Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

Récits d’enfance

L’apprentissage du secret : le jeune Louis XIV

Lucien Bély

Texte intégral

1Dans la Galerie de Versailles, à deux reprises au moins, le thème du secret apparaît : près du roi qui « donne ses ordres pour attaquer en même temps quatre des plus fortes places de la Hollande », une figure se met le doigt sur les lèvres, et une autre se met la main sur la bouche, près du souverain qui prend la ville et citadelle de Gand en six jours. L’histoire métallique souligne de même l’importance de conserver le secret des conseils royaux.

2Le XVIIe siècle a valorisé le secret, l’associant à toutes les réalités précieuses, cruciales. En matière religieuse, les sujets théologiques sont réservés aux plus savants, en particulier l’aspect mystérieux de toute religion, les mystères de la foi. En matière morale, la confession a besoin du secret, et le roi lui-même se soumet à cette obligation, faisant de son confesseur une personnalité à laquelle un rôle majeur, car occulte, est attribué, souvent à tort. Le savoir, les connaissances en général, sont aussi l’affaire d’un groupe étroit de savants ou d’érudits et les mathématiciens se mettent en quête d’un modèle parfait pour protéger le secret. Finalement, chaque activité humaine développe ainsi sa part de mystère. Elle enveloppe en particulier la personne du roi, gardien de l’État.

3L’idée s’est imposée en effet que l’action politique se nourrit de secret, et a d’autant plus d’efficacité qu’elle l’utilise. Dans la monarchie, le secret marque et définit surtout la sphère du souverain, qui a le droit de le garder, car il n’a pas à rendre compte de ses actes. En même temps, les « arcanes de l’État » renvoient à une certaine idée de la vie publique, du rapport entre le prince et ses sujets, entre le gouvernement royal et ses administrés, mais aussi à une vision politique et historique caractéristique du temps. La culture antique offre le modèle des arcana imperii et cette référence valorise le mystère ou les mystères de l’État. Plus trivialement, le secret se révèle nécessaire pour dissimuler les faiblesses trop humaines d’un prince, pour couvrir ses négociations dans le royaume et avec les princes étrangers, pour préparer ses campagnes militaires. L’éducation d’un roi le prépare naturellement à utiliser le secret, à le préserver, à en faire un art et un instrument. C’est cette initiation que j’invite à étudier, même si l’on doit se contenter le plus souvent d’indices ou de déductions plutôt que de certitudes. Les considérations qui suivent proposent quelques pistes sur l’apprentissage de la vie politique, des relations internationales et de la vie de cour.

L’initiation aux mystères de I’État

  • 1 Sur le poids de ces princes, voir Katia Beguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans (...)
  • 2 Sarah Hanley, Les lits de justice des Rois de France. L’idéologie constitutionnelle dans l (...)

4Le jeune Louis XIV apprend d’abord les mystères de la monarchie à travers le spectacle étrange et impressionnant des cérémonies d’État. Ni Anne d’Autriche, ni Mazarin ne peuvent être des guides sûrs en la matière. En revanche, le chancelier Séguier joue sans doute un rôle essentiel au début de la régence grâce à son expérience incomparable de l’État. Louis XIV s’appuie sur ses parents, d’abord Gaston d’Orléans et le prince de Condé1 que la régente a, semble-t-il, gagnés à sa cause en 1643, et aussi sur son cousin, le vainqueur de Rocroi. Derrière eux, le roi devine bientôt le poids de la noblesse. Premier des gentilshommes, il doit savoir plaire à cette élite orgueilleuse et avide, lui faire aimer l’ordre social qu’elle incarne et maintient. Dès l’enfance, auprès de sa mère, le roi voit les réflexes et les intrigues de la Cour, cette lourde machine qui accompagne la vie des princes, ce microcosme qui est comme un reflet de la société toute entière, où le roi doit s’affirmer comme le maître et la source de toute faveur, ce petit monde qu’il faut attacher à la personne royale par des divertissements fastueux. Avec Mazarin et le chancelier, le souverain fréquente les grands officiers de la couronne, les maréchaux de France, les ministres, les secrétaires d’État, et, derrière eux, il peut deviner une administration encore bien légère : les hommes des conseils, qui préparent les décisions royales et, dans les provinces, les gouverneurs, et aussi les intendants, déjà si présents. Le lit de justice, le 18 mai 1643, constitue la première des expériences politiques pour un garçon de quatre ans, la première étape pour l’apprentissage du métier de roi, à travers une des cérémonies les plus cruciales de la monarchie2. Accompagné de sa mère, Louis XIV affronte l’imposant rituel qui réunit les princes, les ducs et pairs laïcs et ecclésiastiques et surtout les membres du parlement de Paris. Même si Louis XIV n’est pas sacré, même s’il laisse ensuite parler son chancelier en son nom, il est déjà pleinement roi, et il impose sa volonté que le parlement enregistre : la régente obtient une autorité pleine et entière. Dès ce premier lit de justice, Louis XIV voit le poids des parlements, et derrière eux des cours souveraines, et du monde des officiers, de justice ou de finances. Avec sa mère et son parrain, le jeune souverain prend aussi la mesure de l’Église de France, de cette organisation hiérarchisée que la réforme catholique revigore et stimule, et qui encadre, guide et surveille ses sujets. Le sacre, en 1654, cérémonie longue et complexe, constitue pour le jeune roi une épreuve, un rite de passage, où les gestes immémoriaux disent assez la gravité de sa mission terrestre et où il découvre à cette occasion les racines du pouvoir royal, dans un échange mystérieux avec l’Église, la noblesse, le peuple, dans une conscience profonde, nourrie de l’histoire commune. Le roi, au gré des événements de sa jeunesse, apprend aussi par des voyages nombreux, surtout pendant la Fronde, à connaître son pays. L’initiation à l’État monarchique peut paraître achevée lorsque, le 13 avril 1655, Louis XIV, menaçant, est capable de prendre la parole lui-même devant le parlement pour interdire de délibérer sur les édits qui ont été « lus et publiés » en sa présence.

