Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

Récits d’enfance

L’enfance de Louis XV : devoirs d’un prince

John Rogister

Texte intégral

  • 1 Les dernières biographies substantielles de Louis XV traitent naturellement de son éducation : voir (...)

1Il ne faut pas confondre l’éducation du prince avec la formation d’un roi. L’éducation reçue par le père de Louis XV, le duc de Bourgogne, et ensuite par les deux dauphins, fils et petit-fils de Louis XV, ne pouvait être la même que celle qu’avait reçue le roi lui-même. La différence venait du fait que Louis XV était déjà roi, tandis que les deux autres n’étaient que des princes héritiers. Tout dépendait du monarque s’il voulait qu’au delà d’une éducation princière, on prépare son successeur éventuel au maniement des affaires. À cet égard, Louis XV s’est contenté, suivant un précédent louis-quatorzien, de faire entrer le dauphin au conseil en 1750 et de lui passer temporairement la responsabilité d’assembler le conseil à la suite de l’attentat de Damiens sept ans plus tard. Cela dit, il y avait de nombreux points de convergence entre les deux systèmes d’éducation1.

2On peut distinguer trois périodes dans l’éducation du jeune roi. La première s’étend de son avènement à la couronne à l’âge de cinq ans en 1715 et se termine deux ans plus tard, lorsqu’à sept ans, il « passe aux hommes ». La deuxième période va de 1717 à la fin de la régence en 1721, et la troisième, que l’on pourrait plus proprement appeler la période de la formation royale commence en 1722 et se termine avec la mort du duc d’Orléans, premier ministre, en décembre de l’année suivante. Suit alors une période où le roi se forme progressivement aux affaires grâce à la présence permanente auprès de lui, et à l’influence devenue prédominante sur lui, de son précepteur, André-Hercule de Fleury, l’évêque de Fréjus. Ce dernier assiste au travail du roi avec ses ministres, y compris le nouveau premier ministre, le duc de Bourbon, avant de diriger lui-même les affaires de l’État à partir de 1726. On peut dire qu’à la mort de Fleury, au début de 1743, le roi est prêt depuis quelques années à assumer ses responsabilités. Il avait déjà donné l’impression d’attendre en coulisses son entrée sur la scène royale.

  • 2 Jean Meyer, L’éducation des princes en Europe du XVe au XIXe siècle, Paris, 2004, p. 190-191.

3Dans son récent ouvrage magistral sur l’éducation des princes du XVe au XIXe siècle, Jean Meyer établit une courte synthèse des éléments qui entrent dans l’éducation de Louis XV. Il attire l’attention sur le rôle que joue l’enseignement religieux dès l’âge le plus tendre, enseignement qui aspire à faire du roi un modèle du prince chrétien, digne successeur de Saint Louis, modèle des rois. La morale du Concile de Trente, et la nécessité d’éviter l’adultère, créeront par la suite chez le roi ces tiraillements douloureux entre la loi de Dieu et ce que Meyer appelle « l’appétit de la chair2 ».

4Très tôt, sa gouvernante, l’admirable duchesse de Ventadour, lui apprend à vivre une vie de représentation publique :

  • 3 Ibid., p. 190.

Savoir à toute heure, où se placer et comment réagir, être en représentation permanente, « improviser » des discours, faire les gestes qui comblent ou refusent : tel est le quotidien de Louis XV comme de tous ses congénères3.

  • 4 André Marie, « L’entrée en jeu de Louis XV », Connaissance des Arts, janvier 1975, p. 84.

5D’ailleurs, dès son avènement, Louis XV doit remplir les charges qui lui incombent. Le jour même de la mort de Louis XIV, l’enfant-roi de cinq ans reçoit les hommages des grands du royaume, comme le cardinal de Noailles, archevêque de Paris. Trois jours plus tard, entouré de la duchesse de Ventadour et du régent, le duc d’Orléans, le roi fait relâcher les prisonniers d’État, pour la plupart des jansénistes. Il sera présent au Lit de justice qui cassera le testament de Louis XIV4.

  • 5 Ibid.

