Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre maladie et secours

L’enfant malade : une analyse du discours médical

Scarlett Beauvalet

Texte intégral

  • 1 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960. Phil (...)
  • 2 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « La mise en place des hôpitaux pour enfants malades à Pari (...)
  • 3 M. Giry, L’enfant malade dans la littérature médicale XVIe-XVIIIe siècle, Mémoire de maîtr (...)

1Les écrits des médecins de l’époque moderne relatifs à l’enfance permettent de nuancer un certain nombre d’affirmations, et notamment la non reconnaissance de la spécificité des âges de l’enfance ou encore le désintérêt pour les maladies infantiles et enfantines. En effet, une lecture souvent trop rapide des travaux de Philippe Ariès1 a pu donner à croire que les maladies de l’enfant n’avaient pas été reconnues en tant que telles avant la période contemporaine, et partant que l’enfant n’avait pas bénéficié de soins spécifiques. Une telle impression a sans doute été renforcée par la situation des hôpitaux, celle de l’Hôtel-Dieu de Paris par exemple, où l’on recevait jusqu’à la fin du XVIIe siècle adultes et enfants dans les mêmes conditions2. Il serait pourtant erroné de penser que les médecins n’ont pas reconnu la spécificité des maladies des enfants. Dès la Renaissance en effet, des praticiens se mettent à rédiger des monographies entièrement consacrées aux enfants, décrivant les différentes étapes de leur développement depuis la naissance jusqu’à la puberté, et donnant des conseils en matière d’hygiène et d’éducation. Mais c’est véritablement dans les années 1680 que la médecine des enfants apparaît comme un domaine à part entière, avec la reconnaissance et la description de maladies spécifiques à cet âge3.

Un intérêt ancien et constant pour Ia santé de I’enfant

  • 4 Bartholomaeus Metlinger, Ein Regiment der Jungen Kinder, Augsbourg, 1473.
  • 5 Girolamo Mercurialis, De morbis puerorum tractatus, Venise, 1583.

2Dès le XVe siècle, le nombre des traités consacrés à la médecine des enfants se multiplie. Les références aux Anciens y sont constantes. Paulus Bagellardus par exemple, dans son Libellus de Egretudinibus infantium, publié à Padoue en 1472, commence par proposer une compilation des auteurs ayant traité des maladies infantiles, et notamment des écrits d’Hippocrate, de Galien, de Rhazès et d’Avicenne, qu’il augmente de cas cliniques qu’il a eu personnellement à traiter, ainsi que des remèdes à employer pour la circonstance. L’année suivante, un médecin d’Augsbourg, Bartholomé Metlinger publie à son tour un traité, qui sera de nombreuses fois réédité, et qu’il divise en quatre chapitres : l’hygiène du nourrisson, l’allaitement, les maladies de l’enfance, l’hygiène et le régime4. Il est intéressant de noter qu’il distingue déjà, dans ses réflexions, deux états de l’enfance, avec un premier âge qui s’étend jusqu’à l’acquisition de la marche et de la parole, et un second, celui de la petite enfance, de deux à sept ans. De même, dans son De morbis puerorum tractatus, Mercurialis regroupe toutes les connaissances léguées par la médecine antique en matière de pédiatrie, reprenant la division de l’enfance en plusieurs périodes et contribuant ainsi à affirmer la spécificité de cette période de la vie5. Tout en s’inspirant des Anciens, les médecins du XVIe siècle affirment donc la spécificité de la médecine des enfants et contribuent à l’enrichir de connaissances nouvelles grâce à leur pratique personnelle.

  • 6 Jean Riolan, Praelectiones in libros Physiologicos, Paris, 1601 cité par J. Céard, « La di (...)

3En axant leur réflexion sur la qualité de l’air, la nourriture, le mouvement, le repos, le sommeil, l’évacuation des superfluités, les passions, les médecins de la Renaissance se montrent bien les héritiers directs des Anciens, principalement de la tradition galénique. Tous accordent une importance particulière à la diététique, celle-ci étant, ainsi que le rappelle Ambroise Paré, avec la chirurgie et la pharmacie, l’une des trois parties dont se compose la médecine. La diététique revêt une importance croissante dans les préoccupations des médecins. Riolan la définit comme la partie de la médecine qui traite du régime de vie des hommes sains et des malades, mais aussi de l’hygiène qui tend progressivement à se confondre avec elle6. C’est d’ailleurs ce dernier terme que l’on retiendra finalement, la médecine ne comprenant plus que l’hygiène, conservatrice de la santé, et la thérapeutique. S’occuper de diététique ou d’hygiène revient donc pour un médecin à concourir à la bonne santé de ses patients, et c’est d’abord au travers de la façon de les maintenir en santé que l’on peut lire la maladie.

  • 7 Dans son acception de spécificité médicale de l’enfance, l’emploi du terme « pédiatrie » n (...)

4Dans tous les traités, la médecine est à la fois conçue comme une présentation de soins corporels à donner à l’enfant, et une série de conseils en matière d’éducation. Simon de Vallambert (1537-1565), humaniste et poète, médecin du prince de Piémont, fils de la duchesse de Savoie, puis médecin du duc d’Orléans, rédige en 1565, en français, un traité d’hygiène et de thérapeutique qui marque un tournant dans l’histoire de la pédiatrie7 et qui sera largement repris jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Il est important de noter, au moment où la plupart des écrits sont encore rédigés en latin, sa décision d’utiliser le français avec le souci manifeste, même si cet écrit est destiné à la famille royale, de toucher un plus large public. Vallambert conçoit son traité comme une éducation complète de l’enfant, et y envisage aussi bien le régime et l’hygiène que l’éducation physique et morale : « Former la parole, l’exercice et les fortifications de ses membres, le règlement de son boire et de son manger selon son âge et sa complexion naturelle », le tout au cours d’une période qui couvre les quatre âges qui caractérisent l’enfance et qu’il fait se terminer à 14 ans :

  • 8 Simon De Vallambert, De la manière de nourrir et gouverner les enfants dès leur naissance, (...)

