Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre piété et contrainte

Des fondatrices de congrégations au secours des enfants pauvres : quelques exemples méconnus aux xviie et xviiie siècles

Marie-Claude Dinet-Lecomte

Texte intégral

  • 1 Ole-Peter Grell et Andrew Cunningham, Health care and poor relief in counter-Reformation E (...)
  • 2 Bernard Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), (...)
  • 3 Parmi de nombreux titres, on retiendra, Pierre Coste, Le grand saint du grand siècle, M. V (...)
  • 4 Nicolas Gobillon, Vie de la vénérable Louise de Marillac, veuve de M. Legras, fondatrice e (...)

1La réhabilitation des œuvres de miséricorde n’a jamais suscité autant d’initiatives qu’au XVIIe siècle dans les pays catholiques1. Bien que la France n’ait pas reçu officiellement les canons tridentins, elle se présente comme un immense et fécond laboratoire où l’Église, les maîtres à penser de l’Ecole française de spiritualité, la société dévote et ses multiples antennes renouvellent profondément les formes de piété et l’action caritative2. Vincent de Paul est un symbole en soi que nous laisserons de côté, non pas qu’on veuille sous estimer son action3, mais pour attirer l’attention sur quelques fondatrices, moins célèbres que Louise de Marillac ou que mesdames de Villeneuve, de Pollalion et de Miramion qui se sont principalement illustrées dans la capitale4.

  • 5 Principale biographie, Vie de la vénérable mère Françoise de la Croix, institutrice des re (...)
  • 6 J. de Marte, La vie meslée de damoiselle Jeanne Biscot, sl, 1692, ouvrage bien documenté, (...)
  • 7 B. T. Pouan, La vie de la vénérable Marie Poussepin, Paris, 1894, à compléter avec Gabriel (...)
  • 8 Eugène Baffie, Aperçu historique sur la congrégation des sœurs de la Charité de Notre Dame (...)
  • 9 Marie Laigle, La Mère des pauvres, Jeanne Delanoue, 1666-1736, introduction et notes de Ge (...)
  • 10 G.-A. Simon, La Mère Anne Leroy et les origines du Bon Sauveur de Caen (1692- 1781), Caen, (...)

2Il me semble plus intéressant de partir à la recherche de femmes qui, en dépit de nombreuses difficultés, ont fini par organiser leur propre communauté sans en référer constamment à une autorité masculine. Parmi ces fondatrices à part entière, notre choix s’est arrêté sur six parcours, diversifiés au premier abord, inscrits dans des périodes et des régions différentes mais qui présentent assez de points communs pour que nous puissions les comparer. Par ordre chronologique, il s’agit de Françoise de la Croix (1591-1657, fondatrice des hospitalières de la Charité Notre-Dame à Paris en 1628)5, de Jeanne Biscot (1601-1664, fondatrice des filles de Sainte-Agnès à Arras en 1645)6, de Marie Poussepin (1653-1744, fondatrice des sœurs de charité de Sainville en 1696)7, de Perrine Thulard (1654-1735, fondatrice des sœurs de charité de la Chapelle-au-Riboul en 1682)8, de Jeanne Delanoue (1666-1736, fondatrice des servantes des Pauvres de la Providence de Saumur en 1706)9 et d’Anne Leroy (1692-1781, fondatrice du Bon Sauveur de Caen en 1730)10. Comment sont-elles parvenues à leurs fins ? Au-delà de la singularité des itinéraires, on insistera sur trois facteurs déterminants à savoir, la précocité de la vocation, la variété des expériences et la combativité des intéressées sans lesquelles tout projet eût été voué à l’échec.

Des vocations précoces et irréductibles

3À la suite des premiers biographes, reconnaissons que nous sommes, en général, mal renseignée sur les vingt premières années des futures fondatrices. Bien qu’ils se méfient de la tradition orale, la plupart des historiens ont tendance à anticiper comme si la petite fille était déjà parée des qualités et des charismes de la fondatrice. Tributaires des Annales de la communauté et ayant eu parfois accès à des documents aujourd’hui disparus, ils ne se rendent pas toujours compte que la sélection des événements dérive d’une vision posthume, conforme à l’image qu’on se fait et qu’on veut rendre de la Mère fondatrice. Pourtant, on est loin d’un schéma unique, tant les détails rapportés sont différents. Il est impossible de s’en priver. À défaut d’être pleinement crédibles, ces écrits ont le mérite d’être significatifs de la façon dont la mémoire collective a fonctionné aux XVIIIe et XIXe siècles.

  • 11 Henriette Demaret et Marie-Hélène Olivereau, Les sœurs de la Charité de Notre Dame d’Evron(...)
  • 12 Vie de la vénérable mère Françoise de la Croix…, p. 5.

4Après cette remarque d’ordre méthodologique, essayons de cerner, dans la mesure du possible leurs origines sociales et familiales. Contrairement aux grandes figures aristocratiques de la bonne société parisienne, citées en introduction, nos six fondatrices appartiennent à la petite bourgeoisie provinciale où dévotion et ferveur sont largement répandues. Si Anne Leroy et Jeanne Biscot sont originaires de Caen et d’Arras, les autres ont vu le jour dans des petites villes ou des gros bourgs : Jeanne Delanoue à Saumur, Marie Poussepin à Dourdan, Françoise de la Croix à Patay. Quant à Perrine Brunet qu’on a longtemps présentée comme la fille de « modestes cultivateurs », elle est née dans une ferme près de la Chapelle-au-Riboul, village situé près de Mayenne. Bien qu’elle soit issue avec Françoise de la Croix d’une strate sociale inférieure aux autres, elle se situerait d’après les dernières recherches11, plutôt dans la frange de la bourgeoisie rurale, à l’abri du besoin et en mesure de contracter mariage avec un notaire, ce qui se réalisa avec René Thulard en 1672 à la grande satisfaction des parents. Beaucoup moins choyée, la petite Françoise Gauguin dont le père était boucher à Patay passe une partie de son enfance chez une parente à Orléans mais, à son retour, elle n’échappe ni aux mauvais traitements de son frère ni aux railleries de ses parents « qui rougissaient d’avoir une fille si dévote. Ils prirent alors le parti de la soustraire aux yeux du monde en la chargeant de la conduite de leur troupeau …12 ».

5Les quatre autres sont filles de marchands, aisés et entreprenants dans le cas de J. Biscot et surtout de M. Poussepin dont on connaît bien les activités du père et du frère dans la fabrication des bas de soie, marchands, honnêtes et laborieux dans le cas de J. Delanoue et d’A. Leroy. Citadines, elles semblent avoir profité à la fois de l’éducation d’une mère attentive et de la fréquentation des petites écoles du quartier. A. Leroy a même eu la chance d’accéder à l’externat des ursulines de Saint-Jean de Caen. Séduite par la vie religieuse de cette maison, elle se fait accepter comme sœur tourière à l’âge de 17/18 ans. C’est un tournant majeur sur lequel nous reviendrons. Au préalable, complétons le tableau avec l’évocation de ce que l’on peut savoir sur l’atmosphère familiale, le nombre de frères et de sœurs, l’impact des décès, l’inclination des jeunes dévotes. À l’exception de J. Delanoue, dernière de douze enfants, les autres semblent appartenir à des familles moins nombreuses ; mais on en ignore souvent la taille sauf chez M. Poussepin, aînée d’une famille de sept enfants dont cinq sont morts très jeunes. Sa mère les suit dans la tombe en 1675 laissant un jeune garçon de 10 ans et un mari de plus en plus infirme dont Marie va s’occuper avec beaucoup de patience.

  • 13 Selon J. de Marte, op. cit., Jeanne Biscot, d’un naturel sauvage fait vœu de chasteté perp (...)
  • 14 Le contrat de mariage est aussi un contrat commercial entre le frère et la sœur, Gabriel T(...)

