Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre maladie et secours

Sensibilité à la condition de la petite enfance et préoccupations de santé publique à la fin de l’Ancien Régime

Patrick Fournier

Texte intégral

« Nous sommes parmi ceux qui sont choqués d’entendre parfois dire que la mort de l’enfant passe inaperçue dans la France de l’Ancien Régime. Le silence des textes ne prouve rien ».
Jean-Pierre Gutton, Histoire de l’adoption en France, Paris, Publisud, 1993, p. 39.

  • 1 André Armengaud, « L’attitude de la société à l’égard de l’enfant au XIXe siècle », Annale (...)

1La protection de l’enfance ne commence à préoccuper fortement l’État qu’au XIXe siècle. Il faut attendre la Troisième République pour que soit élaborée une législation spécifique avec les lois de 1874 et 1889 qui créèrent les conditions d’une surveillance des enfants placés en nourrice et de la lutte contre la maltraitance1. Mais c’était l’aboutissement d’une réflexion menée depuis plusieurs décennies. Dans cet effort pour comprendre la spécificité de l’enfance, les médecins tiennent un rôle essentiel qui peut se mesurer, dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, au nombre relativement élevé d’ouvrages, de parties d’ouvrages ou d’écrits de circonstance consacrés aux maladies des enfants. Quelle est la signification de cet intérêt croissant pour la santé des enfants ?

  • 2 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960.
  • 3 Edward Shorter, Naissance de la famille moderne (XVIIIe – XXe siècles), Paris, Seuil, 1977 (...)
  • 4 Selon Daniel Teysseire, « l’intérêt et l’indifférence à l’égard de l’enfant ne sont plus d (...)
  • 5 « Cette façon permanente de jumeler automatiquement enfance et amour, a contribué à ce que (...)

2Dans les années 1960 et 1970, le débat historiographique sur le sentiment de l’enfance s’est déroulé autour des thèses de Philippe Ariès2, parfois surinterprétées ou au contraire trop schématisées3. Puis est venu le temps d’une approche renouvelée et plus nuancée qui refusait de poser la question d’un point de vue seulement affectif4. Depuis la relecture sensible des archives judiciaires effectuée par Arlette Farge, les sentiments vis-à-vis des enfants sont à nouveau pris en considération car ils renseignent sur le regard qu’une société porte sur elle-même, mais la question de l’amour des parents pour leurs enfants ne focalise plus le débat5 : l’enfant est enfin pris comme sujet et cesse d’être l’objet d’une histoire du désir d’enfant. Cette même sensibilité à la fragilité et à la diversité des destins de l’enfance se retrouve dans l’Histoire de l’adoption en France de Jean-Pierre Gutton qui, tout en rappelant la précarité de la situation des enfants abandonnés et même de beaucoup de ceux qui sont adoptés, rompt avec un misérabilisme souvent de mise sur de tels sujets.

  • 6 Jean-Pierre Bardet, Jean-Noël Luc, Isabelle Robin-Romero, Catherine Rollet (dir.), Lorsque (...)
  • 7 Isabelle Robin-Romero, « L’enfant malade dans les écrits privés du XVIIIe siècle », Histoi (...)

3Une telle histoire de l’enfance est à vrai dire difficile à écrire car les sources permettant de l’aborder ne peuvent constituer un corpus facilement identifiable et définissable. Pour éviter les contresens, il faut tenir compte du « lieu » à partir duquel est énoncé le discours sur l’enfant : spécialistes de la santé, garants de l’ordre et de la prospérité publique et individus parlant de leur expérience ont des objectifs différents. Des recherches récentes montrent la diversité des approches possibles et l’ampleur des sources mobilisables6, dévoilant par exemple les traces des inquiétudes manifestées envers les enfants dans les écrits privés7. L’effort de relecture de la documentation traditionnelle accompagne donc la découverte de sources, ce qui renouvelle profondément notre connaissance de l’enfance.

  • 8 Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française. 2. De la Renaissance à 1789(...)
  • 9 Jacques Gélis, La sage-femme ou le médecin, op. cit., p. 85-107 et passim.

4Les résultats essentiels des nombreux travaux de démographie historique ont montré la très forte mortalité infantile et le destin tragique de fortes proportions d’enfants envoyés en nourrice, malgré d’inévitables particularités régionales et locales8. Le paradoxe souvent relevé réside dans l’accroissement du phénomène de la mise en nourrice dans la seconde moitié du XVIIIe siècle alors que les témoignages d’une attention plus soutenue à l’enfance se multiplient et que les spécialistes des maladies des enfants mettent en garde les parents contre les dangers d’un allaitement par une nourrice « mercenaire » ou au biberon, utilisant l’argument du renforcement des liens entre l’enfant et la mère pendant la période du nourrissage. Il faut cependant faire une distinction très forte entre les enfants abandonnés mis en nourrice par les établissements d’assistance, pour lesquels la mortalité avant sept ans est effroyable (des deux tiers à la quasi-totalité), et les enfants mis en nourrice par leurs parents dont la surmortalité par rapport aux autres enfants est réelle mais beaucoup moins marquée. Le second XVIIIe siècle est aussi le moment où, arguments populationnistes à l’appui, l’État et l’administration provinciale commencent à intervenir pour limiter la mortalité et se penchent sérieusement sur celle des nouveau-nés, réfléchissant aux moyens de mieux former les sages-femmes et de leur permettre de supplanter les matrones9.

  • 10 Marie-France Morel, « Ville et campagne dans le discours médical sur la petite enfance au (...)

5Certes, les prescriptions du pouvoir ou des médecins n’étaient guère appliquées et le poids des traditions ou de nouvelles formes d’organisation sociale contribuèrent au contraire à développer la mise en nourrice dans les villes, avec des répercussions importantes sur les zones rurales qui fournissaient des nourrices « sur lieu » (c’est-à-dire au domicile des parents), car celles-ci devaient souvent laisser à leur tour leurs enfants à d’autres nourrices. L’idée de la ville-mouroir que véhiculent les écrits de plusieurs philosophes et administrateurs des Lumières n’est donc pas totalement infondée : les institutions hospitalières urbaines accueillaient de nombreux enfants en partie originaires des campagnes, ce qui aggravait la mortalité infantile observable dans les villes, et les citadins avaient conscience de la très forte mortalité des enfants envoyés en nourrice dans les campagnes, même si tous les décès n’étaient pas correctement enregistrés. Ainsi les villes cumulaient-elles deux causes de surmortalité infantile que les conceptions médicales du temps poussaient à attribuer aux travers de la vie citadine : insalubrité et mauvais air des villes d’une part, mauvaise alimentation et abandon moral des enfants envoyés à la campagne10.

6Les réalités sont donc complexes et apparemment contradictoires parce qu’elles reposent sur des pratiques, des observations et des recommandations qui forment des strates multiples dont certaines seulement sont efficaces dans tel ou tel contexte. Plusieurs accès aux systèmes de représentation sont possibles. Il n’est pas question ici d’inventer de nouvelles sources mais seulement de s’interroger sur la nature et le statut des discours tenus par les médecins et les administrateurs d’hôpitaux : révèlent-t-ils une sensibilité nouvelle à la petite enfance alors que nombre de recommandations de la fin du XVIIIe siècle reprennent en fait celles, sans doute moins diffusées, de médecins du XVIe siècle ? Constituent-ils l’un des éléments d’une mutation sociale et politique plus globale ? Disons d’emblée, sans répondre par avance à ces questions, que nous croyons ces discours susceptibles d’une lecture aussi nuancée que les archives privées.

La construction du discours médical sur Ia petite enfance à Ia fin du XVIIIe siècle

  • 11 Voir l’article de Scarlett Beauvalet-Boutouyrie dans ce recueil et Jean-Noël Biraben, « Le (...)

7Les traités des maladies des enfants sont assez nombreux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ils font l’objet d’un autre article de ce volume11. L’influence de quelques pages de l’Emile de Jean-Jacques Rousseau, publié en 1762, a été souvent soulignée, notamment le plaidoyer du philosophe genevois pour l’allaitement maternel, même si celui-ci n’a fait que populariser des réflexions qui commençaient à se répandre. Jean-Charles Desessartz note dans la préface de la seconde édition de son ouvrage, parue en 1799, les emprunts que lui fit Rousseau :

  • 12 Jean-Charles Desessartz, Traité de l’éducation corporelle des enfans en bas-âge…, Paris, C (...)

« Le célèbre Piron, ayant eu connaissance du plan d’éducation que J.-J. Rousseau s’était tracé pour son Emile, et qui ne commençait qu’au moment où celui-ci sortait des mains de sa nourrice, exhorta le philosophe genevois à faire remonter ses conseils jusqu’à l’instant où l’enfant sort du sein maternel. Rousseau s’excusa sur ce que les soins qu’exigeait le nouveau-né regardaient plutôt les médecins et les accoucheurs que les philosophes, et sur ce qu’il ne s’en était jamais occupé. L’auteur de la Métromanie lui remit alors mon ouvrage qu’il venait de lire, lui promettant qu’il y trouverait tout ce qui est nécessaire pour compléter son plan. Le père d’Emile accepta le livre. J’ai su tous ces détails historiques par une lettre que Piron me fit écrire, en me demandant un nouvel exemplaire »12.

