Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance entre piété et contrainte

Les enfants chrétiens captifs dans le monde musulman aux xvie-xviie siècles

Bartolomé Bennassar

Texte intégral

1Pendant une très longue période, la plus grande partie du Moyen Âge et la totalité des Temps Modernes, la Méditerranée fut une mer très dangereuse : théâtre aux scènes multiples et aux actes innombrables de la guerre de course. Les détroits de Gibraltar et de Sicile, les couloirs maritimes de la mer Egée et les dédales insulaires de la côte dalmate étaient même les lieux de tous les périls. Mais s’il fallait redouter les coups de mistral ou de bora, il fallait craindre bien plus encore les hommes. Aux entreprises des Barbaresques et de leurs corsaires, ceux d’Alger, Bizerte, Tunis, Tripoli, Tetouan ou Salé, des Albanais de Valona, des Turcs de l’archipel ou des Uscoques, répondaient les campagnes maritimes des galères de Sicile et d’Espagne, des chevaliers de Malte et de Saint Étienne, des corsaires majorquins, des flottes de Gênes ou de la Sérénissime. Et l’on sait bien que la course ne se bornait pas à la capture des vaisseaux de commerce. Elle maintenait sous une menace constante les îles méditerranéennes, petites ou grandes, et les côtes, voire les villages de l’intérieur. L’abondance des sites perchés, en retrait des rivages, et des tours de guet témoigne aujourd’hui encore de la prégnance du danger.

2Les corsaires recherchaient bien entendu, outre la prise des navires eux-mêmes et l’appropriation de leurs cargaisons, qui alimentaient les ventes aux enchères des marchés portuaires, la marchandise humaine, autant ou plus encore : hommes, femmes, enfants. Tout débarquement réussi de corsaires s’achevait par l’enlèvement de quelques dizaines de personnes, de tout âge et de toute condition, voire plusieurs centaines, comme lors de l’attaque turque de Minorque dans les années 1550, de la terre de Sartène en Corse, en 1576, et, hors de la Méditerranée, de l’île canarienne de Lanzarote, en 1618. Si une partie des prisonniers étaient aussitôt rachetés « à la lèvre de l’eau » par leurs parents ou amis, la plupart étaient emmenés en esclavage. Les captifs offraient à leurs ravisseurs plusieurs options : les hommes les plus robustes et d’une origine sociale humble pourraient nourrir les chiourmes des galères, constituer une main d’œuvre bien peu onéreuse pour les travaux des champs ou des ateliers, les femmes seraient affectées aux tâches domestiques et, en pays musulmans, renouvelleraient les harems. Quant aux enfants... ils grandiraient.

3Ainsi, la course générait un commerce des hommes (et des femmes) d’une grande ampleur. Un commerce international, faut-il préciser, peut-être le plus important de Méditerranée. Les marchés d’esclaves d’Alger, Tunis, Salé, Tripoli, Le Caire, Istanbul, d’une part ; ceux de Malte, Messine, Naples, Venise, Malaga, Séville, Lisbonne, de l’autre, pour ne citer que les plus importants, ne concernaient pas que les Musulmans d’un côté, les Chrétiens de l’autre.

  • 1 D’après Pietro Amat di San Filippo, Della Schiavitu e del Servaggio in Sardegna, Turin, St (...)

4Ces marchés étaient parfois d’un rayonnement limité. Le marché sarde, par exemple. Un précieux mémoire, élaboré à partir des documents de l’Archivio di Stato de Cagliari permet d’apprécier le mouvement du marché d’esclaves de cette ville dans la longue durée, et de manière relativement précise, de 1442 à 1648. Le document fait la différence entre les hommes, les femmes et les enfants, informe souvent des origines géographiques des captifs, de leurs âges et, presque toujours des prix. Tous les esclaves vendus sont évidemment musulmans, à l’exception de quelques Juifs et renégats chrétiens. Au XVe siècle, on dénombre 56 individus et deux prises collectives, non quantifiées, avec un seul enfant (une fillette) ; au XVIe siècle, on note 247 ventes d’individus identifiés, plus 13 petits enfants (bimbi et bimbe) qui sont avec leurs mères, et sept ou huit ventes collectives, sans plus de précisions. De 1600 à 1641, plus de 250 esclaves sont négociés sur ce marché, avec en prime 18 bambins, de quelques mois à huit ans. Au total, en deux siècles, plusieurs centaines de « mores » et « turcs » ont été ainsi vendus sur un marché secondaire, et on constate la présence d’une trentaine de petits enfants1.