6À 50 ans de distance, on est frappé par un parallélisme entre la jeunesse de J. Biscot et de M. Poussepin. Ces deux jeunes filles qui avaient déjà montré à leur entourage des signes de grande piété et d’affection particulière à la Vierge Marie13 se retrouvent à la tête de l’entreprise familiale. Comme Marie, Jeanne soigne son père qui, par un acte du 4 décembre 1636, lui confie l’administration de tous ses biens. Elle a 35 ans, songe à la vie religieuse mais elle repousse cet appel d’autant que les misères de la guerre et le siège d’Arras lui donnent l’occasion de secourir les réfugiés. C’est à l’âge de 27 ans que Marie Poussepin recueille en 1680 l’héritage de son père, chargé de dettes. Elle vaque à ses devoirs de piété filiale, elle réorganise l’entreprise au profit de son frère qui se marie en 168714. Vers 1691, elle lui laisse la direction et elle s’inscrit sous le nom de Marie-Catherine à un tiers-ordre dominicain, n’oubliant pas l’enseignement de sa mère, trésorière de la charité de Saint-Pierre de Dourdan. Sûrement sensibles, intelligentes et serviables, ces jeunes filles savent attendre, mettre leur vocation entre parenthèses d’autant qu’elles ignorent encore quelle forme elle va prendre.

  • 15 Marie Laigle, La mère des pauvres…, p. 6.

7Tout en étant pourvues de qualités similaires, certaines de nos dévotes semblent d’un commerce plus difficile. On remarque que la vivacité d’esprit de Perrine Brunet confine à la violence. Jeanne Delanoue, très bonne élève est redoutée des autres enfants de l’école car « elle voulait être la maîtresse sur toute chose et elle faisait des instructions spirituelles à sa mère dès son enfance …15 », à tel point que cette pauvre femme ne savait plus comment faire pour apaiser sa fille et lui éviter des jeûnes trop rapprochés. Selon Marie Laigle,

  • 16 Ibid., p. 6 et 7.

« elle se mettait les genoux nus sur la terre puis elle levait le bout des pieds en haut pour ressentir plus facilement la douleur. Elle faisait toutes ses prières en esprit de pénitence et elle croyait qu’elle serait damnée (…), elle se confessait tous les jours aux R.P. de l’Oratoire (…) [Quand] elle s’enfermait, elle faisait de grands cris au Seigneur et elle étendait les bras en croix en demandant pardon à Dieu de tous ses péchés16 ».

8Exagération, volonté d’insister sur les défauts pour faire ressortir les vertus de la future sainte ? C’est peu probable de la part de Marie Laigle qui connaît bien les travers de sa supérieure et les excessives austérités dont elle est capable. Sa vocation qui se confond avec une vie de pénitence a un caractère implacable qui contraste avec la relative sérénité des autres engagements. Encore faut-il ne pas sous estimer la violence de certaines crises intérieures qui ont pu échapper à la perspicacité des contemporains.

9Au total, la part que prend la famille dans l’éclosion de la vocation religieuse de leur fille ne paraît pas considérable ; à l’exception des Gauguin, les autres parents sont de bons chrétiens, soucieux de l’éducation de leurs enfants. Si les Poussepin, Leroy, Biscot, Delanoue… les ont plus ou moins prédisposées à la vie religieuse, ils n’ont pas décidé de la vocation de leur fille. À y regarder de près, la famille devient souvent un obstacle à l’épanouissement de cette vocation. L’engagement religieux est contrarié, différé ou refusé. Ainsi, Perrine Brunet qui songe s’unir à Dieu est marié à René Thulard. Jeanne Biscot et Marie Poussepin doivent régler leurs affaires familiales avant de partir. Libérée par le décès de sa mère, Jeanne Delanoue peut s’adonner à la mortification. Le cas extrême est atteint par Françoise Gauguin qui dissimule ses sentiments, qui lit en cachette des Vies de saints, prêtées par une pieuse voisine qui la recommanda à un petit groupe de dévots parisiens. La rupture avec sa famille est totale au terme d’un acte qui lui permet de se retirer chez la veuve Hennequin et de jouir des biens de sa protectrice en 1615, à l’âge de 24 ans. D’autres ruptures attendent nos dévotes ; pendant une dizaine d’années, la future fondatrice tâtonne et se trouve à la croisée des chemins.

Le temps des expériences et des rencontres déterminantes

  • 17 Parmi d’autres, l’exemple d’Anne Forestier et de ses filles à l’hôpital Saint-Étienne de L (...)

10Pas plus que la précédente, cette période ne fait l’objet de longs développements de la part des biographes. Ils ne retiennent souvent que les initiatives positives qui annoncent et préparent l’acte fondateur de l’institut. Or, comme dans toute aventure humaine, promesses, conflits, échecs… sont de nature à infléchir un projet initial. La mise sur pied d’une communauté caritative n’échappe pas à la règle et les « institutrices » ne sont pas à l’origine des femmes d’exception, condamnées à réussir comme tend à l’accréditer une vision a posteriori qui les transforme en instruments de Dieu. Battantes oui, mais pas nécessairement gagnantes. Rappelons que beaucoup de femmes à la tête d’associations dévotes n’ont pas réussi à ériger leur communauté en congrégation17.

  • 18 Grâce aux brevets d’apprentissage retrouvés par G. Thery dans les archives notariales de D (...)
  • 19 Vie de la vénérable…, p. 13-16.

11Durant cette période fondamentale de gestation, il est intéressant de repérer le jeu des principales influences et la façon dont nos dévotes ont tiré profit ou, au contraire, se sont démarquées de certaines initiations. Avant d’évoquer la richesse des expériences spirituelles, commençons par leur aptitude à la gestion. Toutes, à un moment ou à un autre sont confrontées au « gouvernement d’une maison ». Jeanne Biscot et Marie Poussepin se révèlent à l’occasion véritables chefs d’entreprise, efficace et charitable dans le cas de la seconde qui introduit des métiers à tisser et qui dispense 13 apprentis pauvres de la taxe d’apprentissage18. La seule à avoir fait l’expérience du mariage, Perrine Brunet se retrouve veuve de notaire à 25 ans, sans enfant, à la tête d’une fortune appréciable qui lui permet de construire la future maison des sœurs de la charité de la Chapelle-au-Riboul et de solliciter des dons. Pratiquement dépourvue de biens personnels, Anne Leroy reçoit en 1728 un don de 300 livres de sa mère et place son association sous le régime d’une communauté de biens. Avant d’hériter des biens de la veuve Hennequin en 1615, destinés à fonder deux hôpitaux à Louviers (un pour les hommes, l’autre pour les femmes), Françoise de la Croix avait appris les bonnes manières chez Madame Mangot à Paris, l’art de gouverner une maison et de commander aux domestiques19.

  • 20 Fille de son frère aîné, gravement malade en 1703, elle prend l’habit et meurt comme sœur (...)
  • 21 Les Poussepin se divisent en trois branches principales, présentes à Dourdan, à Paris et à (...)

12Le rapport à l’argent chez Jeanne Delanoue est différent. À la manière de Nicolas Barré, elle s’en remet à la providence. Aussi, n’hésite-t-elle pas, au grand désespoir de sa nièce20, à distribuer aux pauvres tout ce qu’elle gagne de la vente effectuée dans la boutique de mercerie qu’elle venait d’hériter de ses parents. On est alors en pleine crise de subsistance. Jeanne redouble de charité en 1693-1694, distribue du pain et des vêtements, réconforte une famille d’indigents réfugiés dans une étable avec six enfants en bas âge qu’elle appelle des « petits Jésus ». C’est à la même époque que Marie Poussepin, à l’occasion d’une visite dans sa famille à Sainville21 découvre la misère de ce village beauceron (à 17 km au sud-ouest de Dourdan) et décide de louer un logement avec deux orphelines et d’ouvrir une école en 1696 avec l’accord du curé. Sans doute plus convaincants que les conseils de plusieurs religieux, les malheurs de la guerre et la peste qui s’abattent sur Arras en 1639-1640 font comprendre définitivement à Jeanne Biscot que sa vocation n’est pas d’aller au Canada mais de secourir son prochain sur place.

