Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre piété et contrainte

Entre ciel et terre, les enfants de chœur des cathédrales au xviiie siècle

Georges Escoffier

Texte intégral

1Les images des processions de l’Ancien Régime mettent en scène, comme on le sait, les différents corps de la cité. Le chapitre de la cathédrale y apparaît généralement précédé de ses enfants de chœur, de même que, sur d’autres images, le prêtre portant le viatique aux malades. On peut dès lors s’interroger sur la position ostensible des enfants dans les cérémonies religieuses et donc sur leur place dans les manifestations du sacré. S’agissant d’enfants, cette situation centrale dans les cérémonies appelle la question de la formation à ces cérémonies et donc celle des objectifs des maîtrises.

2Les chapitres des cathédrales consacraient au XVIIIe siècle des sommes très importantes à l’entretien de leur maîtrise, généralement entre le cinquième et le quart de leurs ressources, parfois plus du tiers. Au-delà des significations symboliques, la présence d’un groupe souvent important d’enfants aux côtés des chanoines manifeste donc d’importants enjeux économiques et institutionnels.

  • 1 La formation des prêtres en milieu clos, par le petit et le grand séminaire est une innova (...)
  • 2 Si les petites maîtrises ont semble-t-il des ambitions modestes, comparables à celle des p (...)

3Dans une réflexion sur la place des enfants dans la société de l’Ancien Régime, la situation particulière des enfants de chœur est ainsi doublement intéressante. D’une part, elle est très éclairée, du fait de leur position dans une institution productrice d’archives, d’autre part, elle se situe au croisement de plusieurs modes d’intégration sociale. Ces jeunes gens sont à la fois des professionnels de la musique, et des servants ecclésiastiques, parfois de futurs prêtres formés en milieu clos1, mais aussi tout simplement des élèves menant des études générales souvent comparables à celles des collégiens2.

  • 3 On pense bien sûr aux vingt quatre vieillards qui, selon le livre de l’Apocalypse, entoure (...)

4Les enfants de chœur, que les chapitres employaient pour les seconder dans le chant de la louange divine, présentent donc à nos yeux une double figure. Ils sont à la fois dans l’ordre du symbolique3 et dans l’ordre matériel d’une institution domaniale très puissante en son temps. Et les objectifs de celle-ci s’inscrivent à la fois dans l’affirmation d’une religion d’État et dans la vision missionnaire de l’église post-tridentine. L’édification morale de l’enfance est donc un enjeu crucial de la cathédrale, comme institution centrale d’un diocèse.

  • 4 Et souvent dans la perspective militante d’une possible restauration des maîtrises dans le (...)

5Mais repérer le statut des enfants de chœur dans le fonctionnement des maîtrises et des cérémonies est assez difficile car les grilles d’analyse postérieures, élaborées souvent à partir d’une situation en apparence identique4, mais en fait fondamentalement bouleversée, n’aident pas à construire la complexité de leur rôle.

6Les contemporains transmettent aussi une représentation des enfants de chœur de nature à brouiller l’approche de la réalité. La symbolique angélique est en effet très couramment utilisée. Il est fréquent de trouver au XVIIIe siècle l’appellation « chœur des anges », ou « chœur angélique » pour désigner dans les partitions mêmes, mais aussi dans les commentaires musicaux, un passage écrit pour deux voix d’enfants et une haute contre, la voix aiguë des hommes. Les tessitures aiguës sont alors utilisées comme symbolisation du Ciel, de l’élévation vers la spiritualité.

7Dans un catholicisme où les images sont très importantes pour transmettre le message, la présence et l’attitude des enfants de chœur s’inscrit dans la même logique de communication :

  • 5 B.M. du Mans, MS A 372, cité par Bernard Girard, « Conflits, violences et transgressions d (...)

« Au reste, le rasement de leurs cheveux, leur habit rouge [...], leur enfance marquent respectivement le détachement de la terre, le feu de l’amour divin et l’innocence qu’il faut apporter au chant des louanges de Dieu, comme l’Aigle du chœur où ils chantent souvent montre qu’il faut s’élever au Ciel pour cette fonction qui est toute angélique.5 »

8Pour y voir un peu plus clair, il faut donc commencer par la fonction la plus immédiatement repérable : la musique. Mais celle-ci n’est pas pratiquée dans un cadre institutionnel moderne séparant clairement les différentes pratiques. Il s’agit d’une musique de cérémonie indissociable de la cérémonie qu’elle accompagne. L’apprentissage de la liturgie et des attitudes normées est donc enchâssé dans celui de la musique. Et en retour, l’apprentissage de la musique passe en grande partie par la pratique liturgique. Le jeune apprenti musicien est donc un membre de l’institution capitulaire et ses attitudes, ses capacités, sa dévotion sont autant de signes du rayonnement de la cathédrale dans la cité, qui est peut-être, le but ultime de l’entretien d’une maîtrise d’enfants de chœur.