5L’idée prévaut cependant que les captifs chrétiens dans le monde musulman étaient plus nombreux que les musulmans prisonniers en terre chrétienne. Selon un témoin de la fin du XVIe siècle, en Afrique du Nord (Maroc exclu), le nombre des captifs chrétiens s’élevait à 38 500 dont 25 000 à Alger et 10 000 à Tunis. Evidemment, ce compte excluait les renégats dont l’adhésion à l’Islam signifiait à bref ou moyen terme la fin de la captivité.

6Les chrétiens captifs constituaient un sujet de grave préoccupation en Espagne, en Italie, au Portugal, en France. Leur perte provoquait un déficit de spécialistes (marins, charpentiers de marine, armuriers, artilleurs, tisserands, laboureurs, etc…) et l’Église, notamment les ordres religieux, soulignait le péril spirituel qu’ils devaient affronter au quotidien. On savait bien, en Italie ou en Espagne, qu’il y avait en Islam des milliers de renégats chrétiens dont le salut éternel se trouvait gravement compromis. Il fallait sauver ceux qui, jusqu’alors, étaient restés fermes dans leur foi en les rachetant. Cette préoccupation était si évidente que dans la plupart des testaments espagnols des XVIe et XVIIe siècles, par exemple, étaient prévus de petits legs destinés au rachat des captifs.

7Précisément, certains ordres religieux consacraient une part notable de leurs activités au rachat des captifs en terre d’Islam. En Espagne, en France, la congrégation du Saint Sacrement, les Augustins, les Capucins, les Mercédaires et les Trinitaires organisaient des campagnes de rachat importantes très soigneusement préparées : ils collectaient des fonds, achetaient des marchandises recherchées au Maghreb et donc aisément négociables, se munissaient de sommes importantes en espèces et, bien entendu, faisaient les démarches nécessaires auprès des autorités d’Alger, de Tunis et autres lieux. En Italie, le même rôle était tenu par des archiconfréries spécialisées : Gonfalone de Rome (qui racheta ainsi 271 captifs à Alger, de 1585 à 1589), Sainte Marie des Neiges de Bologne, Sainte Marie de la Nova de Palerme (dont le bilan des rachats à Tunis et Tabarca, entre 1690 et 1721 fut de 378), Rédemption des Captifs de Naples...

  • 2 Claude Larquie, « Le rachat des Chrétiens en Terre d’Islam au XVIIe siècle (1660-1665) », (...)

8Or quels étaient les objectifs prioritaires de ces organisations ? Selon deux travaux consacrés au rachat des captifs par notre regretté collègue Claude Larquié et par un historien castillan, José Antonio Martinez Torrès, qui s’accordent pleinement, les enfants faisaient partie des objectifs premiers des rédempteurs. Claude Larquié écrivait : « Les enfants et les femmes s’apprécient beaucoup mieux que les adultes... sans que cela soit toujours vérifié ». Et José Antonio Martinez Torres considère que les rédempteurs voulaient racheter d’abord les Espagnols, Portugais ou Italiens capturés en combat par les marins musulmans, mais ensuite « ceux qui étaient les plus démunis de protection, sociale ou économique, femmes, enfants, vieillards et captifs les plus pauvres... » Et il ajoute : « Les jeunes et les femmes étaient plus demandés que les vieillards, de sorte que leurs prix faisaient monter sensiblement la moyenne »2.

9Peut-on connaître les résultats des campagnes des rédempteurs à propos des enfants ?