Invérifiable, cette anecdote est au moins vraisemblable.

  • 13 Daniel Teysseire, Pédiatrie des Lumières, op. cit.

8Rousseau pouvait puiser à d’autres sources médicales mais elles restaient encore peu nombreuses au début des années 1760. Les articles « Enfance (médecine) » et « Enfants (maladies des) » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, dont l’auteur est d’Aumont, professeur à la faculté de médecine de Valence, sont publiés dans le tome V paru en 1755 et se fondent principalement sur les idées de John Locke concernant l’éducation des jeunes enfants et sur les considérations médicales d’Hermann Boerhaave, Walter Harris et Friedrich Hoffmann13. D’Aumont plaide pour une médicalisation de l’enfance, ce qui est assez éloigné des objectifs de Rousseau qui cherche à redéfinir les relations entre les parents et les enfants. Par leur volonté de développer de véritables systèmes de soin adaptés à l’enfance, les médecins jouent en fait un rôle beaucoup plus important que Rousseau, même s’ils font davantage confiance à la diffusion de leurs idées par l’écrit et l’enseignement qu’à des institutions d’assistance et de soin qui ne sont encore réservées qu’aux catégories les plus défavorisées et qui sont incapables de répondre à des besoins massifs d’encadrement médical de la population. Les hôpitaux présentent surtout l’intérêt d’être des lieux d’observation et d’une expérimentation mal maîtrisée : à ce titre, ils peuvent servir une politique de santé publique.

  • 14 Jacques Gélis, La sage femme ou le médecin, op. cit., p. 111-129.
  • 15 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation médicinale des enfants et sur leurs maladies, Paris, (...)
  • 16 Sont cités notamment Ballexserd (œuvres de 1767 et 1775), Raulin (1768-1769), Gilibert (17 (...)

9Après 1760, l’intérêt pour la médecine des enfants se renforce et se structure, ce qui correspond, et ce n’est certainement pas un hasard, au moment où la monarchie commence à mener une politique populationniste et où les intendants soutiennent dans plusieurs provinces les cours d’accouchement de Madame du Coudray14. Après les travaux pionniers de Brouzet15 et Desessartz, la médecine des enfants donne lieu à une réflexion générale qui montre la circulation des idées et l’effort de comparaison tenté par certains médecins. Les ouvrages sur lesquels s’appuie Marie-France Morel dans son étude sur « ville et campagne dans le discours médical sur la petite enfance au XVIIIe siècle » datent majoritairement des années 1767 à 177516, témoignant du vif intérêt que suscite alors le sujet.

  • 17 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfants, Paris, Pierre-Guillaume Cavelie (...)
  • 18 Michael Underwood, Traité des maladies des enfans, auquel on a joint les observations prat (...)

10Les traductions montrent l’influence et le prestige de la médecine d’Europe septentrionale et, dans une moindre mesure, italienne. Celles que donne Jean-Baptiste Lefebvre de Villebrune révèlent aussi la manière dont travaille un médecin qui confronte sa propre expérience à celle de grands noms de la médecine européenne, n’hésitant pas à commenter, compléter et corriger les passages jugés les plus intéressants. Ces traductions sont en fait des œuvres largement enrichies qui témoignent d’une assimilation critique de la pensée d’autres auteurs. Paru en Suède en 1764, le Traité des maladies des enfants de Nils Rosen von Rosenstein est traduit et publié en français par Villebrune en 177817 alors qu’existent déjà des traductions anglaise, allemande et hollandaise. Considéré d’emblée comme un ouvrage important à travers l’Europe occidentale, ce traité présente cependant pour Villebrune certaines faiblesses qu’il indique dans l’« avertissement » d’une autre traduction publiée en 1786, celle du Traité des maladies des enfants du médecin anglais Michael Underwood18 : Rosenstein y est accusé de ne pas assez tenir compte de la spécificité des maladies des enfants, de les confondre avec celles des adultes et de ne pas distinguer suffisamment les différents âges de l’enfance.

  • 19 Walter Harris, Traité des maladies aiguës des enfants, Paris, Osmont, 1730.

11Villebrune se penche donc sur les évolutions de la pensée médicale concernant les enfants, en fait une approche critique et cherche à la vulgariser, contribuant ainsi au développement de cette politique de santé publique dont les médecins se considèrent comme les vecteurs. Comme d’Aumont dans l’Encyclopédie, il attache de l’importance à des traités plus anciens, notamment ceux de deux autres médecins anglais, Harris et Armstrong. Harris19 fut l’initiateur d’une tradition anglaise qui accordait beaucoup d’importance aux acides et préconisait, selon Villebrune, des doses de purgatifs beaucoup trop fortes, mais il mit les médecins sur une voie prometteuse. Dans les années qui précèdent la Révolution, Underwood et Armstrong semblent donc comme Rosenstein des références internationales très appréciées : le premier tire son expérience de ses fonctions de chirurgien à l’hôpital des femmes en couches de Londres et le second de sa direction de l’hôpital des enfants pauvres de la même ville. Trois chapitres pris à Armstrong sont ajoutés au traité d’Underwood lorsque celui-ci présente des lacunes ou des insuffisances aux yeux du traducteur : un chapitre sur la fièvre hectique, un autre sur les cas d’hydrocéphalie que plusieurs médecins considèrent désormais comme guérissable si les soins sont donnés à temps, et un troisième sur le froid nuisible au moment de la naissance.

12Le prestige de « l’ancienne médecine » reste grand : Villebrune utilise aussi dans ses commentaires Astruc, Boerhaave et Hoffmann. La réflexion du médecin se fonde en partie sur l’histoire : en l’absence de véritable méthode expérimentale, l’observation tient lieu d’expérience et la compréhension des maladies des enfants semble meilleure si elle s’appuie sur les remarques des auteurs anciens. Le muguet fait ainsi l’objet d’une réflexion exemplaire car destinée à montrer, en croisant les sources et les lieux d’observation, que la vie en collectivité des nouveau-nés est dangereuse :

  • 20 Michael Underwood, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. XVI.

« La maladie (le muguet) qu’on a observée depuis quelque tems à l’hôpital des enfans trouvés, et sur laquelle M. Auvity lut un mémoire à la séance de l’Académie de Chirurgie, le 27 avril 1786, n’est pas nouvelle ; quoique M. Underwood en fasse aussi mention comme telle, au chap. VII de son ouvrage. Je pourrois prouver qu’elle n’a pas été inconnue aux Médecins Grecs et Arabes, et à ceux du quatorzième siècle. MM. Heister, Baldini, Roseen (sic), Armstrong, Hamilton, Doublet (Mémoires de la Société royale de Médecine. Année 1779, p. 181), Colombier (Journal de Médecine. Mai 1785, p. 181), en ont aussi parlé ; et la Société royale de Médecine vient de proposer sur cette maladie un Prix de 1200 liv., dont 600 liv. sont dues à la bienfaisance de MM. Les Administrateurs de l’hôpital-général. On regarde cette maladie comme laiteuse ; cela peut être en partie : mais […] je tiens à l’explication que j’ai donnée. Toutes les fois qu’il y aura un grand nombre d’enfans nouvellement nés enfermés dans un même endroit, cette maladie deviendra très-funeste pour eux »20.

13Les notes du traducteur peuvent occuper plus de la moitié d’un chapitre comme dans celui consacré aux aphtes. Villebrune ajoute ses propres observations et rédige quatre chapitres personnels sur la petite vérole spontanée, les maux vénériens, la vermine de la tête et les bains des enfants. Il recommande par exemple de baigner les enfants en évitant les bains froids, trop souvent préconisés selon lui. Des notes viennent aussi de l’ouvrage de M. Hamilton, professeur à Edimbourg, sur l’art des accouchements et les maladies de l’enfance du premier âge, et de la dissertation suédoise de M. Bergius consacrée à la petite vérole spontanée et parue dans les mémoires de Stockholm en 1784.

14La tentative de synthèse des connaissances médicales réalisée par Lefebvre de Villebrune à partir de la traduction d’un auteur anglais constitue donc un effort significatif pour imposer définitivement la médecine des enfants comme une branche spécifique de la science médicale. Alors que la démarche de Rosenstein est peu structurée et se présente comme la publication d’articles séparés, l’ouvrage d’Underwood est beaucoup plus élaboré avec une première partie sur les maladies proprement dites, en commençant par celles qui concernent le nouveau-né, et une seconde, plus courte, consacrée à l’éducation et aux soins des enfants : l’effort de pédagogie est donc évident et le public visé, même s’il est constitué d’abord des médecins et chirurgiens, comprend aussi les élites sociales. Le médecin se sent investi d’une mission nouvelle de santé publique tournée vers la sauvegarde des nourrissons.

