Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre piété et contrainte

Enfance et violences ecclésiastiques en Savoie au xviiie siècle

Frédéric Meyer

Texte intégral

  • 1 Corinne Townley, Rapport sur l’inventaire d’un échantillon de 1000 procédures criminelles du XVIIIe(...)
  • 2 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale. 1661-1789, Paris (...)

1Les archives départementales de la Savoie conservent, avec le fonds du sénat sarde de Chambéry, un fonds parlementaire exceptionnel. Trente cinq mille procédures environ ont été repérées, tant au civil qu’au criminel, du XVIe au XIXe siècle. C’est un ensemble bien plus ample que celui conservé à Turin, qui ne possède souvent que des arrêts, ou même en France, à Rouen, Toulouse ou Paris. Un échantillon de mille procédures du XVIIIe siècle a été indexé par Madame Corinne Townley, dans le cadre d’une mission financée par l’Entente générale des Pays de Savoie, et mis à la disposition des chercheurs1. Modestement, j’en ai tiré une petite vingtaine d’affaires (18 exactement) qui, par leurs mots-clés évoquent des maltraitances à enfants ou à des jeunes gens, et dont pour certaines les responsables étaient des ecclésiastiques ou des hommes (il n’y a pas de femme) engagés à la « mouvance » du clergé, comme des professeurs de collège ou des étudiants. J’y ai ajouté quelques affaires où le clergé était, à l’inverse, victime de violences dans le cadre de ses relations avec des enfants et de son apostolat. Le corpus évoque l’ensemble du duché de Savoie, entre 1746 et 1791. Rares en effets sont les dossiers de la première moitié du XVIIIe siècle. Je laisse de côté des affaires concernant les conflits sur les dîmes, les minorités religieuses ou le jansénisme, telles que Jean Nicolas a pu les décrire récemment2. Dix regardent directement une « violence ecclésiastique », comprenons dont le responsable est un clerc. Dans cinq cas, c’est un prêtre au contraire qui est la victime, et trois dossiers sont « mixtes ». Huit affaires concernent la Tarentaise, quatre la Maurienne, trois Chambéry et la Savoie-propre, une le Chablais, une le Faucigny, et une le Genevois : le sénat privilégie sans doute dans ses enquêtes les provinces les plus proches de son siège, ce qui est un phénomène bien connu par l’histoire judiciaire.

  • 3 Joseph Ticon. Recherches sur le Recueil de la pratique ecclésiastique de Savoie (1717). Contributio (...)
  • 4 Synthèse par Benoît Garnot, Justice et société en France aux XVIe, XVIIeet XVIIIe siècles, Gap, 200 (...)

2L’application en Savoie de la « pratique gallicane » du droit par le sénat explique que des affaires d’Église soient jugées par le tribunal royal, même si elles concernent des ecclésiastiques. En principe l’officialité ne conservait le jugement que des seuls crimes de clercs commis en tant que clercs3. De fait, la quasi totalité des affaires lui échappait, même celles qui en droit strict auraient dû lui revenir, comme la simonie ou le blasphème des clercs. Il n’y a pas de ma part une volonté malsaine de mettre à jour des affaires graveleuses de débauches ou de pédophilie dans le cadre du clergé d’Ancien Régime. La prudence s’impose particulièrement dans le maniement des dossiers de justice, car les faits divers les plus glauques ne sont pas forcément le quotidien d’une société. Mais la justice et la criminalité, avec leurs acteurs, leurs victimes, leur hiérarchie des délits (l’évolution de l’appréciation des viols d’enfants par exemple) sont aussi le miroir d’une époque, même s’il est difficile d’estimer la part des crimes poursuivis par rapport à ceux qui échappent à toute enquête4. Je n’évoquerai pas ici uniquement des affaires urbaines, qui dominent souvent dans les archives judiciaires, et les petites villes (Longefoy, Grésy), et même les bourgs (La Perrière) sont également représentées.

  • 5 Par exemple dans Villages du Lyonnais sous la monarchie (XVIe-XVIIe siècles), Lyon, 1978 ou Domesti (...)

3Je voudrais réfléchir dans trois directions, déjà bien balisées par les travaux de Jean-Pierre Gutton5. La première concerne la fragilité de la condition des enfants, très tôt mêlés à la vie des adultes et premières victimes des violences banales de la société du XVIIIe siècle. La deuxième piste évoque la perception que les contemporains ont du clergé lorsqu’il est impliqué dans des violences, et dont les « vices » (sic) sont dénoncés par les magistrats et les témoins, avec un ton et un empressement révélateurs de leur outillage mental. Enfin, sans qu’il y ait contradiction avec la précédente, la troisième montrera l’indulgence avec laquelle ces actes sont la plupart du temps condamnés. Outre l’intérêt que ces vastes enquêtes et ces dépositions judiciaires représentent pour l’histoire sociale, matérielle ou culturelle en donnant à voir des voisinages et des réseaux de relations, la description de ces violences, en rapprochant enfants et clercs, construit un discours parallèle sur les valeurs de la société des Lumières. Il n’est pas forcément le propos intellectuel du temps, qui valorise l’enfant et moque le prêtre. À une époque où la violence n’est pas toujours une raison suffisante pour engager des poursuites judiciaires, les archives nous donnent une vision plus crue des rapports sociaux, en tous cas plus conservatrice.

Des enfants victimes

4Des jeunes gens sont la proie de violences de clercs dans quatre dossiers sur dix-huit, et de viols dans quatre autres. Le terme « enfant » doit être pris avec prudence et il ne s’applique ici qu’à des gens très jeunes, moins de 12 ans en général. Des fillettes de sept-huit ans, violées par des adultes, sont considérées comme des victimes innocentes. Mais, dès 12 ans, la responsabilité des victimes est suspectée, et il leur sera bien difficile de prouver qu’elles n’étaient pas consentantes ou du moins tentatrices pour leur violeur, a fortiori à 16 ou 17 ans. En dépit des âges de la majorité sous l’Ancien Régime, l’enfance semble cesser de facto pour la justice savoyarde du XVIIIe siècle vers la quatorzième année. À plusieurs reprises, l’âge réel des victimes n’est pas précisé et on se contente de parler d’« enfants » ou de « jeunes ».