  • 22 Marie-Hélène Olivereau, op. cit., p. 30.

13Comme il est difficile de séparer ces initiatives des orientations spirituelles, voire mystiques qu’elles suscitent ! Peu de temps avant de quitter Dourdan, Marie Poussepin rejoint le tiers-ordre dominicain, s’occupe activement de la confrérie de charité et d’une pauvre femme, Marie Olivier qu’elle a recueillie. En laissant la direction de l’entreprise à son frère en 1691, elle s’ouvre à la vie apostolique. Sont à rattacher directement à l’esprit vincentien de l’époque, les entreprises de Jeanne Biscot et de la veuve Thulard. La première, remplie de compassion à l’égard des victimes de guerre s’active comme une fille de la Charité, soit en apportant des secours à domicile, soit en accueillant avec l’aide de Jeanne de Citey des orphelines dans une « chambre de louage », préfiguration de la maison de sainte Agnès. La seconde, guidée d’abord par son beau-frère, Pierre Thulard, curé de la Chapelle-au-Riboul puis par son successeur, Jacques Jouannault, protecteur des filles de la Charité de Villaines-la-Juhel s’inspire de M. Vincent. Comme elle a déjà l’idée de fonder et non pas de rejoindre les filles de la Charité, elle se rend à « Saint-Vincent du Mans pour y apprendre à tenir les petites écoles » et un an plus tard à « l’hôtel-Dieu de Saint-Calais pour s’y instruire dans l’art de gouverner les malades22 ». Ce double stage lui permet à son tour d’ouvrir une maison charitable.

  • 23 Pierre Helyot, Dictionnaire des ordres religieux…, t. IV, 1859, col. 193-205.

14Grâce à son séjour chez les ursulines de Caen, Anne Leroy est sensible aux questions d’éducation et d’orthodoxie. Or, sous l’influence du Père Hérambourg, eudiste, supérieur des nouvelles Catholiques de Saint-Lô, elle rejoint le nouvel institut du Bon Sauveur23 de la même ville où elle demeura de 1716 à 1718 : expérience apparemment peu fructueuse car elle tombe malade et s’en va. Soignée et ramenée à Caen par son ancienne amie, Marguerite Le Couvreur de la Fontaine, sœur tourière des ursulines de Caen, elle n’oublie pas l’enseignement de Saint-Lô puisqu’une fois guérie, elle passe à la pratique et se met avec Marguerite à visiter les taudis du quartier déshérité de Vaucelles. Ce qu’elle a d’abord appelé l’association de Marie devait, avec l’aide des eudistes devenir le Bon Sauveur de Caen.

15C’est aussi la maladie qui ramène Françoise de la Croix à Paris en 1622. Sans qu’il faille remettre en cause la bonne foi des biographes, on note qu’ils ne s’attardent pas sur ces épisodes, comme s’ils étaient gênés par le caractère malheureux ou peu productif de l’expérience dans laquelle s’est engagée ou fourvoyée la future fondatrice ; d’où la tentation de montrer qu’elle a été entraînée dans un projet qui n’était pas le sien. N’est-ce pas la veuve Hennequin qui emmène sa protégée, Françoise de la Croix à Louviers pour fonder deux hôpitaux à Louviers ? Placées sous l’obédience d’un tiers-ordre franciscain, elles reçoivent l’habit religieux en 1617, la veuve Hennequin devient supérieure et à sa mort en 1622, Françoise lui succède à 31 ans. C’est à ce moment précis qu’elle tombe grièvement malade et qu’on la ramène à Paris pour la soigner.

  • 24 Vie de la vénérable Mère Françoise de la Croix…, chapitre XVII, les suivants donnent le dé (...)

16En relisant de près ce chapitre et celui consacré aux calomnies24 dont elle fut ultérieurement la cible, on se rend compte que cette maladie correspond à une période de crise et de rupture. Trois raisons majeures semblent à l’origine de cet « éloignement » : d’abord le désaccord de Françoise qui ne voulait pas rester religieuse de sainte Elisabeth, de façon à devenir hospitalière, ensuite les déboires financiers et administratifs de la nouvelle communauté, enfin de sordides affaires de possessions démoniaques qui secouèrent le monastère quelques années après son départ. En avait-elle senti les prémices ? Ce n’est pas impossible. En tout cas, elle gardera jusqu’à sa mort une affection particulière pour saint François.

  • 25 Marie Laigle, op. cit., chapitres III et VI.
  • 26 Ibid., chapitre XVIII.

17Dans la vie de Jeanne Delanoue, les rencontres providentielles de Françoise Souchet25 et de Grignion de Montfort26 sont vécues comme des points de rupture successifs qui l’orientent définitivement vers le service de Dieu et des pauvres. La première, Françoise Souchet est une habituée du pèlerinage de Notre Dame des Ardilliers qu’elle fréquente régulièrement entre 1693 et 1703. Selon Marie Laigle, cette rennaise qui avait des allures de gueuse et de sorcière a beaucoup impressionné Jeanne Delanoue ; et plus que son confesseur, Geneteau, aumônier de l’hôtel-Dieu, elle contribua à la conversion de Jeanne à une charité totale. Même si Grignion de Montfort était déjà passé par les Ardilliers en 1701, ce n’est qu’en septembre 1706, après un pèlerinage à Rome qu’il rendit visite à Jeanne Delanoue. D’après Marie Laigle,

« il commença à dire qu’elle allait trop loin et qu’elle se trompait en lui disant qu’elle devait se nourrir comme ses filles (…) en lui faisant voir qu’elle se trompait et que c’était l’orgueil qui la conduisait et qui lui faisait entreprendre ce qu’elle avait entrepris ».

18D’ajouter,

« vous vous perdez, je vois clairement comme le jour que vous vous damnez et pour vous assurer que cela est, je m’en vais dire la messe à votre intention ; venez y communier et je verrai bien si vous êtes trompée ou non ».

19Jeanne resta sans voix, anéantie, aux prises avec ses vieux démons. Vraisemblablement mis au courant des mortifications qu’elle s’infligeait, le Père de Montfort voulut-il frapper un grand coup pour démasquer la véritable nature de la Mère des Pauvres. C’est le choc de deux caractères qui est mis en scène. Finalement, exhortée par le célèbre missionnaire à poursuivre son œuvre conformément à l’esprit de Dieu, Jeanne Delanoue fut « rassurée après avoir eu si grande peur ».

20Même si on ne trouve pas d’épisode équivalent dans la vie des autres fondatrices, cela ne signifie pas que les rapports avec les confesseurs furent plus sereins. Tenaces, autoritaires, parfois impulsives, elles n’entendent pas être continuellement bridées par les ecclésiastiques. Elles suivent avant tout leurs idées, ayant l’intime conviction qu’elles ont une mission à réaliser. Cependant, pour des raisons évidentes d’efficacité dans la société de leur temps et de soumission à Dieu, elles consentent à écouter leurs supérieurs. Entre indépendance et soumission, la voie est étroite. Depuis leur enfance, elles savent en jouer ; les diverses expériences acquises durant leur jeunesse les fortifient dans la volonté de fonder. Se rendant compte que certaines options les détournent de leur projet et qu’il faut composer avec les autorités ecclésiastiques, elles apprennent aussi à changer de tactique sans pour autant perdre leur âme. Le temps fort de la fondation le confirme.

