Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

Récits d’enfance

Être orphelin au xviiie siècle : vie familiale et pérégrinations à partir de quelques récits de vie

Isabelle Robin-Romero

Texte intégral

  • 1 Philippe Lejeune, L’autobiographie en France, Paris, 1971, p. 38.
  • 2 Emmanuèle Lesne, La poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Honoré Champion, 1996, p. 395 et suiv (...)
  • 3 Jean-François Perrin, « Le récit d’enfance du 17e siècle à Rousseau », Dix-huitième siècle, n° 30, (...)

1La présence d’un récit d’enfance est un élément constitutif important de l’autobiographie selon Philippe Lejeune1. L’enfance, longtemps invisible ou à peine évoquée chez de nombreux mémorialistes anciens, s’impose de plus en plus dans les mémoires à la fin du XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle2 ; de la simple mention d’une naissance et d’une place dans la lignée agrémentée, au mieux, d’un développement à propos de la famille et de remarques sur l’éducation, on passe à un récit plus circonstancié annonciateur d’un destin et surtout fondateur de la personne, comme l’a inauguré Jean-Jacques Rousseau dans ses Confessions3. Ces détails sur l’enfance constituent désormais un début de récit de vie habituel. Ils ont leur rôle dans la naissance d’une personnalité et expliquent en partie les voies suivies à l’âge adulte. S’il grandit et grossit, ce récit n’atteint toutefois pas souvent l’introspection et ne restitue pas le point de vue de l’enfant. On parle de l’enfance, de l’enfant, mais sans lui laisser vraiment la parole.

  • 4 Le petit corpus rassemblé ici ne prétend pas arriver au point de saturation défini par les sociolog (...)
  • 5 Augustin Pierre Fidel Armand Bocquillon, Ma profession de foi avec des réflexions des plus intéress (...)

2Loin des sources statistiques, les écrits privés nous font rencontrer des orphelins. Ce sont des témoignages isolés, si peu nombreux que leurs particularités sautent aux yeux bien souvent. Chaque témoignage vaut d’abord pour lui-même, chacun rapporte un fragment de vie composé avec ses valeurs, sa propre reconstitution, son fantasme. On ne peut les comparer sans scrupules, ni même généraliser, malgré la tentation qui est grande, mais, juxtaposés, ils dessinent les contours de ce que peuvent vivre, ou attendre les hommes de ce temps4. Pour cela, et parce qu’ils nous font accéder à l’intérieur des familles, ils sont irremplaçables. Pour rapprocher autant que faire se peut leurs expériences, on a choisi des auteurs hors de la noblesse. Les adultes, auteurs de ces récits cités ci-dessous, sont nés dans des familles paysannes, ouvrières, ou bourgeoises pour quelques uns, et sont devenus orphelins de père ou de mère durant leur enfance. La tradition de l’écriture privée est plutôt aristocratique, encore au XVIIIe siècle. Cependant, certains individus, aux parcours un peu exceptionnels, qui les éloignent géographiquement et socialement de leur milieu d’origine à l’âge adulte, s’y risquent. Leur appréciation sur l’importance de l’épisode varie considérablement. On ne peut manquer de noter l’absence d’attention d’un certain Bocquillon. Tout occupé à justifier ses opinions politiques, cet ingénieur des Ponts et Chaussées, ne juge pas opportun de raconter quoi que ce soit sur le moment où il est devenu orphelin et sur les conséquences engendrées par cet événement5. L’orientation professionnelle ou politique de certains récits de vie élimine d’emblée tout ce qui se rapporte à la famille ou à la formation du caractère. Pour autant, les orphelins ne connaissent pas dans leur vie familiale le sort de tous. Comment rendent-ils compte de leur état ? Quelle importance lui accordent-t-ils dans leur autobiographie ? Dans leur vie ?

L’enfant et Ia mort

  • 6 Ces probabilités ont été calculées à partir de la base de données Vernon et les villages alentours (...)

3Les récits d’enfance rejoignent les enseignements de la démographie historique en nous montrant des enfants devenus orphelins. Dans la confrontation entre les sources, les écrits privés rendant compte chacun d’un exemple ne peuvent qu’apporter ponctuellement des faits à titre de complément des sources sérielles des registres paroissiaux. Les enfants orphelins sont nombreux dans la société pré-industrielle. Toutefois ils ont rarement perdu leurs deux parents, ce n’est le cas que de 10 % des enfants parmi eux. Quant au risque de devenir orphelin, il tend à augmenter avec l’âge. En Normandie du XVIIIe siècle, à cinq ans, il est de 100 pour 1000, à dix ans, de 186, et à quinze ans de 2746. Mais dans les âges les plus jeunes, le risque de voir disparaître sa mère plutôt que son père est sensiblement supérieur en raison de la surmortalité féminine à l’âge adulte.

  • 7 Jacques Lablée (né vers 1750), Mémoires d’un homme de lettres, ouvrage anecdotique faisant suite au (...)