6Durant ses sept premières années, le jeune Louis est donc élevé par la gouvernante. La duchesse de Ventadour veillera à son éducation religieuse, elle l’entourera de l’affection dont a besoin le roi, orphelin de père et mère, et elle l’entourera aussi pour ses jeux, d’enfants de son âge, dont beaucoup appartiennent à sa nombreuse parentèle. Il reçoit des leçons dans les sciences en présence de l’évêque Fleury5. En 1716, il apprend rapidement à écrire grâce à une méthode mise au point par dom Vincent du Chesne, religieux envoyé de Franche-Comté par l’intendant de la province afin que le roi puisse bénéficier de cette méthode nouvelle. Comme l’indiquent les vers qui accompagnent la gravure représentant la scène :

  • 6 Cité par André Marie, art. cit., p. 86.

En trois heures de temps
le Roy sçait bien écrire
Par un secret nouveau
que tout le monde admire
Le seul dom Duchesne
venu de Besançon
Sut faire ce prodige en moins de six leçons.6

7Louis XV se passionne très tôt pour l’histoire et la géographie, et lors de la visite du Czar Pierre le Grand en 1717, il pouvait lui réciter la liste de tous les rois de France.

  • 7 Voir les devoirs de Louis XV à la Bibliothèque nationale, cabinet des mss : mss fr. 2325.
  • 8 André Marie, art. cit., p. 84.
  • 9 Sur les entrées royales, voir François Moureau, « Les entrées royales ou le plaisir du prince », Di (...)

8Après son passage « aux hommes » cette même année, le roi passe sous la férule du maréchal de Villeroy. De 1717 à 1720 au moins, le roi apprendra à disserter en latin, écrivant des versions extraites « des plus beaux endroits de la vie de St. Louis7 ». S’il ne parlera jamais le latin8, il n’aura pas de difficulté à suivre la messe, traduire les légendes des monnaies et des médailles, ou à lire les dédicaces de monuments, ou celles qu’on lui présentera sur des arcs de triomphe érigés en son honneur9. Au cours de sa vie, il lui arrivera d’ailleurs de placer dans sa correspondance, quelque fois bien à propos, une citation latine. Le duc de Saint-Simon s’était plaint auprès de l’évêque Fleury de ce que l’on n’ait pas fait appel à l’iconographie réunie par le savant Gaignières sur l’histoire de France,

  • 10 Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques, éd. Chéruel, Paris, 1851, 17, p. 309-312.

« pour apprendre au Roi mille choses particulières et très instructives pour lui dans tous les temps de sa vie, et, en se divertissant, qui ne pouvaient guère lui être montrées autrement10 ».

  • 11 Le mss de l’« Abrégé de l’Histoire de France limité aux deux premières races » se trouve aux archiv (...)

9Tout en convenant que l’enseignement de l’histoire, surtout celle de France, générale et particulière, « étoit celle à quoi il le fallait appliquer le plus », Fleury préféra effectuer cet enseignement à l’aide d’une lourde histoire composée probablement par l’abbé Claude Fleury11. Un royal bourrage de crâne s’ensuivit, dont néanmoins le jeune roi tira et retint sans doute des notions ou des points de repère historiques.

  • 12 Jack Richtman, « Royalty on stage : Les Folies de Cardenio by Charles-Antoine Coypel starring Louis (...)

10Le vieux maréchal de Villeroi tenait à ce que le roi, tout comme Louis XIV l’avait fait, puisse se perfectionner dans l’art de la danse, même si cela avait comme résultat que Louis XV dansât au théâtre avec des filles de l’opéra. Le 21 décembre 1720, et les 4, 8, et 11 janvier 1721, le roi prit ainsi le rôle de Cupidon dans Les Folies de Cardenio du peintre et dramaturge Charles-Antoine Coypel. Plusieurs incidents pénibles marquérent ces représentations, qui furent abandonnées en grande partie parce que le roi « ne voulait plus qu’on jouât Cardenio, qu’il l’avoit trop ennuyé, et qu’il voulait qu’on jouât Dom Japhet qui le fit rire ». Cela dit, la marquise de Balleroy nota à l’époque : « Le Roy danse si noblement et d’une grâce qui fait pleurer tout le monde de joie12 ». Le but proposé par Villeroi avait sans doute été atteint.

  • 13 Pierre-Edouard Lemontey, Histoire de la Régence, Paris, 1830, p. 75.