Sauver Ies nourrissons : une nouvelle exigence médicale

15Deux grands types de recommandation témoignent d’une réflexion générale qui pourrait théoriquement s’appliquer en milieu hospitalier : l’attention aux conditions de vie et d’accueil des petits enfants et une alimentation adaptée à leur constitution.

  • 21 Tschoudy, Mémoire sur la mendicité, 1773, Bibl. Mun. Metz, ms 1467, f° 38 v° – 41 v°, cité (...)

16L’aérisme, héritier d’une longue tradition, génère un premier ensemble de préceptes. Rosenstein explique par exemple que la nourrice doit avoir un bon régime, une chambre spacieuse, exempte de vents, claire, modérément chaude, d’une grande propreté car la mauvaise odeur entraîne la gale. Dans les hôpitaux, certains constats d’insalubrité sont alarmants : le manque d’aération, la puanteur et l’insalubrité des eaux sont dénoncés par des médecins21. L’aménagement des locaux est donc une condition essentielle de la survie des nourrissons. À Nevers, les administrateurs de l’hôpital constatent que les enfants qui reviennent en bonne santé de la campagne où ils avaient été mis en nourrice dépérissent souvent dans les locaux de l’hôtel-Dieu :

  • 22 Arch. dép. Nevers, hôtel-Dieu de Nevers, E 3, délibération du 29 avril 1781.

« l’air peu sein qu’ils respiroient a raison de la multitude des malades de tout genre que renferme la maison et que la position des bastiments ne permet pas de changer faisoient de presque tous ces enfans presque autant de victimes devoüées à la mort, au point que le bureau se seroit regardé comme très heureux s’il avoit pu sauver la dixieme partie de ces enfans »22.

  • 23 Le constat est le même qu’à Lyon : Jacqueline Roubert, « Les recteurs des hôpitaux lyonnai (...)

17Les enfants dont il s’agit sont ceux qui sont déjà sevrés et qui sont renvoyés à l’hôpital à un âge compris entre dix-huit mois et cinq ans. C’est pourquoi le bureau de l’hôtel-Dieu décide d’encourager les nourrices à les garder jusqu’à sept ans en offrant une gratification supplémentaire de six livres pour la période allant du dix-huitième au trentième mois de l’enfant, de neuf livres pour l’année suivante et de douze livres par an ensuite jusqu’à sept ans. Apparemment généreuse (le bureau invoque « l’humanité » que réclame la petite enfance), la mesure traduit surtout le désarroi d’une institution qui, comme beaucoup d’autres, se trouve endettée et en difficulté face aux charges croissantes de l’entretien des enfants : l’argument financier est clairement exposé. La mise en nourrice bien au-delà de l’âge du sevrage est le seul moyen d’entretenir les enfants, malgré les lourdes pertes que cela occasionne23. La gratification est accordée après certificat du curé de la paroisse où l’enfant est en nourrice, ce qui suppose un contrôle de l’état de l’enfant, mais l’application de la mesure n’a pas laissé de trace connue dans les archives.

  • 24 Marie-France Morel montre la permanence des conseils d’Ambroise Paré au XVIe siècle à Boud (...)

18La propreté et l’aération des locaux ne sont cependant plus considérées comme suffisantes : la netteté du corps et du linge est présentée comme tout aussi indispensable, par exemple pour éviter la gale. Le danger de certains produits est également dénoncé. Rosenstein recommande par exemple d’éviter de passer de l’onguent de blanc de plomb derrière les oreilles pour corriger leur humidité car cela touche fréquemment les yeux et les paupières de façon dangereuse. Les capacités de la nourrice sont également prises en compte. Le double portrait de la mauvaise et de la bonne nourrice est un lieu commun des ouvrages de médecine consacrés aux enfants. Il faut se garder toutefois de le négliger car si ces livres avaient une influence au-delà du cercle des médecins, c’était sans doute par des recommandations sur les comportements à adopter. Plusieurs médecins du XVIe au XIXe siècles conseillent de choisir les nourrices entre 25 et 35 ans mais Rosenstein est favorable aux nourrices plus jeunes, entre 20 et 30 ans24. Tous les médecins s’accordent en revanche pour insister sur la nécessité de choisir une nourrice saine au physique comme au moral : toujours selon Rosenstein, elle ne doit pas être atteinte de maladie comme le scorbut, la phtisie, la pierre ou un « virus caché » que révèleraient des éruptions cutanées, des glandes endurcies ou une dépravation des humeurs ; elle doit en outre être tranquille, douce, modérée, gaie et vertueuse afin de ne pas transmettre de passions mauvaises à l’enfant.

  • 25 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 11.

« Une nourrice doit savoir modérer ses mouvemens colères (sic) : car si elle donne le sein après quelque emportement, l’enfant s’en ressent aussitôt ; il a des mouvements convulsifs ou d’autres affections dangereuses qui souvent lui coûtent la vie »25.

19Le rapport établi entre le caractère de la nourrice et celui que l’enfant acquiert progressivement montre l’importance accordée au lien affectif dans la relation entre adultes et petits enfants. Cependant, les mises en garde ne peuvent fonder une politique de santé publique car les parents des classes populaires n’ont souvent pas le choix et les hôpitaux n’ont pas les moyens de faire appliquer des préceptes qui sont d’abord destinés aux familles aisées.

  • 26 Marie-France Morel, « Théories et pratiques de l’allaitement en France au XVIIIe siècle », (...)
  • 27 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 2.

20Le second grand ensemble de conseils concerne l’alimentation des nourrissons. La question des modes d’allaitement aux XVIIIe et XIXe siècles a déjà fait l’objet d’études26 qui mettent en évidence les principales recommandations en faveur de l’allaitement maternel et, lorsque celui-ci n’est pas possible, pour le choix d’une bonne nourrice ou, dans des cas encore plus exceptionnels, pour nourrir correctement l’enfant avec du lait d’animal. Le lait maternel est considéré désormais par la majorité des médecins comme une nourriture naturelle et adaptée au nouveau-né, ce qui n’avait pas toujours été le cas dans les siècles antérieurs où une application stricte des principes hippocratiques pouvait conduire à retarder de quelques semaines le début de l’allaitement par la mère, le colostrum étant considéré comme dangereux et le résultat d’une altération des humeurs du corps suite à l’accouchement. Le rôle du colostrum dans l’évacuation du méconium est correctement analysé. Ces principes de l’adaptation du lait maternel à l’âge de l’enfant, avec modification de sa composition pour répondre à des besoins physiologiques précis, conduisent à conseiller de donner aux nouveau-nés un lait jeune lorsqu’ils doivent être mis en nourrice. Mais ils peuvent aussi renforcer l’idée de la transmission des caractères de la nourrice à l’enfant qui fait l’objet de débats entre médecins. Selon Nils Rosen von Rosenstein, « il est constant que l’enfant prend avec le lait le caractère de sa nourrice et ses inclinations ». Mais le traducteur Lefebvre de Villebrune marque ici son scepticisme dans une note : « Van Swieten mérite d’être comparé avec notre auteur qu’il contredit. Voy. Edit. Paris, t. 4, p. 593 »27. La transmission des maladies vénériennes de la mère à l’enfant et de l’enfant à la nourrice puis à toute sa famille est en revanche comprise et dénoncée : c’est un argument de santé publique qui milite, sans résultat important, pour limiter la mise en nourrice.

  • 28 Charles Auguste Vandermonde, Essai sur la manière de perfectionner l’espèce humaine, Paris (...)
  • 29 Filippo Baldini, Manière d’allaiter les enfans à la main, au défaut des nourrices, Paris, (...)

21À l’inverse, certains médecins comme N. Brouzet et Charles Auguste Vandermonde28 considèrent que la nature est perfectible et que l’alimentation par du lait animal ou, pour le second, par des bouillies, est souvent plus adaptée. Ces considérations semblent rapidement dépassées mais la recherche d’alternatives au lait maternel reste importante à la fin du XVIIIe siècle et au siècle suivant pour des raisons essentiellement sociales29 : dans les élites, l’allaitement maternel est souvent jugé indigne et dangereux pour les femmes ; dans les couches populaires, le travail féminin oblige à chercher d’autres modes de nourrissage. Malgré les conseils des médecins, la mise en nourrice est importante et c’est la nécessité qui explique l’utilisation de lait animal ou de bouillies : lorsqu’une nourrice n’a plus assez de lait ou lorsqu’elle nourrit plusieurs enfants à la fois (par exemple le sien et celui dont elle s’est chargée), elle doit utiliser un autre mode d’alimentation qui est souvent fatal. Les hôpitaux qui tentent ce type d’expérience de façon systématique (utilisation du lait de chèvre ou de vache) constatent presque toujours la très forte mortalité des nourrissons. Comme les informations circulent davantage dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et que ces expériences sont plus nombreuses, il n’est pas étonnant qu’après 1760, il ne se trouve plus guère de médecin pour préférer le lait animal ou les bouillies à l’allaitement par la mère ou par une bonne nourrice.