« Le premier depuis la naissance jusqu’à sept mois lorsque commencent les premières dents à sortir, le second depuis la sortie des premières dents jusques au bout de deux ans qu’elles sont toutes sorties et que l’on sèvre l’enfant, le troisième commence deslors et finit à sept ans, le quatriesme depuis sept ans jusques à quatorze ans8 ».

5Il y a ici une reconnaissance de l’enfance et de la spécificité de ses différents âges, ainsi qu’un effort constant pour s’adapter à chacune de ces périodes. L’effort pour systématiser les étapes du passage d’un état à un autre, qui sont déterminées par les transformations physiques et intellectuelles mais aussi par les nécessités éducatives, témoigne de la conscience des médecins de l’originalité des âges : ainsi, sept ans est considéré comme l’âge de raison et doit marquer le début d’une éducation plus rigoureuse.

6En matière de diététique et d’hygiène, Vallambert reprend les principes hérités des Anciens, qu’il cite d’ailleurs abondamment. C’est pour lutter efficacement contre les maladies qu’il préconise un rythme de vie régulier et des soins corporels quotidiens : l’enfant doit manger à heures fixes, à raison de quatre repas par jour à quatre ou cinq heures d’intervalle, et il faut lui nettoyer tous les matins les yeux, les oreilles et le corps. Il insiste beaucoup sur la nécessité de cette hygiène quotidienne, se démarquant ainsi des pratiques populaires en vertu desquelles on pense que la saleté protège – on lave ainsi très peu la tête des nouveau-nés, la crasse étant considérée comme un engrais fertilisant et embellissant les cheveux et surtout comme une croûte protectrice. Voici au contraire ce qu’il préconise :

  • 9 Ibid., p. 168-170.

« Le cerveau se décharge aux oreilles de superfluités... si elles ne sont pas nettoyées vient en icelles et au cerveau même beaucoup de grandes maladies par quoy il faut les nettoyer tous les matins... Les yeux doivent être semblablement nettoyés tous les matins avec du lait de nourrice ou de l’eau simple... Et ne faut pas faillir de purger pareille le cerveau par le nez, le faisant moucher fort... On doit nettoyer encore le cerveau par la bouche... par quoy est bon de les faire cracher et quelques fois de les faire vomir... puis après les gargariser d’eau fraîche... au matin, après avoir nettoyé la saleté de l’enfant, il convient de peigner et frotter se teste doucement... exercer, baigner et frotter le corps de l’enfant après les purgations et avant le repas9. »

  • 10 Georges Vigarello, Le propre et le sale, l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Se (...)

7Contrairement à de nombreux médecins qui ne préconisent, pour les adultes en tout cas, que la toilette sèche10, Vallambert recommande l’usage de l’eau à plusieurs reprises.

8L’hygiène recouvre également l’exercice physique que Vallambert recommande de pratiquer quotidiennement :

  • 11 Simon de Vallambert, De la manière de nourrir…, op. cit., p. 171-172.

« Faire ébattre et prendre de l’exercice à l’enfant... car outre les commodités qui en adviennent comme la fortification des membres, le nettoyement et la purgation des menues superfluités, il semble que la nature l’appelle11. »

  • 12 Ibid., p. 181.

9Cette éducation du corps doit se doubler de celle de l’esprit, qui fait l’objet de tout un chapitre, dans lequel Vallambert conseille aux parents d’accoutumer l’enfant, dès l’âge de deux ans, « à connaître les personnes et les choses, les nommer en pures et propres mots », puis à partir de cinq ou six ans de « luy faire passer le temps à connaître les lettres et à mener la plume sur le papier12 ».

  • 13 Jacques Gélis, Mireille Laget, Marie-France Morel, Entrer dans la vie. Naissances et enfan (...)

10En ce qui concerne le régime, il consacre de longs passages à la période du sevrage, cause extrêmement fréquente de la mortalité infantile13. Le sevrage, qui s’effectue généralement au moment de l’apparition des premières dents, est toujours difficilement vécu, aussi bien d’un point de vue physiologique que psychologique, l’enfant perdant le lien privilégié qu’il entretenait avec sa mère. Un bon sevrage doit se faire en douceur, et de manière très progressive :

  • 14 Jacques Gélis, Mireille Laget, Marie-France Morel, Entrer dans la vie, op. cit, p. 162.

« On le sèvre petit à petit en deux manières. Premièrement en ne l’alaictant pas tant qu’on devrait, secondement en augmentant la viande à chacune fois qu’il voulait en prendre, procédant ainsi par diminution d’alaictement et augmentation de viande jusques à ce que l’on vienne au temps qu’il ne tettera plus14. ».

  • 15 Marie-Madeleine Fontaine, « L’alimentation du jeune enfant au XVIe siècle », in Jean-Claud (...)

11En moyenne, le sevrage a lieu entre quinze et vingt-quatre mois suivant les régions, mais les médecins recommandent d’attendre quand l’enfant paraît trop faible15. Ici comme ailleurs, Vallambert fait preuve de pragmatisme. Refusant tout dogmatisme, il conseille de s’adapter à la complexion et au goût de l’enfant, d’où la souplesse des rythmes adoptés et un effort constant pour s’adapter à ses besoins et à son tempérament.

