Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

Récits d’enfance

La mort du petit prince : le duc de Bourgogne (1761)

Bernard Hours

Texte intégral

  • 1 « Sur la mort de Monseigneur le duc de Bourgogne », Mercure de France, avril 1761, vol. II, p. 55.

Apprendre, avec Nollet, à pénétrer des choses
Les principes cachés, les causes ;
Avec Rollin, les mœurs, les loix des Nations ;
Avec Vauban, l’art de prendre une ville ;
Dans Fénelon, l’art plus utile
De triompher des passions ;
Fils de héros, sçavoir que partout on renomme
La valeur et l’activité
Mais encore plus la probité,
Et né Roi, sentir qu’on est homme ;
Dans l’ordre et la beauté de tant d’êtres divers,
Dans leur merveilleux assemblage,
Apprendre à révérer l’Auteur de l’Univers :
Est-ce là le tableau d’un monarque ou d’un sage ?
France, c’est le portrait du prince que tu perds !1

  • 2 Il était né le 13 septembre 1751.

1Tel fut l’éloge funèbre, demeuré anonyme, que le Mercure de France, consacra à Louis Joseph Xavier, duc de Bourgogne, l’aîné des petits-fils de Louis XV2, prématurément disparu au milieu de sa dixième année. Les qualités et les vertus célébrées dans ces vers laborieux et sages en forme d’institution du prince, ne laissent pas de surprendre à propos d’un enfant : science, honnêteté, humanité et piété dessinent plutôt les traits d’un prince idéal que d’un jeune garçon encore bien éloigné d’un avènement éventuel et dont l’éducation était bien loin d’être achevée. C’est pourtant sous ce masque que la mémoire du petit prince vaincu par la souffrance a été transmise jusqu’à nos jours par une historiographie qui lui est plus ou moins favorable, selon la bonne ou mauvaise influence qu’elle lui attribue sur l’enfance du duc de Berry, futur Louis XVI : non seulement leur gouverneur commun, le duc de La Vauguyon, n’aurait eu de cesse de présenter l’aîné en modèle au cadet, mais le jeune Berry n’aurait pas reçu de ses parents la même affection que Bourgogne.

  • 3 Jean Nagle, La civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du XIIIe au XIXe siè (...)

2Passé aux hommes depuis plus de deux années, héritier virtuel bien qu’encore éloigné, le petit prince défunt eut droit au déploiement du plus grand cérémonial. Mort à Versailles le 22 mars 1761 à deux heures trois quarts du matin, il fut transporté dans la soirée à Paris, au château des Tuileries où son corps resta exposé, à visage découvert, jusqu’au milieu de la matinée du 23. Il fut alors embaumé et placé dans un cercueil. Celui-ci fut posé sur son lit de parade et recouvert d’un poêle de satin blanc orné d’une croix de moire d’argent. Les prêtres de la paroisse royale et les Feuillants se relayèrent durant quatre jours auprès de la dépouille, récitant les prières jour et nuit. Le 28, accueillis par le grand maître et le maître des cérémonies, les princes du sang puis le corps diplomatique réduit aux alliés en ce temps de guerre mais conduit par l’introducteur des ambassadeurs, vinrent rendre un dernier hommage au défunt : une aspersion d’eau bénite précédée d’une prière à genoux sur un carreau. Ils furent suivis par l’archevêque et une députation du chapitre. Les cours souveraines, l’Université, le Châtelet et les trésoriers de France rendirent leur devoirs le 31 mars. Mais déjà, la veille, le cœur du prince avait été transporté en procession au Val de Grâce, selon une tradition mise en place par Anne d’Autriche3, et confié à l’abbesse par le premier aumônier du roi, Mgr de Bouillé, évêque d’Autun.

  • 4 Cette description est inspirée par le récit des funérailles donné dans le Mercure de France, op. ci (...)