5Lits de justice, entrées royales, sacre rythment cette éducation : ils livrent au jeune prince qui y joue le rôle principal certains secrets de l’ordre politique, à travers les attitudes, les gestes et les paroles que la tradition lui impose.

Un négociateur comme maître en politique

  • 3 Cité par Claude Dulong, Le Mariage du Roi-Soleil, Paris, 1986.

6En 1643, à la surprise générale, Anne d’Autriche conserve Mazarin comme premier ministre qu’elle charge même, plus tard, de superviser l’éducation de Louis XIV. Le cardinal s’est fait connaître en Europe comme un diplomate exceptionnel, un négociateur avisé, habile et roué, qui sait garder ses secrets. Il s’impose comme un maître dans l’art de la dissimulation et se voit souvent reprocher ses ruses, voire sa fourberie. Or, Mazarin doit former le roi à sa tâche future, voulant, comme Anne d’Autriche, faire de lui « non seulement le plus grand roi du monde, mais le plus honnête homme3». On peut penser qu’il place l’art du secret au premier rang des devoirs royaux. Les bonnes relations entre Anne et le cardinal correspondent aux dernières volontés de Louis XIII – Mazarin a porté le dauphin sur les fonts baptismaux – et permettent aussi à la monarchie de mener à bien l’engagement international commencé en 1635. Selon La Porte, Mazarin aurait déclaré

  • 4 Mémoires de P. de La Porte. A. Petitot et Monmerqué éd., Paris, 1827, p. 399-400.

« Que les Français s’accoutument s’ils veulent à ma façon d’agir, car je ne veux pas m’accoutumer à la leur. Quand j’aurai le Roi et la Reine pour moi, ils seront tous mes amis ; et si je tombais dans leur disgrâce, je n’aurais plus que faire d’eux, parce que je ne demeurerais pas en France ; et si j’y demeurais, ceux que j’aurais les plus obligés seraient mes plus grands ennemis4 ».

7Dans cette étrange famille recomposée, une relation singulière s’établit entre le cardinal et le jeune roi. Celui-ci l’a bien décrite dans ses Mémoires, où il présente ou laisse présenter Mazarin comme

  • 5 Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du dauphin, avec une présentation de Pierre Goubert (...)

« un ministre rétabli malgré tant de factions, très habile, très adroit, qui m’aimait et que j’aimais, qui m’avait rendu de grands services, mais dont les pensées et les manières étaient naturellement très différentes des miennes, que je ne pouvais toutefois contredire ni lui ôter la moindre partie de son crédit sans exciter peut-être de nouveau contre lui, par cette image quoique fausse de disgrâce, les mêmes orages qu’on avait eu tant de peine à calmer...5 »

8Ce lien d’affection mérite d’être souligné, même si Louis XIV met aussi en valeur les divergences qui sont apparues avec le temps entre le maître et son disciple qui aurait donc, en devenant adulte, caressé l’idée d’écarter son mentor.

  • 6 À l’intérieur du royaume, il s’efforce d’affirmer toujours et partout l’autorité du roi. M (...)
  • 7 Ces catholiques rigoristes s’inspirent de l’évêque d’Ypres, Jansénius, un théologien qui a (...)