12Dans la partie consacrée aux maladies et à la thérapeutique, Vallambert reprend la classification adoptée par Hippocrate, et qui se fonde, non sur les maladies internes et externes comme on le trouve communément, mais sur l’âge de l’enfant :

  • 16 Simon de Vallambert, De la manière de nourrir…, op. cit., p. 193.

« Aux enfants nouvellement nés, adviennent communément le mal de bouche que les grecs nomment "Aphthaae", le vomissement, la toux, faute de sommeil, peur en dormant, inflammation du nombril et humidité d’oreilles... et un peu plus avant de leur âge, lorsqu’ils sont jà grandets, lorsque les dents leur commencent de sortir, comme au septième mois, un peu plus tard, ils ont le prurit et démangeaison des gencives, fièvres, convulsions ou retirement de nerfs et flux de ventre, et mêmement quand les dents canines, qui sont les plus pointues, leur sortent16. »

13Mais la description des maladies reste brève et assez peu précise.

  • 17 Laurent Joubert, « La santé du prince », Erreurs populaires au fait de la médecine et régi (...)
  • 18 Madeleine Foisil, Journal de Jean Héroard, médecin de Louis XIII, Paris, 1989.
  • 19 Rodolphe LeMaistre, La santé du prince qu’il doibt observer, Paris, 1616.

14D’autres médecins ont également apporté leur contribution à la médecine des enfants, sans que celle-ci fasse toutefois l’objet de recherche ou de publication spécifiques. Ainsi, Laurent Joubert (1529-1583) consacre plusieurs chapitres de ses Erreurs populaires au fait de la médecine aux soins des enfants : « Le lait et la nourriture des enfants » ; « De l’appétit et de la soif » ; « Des repas et de la digestion. » Mais surtout, dans La santé du prince17, il développe des thèmes nouveaux concernant la taille et l’embonpoint, l’air et les vêtements. De même, Ambroise Paré (1517-1590) insère dans ses Dix livres de chirurgie (1564) des chapitres relatifs à l’alimentation des enfants. Enfin, parallèlement à ces traités, il existe aussi des journaux de santé des enfants de la famille royale tenus par des médecins, comme le Journal de l’enfance de Louis XIII de Jean Héroard (1551-1628)18, ou encore celui de Rodolphe Le Maistre relatif à Gaston d’Orléans19, qui fourmillent de conseils et de recommandations pour lutter contre les maladies et les maintenir en bonne santé.

15Mais c’est surtout dans le dernier tiers du XVIIe siècle que l’on assiste, dans toute l’Europe, à une véritable floraison de traités pédiatriques, tous ayant pour thème la « conservation » des enfants et leur éducation physique.

La « conservation des enfants »

  • 20 Walter Harris, Traité des maladies aigues des enfants, Londres, 1689, p. 2. Le traité de H (...)

16L’intérêt accru des médecins pour la médecine des enfants rencontre une priorité désormais nouvelle pour l’État, celle de la lutte contre la dépopulation, ou du moins ce que l’on tient pour une certitude. Dans ce contexte bien particulier, tous les médecins insistent désormais sur la nécessité de multiplier les ouvrages traitant spécifiquement des maladies des enfants. Walter Harris (1647-1725), médecin ordinaire de Guillaume III, avec son Traité des maladies aiguës des enfants, publié en 1689, fait figure de pionnier : « Je sais que j’entreprends de parcourir un pays dont la route est assez mal tracée et même presque inconnue20 ». En Angleterre, Underwood lance un appel aux parents et à l’État :

  • 21 Michael Underwood, Traité des maladies des enfans, Londres, 1784, p. 4.

« En laissant périr les enfants... ce sont des adultes, c’est une population, ce sont les richesses et toutes les ressources de l’État qu’on perd ; on le prive de sa force, on en anéantit d’avance l’éclat, la grandeur21. »

  • 22 Jean Charles Desessartz, Traité de l’éducation corporelle des enfants en bas-âge ou réflex (...)
  • 23 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique des enfants depuis leur naissance (...)

17Comme au siècle précédent, hygiène et prévention des maladies sont deux thèmes qui reviennent constamment, le but des médecins étant toujours de « conserver » et de préserver les enfants afin qu’ils deviennent des adultes en bonne santé. Jean-Charles Desessartz (1729-1811) voit dans la mauvaise hygiène corporelle des enfants la cause de la dépopulation22, de même que Jacques Ballexerd (1726-1774) qui évoque pour cette même raison la « dégénérescence insensible de l’espèce humaine23 ». Considérant que les dérèglements et les infirmités des hommes sont le résultat du défaut ou de mauvais soins durant l’enfance, les médecins, à l’image de Michael Underwood (1715-1795) se donnent pour objectif d’aider les mères à élever leurs enfants et de lutter contre les préjugés :

  • 24 Michael Underwood, Traité des maladies…, op. cit., p. 1.

« J’ai longtemps vu, avec peine, la manière peu convenable dont les maux des enfants sont traités par ceux même qui leur marquent la plus grande tendresse... L’affection très louable de la plus tendre mère devient ainsi infiniment préjudiciable à son enfant, non seulement dans le bas étage du peuple... mais même dans la capitale, parmi les gens du plus haut rang. On y nourrit continuellement les préjugés les plus nuisibles à la santé de ces petits individus. C’est donc autant aux pères et mères qu’aux médecins que j’adresse cet écrit24. »

18Sur les traces de leurs confrères de la Renaissance, les médecins du XVIIIe siècle sont des hygiénistes, au sens que donne du terme « hygiène » l’Encyclopédie :

  • 25 Denis Diderot et Jean d’Alembert, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des (...)