  • 6 À Paris en appel, on en compte 5 entre 1760 et 1765 et 5 entre 1780 et 1785. Georges Vigarello, His (...)

5Les enfants sont victimes d’abus sexuels. Quatre affaires de viol, c’est peu, mais déjà beaucoup par rapport aux chiffres des parlements français qui en connaissent un très petit nombre, même si l’on note une légère augmentation dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle6. Les clercs ici ne sont pas responsables directement, mais apparaissent en périphérie des affaires, comme parents des coupables ou comme tuteurs des victimes. Le chanoine Chanel et le conseil de l’Hôtel-Dieu de Moûtiers ont confié une enfant de sept ans abandonnée par sa mère, calviniste de Genève, séduite par un « panseur de corde » et expulsée de la ville, à une famille de maître perruquier. Elle est violée par l’apprenti dans la boutique en 1746. C’est le juge épiscopal qui enquête, à cause d’une « collusion » du délinquant avec le vice-procureur fiscal (le procureur en titre étant absent). L’enquête de moralité sur la famille d’accueil n’avait pas dû être très poussée. À la fin du siècle et pour deux sols, Geneviève Dompnier, que ses parents disent avoir laissée seule pour aller travailler, accepte d’aller chercher de l’eau à la fontaine dans le centre de Saint-Jean-de-Maurienne avec son amie Claire, et de l’apporter dans l’appartement du bourgeois qui va abuser d’elles-deux (juin 1789). Attirées par la promesse d’un mouchoir de soie, deux petites mendiantes qui récitent des pater et chantent dans la rue pour susciter les aumônes, sont violées successivement en septembre 1788 par un professeur du collège de Saint-Jean-de-Maurienne. Le dénommé Marin Quebay les a attirées dans les bâtiments mêmes du collège Lambertin, fondé par l’évêque en 1574. Il y a alors « rapt de séduction ».

  • 7 Charles-Emmanuel de Ville, Estat en abrégé de la justice ecclésiastique et séculière du pays de Sav (...)

6Ces fillettes impubères sont déflorées par leur violeur, ce qui est une circonstance aggravante et considérée comme un acte de « stupre et violence », comme il arrive à Pauline Vivourdan, huit ans, fille de cordonnier, vendue, sans doute à un militaire, par une maquerelle de Chambéry en août 1790. La jurisprudence de Savoie punit ce crime des galères à vie, et même de la mort s’il y a voie d’autorité7. Ces pauvres enfants ne se rendent pas compte de ce qu’il leur arrive, et décrivent leurs douleurs naïvement, répétant : « ce qui me faisait souffrir jusques à pleurer ». Il leur faut subir les examens peu délicats des chirurgiens attestant du viol ou de sa seule tentative, qui proposent de calmer les souffrances locales par « une application de roses bouillies dans du bon vin ».

7Elles sont aussi victimes de leur fragilité sociale et de leur naïveté. Barthélémie Hyppolite, 12 ans et encore impubère, est violée à Saint-Jean-de-Maurienne. Elle est orpheline et vit avec sa marraine de 60 ans, déclarée pauvre, qui l’envoie mendier son pain. Même chose pour la petite de Moûtiers, confiée à une famille d’accueil. Mais Geneviève Dompnier ou Pauline Vivourdan ont été attirées par des pervers, alors qu’elles vivent chez leurs parents. Faut-il aller jusqu’à les accuser de complicité ? L’affaire pourrait n’être portée devant la justice que lorsque un contrat secret n’aurait pas été respecté. La maquerelle de Chambéry de 1790 est une « faiseuse de mode » qui avait jadis travaillé chez les parents de la petite victime. Comment expliquer que, les parents sortis, Georges Arnaud, de Saint-Jean-deMaurienne, soit venu chez Geneviève Dompnier lui demander d’aller lui chercher de l’eau et de la monter chez lui ? Il convient néanmoins de faire remarquer que, malgré le nombre d’affaires de mœurs dans lequel le clergé est impliqué, aucune n’évoque les ecclésiastiques comme coupables d’affaire de pédophilie. Faut-il aller jusqu’à penser que de telles affaires, si elles avaient existé, n’auraient pas eu de suite, étouffées par le gouverneur du duché ? Rien ne permet de l’affirmer. Mais les violeurs d’enfants sont parfois proches des prêtres, comme Gay, l’apprenti de Moûtiers, qui est neveu du curé, ou par la fonction comme le professeur du collège de Saint-Jean. La famille de Gay, en l’occurrence la servante du curé, défend l’accusé contre « cette imposture » : pour elle, « ce jeune homme n’est pas capable d’avoir commis ces sottises ». D’ailleurs Eustache et sa femme auraient eu, d’après les témoins, l’habitude de se débarasser violemment de leurs apprentis. Auraient-ils tout manigancé, au détriment de la petite fille ? Le chanoine qui la leur a confiée n’était-il pas au courant de cette réputation ?

  • 8 C’est une attitude classique des évêques, à en juger par leur correspondance avec le duc de Savoie (...)

