Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre piété et contrainte

La famille du Saint Enfant Jésus d’Aix-en-Provence, sa chapelle et son œuvre hospitalière du Petit Bethléem

Régis Bertrand

Texte intégral

  • 1 Abbé Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France..., T. III, La co (...)
  • 2 Jacques Roland-Gosselin, Le Carmel de Beaune (1619-1660), Rabat, 1969 ; Marie-Françoise Gr (...)
  • 3 Voir aussi Bibliothèque municipale Méjanes d’Aix (désormais B. M.), Ms 639-640, Bicais, «  (...)

1Dans son ouvrage classique sur le sentiment religieux en France au XVIIe siècle, l’abbé Henri Bremond, qui était lui-même Aixois, avait naguère observé que la Provence et en particulier Aix s’étaient révélées un des principaux foyers de rayonnement de la dévotion oratorienne et carmélitaine à l’Enfant Jésus au XVIIe siècle1. Il avait mis en évidence le lien entre l’Oratoire de Provence et le Carmel de Beaune – dont le rôle sur ce point est désormais bien connu2 – en observant que « le père Parisot en personne, c’est-à-dire l’intime confident, le dévot passionné de Marguerite du Saint-Sacrement » avait été « nommé en 1652 supérieur de l’Oratoire d’Aix3 ». H. Bremond citait à l’appui cette précieuse remarque du P. Batterel, le chroniqueur de la congrégation :

  • 4 L’abbé Bremond ayant légèrement amputé la citation, je reproduis ici le passage complet du (...)

« À peine y fut-il, que, prêchant partout à son ordinaire la dévotion à la Sainte Enfance, il eut la consolation de la voir établie, je ne dis pas dans la maison où elle était déjà mais parmi les plus honnêtes gens de la ville, à titre d’association ou de confrérie érigée dans les formes, dans notre église vers 1653 d’abord, par le grand vicaire du chapitre le siège vacant, et puis par deux bulles ou brefs d’Innocent X de la même année, pour y attacher des privilèges et indulgences4. »

  • 5 Père Joseph Parisot, Explication de la dévotion à la sainte Enfance de Jésus-Christ nostre (...)

2H. Bremond avait également ajouté deux précisions importantes : la publication à Aix par le père Parisot en 1657 de son Explication de la dévotion à la Sainte Enfance de Jésus-Christ Notre Sauveur5 et la création la même année d’une maison hospitalière enfantine, le Petit Bethléem du Saint-Enfant. Le père Parisot lui-même écrivait :

  • 6 Père Joseph Parisot, « Vie de la soeur Marguerite du Saint-Sacrement... », manuscrit aux A (...)

« Nonobstant toute opposition et ma foiblesse et indignité, j’ay veu en une année cette dévotion approuvée par le Saint Siège et receue en plusieurs diocèses avec l’approbation des ordinaires et rendue publique à Aix en l’année 16536. »

  • 7 Jean Simard, Une iconographie du clergé français au XVIIe siècle. Les dévotions de l’École (...)

3De fait, l’étape aixoise de la diffusion de la dévotion à la Sainte Enfance est particulièrement importante : la Famille de l’Enfant Jésus érigée par le père Parisot dans l’église de l’Oratoire d’Aix selon le modèle de celle du Carmel de Beaune fut la première à obtenir une bulle d’érection avec des indulgences. Aix fut son seul site d’implantation à avoir connu une activité caritative d’assistance aux enfants pauvres qui la conduisit à la création d’une petite institution, laquelle subsista jusqu’à la Révolution. Aucune autre de ces associations ne bénéficia enfin d’un épais volume de 1126 pages. Le décor de sa chapelle constituait aussi un apport intéressant à l’iconographie de l’école française7.

  • 8 Commune de Mimet (Bouche-du-Rhône). Sur cette maison, Régis Bertrand, Crèches et santons d (...)
  • 9 Bicais, B. M. d’Aix, ms 639, article « Bourgoing », t. I, f° 353, signale que Bourgoing ré (...)

4Ainsi que le signale le père Batterel, lorsque le P. Parisot est nommé à la tête de l’Oratoire d’Aix – l’une des maisons les plus importantes de la congrégation, siège d’un noviciat – le culte de la Sainte Enfance y était déjà présent, ainsi d’ailleurs que dans la « solitude » sylvestre que les oratoriens aixois possédaient à Notre-Dame-des-Anges8, ce qui ne surprend guère, puisqu’il s’agit de l’un des principaux aspects de la mystique du Verbe Incarné développée par l’école oratorienne. Dès 1625 les oratoriens aixois avaient érigé une « Association de la famille de Jésus et de Marie soubs le gouvernement et protection de saint Joseph », dont le « Livre contenant le dessain et réglemens » avait pour auteur le père François Bourgoing, alors supérieur de l’Oratoire d’Aix et promoteur vraisemblable de l’association, qui deviendra ensuite le troisième supérieur général de sa congrégation9. Il s’agissait d’une société masculine semi-fermée, à la piété exigeante, que ses fondateurs voulaient réserver à une élite si l’on en juge par l’article de son règlement qui précise son recrutement :

  • 10 B. M. d’Aix, ms 282, « Livre contenant les noms et surnoms de tous les congrégéz en l’asso (...)

« Tous ceux qui seront reçus en l’Association seront personnes de qualité ou au moins d’honneste condition, soit ecclésiastiques ou laïques de longue ou courte robe, afin qu’ il y ayt plus grande union de charité et uniformité des espris en la diversité moins inégale des professions. Que sy aucuns autres y sont admis, ilz seront personnes de piété et vertu recognue et en bien petit nombre10. »

  • 11 Le livre de l’association (B. M. d’Aix Ms 282) signale : « n° 277, M. Jean Daret, de la vi (...)
  • 12 Pierre-Joseph Haitze, Les curiositéz les plus remarquables de la ville d’Aix, Aix, Ch. Dav (...)

5Pour cette association avait été construite et décorée à partir des années 1640, dans le nouvel enclos de l’Oratoire, rue du Bon-Pasteur, une chapelle que l’annaliste aixois du temps, Pierre-Joseph de Haitze, considérera en 1679 comme « la plus belle de la ville, et la plus riche en peinture » et dont il donnera une très longue description. Le peintre Jean Daret, lui-même membre de l’association11, y œuvra de 1643 à 1652 pour peindre sur des toiles marouflées sur les murs et le plafond un décor foisonnant sur le thème de la famille de Jésus. Il y avait employé la quadratura pour figurer une galerie « ouverte sur le ciel et animée par des groupes d’anges musiciens appuyés aux balustrades ». Par son pavement aux couleurs « d’or, de rubis et d’émeraudes » et ses boiseries dorées, la petite chapelle était un lieu d’exception aménagé pour que l’émotion visuelle y induise la méditation et l’oraison12.