« Du mot grec "hygienos", sert à désigner la première des deux parties de la médecine qu’il faut tenir pour conserver la santé. Les six choses sont : l’air, la matière des aliments et la boisson ; le mouvement, le repos ; le sommeil, la veille ; la matière des excréments25. »

19Tout dérèglement conduisant fatalement à la maladie, l’hygiène fait donc l’objet d’une grande vigilance. Les auteurs insistent donc beaucoup sur le rythme de vie, sa régularité, et l’hygiène corporelle. De même que Vallambert, ils s’en tiennent aux quatre repas par jour pris à heures régulières :

  • 26 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation médicinale des enfants et sur leurs maladies, Paris, (...)

« On ne doit pas se dispenser de régler le nombre et l’heure de leurs repas... On peut leur en accorder quatre par jour... à quatre ou cinq heures d’intervalle. On peut rendre ces repas alternativement un peu plus pleins et un peu plus légers, réserver les potages et les autres aliments les plus succulents pour le diner et le souper et ne donner au déjeuner et au gouter que des fruits et du pain26. »

20Les médecins dénoncent la mauvaise préparation des bouillies ou des panades, bien trop souvent lourdes et indigestes :

  • 27 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 108.

« La bouillie qu’on leur donne les deux ou trois premières années de leur vie est une nourriture extrêmement grossière et indigeste pour eux... parce que la farine dont elle est composée, n’ayant point encore fermenté, s’aigrit dans leur estomac, le tapisse de glaires et leur engendre des vers27. »

21Ils conseillent de les remplacer par des panades légères, des soupes, des fruits cuits et de ne pas abuser des sucreries :

  • 28 Ibidem, p. 110.

« La base de la nourriture des enfants... jusqu’à l’âge de 10 ou 12 ans, doit être de la soupe dégraissée, faite avec du pain bis ordinaire, des carottes, du riz... Ne donnez point d’acides aux enfants en bas âge, la salade, les fruits crus sont trop visqueux pour eux... C’est un grand abus de leur donner à manger des sucreries, des confitures et tout ce qu’on appelle ordinairement bonbons28. »

  • 29 Voir Georges Vigarello, Le propre et le sale…, op. cit.

22L’usage de l’eau pour la toilette est unanimement recommandé par tous, et notamment les bains29. Les dents font l’objet de soins particuliers, les médecins conseillant de les laver tous les jours avec un peu d’eau mêlée de vin et, le cas échéant, invitant les parents à faire examiner les dents de l’enfant par un dentiste. De même, les ongles des mains et des pieds doivent être lavés, raclés et polis :

  • 30 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation médicinale des enfants et sur leurs maladies, Paris, (...)

« Il est bon de racler légèrement le dessus des ongles avec un verre ou avec des ciseaux... mais toujours avec l’attention de ne pas trop avancer jusqu’à la racine... Les ongles des pieds à force d’être comprimés par la chaussure et par les cors qui se forment aux pieds, entrent dans la chair et surtout vers les côtés des doigts et y causent des douleurs très vives comme leur dureté est la principale cause de ces accidents, il faut les laver souvent, les polir avec un verre ou avec des ciseaux30. »

  • 31 Georges Vigarello, Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Jean-Pierr (...)

23Maillots et corsets apparaissent désormais comme des instruments barbares, accusés de participer à la dégénération31. Ballexerd attribue les difficultés respiratoires, les toux opiniâtres, les complexions délicates et les maladies chroniques auxquelles sont sujets les adultes, aux poitrines serrées dans l’enfance. Il plaide contre toute forme de contrainte, aussi bien le maillot pour les nouveau-nés que les corsets pour les plus grands :

  • 32 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 98.

« Aussitôt que son enfant voit la lumière, il (l’Européen) le met dans les liens du maillot, comme s’il voulait le tyranniser... À peine ce temps de captivité et de souffrance est-il fini, qu’il va lui faire éprouver un autre supplice. Il n’y a guère que cet enfant était dans les entraves du maillot, à présent on va le mettre à la torture du corps à baleines32. »

24Il s’intéresse également au sommeil, indispensable au bon dévelop pement de l’enfant

  • 33 Ibid., p. 115.

« Le sommeil est un restaurant qui convient particulièrement à l’enfance, il répare avantageusement leurs petites forces... Il faut donc laisser dormir fort longtemps les enfants délicats, ordinairement le long sommeil fortifie tous les enfants jusqu’à l’âge de sept ou huit ans ; ils doivent dormir, à cet âge, environ douze heures. Quand les enfants se portent bien et qu’ils avancent en âge, l’on diminue leur sommeil d’environ une heure chaque année, en sorte qu’après l’âge de la puberté, sept ou huit heures de repos sur vingt-quatre doivent suffire dans les climats tempérés33. »

25Pour les petits, Underwood recommande les vertus du berceau :

  • 34 Michael Underwood, Traité des maladies…, op. cit., p. 461 et 464.

« Il y a, dans le mouvement du berceau, une oscillation qui me paraît si naturelle, si agréable et en même temps si analogue à ce qu’éprouvaient les enfants dans le sein de leur mère, que je crois devoir penser favorablement du berceau... Si l’enfant, accoutumé à être bercé de jour pour s’endormir, s’attend au même mouvement pendant la nuit, lorsqu’il s’éveille, il n’est pas difficile d’y pourvoir » ; de même il conseille aux parents « de les agiter dans les bras, les portant de droite et de gauche, de leur palper, frapper doucement dans le dos, après les avoir alimentés ; de les élever, de les baisser enfin, de leur faire éprouver tous les mouvements possibles et convenables, en prenant garde de les secouer fortement et de les porter subitement trop haut34. »

  • 35 Jacques Ulmann, De la gymnastique aux sports modernes. Histoire des doctrines de l’éducati (...)
  • 36 Clément-Joseph Tissot, Gymnastique médicinale et chirurgicale ou essai sur l’utilité du mo (...)