9De Rome, Mazarin apporte une connaissance des cours italiennes, et plus généralement de la carte politique européenne, mais il possède aussi une science des affaires internationales et son regard embrasse les mers et les terres, bref il a une conception globale de l’art de gouverner. C’est aussi ce regard qu’il doit apprendre à Louis XIV dont il veut faire un grand prince6. La présence de Mazarin sert aussi implicitement de réponse aux grandes questions que l’exercice du pouvoir royal a suscitées au début du XVIIe siècle. La conduite de l’État peut-elle s’affranchir d’une inspiration religieuse, et en s’en dégageant, le pouvoir royal n’est-il pas tenté par la démesure ? Peut-on supposer un monde où l’idéal chrétien ne serait plus la base de l’ordre politique et la monarchie traditionnelle y survivrait-elle ? Mazarin est un cardinal, originaire de Rome, centre de la chrétienté et de la Réforme catholique, mais, dès sa jeunesse, il a servi la France contre les intérêts espagnols. Il peut donc reprendre le discours politique sur la raison d’État qui a été élaboré au temps de Richelieu. Il souhaite maintenir la tolérance religieuse en France, car les protestants sont de fidèles sujets du roi. Il veut lutter contre les formes les plus extrêmes de la foi et de la pratique catholiques : il écarte les dévots de l’entourage royal ; il se méfie des « jansénistes7 » et il apprend à Louis XIV à s’en méfier. En France, une autre interrogation porte sur l’évolution de la monarchie, sur l’affirmation du pouvoir royal vers une forme autoritaire. Là encore, le choix de Mazarin, prince de l’Église, donc d’une théocratie où le pape se considère comme infaillible en matière dogmatique, ne peut favoriser le dialogue avec les noblesses ou les institutions représentatives des populations. Mais, à la différence de Richelieu, Mazarin utilise rarement des méthodes brutales et rigoureuses, s’efforçant de convaincre l’adversaire ou de le corrompre, cherchant à contourner l’obstacle et acceptant de reculer au besoin. Si ses détracteurs dénoncent ses ruses, il faut reconnaître qu’il évite de faire couler le sang.

10Mazarin qui conduit la guerre pour faire la paix apprend au jeune roi que sa première tâche consiste à diriger le royaume face aux autres princes.

L’initiation à Ia société des princes

11L’initiation à ce que nous appelons les relations internationales, alors des relations entre États, entre princes souverains, s’avère donc essentielle. Ces relations, le roi les devine lorsqu’il accorde des audiences à des ambassadeurs. Dix jours après la mort de Louis XIII, tous ceux qui se trouvent à Paris viennent « avec des grands manteaux traînant en terre » s’incliner devant la reine, elle-même « vêtue de blanc qui est le deuil des reines » et devant son fils. L’enfant est observé tout au long de sa jeunesse par ces ambassadeurs, en particulier par ceux de Venise, qui notent ses dons certains. Louis XIV apprend ainsi les affaires des princes européens à travers leurs représentants et, semble-t-il, se fait expliquer la situation des uns et des autres. Dès 1643, des diplomates font cette remarque :

« Quand les ambassadeurs parlent à la reine sa mère, il ne fait pas attention ; mais quand c’est à lui qu’ils s’adressent, il reste très attentif, et il veut ensuite que toutes les paroles lui soient répétées et retranscrites. En somme si la vie et l’éducation ne lui font pas défaut, il promet d’être un grand roi. »

12Parallèlement, il découvre qu’il faut se méfier de ces espions en puissance qui peuvent profiter de leurs contacts avec la Cour de France pour glaner des renseignements, comme il le rappelle dans ses Mémoires.

13Le jeune souverain participe aux cérémonies consacrées à ses parents malheureux, ainsi lorsque la cour de France accueille, le 5 novembre 1644, une sœur du défunt Louis XIII, la reine d’Angleterre, Henriette-Marie, qui fuit la révolution anglaise :

« ... l’on fit marcher les carrosses de sorte que le roi et les deux reines se rencontrèrent près la Croix de Montrouge, et descendirent en même temps de leurs carrosses dans un champ, qui était fermé par les gardes et compagnies d’ordonnance du roi ».

  • 8 Selon le témoignage de Berlize, introducteur des ambassadeurs.
  • 9 Le contrat de mariage a été souvent analysé et montre les jeux financiers de Mazarin qui c (...)