Une volonté inébranlable de fonder et de durer

21Quelles que soient les époques, l’acte de fonder n’a jamais été une entreprise facile pour un homme ou une femme décidée à organiser une nouvelle maison religieuse ! Sans doute, est-ce plus difficile dans un contexte avancé d’invasion conventuelle des villes de la part de femmes, dépourvues de relations et de moyens qui n’appartiennent pas aux élites dirigeantes. Pourtant, nos six dévotes entre 1628 et 1730 ont réussi à fonder, à obtenir des lettres patentes, à recruter et à durer selon la définition habituelle du fondateur ou de la fondatrice, « personne qui prend l’initiative de créer et d’organiser une œuvre qui durera ou qui se trouvera subsister après lui ». Aussi, la fondatrice ne saurait-elle être confondue avec un collaborateur, un bienfaiteur, un inspirateur et encore moins avec une autorité de tutelle qui, tous, apportent leur pierre à l’édifice à un moment crucial. Mais l’architecture d’ensemble relève de la fondatrice qui joue un rôle déterminant en matière de gestion du temporel et du spirituel ; elle décide, elle enseigne, elle rédige et fait appliquer la règle, elle insuffle un état d’esprit. Naturellement, dans la gestion quotidienne, elle est assistée d’un conseil de discrètes.

  • 27 Marie-Claude Dinet-Lecomte, Les sœurs hospitalières en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. (...)

22Commençons par quelques chiffres. L’âge moyen à la fondation est de 37 ans et demi, ce qui correspond à ce que l’on a l’habitude d’observer tant pour les hommes que pour les femmes aux XVIIe et XVIIIe siècles27. À l’exception de Perrine Thulard qui a pu fonder à 28 ans, toutes les autres sont des femmes d’âge mûr, expérimentées, déjà à la tête d’une communauté en voie d’agrégation. J. Biscot, J. Delanoue et M. Poussepin atteignent ou dépassent la quarantaine. À un siècle de distance, Françoise de la Croix et Anne Leroy fondent à 37 et 38 ans ; quelles que soient les circonstances, c’est une constante d’ordre structurel qui prouve que la fondation ne résulte pas d’un coup de tête ; mûrement réfléchie, elle est à la fois l’aboutissement d’une dizaine d’années d’investigations diverses et une nouvelle étape d’affirmation et de consolidation de l’institut naissant.

  • 28 Archives communales d’Arras, GG 351, 1-7, don de l’abbé de Saint-Vaast à S. Taisne et aux (...)

23C’est pourquoi, un autre chiffre me semble hautement significatif, celui de la longévité des fondatrices. En moyenne, s’écoulent 39 ans entre la date de fondation et le décès de la fondatrice. La période la plus courte concerne l’œuvre de J. Biscot à Arras ; toutefois entre 1640 et 1664, elle eut le temps de reprendre l’héritage de Suzanne Taisne28, de s’entendre avec les échevins et de fonder un nouvel établissement à Douai. Pendant 30 ans, F. de la Croix et J. Delanoue ont ouvert de nouveaux établissements et veillé à la formation des nouvelles recrues. Quant aux trois autres, elles ont régenté pendant un demi siècle : 48 ans pour M. Poussepin qui s’éteint à 91 ans, 51 ans pour A. Leroy emportée à 90 ans par l’épidémie qui sévit alors à Caen ; le record est détenu par Mme Thulard, avec 53 ans de direction, avant de mourir à 81 ans. Bien que nous soyons mal renseignée sur leurs dispositions physiques, nous sommes néanmoins frappée par leur robustesse et par l’extraordinaire résistance aux privations, aux veilles et aux maladies contagieuses. Maintes fois malades, elles guérissent et elles reprennent leurs activités avec la même énergie. La force de caractère est sûrement leur meilleure alliée dans ce combat comme dans beaucoup d’autres.

  • 29 Vie de la vénérable…, chap. 7 à 12.

24Durant les 40 années de direction, elles se sont appliqué comme les autres fondateurs à résoudre trois types de problèmes : 1) rechercher des appuis de façon à se faire reconnaître, 2) élaborer un règlement en accord avec les autorités ecclésiastiques qui ne dénature pas le projet initial, 3) la nécessité de durer, c’est-à-dire de disposer d’assez de revenus et de bâtiments pour accueillir davantage de personnel et de clientèle, d’avoir une visée expansionniste dans le temps, en préparant sa succession et dans l’espace en fondant d’autres établissements. Pour illustrer le premier point, j’attirerai l’attention sur ceux qui approuvent l’institut et qui assistent la fondatrice dans l’obtention et l’enregistrement des lettres patentes. Par exemple, octroyées sans difficulté par Louis XIII en 1625 aux hospitalières de la Charité Notre Dame, les lettres patentes durent être enregistrées de force au parlement de Paris le 25 mars 1628, car celui-ci considérait que ce projet concurrençait l’hôtel-Dieu de Paris et qu’il fallait renvoyer ces femmes à Patay29. Avec le soutien de M. de Gondi, Françoise de la Croix démontra qu’il s’agissait d’une maison de religieuses, destinée à soigner des femmes de condition honnêtes, non acceptées à l’hôtel-Dieu. Dans le Paris dévot des années 1630, la supérieure était la protégée de la famille royale. La Reine Mère assista le 12 juin 1628 à la bénédiction du monastère et à sa mise sous clôture. Surenchère : quatre jours plus tard, Anne d’Autriche voulut coucher les 12 premières malades ! Très empressés, des dévots lui achetèrent deux maisons près de la Place royale et y envoyaient leurs filles ; c’est ainsi qu’on retrouve la sœur de Mme de Pollalion, comme fondatrice du monastère de Béziers. Tout semble facile, mais il fallait des appuis décisifs et des négociateurs habiles pour faire taire par exemple, les récriminations des frères de la Charité en 1632, indignés que des femmes leur aient usurpé le nom de Charité et fait graver sur le monastère de la Place royale « hôpital de la Charité Notre Dame » !

  • 30 Archives communales d’Arras, GG 351, 1-14.

25De même, l’œuvre entreprise par Jeanne Biscot à Arras en 1636 n’est pas tout de suite reconnue. Dire qu’elle reçut des lettres patentes en 1645 par l’entremise de Vincent de Paul est un raccourci intéressant sur l’efficacité de M. Vincent mais peu explicatif des complications rencontrées. En effet, les archives de la ville30 montrent bien que les échevins acceptent ce genre de communauté, à condition qu’elle reste sous leur juridiction. Or, le dispositif de l’acte de 1645 ajoute la tutelle du gouverneur et de l’évêque ; ce dernier ne se prive pas d’intervenir à la fin du siècle. Les filles de Mme Thulard eurent plus de chance puisqu’en s’installant à l’hôpital de Sillé-le-Guillaume en 1721 (à moins que cela ait été calculé), elles sont aussitôt pourvues de lettres patentes grâce à la démarche de la princesse de Conti, baronne de Sillé qui sont enregistrées en mai 1722.

26En revanche, nos trois dernières fondatrices rencontrèrent plus de difficultés. À Caen, malgré la protection des eudistes et de l’évêque qui obtient les lettres patentes en 1734, Anne Leroy subit l’hostilité des échevins qui ne veulent pas financer un établissement exclusivement placé sous la tutelle de l’évêque de Bayeux. S’ajoute à cela l’opposition des parlementaires de Rouen, en majorité jansénistes qui n’enregistrent l’acte qu’en 1751, à la suite de la médiation de l’abbé de Surlandes, conseiller-clerc au parlement. Quant à Marie Poussepin, elle est obligée de renouveler ses démarches afin d’obtenir les fameuses lettres en 1724. Mais ce qui l’éprouva davantage et ce qui la singularise par rapport aux autres fondatrices, soutenues par leurs évêques respectifs, c’est sa lente et douloureuse soumission à Mgr de Mérinville. Non pas qu’elle fût indocile ! Mais son trop grand attachement au tiers-ordre de saint Dominique déplaisait profondément à l’évêque de Chartres. Après avoir expurgé son règlement, M. Poussepin finit par accepter que les sœurs de la charité de Sainville deviennent une congrégation séculière de droit diocésain. Présentés ainsi, les statuts devenaient acceptables pour l’évêque qui les approuva en 1738. Elle avait 85 ans. La référence dominicaine subsistait dans les dévotions internes.