6Le père Parisot a dû être en fait nommé à l’Oratoire d’Aix dans les derniers mois de 1651 ; le registre des réceptions de l’association de la Famille de Jésus, Marie et Joseph porte en effet : « N° 293, le révérend Père Joseph Parisot, supérieur de la maison de l’Oratoire en cette ville et directeur de l’association, 3 décembre 1651 ».

  • 13 Comme l’indique le « livre contenant le dessain et réglemens de l’association », B. M. d’A (...)

7L’existence de cette association dans l’enclos de l’Oratoire fut sans doute un atout pour les projets du père Parisot. Nous ne possédons aucune archive propre de la Famille de l’Enfant Jésus, mais le père Batterel précise qu’elle fut érigée « à titre d’association ou de confrérie » dans l’église de la maison. Il semble s’agir en effet d’une « confrérie-luminaire », établie dans une église aisément accessible depuis la rue, mixte et largement ouverte à tous, strictement consacrée à honorer l’Enfant Jésus, en particulier par la célébration de chaque « 25ème de chaque mois », alors que la Famille de Jésus, Marie et Joseph était une association semi-fermée, masculine, le type même de « l’association de dévotion », réservée en théorie aux « plus honnêtes gens de la ville », vouée en fait à la sainte Famille et en particulier à saint Joseph13.

  • 14 Marie-Françoise Grivot, op. cit., t. II, document en annexe de lettre 512, p. 844. Les frè (...)
  • 15 Marie-Françoise Grivot, op. cit., Lettres 535, t. II, p. 893 et 544, p. 908 et passim. Sur (...)

8Dès 1652, le nouveau supérieur peut adresser au Carmel de Beaune – peut-être en annexe à sa lettre datée du 7 mai 1652 – une liste « de ceux qui s’offrent (...) pour être de la famille [du Saint Enfant Jésus] et qui lui présentent leurs coeurs pour lui servir de crèche et de trône ». Au total 14 prêtres (15 en comptant le P. Parisot : s’agit-il des membres de l’Oratoire d’Aix ?), 2 « frères » (sans doute de l’Oratoire), 12 « conseillers », six autres noms et prénoms masculins et cinq féminins sans autres indications14. Des membres de la Famille de Jésus, Marie et Joseph y sont présents mais en minorité : outre le P. Parisot, les deux oratoriens inscrits en tête, les pères Jacques de Rez et Antoine Perrin, qui avaient figuré parmi ses fondateurs, un autre oratorien, le P. Jacques Perrin, un des douze « conseillers », Jacques d’André et quatre des six noms masculins : le notaire J.-P. de Régina, les avocats Alexandre Michaëlis et Jean-Antoine Michaëlis, le chirurgien Pierre Brun. En fait, sitôt que l’on examine la correspondance reçue par le Carmel de Beaune, la part prise par quelques membres de l’Association de Jésus, Marie et Joseph dans le rayonnement de la dévotion bourguignonne paraît déterminante. Outre le père Bérardi, de l’Oratoire, qui a été reçu dans l’association en 1626, le conseiller au parlement Jacques d’André, reçu en 1637, « qui est un autre M. de Renty en vertu » selon le P. Parisot, l’avocat Bernard Deguerre, l’un de ses fondateurs, qui entre personnellement en rapport avec les carmélites de Beaune et leur transmet le recueil des miracles de Marguerite du Saint-Sacrement qu’il a composé, le conseiller Jean-Augustin d’Arbaud, reçu en 1626, l’avocat Alexandre Michaëlis qui, dès le 3 juillet 1654, fait suivre sa signature de l’indication : « conducteur du petit Bethléem » et qui diffuse auprès des malades aixois les reliques envoyées de Beaune15.

  • 16 En fait le siège était vacant par suite du refus d’Innocent X de ratifier la nomination de (...)
  • 17 Textes publiés dans Joseph Parisot, op. cit., t. I, p. 5 et sq.

9La « dévotion sous le titre de la Famille du Saint Enfant Jésus » a été approuvée le 23 juin 1653 par le chanoine Jean-Nicolas de Mimata, vicaire général, le siège vacant16, qui avait été lui-même un des fondateurs de la Famille de Jésus, Marie et Joseph. Innocent X accorde ensuite une bulle d’indulgences perpétuelles datée du 6 septembre 1653 à « une confrérie des fidèles de l’un et l’autre sexe (...) qu’on appelle communément la Famille du Saint Enfant Jésus, en laquelle les confrères qui en sont ont accoutumé de s’occuper aux oeuvres de piété et de charité » ; deux autres bulles scellées le même jour érigent en autel privilégié l’autel de la confrérie, « situé dans ladite église [de l’Oratoire] » et accordent des privilèges aux sept autres autels de l’église17.

  • 18 À noter que les plus anciennes approbations, par des religieux aixois (jacobins, cordelier (...)
  • 19 Selon Bicais, ms. cit., art. « Parisot » et Louis batterel, op. cit., t. III, p. 548.
  • 20 Marie-Françoise Grivot, op. cit., t. II, lettre 528, p. 872-874.

10Le 18 novembre 1653, le père Parisot relate cette érection aux religieuses du Carmel de Beaune ; il y annonce la rédaction d’un « livre de la famille » qui deviendra l’Explication de la dévotion à la Sainte Enfance, publié quelques années plus tard sur un parti beaucoup plus ambitieux18. Il adresse en attendant au monastère « un petit abrégé », sans doute L’office du Saint Enfant Jésus tiré de l’Écriture sainte qu’il vient de publier à Aix19. Une phrase est particulièrement intéressante car elle suggère un début d’action caritative : « Nous faisons douze confrères de la Famille en serviteurs et trésoriers pour veiller à ce qui sera des besoins des petits enfants pauvres et abandonnés20 ».

11Le père Parisot semble donc avoir rendu publique dans la capitale de la Provence une dévotion christique déjà implantée dans l’élite dévote, mais qui était restée sinon confidentielle du moins discrète et où le culte rendu au Christ naissant était étroitement lié à celui de ses parents. Il lui confère une double visibilité : par l’iconographie de l’église de l’Oratoire et en particulier le tableau de la chapelle qui y est consacrée à l’Enfant Jésus et par le Petit Bethléem.

