Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre piété et contrainte

Trinité terrestre et trinité céleste : un thème iconographique du xviie siècle

Louis Châtellier

Texte intégral

  • 1 La Bible, Éd. Ed. Dhorme, Pléiade, TI, p. 527-528, Deutéronome, chapitre V, verset 8.
  • 2 François Boespflug, Dieu dans l’art. Sollicitudini Nostrae de Benoît XIV (1745) et l’affai (...)
  • 3 Jean-Baptiste Thiers, Traité de l’exposition du St. Sacrement de l’autel, Paris, 1673, p. (...)

1De tout temps, la représentation de la divinité a été soumise à des règles sévères. « Tu ne feras pas d’idole, aucune image de ce qui est dans les cieux en haut, ou de ce qui est sur la terre en bas » est-il dit dans le Deutéronome1. L’interdiction fut reprise encore par le concile de Trente, même si quelques tempéraments furent adoptés, en particulier dans le catéchisme du concile (1566), comme le remarque François Boespflug2. Tout restait cependant soumis à l’interprétation des évêques et des curés qui pouvait varier considérablement d’un diocèse à l’autre, d’une paroisse à l’autre. Le célèbre Jean-Baptiste Thiers, curé de Chamrond au diocèse de Chartres, connu pour ses opinions rigoristes, non seulement se montrait très sévère en ce qui concernait le décor intérieur des églises mais il publia, en 1673, un ouvrage pour montrer que « l’exposition fréquente du Saint Sacrement est contraire à l’esprit, à l’intention et aux règles de l’Église3 ».

2Pourtant, comment exposer le dogme de l’incarnation sans montrer l’Homme-Dieu dans ce qu’il a de commun avec toute l’humanité, sa fragilité d’enfant et sa dépendance à l’égard de ses parents et, plus particulièrement, de sa mère. Avant sa mort, sublime, sur la croix, il y avait son enfance, semblable à celle de tous les hommes. Les sculpteurs du Moyen Âge l’avaient bien compris. La Vierge en train de langer l’enfant Jésus du grand portail de la cathédrale de Reims en est une parfaite illustration. Pourtant, prise isolément, ne risquait-elle pas d’induire les fidèles en erreur en ramenant l’incarnation à une naissance ordinaire ?

L’enfant Jésus, sauveur du monde

III. 1 Le maître-autel de la chapelle Saint-Sébastien à Dambach-la-Ville (Bas-Rhin). Cliché Par Olves – Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/​w/​index.php?curid=1851782.

III. 1 Le maître-autel de la chapelle Saint-Sébastien à Dambach-la-Ville (Bas-Rhin). Cliché Par Olves – Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/​w/​index.php?curid=1851782.
  • 4 L’étude, sur le plan de l’histoire de l’art, est due à Hermann Brommer, « Philipp und Clem (...)

3On pourrait suivre ce thème tout au long de l’histoire de l’art chrétien. Je me contenterai, à partir d’un exemple alsacien, de montrer comment la représentation d’un événement bien connu de l’enfance du Christ peut servir d’illustration à l’enseignement de la doctrine chrétienne. Le groupe sculpté qui occupe le centre du retable de la chapelle de Saint-Sébastien, située dans le vignoble qui domine le village de Dambach-la-ville, non loin de Sélestat, représente une Sainte Famille4 (cf. illustration 1). Grâce au travail scrupuleux d’un érudit allemand, nous connaissons les artistes qui l’ont réalisé et, à peu de mois près, la date de sa construction (1693). Dans nos régions de l’Est de la France et des pays rhénans, la scène représentée ici est fréquente dans les églises. Dans la seule Lorraine, une enquête faite à ma demande par l’inventaire régional est parvenue à 80 représentations encore en place de ce que nous avons appelé la « Sainte famille en marche ».

4Mais, de quoi s’agit-il précisément ? De la fuite en Égypte, comme on le voit indiqué souvent, d’une façon bien rapide ? L’enfant Jésus était bien incapable de marcher, en cette époque de son existence, que ce soit pour l’aller ou pour le retour. L’étude attentive de la scène, que ce soit le geste de l’Enfant, les visages presque sévères du Père et de la Mère, tout oriente vers un autre récit de l’Évangile. Il s’agit de Luc II, 42-50, qu’on pourrait appeler « la fugue de l’enfant Jésus ». À l’issue de la Pâque, en effet, au lieu de s’en retourner à Nazareth avec ses parents, Jésus, âgé de sept ou huit ans, s’attarda dans le temple de Jérusalem et, écrit l’Evangéliste, enseigna les docteurs de la loi. Joseph et Marie qui étaient déjà en route furent obligés de revenir à Jérusalem, de le chercher partout, et quand ils le retrouvèrent lui demandèrent, sans doute avec humeur, des explications sur son comportement. Ce fut alors que Jésus répondit : « Ne savez-vous pas que je dois accomplir la mission de mon Père ? ».