14La Cour de France se passionne aussi pour le mariage de la princesse Marie de Gonzague avec le roi de Pologne Ladislas IV. En octobre 1645, une fastueuse ambassade polonaise vient chercher la future reine qui prend le nom de Louise-Marie. Lorsque le cortège entre dans Paris, « Leurs Majestés étaient inconnues sur la terrasse du Palais-Royal à les voir passer. » La reine mère et le jeune roi n’hésitent donc pas à montrer leur curiosité, tout en préservant les règles du cérémonial. Malgré l’incognito, les seigneurs polonais « firent mettre un genou en terre à leurs chevaux passant devant Leurs Majestés, tirant un fil de soie8» Ce procédé délicat et inventif permet aux visiteurs de saluer les souverains français, sans rompre la fiction de leur incognito9. Après son mariage par procuration, Louise-Marie prend, brutalement, un rang éminent et elle est placée lors du festin royal au centre de la table, avec Louis XIV à sa droite et la reine régente Anne d’Autriche à sa gauche.

15À travers les audiences données aux ambassadeurs, à travers les rencontres avec quelques princes malheureux ou aventureux, à travers ses parents proches, sans doute aussi à travers des cartes, des généalogies royales, des ouvrages de géographie, Louis XIV apprend la société des princes, cette communauté qui incarne les relations internationales.

Les secrets de Ia vie de Cour

16Anne d’Autriche descend d’une longue suite d’empereurs et de rois et elle initie son fils à ses devoirs de monarque, ainsi qu’à la vie d’une Cour qu’elle finit par bien connaître.

17Si les jeunes années de Louis XIV nous sont beaucoup moins bien connues que celles de son père, cela révèle sans doute le souci de préserver cette enfance et, plus tard, la jeunesse du roi. Mineur, il est protégé par la construction intellectuelle et sentimentale autour du monarque auquel les sujets vouent de l’amour, supposant le respect absolu et l’obéissance totale. Il l’est aussi par des habitudes de Cour, par des gardes, des serviteurs, des maîtres : ils forment un écran derrière lequel le jeune roi se dissimule. Il est aussi gardé par l’affection d’Anne d’Autriche et l’attention de Mazarin. La Fronde brise cette protection de verre qui montre et cache à la fois le jeune souverain. Le gouvernement se révèle alors incapable d’impressionner les compagnies de magistrats, les grands seigneurs et les Parisiens. La vie du jeune Louis XIV devient alors plus mouvementée, et c’est sans doute la plus terrible des formations politiques.

18Anne d’Autriche s’occupe de faire de Louis XIV un bon chrétien. Chez la reine, la piété se marque par un mysticisme tempéré qui s’inspire de l’exemple espagnol et par une charité active conseillée par Vincent de Paul, si proche de la famille royale. La Reine enferme son fils deux jours de suite pour avoir juré. Le roi se montre très désireux de faire sa première communion, et l’on choisit Noël 1649, le jour du baptême de Clovis, la troisième référence pour la dynastie, avec Saint Louis et Henri IV. En 1650, le jeune roi renouvelle l’acte de son père qui a consacré le royaume de France à la Vierge Marie. Louis XIV apprend de sa mère cette manière simple d’aborder la foi, par la prière, sans chercher à approfondir les questions dogmatiques. En cela, tout au long de sa vie, le roi se garde d’approfondir les mystères de la foi, s’appuyant avec affectation sur les conseils de plus savants que lui.

19La régente montre un sens aigu de l’autorité royale devant laquelle tout doit céder. Ses colères auront, pendant la Fronde, des effets désastreux. Le cardinal de Retz, qui ne l’aimait pas, rapporte une de ses réponses au Premier Président du Parlement :

  • 10 Cardinal de Retz, Mémoires, Maurice Allem et Edith Thomas éd., Paris, 1956, p. 102.

« La Reine, qui ne craignait rien, parce qu’elle connaissait peu, s’emporta, et elle lui répondit avec un ton de fureur plutôt que de colère : "Je sais bien qu’il y a du bruit dans la ville ; mais vous m’en répondrez, Messieurs du Parlement, vous, vos femmes et vos enfants"10 ».

20Elle apprend aussi à son fils à utiliser la ruse ou la dissimulation comme protection. Alors que la Fronde s’installe, la famille royale, après avoir feint de fêter les Rois, quitte la capitale dans la nuit du 5 au 6 janvier 1649 et s’installe à Saint-Germain-en-Laye. Plus tard, les Parisiens se rendent au Palais-Royal, dans la nuit du 9 au 10 février 1651, pour voir si le jeune roi s’y trouve toujours. Une délégation est admise dans la chambre de Louis XIV pour le regarder dormir ou feindre de dormir. Anne d’Autriche encourage enfin son fils dans les voies de la vengeance, et Louis XIV ne pardonnera jamais totalement aux acteurs de la Fronde. En janvier 1668, le roi demande au parlement de lui envoyer des députés à Saint-Germain et veut avoir les registres du parlement depuis 1645 jusqu’en 1652 « pour en ôter ce qui concernait les affaires de l’État ».