La formation musicale

  • 6 Comme il n’existe pas encore de formation de compositeur séparée de la pratique, l’entreti (...)

9La formation musicale est essentielle car les impératifs cérémoniels du XVIIIe siècle demandent une polyphonie vocale de plus en plus élaborée et nécessitent même la présence renforcée des instruments au moment des grandes fêtes. Le moyen le moins coûteux et le plus sûr, en termes de disponibilité et de contrôle de la conformité aux besoins liturgiques locaux, est de former au sein de la maîtrise les musiciens nécessaires6. Et même si ces musiciens devenus adultes exercent d’autres métiers, ils pourront participer comme gagistes à l’embellissement des cérémonies.

10Ces maîtrises sont donc évidemment des centres d’apprentissage de la musique et de la liturgie. Mais, et c’est cette caractéristique qui les rend particulièrement intéressantes, elles n’appartiennent pas au modèle pédagogique de l’école, fondé sur le détour pédagogique. Au contraire, la maîtrise engage très vite l’enfant – on ne parle jamais d’élève dans une maîtrise – dans la pratique de son métier. Cette pratique est immédiatement complète, spécifique au rôle des enfants dans la liturgie et dans la musique, mais en aucun cas une pratique pédagogique fondée sur la réduction du réel.

11Leur formation est donc insérée dans la pratique liturgique quotidienne, le temps d’apprentissage séparé de la pratique étant très réduit du fait de l’encombrement de l’emploi du temps des enfants appelés à participer aux nombreux offices du jour et à recevoir dans l’intervalle l’enseignement de leurs maîtres de musique, de grammaire et d’instrument. Comme dans le monde artisanal, il est donc difficile de séparer l’apprentissage, ici musical et liturgique, de la pratique.

La voix et le chant sur le livre

12Les enfants de chœur sont avant tout des chanteurs. Ils participent au plain chant, en alternance avec l’officiant ou avec l’organiste. Le plain chant constitue l’ordinaire de la pratique au chœur, la psalmodie de la parole consacrée.

  • 7 On peut aussi lire dans cette pratique l’affirmation de la dépendance et de la complémenta (...)
  • 8 La pratique écrite de la polyphonie s’impose comme matière classique, c’est-à-dire à la fo (...)

13Il peut être écrit ou improvisé. Dans ce dernier cas, le maître doit enseigner l’art de chanter sur le livre, c’est-à-dire de broder, selon les lois de la consonance, un chant sur un cantus firmus tenu par l’un des chantres7. Cette pratique très ancienne est l’une des voies pédagogiques spécifiques aux maîtrises pour apprendre la composition. Elle demande plusieurs années d’exercice et son usage s’est progressivement perdu au cours du XVIIIe siècle, au profit de l’enseignement du contrepoint écrit qui constituera avec l’harmonie, elle aussi réduite à l’écriture, l’une des matières centrales du Conservatoire de Paris8.

14Il ne semble pas que la voix ait fait l’objet, comme en Italie de cours de technique. C’est sans doute en partie ce qui explique l’écart entre l’écriture mélodique du motet français et de son équivalent italien. Les enfants apprennent ici à chanter par imitation du maître et des musiciens du chœur, avec deux soucis : la clarté de l’élocution et la projection de la voix. Ils acquièrent ainsi par routine, comme les ménétriers, et comme tous les artisans, une aisance technique très remarquable.

La musique polyphonique et la copie

15Les jours de fête sont marqués par l’usage d’un style musical plus riche, qui fait appel à plus d’habileté, et souvent à de plus grands effectifs. La polyphonie, comme les luminaires, l’encens et les habits de fête participent à l’éclat des cérémonies.