  • 30 Philippe Petit-Radel, docteur-régent de la faculté de médecine de Paris et ancien chirurgi (...)
  • 31 Ibid., p. 69-70.

22Le lait fait l’objet de réflexions médicales sur sa composition et son utilité. Philippe Petit-Radel en fait un remède utile dans de nombreuses maladies et s’attache à en montrer les propriétés30. Il le considère comme un remède par son « analogie avec nos humeurs » et s’inspire de plusieurs auteurs, notamment de Frédéric Hoffman et de plusieurs dissertations de faculté. Si ses recommandations sur les différents types d’allaitement sont sans originalité par rapport aux autres auteurs de son temps, il développe en revanche une argumentation plus spécifique pour montrer quel lait peut être mauvais pour la santé de l’enfant. Selon lui, la maladie peut survenir quand le système alimentaire de l’enfant manque d’énergie, quand le lait abonde en molécules épaisses et grossières, quand l’un de ses principes l’emporte sur les autres ou quand la quantité qu’on en donne au nourrisson surpasse la force des autres organes. Il rappelle que Van Helmont, maître des paradoxes, considérait le lait comme le plus mauvais des aliments pour les enfants. Des coagulations caséeuses ou l’acrimonie rance et acide du lait peuvent irriter les réseaux nerveux de l’estomac et des intestins, affectant toute la « machine du corps » et provoquant des convulsions. L’absorption des principes du lait en est rendue difficile et l’acide du lait, « confondu avec les humeurs », dissout la terre crétacée et retarde ou empêche l’ossification : « on voit alors l’épine se déformer, les extrémités spongieuses des os longs se gonfler, les chairs devenir molles et refuser de soutenir un édifice dont la charpente n’offre elle-même aucune résistance »31. Le meilleur remède est alors d’évacuer par les premières voies et de prescrire ensuite de l’infusion d’une pincée de fleurs de jacée ou de pensée. Quand les principes nutritifs du lait ne sont pas assez abondants, le marasme ou la consomption se produit : l’enfant se dessèche, son ventre est mou, ses joues et ses yeux sont caves et la fièvre le consume.

23Ces considérations paraissent aujourd’hui obscures mais elles aident à comprendre la nature des conseils qui étaient donnés par les médecins : les expériences tentées avec des nourrissons se fondaient sur la recherche d’un lait adapté au corps de l’enfant, donc sur une prise en compte de l’individualité de chaque enfant fondée sur les critères d’une médecine à la fois humorale et mécaniste. Dans ces conditions, il était facile de condamner l’impéritie de nourrices qui n’avaient pas accès au suivi par un médecin et qui ne s’en souciaient pas, soit l’immense majorité d’entre elles.

24Le lait de chèvre ou de vache donné à la cuillère ou au biberon, voire directement au pis de la bête, est une alternative que les médecins ne peuvent exclure et que les hôpitaux sont forcés d’utiliser au moins provisoirement. Rosenstein conseille de couper le lait animal avec un peu d’eau et de l’adoucir avec un peu de sucre. Villebrune s’interroge sur le rôle des biberons dans les affections qui touchent les enfants. L’expérience montrait qu’un tel mode d’allaitement était souvent fatal à l’enfant mais les raisons des échecs n’apparaissaient pas clairement comme l’indique cette note du traducteur :

  • 32 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 4-5.

« On a objecté contre l’usage du biberon que l’aliment devant y être très-délayé pour passer par les trous de la peau dont on le garnit, affoiblit l’estomac de l’enfant : ce qui est aisément suivi de diarrhées. Conséquemment on a préféré un vaisseau de figure oblongue dans lequel on jette l’aliment à la dose de trois ou quatre cuillerées ordinaires, chaque fois que l’enfant doit prendre quelque chose. On préférera un vaisseau de terre ou de fayence, que l’on aura soin de tenir propre »32.

  • 33 Antoinette Chamoux, « L’allaitement artificiel », Annales de démographie historique, 1973, (...)
  • 34 Philippe Petit-Radel, Essai sur le lait…, op. cit., p. 63.

25La distinction entre « vaisseau » et biberon témoigne des efforts pour trouver un instrument adapté alors que son usage est sans doute relativement fréquent, notamment au moment du sevrage qui est préparé par une alimentation partielle au lait clarifié, puis au lait cru atténué avec de l’eau de riz et d’orge perlée33. Le lait peut être épaissi en le mêlant avec une décoction de gruau d’avoine passé au tamis et un peu de miel purifié. Lorsque la nourrice doit interrompre l’allaitement, Lefebvre de Villebrune conseille comme Rosenstein de nourrir l’enfant avec du petit lait clarifié dont on fait le départ avec des œufs, mais il ajoute qu’après deux jours, il faut une nourriture plus substantielle : il a expérimenté avec succès sur un enfant un régime composé pendant deux mois de lait avec du sucre fin, des amandes douces pelées écrasées et de l’eau bouillie. Petit-Radel propose une composition un peu différente. Il préconise de réduire en poudre fine du pain desséché au four : « on en délaye une certaine quantité dans du lait coupé avec l’eau d’orge, suffisamment pour en faire une crème légère semblable à celle du riz. On fait prendre à l’enfant cette crème quatre ou cinq fois par jour en petite quantité avec une cuillère »34. En revanche, la plupart des auteurs déconseillent la bouillie de farine, trop visqueuse et glaireuse, accusée de produire des obstructions, des aigreurs et l’endurcissement de l’estomac, et de provoquer ainsi la mort de nombreux enfants. Villebrune se réfère par exemple à Moriceau et Zimmermann.

Discours médical et réalité des comportements

  • 35 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 14 ; Jean-Baptiste (...)
  • 36 Jean Huxham, Essai sur les différentes espèces de fièvres avec plusieurs autres traités, P (...)

26Il faut se garder d’imaginer que ces conseils médicaux étaient largement suivis et formaient une norme qui aurait été transgressée seulement par les mauvaises nourrices. Tous les auteurs les présentent comme un idéal qui perturbe les traditions. Les pratiques comme une alimentation trop abondante et trop variée dès les premières semaines de l’enfant ou comme l’emmaillotement serré du nourrisson étaient fréquentes et justifient un combat permanent des médecins pour changer les habitudes35. Les ouvrages les plus utilisés par les historiens, parce qu’ils constituent des ensembles cohérents et complets témoignant d’un effort systématique de penser la médecine des enfants, ne sont pas les seuls à diffuser des conseils. Il existe aussi des textes beaucoup plus courts qui, sans entrer dans les détails du vocabulaire technique de la médecine, tentent de mettre à la portée des élites des recommandations pratiques tirées d’une longue expérience. C’est le cas de l’article « Maladie des enfans » du Dictionnaire portatif de santé publié par Vandermonde en 1759 et dont le succès est tel qu’il connaît déjà sa troisième édition en 1761. C’est le cas aussi de l’Essai sur la manière de nourrir et d’élever les enfants publié en 1768 à la suite de la traduction de l’Essai sur les […] fièvres du médecin anglais Jean Huxham, donc antérieurement aux traductions de Rosenstein et Underwood36. Ce besoin de vulgarisation confirme que les années 1760 constituent un tournant dans le domaine de la médecine des enfants qui devient une branche à part entière du savoir médical non seulement pour les savants, mais aussi pour un public plus large. Le ton employé est celui de médecins sûrs de leur supériorité sur les pratiques populaires et féminines :

  • 37 M. L*** et M. de B***, Dictionnaire portatif de santé, Paris, Vincent, 1761, p. 281 (ouvra (...)
  • 38 Essai sur la manière de nourrir et d’élever les enfants…, op. cit., p. 518.

« La première maladie à laquelle sont sujets les enfans dépend de la nourriture qu’ils prennent et de la négligence et de l’ignorance des nourrices auxquelles ils sont confiés »37 ;
« C’est à tort qu’on a confié ce soin aux femmes [celui d’élever les enfants], et quoiqu’elles le regardent comme leur apanage, je suis très convaincu qu’elles n’ont point assez de connoissance pour s’en acquitter comme il faut »38.

  • 39 Ibid., p. 521.

27Il est difficile de pousser le paradoxe plus loin que dans cette dernière affirmation qui peut être considérée comme une proclamation de la nécessaire prise en charge de l’intérêt public par les médecins. L’auteur s’indigne que l’on laisse mourir dans une indifférence quasi générale tant de très jeunes enfants alors que « la force d’un État consiste dans le nombre de ses habitans »39.

  • 40 Philippe Petit-Radel associe la définition du lait et l’amour maternel : le lait est « un (...)
  • 41 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 15.

