion à la technique nouvelle. L’opinion publique en effet est partagée. Les quelques signes d’ouverture chez les élites intellectuelles sont largement contrebalancés par les préjugés bien ancrés dans le peuple. Un pamphlétaire suggère même par dérision de se servir de l’inoculation pour éliminer ses adversaires politiques !

35Plus incompréhensible semble l’attitude du Gouvernement, qui se borne à imposer une mesure de police, de façon à prévenir toute épidémie à l’occasion de l’inoculation. Il se départit toutefois légèrement de sa traditionnelle neutralité dans les questions de santé, en évoquant les « bons et salutaires effets » de la variolisation. La prudence et des finances à ménager lui interdisent sans doute de s’avancer davantage. Au reste, il agit dans la discrétion là où il a le champ totalement libre. Les enfants de soldats recueillis dans des orphelinats militaires sont systématiquement inoculés s’ils n’ont pas contracté naturellement la variole.

Notes

1 Née Mary Pierrepont, 1689-1762 (Women in world history. A biographical Encyclopedia, t. 11, Wateford, 2001, p. 305-312).

2 Philippe Albou, « La variole avant Jenner (XVIIe-XVIIIe siècles) », Histoire des sciences médicales, t. XXIX, 1995, p. 227-235 ; Pierre Darmon, La longue traque de la variole. Les pionniers de la médecine préventive, Paris, 1986 ; Id., La variole et les princes. La petite vérole mortelle de Louis XV, s.l., 1989 ; Jean-François de Raymond, Querelle de l’inoculation ou préhistoire de la vaccination, Paris, 1982 ; Donald R. Hopkins, Princes and peasants. Smallpox in history, Chicago, 1983 ; C. Kaufmann, « La question de l’inoculation déférée à l’Église », Asclepio. Revista de historia de la medicina y de la ciencia, t. XXXV, 1983, p. 403-411 ; Peter Razzell, The conquest of smallpox : the impact of inoculation on smallpox mortality in eighteenth century Britain, Firle, 1977. Sur les aspects démographiques, cf. A. Perrenoud, La population de Genève du seizième au début du dix-neuvième siècle, t. I, Genève, 1979, p. 454-477.

3 Thomas Dimsdale (1712-1800), médecin et hygiéniste anglais, un des plus importants inoculateurs (Peter Razzell, The conquest of smallpox…, op. cit., p. 10).

4 Docteur régent de la Faculté de médecine de Paris qui s’était rendu à Londres pour s’informer sur l’inoculation (Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. VIII, Neufchâtel, 1765, p. 757).

5 Jean Ingen-Housz (1730-1799), médecin hollandais établi en Angleterre, membre de la Royal Society, médecin de l’impératrice Marie-Thérèse (Grote Winkler Prins Encyclopedie, 8e éd., t. XI, 1981, p. 572.

6 N° XL, dernière page. Dans la principauté de Liège toute proche, le médecin Jean-Philippe de Limbourg, formé à Leyde, avait déjà pratiqué l’opération en janvier 1757 sur l’aînée de ses filles, âgée d’un peu plus de cinq ans. L’opération est décrite dans le Journal Encyclopédique du 15 mars suivant. Le précurseur, il est vrai, demeura longtemps le seul dans son pays à s’y aventurer. Son frère est le premier à l’imiter en 1769 seulement. (P. Bertholet, « Le médecin theutois Jean-Philippe de Limbourg (1726-1811) et l’inoculation de la variole au Pays de Liège », Bulletin de la Société verviétoise d’archéologie et d’histoire, t. LXIV, 1984, p. 73-85).