16Les enfants de chœur chantent les dessus, à une ou deux voix, selon leur nombre et leur habileté. Ils peuvent aussi, lorsqu’ils ont mué, chanter dans le chœur d’adultes ou jouer d’un instrument si le chapitre a eu les moyens de payer des professeurs d’instrument. Il arrive aussi que le maître de musique, désireux de disposer d’un orchestre et en l’absence de moyens financiers supplémentaires enseigne lui-même l’instrument, au prix d’un surcroît d’activité.

17Car la fonction essentielle d’un bon maître, en dehors du soin des enfants de chœur, et de l’enseignement du chant, est la composition au service du chapitre. Il lui faut pour cela trouver des moyens d’expression à la hauteur des exigences de ses employeurs. Sur le modèle des chapelles royales, l’éclat des cérémonies est en effet renforcé par la nouveauté et la qualité d’une musique composée spécifiquement pour le chapitre.

18Dans ces institutions, le métier de compositeur de musique religieuse ne s’apprend pas de manière indépendante.

  • 9 La partie d’accompagnement, réalisée par un orgue ou un clavecin, est pratiquement toujour (...)

19Les enfants s’entraînent d’abord, comme nous l’avons vu, à l’improvisation du contrepoint vocal, ceux qui se destinent au métier de compositeur ou d’organiste étudient la réalisation de la basse continue9. Les grands enfants de chœur, fonction réservée aux deux dernières années d’études, font répéter les plus jeunes, apprenant ainsi à mener les répétitions et à vérifier les copies, et composent, sous l’autorité du maître de musique, leurs premiers motets et leur première messe. C’est avec ce bagage technique et matériel qu’ils partiront tenter leur chance comme maître de musique dans d’autres églises, faisant souvent entendre, dès leur prise de fonction, une œuvre personnelle.

20Cet apprentissage, en beaucoup de points comparable à celui des métiers artisanaux, est également marqué par la pratique régulière de la copie de partitions.

  • 10 Il faut distinguer la partition, regroupement de toutes les parties sur une même page, et (...)

21En effet, dès leur plus jeune âge, les enfants copient les parties séparées nécessaires au fonctionnement de la Musique du Chapitre. Cette tâche ingrate est formatrice car elle conduit l’enfant, sous la surveillance du maître, à lire des partitions complètes, et à en extraire, parfois en l’arrangeant, sa partie10.

  • 11 À Montpellier, par exemple, la rémunération des copistes se monte à 900 livres pour la sai (...)

22Elle représente aussi une très forte économie pour le chapitre, puisque dans les Académies de Concert, il arrive que les frais de copie représentent un montant presque équivalent aux gages d’un soliste11.

  • 12 Le temps de répétition est en outre consacré à corriger les fautes de copie.

23Les partitions religieuses diffusées par les éditeurs sont d’autre part coûteuses, plutôt destinées à des cabinets privés et à des bibliothèques de concert. Elles sont également mal adaptées aux besoins spécifiques des chapitres. Les cérémonies religieuses demandent au musicien des adaptations, comme, par exemple, les hymnes que le maître de musique écrit pour la liturgie locale des saints. Les effectifs disponibles varient selon les cathédrales et souvent selon l’importance de la fête et donc du budget affecté à celle-ci. Le maître adapte des partitions existantes ou en compose de nouvelles selon les besoins, souvent peu de temps avant la cérémonie. Cette musique est ensuite recopiée par les enfants de chœur afin d’établir le matériel d’exécution des différentes parties instrumentales et vocales. Il est très possible que le fait de copier sa partie séparée permette de faciliter l’apprentissage et surtout de développer la lecture silencieuse de la musique. Les délais de répétitions sont en effet souvent très courts, et montrent une forte capacité de déchiffrage12.

24Enfin, la possibilité de disposer d’un atelier de copie permet de participer à la circulation des partitions entre les maîtrises, les amateurs, et les concerts, par des échanges de copies.

25Cette tâche, apparemment secondaire, s’inscrit dans une logique d’apprentissage de type artisanal, qui fait écho à la fois au monde englobant – un métier ne s’y apprend pas à l’école – et au monde social des enfants de chœur, pour la plupart issus de la petite classe moyenne.

  • 13 Dans ce jeu de représentations, Philidor est suffisamment considéré comme musicien de méti (...)

26De ce point de vue encore, il est difficile de définir le statut des enfants de chœur dans une catégorie simple. Copistes professionnels au statut domestique, ils ne font jamais état de cette dimension de leur métier lorsqu’ils deviennent musiciens professionnels et il faut parfois lire en creux cette capacité, comme lorsque Rousseau, voulant montrer qu’il a acquis un statut de compositeur, confie à Philidor13 l’écriture des parties de remplissage du Devin de Village. Le mépris affiché de cette tâche, à ses yeux peu créatrice, fait écho à sa brève expérience de grand enfant de chœur à Annecy où il avait appris son métier de copiste/arrangeur.