21Louis XIV s’est qualifié lui-même d’ignorant, et Saint-Simon a écrit « À peine lui apprit-on à lire et à écrire... », soulignant son ignorance sur « les choses les plus communes d’histoire, d’événements, de fortunes, de conduites, de naissance, de lois » et il serait ainsi tombé « par ce défaut et quelquefois en public, dans les absurdités les plus grossières ». Il faut regarder avec prudence de telles affirmations. En déplorant ses propres lacunes, Louis XIV montre qu’il n’est pas savant, et un certain dédain du savoir fait aussi partie de la culture nobiliaire qui préfère l’action à la connaissance, même si, au XVIIe siècle, un changement s’opère, les fils de la noblesse fréquentant les collèges. En tout cas, il ne semble pas que, dans cette éducation, l’accent ait été mis sur l’acquisition de connaissances. Dans son enfance, les femmes, lorsqu’elles le couchaient, lui ont raconté des contes. La Porte « pour l’endormir » propose de lui lire l’histoire de France et on choisit celle de Mézeray qui vient de paraître et que La Porte lui lit « d’un ton de conte ». C’est là qu’il apprend à mépriser les rois fainéants, comme il le rappelle lui-même dans ses Mémoires : « Dès l’enfance même, le seul nom des rois fainéants et de maires du palais me faisait peine quand on le prononçait en ma présence ». Dans ces choix pédagogiques, je veux voir une volonté, une sagesse de Mazarin. Le précepteur, selon La Porte, disant que le roî ne s’appliquait pas à l’étude, le ministre répondit : « Ne vous mettez pas en peine, reposez-vous-en sur moi ; il n’en saura que trop, car quand il vient au conseil, il me fait cent questions sur la chose dont il s’agit. ».

  • 11 Peut-être aussi a-t-elle conservé le souvenir de l’Escorial – d’un palais à l’écart de la (...)
  • 12 Cité par Georges Lacour-Gayet, L’éducation politique de Louis XIV, 2e édition, Hachette, P (...)

22Anne d’Autriche a l’art de tenir une cour avec brio et son fils apprend d’elle ces règles subtiles. D’Espagne, elle apporte le sens du cérémonial et de l’étiquette, qui s’inspire des traditions de la Cour de Bourgogne, et au-delà de traditions byzantines peut-être. Mais elle a su les adapter et les humaniser aux traditions plus simples de la France11. Mazarin porte en lui l’héritage de la Rome de la réforme catholique et de tous les arts qu’elle a su développer, et il apporte en France l’écho de toutes les innovations esthétiques qui se sont épanouies en Italie, ainsi que de toutes les traditions de raffinement qui se sont élaborées dans les petites cours princières de la péninsule. Louis XIV dispose de beaucoup de temps, pour apprendre à monter à cheval, à tirer au fusil, à jouer à toutes sortes de jeux, à danser, à faire de la musique. Il apprend à tenir son rôle dans des ballets et, en 1652, un ambassadeur vénitien indique que « les jeux, les danses et les comédies sont les uniques entretiens du roi, dans l’intention de le détourner entièrement des choses plus solides et importantes...12 ». Ce qu’Anne d’Autriche et Mazarin ont donc voulu, c’est former un prince capable d’avoir une Cour brillante et, en effet, Louis XIV a acquis de multiples talents pour participer à la vie de la Cour et l’animer. En acceptant de se montrer sur scène, Louis XIV devient un acteur qui n’hésite pas à se travestir, et ce talent lui permet aussi de bien jouer son rôle devant ses courtisans, et pour reprendre une métaphore alors commune, sur la scène de l’Europe et du monde.

23Plus qu’un savoir, un roi doit apprendre les droits et les devoirs d’un souverain. C’est la formation morale, sociale et politique qui compte et qui finalement nous échappe le plus. Chacun cherche ainsi à lui inculquer le secret. La Porte lui-même écrit :

  • 13 Mémoires de P. de La Porte. A. Petitot et Momnerqué éd., Paris, 1827, p. 416.

« Il est vrai qu’il était déjà très secret, et je puis dire y avoir contribué - car je lui ai dit plusieurs fois, pour l’y préparer, qu’il fallait qu’il fût secret, et que si jamais il venait à dire ce qu’on lui aurait dit, il pouvait s’assurer qu’il ne saurait jamais rien que les nouvelles de la gazette13 ».