27L’absence de lettres patentes chez les servantes de Jeanne Delanoue ne doit pas nous étonner outre mesure. Cette femme dont la vie fut un perpétuel combat s’est complètement abandonnée à la providence. Comme Nicolas Barré et ses successeurs, elle ne semble pas avoir sollicité de lettres patentes. Elle se contentait de l’approbation épiscopale de 1709 et de ce qui lui tint lieu de règle jusqu’en 1738. La situation canonique était clairement établie et le charisme de cette héroïne de la charité conféra à la congrégation une grande réputation, même dépourvue de lettres patentes !

  • 31 Transférées à Tours après la Révolution, les sœurs de la charité de Sainville ont enfin re (...)

28Bien que ce soit souvent une œuvre collective, la rédaction de la règle porte la marque indélébile de la fondatrice. Jusque dans quelle mesure ? On ne saurait le dire. Dès l’instant que ces « institutrices » se plaçaient sous la juridiction de l’ordinaire, organisaient la vie commune en fonction de leurs actions apostoliques…, elles n’avaient en principe rien à redouter de la censure du supérieur ecclésiastique ; ce qui n’empêchait pas qu’un article fût ajouté, retranché ou remanié. À l’exception de M. Poussepin qui n’a pas réussi à garder le vocable de « dominicaines31 », les autres ont imposé leur nom qui résonne comme une profession de foi axée sur une charité active (hospitalières de la Charité Notre Dame, filles de sainte Agnès, sœurs de la charité de la Chapelle-au-Riboul, servantes des Pauvres de la Providence, Bon Sauveur).

29Comme il est impossible de passer en revue toutes les décisions d’une fondatrice, de surcroît, première supérieure, retenons quelques aspects, notamment pour montrer que la rédaction définitive des constitutions l’absorbe beaucoup. Chacune s’applique à parfaire tous les détails qui régissent le fonctionnement d’une maison religieuse (vœux, cérémonies, élections, nomination des officières, emploi du temps) mais surtout à impulser un style de vie apostolique. Sans renier le projet initial en faveur des femmes, des enfants et des orphelines, elle tire profit des expériences et, en cela l’adapte aux nouveaux besoins tant spirituels que corporels. Sous la pression du lieutenant général de police de Caen en 1733, le Bon Sauveur doit s’occuper des femmes débauchées de la ville, donc aménager une « maison de force », faire cohabiter deux pensionnats, une école gratuite, une pharmacie dispensaire et un quartier réservé à 25 femmes aliénées. On peut difficilement trouver à l’époque une concentration aussi poussée de services pour des filles et des femmes en détresse. Malgré des problèmes de recrutement et de trésorerie, Anne Leroy assuma la charge. À Saumur, J. Delanoue est disposée à recevoir « toutes sortes de filles et de femmes incommodées, enfants et autres de quelque âge qu’ils soient… ces enfants seront nourris, entretenus par la Maison jusqu’à ce qu’ils soient en âge d’être mis en service ou apprentissage ». Vers 1727, elle compte 24 sœurs et 300 pauvres femmes, orphelines, infirmes, estropiées ou folles. Bien qu’elle ait secouru toutes sortes de gens pendant la guerre de Trente de Ans, J. Biscot donne la priorité aux pauvres orphelines qui apprennent à lire, à écrire, à coudre et à faire de la dentelle.

  • 32 Règlement de 1709, chap. 10 et 11.
  • 33 Nicolas Barré, Œuvres complètes, Paris, 1994, « Quelques avis pour les maîtresses… », p. 2 (...)

30Parallèlement à la vertu commune de charité que les unes et les autres ne cessent de décliner sous diverses formes, on note qu’elle s’accompagne d’une grande attention portée à leurs pensionnaires. Fine psychologue, M. Poussepin recommande « beaucoup de tendresse et de vigilance » à ses maîtresses, d’être « douce sans lâcheté, ferme sans dureté, grave sans hauteur, de corriger sans emportement ». De même, P. Thulard demande à ses sœurs d’éviter « avec grand soin de se servir en parlant aux enfants de termes bas, grossiers, injurieux ou méprisants ou de se laisser refroidir par le dégoût que donne la mauvaise humeur ou l’ingratitude des pauvres malades32 ». Intelligence, prudence, sens de la civilité et de l’efficacité n’expliquent pas tout. À ces qualités intrinsèques, s’ajoute une force spirituelle qui puise dans les thèmes favoris de l’école française et qui accorde une place privilégiée au culte de l’enfant Jésus. J. Biscot appelle ses orphelines « épouses du grand Roy, Dames d’honneur du petit Jésus » ; J. Delanoue considère ses petits pauvres comme des « enfants Jésus ». Loin de correspondre à un quelconque mignotage baroque de vieilles femmes attendries et frustrées de ne pas avoir eu d’enfant, cette vision divinisée de l’enfant dérive de la contemplation de l’humanité du Christ ; ici dans son premier état d’être vulnérable qui inspire respect et adoration. On n’en reste pas à une pieuse référence. Dans chaque enfant dont elles ont la charge, les sœurs doivent reconnaître Jésus Christ mais aussi, à la manière des maîtresses de Nicolas Barré « former et enfanter l’esprit de Jésus Christ dans les âmes33 ».

31Choisie à dessein parmi d’autres, cette dévotion à l’enfant Jésus, amplifiée par l’iconographie tend à nous démontrer que les fondatrices des instituts séculiers, à vœux simples tournés vers la vie active sont de véritables « maîtresses spirituelles ». L’équilibre délicat à trouver entre oraison et vie active, même dans la communauté « cloîtrée » des hospitalières de la Charité, les innombrables difficultés liées à la gestion du temporel et du personnel ne les détournent pas de la mission de servir Dieu et le prochain. Si elles parviennent à surmonter les pires épreuves, c’est qu’elles peuvent compter sur une incontestable force mentale. Sans doute, touche-t-on ici aux origines de leur charisme, fondé sur l’exemplarité des dons reçus et transmis ? Il resterait beaucoup à dire sur l’intensité de la vie mystique de Jeanne Delanoue à travers ses mortifications et ses visions prophétiques qui ont tant impressionné ses contemporains. Dans la course à la sainteté, elle est la seule à avoir été canonisée en 1982.

  • 34 1628 : maisons près de la Place royale pour les hospitalières de la Charité ; 1643 : maiso (...)

32Mais la pérennité de l’œuvre ne dépend pas uniquement du rayonnement spirituel de la fondatrice mais aussi d’un certain nombre de données très matérielles qu’il convient de récapituler pour vérifier dans quel état se trouve chaque institut à la veille du décès de la fondatrice. En dépit de l’absence de comptes, de registres d’entrées et de professions pour ces périodes, des bribes de sources (annales, lettres, actes notariés…) permettent d’entrevoir des situations contrastées. Rien de florissant en général, rien de catastrophique non plus en raison des atouts que chaque maison cherche à valoriser. Une des premières priorités qui soit assurée partout, c’est l’installation dans des locaux suffisants, achetés la plupart du temps par des bienfaiteurs34. En outre, l’aptitude à essaimer au niveau régional et au-delà, dans le cas des hospitalières de la Charité, dénote un réel dynamisme du berceau fondateur. On estime qu’en 20 ans de supériorité, Françoise de la Croix a reçu plus de 150 religieuses, ce qui lui permit de fonder La Rochelle, Patay, Mâcon, Béziers, Toulouse… et d’ouvrir à Paris en 1636 un autre monastère, celui de la Roquette au faubourg Saint-Antoine !