3Le lendemain, il revint à celui-ci de procéder à la levée du corps qui se fit à la nuit tombée, à dix heures du soir. Un long convoi, éclairé aux flambeaux, se mit alors en branle vers Saint-Denis, où il arriva avant minuit : soixante chevaliers du guet, deux gardes du corps, soixante pauvres, plusieurs carrosses transportant les courtisans qui composaient le deuil, cent mousquetaires des première et deuxième compagnies du roi, cinquante chevaux-légers de la garde, le carrosse du roi transportant notamment le prince de Condé et le duc de la Vauguyon, un deuxième carrosse royal réservé aux membres de la chapelle, quarante-huit pages de la dauphine, de la reine et du roi, plusieurs écuyers, quatre trompettes, les hérauts et le roi d’armes, le maître des cérémonies, de nouveau quatre chevaux-légers de la garde précédaient le char funèbre entouré de quarante suisses et des valets de pied, quatre aumôniers du roi portant les coins du poêle qui le recouvrait. Comme celui-ci, les caparaçons des chevaux étaient blancs avec des croix de moire d’argent et des armoiries en broderie. Le char était encore suivi des détachements des gendarmes, des mousquetaires et des gardes du corps. La marche était fermée par la livrée des personnes qui composaient le deuil.4

  • 5 Ralph Giesey, Cérémonial et puissance souveraine. France XVe-XVIIe siècles, Paris, 1987 ; id., Le r (...)
  • 6 « La mémoire de la mort : les arts de mourir dans la Librairie et la lecture en France aux XVIIe et (...)
  • 7 À Paris, De l’Imprimerie royale, MDCCLXI.

4Le cérémonial funèbre célébrait la puissance de la dynastie et la grandeur de la monarchie5. Il ne disait rien de l’impression produite par cette disparition brutale et le Mercure ne l’évoquait qu’en terme convenus : « l’affliction » de la famille royale trouvait une consolation dans les « grandes espérances » que l’on plaçait dans le cadet, le duc de Berry. Cependant la cour ne voulut pas en rester là. On entrouvrit les portes de l’intimité de la famille royale, mais il ne s’agissait pas seulement de donner au public le spectacle de sa douleur et de sa déréliction. C’est que la fin du petit prince, dépeinte sous les couleurs de l’héroïsme et de la sainteté, revêtait une vertu pédagogique évidente à une époque où, comme Daniel Roche l’a montré, les arts de mourir continuaient à faire le succès des rééditions6. L’évocation des derniers instants puisait une puissance d’émotion accrue dans la lente et douloureuse agonie d’un enfant, et surtout d’un enfant appelé peut-être à régner un jour. Quelques semaines après la tragique disparition, Le Franc de Pompignan publiait l’Eloge historique et funèbre de Monseigneur le duc de Bourgogne7, première hagiographie d’un enfant de la famille royale, composée, à la demande du dauphin lui-même, « pour la consolation des personnes attachées sincèrement à la Religion et à l’État » : le trône et l’autel s’y trouvaient en effet unis par l’exemplarité chrétienne de celui qui, selon la succession dynastique, aurait dû prendre rang pour recevoir un jour l’onction, la couronne et le sceptre.

  • 8 Musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 4398, inv. Dessins 890 ; publié dans L’enf (...)

5La mort tragique du duc de Bourgogne constitua une véritable scène du roman familial de la dynastie, parce que la tentative de donner une publicité à la douleur de ses parents servait l’exaltation de la figure paternelle du monarque. En attirant l’attention sur leur chagrin inguérissable, elle participait également de l’extériorisation croissante du sentiment de l’enfance au dix-huitième siècle, au même titre que le très beau portrait du prince malade qu’ils avaient commandé à Jean-Martial Frédou au début de l’année 1761 et qui est aujourd’hui conservé à Versailles8. L’hagiographie qui s’en est emparée, a imposé enfin au récit une forte coloration morale, de telle sorte que la figure du petit prince résulte d’une triple composition de vertu, d’héroïsme et pour finir de sainteté.