  • 21 Étude de l’église dans Jean Boyer, L’architecture religieuse de l’époque classique à Aix-e (...)
  • 22 Le titre qui lui est donné ordinairement, « Les saints innocents ressuscités par l’Enfant (...)
  • 23 Antoine Schnapper, Nicolas Mignard d’Avignon, (1606-1668), Avignon, catalogue de l’exposit (...)
  • 24 Jean Boyer, « La peinture et la gravure à Aix-en-Provence aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle (...)
  • 25 Jean Boyer, « Un architecte-sculpteur parisien en Provence, Pierre Pavillon (1612- 1670) » (...)

12Les œuvres commandées aux artistes aixois par les oratoriens pendant ou peu après le supériorat aixois du père Parisot (1651-1659) permettent de reconstituer la mise en place d’un cycle de l’Enfance dans la nouvelle église de l’Oratoire dont on achève la construction21. L’autel de l’Enfant Jésus y est établi dans la première chapelle collatérale donc à une place d’honneur proche du chœur. En 1654 le peintre Jean-Pierre Crozier – qui œuvre alors à la décoration de la chapelle des pénitents bleus, située en face de la maison de l’Oratoire – décore l’autel de la toile L’Enfant Jésus et les Saints Innocents, actuellement conservée au Musée des Tapisseries d’Aix22. Puis le maître-autel reçoit un grand tableau de La Naissance du Sauveur, peint en 1657 par Nicolas Mignard et aujourd’hui dans l’église de la Madeleine23. En 1662-1663 Rodolphe Ziegler ajoute de part et d’autre deux grandes toiles, L’Adoration des Bergers et L’Adoration des Mages et deux petites, La Présentation au Temple et La Circoncision. Ces quatre tableaux sont aujourd’hui perdus24. La statue de la niche de la façade, représentant Jésus enfant, fut enfin commandée à Pierre Pavillon en 166325.

  • 26 Marcel Provence et Jean Boyer, Le musée des tapisseries à Aix-en-Provence. catalogue, Aix, (...)

13Le tableau peint par J.-P. Crozier pour l’autel de l’Enfant Jésus a été considéré par les historiens d’art comme une « composition étrange », à l’« aspect déconcertant », relevant d’une iconographie « si rare qu’Émile Mâle l’ignore totalement26 ». Il va de soi qu’il ne saurait refléter la culture théologique de l’artiste, comme certains l’ont avancé, mais un choix du commanditaire, le P. Parisot. L’œuvre superpose un plan inférieur, où les cadavres enfantins gisent au pied d’un autel où est déposé l’agneau immolé, et un plan céleste, où l’Enfant Jésus, représenté comme un enfant de trois à cinq ans, couronné et tenant le sceptre, siège sur un trône entouré des Saints Innocents et d’un chœur d’anges musiciens. Il est aisé de reconnaître dans la représentation divine le « petit roi de gloire » de Beaune. La composition semble correspondre à une des principales « révélations » de Marguerite du Saint-Sacrement, que le père Parisot rapporte ainsi, dans la vie manuscrite de la carmélite bourguignonne qu’il a rédigée :

  • 27 Père Joseph Parisot, « Vie... », ACB, 32, f° 291 r°-292 v°. Ce passage se retrouve pour l’ (...)

« Le lendemain [de la pentecoste], 4 juin (1634), elle commenca a souffrir le martyre des sts innocens dont la durée fut d’un moys entier : elle tomba comme morte et son corps exhala une odeur suave. Elle demeura comme cela plusieurs heures, pendant lequel temps Jesus Chr[ist] luy donna de grandes connoissances de l’estat de ces bienheureux enfans. Il luy fit connoistre qu’il les avoit choisis pour souffrir en eux, et qu’il avoit pris possession a l’instant de leur martyre, et que pour cette raison leurs combats devoient estre regardez comme divins et leur mort pretieuse, non seulement dans la confession comme celle des autres martyrs, qui estoient morts pour sa cause, mais dans la consomma[ti]on, c’est a dire pour avoir non seulement donné leur vie pour l’amour de luy afin de soutenir ses interests par leur mort, mais pour avoir esté egorgez pour luy et en sa place, ce que st Augustin appelle la consomma[ti]on du martyre (st. Aug[ustin] ser[mo] 3 de Innoc.). Il luy fit voir la beauté extraordinaire dont il les avoit ornez en leur mort ; et comme chacun deux avoit esté honoré de sa splendeur particuliere et que tous possedoient une gloire tres sublime dans le ciel ; qu’ils y ont un grand pouvoir pour assister ceux qui meurent de mort subite ; que les Roix et les royaumes sont souvent commis a leur protection, et qu’il ne refuse rien a ces bien heureuses victimes de son Enfance. Elle demeura plusieurs jours en ces ravissements dans une beauté extraordinaire qui donnoit amour et respect27. »

14Cette œuvre doit également être mise en relation avec le chapitre XVII de l’Explication de la dévotion à la Sainte Enfance, que le P. Parisot a intitulé : « La dévotion à l’Enfance oblige à une dévotion particulière envers les saints Innocents ». Citons en particulier ce passage de la conclusion :

  • 28 Père Joseph Parisot, op. cit., t. I, p. 218-241. Le Père Joseph Parisot annonce le 12 janv (...)

« Ces enfans innocens sont les premiers domestiques de la famille du saint Enfant Jésus ; ils en sont les principaux patrons, après saint Joseph et la sainte Vierge ; ils en sont les saints tutélaires et pour nous tenir aux termes de saint Jean Chrysologue, ils sont les gardes du corps du saint Enfant Jésus qui est le chef de la famille et qui ne veut aller en aucun lieu sans ses soldats et défenseurs et partant, tous ceux qui le désirent, qui le demandent et qui veulent estre à luy en qualité de ses dévots et domestiques, doivent aimer les saints Innocents et recourir à eux pour le garder et conserver28. »

  • 29 La Nativité peinte par Ph. de Champaigne pour la chapelle Tubeuf de l’Oratoire de la rue S (...)

15Le tableau de Mignard du maître-autel, où l’Enfant Jésus irradiant de lumière illumine ses parents et le choeur des anges qui le surplombent, tenant des instruments de musique et le phylactère du gloria, pourrait être également inspiré d’une vision de Marguerite du Saint-Sacrement29, qui est ainsi relatée par le P. Parisot :

  • 30 Père Joseph Parisot, « Vie... », ACB 32, f° 120 r-121 r°. Également 33 f° 560.