33Les instituts séculiers n’ont pas la même notoriété et ils ne peuvent pas compter sur des filles de la noblesse richement dotées. Ils parviennent néanmoins à recruter des filles d’artisans et de laboureurs qui se révèlent dans l’ensemble fort dévouées. De par sa dominante enseignante, la congrégation de Mme Thulard se répand très vite dans les villages du Maine (plus d’une trentaine d’écoles ouvertes du temps de la fondatrice). Comparable, le rythme de fondations des sœurs de Sainville et des sœurs de J. Delanoue atteint son maximum durant cette première période. Or, il faut savoir que la signature d’une convention avec un hôpital est une opération plus complexe que la fondation d’une petite école de charité. Comment expliquer que J. Biscot et A. Leroy n’aient pas autant fondé ? Ce ne sont pas leurs talents de gestionnaire qui sont en cause ; ni même, me semble-t-il la spécificité de leur institut qui attirerait moins de vocations ; mais l’hypothèse la plus vraisemblable est à rechercher dans la forte concentration des œuvres de miséricorde à Arras et à Caen qui a dû freiner l’expansion de ces deux maisons ; à plus forte raison pour le Bon Sauveur, fondé tardivement, alors que les religieuses de Jean Eudes et les servantes de Jésus sont déjà largement déployées sur l’ensemble de la Normandie.

34Pourtant, au moment où s’éteignait J. Biscot à Douai en 1664, elle venait de fonder dans cette ville l’équivalent de la maison d’Arras. Ses héritières poursuivront l’œuvre à Péronne, à Dijon et à Langres. L’essor d’un institut varie selon les périodes et les opportunités. Quoi qu’il en soit, pour ne pas perdre de vue les dernières initiatives de ces femmes, notons qu’en raison de leur grand âge et de leurs infirmités croissantes, elles ont préparé leur succession. Dès 1662, Anne Lemaire succède à J. Biscot. En 1731, M. Poussepin associe sa cousine Agnès Revers qui devient supérieure en 1739. A. Leroy démissionne vers 1760 en faveur de la sœur Bernard de Sansrefus et elle a même la satisfaction d’assister à l’élection de sa nièce, Marie-Thérèse Le Bridois comme 3ème supérieure en 1773 (professe depuis 1757). Ce retour en force de la famille au couvent est plutôt cocasse quand on connaît les réticences, sinon l’hostilité de la plupart des parents dans un premier temps ! Il faut croire que le succès est source de réconciliation et d’une sociabilité monastique fondée en grande partie sur les réseaux familiaux.

  • 35 Alors que l’âge moyen au décès des sœurs hospitalières se situe entre 50 et 55 ans.
  • 36 Marie Laigle, op. cit., chap. 36, p. 288.

35Décédées en moyenne à l’âge de 72 ans (63 ans/90 ans)35, elles ont eu le temps de se préparer à la mort. Quelles que soient l’intensité des souffrances et la longueur de l’agonie, chaque mort est vécue comme un instant privilégié d’union à Dieu qui résume parfaitement le sens de leur vie reposant sur la foi, l’espérance et la charité. Comme dans les autres familles religieuses, le récit de la « belle mort », destiné à édifier la communauté existe, mais chez nos séculières, il est réduit à sa plus simple expression. Humilité oblige. Toutefois la crucifixion mystique de J. Delanoue la pousse à expliquer à son entourage que l’âme est perdue en Dieu, « on se voit tout en Dieu… on est tout perdu en Dieu et en sa Grandeur et en son Amour ; tout ce que l’on voit est en Dieu et on ne peut goûter que Dieu et son Amour36 ».

  • 37 Voir les travaux de Claude Langlois, Yvonne Turin et d’Elisabeth Dufourcq.
  • 38 On pourrait ajouter Elisabeth de Rainfaing, fondatrice de Notre Dame du Refuge à Nancy en  (...)
  • 39 Mais elle sous estimait l’importance de l’esprit de clôture qui caractérisait les institut (...)

36Bien avant que le XIXe siècle ne devienne l’âge d’or des communautés féminines de vie active37, les XVIIe et XVIIIe siècles ont déjà à leur actif la naissance de plusieurs dizaines de congrégations charitables, fondées pour la plupart sous le règne de Louis XIV. Celles que l’on peut attribuer au rôle quasi exclusif d’une femme sont au total peu nombreuses. Parmi la dizaine38 de ce genre qui existe, j’ai retenu six exemples variés dans le temps et dans l’espace français, ayant assez de sources pour me livrer à un minimum de comparaison. Au-delà de la vision hagiographique entretenue par ces communautés, il ressort que ces pionnières de la charité sont des femmes d’exception et des âmes d’élite qui, au prix de sacrifices continus se sont imposées dans une société d’hommes et d’ecclésiastiques imbus de leurs pouvoirs. Si quelques uns les ont aidées dans leur entreprise, la majeure partie des hommes mais aussi de la société leur était hostile. Comme leur projet dérangeait et semblait irréalisable, elles furent souvent traitées de « folles, d’illuminées, incapables, sans moyens, concurrentes déloyales… ». Or, une bonne articulation entre gestion du temporel et du spirituel permit à chaque fondatrice de réaliser son dessein et de l’inscrire dans la durée. La spécialisation en faveur de certaines catégories de femmes et d’enfants, non reçus par les hôtels-Dieu et les hôpitaux généraux était en soi un gage de réussite car elle répondait à des besoins sociaux et culturels. L’opinion publique « éclairée » s’en rendit compte et salua au XVIIIe siècle l’utilité de ces congrégations39.

Annexes

Annexes :

1. Six fondatrices de communautés charitables aux XVIIe et XVIIIe siècles

Nom et dates Origines et expériences Fondation et approbation Rayonnement en 1789
Françoise de la Croix (1591-1657) Fille de J. Gauguin, boucher à Patay + T.O à Louviers 1628 : hosp. Charité Notre-Dame (37 ans) 4 vœux solennels LP 1625 Une vingtaine d’hôpitaux de femmes en France
Jeanne Biscot (1601- 1650) Fille de marchand d’Arras + secours aux blessés et pestiférés pdt la guerre 1636 : hosp. Ste Agnès (35 ans) 3 vœux simples LP 1645 4 ou 5 institutions d’orphelines
Marie Poussepin (1653-1744) béatifiée en 1994 Fille de marchand de bas de Dourdan + Charité de Dourdan et T.O dominicain 1696 : sœurs de charité de Sainville (43 ans) 3 vœux simples LP 1724 28 hôpitaux et écoles (Bassin parisien)
Perrine Thulard (1654-1735) Fille d’un cultivateur de la Chapelle-au-Riboul Mariée, veuve en 1679 + stages au Mans et St Calais 1682 : sœurs de charité de la Chapelle-au-Riboul (28 ans) 3 vœux simples LP 1721 6 hôpitaux et 93 écoles dans le Maine
Jeanne Delanoue (1666-1736) béatifiée en 1947 canonisée en 1982 Fille de marchand de Saumur + double rencontre, F. Souchet et Grignion de Montfort 1706 : Servantes des Pauvres de la Providence (40 ans) 3 vœux simples LP ? 20 hôpitaux et écoles en Anjou
Anne Leroy (1692-1781) Fille de marchand de Caen + sœur tourière chez les ursulines de Caen + Maison du Bon Sauveur de Saint-Lô 1730 : Bon Sauveur de Caen (38 ans) 3 vœux simples LP 1734 Bon Sauveur de Caen

2. Comment utiliser les portraits ci-contre ?

Alors que la plupart des sources concernant la vie des fondatrices sont datées et répertoriées, les portraits les plus anciens conservés par les communautés n’ont jamais fait l’objet d’une étude iconographique très poussée. Pour la mener à bien et ne pas en rester au stade de la simple illustration, il serait nécessaire que ces documents soient expertisés et replacés dans le contexte de leur réalisation.