5Le visage sérieux du Fils de Dieu qui n’a rien d’enfantin ici, son bras levé montrant le ciel évoquent parfaitement la scène. On suit la direction de la main et on atteint le groupe sculpté qui se trouve au-dessus de la Sainte Famille. On y voit les deux autres personnes de la Sainte Trinité, le Saint-Esprit sous la forme d’une colombe et, au milieu des nuages, Dieu le Père. Celui-ci est penché vers le bas et montre du geste le Fils. Il semble prononcer les paroles : « Voici Celui en qui j’ai mis toutes ma complaisance ». Grâce au geste du Père qui s’abaisse et à celui du Fils qui montre le ciel, la Trinité céleste se trouve reconstituée sans pour autant rompre la Trinité terrestre (Marie, Jésus, Joseph) avec laquelle elle s’articule pour former une croix.

6On constate, comme il arrive avec le baroque lorsqu’il est traité de main de maître, que le message va bien au-delà de la scène décrite. C’est l’essentiel du message chrétien qui se trouve ici représenté, non pas comme on le dit quelquefois, à l’intention des illettrés, mais au contraire à l’intention d’une population déjà bien instruite de sa religion et qui trouve dans ces images fortes matière à un approfondissement de sa foi. Cet enseignement par l’image, en effet, est à l’intention de fidèles qui savent distinguer l’essentiel de l’accessoire. Cet autel se trouve dans une chapelle qui, d’ancienneté, était lieu de pèlerinage à saint Sébastien, invoqué pour les maladies contagieuses. Les sculpteurs n’ont pas oublié le saint mais, ils l’ont placé au sommet de l’autel, à un endroit où il est presque impossible de le distinguer de l’arbre où il était attaché pour subir son supplice. Le mystère du Salut ne se confond pas avec la vie des Saints, fut-elle très édifiante.

7Et pourtant ce mystère est enraciné non pas dans une terre imaginaire, dans une histoire toute sainte et éthérée, mais dans une famille et dans une terre travaillée par les hommes. Fils de Marie et de Joseph, Jésus a derrière lui toute une généalogie, comme nous tous, et dont les derniers représentants, Anne et Joachim se trouvent assis au premier plan, sous Marie et Joseph. Il a été nourri des fruits de la terre, peut-être pas exactement ceux d’Alsace, mais ils sont là et attendent bénédiction pour prospérer et satisfaire aux besoins des hommes : grappes de raisins et épis de blé, entremêlés aux fleurs (de magnifiques tournesols). Cet autel d’une chapelle élevée au milieu des vignes est ainsi celui des rogations perpétuelles. « Seigneur, donnez-nous notre pain quotidien », c’est le langage des plantes qui entourent le retable.

Le Dieu caché

  • 5 Louis Châtellier, « Grignion de Montfort et le catholicisme français », La Vendée : après (...)

8La seconde moitié du XVIIe siècle fut, semble-t-il, le temps fort de la diffusion du thème de l’enfant Jésus sauveur du monde. Des sources apparaissent utiles à consulter. Outre les retables, l’iconographie des livres de piété est, à ce sujet, particulièrement riche. Les recueils de cantiques le sont aussi. Je pense plus particulièrement à un auteur que j’ai un peu étudié : Louis-Marie Grignion de Montfort5.

  • 6 Louis Châtellier, Tradition chrétienne et renouveau catholique…, op. cit., p. 387-411.
  • 7 François Boespflug, op. cit., p. 195.

9Dans ces différents exemples, cependant, une limite paraît s’imposer : celle de la fin du premier tiers du XVIIIe siècle. Or, ces années 1700-1730 ne furent nullement celles du début de la déchristianisation mais, au contraire, celles des grandes missions à travers l’Europe. Ce fut aussi le moment où l’enseignement dans les séminaires – qu’il s’agisse des Sulpiciens, des Jésuites, des Oratoriens ou des Lazaristes – devint considérablement plus volumineux et plus savant. La théologie morale prit aussi une place considérable dans la formation des futurs prêtres6.Cela avait ses conséquences en ce qui concernait l’instruction des fidèles. Bref, le temps du catéchisme rudimentaire était révolu. Il apparaissait même dangereux à certains avec ses images simples et familières qu’au demeurant on ne jugeait pas toujours très solides sur le plan théologique. En particulier, le thème des deux Trinités : l’une à dominante humaine (Jésus, Marie, Joseph) et l’autre purement divine (le Père, le Fils et le Saint-Esprit), paraissait susceptible de jeter le trouble dans les esprits. Aussi, le pape Benoît XIV dans Sollicitudini Nostrae (1745) jugea utile, une fois de plus, de rappeler que « La divinité comme telle n’était pas représentable7 ».

  • 8 Sur la question, Pierre Charpentrat, L’Art baroque, Paris, 1967 ; Victor-Lucien Tapié, Bar (...)