28L’attention des médecins à la souffrance des petits enfants s’exprime différemment et de façon plus ou moins ouverte mais elle ne fait aucun doute. Ces hommes de l’art qui ont choisi de consacrer une partie de leur activité à ce sujet s’adressent d’abord à la sensibilité des parents et font de l’allaitement maternel le témoignage et parfois aussi une source essentielle de l’amour maternel et de l’union de la famille autour de l’enfant40. Une grande sensibilité se lit dans certaines notes de Lefebvre de Villebrune. Ainsi, lorsqu’il conseille de ne pas emmailloter les nourrissons, il ajoute : « En effet, si un adulte se trouvoit au lit dans la gêne où l’on y met les enfans, ne regarderoit-il pas cela comme un très-grand tourment ? Mais nous sommes sans pitié pour ces pauvres innocens »41. L’attention au développement de l’enfant montre qu’il est considéré comme un être sensible et doté d’une intelligence qui s’éveille rapidement :

  • 42 Philippe Petit-Radel, Essai sur le lait…, op. cit., p. 65.

« Les organes de ses sens se développent, son oreille est attentive aux doux sons de la voix maternelle, ses yeux commencent à considérer les objets qui l’entourent ; rien cependant ne les fixe encore. Les ris viennent folâtrer sur son visage, sa main commence à caresser celle à qui il a coûté tant de peine »42.

29La sensibilité du médecin permet donc de renforcer l’effort pédagogique que nous avions déjà relevé et qui vise à modifier des habitudes jugées paradoxalement dangereuses parce qu’elles découlent d’un amour irréfléchi. C’est le sens de la double mise en garde du médecin anonyme de l’Essai sur la manière de nourrir et d’élever les enfants et d’Underwood. La pédagogie doit passer par l’exemplarité du comportement des élites qui s’éloigneraient plus souvent de la nature que le peuple. L’auteur de l’Essai insiste sur la différence de comportement selon les catégories sociales. Underwood s’adresse directement aux élites sans faire de distinction aussi tranchée :

  • 43 Michael Underwood, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 1-3. Les notes sont de Vi (...)

« J’ai long-temps vu, avec peine, la manière peu convenable dont les maux des enfans sont traités par ceux même qui leur marquent le plus grande tendresse, et combien cet excès d’amitié s’opposoit à leur intention, vu les méprises dans lesquelles ils tomboient. L’affection très-louable de la plus (1) tendre mère devient ainsi, en nombre de circonstances, infiniment préjudiciable à son enfant, non-seulement dans le bas étage du peuple, ou dans les situations où il n’est pas possible de se procurer les ressources de la Médecine ; mais même dans la capitale, parmi les gens du plus haut (2) rang. On y nourrit continuellement les préjugés les plus nuisibles à la santé de ces petits individus.
(1) L’amour peu réfléchi des mères a fait mourir plus d’enfans que la négligence des nourrices, et les erreurs qu’on commet dans la manière de les élever dans les campagnes.
(2) C’est un reproche que fait aussi M. Baldini aux gens de cette classe »43.

30Cette sensibilité à la condition du nouveau-né est paradoxale car elle est à la fois proclamée et dénoncée pour ses excès qui conduisent à des attitudes dangereuses. En dernier ressort, c’est pourtant en elle qu’est placé l’espoir d’une modification profonde et générale des comportements. Il est impossible de savoir si elle est nouvelle car le silence relatif des textes dans les périodes antérieures ne prouve rien, comme l’affirme Jean-Pierre Gutton, mais il est certain que l’amour des parents devient un argument utilisé pour répondre aux nouvelles ambitions politiques et sociales de sauvegarde de la petite enfance, ce qui ne signifie pas que la tendresse exprimée n’est pas sincère.

  • 44 Françoise Hildesheimer, La terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, P (...)

31Les médecins sont cependant incapables de poser les termes du problème social autrement que d’un point de vue familial. Le père n’est pas oublié lorsque l’allaitement maternel est présenté comme un moyen de renforcer les liens de toute la famille autour de l’enfant. Mais la mortalité infantile résultait davantage d’une mauvaise alimentation, en quantité et en qualité, que d’une surabondance qui concernait surtout les catégories supérieures de la population. En outre, les propos des deux médecins anglais ont un caractère excessif par leur volonté de culpabiliser les mères pour les pousser à suivre des méthodes plus modernes. C’est à l’individu dans le cadre familial que s’adressent les médecins, et la société n’est considérée par eux que comme l’agrégat de familles qui doivent chacune modifier leur comportement. La réforme des politiques publiques n’est donc pas au cœur des réflexions alors que dans d’autres domaines, comme la lutte contre la peste, seule l’action des villes et de l’État a prouvé son efficacité44. La protection médicale de la petite enfance relève encore d’une autre logique : une politique systématique de santé publique semble impossible parce que la mort de l’enfant est vécue comme une affaire particulière dépendant du regard que chaque mère, chaque famille, porte sur cet enfant. Le discours médical de la fin du XVIIIe siècle responsabilise donc les parents mais ignore la statistique à une époque où elle est pourtant en train de naître. Les quelques notations sur le taux de mortalité infantile ne s’accompagnent d’aucune réflexion sérieuse sur les conditions de vie des nourrissons puisqu’elles servent seulement à mettre en évidence les différences entre les enfants mis en nourrice à l’extérieur du domicile des parents et les autres : les autres paramètres ne sont pas pris en considération. Malgré les apparences et les expériences tentées dans les hôpitaux, le discours médical n’est pas adapté aux enfants trouvés ou exposés. Il joue sur la conscience des individus mais ne remet jamais en cause le système social qui produit les conditions de la maladie. La condamnation presque unanime des nourrices mercenaires laisse place en réalité à une tolérance très grande pour un système qui ne semble pas pouvoir disparaître, même pour les enfants légitimes et non exposés.

  • 45 Antoinette Chamoux, « L’enfance abandonnée à Reims à la fin du XVIIIe siècle », Annales de (...)
  • 46 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « La mise en place des hôpitaux pour les enfants malades à (...)

32L’influence des ouvrages de médecine français et des traductions d’ouvrages étrangers est difficile à évaluer. Même si un public assez large est visé, la façon dont procède Villebrune suggère qu’il cherche d’abord à informer ses confrères pour leur livrer un bilan des connaissances et des interrogations de son temps. Des œuvres plus populaires existent, comme le célèbre Avis au peuple sur sa santé de Samuel Tissot (1761), qui comporte des pages sur les maladies des enfants, ou l’Avis aux mères qui veulent nourrir leurs enfans de Madame Le Rebours (1767), mais les médecins et les chirurgiens restent des intermédiaires indispensables. Quant à l’impact de ces livres sur les politiques publiques, elle semble ténue. Les efforts de la monarchie en faveur de la petite enfance sont très limités. Le soutien apporté dans les provinces à l’enseignement de Madame du Coudray auprès des sages-femmes ne se prolonge pas par une politique d’accompagnement des parents. L’accueil des enfants abandonnés et des enfants « placés » dans les institutions hospitalières résulte davantage d’un devoir moral et religieux de la société envers les catégories les plus fragiles de la population que d’une politique de santé publique. Les médecins qui interviennent dans ces lieux savent que la mortalité y est nettement supérieure à la moyenne. L’arrêt du conseil du Roi du 10 janvier 1779 qui réglemente l’accueil par les hôpitaux des enfants exposés et abandonnés embarrasse des établissements souvent endettés sans améliorer notablement le sort des enfants45. Malgré quelques expériences à la fin du XVIIIe siècle, c’est seulement en 1802 qu’est créé à Paris un Hôpital des Enfants malades46.

  • 47 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1975, collection (...)
  • 48 Pierre-François Aleil, « Enfants illégitimes et enfants abandonnés à Clermont dans la seco (...)

33Les initiatives privées et celles des administrations urbaines qui précèdent de peu la période révolutionnaire témoignent d’une prise de conscience du problème que pose l’absence de contrôle des nourrices mercenaires. Si des bureaux de placement existaient à Paris depuis la fin du Moyen Âge, les créations dans d’autres villes ne semblent dater que des années 1760 et 1770, lorsque déclarations royales et ordonnances de police émanant des administrations urbaines montrent une volonté de créer ou prendre en main des organismes en leur imposant des règles strictes. Il s’agit de garantir aux parents qui passent par ces bureaux des nourrices aux mœurs irréprochables et en bonne santé, contrôlées par des médecins et chirurgiens. De tels bureaux sont créés à Versailles en 1762, à Toulouse en 1770 et à Lyon en 1779, peut-être dans d’autres villes comme Dijon47. Exemplaires, ces créations témoignent des efforts de bienfaisance des élites locales. Elles répondent à une demande politique des autorités provinciales et de la monarchie qui agissent en renforçant la réglementation (arrêt du parlement de Toulouse en 1771, déclarations du roi concernant Versailles en 1761 et Paris en 1769, lettres patentes de 1780 pour Lyon). Mais l’efficacité de ces mesures est difficile à mesurer, la documentation sur le fonctionnement des bureaux étant rare ou inexistante. À Lyon fonctionne aussi entre 1785 et 1788 un institut de bienfaisance en faveur des « pauvres mères-nourrices » qui aide chaque année un peu plus d’une centaine de mères à allaiter. Les résultats sont bons mais insuffisants par rapport aux besoins de la ville. L’État est encore incapable de relayer les bonnes volontés autrement que par une réglementation redondante par rapport aux mesures de police locale. La notion de santé publique peut à l’inverse avoir des effets cruels pour les nouveau-nés : à Clermont-Ferrand par exemple, dans les années 1760, ceux qui sont atteints de la vérole sont rendus à leur mère lorsque celle-ci est connue et, dans tous les cas, ne sont pas donnés aux nourrices48. L’allaitement artificiel, aux conséquences souvent dramatiques, est alors la seule solution. Il s’agit de protéger les nourrices et leurs familles d’un mal contagieux. L’intérêt public passe dans ce cas avant celui de l’enfant souffrant.