8Les enfants et adolescents subissent ensuite des maltraitances de toutes sortes, et là le clergé a une part de responsabilité plus nette. Les coups sont une forme de rapport fréquent entre les adultes et les enfants, et le clergé ne fait pas exception à la règle. Les curés et les vicaires sont particulièrement chatouilleux à l’intérieur de leur église. Pour y faire respecter la « décence » si essentielle pour les hommes de la Réforme catholique, ils sont prêts aux pires violences verbales et physiques, y compris pendant les offices. Le Père Gargoz, curé de Grésy-en-Genevois, harcèle le jeune Pierre Rey, un adolescent précepteur des enfants de Charles de Mouxi, pendant trois dimanches de suite à la fin de l’été 1782. Pendant le « catéchisme » qui suit le prône, il l’interpelle : « vous raisonnez trop, je vous ferai sortir de l’église » ; il baille : « avez-vous peur que le menton vous tombe ? » ; « ayez soin de vous tenir décemment », etc. Une autre fois, il le saisit par le bras, veut le jeter dehors et le gifle violemment. Faut-il y voir la jalousie d’un ecclésiastique jaloux de la promotion sociale d’un jeune « Julien Sorel » que ses talents ont introduit dans une famille noble ? Le sénat de Chambéry remarque que déjà deux affaires comparables, à Alby-sur-Chéran et à la Compôte, dans les Bauges, sont en cours d’instruction. Celle-là se règle à l’amiable, loin, à Aix-les-bains. Le curé fait des excuses, davantage pour l’affront fait à l’honneur des Mouxi qu’au jeune homme, qui n’est qu’un domestique finalement. « Monsieur de Mouxi, je suis fasché que vous ayez crû que j’ai voulu affecter votre maison en donnant un soufflet au petit Rey », déclare-t-il. L’évêque de Genève-Annecy, Jean-Pierre Biord (1764-1785), est satisfait de ce dénouement qui, à ses yeux, calme « la pétulence des jeunes gens les plus étourdis et même les libertins de paroisse », toujours prêts à s’affranchir des avis de leurs pasteurs. Mais le prélat, en bon informateur des moindres incidents de son diocèse8, en a informé la cour de Turin, qui a renvoyé l’affaire au sénat.

9On découvre aussi des violences plus graves. Le P. Martin Hybord, de Moûtiers, tente d’assassiner un jeune garçon cordonnier, qui l’a surpris en galante compagnie, une nuit d’avril 1771. Il lui porte un violent coup de couteau à la poitrine et l’apprenti ne doit la vie qu’au tablier de cuir qu’il avait encore sur lui. Tout accable le prêtre et trente-trois témoins sont auditionnés. Mais comme il résiste à la torture de la corde (deux fois vingt-deux minutes) et continue à crier son innocence, il est acquitté. Autre violence, celle des étudiants. Des écoliers du collège de La Roche-sur-Foron sont victimes de véritables batailles rangées en 1759, avec préméditation, guet-apens, violation de domiciles de leurs parents. Armés de bâtons et de couteaux de chasse, Thomas Plantard, maître ciergier, et ses amis, un cabaretier et un maître serrurier qui est aussi son beau-frère, poursuivent le premier juillet les deux frères Cœx. Ceux-ci sont de jeunes adultes, âgés de 19 et 21 ans, et leur camarade Pierre Bozonnet a 20 ans. Ils sont traqués jusque chez eux, à Chesne, et blessés « avec grande effusion de sang » et leur mère même est bousculée. Les jeunes gens sont étudiants en réthorique et en humanités, et bourgeois de La Roche. Mais ce n’est pas une haine sociale qui est à la base de l’agression. Le frère de Thomas Plantard, André, 19 ans, est lui aussi étudiant et bourgeois. Une affaire de femmes pourrait être à l’origine de l’affrontement, Cœx ayant précédemment agressé Plantard « alors qu’il se promenait avec deux filles », qui se vengea en excitant ses complices « pour qu’ils tuassent ce bougre d’étranger ».

10Le clergé est également à son tour victime d’attentats de toute sorte, plus ou moins violents. L’archevêque de Tarentaise, Claude-Humbert de Rolland (1749-1770), est visé par un placard anonyme affiché sous les halles de Moûtiers le 18 mars 1755. Injurieux de façon générale, il se termine par la formule « comme s’ensuit a Paire CII HI DIS LIBERA NOS DOMINE », ce que le vicaire général Ruffier et deux autres chanoines identifient facilement comme une attaque contre le prélat en le traduisant par « a Patre Claudii Humberti de Rollandis Libera nos Domine ». Tous les notables se suspectent mutuellement, feignant la surprise de l’impopularité de l’archevêque, pourtant alors en lutte avec le sénat et le pouvoir royal sur les derniers éléments de sa puissance temporelle (droits de péages, police urbaine, droits sur les eaux...). On accuse les élèves du collège.

11En 1767, ce sont les professeurs du collège de Saint-Jean-de-Maurienne qui sont vilipendés par un placard affiché à la porte de la classe du régent de réthorique. On l’accuse de galanterie, mais aussi d’espérer rien de moins que la succession du cardinal de Martiniana sur le trône épiscopal :

« Penses-tu, vil pédant, devoir en ces lieux / nous imposer des lois, en maître impérieux/ tu te trompes, crois-moy, si tu veux être sage / quoiqu’il soit peu possible à ton esprit volage/ frémis, tremble, palis du bouleversement / que tu fais au collège en homme turbulent / je t’assure en effet que la fière impudence / va t’attirer bientôt une horrible vengeance/ on connaît les motifs de ta feinte rigueur / en blâmant ce qu’ont fait tous tes prédecesseurs / de tes supérieurs instrument de vengeance / tu t’attens aux faveurs d’une prompte vacance / tu m’entens, niais enfin à te dire le vrai / ils sont trop bien instruits de tout ce que tu fais / pour penser qu’en guettant ta conduite et la vie / ils fermeront les yeux sur tes galanteries ils savent que tu cours et le jour et la nuit / ta jeune Salomon, la Dupra, la Sainbriste / coiffé de ces objets, crois-tu que dans le temple / on aille en te plaçant donner mauvais exemple non ! Mais c’est assez, un objet tel que toy / si vil, si dégoûtant est indigne, je crois / d’exercer une plume ; allons, il faut se taire / des grands coups de bâton feront mieux ton affaire. »

12Le vicaire de Longefoy, Jacques-Maurice Empereur, est détroussé dans un bois sur le chemin entre Aime et sa paroisse, par deux inconnus le soir du 15 mai 1755. Le premier l’aborde en lui demandant l’aumône. L’abbé lui donne un sol, l’autre trouve ça insuffisant. Il saisit le P. Empereur par la soutane, met la main dans la poche de sa culotte et lui vole quatre livres. Le complice se contente de faire le guet. Dans sa déposition, le vicaire reste prudent. Mais les habitants de Longefoy se déchaînent, sûrs d’avoir reconnu deux Français, un cordonnier nommé Languedoc (d’Uzès) et un cuisinier, La Jeunesse. Ils sont jugés « fainéants [sans emploi ? ce qui n’est pas leur cas, puisqu’on les a vu travailler à Aime] et vagabonds ». Tous les vols récents, de fromages, de beurre, de poules et de chapons, de vêtements, de textiles, d’indiennes leurs sont attribués. Les témoins néanmoins reconnaissent plus facilement les fromages et les poules que les suspects, que le sénat fait relâcher faute de preuves suffisantes.