10Claude Larquié, dans l’article évoqué ci-dessus, utilisait quatre dossiers correspondant à quatre campagnes entreprises par les pères du Saint Sacrement, les Mercédaires et les Augustins, trois à Alger (1660, 1664, 1665) et une au Maroc (1661). Ces quatre campagnes avaient permis le rachat de 136 personnes au Maroc et de 757 à Alger. Parmi les rescapés du Maroc un seul enfant de moins de 15 ans. En revanche, Claude Larquié annonce un groupe de 91 enfants et adolescents de moins de 15 ans parmi les rédimés d’Alger (un peu plus de 12 % du total) mais le tableau qui accompagne le texte n’en comptabilise que 62, contre 342 de 15 à 30 ans. Notre collègue s’étonnait cependant du « nombre élevé d’enfants et d’adolescents prisonniers dans les geôles algériennes. »

  • 3 José Antonio Martinez Torres, « El Rescate de Cautivos Cristianos en el Norte de Africa (S (...)

11Le travail tout récent et de grande ampleur conduit par José Antonio Martinez Torres autorise des conclusions sinon définitives au moins vraisemblables car il s’inscrit dans la longue durée (1575-1692) et se fonde sur 43 campagnes de rédemption, 28 à l’actif des Trinitaires et 15 à celui des Mercédaires. Ces campagnes, menées à Alger et au Maroc (Tanger, Tetouan, Fez, Marrakech et Salé) eurent pour résultat le rachat de 6 369 captifs, huit fois plus que dans l’occurrence précédente. Il s’agit cette fois, comptabilité à l’appui, de chiffres authentiques, dûment vérifiés, qui n’ont rien à voir avec les communiqués triomphalistes diffusés par Mercédaires ou Trinitaires dans une intention de propagande et comme incitation à la générosité publique3.

12Selon cette enquête et le tableau très détaillé qui l’accompagne, où sont mentionnées dates, lieux des rachats, sexes et groupes d’âge, les moins de 10 ans sont très peu nombreux, 158 (102 garçons, 56 filles), soit 2,48 %. Les 11-20 ans, quoique beaucoup plus nombreux, ne sont que 634 (565 de sexe masculin et 69 du genre féminin), à peine 10,2 % du total. Malheureusement, l’auteur n’a pu séparer les moins de 15 ans des 15-20 ans. Ainsi, les moins de 20 ans constituent 12,6 % des chrétiens ramenés par les rédempteurs espagnols et il est tout à fait raisonnable de penser que les moins de 15 ans, autrement dit les enfants, ne représentaient même pas le dixième des captifs rachetés.

13Pourquoi puisque l’un des objectifs prioritaires annoncés était la rédemption des enfants, un bilan quantitativement aussi décevant ? Les enfants chrétiens captifs en Islam étaient ils peu nombreux ? Ou bien les Musulmans souhaitaient-ils en conserver le plus grand nombre possible ?

  • 4 Voir Lucile et Bartolomé Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des R (...)

14Nous avons déjà donné une réponse à cette question et avons aujourd’hui toutes les raisons de la confirmer. Nous écrivions en effet, en 1989 : « Quant aux enfants, on a déjà compris que les Musulmans souhaitaient en conserver la plupart : compte tenu des niveaux élevés de mortalité infantile de cette époque (20 à 25 %), le prélèvement d’enfants ou d’adolescents déjà élevés, et beaucoup moins fragiles puisqu’ils avaient franchi les caps les plus périlleux, constituait un profit net, réalisé de surcroît aux dépens de l’adversaire »4. Sans oublier la part du prosélytisme religieux.

15Il est significatif que lors de leurs razzias dans la steppe russe les Tartares aient tué les hommes tandis qu’ils enlevaient et conservaient en vie femmes et enfants. Les cavaliers turcs raflaient de même femmes et enfants lors de leurs chevauchées dans les plaines danubiennes, environ les années 1530 ou à la fin du XVIe siècle. Les descentes barbaresques en terre chrétienne à l’ouest (îles orientales de l’archipel canarien, côtes de l’Algarve portugais, Andalousie atlantique ou méditerranéenne, Levant valencien, Baléares, Corse, Sardaigne, Sicile, riviera génoise, Calabre et Pouilles, etc…) s’accompagnaient de l’enlèvement de milliers de femmes et d’enfants. Les îles grecques de l’archipel et les rivages dalmates connaissaient le même sort....

  • 5 Ibid, p. 397-413.