Les hôpitaux en charge des petits enfants : l’exemple de l’hôtel-Dieu de Nevers

  • 49 A.D. Nièvre, hôtel-Dieu de Nevers, E 3, « Copie de la lettre écrite par l’administration à (...)
  • 50 A.D. Nièvre, hôtel-Dieu, G 1, délibération du 22 février 1750.
  • 51 A.D. Nièvre, hôtel-Dieu, E 3, délibération du 27 juillet 1788.
  • 52 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « La mise en place des hôpitaux pour enfants malades… », ar (...)

34Le discours tenu par les administrateurs d’hôpitaux confrontés à des enfants en grande souffrance est-il plus réaliste que celui des médecins ? Les actions menées peuvent-elles mettre au moins partiellement en application les prescriptions médicales ? L’exemple de l’hôtel-Dieu de Nevers dans la dernière décennie de l’Ancien Régime retiendra notre attention car il représente un cas ordinaire d’hôpital de ville moyenne confronté à la réforme de 1779 et bien documenté. Dans les années 1780, le bureau se débat dans des difficultés financières croissantes et en rend particulièrement responsable la lourde charge de l’accueil des petits enfants dont l’origine est oubliée, mais qui ne semble pas correspondre à la vocation de l’établissement49. Sans qu’il soit directement incriminé, l’arrêt du conseil du roi de 1779 aggrave sans doute les difficultés de l’établissement obligé de se charger désormais de tous les enfants exposés du duché. Mais les administrateurs préfèrent rendre responsable de cette situation une « charité, pieuse à la vérité et compatissante, mais peu éclairée dans un tems ou elle parût et étoit en effet très légère et presque insensible ». La charité n’est donc plus considérée comme une politique efficace. La politique en faveur de la petite enfance se limite à l’aménagement des locaux de l’hôtel-Dieu et à une meilleure tenue des registres. Dès 1750, le bureau constate que le mauvais enregistrement des enfants recueillis entraîne la disparition de certains d’entre eux et l’impossibilité de surveiller même partiellement le rôle des nourrices50. Les enregistrements sont pourtant encore peu nombreux au début des années 1750 et c’est seulement en 1758 qu’ils semblent être menés systématiquement. À partir de cette date, les enfants recueillis sont très jeunes : des nouveau-nés, des nourrissons et plus rarement des jeunes enfants jusqu’à cinq ans, alors que dans les années précédentes, des enfants et des adolescents de sept à dix-huit ans avaient été acceptés. L’hôtel-Dieu se spécialise donc dans la petite enfance, laissant les enfants plus âgés aux soins de l’hôpital général, mais la tenue de registres n’empêche pas les désordres. En 1788, une enquête interne montre que 206 enfants sont à la charge des institutions d’assistance de la ville, hôtel-Dieu et hôpital général, dont 48 vivent dans les locaux de ces établissements et 158 chez des nourrices. Mais le bureau de l’établissement ignore la situation de 52 autres enfants mentionnés dans les registres depuis 177451. Ces disparitions sont fréquentes dans les hôpitaux du XVIIIe siècle mais malgré les mesures prises, le problème reste grand à la fin de l’Ancien Régime52.

35Le bureau de l’hôtel-Dieu continue à se préoccuper surtout de problèmes financiers liés à des abus : seigneur justicier qui ne paie pas pour l’entretien d’un enfant trouvé dans sa justice, paiement de pensions pour des enfants légitimes qui auraient dû être rendus à leurs parents après le sevrage, maintien en nourrice d’enfants âgés de plus de sept ans qui devraient être désormais pris en charge par l’hôpital général et travailler pour rembourser les sommes engagées en leur faveur (49 enfants en nourrice ont atteint ou dépassé sept ans)… Les réformes envisagées visent à mettre fin à ces abus. Les mesures les plus emblématiques consistent à ne laisser les enfants en nourrice au-delà de sept ans que s’ils sont de sexe masculin et si les parents nourriciers acceptent de se contenter de gages modestes versés par les institutions d’assistance, à faire une enquête auprès des curés des paroisses pour tenter de retrouver les enfants dont le sort est inconnu et à mieux tenir les registres tout en chargeant chaque année des commissaires de les vérifier et de dresser un état des enfants à charge. L’existence de trois registres tenus respectivement par le bureau, les sœurs et le receveur de la maison entretient la confusion alors qu’elle pourrait devenir un moyen d’accroître les contrôles. Le curé de la paroisse de Saint-Laurent, membre du bureau indique

« que rien n’empêche que celui [le registre] des sœurs et celui du bureau soient tenus de la même manière, même format, mêmes divisions par collonnes, mêmes numéros ; qu’il ne craint pas de le proposer au bureau ; qu’il n’est pas tout à fait de même de celui de M. le receveur. La raison en est qu’il n’inscrit les enfans que lorsqu’on paye le mois de leurs nourrices, c’est-à-dire un, deux, trois, quatre mois plus tard que le bureau ne les inscrit lui même, et qu’en cas de mort avant le premier payement fait pour eux, il ne les inscrit jamais, mais que rien n’empêche que ce registre ne corresponde sur un point au moins aux deux autres, c’est-à-dire sur les numéros que le receveur sera tenu d’employer en les inscrivant, de manière que les mêmes numéros soient employés à côté du nom de chaque enfant sur les trois registres ».

36L’entretien des enfants dans les locaux de l’hôtel-Dieu nécessite des aménagements qui montrent que les administrateurs prennent leur mission au sérieux, mais rien n’indique un suivi médical rigoureux. Le 27 décembre 1780, le bureau décide la construction d’une salle avec le mobilier nécessaire pour l’apprentissage de la marche, « attendu le bien évident en résultant pour l’éducation phisique des enfants qui soufrent dans les salles actuelles ». Cependant, l’inventaire de l’hôtel-Dieu réalisé les 22 et 29 brumaire an II, en prévision du transfert de tous les enfants assistés à l’hôpital général, ne montre pas l’existence de pièce nettement spécialisée ni du mobilier spécifique qui était prévu. Il mentionne certes l’existence d’une salle et d’une chambre des petits enfants, ainsi que d’une salle et d’une chambre des grands enfants, plus trois pièces et un grenier contenant des affaires pour les enfants. Mais presque toutes ces pièces sont équipées de lits : la salle des petits enfants en compte quatre, la chambre des petits enfants cinq qualifiés de « grands », la salle des grands enfants et la chambre attenante quatre chacune. Deux autres lits se trouvent dans des cabinets, dont un sert à une religieuse.

37L’hôtel-Dieu dispose donc de dix-huit lits pour les enfants mais on ignore combien il en abrite alors. Aucun autre moyen de couchage n’est mentionné. La distinction entre grands et petits enfants n’est pas explicitée mais les ouvrages de médecine placent la limite entre ces deux catégories vers trois ans alors que ceux de plus de sept ans sont en principe logés à l’hôpital général. Les lits sont en fer, avec pour la plupart un matelas, parfois une paillasse et un lit de plume. Draps, couvertures et traversins sont également mentionnés. Ces derniers, disposés dans les lits, sont au nombre de quarante-cinq, ce qui pourrait correspondre à peu près au nombre d’enfants : entre deux et trois par lit, plutôt deux dans les pièces réservées aux grands enfants et trois dans celles des petits enfants. Les cinq « grands lits » de la chambre des petits enfants comptent ainsi seize traversins, ce qui suggère que plus les enfants sont jeunes, plus ils sont nombreux dans chaque lit.

38La répartition des autres meubles ne montre pas non plus de spécialisation très poussée des pièces : dans la salle des petits enfants se trouvent une armoire et un coffre avec beaucoup de linge tandis que leur chambre est meublée d’un petit buffet et d’un coffre et que le cabinet attenant contient un bas de buffet, une armoire, un bahut, une table et deux chaises. La salle des grands enfants n’est meublée, outre les lits, que de deux mauvais coffres, d’une table longue, de deux bancs et huit chaises. Dans la chambre attenante se trouvent un dressoir garni de pièces de faïence, une grande armoire avec beaucoup de linge, une grande cassette, un coffre appartenant à une religieuse, deux bancs et huit chaises. Salles et chambres disposent de foyers équipés permettant de les chauffer, à la différence des autres pièces mentionnées. Le cadre de vie des enfants de l’hôtel-Dieu est donc doté des éléments d’un confort ordinaire. On ne trouve pas d’infirmerie spécialisée. L’absence de détail concernant la faïence ne permet pas de savoir si l’hôtel-Dieu possédait des ustensiles spécifiques pour les petits enfants tels que les biberons ou vaisseaux conseillés par les médecins. Une délibération préparant le transfert des enfants à l’hôpital général mentionne que l’hôtel-Dieu élève une vache et quatre chèvres pour fournir du lait aux enfants.