24Louis XIV démontre qu’il acquiert vite et bien l’art de dissimuler. Alors que la Fronde semble s’apaiser, le 19 décembre 1652, il reçoit aimablement son grand ennemi, le cardinal de Retz, lui parle d’une comédie, dit quelques mots en riant au capitaine des gardes et sort pour assister à la messe. Le capitaine arrête alors le cardinal, puis va rendre compte en pleine messe au roi qui, à son tour, l’annonce à son confesseur qui ne peut que s’exclamer : « Je fus bien surpris ; Ô Dieu, que je fus surpris ! » Le confesseur peut écrire, un peu avant sa mort, dans une dernière lettre à Mazarin en avril 1653 :

  • 14 Georges Lacour-Gayet, op. cit., p. 184-5.

« Le roi croît en sagesse et en dissimulation ». De façon étonnante, il ne se livre guère aux jeunes gens de son âge qui lui trouvent peu d’intelligence. Brienne, fils du secrétaire d’État des Affaîres étrangères, écrit : « Il se cachait à moi comme à tout le monde, et je lui trouvais quelquefois (avant la mort de Mazarin) si peu d’intelligence que j’en étais étonné. J’avoue que je m’y mépris...14 ».

  • 15 Mémoires de P. de La Porte, op. cit., p. 424.

25Le roi doit apprendre à commander, mais une telle éducation est commune chez les gentilshommes, d’abord parce qu’ils ont un grand nombre de domestiques. Le roi, lui, doit acquérir les réflexes qui exigent les marques du respect absolu que les autres sujets, même les princes ses parents, lui doivent. « On ne lui inspirait pas assez les sentiments de maître » écrit La Porte qui raconte une audience donnée par le jeune roi au prince de Condé, alors tout puissant à la cour, sans doute vers 1649. Le roi se lève pour recevoir son cousin, mais reste découvert, « ce qui ne me plaisait pas » dit le valet de chambre. Ce dernier alerte le précepteur, puis le gouverneur, qui se gardent bien d’intervenir. La Porte se décide à dire tout bas au roi de se couvrir. Condé s’aperçoit du manège et, en homme d’ordre, il approuve : « Sire, La Porte a raison, il faut que Votre Majesté se couvre ; et c’est assez nous faire d’honneur quand elle nous salue ». Le valet et le prince ont le même sens de la hiérarchie politique et sociale : le roi doit être couvert et tout sujet devant lui doit se découvrir. Condé demande un jour aux familiers du roi s’il y a apparence que le roi soit « honnête homme » – cette expression signifie toutes les qualités et les vertus possibles – et ils disent qu’il en donne toutes les espérances : « Vous me ravissez, nous dit-il, car il n’y a pas de plaisir d’obéir à un sot15». Mazarin lui-même dit au maréchal de Gramont qu’il y a en Louis XIV de l’étoffe à faire « quatre rois et un honnête homme ».

26Mazarin apprend aussi au roi les réalités de la vie. Selon La Porte, le cardinal se garde de donner au jeune roi des camarades de son âge de peur qu’ils ne lui disent « qu’il était le maître, et qu’il fallait qu’il le fût ». Il est certain que Mazarin surveille toutes les fréquentations du monarque, écartant ceux dont il juge nuisible l’influence. En 1651, alors en exil, Mazarin s’inquiète

  • 16 Cité par Georges Lacour-Gayet, op. cit., p. 122.

« Quelqu’un m’a mandé qu’on parle au roi de mille choses mal à propos, qu’on dit des ordures devant lui à tout moment et qu’on n’oublie rien pour le débaucher. Je ne sais si cela est, mais la reine ne saurait apporter assez de soins pour l’empêcher16 ».

  • 17 « ... le Roi ayant diné chez Son Eminence, et étant demeuré avec lui jusque vers les sept (...)

27Mazarin, à partir de 1648, fait vivre le roi avec son neveu et ses nièces, sans doute parce qu’il a rien à craindre d’eux. Et c’est en 1652, le jour de la Saint-Jean, qu’a lieu l’épisode mystérieux raconté par La Porte17, commenté ainsi par Voltaire qui connaissait ce témoignage :

« Il paraît que La Porte fut trop scrupuleux et trop mauvais physicien ; il ne savait pas qu’il y avait des tempéraments fort avancés. Il devait surtout se taire, il se perdit pour avoir trop parlé, et pour avoir attribué à la débauche un accident fort naturel ».