Jean-Martial Frédou, Louis Joseph Xavier de France (1751-1761), duc de Bourgogne (droits réservés)

Jean-Martial Frédou, Louis Joseph Xavier de France (1751-1761), duc de Bourgogne (droits réservés)

6Vertu d’abord et non pas innocence, car Pompignan montre que le jeune duc de Bourgogne a travaillé avec succès à surmonter ses graves défauts de caractère, ou plus exactement à les sublimer au profit de son état d’héritier virtuel de la couronne. Ces défauts eux-mêmes, une fois maîtrisés et canalisés, annoncent les qualités fondatrices de la grandeur du prince : l’orgueil se mue en fierté, le caprice en fermeté, la violence en force. Son intelligence contribue à développer en lui les capacités du prince : discernement des hommes, sens de sa responsabilité, aptitude à apprendre. Ce n’est donc pas l’enfance en tant que telle que Pompignan exalte à travers le duc de Bourgogne, mais l’enfance du prince : ses défauts sont d’ailleurs communs à la plupart des évocations d’enfances royales. Mais en même temps, c’est bien une telle force dans une âme d’enfant qui motive non seulement l’affection particulière de ses parents pour leur fils aîné, mais aussi qu’on veuille inscrire son image dans la mémoire collective.

  • 9 Le récit le plus documenté de cet épisode a été donné par Casimir Stryenski, La mère des trois dern (...)

7Cet enfant est aussi un héros : le récit de sa mort commence par celui de ses longues souffrances9. Au début du mois d’avril 1760, il fut opéré d’un abcès à la hanche qui le faisait souffrir depuis de longs mois déjà et l’obligeait à boiter. Mais le jeune prince avait gardé le silence sur l’origine de sa douleur, une chute de son grand cheval de carton au cours d’une leçon d’équitation, afin de ne pas pénaliser le gentilhomme chargé de le surveiller. Depuis, ce dernier était mort au combat en Allemagne. Le récit de l’opération par Pompignan fait éclater le courage du prince :

  • 10 Éloge historique…, p. 56-58.

Il voulut voir les instruments dont on se serviroit. Il les considéra, les mania avec un sang froid admirable, et s’abandonna tranquillement aux apprêts et aux rigueurs de l’opération. Le sieur Andouillet fit l’ouverture de la tumeur avec toute la légèreté et toute la promptitude possible. L’incision fut terrible et très douloureuse. Elle lui ouvrait la cuisse presqu’entière à trois doigts de profondeur. Il ne poussa qu’un ou deux cris, et soutint sans se plaindre le reste de l’opération… À peine fut-il pansé qu’il reprit l’air de gaieté qui lui était naturel, et se mit sur son séant dans son lit, comme s’il n’eût qu’une légère indisposition10.

  • 11 Emmanuel Bury, Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme (1580- 1750), Paris, 1996. (...)
  • 12 « Je viens de faire peindre un petit Jésus couché sur la paille, comme au moment de sa naissance ; (...)

8Cette évocation exprime la quintessence d’un idéal aristocratique et chrétien tout à la fois. Le petit duc puise en effet son courage dans la sprezzatura exaltée par toute la littérature de cour, ce « je ne sais quoi » par lequel il masque sa douleur derrière une gaieté dont le naturel est en réalité le fruit d’une composition très volontariste de soi11. Mais il reproduit aussi les images bien connues du Christ enfant jouant avec les instruments de sa Passion, vulgarisées depuis le dix-septième siècle et encore prisées à la cour, par sa grand-mère elle-même, Marie Leszczynska12.

  • 13 Quentin Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, 2001 ; Isabelle Flandrois, L (...)

9Commence alors une année de souffrances au cours de laquelle le duc de Bourgogne ne se lèvera quasiment plus, demeurant le plus souvent sur une chaise longue. Chaque jour, son pansement est renouvelé sans qu’il bronche, bien que l’appréhension lui arrache cris et larmes dans les moments qui précèdent. Héroïsme révélé par quelques lettres de la dauphine à son frère Xavier, mais tu par Pompignan : l’opération lui a suffi à démontrer le courage physique indispensable au prince et à rassurer sur ses futures vertus guerrières, même si la certitude qu’il ne survivrait pas transforma rapidement l’espoir en regrets. Cette fermeté avait été annoncée quelques années auparavant lors d’une manœuvre avec simulacre de combats, à laquelle le petit garçon avait assisté sans montrer le moindre effroi au fracas des canonnades et des fusillades. Selon la tradition des éloges du prince, née dans l’Italie de la Renaissance13, le duc de Bourgogne résume en lui toute les vertus de sa race : « Ce ne serait point ajouter à son éloge que de dire qu’il eût été brave puisqu’il était d’une Maison où la valeur a toujours été portée jusqu’à l’héroïsme ». À travers cet archétype, c’est de tous les Bourbons que Pompignan célébrait la gloire.