11En 1722 Louis XV est sacré roi à Reims. L’événement est précédé par la disgrâce du maréchal de Villeroy, coupable d’avoir voulu assister aux entretiens entre le Régent et le roi, et par la nomination du cardinal Dubois comme premier ministre. Cette date marque aussi le début de la formation du roi aux affaires, entreprise par le duc d’Orléans et le cardinal Dubois en prévision de la majorité du roi qui sera atteinte en février 1723. P.E. Lemontey, dans son Histoire de la Régence (1830) attribue avec raison à Dubois l’idée de tenir des conférences « destinées à initier le jeune monarque dans la science du gouvernement13 ». Lemontey ajoute :

  • 14 Pierre-Edouard Lemontey, op. cit., p. 76.

« Par ce soin auguste et touchant, la régence accomplissait un devoir aussi sacré envers le peuple qu’envers le prince. Les leçons se donnaient avec une sorte d’appareil plus conforme à l’importance du sujet qu’aux inclinations de l’élève. Le roi, sur un fauteuil, devant une petite table, avait le Régent à sa droite et le duc de Bourbon à sa gauche ; vis-à-vis étaient assis sur des pliants le cardinal Dubois en avant, et plus loin le duc de Charost et l’évêque de Fréjus. Le cardinal lisait l’instruction, et de temps en temps le Régent prenait la parole sur quelque point du texte et le commentait de vive voix avec sa grâce ordinaire. La politique, la guerre et les finances formaient trois cours différents ; le premier avait été composé par Ledran, chef du dépôt des affaires étrangères, le second par Briquet, premier commis de la guerre, et le troisième par Fagon et d’Ormesson, intendants des finances. L’esprit de ces cours est en général ferme, positif, sévère, fondé sur la base d’une puissance illimitée, indifférent à toute perfection chimérique ; et on ne reprochera pas aux précepteurs de Louis XV d’avoir voulu en faire le roi imaginaire d’une utopie.14 »

  • 15 Bibliothèque municipale de Beauvais, mss 81 (Recueil d’autographes), n° 498 : lettre de Dubois à Du (...)

12Une correspondance inédite vient apporter de nouveaux détails sur cette instruction pratique élaborée par Dubois. Ce dernier avait aussi fait appel aux lumières de l’abbé Dubos, le futur auteur de l’Histoire critique de l’établissement de la monarchie dans les Gaules (1734). Le 6 octobre 1722 il lui demandait de rédiger un mémoire « pour donner une idée générale de l’Empire d’Allemagne et de ce qui le compose. On travaillera dans la suite à des mémoires particuliers sur chaque Puissance de l’Empire15 ». Dans une autre lettre à Dubos, le cardinal s’explique aussi sur l’origine de la méthode pédagogique employée :

  • 16 Ibid, lettre n° 2, sans lieu ni date.

« Je me suis servi autrefois pour les études de M. le duc d’Orléans dans son enfance des différentes tables ajustées sur les Tables géographiques dont je voudrois bien pouvoir me servir aujourdhuy pour l’instruction du Roy.16 »

  • 17 Ibid.

13En examinant les trois tables qu’il avait conservées, le cardinal s’était aperçu qu’elles étaient défectueuses en plusieurs endroits, « tant parce qu’il est arrivé de grands changemens depuis qu’elles ont été faites, que parce que je pouvais ne pas être assès bien instruit alors17 ». Il s’agissait donc de faire mettre à jour par Dubos ces tables, qui traitaient des Cercles de l’Empire. La curiosité naturelle du jeune roi fut aiguisée par les vastes panoramas que l’on déployait devant lui.

14L’ancien régent profita de ces conférences pour expliquer de nouveau au roi les raisons de l’exil du maréchal de Villeroy, tout en attirant l’attention du monarque sur le danger que constituait ce qu’il appelait « le parti parlementaire » qui avait en tête « de diminuer l’autorité royale ». Dans une séance précédente, le duc d’Orléans avait fait un compliment utile au roi sur sa discrétion :

  • 18 Pierre-Edouard Lemontey, op. cit., p. 79, note 1.

« J’ai la consolation de voir que votre majesté est capable de secret, qui est la qualité la plus essentielle à un roi pour se faire craindre et respecter.18 »

15Les morts subites, à six mois d’intervalle en 1723 de Dubois et de l’ancien régent, qui lui avait succédé dans la place de premier ministre vinrent bouleverser ces pratiques. L’évêque Fleury prit un ascendant prépondérant sur le jeune roi, lui faisant nommer le duc de Bourbon premier ministre. Le roi commença à travailler avec lui et avec d’autres ministres, mais toujours en présence de Fleury. Lorsque le duc de Bourbon fut exilé par le roi en juin 1726, ce fut en grande partie pour avoir voulu exclure Fleury de son travail avec le roi. Lorsque Fleury devint lui-même principal ministre, il était présent lorsque le roi travaillait avec ses autres ministres.