« La nuict de Noël [1631] elle fut ravie dez son entrée au choeur et pendant tout le temps de l’office divin qu’elle chanta avec ses soeurs non seulem (en) t avec l’attention au mystere, mais dans la veue du mystere par une lumiere extraord (inai) re qui luy en decouvroit toutes les particularitez. Elle vit lors qu’on eut commencé le Te Deum toute la cour celeste en joye de la naissance temporelle du filz de dieu en terre et entendit les concerts melodieux des anges qui publioient la gloire que cette naissance rend à dieu (...) Elle communia avec toute la communauté a la messe de minuict, estant toujours ravie, et en ce moment, elle fut transportée dans l’estable de Bethléem qu’elle trouva toute eclattante d’une lumiere dont les rayons sortoient du verbe incarné qui se montra a elle sous la forme d’un enfant dans la creche et la couvrant d’une nouvelle pureté luy dit Ma bien aymée, ma fille et ma colombe, tu es mon espouse en la creche, tu honoras mon Enfance eternellement. Je te benis et te baptise de pureté et te mets en la grace baptismale. Elle fut lors toute embrazée d’amour vers ce divin espoux, et ne scachant que luy offrir, en reconnoissance de ses faveurs, s’estant déjà tant de fois donnée toute a luy sans aucune réserve, elle luy reitera ses premieres donations et luy offrit de nouveau son estre et tout ce qu’elle estoit30. »

16L’on citera encore, parmi les « enseignements » de Marguerite du Saint-Sacrement :

  • 31 Père Joseph Parisot, « Vie... », ACB 33 f° 1048 v°-1049 r°. La source d’inspiration de Mar (...)

« Elle dit (...) qu’Il jettoit des rayons de lumière sur elle (la Vierge) et sur saint Joseph, par lesquels il les remplissoit d’amour et les attiroit a contempler sa beauté dont la veüe sanctifioit les ames31. »

  • 32 Citations d’un texte sur le Petit Bethléem sans référence (peut-être le préambule des règl (...)

17Cette belle oeuvre est aussi l’illustration du projet du petit Bethléem : l’Enfant Jésus y est montré « en estat d’abandonnement, n’ayant pû même trouver de retraite dans les maisons destinées pour les créatures raisonnables » et il n’est entouré que de « Joseph et Marie, qui seuls soignèrent le saint Enfant Jésus, en sa naissance et pendant son enfance32 ».

  • 33 Marie-Françoise Grivot, op. cit., t. II, p. 898 (lettre n° 538 du 31 mars 1654).
  • 34 Jean Simard, op. cit., p. 42-45 ; Marcel Bernos, « Encore la Provence mystique : Jeanne Pe (...)
  • 35 L’adorateur de l’Enfant Jésus par le R. P. Floeur, docteur en sainte théologie, prestre et (...)

18À lire les lettres enthousiastes envoyées depuis Aix au Carmel de Beaune, la dévotion à l’Enfant Jésus aurait connu dans la ville un rapide succès, ponctuée de miracles attribués à l’intercession de sœur Marguerite du Saint-Sacrement, dont le portrait semblerait avoir été diffusé par un peintre33. Sœur Marie-Françoise Grivot a observé cependant que toute correspondance aixoise avec le Carmel de Beaune cesse avec le départ du père Parisot. La dévotion carmélitaine n’aurait-elle eu qu’un succès éphémère ? Elle semble avoir été fortement concurrencée par la « vision » de l’Aixoise Jeanne Perraud d’un Enfant Jésus chargé des instruments de la passion, survenue le 15 juin 1658 mais qui ne donna lieu à dévotion publique chez les augustins déchaussés qu’après la guérison du petit-fils du conseiller de Thomassin-Saint-Marc, en 166534. C’est alors qu’est fondée une confrérie. Il est peut-être révélateur qu’un oratorien d’origine aixoise, le P. Floeur, qui avait été reçu en décembre 1630 dans la Famille de Jésus, Marie et Joseph, alors qu’il était encore avocat, fasse rééditer à Aix en 1666 son œuvre principale, L’adoration de l’Enfant Jésus avec un bois montrant l’Enfant Jésus avec les instruments de la passion35. En fait, nous n’avons d’autre indice d’un déclin de la dévotion oratorienne que l’épuisement du recrutement de l’association de Jésus, Marie et Joseph, qui enregistre sa dernière réception en 1706 :

19Lorsque la Révolution supprime les maisons religieuses, la chapelle de l’enclos de l’Oratoire abrite une confrérie professionnelle : elle n’est plus connue que comme « chapelle du corps des marchands ».

  • 36 Père Joseph Parisot, Explication..., op. cit., t. I, p. 259-263.

20L’aspect le plus durable de l’action du père Parisot fut donc le Petit Bethléem des « enfants rouges ». Le P. Parisot a consacré un chapitre de son ouvrage paru en 1657 à l’« Explication du Petit Bethléem de la famille du saint Enfant Jésus » qui est encore en projet lorsqu’il le rédige36. Il y lie intimement pratique charitable et dévotion à l’égard de l’Enfant Jésus :

  • 37 Il s’agit des membres de la Famille du Saint Enfant Jésus.

« Le dessein du Petit Bethléem, c’est-à-dire du lieu où logent les petis enfans pauvres, est de donner retraite et subsistance au saint Enfant Jésus pauvre et abandonné, en la personne des petits enfans pauvres et abandonnés qui le représentent en son indigence et abandon si au naturel qu’on le peut voir et secourir en eux sans se tromper comme s’il estait encore lui-même en l’état d’indigence dans lequel il naquit pour l’amour de tous. Ce saint estat est l’objet du petit Bethléem de sa famille, qui le propose à ses domestiques37 sous des images vivantes afin de toucher plus sensiblement leur coeur et pour les porter à luy rendre en la personne des enfans pauvres, par un culte particulier de religion vers ce mystère adorable, les mêmes offices que saint Joseph et la sainte Vierge lui rendirent en sa propre personne, ce qui ne se pratique pas de la sorte dans les hôpitaux et autres lieux de charitez, dont la fin spéciale en leur institution et pratique n’est pas d’honorer ses mystères mais seulement de pourvoir à ses besoins et de le secourir en ses membres selon les loix de la charité par luy ordonnées ».

  • 38 A. D. B. du R., dépôt d’Aix, 36 HD-B3. Il est vrai qu’il s’agit d’obtenir alors l’exonérat (...)
  • 39 Pierre-Joseph de Haitze, « Aix ancienne et moderne ou la topographie de la ville d’Aix », (...)

21Cette différence d’avec les hôpitaux existants est encore développée dans les pages suivantes. Bien après la mort du père Parisot, les directeurs du petit Bethléem assureront en 1726 qu’il ne s’agit pas « d’un hôpital ou hôtel-Dieu » mais d’une « maison hospitalière38 ». Pierre-Joseph de Haitze signalait peu auparavant que « leur maison est vis-à-vis l’église de l’Oratoire et est marquée sur sa porte par ce titre en lettres d’or : la maison du petit Bethléem39 ».