L’enseignement général et Iiturgique

27La maîtrise des enfants de chœur est une institution dont les objectifs sont multiples.

28On pourra prendre comme exemple le chapitre de l’église abbatiale Saint Géraud d’Aurillac. Celui-ci décide de créer une maîtrise, en plein XVIIIe siècle, alors que la plupart des églises se targuent de l’ancienneté de la leur. Il dispose jusque-là de seulement trois enfants de chœur et de deux musiciens, ce qui le place à un rang de prestige très subalterne, mais l’Abbé avance d’autres arguments, pour convaincre ses confrères que la maîtrise est devenue nécessaire :

  • 14 A.D. Cantal, Délibérations capitulaires, 4 G 8, 10 novembre 1747. Cité dans : Georges Esco (...)

« (...) dans lequel chapitre, il a été représenté par led. seigneur Abbé que rien ne serait plus convenable que d’établir, suivant ce qui a été projeté depuis quelques temps, une maîtrise, afin que les enfants de chœur fussent élevés dans la piété et instruits dans le latin et la musique.14 »

29Il ne s’agit donc pas tellement d’un enjeu musical, l’effectif des enfants n’augmentant que d’une unité, mais plus sûrement de la manifestation d’une volonté éducative ostentatoire. La situation précédente, dans laquelle les enfants de chœur vivent chez leurs parents, et viennent à l’église comme des gagistes, n’est pas satisfaisante.

  • 15 Les instrumentistes permanents se limitent à un serpent et un violon, en plus de l’organis (...)

30À travers cet exemple de maîtrise de faible dimension, aux ambitions musicales très restreintes15, se dégage la logique profonde de ces institutions à la période post tridentine. L’apprentissage de la piété et du latin est en effet, au delà de l’apprentissage fonctionnel de la musique l’instrument d’une acculturation des classes moyennes et populaires des villes.

L’instruction à la piété

31Les enfants apprennent en premier lieu à accomplir leurs devoirs de catholiques dans le cadre d’une catéchèse de masse.

32Un peu partout, les dispositions des contrats de maîtres de musique, et les recommandations administrées en chapitre général, prévoient une surveillance constante des enfants, qu’il convient d’éduquer dans un cadre très strict. Un exemple représentatif peut-être trouvé au Puy au moment de l’engagement de Louis Grénon, en 1754

  • 16 A.D. Haute Loire, G 123, Délibérations capitulaires, contrat de Louis Grénon, 1er mai 1754

« (...) et nous Sr. Louis Grenon, en considération de tout ce que ci-dessus [les dispositions financières et économiques], promettons de nourrir les enfants de chœur en bon père de famille, les élever à la piété et bonnes mœurs, leur faire garder la modestie requise, leur faire apprendre les cérémonies qu’ils doivent observer dans le chœur (...)16. »

33Les enfants de chœur sont particulièrement surveillés, à la fois parce que leur nature enfantine les prédispose à ne pas respecter les règles et aussi parce qu’ils sont confiés par leur famille et échappent ainsi à la tutelle paternelle ce qui représente pour le chapitre une grande responsabilité et aussi un risque pour la réputation de l’institution.

34Le règlement de la petite collégiale de Beaujeu, qui tente de mettre sur pied une maîtrise avec peu de moyens, et qui doit donc recourir à l’externat, est remarquable par le détail des précautions prises :

  • 17 A.D. Rhône, 18 G 61, Règlement pour les enfants de chœur, à la collégiale de Beaujeu, (177 (...)

« (...) Défense expresse leur est faite de parler sans nécessité dans la sacristie, de rire, badiner, dormir ou courir dans le chœur. Ils ne paraîtront jamais pendant les offices qu’en surplis, ils s’y tiendront de manière décente, suivront la psalmodie et le chant et ne pourront sortir dans aucun cas sans la permission de M. le président du chœur ou de M. le chantre.17 »

35L’objectif est ici de faire entrer l’enfant-sauvage dans son rôle cérémoniel. Et même si les règlements ne sont souvent qu’un catalogue de manquements potentiels, un peu comme les manuels de confesseurs, ils reflètent clairement le souhait ecclésiastique d’un plus grand respect des convenances.