16On rappellera que les Marocains refusèrent le rachat de l’immense majorité des jeunes pages portugais capturés lors du désastre d’Alcazarquivir en 1578. Ils formèrent d’ailleurs, après avoir obtenu la conversion à l’Islam de ces adolescents, un bataillon de deux cents jeunes renégats confiés aux soins de l’un d’entre eux, un peu plus âgé, Luis Barreto, devenu Ali. Le cardinal Henri, proclamé roi du Portugal après la disparition de Don Sébastien à l’issue de cette bataille, proposa vainement mille onces d’or pour le rachat de Felipe da Lomba, l’un de ces jeunes pages. Le sultan Mouley Xeque précisa même qu’il refuserait quatre mille onces. Il voulait que son esclave auquel il tenait beaucoup se fasse « more ». Il n’est pas étonnant que nous ayons retrouvé la trace de onze Portugais pris en 1578 qui, au début du XVIIe siècle, vivaient encore au Maroc5.

  • 6 Archives de l’Inquisition de Malte (AIM), Mdina, Processi, 21 B, N° 182 (1603).

17Pour marquer nettement cette volonté, les musulmans se hâtaient de faire circoncire beaucoup des enfants capturés, contre leur gré et sous divers prétextes, (ainsi la nécessité absolue de la circoncision pour aller en paradis, dont fut persuadé le jeune Hongrois Gregori enlevé par des cavaliers turcs alors qu’il jouait avec d’autres enfants de son âge)6. À l’inverse, dans l’immense majorité des cas, la circoncision des adultes était librement consentie et elle était, sinon toujours au moins souvent, un corrélat de la conversion volontaire.

  • 7 Voir Bartolomé Bennassar, « Conversion ou Reniement. Modalités d’une adhésion à l’Islam (X (...)

18On sait que de nombreux enfants français furent circoncis peu après leur capture, à bord du navire corsaire, avant même d’arriver à Alger ou Tunis, de façon à rendre vaine l’intervention des consuls français, malgré les bonnes relations qu’entretenaient le Sultan et la France. Martin Legot du Conquet, Pierre Ginot d’Olonne, Louis Robert et Charles Menoré du Havre, Jean Balif et Jean Lucas de Saint Malo, Jean de Caen, Michel Guigues de Toulon, Antoine Rao de Marseille, avaient été contraints de renier et avaient été circoncis avant de débarquer. Et lors de sa mission à Tunis, monsieur de Brèves put récupérer plusieurs jeunes garçons, « lesquels avaient été faits turcs par force, déjà élevés qui deux, qui trois, qui quatre ans en la religion mahométane. »7.

19Car la circoncision était considérée par les ravisseurs comme un point de non-retour. Il est regrettable que Claude Larquié et José Antonio Martinez Torres n’aient pas trouvé dans les dossiers des pères rédempteurs d’indications relatives à la circoncision : nous croirions volontiers que les enfants rachetés au cours de ces campagnes n’avaient pas été circoncis, précisément parce qu’ils devaient être proposés au rachat.

20Il est réel que les enfants élevés par leurs maîtres musulmans étaient généralement fort bien traités, élevés avec beaucoup d’affection et, à vrai dire intégrés dans la famille. Ils étaient souvent envoyés à l’école coranique et certains, revenus après bien des aventures en terre chrétienne, n’hésitèrent pas, tel Joseph Bualdes, à témoigner devant les inquisiteurs de ces bons procédés. Certains maîtres musulmans ne donnèrent-ils pas d’admirables exemples de tolérance et de générosité en accordant à leurs jeunes esclaves la liberté de revenir en chrétienté ? Comportement insolite, il faut en convenir.

21L’exploration incomplète et trop rapide des archives de l’inquisition de Malte nous a convaincus plus encore que les enfants chrétiens captifs en terre d’Islam étaient très nombreux, et cela sans tenir compte des enfants de la devchirme qui ne concerne que les régions sous domination ottomane. Grâce à des témoignages personnels nous appréhendons en effet des aventures collectives qui concernent une foule d’individus. Qu’un capitaine corsaire des chevaliers de Malte arraisonne un navire « turc » à bord duquel voyagent, libres ou esclaves, des Grecs, des Russes, des Hongrois, des Esclavons, voire un Marseillais ou un Parisien, victimes de razzias anciennes et que, parvenus à Malte, ces hommes ou ces femmes, pour quelque raison que ce soit, confessent leurs origines et manifestent l’intention de revenir à la foi du Christ ! Alors, surgissent du fond de la mémoire de vieilles histoires, ordinaires ou extraordinaires, nées d’une enfance saccagée.