  • 14 Selon un récit envoyé à Dresde, le duc de Bourgogne se serait écrié la veille de sa mort, qui était (...)
  • 15 Ibid., lettre à son frère, 15 mars 1761, p. 253.

10Mais l’enfant vertueux et héroïque était encore appelé à se sublimer dans l’épreuve finale, en se soumettant par un acte délibéré à la volonté de Dieu : « j’avoue que je la [la vie] perds à regret, mais j’en ai fait depuis longtemps le sacrifice à Dieu », déclare-t-il au duc de La Vauguyon. Le héros se transfigure en saint : par son sacrifice il devient la victime innocente et pure, « agneau pascal »14, figure christique encore une fois. Dans le regard de sa mère, il apparaît comme un modèle et déjà comme un intercesseur : « Si ces sentiments me font plaisir, écrit-elle à son frère Xavier de Saxe, ils me couvrent de honte en voyant une piété si tendre dans un enfant qui n’a pas dix ans ; et, voyant ma misère, j’espère que mon enfant m’obtiendra de Dieu la grâce d’imiter ses vertus »15. À travers cette sainteté, Pompignan exalte le fruit d’une éducation morale et spirituelle : depuis plusieurs années déjà, le prince devait effectuer par écrit un examen de conscience hebdomadaire, annoté en marge par son confesseur qui lui indiquait la manière dont il devait se corriger.

11Tout ce programme hagiographique est résumé et annoncé par le cartouche de la première page de l’Eloge, dessiné par Cochin : Bourgogne expire, la tête renversée sur l’oreiller, la bouche ouverte, le bras gauche et le visage tendus vers la Religion dont le large manteau protège toute la scène et qui pose une main pleine de tendresse sur l’épaule du garçon et de l’autre lui présente la croix ; il tend le bras droit en direction d’une mère qu’il a appelée en vain dans ses derniers instants ; et qui, revêtue du manteau fleur-de-lysé, incarne une allégorie de la France effondrée au bas du lit, le visage enfoui dans un mouchoir ; du ciel descend un large rayon de lumière, tandis que deux angelots dont on n’aperçoit que le visage, sourient au mourant : double assurance du salut acquis dès le jugement particulier, affirmation de sainteté. Le message iconographique est explicité dans l’adresse finale de l’Eloge au peuple français : « Tels sont les regrets que cause à toute la France et à la famille royale, la perte d’un enfant de neuf ans. Il a rempli sa carrière en homme ; sans être parvenu au trône, il s’est montré digne de régner ; sans avoir fait de grandes choses, il a été un grand prince. Il a souffert en héros et il est mort comme un saint. »

  • 16 Le récit de Pompignan suit d’assez près, avec quelques transformations toutefois, celui qui est env (...)

12Mais au spectacle du mourant représenté par Pompignan, on ne vient pas seulement s’édifier et recevoir une leçon chrétienne et politique, on vient aussi communier avec la famille royale. L’acte de propagande est évident : cet ouvrage tout officiel, commandé par le dauphin en personne et fabriqué sur les presses de l’imprimerie royale, doit permettre au public de pénétrer dans l’intimité de la famille royale en la rapprochant de l’humaine et universelle condition. Le tableau que Pompignan dresse de la famille affligée ressemble à une allégorie tragique qui doit permettre à tous les Français de reconnaître dans la famille régnante, l’expression parfaite des sentiments les plus humains : à la fois miroir et modèle du deuil le plus insupportable, celui d’un enfant, la scène vise à rendre sensible, dans la manière de Greuze, la légitimité fondamentale de la dynastie, comme incarnation de l’humanité la plus touchante. La scène suit le moment où La Vauguyon est venu annoncer la mort de Bourgogne à ses parents16 :