36Ces bases posées, le chapitre doit aussi s’assurer de l’encadrement spécifiquement religieux des enfants.

37À la cathédrale de Saint-Paul-de-Léon, les instructions sont, sur ce point, plus explicites. Le chapitre a rédigé un règlement qui sert de cadre aux contrats des maîtres de musique, cas assez rare hors de la Bretagne, et qui s’inscrit là encore dans une stratégie ecclésiastique globale de reconquête des esprits et des corps.

38Il est édifiant de citer les premiers articles de ce règlement, tous relatifs à l’éducation, l’enseignement musical étant relégué en onzième place

  • 18 A.D. Finistère, 6 G 75, Actes capitulaires, 22 août 1743.

« Règlement que doit observer celui qui remplit les places de maître de musique et de sous-économe de la psallette
Primo, il faut qu’il y ait dans la chambre du maître de musique et dans celle des enfants de chœur de l’eau bénite dans quelque vase propre, et quelques images dévotes auprès de chaque lit.
2do qu’il fasse faire soir et matin la prière publique à genoux telle qu’elle se trouve dans le catéchisme du diocèse.
3° qu’il instruise les enfants de leurs devoirs au chœur leur apprenne quand il faut se lever, s’asseoir, s’incliner, faire des génuflexions, ou saluer quelqu’un et de la modestie avec laquelle ils doivent se comporter au chœur.
4° Qu’on dise en commun le Benedicite avant le repas, et les prières après, tous les jours.
5° Qu’il les conduise à l’église avec modestie et les reconduise à la psallette de la même manière. (....)
28e Rien n’est si essentiel que d’instruire les enfants de leur religion, le maître de grammaire leur fera le catéchisme tous les samedis depuis une heure jusques à deux. (...)18 »

39Ce constant rappel de la nécessité de la modestie, humilité de l’attitude, renvoie directement aux décisions du Concile de Trente qui demandent aux évêques d’ordonner :

  • 19 Cité par Nicolas Delamare, Traité de la Police (...), Amsterdam, aux dépens de la Compagni (...)

« Que la messe ne soit point célébrée qu’auparavant ceux qui y assistent n’aient témoignés par leur modestie extérieure, qu’ils n’y sont pas moins présents d’esprit que de corps.19 »

40Il est bien évident que ces règlements sont plus du domaine du normatif que de la réalité quotidienne et les délibérations relatent régulièrement des « manquements » qui irritent le chapitre. Mais l’essentiel se trouve sans doute dans l’aspiration à la discipline, c’est-à-dire, comme dans le domaine militaire, dans la démonstration du prestige du corps par l’unité des gestes et des attitudes.

  • 20 Voir Nathalie Da Silva, « La maîtrise de la cathédrale de Clermont aux XVIIe et XVIIIe siè (...)

41À Clermont-Ferrand20 le chapitre demande aux enfants de se tenir « dans une même situation », c’est-à-dire de se lever, s’asseoir, s’incliner avec ensemble. Cette aspiration à un ordre visible, reflet de l’ordre d’un monde qui serait organisé par la volonté divine est clairement exprimée par le doyen du chapitre de Saint Malo lorsqu’il propose l’armée royale comme modèle :

  • 21 Cité par Marie-Claire Mussat, « L’Imbrication des maîtrises dans la vie de la cité », in B (...)

« Il en est peu de vous qui n’avait vu avec plaisir, et admiré dans les exercices militaires cette ponctualité de nos troupes, cette exactitude surprenante de leurs évolutions en devons-nous moins au service du Roy des rois.21 »

L’enseignement du latin

42Le maître de grammaire, très généralement un prêtre, ce qui n’est pas obligatoirement le cas des maîtres de musique, enseigne aux enfants, leur rôle dans la liturgie, mais aussi le latin et par là, la littérature classique.

43À la maîtrise du Puy, un autel est installé dans la chambre des enfants, afin que le maître puisse leur enseigner les cérémonies.

44On pourrait imaginer que l’apprentissage du latin est une sorte d’outil professionnel, permettant aux enfants de pratiquer plus facilement les cérémonies. Son rôle est sans doute plus large.