7 Cf. André Puttemans, La censure dans les Pays-Bas autrichiens, Bruxelles, 1935, p. 305-373.

8 Corneille Broeckx, Histoire du collegium medicum Bruxellense, Anvers, 1862, p. 443.

9 Cf. infra.

10 Eugène Joseph Charles Gilain, Hubert d’Olmen (1742-1813), baron de Poederlee, botaniste et agronome. Il a envoyé régulièrement des observations météorologiques « fort exactes » à la Société royale de médecine à Paris (Biographie nationale, t. XVII, Bruxelles, 1903, col. 844-847 ; Histoire de la Société royale de médecine, années 1777 et 1778, Paris, 1780, p. 95. Ibid., année 1779, Paris, 1782, p. 177).

11 Cité par K. Velle, « Medisch-geografisch en epidemiologisch onderzoek in België sinds het laatste kwart van de 15de eeuw tot ca. 1850. Een bijdrage tot de sociale geschiedenis », Handelingen van de Zuidnederlandse Maatschappij voor Taal- en Letterkunde, t. XXXVIII, 1984, p. 221.

12 Originaire de Louvain et promu licencié en médecine de l’université de cette ville en 1750 (Claude Bruneel et Claude de Moreau de Gerbehaye, Les gradués de la Faculté de médecine de l’ancienne université de Louvain, XVIIe - XVIIIe siècles, n° 2600 (Commission royale d’Histoire, sous presse) ; Corneille Broeckx, Essai sur l’histoire de la médecine belge, Gand - Bruxelles - Mons, 1837, p. 264).

13 Originaire de Gand et promu licencié en médecine de l’université de Louvain en 1766 (Claude Bruneel et Claude de Moreau de Gerbehaye, op. cit., n° 3199 ; Corneille Broeckx, Essai […], p. 255 ; Guy Schrans, Vrijmetselaars te Gent in de XVIIIde eeuw, Gand, 1997, p. 320, 377).

14 Ontleeding der waare Pokjes en hoe deze na de ingeëente den jongen Heer Cassa hebben aangetast, Hertogenbosch, 1771.

15 Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine de France, SRM, carton 158, d.1 n° 6 à 10 De Brabant ; Histoire de la Société royale de médecine, année 1776, Paris, 1779, p. 35. Cf. Jean Meyer, « Une enquête de l’Académie de médecine sur les épidémies (1774- 1794) », Annales ESC, 1966, p. 729-749 ; Jean-Pierre Gutton, « Correspondance et médicalisation : curés, médecins et administrateurs en Lyonnais au XVIIIe siècle », 120e Congrès nat. des soc. hist. scient., Aix-en-Provence, 1995, Correspondre, p. 361-372 ; Idem, « L’état sanitaire de la Dombes vers 1775 », Longtemps l’Archiviste s’est levé de bonne heure, Bourg-en-Bresse, 2003, p. 95-103.

16 Pierre Corneille de Brabant, Antwoorde op het gerucht van wedergekomene pokskens naer de inentinge, Gand, 1777 ; Ferdinand Cremers, Ostentationes excusationesque inoculatorum super variolas simul cum velsianis refutatae, Louvain, 1778 ; Pierre Corneille de Brabant, Ad Expert. D. Ferdinandum Henricum Cremers epistola, Gand, 1778 ; Ferdinand Cremers, Epitome seu additamentum ad ostentationes excusationesque inoculatorum simul sparsim indigitans tutam generatim, neque difficilem variolarum naturalium curam, Louvain, 1781.

17 Cf. Messager des sciences historiques, 1833, p. 66-68. Plus tard, il importa le premier la vaccine à Gand. De 1769 à 1771, il suit des cours de chirurgie à Paris (Wilhelmus Frijhoff, « L’école de chirurgie de Paris et les Pays-Bas : analyse d’un recrutement, 1752-1791 », Lias, t. XVII, 1990, p. 217).

18 Cf. R. van den Abeele, « Jan Albert Roselt, plattelandschirurgijn te Machelen (1714- 1785) », Kunst - en Oudheidkundige Kring - Deinze, Bijdragen tot de geschiedenis der Stad Deinze en van het land aan Leie en Schelde, n° 45, 1978, p. 81-117. Par contre, un de ses homologues des environs d’Anvers demeure tout à fait étranger à la question (Claude Bruneel, « Le livre de comptes d’un chirurgien rural en Brabant (1758-1788) », Bijdragent tot de geschiedenis, t. LXII, 1979, p. 255-265).