Par exemple, les portraits gravés (Françoise de la Croix, Jeanne Biscot et Jeanne Delanoue) qui accompagnent les premières biographies remontent à la fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle. Ils ont le double avantage de saisir avec réalisme la force intérieure de ces femmes (Françoise de la Croix orante, les yeux fermés, Jeanne Biscot au regard décidé, les yeux baissés de Jeanne Delanoue qui tient le crucifix) et de nous les montrer dans le costume primitif de la communauté. On retrouve alors la distinction entre l’habit de moniale des augustines réformées et celui des séculières dont la coiffe rappelle celle des femmes du peuple.

En revanche, les tableaux, tout aussi expressifs de Mme Thulard et d’Anne Leroy, exécutés ou retouchés au XIXe siècle les couvrent d’un long voile noir de religieuse et les dressent en fondatrices dépositaires des constitutions. Echappe toutefois à cette représentation « rigidifiée », le tableau (78 cm x 64 cm) de Marie Poussepin, toujours coiffée à l’ancienne dont le visage et la position des mains expriment force et sérénité.

Françoise de la Croix (1591-1657), fondatrice des hospitalières de la Charité Notre-Dame. Vie de la vénérable mère Françoise de la Croix, institutrice des religieuses hospitalières de la Charité de Notre-Dame, ordre de saint Augustin, Paris, 1745.

Françoise de la Croix (1591-1657), fondatrice des hospitalières de la Charité Notre-Dame. Vie de la vénérable mère Françoise de la Croix, institutrice des religieuses hospitalières de la Charité de Notre-Dame, ordre de saint Augustin, Paris, 1745.

Jeanne Biscot (1601-1650), fondatrice des hospitalières de Sainte-Agnès. Abbé Duflot, Jeanne Biscot, fondatrice et première supérieure de la Maison de Sainte-Agnès d’Arras, Paris, 1891.

Jeanne Biscot (1601-1650), fondatrice des hospitalières de Sainte-Agnès. Abbé Duflot, Jeanne Biscot, fondatrice et première supérieure de la Maison de Sainte-Agnès d’Arras, Paris, 1891.

Perrine Thulard (1654-1735), fondatrice des sœurs de la Charité de la Chapelle-au-Riboul. E. Baffie, Aperçu historique sur la congrégation des sœurs de la Charité Notre-Dame d’Evron, Mayenne, 1920.

Perrine Thulard (1654-1735), fondatrice des sœurs de la Charité de la Chapelle-au-Riboul. E. Baffie, Aperçu historique sur la congrégation des sœurs de la Charité Notre-Dame d’Evron, Mayenne, 1920.

Jeanne Delanoue (1666-1736), fondatrice des servantes des Pauvres de la Providence de Saumur. M. Laigle, La Mère des pauvres, Jeanne Delanoue, 1666 -1736, Saumur, 1968.

Jeanne Delanoue (1666-1736), fondatrice des servantes des Pauvres de la Providence de Saumur. M. Laigle, La Mère des pauvres, Jeanne Delanoue, 1666 -1736, Saumur, 1968.

Anne Leroy (1692-1781), fondatrice du Bon Sauveur de Caen. G.-A. Simon, La mère Anne Leroy et les origines du Bon Sauveur de Caen, Caen, 1953.

Anne Leroy (1692-1781), fondatrice du Bon Sauveur de Caen. G.-A. Simon, La mère Anne Leroy et les origines du Bon Sauveur de Caen, Caen, 1953.

Marie Poussepin (1653-1744), fondatrice des sœurs de la Charité de Sainville. B. Préteseille, Marie Poussepin ou l’exercice de la charité, Chambray-les-Tours, 1989.

Marie Poussepin (1653-1744), fondatrice des sœurs de la Charité de Sainville. B. Préteseille, Marie Poussepin ou l’exercice de la charité, Chambray-les-Tours, 1989.

Notes

1 Ole-Peter Grell et Andrew Cunningham, Health care and poor relief in counter-Reformation Europe, London-New-York, 1999.

2 Bernard Hours, L’Église et la vie religieuse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 2000 et on se reportera à l’ensemble des travaux de Jean-Pierre Gutton, en particulier, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, 1971 et Guide du chercheur en histoire de la protection sociale, vol. 1 (fin du Moyen Âge-1789), Paris, 1994.

3 Parmi de nombreux titres, on retiendra, Pierre Coste, Le grand saint du grand siècle, M. Vincent, Paris, 1932, 2 vol. ; André Dodin, Saint Vincent de Paul et la charité, Paris, 1960.

4 Nicolas Gobillon, Vie de la vénérable Louise de Marillac, veuve de M. Legras, fondatrice et Ière supérieure des filles de la Charité, servante des pauvres malades, éd. augmentée par C. Collet, Paris, 1769 ; Abbé de Choisy, Vie de Madame de Miramion, Paris, 1706 ; A. de Salinis, Madame de Villeneuve, fondatrice de la société de la Croix (1597-1650), Paris, 1918, 2de éd. ; Abbé Collin, Vie de la vénérable servante de Dieu, Marie de Lumague, veuve de M.de Pollalion, gentilhomme ordinaire du Roy, institutrice des filles de la Providence sous la conduite de S. Vincent, morte en odeur de sainteté en 1657, Paris, 1744 ; malgré leur caractère hagiographique, ces sources ont le mérite de montrer que ces femmes sont plus des collaboratrices de M. Vincent et des cofondatrices que des fondatrices à part entière comme celles que nous avançons.

5 Principale biographie, Vie de la vénérable mère Françoise de la Croix, institutrice des religieuses hospitalières de la Charité de Notre-Dame, ordre de saint Augustin, Paris, 1745,

6 J. de Marte, La vie meslée de damoiselle Jeanne Biscot, sl, 1692, ouvrage bien documenté, sa sœur Madeleine de Marte fut la 3ème supérieure des filles de sainte Agnès ; Abbé L. Duflot, Jeanne Biscot, fondatrice et Ière supérieure de la Maison de sainte-Agnès d’Arras, Paris, 1891.

7 B. T. Pouan, La vie de la vénérable Marie Poussepin, Paris, 1894, à compléter avec Gabriel Thery, Recueil des actes de la vénérable Marie Poussepin, 1653-1744, fondatrice des sœurs de la Présentation de Tours, t. 1, Période de Dourdan (1653-1695), t. 2, Période de Sainville (1696-1744), Tours, 1938 et Bernard Preteseille, Marie Poussepin ou l’exercice de la Charité, Chambray-les-Tours, 1989.

8 Eugène Baffie, Aperçu historique sur la congrégation des sœurs de la Charité de Notre Dame d’Evron, Mayenne, 1920.

9 Marie Laigle, La Mère des pauvres, Jeanne Delanoue, 1666-1736, introduction et notes de Georges Blond, Saumur, 1968, rééd. 198.