  • 40 Pierre-Joseph de Haitze, Histoire..., op. cit., t. V, p. 399-401. ACB vol. 25, f° 76-79. J (...)
  • 41 Pierre-Joseph de Haitze, op. cit., p. 400. Ce choix est significatif du lien entre Incarna (...)

22L’on peut suppléer à la perte d’une large partie des archives de la maison par ces quelques pages du père Parisot, par le bref récit de Pierre-Joseph de Haitze sur sa création et surtout par la transcription des pièces concernant sa fondation que conserve le Carmel de Beaune40. Celle-ci a été autorisée par le cardinal Grimaldi le 8 octobre 1657. On n’admettrait que « des petits enfans mâles et qui seront légitimes » ; ils seront « nourris, entretenus et élevés à la piété et aux arts, autant que leur âge pourrait le permettre » ; ils seront « habillés de rouge en l’honneur de l’incarnation du verbe éternel41 » ; « un seul homme et une seule femme de prudence et de vertus connues » seraient commis à leur soin ;

  • 42 Pierre-Joseph de Haitze, op. cit., p. 400 apporte cette intéressante variante : « les prés (...)

« et pour autant qu’on ne lit point dans l’évangile que saint Joseph et la sainte Vierge, aient mendié pour nourrir le saint Enfant Jésus, on ne fera point de quêtes pour les enfants qui seront au petit Bethléem, mais se pourra recevoir ce qui sera donné en l’honneur de ce que le saint Enfant Jésus voulut bien recevoir les présents des rois mages42 ».
Enfin, « pour autant que ce petit Bethléem est dit de la Famille du saint Enfant Jésus, il ne sera point séparé de l’Oratoire où la dite Famille est établie et le supérieur dudit Oratoire avec le secrétaire de ladite Famille seront dudit conseil, avec dix autres de la même Famille ».

  • 43 J’indique entre crochets quelques précisions procurées par les actes de fondation (ACB vol (...)

23Les douze membres de la famille du saint Enfant Jésus qui composèrent le premier conseil ont été énumérés de façon détaillée par P.-J. de Haitze, ce qui permet de les identifier43 :

« Les pères Joseph Parisot et Joseph Du Puy, celui-là supérieur de l’Oratoire d’Aix et celui-ci secrétaire [de la Famille], Honoré de Fourbin[La Fare], prêtre et prieur de Cucuron, Mathieu de Gallice, aussi prêtre, Jacques [d’]André, conseiller au parlement, Jean-Augustin d’Arbaud, seigneur de Gardane, conseiller en la cour des comptes, aides et finances, François Dumas, trésorier général de France, Pierre de Thomassin, seigneur du Loubet, Alexandre de Michaëlis, écuier, François de Robert, seigneur de Mimet, Bernard Deguerre, advocat et Pierre Brun, chirurgien. Les premiers qui voulurent bien se charger du soin des enfans qu’on reçut en cet hôpital furent Alexandre Michaëlis et Jeanne de Bonfils, épouse d’Honoré de Reboul seigneur de Lambert, conseiller en la cour des comptes ».

24Quasiment tous avaient été reçus dans la Famille de Jésus, Marie et Joseph. Jeanne de Bonfils, la seule à ne pouvoir l’être, appartenait à une famille amplement représentée par les hommes dans cette association. Son père, Joseph Bonfils, lieutenant criminel en la sénéchaussée, y avait été reçu en 1626.

  • 44 A. D. B. du R. dépôt d’Aix 36 HD - B1 et B2 et dépôt de Marseille 1 Q 387 (inventaire du 2 (...)

25Un livre des titres et un livre de comptes – tenu entre 1689 et 1712 – permettent d’entrevoir comment l’association a financé la création et le fonctionnement de l’hôpital44. Elle a, d’une part, bénéficié dans la seconde moitié du XVIIe et tout au long du XVIIIe siècle de dons, legs et surtout de fondations de places, accompagnées parfois de conditions contraignantes, l’enfant devant être originaire du fief ou du village du donateur. Une demoiselle Guigues exigea même dans son testament que le bénéficiaire soit un membre de sa famille (il y aura en 1770 conflit entre deux branches de ses parents à ce sujet). D’autre part, la maison accueillait des enfants présentés par un de ses membres, qui assurait le versement d’une pension ; les parents de l’enfant pouvaient aussi contribuer à cette dernière.

26Les enfants furent pendant un demi-siècle hébergés dans des bâtiments en location. Des dons, legs, « aumosnes » et le produit du « louage des chezes de l’église » permirent au père Roux, « directeur des Enfants rouges », d’acheter en 1702 une première maison en face de l’église de l’Oratoire. L’on suit dans les comptes des années suivantes son aménagement. D’autres achats immobiliers contigus suivent en 1717, 1720 et 1722 dans la rue des Trabaux (partie basse de l’actuelle rue du Bon-Pasteur). Ce premier ensemble et d’autres biens immobiliers seront vendus en 1743-1744 à l’exception du jardin en coeur d’îlot. En 1723 en effet, le directeur et le recteur achètent deux maisons contigues au jardin dans une artère perpendiculaire, « la rue derrière les prêtres de l’Oratoire allant aux pénitens blancs de l’observance » (rue des Guerriers).

27Le livre de comptes a été tour à tour tenu par le « conseiller de Trets » (Antoine de Trets, conseiller au parlement, 1655-1702), Paul Barlatier qui se dit « secrétaire du roy » et le marchand de soie Antoine Jaubert, tous trois membres de l’Association de Jésus, Marie et Joseph. Les deux derniers écrivent en occitan francisé avec une orthographe phonétique. À partir de 1711, des oratoriens assurent cette charge. Le secrétaire est le gestionnaire de la maison ; il remet tout ce qui est nécessaire à la « tante des enfants », provençalisme qui sera traduit une unique fois dans le registre par A. de Trets en 1695 par « gouvernante ». Cette dernière, d’abord Marguerite Plauchud puis « Bourtoumieue Trabaudé » (sic), est une salariée. En l’an II il sera question d’une « sœur » qui loge dans le bâtiment, sans autre précision. Un maître d’école, Boniface, apparaît aussi à partir de 1691 ; le 16 novembre 1691, le recteur écrit « j’ay donné 19 sols à Boniface pour achepter des livres aux enfans ». En 1699 on achète « trois arfabes à 18 sols » puis la même année « des heures Nostre Dame ou arfabes ». En 1790, l’« œuvre des enfants rouges » a trois recteurs : le supérieur de l’Oratoire, le père Guillaume André, et les sieurs Joseph Michel Louis Silvacanne, « recteur trésorier », et Pierre Jean Baptiste Gérard. le second pourrait être parent de ce Jean-Antoine Silvacanne, « ancien consulaire », qui fit un don en 1721.