19 Cf. infra.

20 Il entreprend la traduction en néerlandais du Journal de médecine de Londres de Samuel Foart Simmons. Entre autres ouvrages médicaux, il est aussi l’auteur d’un Dictionnaire der gezondheyt, Bruges, 1786 (I. J. de Meyer, Analectes médicaux ou recueils de faits qui ont raport à l’art de guérir et qui se sont passés dans le ressort de la ville et du Franc de Bruges, Oedelem, 1964, p. 273-274).

21 Une pratique indifférenciée peut présenter de graves dangers (Dictionnaire der gezondheyt, p. 55).

22 Lui aussi a complété sa formation à Paris en 1764-1765. Il est l’auteur de deux traités (Wilhelmus Frijhoff, op. cit., p. 223 ; Corneille Broeckx, Essai […], p. 284-285).

23 Médecine simplifiée ou manuel de médecine et de chirurgie domestique, 1ère éd., Amsterdam, 1783 ; 2e éd., Amsterdam, 1785. Le livre se vend aussi à Bruxelles, où de nombreux cas de variole sont dénoncés entre mai et novembre 1783. Quelques mois après cette première édition, il publie dans la capitale des Observations qui prouvent démonstrativement l’efficacité et l’excellence de la nouvelle méthode de traiter la petite vérole. Elles ont surtout pour but de convaincre un chacun des « effets extraordinaires » que produit sa « Pommade générale ».

24 Emmanuel Le Paige d’Herentals, licencié en médecine de Louvain en 1759 (Claude Bruneel et Claude de Gerbehaye, op. cit., n° 2947). Cf. aussi Corneille Broeckx, Histoire du Collegium medicum Antverpiense, Anvers, 1858, p. 246-247).

25 Catalogue d’une très riche et grande collection de livres (…) délaissés par Messieurs Jean-Josse-Hubert Vounck et Adrien-Charles-Joseph Van Rossum, Louvain, 1808, passim ; Catalogus librorum…, Joan. Jos. Michaux, Louvain, 1794, n° 293, 294, 295,316, 343. On y relève une édition de S. Tissot, De variolis…, sous l’adresse de Louvain, 1764, une contrefaçon.

26 Né à Louvain en 1705 et décédé dans cette ville en 1789 (Claude Bruneel, Répertoire des thèses imprimées de l’université de Louvain (1425-1797), première partie, Faculté de médecine. Fonds de la Bibliothèque centrale, Louvain, 1977, p. X).

27 Catalogue…, op. cit., p. 60, n° 21 et p. 79, n° 339.

28 Ostentationes…, p. VI.

29 J. ROEGIERS, Pokinenting, in Ons Heem, t. 22, 1968, p. 226-229.

30 M. Walckiers, « Les thèses médicales de Louvain au XVIIIe siècle », XXVIIIe Congrès international d’histoire de la médecine. Actes, Paris, 29 août – 3 septembre 1982, t. I, Asnières 1982 (Histoire des sciences médicales, t. XVII, n° spécial, 1), p. 236- 242.

31 Caude Bruneel, Répertoire des thèses imprimées…, n° 57, 172, 466.

32 Après avoir décrit les précautions qui doivent entourer l’opération, l’auteur conclut : « An inoculatus variolis manebit immunis a naturalibus ? Non magis ac si naturales habuisset. (…) attamen si politice inoculationem consideres, eam prohiberi posse merito, judicamus ».