13Être au service des enfants n’était pas toujours de tout repos. Le curé de Longefoy, en Tarentaise, Michel Empereur, frère du précédent, est attaqué le 2 janvier 1769 alors qu’il faisait le catéchisme aux enfants du village, dans une grange, entre 12 et 13 heures. Le public est également composé d’adultes. Il y a là sa servante, la femme d’un laboureur et deux autres paysans, dont Maurice Bollier, « pour y dire ma leçon avec plusieurs enfants » déclare-t-il. Un certain Maurice Costaz fait appeler le curé qui sort, ferme la porte de la grange. Aussitôt Costaz lui met la main au collet. Des passants sont alertés, Costaz frappe alors le curé à coups de pierre jusqu’au sang et lui mord la main droite. Ni les trois adultes de la grange ni les enfants ne sont intervenus. Il faut dire que Costaz est le beau-frère d’un des deux paysans de la grange. Etait-ce un guet-apens ? Les Empereur sont apparemment fréquemment mêlés à de telles affaires. Une histoire de vol de vêtements serait à l’origine de la fureur de Costaz. On l’aurait entendu déclarer : « je foutray la cervelle de Monsieur le curé par la cure » quelques mois avant. C’est le maître d’école qui quitte sa classe pour porter secours au curé. Costaz est condamné à deux mois de prison. Les enfants sont aux premières loges, mais jamais la procédure ne leur demande leur témoignage.

Les vices du clergé

14Ces affaires dessinent un tableau, non de vices intemporels qui seraient inhérents à la fonction même des clercs, qui d’ailleurs sont souvent en position d’agressés, mais de la vision que la société judiciaire et civile se fait du clergé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les abus qui sont dénoncés ne sont pas forcément ceux que nous jugerions tels aujourd’hui, mais ceux que la société des Lumières condamne, avec sa propre hiérarchie pénale.

15Premier d’entre eux, intolérable pour les populations, est le délit de « galanterie ». Certes, c’est une des bases de l’anticléricalisme depuis les origines du clergé. Mais les dépositions des témoins comme les réquisitoires de l’avocat général sont particulièrement virulents et révèlent une aversion profonde contre cette atteinte à la chasteté. Les turpitudes du clergé sont assouvies avec des jeunes filles en âge d’être mariées. Mais elles sont agravées par leur degré de proximité avec les victimes. Pascal Barral, curé de La Saulce (aujourd’hui La Perrière), en Tarentaise, a eu des relations sexuelles avec sa nièce, dans un cabaret de surcroit, à Moûtiers, en juin 1781. Il s’agit d’une « abominable impiété », d’une « exécrable paillardise ». L’accusation explique pourquoi elle est autant offusquée :

« un prêtre, un curé, que la dignité du caractère sacerdotal dont il est revêtu et du saint ministère dont les fonctions lui sont confiées [doit être pour ses paroissiens] un modèle de vertus, qui par la pureté de ses mœurs et par une conduite à tous égards irréprochable devrait leur frayer la voie de la perfection et diriger leurs pas chancelans dans la vie chrétienne »

  • 9 Charles-Emmanuel de Ville, Estat en abrégé... op. cit. 1ère partie, chap. XLV, p. 180-182.
  • 10 Monique Courier, « Mariage et délinquance en Savoie au XVIIIe siècle », Délinquance et société en S (...)

16Une telle verve montre l’ampleur du scandale pour l’officier public, pour qui la religion et les bonnes mœurs sont un élément constitutif de l’ordre social, mais aussi pour le chrétien sincère, atteint dans le profond respect qu’il a appris à vouer au sacerdoce depuis la Réforme catholique. Le prêtre n’a pas violé la jeune fille ; elle vit avec lui à la cure, mais c’est dans une chambre du cabaret, qui n’est pas un lieu intime, qu’il a couché avec elle. De nombreux témoins se sont succédés derrière sa porte et ont regardé par le trou de la serrure pour authentifier l’origine des bruits. L’adultère se complique d’un inceste également, défini aussi bien par le sang, que par la spiritualité ou l’affinité. Le juge ecclésiastique a pris la peine de dessiner une généalogie pour prouver la consanguinité (ils sont cousins germains) et l’affinité, même si elle n’est que la femme de son neveu. Mais comme il est clerc, il encourt la déposition9. C’est le scandale public qui fait vraiment problème « au moins les libertins du siècle se cachent-ils pour leurs turpitudes », ajoute l’avocat général. On retrouve ici une des conclusions principales du travail de Monique Courier sur le mariage en Savoie10.

17Les langues se délient ensuite pendant l’enquête. Tout Moûtiers le confirme : la ville savait que le curé aime beaucoup l’argent, mais depuis qu’il tient la cure (24 ou 25 ans, aux dires des témoins), elle ne savait pas qu’il aimait aussi les femmes ! On apprend d’après la déclaration de Vincent Raymond que le curé « avait passé toutes les femmes de sa paroisse en revue, ou du moins il avait cherché à avoir commerce avec toutes ». Qu’il aime l’argent et les affaires est une évidence. Le cabaret est installé dans une de ses maisons, où il s’était réservé une chambre. Il est en train d’acheter les biens de Jean-André Gay, très endetté, et qui le dénonce. Gay affirme avoir été soudoyé par le notaire Favre, un ami de l’abbé Barral, qui lui aurait proposé un setier de vin et 200 livres pour prix de son silence. Quelques jours après, d’autres notaires, les Front, père et fils, seraient allés jusqu’à lui proposer 400 livres pendant quatre ans, 100 livres immédiatement et un passeport pour quitter la région. Gay semble en effet avoir quitté la région, pour y revenir bientôt. Mal lui en a pris : il se fait rouer de coups de bâton par une bande de jeunes gens, qu’il présente comme les neveux du curé. Quant à ce dernier, déclaré de prise de corps par le sénat, il a disparu. Un réseau de fidèles et d’amis du curé, particulièrement intégré dans la société locale et véritable leader villageois, se dessine sous nos yeux.