  • 17 Éloge historique..., p. 85-87

… le Roi vint chez Madame la Dauphine qui tomba sans connaissance dans ses bras. Monseigneur le Dauphin paroît ; on amène le Comte de Provence et le Comte d’Artois ; la Reine arrive ; Mesdames l’avoient précédée ; toute la famille royale étoit dans le même lieu. Quels objets majestueux et touchants ! Quel sanctuaire de douleur ! Les petits princes fondent en larmes ; leur mère évanouie ; son auguste époux renversé dans un fauteuil, la tête appuyée sur le sein du duc de La Vauguyon, sans couleur, sans parole, sans pouls, sans respiration et dans un état si violent, si extraordinaire, que quelques minutes de plus pouvoient le rendre dangereux ; le Roi et la Reine occupés à secourir leurs enfants ; la tendresse conjugale, l’amour paternel et filial, l’affection fraternelle, tous les sentiments de la nature déployés et agissant à la fois sur tant de personnes royales, qui mêloient à la fois leurs gémissements et leur consternation.
… Venez, ô Français, venez voir par vous mêmes ce que je ne puis retracer. Approchez du lieu respectable où pleurent vos Maîtres. C’est dans ces afflictions domestiques qu’ils doivent surtout attirer nos regards. C’est là que, rapprochés de nous par des malheurs communs à toutes les conditions, ils nous découvrent sans contrainte et sans le vouloir, leur caractère et leurs sentiments. Ce qu’ils paraissent dans leur famille, ils le sont pour leurs sujets. Un bon père est un bon Roi et tout souverain qui rend hommage aux droits sacrés de la nature, remplit mieux qu’un autre les devoirs de l’humanité.17

13Par ce glissement final, au delà du panégyrique, l’Eloge du duc de Bourgogne se donne pour un écrit de combat qu’il faut replacer dans la polémique ouverte dans les années 1750 contre les Encyclopédistes et qui faisait encore rage durant la décennie 1760. Cette année-là, dans son discours de réception à l’Académie Française, Pompignan avait cru bon de s’en prendre aux « nouveaux philosophes », ce qui lui valut d’essuyer un déluge de pamphlets dont il ne se remit jamais. Voltaire en particulier l’écrasa de ses sarcasmes. C’est donc dans cette atmosphère qu’il composa son panégyrique, et qu’il l’utilisa aussi comme une tribune afin de répliquer à ses adversaires, dépassant les intentions réelles de la famille royale, descendue dans l’arène peut-être malgré elle. Il fit de son discours une œuvre d’apologétique à part entière, fondée sur l’exaltation de la sensibilité et du cœur plutôt que sur une démonstration rationnelle qui aurait été déplacée dans ce contexte. Aux philosophes qui prétendaient se mettre à l’école de la Nature et en déduire la véritable vertu, il répondait en produisant l’exemple de la famille royale : qui mieux que ces princes effondrés de douleur, était capable de laisser s’épancher librement les sentiments les plus authentiques inscrits dans le cœur de l’homme ? La sincérité et la profondeur de leur chagrin, prouvait non seulement l’authenticité et la vérité de leur foi mais aussi, par là même, la légitimité de la Couronne : l’humanité du prince révélée dans ces instants tragiques constituait le meilleur pilier de son pouvoir, le plus puissant argument auprès de ses sujets pour « maintenir l’autorité royale dans la plénitude de ses droits » et « conserver la foi de saint Louis » ; la « religion du coeur » apparaissait comme le plus puissant soutien de la monarchie. Par opposition, ceux qui restaient insensibles à un tel spectacle et ne tournaient pas leur cœur vers Dieu, ceux-là étaient véritablement dénaturés. La disparition du duc de Bourgogne devait donc être interprétée comme un signe de la Providence qui « a suscité cet enfant pour que ses sentiments, son innocence et sa mort, fussent la condamnation des principes, de la morale et de la vie des sages de ce temps ». De la sorte, Pompignan, tout en posant ses jalons, voulait ôter tout espoir à ceux qui, deux ans après la suppression de l’Encyclopédie et la rétractation d’Helvétius, croyaient à la sympathie du fils de Louis XV pour le mouvement philosophique et avaient pu espérer qu’il aurait choisi l’un des leurs pour l’éducation de ses fils :

  • 18 Ibid., préface, p. IX.