45Les enfants admis dans les maîtrises, généralement vers huit à dix ans, savent déjà lire et écrire. L’enseignement qu’ils reçoivent à la cathédrale est généralement de bonne qualité. Divisé en sections, il permet d’aborder le parcours classique des collèges : thèmes, version, études des grands auteurs de l’Antiquité et pratique quotidienne des textes qui donne une grande familiarité avec la langue. Il faut aussi rappeler que les chapitres disposent souvent d’une importante bibliothèque qu’ils ouvrent progressivement aux lecteurs de la ville. Les plus âgés des enfants de chœur y avaient probablement accès car on ne trouve pas de trace de bibliothèque dans les archives des maîtrises en dehors des achats de manuels et de dictionnaires.

46Ceci posé, il faut se demander quel est l’objectif poursuivi par l’institution.

47Il ne s’agit pas d’une préparation aux études religieuses, puisqu’une très faible minorité des enfants de chœur deviendra prêtre, en partie du fait de l’obstacle financier, les prêtres étant rarement issus des catégories sociales qui placent leurs enfants dans les maîtrises.

  • 22 À Clermont-Ferrand, par exemple, les délibérations capitulaires sont encore transcrites en (...)

48Cet enseignement fonctionne d’abord dans une logique d’intégration à l’institution cathédrale, dont le latin est la langue des célébrations, et dans certains cas, de plus en plus rares au XVIIIe siècle, d’administration22. Mais surtout, le latin est le véhicule du divin et il est naturel que les enfants de chœur le pratiquent.

49Pourtant, l’objectif culturel est plus large que le bon ordre des cérémonies.

  • 23 En témoigne, par exemple, cette délibération capitulaire : « (la somme de) 100 1 payée à M (...)

50On peut penser en effet, que cet enseignement, comme l’ensemble du dispositif éducatif des maîtrises, est tourné vers l’avenir et vers la cité, et non pas vers les besoins immédiats de la cathédrale23.

  • 24 La majorité des chapitres verse à l’issue du séjour à la maîtrise une somme variable, alla (...)

51Les enfants de chœur sont en majorité issus de la classe moyenne urbaine. Fils d’artisans et de marchands, ils entreront en apprentissage, parfois avec l’aide du chapitre24, et parviendront pour certains d’entre eux aux fonctions électives qui tissent le système politique urbain. Ces patrons de métiers, parfois membres du Conseil de ville, administrateurs de paroisses et surtout animateurs des confréries, auront reçu à la maîtrise l’enseignement de base nécessaire à garantir la clarté de leur esprit, leur moralité et leur dévotion.

52L’enseignement reçu par les enfants de chœur à la maîtrise est donc plus large qu’une lecture étroitement musicale peut en donner le sentiment.

53Pour mieux le comprendre, il faut le relier avec le développement des confréries dévotes qui encadrent étroitement la sociabilité des classes artisanales.

54Dans ces confréries, l’usage du plain chant, le respect des cérémonies, dans lesquelles les confrères remplissent des rôles proches de ceux des enfants de chœur, l’emploi d’instruments comme le serpent, enseignés à la maîtrise, donnent aux confréries l’aspect d’un prolongement du projet éducatif des maîtrises.

  • 25 Le règlement des Pénitents Blancs de Grenoble précise en son chapitre VIII :
    « Des (...)

55Il est en effet surprenant de constater que les confréries n’aient pas mis en place de système de formation à la liturgie et au chant. Les bréviaires imprimés, très largement diffusés, comme celui des Pénitents Blancs de Saint Laurent de Grenoble, permettent de mesurer l’importance du chant dans les offices des compagnies. Elle est fondamentale, chaque office est chanté en alternatim entre le célébrant et le chœur. Même si certaines compagnies engagent un ou deux musiciens de métier pour aider l’assemblée25, les confrères font apparemment preuve d’une grande maîtrise du chant d’église. Et cela dès leur entrée, la période probatoire au cours de laquelle ils doivent apprendre les chants de la liturgie est trop brève pour un corpus aussi énorme. On ne peut donc envisager qu’il n’y ait pas dans ces assemblées des musiciens ayant assimilé ce répertoire et les gestes qui l’accompagnent.

56La procédure d’admission des postulants à Grenoble permet de mesurer la nécessité d’une pratique musicale antérieure. La candidature est proclamée trois dimanche successifs à l’issue de la Messe ou de Vêpres, afin de vérifier qu’aucun confrère ne puisse la contester, puis ce sera la cérémonie d’admission.

  • 26 Bréviaire des Pénitents Blancs de Saint-Laurent-lès-Grenoble, Grenoble 1781.