39Cet exemple témoigne, comme beaucoup d’autres, de la faiblesse des moyens d’action des hôpitaux face aux problèmes spécifiques des enfants. Le discours des administrateurs de l’hôtel-Dieu ne surprend pas et confirme que les questions financières et matérielles étaient les préoccupations essentielles. Mais il montre aussi une sensibilité réelle au sort des enfants, renforcée par la volonté de mieux maîtriser leur destin et d’améliorer leurs conditions de vie, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’établissement. Il ne s’agit pas d’un discours médical mais pour les membres de l’élite urbaine en charge des enfants exposés et abandonnés, l’exigence de sauvegarde de la petite enfance impose aussi de concilier une attitude plus rigoureuse avec une sensibilité plus extériorisée.

  • 53 Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres en Europe (XVIe – XVIIIe siècles), Paris, PU (...)

40Les éléments rassemblés dans cette étude peuvent sembler disparates car ils confrontent des discours souvent présentés de manière séparée : celui sur les maladies des enfants, celui sur l’allaitement maternel, enfin celui sur les conditions d’accueil des enfants dans les hôpitaux. Historiens de la médecine, spécialistes de démographie historique et historiens de la société ont élaboré des méthodes et réalisé des enquêtes qui ont mis en évidence la souffrance de nombreux enfants mais sans que celle-ci soit, dans la plupart des cas, au centre de la réflexion. Faire entrer ces approches en résonance ne permet certes pas de changer complètement la perspective car, comme dans le cas des pauvres, « ce sont des muets qu’il faut faire revivre »53, mais cela autorise à tracer les contours d’une attention plus grande de l’ensemble de la société aux conditions de vie de la petite enfance.

41Les premières semaines et les premiers mois constituent la période sur laquelle les discours sont les plus engagés, témoignant d’une exigence sociale et morale dont nous ne saurions dire qu’elle est nouvelle mais qui est formulée de manière telle que la sauvegarde de la petite enfance devient une affaire collective essentielle. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la médecine insiste de plus en plus sur les maladies spécifiques de la petite enfance avec l’objectif explicite de sauver le plus possible d’enfants en bas âge, même si ce discours est davantage adapté aux élites qu’au reste de la population. La sensibilité à l’égard des enfants s’exprime désormais plus ouvertement en dehors du cadre familial tout en s’adressant prioritairement aux familles. Nous posons comme hypothèse que c’est justement la volonté de sauver plus d’enfants qui pousse à abandonner une pudeur traditionnelle dans l’expression des sentiments. Les parents qui montrent aussi plus ouvertement leur affection pourraient donc reproduire des formes d’expression présentes déjà dans les ouvrages de médecine : c’est une piste qui mériterait d’être explorée. L’influence de Rousseau ne passe pas seulement par l’Emile : l’expression littéraire de la sensibilité est un procédé qui cherche à toucher et à convaincre et n’est plus jugé incompatible avec l’usage de la raison. Il faut en tenir compte dans l’interprétation des mutations de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

42Les enfants sevrés ne sont pas encore l’objet d’une préoccupation de santé publique aussi forte que les nourrissons, si l’on excepte les vifs débats sur l’inoculation variolique, car la médecine des enfants semble encore impuissante à faire reculer de façon significative la mortalité et les souffrances des jeunes enfants entre un et cinq ans. Il en va un peu différemment dans les hôpitaux car la prise en charge peut durer de longues années pour les enfants exposés ou abandonnés qui ne sont pas repris par leurs parents, mais la politique des administrateurs d’hôtels-Dieu consiste à les placer le plus longtemps possible jusqu’à l’âge de leur transfert dans un hôpital général.

  • 54 André-Théodore Brochard, De la mortalité des nourrissons en France, spécialement dans l’ar (...)
  • 55 André-Théodore Brochard, De l’allaitement maternel, op. cit., p. 194.

43Le discours qui se structure dans la seconde moitié du XVIIIe siècle pose le problème de la sauvegarde de la petite enfance d’une manière qui perdure au moins jusqu’aux découvertes médicales de la fin du XIXe siècle permettant de lutter efficacement contre la mortalité infantile. Les travaux du docteur Brochard développent par exemple une argumentation qui synthétise à la fin du Second Empire les aspirations de l’État et du corps médical à une modification importante des comportements54 : ils incitent plus fermement et vigoureusement encore qu’au XVIIIe siècle les mères à allaiter en dramatisant le discours sur la mortalité des nourrissons et les conséquences de l’allaitement par des nourrices mercenaires. Là où ses devanciers trouvaient des excuses aux mères qui ne souhaitaient pas ou ne pouvaient pas allaiter, il démontre, en faisant appel à la fois à l’histoire, à la médecine, à la morale et aux statistiques, que la mise en nourrice est presque toujours une faute perpétrée contre les enfants et contre la société, sauf dans les cas de constitution trop faible ou de maladie grave de la mère. La santé de la mère est même souvent affectée par le refus d’allaiter. « La statistique et l’économie sociale démontrent, d’un autre côté, que l’allaitement mercenaire est une cause de mortalité excessive pour les enfants ; qu’il est une cause de démoralisation et de dépopulation pour la France »55. Les intérêts convergents de la mère, de l’enfant et de la société étaient donc réunis dans un texte au contenu médical à peine modernisé par rapport aux ouvrages parus depuis un siècle mais qui portait à un degré inégalé la pédagogie sociale déjà présente chez les médecins de la fin du XVIIIe siècle comme Desessartz ou Villebrune.

Notes

1 André Armengaud, « L’attitude de la société à l’égard de l’enfant au XIXe siècle », Annales de démographie historique, 1973, p. 303-312.

2 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960.

3 Edward Shorter, Naissance de la famille moderne (XVIIIe – XXe siècles), Paris, Seuil, 1977. Cet ouvrage important illustre particulièrement bien la vision pessimiste des relations entre parents et enfants à la fin de la période moderne.

4 Selon Daniel Teysseire, « l’intérêt et l’indifférence à l’égard de l’enfant ne sont plus des réalités spécifiques de telle ou telle période historique mais bien des données transhistoriques toujours présentes sur lesquelles joue l’historicité, accentuant l’une ou l’autre en fonction de conditions qui restent à analyser, mais dont on peut dire qu’elles relèvent de réalités culturelles ou sociales très difficiles à saisir », in Daniel Teysseire, Pédiatrie des Lumières. Maladies et soins des enfants dans l’Encyclopédie et le Dictionnaire de Trévoux, Paris, Vrin, 1982, p. 8 ; pour Jacques Gélis, « la modification du statut de l’enfant n’est en effet que le symptôme de modifications profondes qui ont affecté les sociétés européennes à la Renaissance », in Jacques Gélis, La sage-femme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988, p. 11. Jacques Gélis a présenté son interprétation de « la modification du statut de l’enfant », qu’il place essentiellement au XVIe siècle, dans « L’individualisation de l’enfant », in Philippe Ariès, Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée. 3. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1986, p. 311-329.

5 « Cette façon permanente de jumeler automatiquement enfance et amour, a contribué à ce que ne se posent point d’interrogations nouvelles permettant de découvrir des aspects différents de l’histoire des enfants », in Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 60. Voir le chapitre IV de cet ouvrage (« Entre parents et enfants », p. 55-88).

6 Jean-Pierre Bardet, Jean-Noël Luc, Isabelle Robin-Romero, Catherine Rollet (dir.), Lorsque l’enfant grandit entre dépendance et autonomie, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003.

7 Isabelle Robin-Romero, « L’enfant malade dans les écrits privés du XVIIIe siècle », Histoire, économie et société, 2003, n° 4, p. 469-486.

8 Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française. 2. De la Renaissance à 1789, Paris, PUF, 1988, p. 222-234.

9 Jacques Gélis, La sage-femme ou le médecin, op. cit., p. 85-107 et passim.

10 Marie-France Morel, « Ville et campagne dans le discours médical sur la petite enfance au XVIIIe siècle », Annales E. S. C., septembre-octobre 1977, p. 1007-1024.

11 Voir l’article de Scarlett Beauvalet-Boutouyrie dans ce recueil et Jean-Noël Biraben, « Le médecin et l’enfant au XVIIIe siècle. Aperçu sur la pédiatrie au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, 1973, p. 215-223.

12 Jean-Charles Desessartz, Traité de l’éducation corporelle des enfans en bas-âge…, Paris, Croublebois, an VII, 2ème éd., p. VIII (1ère éd. en 1760).