  • 11 Charles-Emmanuel de Ville, Estat en abrégé... op. cit. 1ère partie, chap. XLV, p. 180-182.

18Un prêtre bénéficier de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne, c’est-à-dire du baschœur dépendant des chanoines, est accusé en 1777 d’avoir eu successivement pour maîtresses ses deux jeunes servantes (on ne connaît pas leurs âges), les sœurs Combaz, qui sont tombées enceintes. Il est piémontais (de Bardonnechia) et âgé de 43 ans. L’adultère ancillaire est ici aggravé par sa fonction cléricale. Mais surtout par une accusation beaucoup plus grave d’inceste. En couchant avec la première, il a crée un lien matrimonial, illicite mais réel, qui rend les relations avec la seconde doublement coupables puisque elle est l’équivalente d’une belle-sœur. Le juge mage développe une longue procédure de 239 folios. Les étudiants que l’abbé loge chez lui le chargent. Il fricotait aussi avec une jeune fille de 17 ans, sa voisine. Il avait pour les sœurs Combaz « des soins peu communs pour des domestiques », leur parlant familièrement, comme à une amie, les tutoyant, se couchant sur leur lit. Pour Emmanuel de Ville, l’inceste peut exister « par le sang, la spiritualité ou l’affinité ». Il est ici avéré par « la doctrine des préjugés ». Le clerc qui s’en rend coupable doit être déposé, banni, et ses biens confisqués11. C’est ce qui arrive effectivement, et le P. Vachet est condamné à cinq ans de bannissement. La seconde sœur, consciente de l’inceste qu’elle commettait, est punie de quatre mois de prison. La sœur aînée, Marie Combaz, accouche chez l’abbé d’un garçon, placé aussitôt en nourrice, puis elle est congédiée et remplacée par sa sœur. Mais le curé s’occupe de façon très paternelle de sa progéniture. Le scenario se reproduit avec la cadette, Appolonie, et sa fille est placée dans une famille de tisserands de Saint-Martin-sur-La Chambre. Le petit garçon meurt au bout de huit jours. La petite fille survit. L’abbé en prend soin, va la voir souvent « et témoigne de la joye en la voyant ». Ces attentions sont considérées comme circonstances aggravantes en banalisant sa paternité.

19Il y a plus grave encore. La violence de l’abbé Hybord, surpris alors qu’il sortait de chez sa maîtresse, la veuve d’un brigadier de Moûtiers, et qui n’hésite pas à assassiner son témoin en 1771 est un « délit atroce » pour l’avocat fiscal. Il a opéré en soutane, il est aussi reconnu par une voisine à sa fenêtre, qui crie « Ah le cochon, ah le vilain, vas-t-en dire la messe ! ». Le scandale est général. Et il explique la violence de la procédure pour le faire avouer, sans aucune intervention de la hiérarchie épiscopale en sa faveur. Au contraire, le juge de l’archevêque de Tarentaise a mené la première enquête avant de la confier au sénat de Chambéry.

20Le plus souvent les clercs sont accusés d’avoir tendance à la violence verbale ou physique au quotidien, jugée plus choquante que pour un laïc car en contradiction avec leur état. Le curé de la paroisse des Chapelles, en Tarantaise, Guérin Gombert, n’hésite pas à arracher le catalogue des charges des mains du prieur de la confrérie des pénitents du Saint-Sacrement, le notaire Flandin, en 1782. Il lui « contorsionne » le bras et lui crie « sortez de mon église, canaille ! ». Le jeune abbé Dantoîne, ancien précepteur des enfants de Charles de Montfalcon à Chambéry, agresse à coups de couteau son maître, qui revenait du café de la place Saint-Léger, le 18 janvier 1779 vers 18 h 30, sur les escaliers de sa maison, à côté des pénitents blancs (l’actuelle rue Saint-Réal). Heureusement, Montfalcon est sauvé par l’épaisse fourrure qu’il portait, sa veste de flanelle qui le protégeaient du froid, et par sa chemisette doublée de peau de lièvre. L’abbé avait été remercié deux mois auparavant « montrant un fond d’irreligion ». Pourtant, les enfants de Montfalcon étaient encore chez le même logeur que l’abbé, près de l’église paroissiale. On apprend qu’il se nomme en fait Jean-Marie Desguillon, et qu’il est en fuite. Il est français, prêtre du diocèse de Lyon ; il avait enseigné la réthorique en Bresse et desservi la paroisse de Chalamont. Mais une liaison féminine l’avait fait se réfugier en Savoie. Il disparaît de nouveau après son forfait. Ces précepteurs d’enfants ne devaient décidément pas tous être de grande qualité. Le capucin Joseph-Antoine Doix, en fuite depuis neuf ans du couvent de Saint-Jean-de-Maurienne, qui est arrêté à Yvoire en septembre 1766 porteur de plus de quatre cent livres de fausse monnaie, déclare avoir « été deux ans précepteur chez un milor (sic) appelé Gordon à Douvre ».

  • 12 A.D.S., G Tarentaise 24. Cité par E. Dartiguepeyrou, Les officilialités de Maurienne et de Tarentai (...)