26Les soins aux enfants recouvrent également tout ce qui a trait à l’éducation physique35. La gymnastique est clairement envisagée comme « la partie de la médecine qui enseigne la manière de conserver ou de rétablir la santé par l’usage de l’exercice36 ». La dépense physique est donc recommandée par les médecins afin de conserver les enfants en bonne santé :

  • 37 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation…, op. cit., p. 169 et 302.

« Les exercices qu’on néglige un peu trop aujourd’hui tels que la danse, la chasse, la course, la lutte sont plus utiles à la santé qu’on ne le pense... Il faut aussi leur enseigner à jouer des deux mains à tous les exercices, à jeter loin des pierres en visant un but. Ils peuvent commencer des jeux de corps, de petites luttes, cela les fortifie.37 »

Quant à Ballexerd, il préconise :

  • 38 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 134.

« Dès le matin quand ils se lèvent, leur faire ouvrir les fenêtres, pour qu’ils respirent d’abord un meilleur air, ensuite on leur fait étendre les bras horizontalement pour élargir et développer leur poitrine, après quoi on leur fait faire une petite course dehors, tel temps qu’il fasse.38 »

  • 39 Johann Peter Frank, System einer vollstandigen medizinischen Polizei, Spire, 1779, p. 40.

27Enfin, après le corps, l’esprit. L’éducation et la pédagogie sont deux domaines qui n’échappent pas aux médecins. Cette conception élargie de la médecine, déjà envisagée par Vallambert au XVIe siècle, trouve un développement particulier au XVIIIe siècle. Johann Peter Frank (1745-1821), dans un ouvrage qui connaît un très grand succès en Europe, insiste longuement sur le rapport entre médecine et pédagogie, développant notamment l’idée que l’État est responsable de l’hygiène et du bien être physique et intellectuel des individus39. Les médecins insistent en conséquence sur les transformations intellectuelles de l’enfant, et particulièrement l’acquisition du langage :

  • 40 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 113.

« Au bout de deux ans ou environ, il se fait un changement assez sensible dans l’enfant ; il commence à avoir quelques idées confiantes, il s’attache à ses parents, retient et répète ce qu’il entend dire... En effet, ses sens sont visiblement frappés des objets qui se présentent à lui et les portent à l’âme qui commence alors à exercer ses facultés, par exemple, celles de retenir, concevoir et réfléchir.40 »

28Toute cette phase de recherche d’une certaine autonomie, d’exploration de son environnement proche, puis d’expression de ce qu’il ressent par la parole doit être encouragée et surveillée. À l’inverse, tout ce qui peut émouvoir ou inquiéter l’enfant doit lui être évité, et notamment les récits effrayants. Ballexerd consacre tout un chapitre aux « dangereux effets de la jalousie et de l’envie » ainsi qu’aux conséquences de la peur :

  • 41 Ibid., p. 97-124.

« L’on est très répréhensible quand on fait naître des frayeurs aux enfants... Les récits fabuleux des mangeurs d’hommes, des revenants, des loups-garous... peuvent nuire également à leur corps et à leur esprit. Cela peut leur procurer des songes funestes et par conséquent de violentes émotions qui irriteront trop fort chez eux le genre nerveux et donneront lieu à des convulsions auxquelles ils n’ont déjà que trop de dispositions.41 »

  • 42 Cité par François Lebrun, Marc Venard, Jean Quéniart, Histoire de l’enseignement et de l’é (...)

29Le médecin rencontre ici aussi bien les auteurs ecclésiastiques, à l’image de Fénelon, que les hommes des Lumières, tous d’accord pour dénoncer la nocivité des contes dans lesquels ils ne voient que « stupides superstitions propres à déformer l’esprit et le cœur des enfants42». Au contraire, il insiste sur l’importance du plaisir et du rire dans l’éducation

  • 43 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 136.

« L’on ne devrait leur apprendre à lire et à écrire qu’en badinant, pour ainsi dire, avec eux... faut donc les faire rire souvent, cela fait toujours un très grand bien... car la gaieté est un spécifique universel dans l’enfance, elle favorise la circulation.43 »

  • 44 Marie-France Morel montre qu’il y a une véritable géographie du corps malade : « Médecins (...)
  • 45 Jacques Jouanna, Hippocrate, Paris, Fayard, 1992, p. 212.
  • 46 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation…, op. cit., p. 263. Voir Marie-France Morel, « Médec (...)
  • 47 Voir les analogies avec la nature féminine : Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l (...)
  • 48 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation…, op. cit., p. 345.