  • 45 A. D. B. du R., dépôt d’Aix, 36 HD-B3.
  • 46 A. D. B. du R., dépôt de Marseille, 1 Q 387.

28En 1702, l’installation dans une nouvelle maison est elliptiquement justifiée par P. Barlatier : « aian aumanté de quatre enfans à faleu aumanté dé logemen ». À cette occasion, on fait « accommoder » six bancs de lits et on en fait faire sept, ce qui suggère un nombre minimal de pensionnaires, plusieurs pouvant dormir dans le même lit. Il y aurait en 1726 « 34 enfans dont plus de 25 sont orphelins à cause de la mortalité et des ravages qu’a fait la contagion dans laditte ville et dans toute la province45 ». L’inventaire dressé le 18 germinal an II (7 avril 1794) pose problème car la maison venait d’être vendue aux enchères le 2 germinal (22 mars 1794). Il ne signale dans « la chambre ou couche (sic) les enfant (sic) que « cinq lit (sic) de bans bien mauvais » avec leurs paillasses. La modeste chapelle de la maison est à peine pourvue d’une « mauvaise table d’autel » et n’a pas de tableau. Mais ce mobilier délabré pourrait être à cette date résiduel. Dernier souvenir des origines de la maison, dans la chambre de la « sœur », « une niche avec un Enfant Jésus dedans en bois46 ».

  • 47 Jean-Pierre Gutton, « Administrateurs d’hôpitaux et compagnie du Saint-Sacrement », in Jea (...)
  • 48 Je remercie Alain Tallon de m’avoir communiqué leurs noms (liste dans Bertrand, « Messieur (...)
  • 49 Pour replacer les « enfants rouges » dans leur contexte : Cissie C. Fairchilds, Poverty an (...)

29L’on regrette que la grande modestie des sources ne permette guère de cerner davantage le groupe de laïcs et de clercs proches de l’Oratoire qui ont à la fois favorisé l’établissement à Aix de la dévotion à l’Enfance selon le modèle du Carmel de Beaune et la création d’une institution charitable, laquelle dura près d’un siècle et demi. Il n’est guère possible en particulier de préciser les rapports fort vraisemblables de l’Association de Jésus, Marie et Joseph et des membres fondateurs du Petit Bethléem avec la compagnie secrète du Saint-Sacrement47. Nous ne connaissons en effet que douze membres de la compagnie48. Trois sont à coup sûr membres de l’association : le chanoine de Mimata, le chevalier de Malte Gaspard de Simiane-La Coste, François de Beaumont. La présomption semble forte que Jacques d’André en soit aussi ; il a joué un rôle de premier plan en 1641 parmi les fondateurs de l’hôpital de la Charité, en compagnie de F. de Beaumont et de G. de Simiane-La Coste. Un réseau janséniste aurait-il ensuite pris le relais pour gérer le Petit Bethléem ? Au début du XVIIIe siècle, la maison a pour directeur l’oratorien Jean Roux, qui sera appelant ; Antoine de Trets, le recteur, est un janséniste notoire ; parmi les donateurs figure l’oratorien Gazel, autre appelant. Mais le milieu janséniste aixois du XVIIIe siècle reste trop mal connu pour que l’on puisse identifier ses éventuels membres parmi les autres bienfaiteurs de la maison49. La fondation d’une « maison hospitalière » par des dévots membres d’une association pieuse résulte d’un projet charitable doublé d’une visée mystique qui en constitue l’originalité principale. Les fondateurs ont sans doute voulu à la fois contribuer à « modeler une société en l’éduquant » et « construire le ciel sur la terre » (J.-P. Gutton). L’échange entre donateurs et pauvres ne se limite pas à un don financier des premiers et un contre-don en prières des seconds. Aux yeux des membres de l’association de Jésus, Marie, Joseph et de la Famille du Saint Enfant Jésus qui créèrent le Petit Bethléem, l’orphelin « pauvre et abandonné » était par sa vulnérabilité l’« image vivante » du Christ naissant dans une étable et promis à la croix, ce que son vêtement rouge, devait rappeler. Les Enfants rouges furent ainsi les vecteurs et les bénéficiaires de l’action caritative de ces dévots aixois, comme l’iconographie de leur chapelle ou celle de l’église de l’Oratoire fut le vecteur de leurs oraisons et de leurs méditations. Leur établissement hospitalier s’avère avoir été au demeurant bien plus durable que leur association. Le Petit Bethléem semble caractéristique de ces fort petits établissements urbains d’Ancien Régime étroitement spécialisés dans le soulagement d’une catégorie de démunis, sans doute liés à quelques familles de bienfaiteurs, qui mériteraient une étude fine lorsque leurs archives le permettent.50

Jean-Pierre Crozier, L’Enfant Jésus et les Saints Innocents, Musée des Tapisseries d’Aix

Jean-Pierre Crozier, L’Enfant Jésus et les Saints Innocents, Musée des Tapisseries d’Aix

Nicolas Mignard, La Naissance du Sauveur, 1657, Église de la Madeleine

Nicolas Mignard, La Naissance du Sauveur, 1657, Église de la Madeleine

Notes

1 Abbé Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France..., T. III, La conquête mystique. L’école française, Paris, Bloud et Gay, 1932, p. 569-570.

2 Jacques Roland-Gosselin, Le Carmel de Beaune (1619-1660), Rabat, 1969 ; Marie-Françoise Grivot éd., Marguerite du Saint-Sacrement. Correspondance, Saint-Appollinaire, Forelle, 4 vol. parus, 1997-2002 ; Irénée Noye, « Enfance du Christ », Dictionnaire de spiritualité, t. IV, col. 667-677 ; Bernard Hours, « Reconnaissances sur les chemins d’une dévotion : l’Enfant Jésus et Marguerite du Saint-Sacrement », Chrétiens et sociétés, XVIe-XXe siècles, n° 4, 1997, p. 65-98 ; Jacques Le Brun, « La dévotion à l’Enfant Jésus au XVIIe siècle », in Eggle Becchi et Dominique Julia, (dir.), Histoire de l’enfance en Occident de l’Antiquité au XVIIe siècle, Paris, Seuil, 1998, p. 402-431.

3 Voir aussi Bibliothèque municipale Méjanes d’Aix (désormais B. M.), Ms 639-640, Bicais, « Notice sur l’Oratoire de France ou recherches sur les membres de cette congrégation qui se sont distingués par leurs talens ou leurs vertus », article « Parisot ».