« Dès la première [proclamation], le postulant ira voir le Maître des Novices, qui l’instruira des statuts de la compagnie, lui enseignera l’office qui se chante au Chœur, auquel il est tenu d’assister à la tribune, jusqu’à sa réception (...)26 »

57Le candidat dispose donc de trois semaines pour apprendre le chant des offices. C’est évidemment impossible pour un débutant, même s’il ne s’agit que d’un chant responsorial.

  • 27 Il y a tout un chantier à ouvrir sur le devenir des enfants de chœur des maîtrises (Cf Syl (...)

58Les choristes sont encore plus sollicités, et doivent maîtriser le plain chant, on peut donc supposer qu’ils ont reçu une formation dans une maîtrise, seul lieu d’enseignement de ce répertoire27.

59Au-delà de cette forte convergence avec les compagnies du Saint Sacrement, il faut donc situer l’enseignement des maîtrises dans le cadre plus large d’une église de mission, qui utilise les moyens visuels et musicaux, autant pour renforcer l’éclat de ses cérémonies que pour la force civilisatrice de la musique :

  • 28 Jean Lebeuf, Traité historique et pratique sur le chant ecclésiastique, Paris, J-B. Hériss (...)

« Quoique les enfants aiment assez naturellement à fréquenter les Églises ; ils cessent d’avoir cette inclination lorsqu’ils avancent en âge, à moins qu’ils n’aient appris à chanter. La connaissance du Plain chant les rendra donc de bons paroissiens, qui assisteront à l’Office Divin, et qui contribueront à le faire célébrer avec décence. Outre cela cette connaissance les mettra en état de s’exercer chez eux, et par conséquent de s’entretenir de choses utiles, et de s’abstenir de chansons profanes qui portent la corruption dans le cœur28. »

  • 29 La clôture de la maîtrise, dont les enfants ne sortent que pour les congés annuels, entre (...)

60Si l’enfant de chœur élevé dans une maîtrise n’est pas, loin s’en faut, forcément destiné à devenir musicien professionnel, il est assurément élevé pour devenir un bon chrétien, dans l’esprit de la Contre Réforme29, et l’accomplissement de ce rôle n’est il pas de chanter la louange divine au sein d’une pieuse et charitable confrérie ?

Notes

1 La formation des prêtres en milieu clos, par le petit et le grand séminaire est une innovation de l’Église post-révolutionnaire.

2 Si les petites maîtrises ont semble-t-il des ambitions modestes, comparables à celle des petites écoles, les grandes cathédrales proposent une excellente formation. Au Puy, par exemple, les enfants sortant des dix années de maîtrise entrent directement en classe de philosophie. L’intégration d’un fils à la maîtrise est donc un enjeu éducatif important pour les familles des classes moyennes.

3 On pense bien sûr aux vingt quatre vieillards qui, selon le livre de l’Apocalypse, entourent le trône divin en compagnie des anges musiciens.

4 Et souvent dans la perspective militante d’une possible restauration des maîtrises dans le cadre d’une résistance à la laïcisation de la société.

5 B.M. du Mans, MS A 372, cité par Bernard Girard, « Conflits, violences et transgressions dans trois psalettes de la France de l’Ouest aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Bernard Dompnier (dir.), Maîtrises et chapelles aux XVIIe et XVIIIe siècles, des institutions musicales au service de Dieu, Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2003, p. 83-96.

6 Comme il n’existe pas encore de formation de compositeur séparée de la pratique, l’entretien d’une maîtrise de bonne qualité est aussi un bon moyen de former des compositeurs qui pourront à leur tour produire la nouveauté dont se nourrit le prestige des cérémonies.

7 On peut aussi lire dans cette pratique l’affirmation de la dépendance et de la complémentarité de l’individuel et du collectif.

8 La pratique écrite de la polyphonie s’impose comme matière classique, c’est-à-dire à la fois scolaire et classifiante lorsque la pratique orale, vivante, entre en déclin, en même temps que le langage musical se transforme.

9 La partie d’accompagnement, réalisée par un orgue ou un clavecin, est pratiquement toujours écrite sous la forme de la seule ligne de basse, complétée éventuellement d’un chiffrage de l’harmonie que le musicien réalise au moment où il joue.