30Avec Brouzet (1714-1772), on quitte le domaine de l’hygiène pour entrer davantage dans celui de la maladie. Dès le XVIe siècle, les médecins, frappés par la diversité des maladies touchant les enfants, avaient tenté de les classer et d’établir une nosologie en distinguant deux catégories, les maladies localisées à une partie spécifique du corps, et celles concernant l’ensemble du corps44. Brouzet est l’un des premiers à donner une description précise des maladies de l’enfance avec leurs symptômes, la recherche de leurs causes, et des propositions de remèdes tenant compte de l’âge. Mais comme la plupart de ses confrères, il continue à considérer la maladie comme un état caractéristique de l’enfance. En effet, conformément à la théorie humoriste, directement héritée de la médecine grecque45, il pense que la santé, qui se caractérise par un juste équilibre entre les quatre humeurs constituant le corps, à savoir le sang, le flegme, la bile et l’atrabile présents en proportions égales, est un état qui ne peut être atteint qu’à l’âge adulte, quand le corps ne se transforme plus. Dans ce schéma de pensée, l’enfance apparaît donc comme un âge caractérisé par la maladie : « Cet âge doit être regardé lui-même comme une maladie qui a son commencement, sa marche, ses accès, ses périodes et sa fin46 ». Depuis la naissance jusqu’à la puberté, l’enfance est marquée par une série de maladies : les aphtes, les vomissements, la toux, les insomnies, les inflammations de l’ombilic et les suintements d’oreilles, puis un peu plus tard, la sortie des dents, cause du prurit, des fièvres, des convulsions, des diarrhées, enfin les inflammations des amygdales, les luxations des vertèbres, l’asthme, les calculs, les vers, les verrues, les tumeurs et les scrofules. À l’approche de la puberté, toutes les maladies qui n’ont pas disparu deviennent chroniques. Les maladies étant rapportées au tempérament chaud et humide des enfants47, on pense que ceux-ci doivent être continuellement assistés et soignés en attendant qu’ils parviennent à la puberté : « Dès que les premiers rayons de la puberté viennent à paraître, la constitution du corps n’est plus la même48 » signe de l’entrée dans un nouvel âge et un état : le monde des adultes et de la santé.

  • 49 Michael Underwood, Traité sur les maladies…, op. cit., p. 141.
  • 50 N. Andry, De la génération des vers dans le corps humain, Paris, 1701.

31Ce sont les affections localisées que les médecins décrivent avec le plus de précisions, retenant parmi les plus graves les fièvres liées aux poussées dentaires, les vers et les maux de ventre. La sortie des dents est en effet reconnue comme une étape dangereuse de la croissance de l’enfant : « La dentition difficile doit se traiter presque comme les autres maladies aiguës avec l’inflammation locale49 ». Les vers, les « flux de ventre » ou diarrhées sont également très redoutés. Jusque-là considérés comme une complication des maladies, les vers sont traités au XVIIIe siècle comme une maladie à part entière, Nicolas Andry, médecin à l’Hôpital des Enfants trouvés, leur consacrant en 1701 un traité. Il établit autant d’espèces de vers qu’il y a de parties dans le corps humain, et attribue leur développement à l’introduction d’œufs par le processus de la respiration ou par les aliments50. Un peu plus tard, Brouzet en décrit les symptômes, presque toujours avant coureurs de la mort :

  • 51 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation…, op. cit., p. 57-62.

« Des nausées, des vomissements, des rapports aigres, des hoquets, des changements subtils dans la physionomie, les enfants qui en sont attaqués pâlissent, rougissent tour à tour, ils ont le nez blanc comme de la cire, la langue grenue, le pouls ondoyant, convulsif, ils sont sujets pendant leur sommeil à des terreurs et à des secousses irrégulières. Ils sentent des démangeaisons au nez, leurs extrémités sont froides, ils restent quelques fois assez longtemps dans une convulsion générale, vraie image de la mort... Les enfants qui sont très sujets aux affections vermineuses meurent ordinairement avant l’âge de sept ou huit ans51 ».

32D’autres maladies, moins graves, sont aussi longuement évoquées : le rhume, les angines, et toutes les affections de la peau très répandues à l’époque, comme la gale, la teigne et les dartres.

33Depuis la fin du XVIIe siècle, les médecins ont commencé à réfléchir à ce qu’est la fièvre et à la différenciation des différentes maladies entre elles ; jusqu’alors en effet, on se contentait de regrouper la plupart des fièvres éruptives sous le nom de « pourpre ». Ils distinguent peu à peu des symptômes caractéristiques pour chaque affection, différenciant ainsi la scarlatine de la rougeole. La description des maladies progresse, avec la reconnaissance de la rubéole, de la varicelle, de la jaunisse, de la coqueluche et de la diphtérie. En dépit de ces progrès, les médecins ne parviennent toujours pas à distinguer les symptômes des maladies elles-mêmes, confusion qui rend plus difficile la recherche de leurs causes. Malgré tout, l’étiologie occupe une place importante dans les traités de médecine, chaque auteur développant son propre système d’explication des maladies et tentant ainsi de comprendre le fonctionnement du corps de l’enfant. Ils commencent à rechercher les causes des affections, non plus dans le déséquilibre des humeurs, mais dans le dérèglement des organes. Ainsi, Harris explique les maladies par une trop grande quantité d’acide dans le corps de l’enfant, théorie reprise par Joseph Raulin, médecin ordinaire de Louis XV :

  • 52 Joseph Raulin, De la conservation des enfants, ou les moyens de les fortifier, de les prés (...)

« Les acides dans les premières voies, des enfants sont les causes les plus générales de leurs maladies selon les observations de Silvius, d’Hoffman, de Harris, de Sydenham... N’en voit-on pas des exemples sensibles chez les enfants qui souffrent des inquiétudes générales, de vives douleurs de dents, d’entrailles, etc...? Le lait et tous les aliments ne pouvant pas être digérés s’aigrissent alors dans les premières voies, se coagulent et donnent occasion à la plus grande partie de leurs maladies et entre autres, à celles qui intéressent le genre nerveux52 ».

  • 53 J. Ulmann, Les débuts de la médecine infantile, Conférence au Palais de la Découverte, Par (...)

34Bien que d’autres penchent pour une explication par le système nerveux, au cours du XVIIIe siècle, la théorie de l’acidité comme cause essentielle de toutes les maladies enfantines se répand, permettant d’établir une certaine unité de réflexion53.

  • 54 Jacques Thibault, Les aventures du corps dans la pédagogie française, Paris, Vrin, 1977.