10 G.-A. Simon, La Mère Anne Leroy et les origines du Bon Sauveur de Caen (1692- 1781), Caen, 1953.

11 Henriette Demaret et Marie-Hélène Olivereau, Les sœurs de la Charité de Notre Dame d’Evron, Mayenne, 2000.

12 Vie de la vénérable mère Françoise de la Croix…, p. 5.

13 Selon J. de Marte, op. cit., Jeanne Biscot, d’un naturel sauvage fait vœu de chasteté perpétuelle vers 14 ans, désire vivre recluse mais « Dieu la retient dans le monde pour y mener une vie meslée par une infinité de bonnes œuvres, entre religion et mariage », p. 33. L’indication que M. Poussepin fut 22 fois marraine à Dourdan n’est pas dépourvue d’intérêt.

14 Le contrat de mariage est aussi un contrat commercial entre le frère et la sœur, Gabriel Thery, op. cit., I, p. 307. Nombreux renseignements consignés et vérifiés dans Beatificationis et canonizationis servae dei Mariae Poussepin, fundatricis instituti sororum dom. Caritatis et praesentatione B.M.V. Positio super virtibus ex officio concinnata, Rome, 1985, 882 p.

15 Marie Laigle, La mère des pauvres…, p. 6.

16 Ibid., p. 6 et 7.

17 Parmi d’autres, l’exemple d’Anne Forestier et de ses filles à l’hôpital Saint-Étienne de La Rochelle au début du XVIIIe siècle ou celui d’Olive Morel du Verger qui avait réuni en 1683 les « demoiselles » des Incurables de Rennes, qui mourut aveugle en 1736 au milieu de ses pauvres. Ces dernières furent reconnues en 1842 sous le nom de « filles du Cœur Immaculé de Marie ». L’échec de Marie Ward est à replacer dans le contexte de calomnies et de méfiance à l’égard des premières séculières au début du XVIIe siècle, R. Pillorget, « Mary Ward ou la ténacité (1585-1645) », Les religieuses enseignantes, XVIe-XXesiècles, Presses Universitaires d’Angers, 1981, p. 9-20.

18 Grâce aux brevets d’apprentissage retrouvés par G. Thery dans les archives notariales de Dourdan, Recueil des actes de la vénérable M. Poussepin…, t. 1, Période de Dourdan, 1653-1695. Contribution à l’histoire du commerce et de l’industrie à Dourdan aux XVIIe-XVIIIe siècles, Tours, 1938.

19 Vie de la vénérable…, p. 13-16.

20 Fille de son frère aîné, gravement malade en 1703, elle prend l’habit et meurt comme sœur assistante de sa tante en 1706 à 33 ans.

21 Les Poussepin se divisent en trois branches principales, présentes à Dourdan, à Paris et à Sainville.

22 Marie-Hélène Olivereau, op. cit., p. 30.

23 Pierre Helyot, Dictionnaire des ordres religieux…, t. IV, 1859, col. 193-205.

24 Vie de la vénérable Mère Françoise de la Croix…, chapitre XVII, les suivants donnent le détail des procédures à Rouen et à Paris entre 1647 et 1654, innocentée en 1654.

25 Marie Laigle, op. cit., chapitres III et VI.

26 Ibid., chapitre XVIII.

27 Marie-Claude Dinet-Lecomte, Les sœurs hospitalières en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. La charité en action, Champion, Paris, 2005, âge moyen à la fondation des hommes (39 ans) et des femmes (37 ans), chapitre 2, « De l’association locale à la congrégation », p. 93.

28 Archives communales d’Arras, GG 351, 1-7, don de l’abbé de Saint-Vaast à S. Taisne et aux autres filles réunies en congrégation sous le nom de sainte Agnès d’une maison achetée à leur intention et qui leur a été prêtée à charge de recevoir, loger, nourrir une fille présentée par l’abbé et de lui offrir chaque année six aunes de dentelle (1619) et testament de ladite S. Taisne en faveur de J. Biscot et de ses compagnes à condition qu’elles continuent à enseigner la jeunesse (1644). Elle a su se démarquer des suspicions qui pesaient sur les premières filles de Sainte Agnès, Alain Lottin, « Réforme catholique et instruction des filles pauvres dans les Pays Bas méridionaux : les filles de Sainte Agnès et leur mise en cause à Rome dans l’affaire des jésuitesses (1569-1645) », Les religieuses enseignantes…, p. 21-29.

29 Vie de la vénérable…, chap. 7 à 12.

30 Archives communales d’Arras, GG 351, 1-14.

31 Transférées à Tours après la Révolution, les sœurs de la charité de Sainville ont enfin renoué avec les origines dominicaines en s’intitulant « dominicaines de la Présentation de la Vierge ».

32 Règlement de 1709, chap. 10 et 11.

33 Nicolas Barré, Œuvres complètes, Paris, 1994, « Quelques avis pour les maîtresses… », p. 273.

34 1628 : maisons près de la Place royale pour les hospitalières de la Charité ; 1643 : maison de Sainte-Agnès près de l’abbaye saint-Vaast d’Arras ; début XVIIIe siècle : agrandissement de la maison de Sainville par M. Poussepin ; 1716 : le chevalier de la Vallière achète la maison des Trois Anges pour loger la Providence de J. Delanoue ; 1716 : Anne Leroy emprunte pour acheter la maison de la rue d’Auge à Caen ; 1732 : grâce aux dons de plusieurs prêtres, la maison de Mme Thulard incendiée est reconstruite.

35 Alors que l’âge moyen au décès des sœurs hospitalières se situe entre 50 et 55 ans.

36 Marie Laigle, op. cit., chap. 36, p. 288.

37 Voir les travaux de Claude Langlois, Yvonne Turin et d’Elisabeth Dufourcq.

38 On pourrait ajouter Elisabeth de Rainfaing, fondatrice de Notre Dame du Refuge à Nancy en 1624 ; Marie Balavenne et Renée Burel, fondatrices des filles du saint Esprit de Plérin en 1706 ; Anne Rallu, fondatrice des filles de la Trinité de Montdidier en 1724 ; Anne-Marguerite Moreau, fondatrice des ursulines hospitalières et de l’instruction chrétienne de Mussy en 1758…

39 Mais elle sous estimait l’importance de l’esprit de clôture qui caractérisait les instituts séculiers car l’absence de vœux solennels et de clôture ne les empêchait pas d’avoir une vie religieuse très intense, aspect développé dans notre contribution : « Du bon usage de la clôture et de l’enfermement dans les établissements charitables en France aux XVIIeet XVIIIesiècles », Femme et espace clos dans le monde urbain, (8 mars 2004, Université de Lille 3), Histoire, Économie et Société, 3.2005.

Table des illustrations

Titre Françoise de la Croix (1591-1657), fondatrice des hospitalières de la Charité Notre-Dame. Vie de la vénérable mère Françoise de la Croix, institutrice des religieuses hospitalières de la Charité de Notre-Dame, ordre de saint Augustin, Paris, 1745.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Jeanne Biscot (1601-1650), fondatrice des hospitalières de Sainte-Agnès. Abbé Duflot, Jeanne Biscot, fondatrice et première supérieure de la Maison de Sainte-Agnès d’Arras, Paris, 1891.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Perrine Thulard (1654-1735), fondatrice des sœurs de la Charité de la Chapelle-au-Riboul. E. Baffie, Aperçu historique sur la congrégation des sœurs de la Charité Notre-Dame d’Evron, Mayenne, 1920.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Jeanne Delanoue (1666-1736), fondatrice des servantes des Pauvres de la Providence de Saumur. M. Laigle, La Mère des pauvres, Jeanne Delanoue, 1666 -1736, Saumur, 1968.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Anne Leroy (1692-1781), fondatrice du Bon Sauveur de Caen. G.-A. Simon, La mère Anne Leroy et les origines du Bon Sauveur de Caen, Caen, 1953.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1203/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Marie Poussepin (1653-1744), fondatrice des sœurs de la Charité de Sainville. B. Préteseille, Marie Poussepin ou l’exercice de la charité, Chambray-les-Tours, 1989.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1203/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search