Tous ne ressembleront pas au duc de Bourgogne, il serait inutile de s’en flatter ; mais tous seront élevés de même… Il faut qu’on sache que ce plan d’éducation est invariable ; que les maximes des Montausier et Bossuet, des Beauvilliers et des Fénelon seront à perpétuité celles de leurs successeurs ; qu’on n’en enseignera point d’autres aux héritiers de la couronne ; qu’ils ne seront jamais confiés à des mains suspectes ; que des cœurs corrompus, que des esprits gâtés par des opinions dangereuses ne seront point admis aux fonctions de cette institution sacrée18.

  • 19 Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, 1998.
  • 20 Éloge historique..., p. X. Fréron salue dans l’Éloge un « excellent traité de l’institution des pri (...)

14La mort du petit prince fournit donc à Pompignan, par défi aux « nouveaux philosophes » et à toutes les philosophies du contrat limitatives des prérogatives de la monarchie absolutiste, l’occasion de dévoiler le programme idéologique du règne futur, tel qu’il aurait été préparé par le dauphin, fils de Louis XV. Auprès de lui, Bourgogne et ses frères auraient appris à « gouverner leurs sujets en pères, à les soulager dans leurs besoins, à maintenir l’autorité royale dans la plénitude de ses droits, à conserver la foi de saint Louis, à récompenser le mérite, à punir le crime ». Pompignan, en exaltant le prince chrétien et absolu, ravale du même coup à un rang secondaire l’idéal du « grand homme » développé par son siècle et célébré à force de panégyriques19. Le recours à la litote, en effet, ne doit pas faire illusion : « avec des principes si purs, s’ils ne deviennent pas tous des grands hommes, ils seront tous du moins des monarques justes, humains, compatissans, chers à leurs peuples, ennemis des impies et protecteurs de la religion »20. Nul homme n’est plus grand que le roi très chrétien dans l’accomplissement de sa mission.

15Tragédie familiale, la disparition de Bourgogne intervenait dans une situation de graves difficultés politiques : empêtrée dans une guerre aux enjeux contradictoires pour elle, la monarchie ne parvenait pas à sortir son épingle du jeu, de même qu’elle éprouvait bien des difficultés, dans les affaires intérieures, à confirmer sa souveraineté et à ressaisir sa capacité d’arbitrage face aux doutes de l’épiscopat, face aux dissidences des cours supérieures de justice et face au développement d’un espace public affirmant sa propre légitimité. À l’heure où la minorité janséniste lançait au parlement de Paris l’assaut final contre une Compagnie de Jésus qui avait toujours énervé les sensibilités gallicanes, la mort du petit prince marque une étape explicitée par l’Éloge publié par Pompignan. Celui-ci lance un cri de ralliement : autour de la famille royale symbole de l’authentique loi naturelle dérivée de Dieu, il appelle tous les sujets pieux et fidèles à se rassembler pour la défense du trône et de l’autel. En écho aux assemblées du clergé depuis le début des années 1750, il contribue à définir les contours d’une idéologie qui a pris conscience d’elle même dans son opposition à l’Encyclopédie et aux « nouveaux philosophes », il la baptise dans les larmes d’une famille éprouvée et l’incarne dans la figure idéalisée de Bourgogne, dont la mémoire pèsera lourd dans la formation d’un autre enfant, le jeune Berry et futur Louis XVI.

Notes

1 « Sur la mort de Monseigneur le duc de Bourgogne », Mercure de France, avril 1761, vol. II, p. 55.

2 Il était né le 13 septembre 1751.

3 Jean Nagle, La civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du XIIIe au XIXe siècle, Paris, 1998. L’auteur passe très rapidement sur le devenir des cœurs des membres la famille de Louis XV.

4 Cette description est inspirée par le récit des funérailles donné dans le Mercure de France, op. cit., p. 198-202.

5 Ralph Giesey, Cérémonial et puissance souveraine. France XVe-XVIIe siècles, Paris, 1987 ; id., Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, 1987 ; Alain Guery, « Principe monarchique ou roi très chrétien ? Les funérailles du roi de France », Revue de synthèse, 112/3-4, 1991, p. 443-454.

6 « La mémoire de la mort : les arts de mourir dans la Librairie et la lecture en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Les républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, 1988, p. 103-150.

7 À Paris, De l’Imprimerie royale, MDCCLXI.

8 Musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 4398, inv. Dessins 890 ; publié dans L’enfant chéri au siècle des Lumières après l’Emile, catalogue de l’exposition de 2003 à Marly/Louveciennes et à Cholet, p. 124.