33 Cf. la notice de Caude Bruneel dans Nouvelle Biographie nationale, t. II, Bruxelles, 1990, p. 357-358.

34 Soit deux ans après la mort de Van Rossum.

35 Elle succède à la Société littéraire établie en 1769. Éd. Mailly, Histoire de l’Académie impériale et royale des sciences et des belles-lettres de Bruxelles, 2 vol., Bruxelles, 1883.

36 Sur ceux-ci, Académie royale de Belgique, Index biographique des membres correspondants et associés, 1769-1995, Bruxelles, 1995.

37 Jacques Marx, « L’activité scientifique de l’Académie impériale et royale des sciences et belles-lettres de Bruxelles, 1772-1794 », Études sur le XVIIIe siècle, t. XII, 1977, p. 49- 61 ; Annette Felix, « La vie scientifique », in Hervé Hasquin (dir.), La Belgique autrichienne, 1713-1794, p. 419-420.

38 Cf. Jeanne Blogie, Répertoire des catalogues de ventes de livres imprimés, t. I, Bruxelles, 1982, col. 28, 64.

39 Né à Londres en 1712 et décédé à Bruxelles en 1780. Naturaliste, directeur de la Société littéraire puis de l’Académie de 1769 à sa mort. (Académie royale de Belgique, Index biographique…, p. 194).

40 Élu en janvier 1777 comme associé étranger de la Société royale de médecine de Paris au titre de médecin de Charles de Lorraine. Cf. Claude Bruneel avec la collab. de J.-P. Hoyois, Les grands commis du gouvernement des Pays-Bas autrichiens. Dictionnaire biographique du personnel des institutions centrales, Bruxelles, 2001, p. 138-142.

41 Piet Lenders, « Vrije geleerde genootschappen voor geneeskunde in de Oostenrijkse Nederlanden », Handelingen der Maatschappij, voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, nouv. série, t. LI, 1997, p. 195-198.

42 Cf. infra.

43 Corneille Broeckx, Histoire du Collegium medicum Antverpiense, op. cit. ; Id., Histoire du collegium medicum Bruxellense, op. cit.

44 N° du 17 février 1761, p. 182-183. Il en va de même en France (Jean Sgard, La presse provinciale au XVIIIe siècle, Grenoble, 1983, p. 58-69). Sur cette feuille, cf. Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, 1991, p. 67-69. En 1788, le Wekelyks Nieuws uyt Loven (t. II de l’année, p. 203) signale un prix de la Société royale de médecine de Paris relatif à l’étude de la variole.

45 P. 404.

46 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux…, p. 522.

47 A. F. C. van Schevensteen, Les annonces médicales aux XVIIe et XVIIIe siècles, s.l.n.d.

48 Annonce de l’inoculation à Bruxelles en 1768, remède pour la petite vérole en 1772, publications de l’ordonnance de 1788 (cf. infra) dans deux journaux.

49 Albert Couvreur, La pharmacie et la thérapeutique au XVIIIe siècle vues à travers le Journal encyclopédique de P. Rousseau à Bruxelles, Bruxelles, 1953, p. 738-739 ; P. Bertholet, op. cit., p. 77-78. Cf. aussi Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux…, p. 670-673.

50 T. VIII, Neufchâtel, 1765, article « inoculation » par Tronchin, p. 755-771, qui réfute systématiquement de nombreuses objections.

51 Guy Schrans, op. cit., p. 319-320 ; notice de L. Dhondt dans le catalogue Les Lumières dans les Pays-Bas autrichiens et la principauté de Liège, Bruxelles, 1983, p. 53-56.

52 Catalogue du fonds du libraire montois Hoyois (Cf. B. Merckx, Le livre à Mons, d’après les catalogues de ventes, 1774-1794, Louvain-la-Neuve, mémoire de licence inédit, 1988, p. 143), Catalogue des livres nouveaux qui se trouvent chez Pierre Vasse, Bruxelles, après 1758 ; Livres de médecine qui se trouvent à Bruxelles chez Lemaire, s.l.n.d. ; annonce du Tentamen Medico-Practicum (…) cum nonnullis de inoculatione variolarum et crisibus du médecin gantois A. Van Renterghem dans le Wekelyks Nieuws uyt Loven (t. II de 1788, p. 304), ouvrage disponible chez les libraires de Bruxelles, Gand, Anvers, Bruges, Alost, Lierre et Courtrai.