  • 19 Mémoires et journal inédit du Marquis d’Argenson, ministre des affaires étrangères sous Louis XV, p (...)
  • 20 Ibid, p. 270.

16Dès 1739, le marquis d’Argenson avait noté que le roi avait « le goût du travail, le penchant à l’ordre, A la méthode, aux détails quand il faut, ce qui le conduira à faire de grandes choses quand il changera de canevas19 ». Il lui faudra d’abord s’affranchir de la tutelle de Fleury, dans la conduite de sa vie privée à partir de 1737-1738, et ensuite dans la conduite des affaires de l’État, où, tout en s’ingérant de plus en plus dans ce domaine, il laissera le vieux cardinal en place jusqu’à sa mort. Dès que la nouvelle de la mort du cardinal fut connue, Louis XV déclara : « Messieurs, me voila donc premier ministre20 ». Sous l’influence et l’impulsion de Madame de Châteauroux, le roi assumera pleinement ses responsabilités royales à partir de 1742-1743. Depuis longtemps, son éducation princière et sa formation royale lui ont donnés les connaissances nécessaires et la pratique des affaires, comme en témoigne sa correspondance, qui ne prend de l’ampleur qu’à partir de cette époque. Mais les connaissances et la pratique des affaires ne peuvent suppléer aux défauts de caractère, questions qu’on ne nous demande pas d’évoquer ici.

Notes

1 Les dernières biographies substantielles de Louis XV traitent naturellement de son éducation : voir Paul del Perugia, Louis XV, Paris, 1976, p. 32-44 ; Michel Antoine, Louis XV, Paris, 1989, p. 117-122. En général les biographies mettent l’accent sur le rôle de Fleury au dépens de celui du duc d’Orléans et du cardinal Dubois.

2 Jean Meyer, L’éducation des princes en Europe du XVe au XIXe siècle, Paris, 2004, p. 190-191.

3 Ibid., p. 190.

4 André Marie, « L’entrée en jeu de Louis XV », Connaissance des Arts, janvier 1975, p. 84.

5 Ibid.

6 Cité par André Marie, art. cit., p. 86.

7 Voir les devoirs de Louis XV à la Bibliothèque nationale, cabinet des mss : mss fr. 2325.

8 André Marie, art. cit., p. 84.

9 Sur les entrées royales, voir François Moureau, « Les entrées royales ou le plaisir du prince », Dix-huitième siècle, 17, 1985, p. 195-207.

10 Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques, éd. Chéruel, Paris, 1851, 17, p. 309-312.

11 Le mss de l’« Abrégé de l’Histoire de France limité aux deux premières races » se trouve aux archives départementales des Yvelines. Il fut rédigé, selon toute probabilité par l’abbé Claude Fleury et non pas par son homonyme, l’évêque de Fréjus. Voir aussi Chantal Grell dans Histoire de France, historiens de France, Paris, 1998, p. 167, note 11.

12 Jack Richtman, « Royalty on stage : Les Folies de Cardenio by Charles-Antoine Coypel starring Louis XV », Studies on Voltaire and the eighteenth Century, 265, 1981, p. 1356-1358. Pour un dessin par Jean Bérain II représentant le costume pour Louis XV jouant le rôle de l’Amour, voir François Moureau, art. cit., p. 201.

13 Pierre-Edouard Lemontey, Histoire de la Régence, Paris, 1830, p. 75.

14 Pierre-Edouard Lemontey, op. cit., p. 76.

15 Bibliothèque municipale de Beauvais, mss 81 (Recueil d’autographes), n° 498 : lettre de Dubois à Dubos, Versailles, 6 octobre 1722.

16 Ibid, lettre n° 2, sans lieu ni date.

17 Ibid.

18 Pierre-Edouard Lemontey, op. cit., p. 79, note 1.

19 Mémoires et journal inédit du Marquis d’Argenson, ministre des affaires étrangères sous Louis XV, publiés et annotés par le Marquis d’Argenson, Paris, 1857, t. 2, p. 77.

20 Ibid, p. 270.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search