21Les curés sont également dénoncés pour des abus dans l’exercice de leur ministère. De nombreuses affaires de refus de baptême ou de mariage mettent en scène des prêtres violents. À Moûtiers en 1784, le vicaire Aimé Charrière refuse à Jean-François Abondance et à sa fille la qualité de parrain et de marraine du fils d’un sergent de ville. Il reproche à Abondance ses débauches et le met dehors : « sortez, foutre, il n’y a que moy de maître icy, je défends de carrilloner », leur hurle-t-il et il arrête les cloches. Le vicaire reprochait à Abondance d’« être un pilier de cabaret » et de ne pas avoir fait ses Pâques depuis deux ans. Le vicaire général et official du diocèse, le chanoine Ruffier, confirma que c’était un motif valable pour refuser le parrainage. Le prêtre nia avoir prononcé de telles paroles, inventées selon lui par un ami d’Abondance et comme lui son « plus fidèle et plus assidu compagnon de bouteille », qui n’a plus fait ses Pâques depuis six ans et qui est déjà condamné pour une affaire de viol d’une veuve. Très excité, le prêtre baptise malgré tout l’enfant, avec d’autres parrain et marraine. Mais, aux dires des témoins, avec bien des difficultés tant il était en proie à la colère et « étourdi », et il se serait trompé quatre fois dans les formules rituelles. Il aurait même oublié le prénom de l’enfant qu’il baptisait. Mais l’abbé Charrière est malgré tout condamné par le sénat à un écu d’amende pour le scandale causé. Il semble un personnage assez difficile. Il avait auparavant injurié un notaire d’Aime, Maître Vellaz, en le traitant d’« actionnaire » (nous dirions activiste) l’accusant de manœuvres financières dans ses procès12. L’official lui demanda à l’avenir « d’être plus circonspect et de modérer ses paroles et ses propos ».

22À Attignat-Oncin, le curé François Richard est simoniaque en 1791. Il réclame un écu pour un mariage, 12,5 sols pour un baptême, 12 sols ou une poule pour une bénédiction des relevailles, un gros écu et demi pour une sépulture. On est loin du casuel de Savoie où une messe des morts vaut cinq sols et une relevaille un sol seulement. Les plaintes s’accumulent. Il sera condamné à cent livres d’amende et à la restitution des sommes indûment perçues. Il était aussi sans retenue au prône. Il aurait accusé publiquement plusieurs « barbouillons » de la paroisse, ce qui a fait rire l’assistance. Il se flatte au catéchisme le jour des Rameaux d’avoir fait communier le matin même un homme qui avait fait deux faux serments. C’est le scandale encore qui fait vraiment problème. L’abbé n’est pas arrêté, ce qui ajouterait au trouble public, mais puni à nouveau d’une amende en 1792.

23Le professeur du collège de Saint-Jean, Marin Quebay, accusé de viol en 1788 sur une fille de douze ans, était un veuf de cinquante ans, vivant seul sans domestique, depuis deux ou trois années aux dires des voisins. Il habite un appartement dans un bâtiment du collège, et « fait seul son ordinaire », même s’il va de temps en temps manger à l’auberge et si la femme du sonneur de cloche du collège balaie quelques fois sa chambre. Il avait été nommé régent de quatrième en 1773 « avec l’approbation des supérieurs et à la satisfaction du public dont il avait si bien mérité la confiance ». Il aurait été très dévoué et le seul régent à faire la répétition chez lui pour une quinzaine d’écoliers. Le vicaire des capucins affirme qu’il est en fuite lorsqu’il est déclaré de prise de corps par le sénat. L’aubergiste est plus explicite. Quebay a « la débauche du sexe » ; sa femme se serait séparée de lui à cause de cela et serait morte de mal vénérien.

L’indulgence de Ia société ?

24Le regard de la société à travers celui de la justice ne laisse pas de nous étonner. Celui porté sur le clergé est paradoxal en apparence, en condamnant davantage les débauches que les violences. Celui sur les enfants ne l’est pas moins, en considérant que les victimes d’un viol sont éclaboussées également par le scandale de l’affaire et qu’un enfant est une victime moins importante qu’un adulte.

  • 13 Benoît Garnot, Crime et justice aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 2000, en particulier « La légis (...)

25Les reproches les plus vifs faits au clergé dans ces affaires portent sur son impiété, indigne de son état clérical, beaucoup plus que sur le détail de ses turpitudes. Le précepteur des enfants Montfalcon, qui agresse son ancien maître, avant d’être un criminel, est un mauvais prêtre, en rupture avec son évêque, et dont la vocation est douteuse. On accuse aussi un mépris que les prêtres auraient eu vis à vis de leurs paroissiens. Les curés qui ne savant pas se maîtriser, s’emportent dans l’enceinte sacrée de l’église sont considérés comme blasphémateurs et scandaleux. Aimé Charrière jure et injurie ses ouailles en plein baptême, devant 200 témoins, « semblable à un convulsionnaire ». Le P. Vachet, qui couchait avec les deux sœurs, trouble le repos de la société aux dires du juge mage. Le P. Richard qui provoque ses paroissiens d’Oncin au prône ne crée « qu’inquiétude et scandale ». Pascal Barral a eu des relations sexuelles avec sa nièce à la vue de tout Moûtiers, dans un cabaret : le vrai scandale est là, dans ce « spectacle de la débauche », dans cette « parade de la corruption des mœurs » comme le dit l’avocat fiscal. Le curé de Grésy insulte publiquement, en pleine église, le précepteur et le jeune fils de Monsieur de Mouxi : d’autres affaires sont révélées par l’enquête, mais hors de l’enceinte et du public, « elles n’ont pas causé de scandale » et ne sont pas retenues à charge. On se situe ici en parallèle de la hiérarchie des peines. L’injure, les coups, l’adultère sont banals, et pas forcément poursuivis. Mais ils sont aggravés par le statut clérical du coupable ou de la victime, selon les cas, car alors c’est tout l’édifice divin et social qui est menacé, comme lorsque le curé de Vonnas, en Bresse, avait frappé le seigneur local en 169813.

26Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’image du « saint prêtre de la Réforme catholique » s’est imposée dans la société. Réservé, calme, gardant son sang froid, il a fait de sa vie publique une leçon de bonnes mœurs pour ses fidèles. Devenu un exemple pour tous, il reflète l’image de la charité et du respect de l’ordre social voulu par Dieu, et fondement de la concorde. On le respecte, mais celui qui ne se montre pas à la hauteur de sa tâche doit être rejeté. À propos du capucin faux-monnayeur, la procédure précise que c’est « Dieu [qui] par un coup de grâce avait permis qu’il fût arrêté pour faire pénitence de ses égarements ». Le curé de Grésy avait imposé la présence de son neveu dans la chapelle seigneuriale. Il est blâmé dans l’enquête « pour faire ostentation d’une autorité qu’il n’avait pas et introduire une distinction fort éloignée de l’esprit et du zèle évangélique sur lesquels il a fait mine d’appuyer ses injures ».