53 À titre d’exemple, B. Desmaele, « Coup d’œil sur quelques bibliothèques privées bruxelloises du XVIIIe siècle », Études sur le XVIIIe siècle, t. XIV, 1987, p. 101-124 ; B. Merckx, op. cit.

54 Cf. Fernand Leleux, Charles van Hulthem, 1764-1832, Bruxelles, 1965 ; Bibliotheca Hulthemiana, t. II, Gand, 1836, p. 56-58. De même, les bibliothèques de Charles de Lorraine ou de Neny ne peuvent être considérées comme représentatives (Claude Sorgeloos, « La bibliothèque de Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens », Revue belge de philologie et d’histoire, t. LX, 1982, p. 821, 825, 834 ; idem, « Les bibliothèques de Patrick Mac Neny et de Patrice-François de Neny », Études sur le XVIIIe siècle, t. XII, 1985, p. 98).

55 De Charles A. Vandermonde, docteur régent de la Faculté de médecine de Paris, plusieurs fois réimprimé et dont la première édition date de 1759. L’auteur expose la question de manière nuancée, mais se montre résolument favorable à l’inoculation. L’ouvrage est très répandu dans les milieux universitaires de Louvain (Claude Bruneel, « La diffusion du livre français à l’Université de Louvain (1765-1777) », Études sur le XVIIIe siècle, t. VI, 1979, p. 127 ; B. Merckx, op. cit., p. 143).

56 Cf. P. Meremans, « De la variole à L’onanisme : la puberté appréhendée par le Dr Tissot », Archives et Bibliothèques de Belgique, t. LXXI, 2000, p. 261-273.

57 Tissots en Bickers raedgeving voor de gezondheid van den gemeenen man…, Bruges, éditions de 1765, 1772, 1783.

58 L’Avis au peuple est édité en 1780 par J. P. G. Michel. J. F. Van Overbeke édite en 1764 et 1783 le De variolis, apolexia et hydrope, où il est question de l’inoculation.

59 Édition de Liège, « suivant la copie de Paris », 1763, p. 154, § 202.

60 Claude Bruneel, « La diffusion du livre dans la société bruxelloise (1750-1796) », Archives et bibliothèques de Belgique, t. LIV, 1983, p. 41-43.

61 Bernard Desmaele, « Le prix du livre en Brabant au XVIIIe s. Un obstacle économique à sa diffusion », Archives et Bibliothèques de Belgique, t. LV, 1984, p. 341-353.

62 Le Voyageur dans les Pays-Bas autrichiens, t. I, Amsterdam, 1782, p. 45. Sur cet écrivain français, cf. « Le séjour à Bruxelles de Damiens de Gomicourt dit Dérival (1775- 1783) », in J. Paviot (dir.), Liber amicorum Raphaël de Smedt, t. 3, Historia, Louvain, 2001, p. 367-390.

63 Notice de J. Roegiers dans Les Lumières dans les Pays-Bas autrichiens…, p. 199-200.

64 Archives générales du Royaume à Bruxelles (désormais cité AGR), Conseil du Gouvernement général, n° 951.

65 Marie Anne Josèphe Hubertine, fille de Nicolas Joseph, baron de Nollet, épouse de Charles Joseph Philippe, comte de Lalaing, décédée en 1790 (F.-V. Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique, t. III, Bruxelles, 1850, p. 637-638).

66 Marie Anne Gabrielle Josèphe Françoise Xavière, née en 1728, fille d’Alexandre Gabriel Joseph d’Alsace, prince de Chimay, épouse de Victor Maurice de Riquet, comte de Caraman (Ch. Poplimont, La Belgique héraldique, t. IX, Paris, 1867, p. 134-135).