9 Le récit le plus documenté de cet épisode a été donné par Casimir Stryenski, La mère des trois derniers Bourbons. Marie-Josèphe de Saxe et la Cour de Louis XV, Paris, 1902, p. 247-256. Il s’appuie en particulier sur des correspondances alors conservées à Dresde mais détruites au cours de la Seconde Guerre Mondiale, en particulier les lettres de la dauphine à son frère Xavier.

10 Éloge historique…, p. 56-58.

11 Emmanuel Bury, Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme (1580- 1750), Paris, 1996. En sortant de la chambre où l’opération avait eu lieu, la Dauphine déclare au général de Fontenay : « Cet enfant est étonnant, il badine, il est de la meilleure humeur », cf. Casimir Stryienski, op. cit., p. 249.

12 « Je viens de faire peindre un petit Jésus couché sur la paille, comme au moment de sa naissance ; il tient sa petite croix dans sa main, tous les instruments de sa passion autour de lui et j’ai mis deux versets qui sont dans le psaume 39 et que voici : sacrificium et pro peccato non postulasti, tum dixi : ecce venio. Celui-là est écrit au dessus, celui-ci au dessous du tableau : In capite libri scriptum est de ma, ut facerem voluntatem tuam ; deus meus volui et legem tuam in medio cordis mei. Cela est-il bien ? », Victor des Diguères, Lettres de Marie Leszczynska au président Hénault, Paris, sd., p. 389-390, lettre non datée placée après celles qui évoquent la maladie et la mort du duc de Bourgogne.

13 Quentin Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, 2001 ; Isabelle Flandrois, L’institution du prince au début du XVIIe siècle, Paris, 1992 ; Les Éloges du Roi de l’Antiquité aux Lumières, Grenoble, 2005.

14 Selon un récit envoyé à Dresde, le duc de Bourgogne se serait écrié la veille de sa mort, qui était aussi le Samedi Saint : « Me voici comme un autre agneau pascal, prêt à être immolé au Seigneur ». Cf. Casimir Stryienski, op. cit., p. 253.

15 Ibid., lettre à son frère, 15 mars 1761, p. 253.

16 Le récit de Pompignan suit d’assez près, avec quelques transformations toutefois, celui qui est envoyé par Mlle Sylvestre au général de Fontenay, probablement sous le contrôle de Marie-Josèphe dont elle est la lectrice, et que Stryenski résume ainsi : « On n’eût pas le courage de réveiller le Dauphin et la Dauphine avant huit heures du matin. Le Roi vint les trouver ainsi que la Reine et Mesdames, et toute le famille fut ainsi rassemblée jusqu’à neuf heures dans le plus morne silence, sans pleurer. Louis XV, craignant les suites d’une douleur si profonde et si farouche, prit la résolution d’envoyer chercher le comte de Provence et le comte d’Artois (le duc de Berry était souffrant) pour parvenir à faire verser des larmes à ses infortunés. Il ne doute pas que la vue de ces chers enfants ne les fasse enfin sortir de leur inquiétante torpeur. L’effet fut cruel ; dès que le Dauphin et la Dauphine voient leurs deux fils, ils jettent un grand cri et s’évanouissent, suffoqués par leur tendresse et leur émotion. Le Roi prend Marie-Josèphe dans ses bras et la porte lui-même dans la chambre voisine ; il sépare le père et la mère afin de leur épargner, lorsqu’ils auront repris leurs sens, la douleur de se voir ainsi anéantis et abattus », op. cit., p. 254.

17 Éloge historique..., p. 85-87

18 Ibid., préface, p. IX.

19 Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, 1998.

20 Éloge historique..., p. X. Fréron salue dans l’Éloge un « excellent traité de l’institution des princes », cf. Olivier Ferret, « Les paradoxes d’un antiphilosophe. L’Éloge historique de Monseigneur le duc de Bourgogne par J.-J. Le Franc de Pompignan », Dix-huitième siècle, n° 31, 1999, p. 429-449.

Table des illustrations

Titre Jean-Martial Frédou, Louis Joseph Xavier de France (1751-1761), duc de Bourgogne (droits réservés)
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1176/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search