28Nous ne pouvons pas entrer dans le secret des consciences mais il apparaît bien là que la sexualité du jeune roi est surveillée et épiée avec soin. Il revient en tout cas à Mazarin le soin et le souci de détourner Louis XIV de son amour pour Marie Mancini, sa propre nièce.

  • 18 Benedetta Craveri, L’âge de la conversation, Paris, 2002 (édition originale, 2001).

29Après la Fronde surtout, Mazarin se charge lui-même de former le roi à sa tâche future, en répondant à la curiosité qu’il montre à tout propos. Le jeune homme participe à des séances du conseil, et Mazarin a soin de choisir des affaires peu compliquées, faciles à suivre, d’une solution aisée. Et cela même lui est reproché, comme s’il voulait priver le roi des grandes décisions. Dans les années 1650, chaque jour, après la leçon, les prières, la toilette, le cheval, les armes et la danse, Louis XIV monte chez le cardinal qui fait entrer un secrétaire d’État et le roi est ainsi initié aux affaires les plus secrètes. Puis, en fin d’après-midi, il assiste à une séance du conseil s’il s’en tient un. Les Mémoires de Brienne évoquent des conversations entre le roi et le premier ministre : « Il ne manquait jamais de venir prendre une longue leçon de politique après le conseil [là situé le matin] ». La conversation est au cœur de cet apprentissage, comme elle s’inscrit au cœur de la sociabilité du temps18. La curiosité de Louis XIV semble parfois même agacer le premier ministre. L’introducteur des ambassadeurs, Berlize, en racontant le voyage en France du duc de Modène en 1655, montre le jeune roi soucieux d’être informé du cérémonial traditionnel lors de telles réceptions. Mazarin ayant montré un peu d’irritation à propos des questions de l’introducteur, celui-ci répondit

  • 19 Berlize s’affirmait comme un spécialiste, un savant, le gardien de la tradition et dénonça (...)

« le plus doucement qu’il me fut possible, que je n’avaîs que demandé au roi l’audience comme j’avais accoutumé, et répondu aux choses qu’il m’avait demandées, ce que Sa Majesté confirma en disant qu’il avait été bien aise de savoir comme on a accoutumé d’en user par le passé19... »

30Le cardinal poursuit jusqu’à sa mort la formation du roi, tire des leçons générales de son expérience politique et dessine sans doute des perspectives pour le futur, tout en donnant des conseils très précis et très secrets.

31Louis XIV reprend à son tour ce modèle en faisant rédiger les Mémoires pour l’instruction du dauphin, son propre fils. Ces textes ne négligent pas le thème du secret. Le roi a démontré une fois de plus, lors de l’arrestation de Fouquet, qu’il sait garder les siens :

« Toute la France [...] loua particulièrement le secret dans lequel j’avais tenu, durant trois ou quatre mois, une résolution de cette nature, principalement à l’égard d’un homme qui avait des entrées si particulières auprès de moi... ».

32Louis XIV dévoile en même temps son goût de l’information, une curiosité universelle, la nécessité et le plaisir d’être informé :

« Tout ce qui est le plus nécessaire à ce travail est en même temps agréable ; car, c’est en un mot, mon fils, avoir les yeux ouverts sur toute la terre ; apprendre à toute heure les nouvelles de toutes les provinces et de toutes les nations, le secret de toutes les cours, l’humeur et le faible de tous les princes et de tous les ministres étrangers ; être informé d’un nombre infini de choses qu’on croit que nous ignorons, pénétrer parmi nos sujets ce qu’ils nous cachent avec le plus de soin ; découvrir les vues les plus éloignées de nos propres courtisans, leurs intérêts les plus obscurs qui viennent à nous par des intérêts contraires. Et je ne sais enfin quel autre plaisir nous ne quitterions point pour celui-là, si la seule curiosité nous le donnait. »

33Ce programme dit assez une volonté et une jubilation dans la découverte des secrets, qui n’ont d’égales que le souci de protéger ceux de l’État et du souverain.

  • 20 Saint-Simon, Mémoires, A. de Boislisle éd., XVIII, p. 141.

34L’abbé de Choisy reconnaît à Louis XIV « le talent royal de la dissimulation » et Saint-Simon note : « Le secret était impénétrable, et jamais rien ne coûta moins au Roi que de se taire profondément et de se dissimuler de même20 ». Au-delà d’un trait de caractère, il faut deviner là un fondement de l’art royal de gouverner et le résultat d’une solide éducation princière.