4 L’abbé Bremond ayant légèrement amputé la citation, je reproduis ici le passage complet du père Louis Batterel, Mémoires domestiques pour servir à l’histoire de l’Oratoire, T. III, Les pères de l’Oratoire (...) qui ont vécu sous les p. de Condren et Bourgoing, éd. par A.-M.-R. Ingold et E. Bonnardet, Paris, Picard, 1903, p. 547.

5 Père Joseph Parisot, Explication de la dévotion à la sainte Enfance de Jésus-Christ nostre Seigneur..., Aix, David Charles, 1657, 2 vol. Sur cet ouvrage, Paul Dudon, « La dévotion à l’Enfant Jésus d’après le p. Parisot, de l’Oratoire (1657) », Revue d’ascétique et de mystique, t. 11, 1930, p. 135-155.

6 Père Joseph Parisot, « Vie de la soeur Marguerite du Saint-Sacrement... », manuscrit aux Archives du Carmel de Beaune (désormais citées ACB), 30-31 et 32-33, copies corrigées par ses soins ; dans l’exemplaire 33, f° 621 r° et v°.

7 Jean Simard, Une iconographie du clergé français au XVIIe siècle. Les dévotions de l’École française et les sources de l’imagerie religieuse en France et au Québec, Québec, Presse de l’Université Laval, 1976, en particulier, p. 39-42.

8 Commune de Mimet (Bouche-du-Rhône). Sur cette maison, Régis Bertrand, Crèches et santons de Provence, Avignon, Barthélemy, 1992, p. 18-22.

9 Bicais, B. M. d’Aix, ms 639, article « Bourgoing », t. I, f° 353, signale que Bourgoing rédigea en 1629 un livret de piété pour cette association, qu’il publia à Lyon en 1633. Michel Dupuy, « L’Oratoire de France et saint Joseph », Montréal, Cahiers de Joséphologie, vol XXIX, 1981, p. 829 mentionne une réédition sans nom d’auteur à Paris en 1646.

10 B. M. d’Aix, ms 282, « Livre contenant les noms et surnoms de tous les congrégéz en l’association de la Famille de Jésus, Marie et Joseph, soubs le gouvernement du glorieux sainct Joseph, érigée dans la maison de la congrégation de l’Oratoire de Jésus en ceste ville d’Aix le 21 novembre 1625, jour de la présentation Nostre Dame » ; au verso : « Livre contenant le dessein et règlement (...) », « Premier règlement », f° 19 v° et sq.

11 Le livre de l’association (B. M. d’Aix Ms 282) signale : « n° 277, M. Jean Daret, de la ville de Bruxelles en Flandres, maistre peintre habitant en ceste ville [reçu à la]Toussaint 1648 ».

12 Pierre-Joseph Haitze, Les curiositéz les plus remarquables de la ville d’Aix, Aix, Ch. David, 1679, p. 66-80 ; Jean-Jacques Gloton, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence. Recherches sur la culture architecturale dans le midi de la France de la fin du XVe à la fin du XVIIIe siècle, Rome, École française de Rome, 1979, t. II, p. 381-382. Suzanne Damiron, « Un dessin de Jean Daret pour le plafond de la chapelle de l’Oratoire d’Aix-en-Provence », Archives de l’art français, t. XXV, 1978, p. 163-166. Quelques fragments de ce décor subsistent, dispersés.

13 Comme l’indique le « livre contenant le dessain et réglemens de l’association », B. M. d’Aix, ms 282 et B. M. de Marseille, ms 719 (autre exemplaire de même écriture, plus complet pour les pièces annexes).

14 Marie-Françoise Grivot, op. cit., t. II, document en annexe de lettre 512, p. 844. Les frères Jean-Baptiste et Mitre ont été omis dans la publication. Cette pièce ne peut être que des premiers mois de l’année, le P. Antoine Perrin étant mort le 29 mars 1652.

15 Marie-Françoise Grivot, op. cit., Lettres 535, t. II, p. 893 et 544, p. 908 et passim. Sur le conseiller d’André, fondateur en 1666 du second couvent des ursulines dites « Andrettes » : Régis Bertrand, « Messieurs du parlement, la religion et la mort », Le parlement de Provence, 1501-1790, Aix, Publications de l’Université de Provence, 2002, p. 55-70.

16 En fait le siège était vacant par suite du refus d’Innocent X de ratifier la nomination de Jérôme Grimaldi. Son successeur Alexandre VII lui octroya ses bulles le 31 août 1655 et l’archevêque put faire son entrée à Aix en novembre.

17 Textes publiés dans Joseph Parisot, op. cit., t. I, p. 5 et sq.

18 À noter que les plus anciennes approbations, par des religieux aixois (jacobins, cordeliers – ces derniers étaient voisins de l’Oratoire – et servites), datent de novembre 1653. L’ouvrage est dédié au cardinal Grimaldi.

19 Selon Bicais, ms. cit., art. « Parisot » et Louis batterel, op. cit., t. III, p. 548.

20 Marie-Françoise Grivot, op. cit., t. II, lettre 528, p. 872-874.

21 Étude de l’église dans Jean Boyer, L’architecture religieuse de l’époque classique à Aix-en-Provence, Aix, Publications de l’Université de Provence, 1972, p. 303-309.

22 Le titre qui lui est donné ordinairement, « Les saints innocents ressuscités par l’Enfant Jésus », est sans fondement. Elle est signée et datée : « Pingebat Aquis J.-P. Crozier inventor, 1654 ».

23 Antoine Schnapper, Nicolas Mignard d’Avignon, (1606-1668), Avignon, catalogue de l’exposition du palais des Papes, 25 juin-15 octobre 1979, n° 60, p. 91. Les n° 61-62 attribuent à l’artiste, sur la foi de Haitze, de part et autre de l’autel, deux toiles des mages et des bergers perdues : il s’agit en fait de celles de Ziegler sur le même thème. Même erreur dans Jean Simard, op. cit., p. 40, note 57.

24 Jean Boyer, « La peinture et la gravure à Aix-en-Provence aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles », Gazette des Beaux-Arts, 1971, p. 150-151 et 182-184.

25 Jean Boyer, « Un architecte-sculpteur parisien en Provence, Pierre Pavillon (1612- 1670) », Archives de l’art français, t. XXIII, 1968, p. 71 et 88. Cette statue fut offerte par « le chanoine de Mimata »- peut être Charles, neveu de Jean-Nicolas et membre comme lui de l’Association de Jésus, Marie, Joseph.