67 Isabelle Cornélie Marie Stier (1738-1795), épouse de Jean-Baptiste Cogels (F. de Cacamp, Une vieille famille brabançonne : les Cogels, Bruxelles, t. I, 1959, p. 64, 77).

68 Probablement Marie Félicie Philipotte (1738-1799), fille de Charles Bonaventure van der Noot d’Assche (Ch. Poplimont, La Belgique héraldique, t. VIII, Paris, 1866, p. 134- 135).

69 F. Haustrate, La correspondance des femmes nobles au XVIIIe siècle : aperçu de la thématique épistolaire dans les Pays-Bas et la principauté de Liège, Mémoire de licence inédit, Louvain-la-Neuve, 2004, p. 91.

70 Claude Bruneel avec la collab. de J.-P. Hoyois, op. cit., p. 247-248.

71 Chirurgien affecté à l’État major à Bruxelles. Il a suivi un cours de médecine à Strasbourg. Praticien réputé, il exerce également la médecine dans cette ville depuis un quart de siècle, en 1777, et ce également au bénéfice des civils. Ceci lui vaut des difficultés avec le collège de médecine et le Magistrat de la capitale. Le gouvernement le dispense de prendre ses grades à Louvain et l’autorise à exercer librement la profession de médecin (AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, n° 2125 ; ibid., Conseil privé autrichien, carton 1224B).

72 Edouard Jenner (1749-1823), médecin anglais, découvrit les effets de la vaccine et en vulgarisa l’usage (H. E. Sigerist, The great doctors. A biographical history of medicine, New York, 1971, p. 258-265).

73 AGR, Archives de la famille de Fourneau de Cruquembourg, n° 133, aux dates.

74 Le Voyageur dans les Pays-Bas autrichiens, t. V, Amsterdam, 1783, p. 279. Sur la situation à Bruges, cf. aussi infra.

75 Réponse de Messire François-Xavier B N, à la lettre pastorale du curé de ***. On y a joint les Notes de l’Éditeur.

76 Sur ces personnages, cf. C. Bruneel avec la collab. de J.-P. Hoyois, op. cit., p. 75-76, 193-196, 364-368, 529-531, 206-209.

77 Réponse de Messire François-Xavier B-N, à la lettre pastorale du Curé de ***, p. 6-7. Voir aussi AGR, Archives de la famille Fabri, n° 774. Burtin eut six enfants au total, dont cinq moururent en bas âge.

78 R. van den Abeele, op. cit., p. 105.

79 AGR, Conseil privé autrichien, carton 606B.

80 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, IIIe série, t. IX, Bruxelles, 1897, p. 432.

81 AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, n° 1623, p. 234 ; n° 1640, f° 191 ; ibid., Conseil privé, reg. 183, f° 76v°.

82 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, IIIe série, t. XIII, Bruxelles, 1914, p. 138.

83 Claude Bruneel, « L’épidémie de dysenterie de 1779 dans les Pays-Bas autrichiens », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. CXLV, 1979, p. 191-395.

84 Ainsi, en 1770, le professeur A. Van Rossum est chargé d’établir « avec le plus grand secret et sans le moindre éclat ni appareil » un rapport sur la mortalité « extraordinaire et effraiante parmi les femmes en couches » à Bruxelles et dans les environs ainsi qu’à Alost (AGR, Conseil privé, reg. 463, f° 103-104v°). Autres exemples dans Claude Bruneel, « Les pouvoirs publics, la médecine et la santé dans les Pays-Bas autrichiens », in M. Csáky et A. Lanzer (éd.), Étatisation et Bureaucratie. Staatswerdung und Bürokratie, Vienne, 1990, p. 72.