Notes

1 Sur le poids de ces princes, voir Katia Beguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle. Paris, 1999.

2 Sarah Hanley, Les lits de justice des Rois de France. L’idéologie constitutionnelle dans la légende, le rituel et le discours, Paris, 1991 (édition américaine, 1983).

3 Cité par Claude Dulong, Le Mariage du Roi-Soleil, Paris, 1986.

4 Mémoires de P. de La Porte. A. Petitot et Monmerqué éd., Paris, 1827, p. 399-400.

5 Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du dauphin, avec une présentation de Pierre Goubert, 1992, p. 45.

6 À l’intérieur du royaume, il s’efforce d’affirmer toujours et partout l’autorité du roi. Mais cet Italien connaît mal la France, ses réalités sociales et ses institutions : tout au plus pense-t-il que c’est un pays riche et peuplé qui peut mener une guerre européenne, où le pouvoir royal s’est renforcé et s’exerce pleinement sur un territoire unifié – on est loin de la mosaïque politique de l’Italie ou du Saint Empire.

7 Ces catholiques rigoristes s’inspirent de l’évêque d’Ypres, Jansénius, un théologien qui a écrit sur saint Augustin, comme nous le verrons plus tard.

8 Selon le témoignage de Berlize, introducteur des ambassadeurs.

9 Le contrat de mariage a été souvent analysé et montre les jeux financiers de Mazarin qui confond volontiers l’argent du roi et le sien. Le roi de France, qui s’est engagé dans la négociation financière, doit donner six cent mille livres et avancer neuf cent mille livres pour une dot totale de deux millions cent mille livres. La succession de Mantoue sert de caution, et le banquier Cantarini se charge de l’opération. Le banquier a pour garantie des assignations sur l’Épargne – Mazarin étant censé en posséder cinquante pour cent. Quant au don du roi, Mazarin s’en charge, en offrant entre autres, une croix ornée de six gros diamants et, très vite, d’ailleurs, on constate que la croix ne vaut pas le prix que Mazarin a indiqué. L’investissement politique de Mazarin est donc personnel, car, grâce à l’argent qu’il a engagé dans l’affaire, il peut acquérir plus tard les trois duchés des Nevers : Mayenne, le duché de Nivernais et le duché de Rethel. Sur les pratiques financières de Mazarin, voir Claude Dulong, Mazarin et l’argent : banquiers et prête-noms, Paris, 2002.

10 Cardinal de Retz, Mémoires, Maurice Allem et Edith Thomas éd., Paris, 1956, p. 102.

11 Peut-être aussi a-t-elle conservé le souvenir de l’Escorial – d’un palais à l’écart de la capitale – et Louis XIV reprendra un peu de cette idée en créant Versailles. L’Escorial est aussi un monastère et un mausolée, mais Louis XIV se gardera bien de donner de tels caractères à son château.

12 Cité par Georges Lacour-Gayet, L’éducation politique de Louis XIV, 2e édition, Hachette, Paris, 1923, p. 116.

13 Mémoires de P. de La Porte. A. Petitot et Momnerqué éd., Paris, 1827, p. 416.

14 Georges Lacour-Gayet, op. cit., p. 184-5.

15 Mémoires de P. de La Porte, op. cit., p. 424.

16 Cité par Georges Lacour-Gayet, op. cit., p. 122.

17 « ... le Roi ayant diné chez Son Eminence, et étant demeuré avec lui jusque vers les sept heures du soir, il m’envoya dire qu’il se voulait baigner : son bain étant prêt, il arriva tout triste, et j’en connus le sujet sans qu’il fût nécessaire qu’il me le dît. La chose était si terrible, qu’elle me mit dans la plus grande peine où j’aie jamais été ; et je demeurai cinq jours à balancer si je la dirais à la Reine... »

18 Benedetta Craveri, L’âge de la conversation, Paris, 2002 (édition originale, 2001).

19 Berlize s’affirmait comme un spécialiste, un savant, le gardien de la tradition et dénonçait les attitudes tortueuses de Mazarin : « Mais M. le Cardinal en cette rencontre, non plus qu’en celle de l’ambassadeur de Gênes ne voulut s’expliquer ni à M. de Brienne [le secrétaire d’État des affaires étrangères] ni à moi, voulant faire connaître aux Génois que tout l’honneur qu’ils recevraient, venait directement de lui, et qu’il était en pouvoir de leur en faire faire tant qu’il lui plairait en la personne de leur ambassadeur, ce qui eût été fait, et bien plus promptement, et avec plus de satisfaction de l’ambassadeur, s’il nous eût témoigné seulement à demi-mot le vouloir faire. »

20 Saint-Simon, Mémoires, A. de Boislisle éd., XVIII, p. 141.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search