13 Daniel Teysseire, Pédiatrie des Lumières, op. cit.

14 Jacques Gélis, La sage femme ou le médecin, op. cit., p. 111-129.

15 Pierre Brouzet, Essai sur l’éducation médicinale des enfants et sur leurs maladies, Paris, veuve Cavelier et fils, 1754.

16 Sont cités notamment Ballexserd (œuvres de 1767 et 1775), Raulin (1768-1769), Gilibert (1770), Tissot (1771), Fourcroy de Guillerville (1774) et des traductions de Linné (1770) et White (1774). Quelques références sont plus tardives : Caillau (1797) et Frank (1799). Il n’était pas dans notre intention de reprendre l’étude de tous ces auteurs mais plutôt d’ajouter d’autres références caractéristiques surtout des années intermédiaires (1778 à 1786) et de montrer ce qu’apporte un premier bilan réflexif mené dans ces années-là par certains médecins à partir de leurs lectures et de leur expérience. Il nous a semblé aussi, sans pouvoir aller au bout de cette réflexion qui nécessiterait un travail très approfondi, qu’une étude systématique des différences entre les approches médicales, plus importantes qu’on pourrait le croire a priori, permettrait d’affiner considérablement la connaissance des attitudes vis-à-vis de l’enfance et leurs évolutions.

17 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfants, Paris, Pierre-Guillaume Cavelier, 1778, traduit du suédois par M. Le Febvre de Villebrune.

18 Michael Underwood, Traité des maladies des enfans, auquel on a joint les observations pratiques de M. Armstrong, D. M. premier médecin de l’hôpital des pauvres enfants de Londres, et celle de plusieurs autres médecins, Paris, Théophile Barrois le jeune, 1786, traduit de l’anglais. L’avertissement de Lefebvre de Villebrune occupe les pages I à XVI.

19 Walter Harris, Traité des maladies aiguës des enfants, Paris, Osmont, 1730.

20 Michael Underwood, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. XVI.

21 Tschoudy, Mémoire sur la mendicité, 1773, Bibl. Mun. Metz, ms 1467, f° 38 v° – 41 v°, cité par F. Y. LeMoigne dans Annales de démographie historique, 1973, p. 394-395.

22 Arch. dép. Nevers, hôtel-Dieu de Nevers, E 3, délibération du 29 avril 1781.

23 Le constat est le même qu’à Lyon : Jacqueline Roubert, « Les recteurs des hôpitaux lyonnais avaient-ils une politique de l’enfance ? », in Jean-Pierre Gutton (dir.), Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime, Lyon, PUL, 1999, p. 183- 195.

24 Marie-France Morel montre la permanence des conseils d’Ambroise Paré au XVIe siècle à Boudier au XIXe mais cette permanence n’exclut pas les variations : Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 3-4.

25 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 11.

26 Marie-France Morel, « Théories et pratiques de l’allaitement en France au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, 1976, p. 393-427 ; Antoinette Fauve-Chamoux, « La femme devant l’allaitement », Ibid., 1983, p. 7-22 ; Yvonne Knibiehler, « Allaitement », in Dominique Lecourt (dir.), Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, PUF, 2004, p. 29-34.

27 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 2.

28 Charles Auguste Vandermonde, Essai sur la manière de perfectionner l’espèce humaine, Paris, Vincent, 1756.

29 Filippo Baldini, Manière d’allaiter les enfans à la main, au défaut des nourrices, Paris, Buisson, 1786, traduit de l’italien par Lefebvre de Villebrune.

30 Philippe Petit-Radel, docteur-régent de la faculté de médecine de Paris et ancien chirurgien-major du roi dans les Indes orientales, Essai sur le lait, considéré médicinalement sous ses différens aspects ou histoire de ce qui a rapport à ce fluide chez les femmes, les enfans et les adultes, soit qu’on le regarde comme cause de maladie, comme aliment, ou comme médicament, Paris, chez l’auteur et chez Boudet, 1786.

31 Ibid., p. 69-70.

32 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 4-5.

33 Antoinette Chamoux, « L’allaitement artificiel », Annales de démographie historique, 1973, p. 410-418.

34 Philippe Petit-Radel, Essai sur le lait…, op. cit., p. 63.

35 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 14 ; Jean-Baptiste Lefebvre de Villebrune commente ainsi les conseils de Rosenstein pour ne pas trop serrer le maillot et ne pas le faire remonter jusqu’à l’estomac et à la poitrine : « Mais il seroit plus raisonnable de ne pas emmailloter les enfants » et il s’appuie sur Schultzenheim et Van Swieten. Underwood donne des conseils similaires, op. cit., p. 415.

36 Jean Huxham, Essai sur les différentes espèces de fièvres avec plusieurs autres traités, Paris, D’Houry, 1768. L’Essai sur la manière de nourrir et d’élever les enfants depuis leur naissance jusqu’à l’âge de trois ans (p. 518-556) est présenté de façon anonyme comme l’œuvre d’un médecin « adressé[e] en forme de lettre à un des directeurs de l’hôpital des enfants-trouvés, et publié[e] par ordre du comité général dudit hôpital ». Il est suivi d’une Dissertation sur les maladies des enfants par Richard Conyers (p. 557- 617). On retrouve sur le fond les lieux communs des ouvrages de médecine consacrés aux enfants à cette époque en Angleterre : ne pas surcharger les enfants d’habits, ne pas trop les nourrir, les changer régulièrement (« tous les jours » écrit cependant l’auteur qui est là en retrait par rapport à beaucoup d’autres médecins), préférer l’allaitement maternel à tout autre, faire évoluer lentement le mode d’alimentation… La philosophie de l’Essai consiste à laisser la nature suivre son cours et se trouve donc en accord avec celle de la majorité des médecins français qui publient sur ce sujet.

37 M. L*** et M. de B***, Dictionnaire portatif de santé, Paris, Vincent, 1761, p. 281 (ouvrage attribué à Charles Auguste Vandermonde).

38 Essai sur la manière de nourrir et d’élever les enfants…, op. cit., p. 518.

39 Ibid., p. 521.

40 Philippe Petit-Radel associe la définition du lait et l’amour maternel : le lait est « un fluide blanc, d’une saveur douce et légèrement sucrée, travaillée d’abord dans le système vasculaire de la mère, et subissant une élaboration nouvelle dans le labyrinthe glanduleux de deux organes que la Nature a disposé pour sa séparation […] Une telle considération, propre à satisfaire la curiosité […], dût particulièrement piquer celles des mères qui présentent continuellement aux organes qui séparent ce fluide, connu de tout temps sous le nom de Lait, les tendres gages de l’amour qui doivent l’en extraire pour le convertir en leur propre substance », Essai sur le lait…, op. cit., p. 1-2.

41 Nils Rosen de Rosenstein, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 15.

42 Philippe Petit-Radel, Essai sur le lait…, op. cit., p. 65.

43 Michael Underwood, Traité des maladies des enfans…, op. cit., p. 1-3. Les notes sont de Villebrune qui marque ainsi son accord avec l’auteur.

44 Françoise Hildesheimer, La terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Paris, Publisud, 1990.

45 Antoinette Chamoux, « L’enfance abandonnée à Reims à la fin du XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, 1973, p. 263-285.

46 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « La mise en place des hôpitaux pour les enfants malades à Paris (fin XVIIIe – début XIXe siècle) », Histoire, économie et société, n° 4, 2003, p. 487-498.

47 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1975, collection Champs, p. 77-84 ; Jean-Luc Laffont, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, Thèse de doctorat, Toulouse II, 1997, T. II, p. 1441- 1446.

48 Pierre-François Aleil, « Enfants illégitimes et enfants abandonnés à Clermont dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Cahiers d’histoire, 1976, n° 3, p. 307-333.

49 A.D. Nièvre, hôtel-Dieu de Nevers, E 3, « Copie de la lettre écrite par l’administration à Monseigneur le duc de Nivernois le 6 mars 1782 au sujet des enfans exposés dans le duché ».

50 A.D. Nièvre, hôtel-Dieu, G 1, délibération du 22 février 1750.

51 A.D. Nièvre, hôtel-Dieu, E 3, délibération du 27 juillet 1788.

52 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « La mise en place des hôpitaux pour enfants malades… », art. cit., p. 488-489.

53 Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres en Europe (XVIe – XVIIIe siècles), Paris, PUF, 1974, p. 5.

54 André-Théodore Brochard, De la mortalité des nourrissons en France, spécialement dans l’arrondissement de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), Paris, J.-B. Baillière, 1866 ; De l’industrie des nourrices dans la ville de Bordeaux, conseil aux jeunes mères, Bordeaux, Féret, 1867 ; De l’allaitement maternel étudié aux points de vue de la mère, de l’enfant et de la société, Paris, E. Maillet – J.-B. Baillière et fils, 1868. Le docteur Brochard a poursuivi infatigablement son combat en faveur de l’allaitement maternel au début de la Troisième République.

55 André-Théodore Brochard, De l’allaitement maternel, op. cit., p. 194.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search