85 Claude Bruneel, « Un problème de gouvernement : le pouvoir face à l’épidémie de fièvre putride à Bruxelles en 1772-1773 », in Arthur E. Imhof (dir.), Mensch und Gesundheit in der Geschichte, Abhandlungen zur Geschichte der Medizin und der Naturwissenschaften, t. XXXIX, 1980, p. 199-221.

86 Claude Bruneel, Les pouvoirs publics…, p. 59-85 ; id., « L’aurore de la médicalisation dans les Pays-Bas autrichiens », Annales de la Société belge d’histoire des hôpitaux et de la santé publique, t. XXVIII, 1993, p. 3-33 ; P. Lenders, Overheid en geneeskunde in de Habsburgse Nederlanden en het prinsbisom Luik, Heule, 2001, p. 42- 45.

87 Claude Bruneel, « Un projet d’établissement d’hôpital pour l’inoculation de la variole à Bruxelles », Cahiers bruxellois, t. XIII, 1968, p. 79-85.

88 AGR, Conseil du Gouvernement général, n° 1396, Commission ecclésiastique, séance du 13 septembre 1788.

89 E. Lesky, « Österreichisches Gesundheitswesen im Zeitalter des aufgeklärten Absolutismus », Archiv für oesterreichische Geschichte, t. CXXII, 1959, p. 148-149 ; D. R. Hopkins, Princes and peasants…, op. cit., p. 62-65.

90 E. Lesky, « Österreichisches Gesundheitswesen… », art. cit., p. 150.

91 De la même manière et pour cette raison, elle décide volontairement de temporiser en matière d’abolition de la torture puis dans la question de l’enterrement dans les églises et du transfert des cimetières hors des villes.

92 Claude Bruneel, Les pouvoirs publics…, p. 72.

93 Dans la crainte d’une réponse défavorable ? Par contre, elle la consulte en 1781 sur l’intérêt d’une pommade proposée par le médecin Defrenne pour soulager des effets de la petite vérole (AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, n° 2089). Cf. n. 23.

94 En France, le duc de Choiseul avait fait inoculer en 1769 les élèves de l’École militaire de La Flèche (Pierre Darmon, La longue traque…, p. 115).

95 La date de 1777, avancée par certains, est en contradiction avec les termes des lettres patentes de l’Institution de Messines en 1776 (cf. infra) : le texte évoque « l’académie militaire que Nous venons d’ériger à Anvers » (AGR, Conseil privé, reg. 214, f° 1).

96 Actuellement Mesen, province de Flandre occidentale, arrondissement d’Ypres.

97 Claude Bruneel avec la collab. de J.-P. Hoyois, op. cit., p. 255-257.

98 Ibid., p. 443-447 ; Bruno Bernard, Patrice-François de Neny (1716-1784). Portrait d’un homme d’État, Bruxelles, 1993.

99 M. van Hamme, « Le Mémoire de Goswin de Fierlant pour servir à un plan d’éducation pour les enfants de soldats », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. CIV, 1939, p. 161-194 ; A. Duchesne, « Deux fondations aux Pays-Bas : l’Institution royale de Messines et l’Académie militaire d’Anvers », Revue belge d’Histoire militaire, t. XVII, 1967, p. 18-28.

100 AGR, Secrétairerie d’État et de guerre, n° 191.

101 AGR, Conseil privé, reg. 214, f° 38v°, 84v°, 196, 199, 203 ; ibid., Conseil privé autrichien, carton 928B. En juillet, Himmelbauer bénéficie d’une indemnité de 26 florins 2 sols 8 deniers à charge des fonds secrets du gouvernement. En octobre, son état de frais et celui de son adjoint, à supporter par l’Institution royale, montent ensemble à 825 florins 8 sols pour respectivement trente et quarante-cinq jours de vacations plus les frais de voyage (Ibid., Secrétairerie d’État et de guerre, n ° 2257, f° 199 et 204 ; Conseil privé autrichien, carton 928B).

102 Ian de Meyer, op. cit., p. 271.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search