  • 14 Mario Rosa, « Pietà illuminata e religione popolare », Settecento religioso. Politica della Raggion (...)

27De telles attitudes rompent avec cette image spiritualisée du clerc, loin des bassesses du monde, que la population laïque porteuse d’une « pietà illuminata » comme aime à dire Mario Rosa14 a appris à apprécier. Les fidèles ne se gênent pas alors pour juger le clerc inconséquent. Après deux siècles au moins d’éducation à la responsabilité individuelle par les prédicateurs, confesseurs, missionnaires, maîtres d’écoles, notables dévots, etc., les populations sont devenues exigeantes avec leur pasteur. C’est parce qu’il avait été traité de « prêtre indigne » par le notaire d’Aime, qui disait sans doute tout haut ce que le village pensait tout bas, que l’abbé Charrière s’est emporté. La simonie de François Richard à Oncin et Attignat en 1791, qui ponctionne même les familles des pauvres, est une atteinte au message de la pauvreté évangélique. Le gardien des prisons de Moûtiers se tord de rire en disant à un compère au cabaret où le P. Barral fait ses frasques : « regarde par dessous la porte et tu verras le curé de La Saulce qui est en faction avec sa nièce ». La justice du roi, il est vrai inflexible sur tout ce qui touche aux symboles du pouvoir, n’hésite pas à torturer le capucin Joseph-Antoine Doix, coupable d’avoir écoulé de la fausse monnaie et doublement criminel à ses yeux pour avoir trompé le prince comme la règle franciscaine. On lui brûle les pieds pendant six minutes et il est condamné aux galères à vie. La société reconnaît l’aspect surnaturel du prêtre, mais cette croyance s’écroule lorsque le clerc se révèle trop sensible aux tentations humaines.

  • 15 Charles-Emmanuel de Ville, Estat en abrégé..., op. cit. 1ère partie, chap. XLV, p. 53-55.

28Le deuxième enseignement de ce dossier porte sur l’image différenciée que la société se fait de la violence en fonction des victimes. Lorsque les ecclésiastiques maltraitent un enfant, il semble que la gravité de la chose soit relative par rapport à un même geste commis sur un adulte. Bien plus, une violence physique sur un enfant serait considérée comme moins grave qu’une violence verbale destinée à flétrir un adulte. Le P. Gargouz, le curé de Grésy, est un violent notoire. Les témoins disent à l’envie qu’ils sont « accoutumés pendant les services divins et dans la paroisse à voir le curé corriger les jeunes gens, quand ils manquent (sic) dans l’église ou à la messe ». Un domestique de Monsieur de Tresserve a reçu un soufflet pour ne pas s’être mis assez vite à genoux. De plus, « il lui arrive bien souvent de battre les petits enfants » ajoute le grand Thomas, qui précise : « je n’en sais pas la raison, car je ne fais pas attention à cela ». Ainsi, corriger les enfants est normal ; personne n’y trouve vraiment à redire. C’est une façon normale de procéder dans l’éducation. Emmanuel de Ville dans son chapitre sur les précepteurs publics et privés considère les « coups modérés » aux enfants comme licites, et même avec des verges « s’ils sont en âge de les souffrir » (sans préciser d’ailleurs jusqu’à quel point)15.

  • 16 Georges Vigarello, Histoire du viol..., op. cit., p. 33.
  • 17 Ibidem, p. 95-100.
  • 18 Cécile Marty et Frédéric Meyer, « Essai de prosopographie judiciaire : les bénéficiaires de lettres (...)

29Violer un enfant de huit ans est puni d’un bannissement, et la plupart du temps l’instruction s’arrête, faute de preuve. Les chirurgiens hésitent à affirmer qu’il y a eu viol, même lorsque les faits sont accablants et que « la nature de la fillette est un peu boursoufflée » ou même « enflée comme le poing ». Les victimes elles-mêmes (le mot n’apparaît d’ailleurs pas) sont considérées comme tachées par l’opprobre générale, « un avilissement masquant la violence » subie16. Les coupables sont condamnés par contumace, ayant la plupart du temps eu tout le temps de fuir en France. Mais les deux sœurs Combaz qui se sont succédées dans les faveurs du P. Vachet pourraient être condamnées au fouet. Finalement, seule la seconde est emprisonnée pour quatre mois. Le viol crée un malaise dans les populations, comme chez cette femme de maçon qui conseille seulement aux petites Barthélémie, Hippolyte et Marie, de ne plus retourner chez leur violeur. Elle menace même de fouetter Barthélémie après son récit ! Il faut le courage de Claudine, la sœur de Marie, qui à 19 ans se loue comme journalière à Fontcouverte et à Saint-Jean pour avoir un discours plus social et dénoncer Quebay qui « profitant de laditte misère de ma sœur cherche à la séduire, tout comme laditte petite Hippolyte, qui va aussi par les portes ». Ce qui compte, c’est l’honneur de l’adulte, de sa famille, de son groupe. Violer une pauvresse n’est une atteinte pour personne. Peut-être la fin du siècle amène-t-elle pourtant un durcissement de la répression judiciaire, comme on la connaît aussi en France17. Les écoliers de La Roche qui ont agressé leur camarade feront trois mois de prison, Georges Arnaud, le bourgeois de Saint-Jean qui a violé la petite Geneviève Dompnier, simple fille de soldat de justice, encourt dix ans de galère. Mais il devrait voir sa peine adoucie au vue de « l’honnêteté de ses parents ». Pourtant, « s’estant iceluy lui-mesme avili, et ce crime devenant trop fréquent dans cette province », le sénat considère qu’il mérite un exemple sévère et il est condamné à cinq ans de galère en juillet 1789 et il ne sera pas gracié18. Le juge mage propose pour le professeur Quebay une peine de deux mois de bannissement, que le sénat aggrave en la fixant à trois ans.

  • 19 Nicole et Yves Castan, Vivre ensemble. Ordre et désordre en Languedoc (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, (...)