26 Marcel Provence et Jean Boyer, Le musée des tapisseries à Aix-en-Provence. catalogue, Aix, 1947, p. 60-61, n° 27 ; Marie-Christine Gloton, « Crozier », in Henri Wytenhove (dir.), La peinture provençale au XVIIe siècle, catalogue de l’exposition du Musée des Beaux-Arts de Marseille, juillet-octobre 1978, n° 37, p. 26.

27 Père Joseph Parisot, « Vie... », ACB, 32, f° 291 r°-292 v°. Ce passage se retrouve pour l’essentiel, sans mention de date, [père Amelote], La vie de Soeur Marguerite du Saint-Sacrement, religieuse carmélite du Carmel de Beaune (...), Paris, 1654, p. 265-266. Voir aussi ACB 33 f° 508 r°-509 v°, et encore f° 636 v° et 637 r°, f° 757 v°. L’intercession des saints Innocents est aussi manifeste dans Jean Auvray, L’enfance de Jésus et sa famille honorée en la vie de sœeur Marguerite du Saint-Sacrement (...), Paris, Impr. royale, 1654, p. 34, 103, 346, 347.

28 Père Joseph Parisot, op. cit., t. I, p. 218-241. Le Père Joseph Parisot annonce le 12 janvier 1655 au Carmel de Beaune qu’il lui transmettra une relique des saints Innocents par l’intermédiaire du conseiller d’Arbaud qui doit se rendre à Dijon, Marie-Françoise Grivot, op. cit. II, lettre 580, t. II, p. 967, et lettre 581, p. 971.

29 La Nativité peinte par Ph. de Champaigne pour la chapelle Tubeuf de l’Oratoire de la rue Saint-Honoré à Paris, peut-être vers 1643-1644 (auj. au Musée de Lille), pourrait également être inspirée par Marguerite du Saint-Sacrement. Elle présente des similitudes avec celle de Mignard (composition, Enfant Jésus constituant la source lumineuse) mais aussi de nombreuses différences. Le tableau aixois ne semble pas en dériver.

30 Père Joseph Parisot, « Vie... », ACB 32, f° 120 r-121 r°. Également 33 f° 560.

31 Père Joseph Parisot, « Vie... », ACB 33 f° 1048 v°-1049 r°. La source d’inspiration de Marguerite du Saint-Sacrement est vraisemblablement Jean 1, 4-5 et 9-14.

32 Citations d’un texte sur le Petit Bethléem sans référence (peut-être le préambule des règlements de l’oeuvre) par Pierre-Joseph de Haitze, Histoire de la ville d’Aix, capitale de la Provence, Aix, 1880-1892 (édition d’un manuscrit du début du XVIIIe siècle), t. V, p. 399-401

33 Marie-Françoise Grivot, op. cit., t. II, p. 898 (lettre n° 538 du 31 mars 1654).

34 Jean Simard, op. cit., p. 42-45 ; Marcel Bernos, « Encore la Provence mystique : Jeanne Perraud d’Aix », Aspects de la Provence, Marseille, Société de statistique, d’histoire et d’archéologie, 1983, p. 97-124 et « Le culte de l’Enfant Jésus chargé des instruments de la passion à Aix-en-Provence au XVIIe siècle », in Régis Bertrand (dir.), La Nativité et le temps de Noël, XVIIe-XXe siècles, Aix, 2003, p. 57-69.

35 L’adorateur de l’Enfant Jésus par le R. P. Floeur, docteur en sainte théologie, prestre et prédicateur de l’Oratoire, Aix, Ch. Nesmoz, 1666. Sa réception est dans B. M. d’Aix, Ms 282 : « n° 121, M. Pierre Fleur, avocat en la cour, 25 décembre 1630 », marginalia : « prêtre de l’Oratoire ».

36 Père Joseph Parisot, Explication..., op. cit., t. I, p. 259-263.

37 Il s’agit des membres de la Famille du Saint Enfant Jésus.

38 A. D. B. du R., dépôt d’Aix, 36 HD-B3. Il est vrai qu’il s’agit d’obtenir alors l’exonération du droit d’amortissement pour les maisons qu’ils viennent d’acheter et que leur argument est de nature statutaire : ils n’acceptent qu’une catégorie bien définie de la population.

39 Pierre-Joseph de Haitze, « Aix ancienne et moderne ou la topographie de la ville d’Aix », B. M. d’Aix ms 856 (R.A. 10), p. 31 v°.

40 Pierre-Joseph de Haitze, Histoire..., op. cit., t. V, p. 399-401. ACB vol. 25, f° 76-79. Je remercie soeur M.-F. Grivot de m’avoir communiqué ces pages.

41 Pierre-Joseph de Haitze, op. cit., p. 400. Ce choix est significatif du lien entre Incarnation et Passion, le rouge étant la couleur liturgique des fêtes de la Croix et de la Passion.

42 Pierre-Joseph de Haitze, op. cit., p. 400 apporte cette intéressante variante : « les présents que les bergers et les mages Lui firent », qui explicite les tableaux latéraux du maître-autel de l’église.

43 J’indique entre crochets quelques précisions procurées par les actes de fondation (ACB vol. 25, f° 76-79), beaucoup moins précis puisqu’ils n’indiquent que les patronymes ou les fiefs.

44 A. D. B. du R. dépôt d’Aix 36 HD - B1 et B2 et dépôt de Marseille 1 Q 387 (inventaire du 22 octobre 1790).

45 A. D. B. du R., dépôt d’Aix, 36 HD-B3.

46 A. D. B. du R., dépôt de Marseille, 1 Q 387.

47 Jean-Pierre Gutton, « Administrateurs d’hôpitaux et compagnie du Saint-Sacrement », in Jean-Pierre Gutton (dir.), Les administrateurs d’hôpitaux dans la France d’Ancien Régime, Lyon, Presses univ. de Lyon, 1999, p. 171-181.

48 Je remercie Alain Tallon de m’avoir communiqué leurs noms (liste dans Bertrand, « Messieurs du parlement... », op. cit., p. 68, note 51). Cf. Alain Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement, Paris, Cerf, 1990.

49 Pour replacer les « enfants rouges » dans leur contexte : Cissie C. Fairchilds, Poverty and Charity in Aix-en-Provence, 1640-1789, Baltimore-London, The Johns Hopkins University press, 1976 et François-Xavier Emmanuelli, « La gestion des œuvres d’assistance dans la France méditerranéenne », Jean-Pierre Gutton (dir.), op. cit., p. 123- 136.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Jean-Pierre Crozier, L’Enfant Jésus et les Saints Innocents, Musée des Tapisseries d’Aix
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Nicolas Mignard, La Naissance du Sauveur, 1657, Église de la Madeleine
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search