  • 8 Voir AIM, Processi, 21 B, N° 194 et 177 ; 46 A, N° 1 et 6.

22Ce sont trois petits garçons et deux jeunes filles de 20 et 16 ans qui racontent le drame de leur village, celui de Malau, proche de Raguse sur la côte dalmate, mis à sac par les Turcs qui ont emmené toute la population en esclavage, puis les ont vendus sur un marché proche d’Istanbul. C’est Pierre le Valaque : en 1603, il explique aux inquisiteurs maltais comment a été razziée toute la population de sa « montagne », conduite à Belgrade, il avait 12 ans et le « Turc » Soliman l’a acheté, l’a fait ensuite abjurer et son nom est devenu Resuan. En 1627, quatre « russioti », Lucas, Petrus, Basile et Stéphane racontent à leur tour leur odyssée, de la steppe russe à Constantinople où ils ont vécu plusieurs années. Pris par les Maltais en 1628, le navire corsaire Pittuchio, armé à Tripoli, commandé par un renégat grec, Mehmet raïs, compte à son bord plusieurs esclaves chrétiens dont un jeune russe de 14 à 15 ans, Arsemio, acheté à Chypre un an auparavant, un grec du même âge, Georges ; un autre d’origine indéfinie, acheté à Jérusalem et âgé de 20 ans ; deux autres esclaves demeurés chrétiens, dont l’âge n’est pas connu. Sept jeunes grecs et un français, capturés sur ce bateau avaient renié et étaient devenus corsaires8.

  • 9 Voir AIM. Processi, 21 A, N° 149 et 148 ; 93 B, N° 63.

23Les récits sont parfois très circonstanciés : Ana, jeune hongroise de 12 à 13 ans, amenée à Malte en 1603 par le capitaine Vetriano, avait été capturée à l’âge de 7 ans par les Tartares avec ses parents et conduite à Constantinople où elle a été vendue. Elle est capable de décliner toute sa généalogie chrétienne, de réciter correctement le Pater et l’Ave Maria, et, partiellement, d’autres prières. Elle dit qu’elle avait été catéchisée et veut revenir à la foi chrétienne malgré son patron et sa femme. Sur le même navire du capitaine Vetriano se trouvait un Arménien, fils d’un prêtre arménien, Mathieu, capturé à Alep par les Turcs, 13 ans auparavant, circoncis, emmené dans une ville turque dont il s’est enfui pour retourner à Alep, s’est fait reprendre après trois ans d’errance. Un siècle plus tard ou presque, en 1693, Maria, 14 ans, qui vivait avec ses parents près de Candie en Crète, a été enlevée en l’absence de ses parents, conduite jusqu’à un port où ses ravisseurs l’ont obligée à dire qu’elle était « turque » pour la vendre avec un garçon et une autre fille à un capitaine portugais, Albino. Celui-ci a revendu le garçon à Corfou et a vendu les deux filles à Malte. Mais Maria précise aux inquisiteurs les détails du rituel orthodoxe, du baptême et de la messe et récite fort bien en grec le Pater Noster, l’Ave Maria et le Credo. L’autre jeune fille, Ana, tient le même discours et les deux grecques sont libérées9.

24En fait, les documents maltais du XVIIe siècle sont pleins de ces histoires. Pour quelques dizaines de jeunes gens libérés au terme de quelques années grâce à un hasard heureux et à la qualité de leur mémoire, combien sont ils demeurés en esclavage ou bien se sont fait « turcs », ce qui leur a valu souvent une promotion sociale incontestable ? Et, si, au seuil de la Méditerranée orientale, on croise logiquement les destins de quantité de Grecs, Serbes, Croates, Valaques, Russes, Arméniens, les Français ne sont pas absents. L’Avignonnais Bernard Cardellone, qui se livrait à la course contre les « infidèles » sur un bateau français dont son frère Christophe était pilote, avait eu la mauvaise fortune d’être capturé par les Algérois, conduit à Alger où il avait renié et avait été circoncis. Passé à Tunis où il avait servi un patron pendant cinq mois, il avait été offert en cadeau au pacha de Chio. À la faveur d’un raid de la flotte chrétienne à Chio, Cardellone s’est enfui et réfugié chez les pères capucins de l’île. Il s’est confessé et, venu à Malte en 1694 sur une galiote, il peut présenter à l’Inquisiteur de Malte un superbe certificat de confession en latin, fort bien calligraphié.