30Mais insulter la famille de Mouxi à travers le précepteur de ses enfants remonte jusqu’à la cour à Turin. Injurier publiquement le notaire-secrétaire de la confrérie des pénitents de La Chapelle est un acte grave. Accrocher un placard injurieux pour un professeur de collège ou un évêque est insupportable par leurs « discours et propos indécents ». Ce sont des atteintes à la société toute entière, aux hiérarchies « naturelles » et aux règles de la communauté, non point éternelles, mais telles qu’elles apparaissaient dans la seconde moitié du XVIIIe siècle19. La justice ne fait pas preuve d’une indulgence excessive. Elle a une autre hiérarchie des crimes et des peines qu’aujourd’hui. L’honneur d’un adulte, même homme du peuple, passe avant l’intégrité physique d’une fillette.

  • 20 Jean-Pierre Gutton, « Enfance », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime. Royaume de (...)

31En rapprochant des crimes et délits de nature diverse, qui ont au XVIIIe siècle et au XXIe des appréciations divergentes, ces affaires de violences en Savoie révèlent dans la société deux niveaux très différents de représentations du clergé et de l’enfance. Le clergé bénéficie dans l’imaginaire collectif de la place la plus élevée. Cette situation repose sur un siècle et demi de Réforme catholique qui a dessiné un idéal sacerdotal très exigeant, fruit du concile de Trente aussi bien que de la contagion du modèle bérullien français. Ce modèle reste suffisamment fort pour que les faiblesses du clergé soient perçues comme intolérables, surtout lorsqu’elles touchent à la dignité extérieure et à l’image publique du prêtre. C’est d’autant plus intéressant que les visites pastorales par exemple ne nous parlent pas de telles insuffisances des curés dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. En revanche, la réflexion sur l’enfance est à peine ébauchée. On est loin du nouveau discours des Lumières sur l’enfant, sa protection, son éducation, l’éveil de sa personnalité et son insertion dans le monde adulte. La publication de l’Emile en 1762 ne semble pas avoir d’écho dans les arrêts du sénat de Savoie. L’affirmation de la personnalité infantile, réelle au XVIIIe siècle, n’a que peu progressé ici et n’est pas d’actualité20. L’enfance reste victime de son statut social, de son incapacité à défendre son honneur, de l’indifférence de son entourage. C’est un âge de la vie encore bien dur à passer, et qui ne bénéficie pas encore en Savoie d’une place privilégiée dans une vision de la société restée très cléricale.

Les affaires : tableau récapituatif et référence d’archives

Notes

1 Corinne Townley, Rapport sur l’inventaire d’un échantillon de 1000 procédures criminelles du XVIIIe siècle, Chambéry, Archives départementales de la Savoie (A.D.S.), 2002, 21 p. dactylographiées.

2 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale. 1661-1789, Paris, 2002, en particulier le chapitre XII, « L’espace du sacré », p. 483-533.

3 Joseph Ticon. Recherches sur le Recueil de la pratique ecclésiastique de Savoie (1717). Contribution à l’étude des rapports entre l’Église et l’État en Savoie sous le règne de Victor-Amédée II (1675-1730), thèse de droit, Lyon III, 1984, p. 32-52 et 152. Et encore l’official ne peut juger que des crimes et délits communs des clercs et non pas de ceux « communs privilégiés » ou « purement privilégiés ».

4 Synthèse par Benoît Garnot, Justice et société en France aux XVIe, XVIIeet XVIIIe siècles, Gap, 2000.

5 Par exemple dans Villages du Lyonnais sous la monarchie (XVIe-XVIIe siècles), Lyon, 1978 ou Domestiques et serviteurs dans la France de l’ancien régime, Paris, 1981.

6 À Paris en appel, on en compte 5 entre 1760 et 1765 et 5 entre 1780 et 1785. Georges Vigarello, Histoire du viol. XVIe-XXe siecle, Paris, 1998, p. 97. Ce sont essentiellement des viols d’enfants (p. 69).

7 Charles-Emmanuel de Ville, Estat en abrégé de la justice ecclésiastique et séculière du pays de Savoie, Chambéry, Dufour, 1674, lére partie, chap. XLII, p. 168.

8 C’est une attitude classique des évêques, à en juger par leur correspondance avec le duc de Savoie à Turin. Cf. Frédéric Meyer, « Les évêques de Savoie et la cour. XVIe-XVIIe siècles », in Luisa Clotilde Gentile e Paola Bianchi (a cura de), L’affermarsi della corte sabauda. Dinastie, poteri, élites in Piemonte e Savoia fra tardo medioevo e prima età moderna, Turin, 2006.

9 Charles-Emmanuel de Ville, Estat en abrégé... op. cit. 1ère partie, chap. XLV, p. 180-182.

10 Monique Courier, « Mariage et délinquance en Savoie au XVIIIe siècle », Délinquance et société en Savoie, Chambéry, Mémoires et documents de la SSHA, XCIII, 1991, p, 5-23.

11 Charles-Emmanuel de Ville, Estat en abrégé... op. cit. 1ère partie, chap. XLV, p. 180-182.

12 A.D.S., G Tarentaise 24. Cité par E. Dartiguepeyrou, Les officilialités de Maurienne et de Tarentaise dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise de l’Université de Savoie (dir. F. Meyer), 2000, p. 126.

13 Benoît Garnot, Crime et justice aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 2000, en particulier « La législation et la répression des crimes dans la France moderne », p. 59-75 et « Un curé bressan à la fin du XVIIe siècle », p. 155-170.

14 Mario Rosa, « Pietà illuminata e religione popolare », Settecento religioso. Politica della Raggione e religione del cuore, Venise, 1999, p. 225-266.

15 Charles-Emmanuel de Ville, Estat en abrégé..., op. cit. 1ère partie, chap. XLV, p. 53-55.

16 Georges Vigarello, Histoire du viol..., op. cit., p. 33.

17 Ibidem, p. 95-100.

18 Cécile Marty et Frédéric Meyer, « Essai de prosopographie judiciaire : les bénéficiaires de lettres de grâce en Savoie au XVIIIe siècle », Études savoisiennes, 2004, à paraître.

19 Nicole et Yves Castan, Vivre ensemble. Ordre et désordre en Languedoc (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, 1981.

20 Jean-Pierre Gutton, « Enfance », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime. Royaume de France. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 1996, p. 487-490.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search