35À partir des années 1750, avec la théorie mécaniste, apparaît une nouvelle manière de concevoir la maladie. L’explication mécaniste de l’univers, appliquée à la médecine et à la physiologie, remet en effet en cause la théorie des humeurs et modifie les normes de santé. On voit désormais dans le corps une machine dont les différents organes sont les rouages – le cœur est assimilé à une pompe, les poumons au soufflet de la forge, les articulations aux roues, les os aux leviers54 – et dans l’enfant, non plus un être constamment malade auquel l’âge adulte doit apporter l’équilibre, mais un individu à part entière, qui a ses propres lois de développement. La médecine des enfants va beaucoup profiter de cette révolution mentale, ce que Lefebvre de Villebrune rend très bien dans son introduction au Traité des maladies des enfants de Michael Underwood :

  • 55 Michael Underwood, Traité sur les maladies…, op. cit., Londres, 1786, préface de Lefebvre (...)

« L’âge changeant nos constitutions, il est nécessaire que les maladies ne soient plus les mêmes pour un individu pendant les différentes périodes de sa vie ; mais la ligne de démarcation est si facile à manquer, que plusieurs écrivains... ne l’ont pas toujours aperçue55 ».

36Et de bien montrer qu’il ne faut pas comparer les maladies des adultes et celles des enfants parce que leur constitution n’est pas la même et que le fonctionnement de leur corps diffère.

37En matière de thérapeutique, deux écoles s’opposent : les tenants de la médecine expectante et ceux de la médecine agissante. Les premiers, partisans de laisser faire la nature, se méfient beaucoup de la médication ; les seconds, fidèles à la médecine des humeurs, pensent au contraire qu’il faut agir immédiatement pour rétablir l’équilibre du corps et évacuer les humeurs corrompues. Brouzet parle même d’« égarements » de la nature que le médecin se doit de corriger. Malgré tout, si les remèdes que les médecins utilisent pour soigner les enfants ne sont guère différents de ceux qu’ils emploient pour les adultes, ils ont toutefois soin d’adapter leurs médications au jeune âge de leurs patients. Ainsi, beaucoup considèrent que la saignée ne doit pas être utilisée avant l’âge de trois ou quatre ans :

  • 56 Walter Harris, Traité des maladies aigues…, op. cit., p. 85.

« Pour ce qui est de la saignée des enfants, il est évident que ce remède ne convient pas à leur nature dans le premier âge. En effet, il est rare que les enfants dont le régime est réglé et même assez austère, soient sujets à une véritable pléthore... il n’y a pas lieu de croire qu’en tirant du sang des veines on puisse efficacement corriger un tempérament humide qui commence déjà à dégénérer en acide56 ».

  • 57 Jean Astruc, Traité des maladies…, op. cit., p. 73.

38Par contre, ils n’hésitent pas à utiliser la saignée pour soigner les fièvres, les convulsions et l’épilepsie chez les enfants plus âgés. De même, les purgatifs sont utilisés, mais toujours en rapport avec l’âge de l’enfant : on utilise pour les plus jeunes le sirop de pêcher, de pomme et de chicorée, puis à partir de deux ans, l’infusion de rhubarbe57.

39Toutes ces recherches marquent une reconnaissance précoce de la spécificité de la constitution enfantine. Impuissants à lutter contre les maladies, les médecins déterminent à côté des causes principales des maladies, des causes secondaires, telles que l’hérédité, la nourriture, la mauvaise éducation, témoignant par là de l’importance qu’ils accordent aux conditions de vie et au milieu environnant. Démunis de remèdes, on comprend d’autant mieux l’intérêt porté par les médecins à la diététique et à l’hygiène, et l’orientation vers une médecine préventive. Leur préoccupation essentielle est de maintenir l’enfant en bonne santé, de prévenir le mal plutôt que de le guérir. C’est d’ailleurs cette voie qu’ils suivront en essayant de mettre en place l’inoculation contre la variole.

  • 58 Le Traité des maladies des enfants nouveau-nés publié en 1826 par Charles-Michel Billard e (...)

40Le souci d’une médecine des enfants, déjà présent chez les médecins de la Renaissance, trouve sa concrétisation au début du XIXe siècle avec la mise en place du premier hôpital pour enfants, terrain d’observation tout à fait exceptionnel qui va leur permettre de développer une médecine anatomo-clinique. C’est ici que Billard pourra écrire en 1826 son traité sur la clinique des maladies infantiles58.

Notes

1 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960. Philippe Ariès n’a pas consacré de développements particuliers à la question des maladies de l’enfance, mais la vision qu’il propose de celle-ci a influencé de nombreux écrits.

2 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « La mise en place des hôpitaux pour enfants malades à Paris (fin XVIIIe-début XIXe siècle), Histoire, Économie et Société, n° 4, 2003, p. 487-498.

3 M. Giry, L’enfant malade dans la littérature médicale XVIe-XVIIIe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Paris IV Sorbonne, 2003.

4 Bartholomaeus Metlinger, Ein Regiment der Jungen Kinder, Augsbourg, 1473.

5 Girolamo Mercurialis, De morbis puerorum tractatus, Venise, 1583.

6 Jean Riolan, Praelectiones in libros Physiologicos, Paris, 1601 cité par J. Céard, « La diététique dans la médecine de la Renaissance », in Jean-Claude Margolin et Robert Sauzet (dir.), Pratiques et discours alimentaires à la Renaissance, Paris, Maisonneuve et Larose, 1982, p. 21-36.

7 Dans son acception de spécificité médicale de l’enfance, l’emploi du terme « pédiatrie » ne date que de 1872.

8 Simon De Vallambert, De la manière de nourrir et gouverner les enfants dès leur naissance, Poitiers, 1565, p. 165 et 192.