25Le Marseillais Jean Ferran, fils d’Honoré et Honorine, avait eu beaucoup moins de chance. Pourtant, il était bien jeune (11 ans) quand il avait été pris par les corsaires de Tunis alors qu’il naviguait entre Candie et Venise. Mais il ne s’en était pas tenu au reniement. Il était devenu corsaire lui-même et, circonstance aggravante, raïs d’une tartane, pris en action de course. Devenu adulte, âgé alors de 25 ans, Ferran n’avait pas eu droit aux circonstances atténuantes dont bénéficiaient les enfants et avait été condamné à la prison perpétuelle.

  • 10 Voir AIM, Processi, 93 A, N° 17 ; 46 A, N° 7 ; 71 A, N° 183.

26Capturé au même âge (11 ans) par un vaisseau corsaire de Tripoli, le Parisien Charles des Vignettes, qui comparut à Malte en 1661, avait en sa faveur de solides arguments qui lui valurent une absolution après abjuration de vehementi. Certes, envoyé à Constantinople, en guise de cadeau au Grand Turc par le pacha de Tripoli, puis vendu à un aga avec qui il avait vécu à Constantinople, puis au Grand Caire, il avait renié à la suite, affirmait-il, de mauvais traitements, « de la bouche et non du cœur », il avait accompagné son patron à la mosquée, dit les prières et fait ses ablutions, jeûné le ramadan, selon les coutumes musulmanes, mais il n’avait « fait vie de Turc qu’extérieurement ». Et il s’était enfui, avait gagné Alexandrie où il avait pris un bateau pour Smyrne. À Smyrne, Charles s’était présenté comme chrétien chez un certain Don Carlos de Guevara qui lui avait procuré un passage pour Malte. Et il était venu spontanément devant le tribunal. Charles avait 30 ans. Son parcours en terre musulmane, de l’enfance à l’âge mûr, avait duré dix-neuf ans10.

27Il y a concordance entre les sources, celles des dossiers de rédemption, les documents inquisitoriaux, et les chroniques. Les enfants chrétiens captifs en Islam étaient nombreux. Une partie d’entre eux étaient proposés en rachat moyennant un bon prix aux pères rédempteurs. Les « Turcs », du Maroc à Constantinople, souhaitaient en conserver la majorité, y parvenaient sans doute. Ensuite, il n’y avait plus d’histoire « annoncée ». Le hasard, le destin, les fortunes de mer ?

Notes

1 D’après Pietro Amat di San Filippo, Della Schiavitu e del Servaggio in Sardegna, Turin, Stamperia Reale Della Ditta G.B. Paravia, 1894.

2 Claude Larquie, « Le rachat des Chrétiens en Terre d’Islam au XVIIe siècle (1660-1665) », Revue d’Histoire Diplomatique, Oct-Déc 1980, n° 4, p. 297-351.

3 José Antonio Martinez Torres, « El Rescate de Cautivos Cristianos en el Norte de Africa (Siglos XVI-XVII) », Historia Social, Fundacion Historia Social, Valencia UNED, N° 49, 2004, p. 29-48.

4 Voir Lucile et Bartolomé Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des Rénégats XVIe-XVIIe siècles, Paris, Perrin, 1989, p. 360.

5 Ibid, p. 397-413.

6 Archives de l’Inquisition de Malte (AIM), Mdina, Processi, 21 B, N° 182 (1603).

7 Voir Bartolomé Bennassar, « Conversion ou Reniement. Modalités d’une adhésion à l’Islam (XVIe-XVIIe siècles) », Annales E.S.C, Nov-Déc. 1988, p. 1349-1366.

8 Voir AIM, Processi, 21 B, N° 194 et 177 ; 46 A, N° 1 et 6.

9 Voir AIM. Processi, 21 A, N° 149 et 148 ; 93 B, N° 63.

10 Voir AIM, Processi, 93 A, N° 17 ; 46 A, N° 7 ; 71 A, N° 183.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search