10 Il faut distinguer la partition, regroupement de toutes les parties sur une même page, et le matériel, constitué de l’ensemble des parties séparées. Le musicien exécute sa partie, vocale ou instrumentale, en suivant la musique sur sa partie séparée, posée sur le pupitre, une pour chacun, ou, au maximum, pour deux musiciens. On a conservé cet usage dans les orchestres et le terme de pupitre désigne encore à la fois l’objet et l’ensemble des instrumentistes jouant la même partie.

11 À Montpellier, par exemple, la rémunération des copistes se monte à 900 livres pour la saison de l772. A.D. Hérault, C 1112.

12 Le temps de répétition est en outre consacré à corriger les fautes de copie.

13 Dans ce jeu de représentations, Philidor est suffisamment considéré comme musicien de métier, ce que Rousseau tente d’obtenir, pour s’acquitter de cette tâche, comme d’un service amical, tout en menant une carrière ostensible de joueur d’échec dilettante, sans remettre en cause son statut.

14 A.D. Cantal, Délibérations capitulaires, 4 G 8, 10 novembre 1747. Cité dans : Georges Escoffier, « La maîtrise de la collégiale Saint Géraud d’Aurillac, une institution sans tradition », Revue de Musicologie, 1995, n° 2.

15 Les instrumentistes permanents se limitent à un serpent et un violon, en plus de l’organiste.

16 A.D. Haute Loire, G 123, Délibérations capitulaires, contrat de Louis Grénon, 1er mai 1754.

17 A.D. Rhône, 18 G 61, Règlement pour les enfants de chœur, à la collégiale de Beaujeu, (1778).

18 A.D. Finistère, 6 G 75, Actes capitulaires, 22 août 1743.

19 Cité par Nicolas Delamare, Traité de la Police (...), Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1729.

20 Voir Nathalie Da Silva, « La maîtrise de la cathédrale de Clermont aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Bernard Dompnier (dir.), Maîtrises et chapelles…, op. cit. p. 43-59

21 Cité par Marie-Claire Mussat, « L’Imbrication des maîtrises dans la vie de la cité », in Bernard Dompnier (dir.), Maîtrises et chapelles…, op. cit, p. 231-245.

22 À Clermont-Ferrand, par exemple, les délibérations capitulaires sont encore transcrites en latin pour en marquer la solennité et l’inscription dans la tradition.

23 En témoigne, par exemple, cette délibération capitulaire : « (la somme de) 100 1 payée à M. Sabatier, marchand brodeur de cette ville, pour la moitié de l’apprentissage de Baptiste Sales, ancien enfant de chœur, auquel le chapitre a délibéré, le 10 février 1761, de donner le métier et d’en payer l’apprentissage en considération de sa sagesse, et à condition qu’il viendra jouer de la basse dans notre église les dimanches et jours de festes et lorsqu’il sera requis. » A.D. Aude, G 55, Dépenses de la Chapelle de musique de la cathédrale de Narbonne.

24 La majorité des chapitres verse à l’issue du séjour à la maîtrise une somme variable, allant souvent jusqu’à une centaine de livres.

25 Le règlement des Pénitents Blancs de Grenoble précise en son chapitre VIII :
« Des choristes.
Article Premier Ils seront assidus à la chapelle ; toutes les fois qu’on fera office, ils s’y trouveront les premiers & étant exposés à la vue de tout le monde, ils s’étudieront à être modestes et posés
Art. II / Ils entonneront selon les tons ordinaires ; ils chanterons distinctement & ponctuellement, & prendront garde à bien observer les cérémonies, ainsi qu’ils en auront reçu l’ordre des Maîtres, & qu’elles sont marquées dans le cérémonial. »
Bréviaire des Pénitents Blancs de Saint-Laurent-lès-Grenoble, Grenoble 1781.

26 Bréviaire des Pénitents Blancs de Saint-Laurent-lès-Grenoble, Grenoble 1781.

27 Il y a tout un chantier à ouvrir sur le devenir des enfants de chœur des maîtrises (Cf Sylyie Granger, Les Métiers de la musique en pays manceau et fléchois du XVIIe au XIXe siecle : 1661-1850 (dir. Anne Fillon), 1997, Université du Maine, Le Mans.

28 Jean Lebeuf, Traité historique et pratique sur le chant ecclésiastique, Paris, J-B. Hérissant, 1741.

29 La clôture de la maîtrise, dont les enfants ne sortent que pour les congés annuels, entre dans cette logique de séparation du milieu familial et de purification des mœurs.

Auteur

Université Lumière Lyon 2

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search