9 Ibid., p. 168-170.

10 Georges Vigarello, Le propre et le sale, l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1985, p. 25.

11 Simon de Vallambert, De la manière de nourrir…, op. cit., p. 171-172.

12 Ibid., p. 181.

13 Jacques Gélis, Mireille Laget, Marie-France Morel, Entrer dans la vie. Naissances et enfances dans la France traditionnelle, Paris, Archives Gallimard, 1978.

14 Jacques Gélis, Mireille Laget, Marie-France Morel, Entrer dans la vie, op. cit, p. 162.

15 Marie-Madeleine Fontaine, « L’alimentation du jeune enfant au XVIe siècle », in Jean-Claude Margolin et Robert Sauzet (dir.), Pratiques et discours alimentaires, op. cit., p. 57-68

16 Simon de Vallambert, De la manière de nourrir…, op. cit., p. 193.

17 Laurent Joubert, « La santé du prince », Erreurs populaires au fait de la médecine et régime de santé, Bordeaux, 1579.

18 Madeleine Foisil, Journal de Jean Héroard, médecin de Louis XIII, Paris, 1989.

19 Rodolphe LeMaistre, La santé du prince qu’il doibt observer, Paris, 1616.

20 Walter Harris, Traité des maladies aigues des enfants, Londres, 1689, p. 2. Le traité de Harris a été réédité jusqu’en 1750 et traduit en français en 1720 par le chirurgien Devaux.

21 Michael Underwood, Traité des maladies des enfans, Londres, 1784, p. 4.

22 Jean Charles Desessartz, Traité de l’éducation corporelle des enfants en bas-âge ou réflexions pratiques sur les moyens de procurer une meilleure constitution aux citoyens, Paris, 1760.

23 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique des enfants depuis leur naissance jusqu’à l’âge de puberté, Paris, 1762, p. 25.

24 Michael Underwood, Traité des maladies…, op. cit., p. 1.

25 Denis Diderot et Jean d’Alembert, Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751-1772, article « hygiène ».

26 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation médicinale des enfants et sur leurs maladies, Paris, veuve Cavelier et fils, 1754, p. 279.

27 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 108.

28 Ibidem, p. 110.

29 Voir Georges Vigarello, Le propre et le sale…, op. cit.

30 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation médicinale des enfants et sur leurs maladies, Paris, 1754, p. 402.

31 Georges Vigarello, Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Jean-Pierre Delarge, éditions universitaires, 1978, p. 94 et ss.

32 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 98.

33 Ibid., p. 115.

34 Michael Underwood, Traité des maladies…, op. cit., p. 461 et 464.

35 Jacques Ulmann, De la gymnastique aux sports modernes. Histoire des doctrines de l’éducation physique, Paris, PUF, 1982.

36 Clément-Joseph Tissot, Gymnastique médicinale et chirurgicale ou essai sur l’utilité du mouvement ou des différents exercices du corps dans la cure des maladies, Paris, 1780, p. 1. Déjà dans ses Colloques familiers (1518), Erasme, se référant à un traité de Galien sur le jeu de balles, parlait des balles et ballons grâce auxquels les enfants restent en bonne santé.

37 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation…, op. cit., p. 169 et 302.

38 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 134.

39 Johann Peter Frank, System einer vollstandigen medizinischen Polizei, Spire, 1779, p. 40.

40 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 113.

41 Ibid., p. 97-124.

42 Cité par François Lebrun, Marc Venard, Jean Quéniart, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, tome II, De Gutenberg aux Lumières (1480-1789), 1981, rééd. Tempus, Editions Perrin, 2003, p. 93.

43 Jaques Ballexserd, Dissertation sur l’éducation physique…, op. cit., p. 136.

44 Marie-France Morel montre qu’il y a une véritable géographie du corps malade : « Médecins et enfants malades dans la France du XVIIIe siècle », L’enfant malade et son corps, Lieux de l’enfance, n° 9-10, janv-juin 1987, p. 13-46.

45 Jacques Jouanna, Hippocrate, Paris, Fayard, 1992, p. 212.

46 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation…, op. cit., p. 263. Voir Marie-France Morel, « Médecins et enfants malades… », art. cit.

47 Voir les analogies avec la nature féminine : Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne, Paris, Belin, 2003, p. 22 et sq.

48 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation…, op. cit., p. 345.

49 Michael Underwood, Traité sur les maladies…, op. cit., p. 141.

50 N. Andry, De la génération des vers dans le corps humain, Paris, 1701.

51 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation…, op. cit., p. 57-62.

52 Joseph Raulin, De la conservation des enfants, ou les moyens de les fortifier, de les préserver et guérir des maladies depuis l’instant de leur naissance jusqu’à la puberté, Paris, 1768, p. 287.

53 J. Ulmann, Les débuts de la médecine infantile, Conférence au Palais de la Découverte, Paris, 1967.

54 Jacques Thibault, Les aventures du corps dans la pédagogie française, Paris, Vrin, 1977.

55 Michael Underwood, Traité sur les maladies…, op. cit., Londres, 1786, préface de Lefebvre de Villebrune, p. 3. Ce dernier fait allusion au traité de Nicolas Rosen von Rosenstein, Traité des maladies des enfants, ouvrage qui est le fruit d’une longue observation et appuyé sur les faits les plus authentiques, Paris, 1764.

56 Walter Harris, Traité des maladies aigues…, op. cit., p. 85.

57 Jean Astruc, Traité des maladies…, op. cit., p. 73.

58 Le Traité des maladies des enfants nouveau-nés publié en 1826 par Charles-Michel Billard est le premier traité spécifique consacré à la clinique des maladies infantiles.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search