10Ainsi s’explique l’évolution du baroque, en particulier en Italie et en Europe centrale, au cours du XVIIIe siècle8. On a parlé d’un art théâtral, à propos du chef d’œuvre des frères Asam, à Rohr en Bavière (cf. illustration 2) . Je serais, bien au contraire, tenté de parler d’un art de théologien. C’est l’amour divin seul qui enlève la Vierge littéralement de la Terre et la porte vers le Ciel. Les trois personnes de la Trinité sont bien là mais n’ont pas besoin d’être vues. Seule importe leur œuvre, ce miracle de la Grâce représenté, en quelque sorte, en instantané (l’assomption). Ce bouleversement complet des lois de la nature, intangibles selon Newton, n’en révèle que mieux la puissance de Dieu. Les artistes ont su représenter ici avec puissance et légèreté ce miracle de la Grâce par excellence. Dieu n’a pas besoin d’être représenté. De toute façon, il ne pourrait pas l’être par un homme, aussi doué fut-il. Mais, les effets de sa puissance peuvent l’être, surtout lorsqu’il s’agit des effets de celle-là sur un être humain. À Rohr, nous nous trouvons quand même devant un cas limite, comparable à la Transverbération de sainte Thérèse par Le Bernin à Rome. Le visage et le corps de la Vierge sont tellement bouleversés par la vision céleste qu’ils en sont devenus, en quelque sorte le reflet. Non pas Dieu certes, mais son reflet. Tel est l’aboutissement d’un long cheminement qui visait à unir dans un même mouvement la présence de Dieu et l’exaltation de la Vierge.

III. 2 L’Assomption du maître-autel de l’église de Rohr (Bavière). Cliché de Monsieur Jean-Michel Lang, 1995, aimablement communiqué.

III. 2 L’Assomption du maître-autel de l’église de Rohr (Bavière). Cliché de Monsieur Jean-Michel Lang, 1995, aimablement communiqué.

11En dépit des règles sévères imposées par le concile de Trente, on peut se demander si les chrétiens, au temps de la réforme catholique, n’avaient pas besoin d’un modèle proche, celui de la famille terrestre pour se hisser vers l’Évangile et pratiquer la morale chrétienne. Il n’était pas inutile, non plus, d’offrir Jésus enfant comme exemple à ceux que l’on voulait convertir en priorité, les enfants, pour changer le monde comme le disait Ignace de Loyola. On retrouvait là la pédagogie et l’apostolat des ordres religieux nouveaux, ceux des jésuites en particulier. Ce travail accompli, l’enseignement tridentin pouvait être diffusé, dans toute sa pureté, sa rigueur, et sa parfaite orthodoxie. Mais, à force d’épurer, même avec génie, comme à Rohr, ne conduisait-on pas la doctrine à un certain appauvrissement ? La trinité terrestre, à la longue, ne sera plus représentée que par la Vierge et les seuls rayons de la Gloire céleste guideront les fidèles vers la divinité qui risque fort de devenir pure abstraction, au point d’être représentée par une simple figure géométrique : le triangle.

Notes

1 La Bible, Éd. Ed. Dhorme, Pléiade, TI, p. 527-528, Deutéronome, chapitre V, verset 8.

2 François Boespflug, Dieu dans l’art. Sollicitudini Nostrae de Benoît XIV (1745) et l’affaire Crescence de Kaufbeuren, Paris, Cerf, 1984, p. 195.

3 Jean-Baptiste Thiers, Traité de l’exposition du St. Sacrement de l’autel, Paris, 1673, p. 149-295.

4 L’étude, sur le plan de l’histoire de l’art, est due à Hermann Brommer, « Philipp und Clemens Winterhalder, die Bildhauer des Sebastiansaltars in Dambach im Elsass », Das Münster, juillet-août 1971, p. 234-239 ; des éléments pour l’aspect religieux, in Louis Châtellier, Tradition chrétienne et renouveau catholique dans l’ancien diocèse de Strasbourg, Presses de l’Université de Strasbourg, 1981, p. 134-137.

5 Louis Châtellier, « Grignion de Montfort et le catholicisme français », La Vendée : après la Terreur, la reconstruction, 1997, p. 427-436.

6 Louis Châtellier, Tradition chrétienne et renouveau catholique…, op. cit., p. 387-411.

7 François Boespflug, op. cit., p. 195.

8 Sur la question, Pierre Charpentrat, L’Art baroque, Paris, 1967 ; Victor-Lucien Tapié, Baroque et classicisme, 2e édition, Paris, Plon, 1972.

Table des illustrations

Titre III. 1 Le maître-autel de la chapelle Saint-Sébastien à Dambach-la-Ville (Bas-Rhin). Cliché Par Olves – Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/​w/​index.php?curid=1851782.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre III. 2 L’Assomption du maître-autel de l’église de Rohr (Bavière). Cliché de Monsieur Jean-Michel Lang, 1995, aimablement communiqué.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search