4L’irruption de la mort ne laisse pas toujours de traces particulières dans le récit. Jacques Lablée, fils d’un marchand de vin de Beaugency, rapporte l’accident qui causa la mort de sa mère. « Elle fit un faux pas, tomba, se blessa, se mit au lit et mourut »7. Pour ce fils, aîné de trois garçons, mais âgé d’environ cinq ans à l’époque des faits, aucune image ne subsiste de cet épisode tragique, ni de ses suites. Dans cette famille durement touchée par la mort, comme beaucoup d’autres, le témoin était peut être trop jeune pour en garder un souvenir bien vivant et éprouver le besoin d’en dire plus. Étienne-François Girard, pour sa part, dresse laconiquement le constat suivant :

« Mes parents eurent huit enfants. Je suis le dernier. Ma mère avait 48 ans lorsqu’elle me mit au monde. Elle mourut peu de temps après. Mon père, inconsolable, la suivit bientôt. Nous n’étions plus alors que cinq enfants, quatre garçons et une fille. »

  • 8 Les cahiers du colonel Étienne-François Girard, (né en 1766), publiés par P. Desachy, Paris, Plon, (...)

5La sécheresse apparente de ces lignes tranche avec le chagrin paternel et avec sa propre douleur ressentie et transcrite dans ses mémoires à la mort de sa sœur aînée quelques années plus tard8. Nombre d’enfants orphelins, qui n’ont pas connu leur mère trop tôt disparue, vivent dans des familles où l’on ne semble pas non plus entretenir la mémoire de la défunte, à la différence de ce qui se passe chez certains.

  • 9 Jean Nicolas Barba (né en 1769), Souvenirs, Paris, 1845, p. 2.

6Jean Nicolas Barba, aussi orphelin de mère, mais à douze ans, écrit : « À trente ans, quand on parlait d’elle, je la pleurais encore »9. La perte plus tardive semble irréparable et a laissé un souvenir plus prégnant. Chez François Sugier, originaire d’une famille de charpentier auvergnate, la scène d’adieux fait partie de son récit. Cinq enfants entourent le lit de la mourante. Elle leur fait ses adieux, les embrasse tout à tour. François analyse parfaitement ce vrai-faux souvenir :

  • 10 François Sugier, L’enfant de la cabane, graves et plaisants récits de son pèlerinage dans la vie, P (...)

« j’étais encore bien jeune quand le ciel me la prit, et pourtant, soit que le souvenir de sa mort se soit gravé ce jour-là dans ma mémoire, soit qu’il s’y soit imprimé par les récits qu’on m’en a faits, il me semble encore assister à cette scène de désolation »10.

7Il reste peu de traces de la confrontation de ces enfants avec la mort. Nombre d’entre eux ont pourtant certainement approché leur parent agonisant, à l’instar du petit François Sugier. Non seulement cela pose la question du souvenir, des plus anciens souvenirs, mais cela indique peut-être ce que ces auteurs ont voulu taire ou oublier. Avec un père ou une mère disparu(e), la cellule familiale déstabilisée cherche un nouvel équilibre en renforçant le rôle des aînés ou bien en remplaçant le défunt.

En famille

Le rôle des aînés

8Quand Marmontel père meurt, juste après les thèses de son aîné, le jeune homme fait alors une déclaration aux siens :

« Ma mère, mes frères, mes soeurs, nous éprouvons, leur dis-je, la plus grande des afflictions, ne nous y laissons point abattre. Mes enfants, vous perdez un père ; vous en retrouvez un, je vous en servirai ; je le suis, je veux l’être ; j’en embrasse tous les devoirs ; et vous n’êtes plus orphelins. »

  • 11 Jean-François Marmontel (né en 1723), Mémoires adaptées à l’usage de la jeunesse, Paris, 1850, p. 5 (...)
  • 12 Les cahiers du colonel Étienne-François Girard, op. cit., p. 2-3.

9Cette décision l’oblige à trouver au plus vite un état pour subvenir aux besoins de sa nombreuse famille. Les formules « mes enfants » ou « nos enfants » reviennent ensuite régulièrement sous sa plume.11 Le fils aîné s’attribue donc de façon volontaire de nouvelles et lourdes responsabilités ; il a vocation à remplacer le père aux côtés de sa mère. Dans la famille Girard, le fils aîné, âgé de 29 ans, est également devenu le protecteur et le responsable de ses frères et sœurs, dont le plus jeune – l’auteur – n’avait que 4 ans alors. Lors d’un conseil de famille élargi, présidé par un cousin, qui avait été auparavant nommé tuteur des mineurs, la parenté a décidé que toute la fratrie devait vivre en communauté dans la maison paternelle de Châteaudun. Ils ont ainsi vécu tous ensemble de 1770 à 1777, partageant tant bien que mal le travail et les soins domestiques entre eux. Toutefois, la charge était particulièrement lourde pour le grand « qui devint triste et pensif »12.

  • 13 Jacques Lablée, op. cit., p. 1-4.
  • 14 François Sugier, op. cit.
  • 15 Ce développement reprend les conclusions de Marion Trévisi dans sa thèse Oncles et tantes en France (...)

10En dehors des aînés, pas toujours assez âgés pour assumer leurs petits frères et sœurs, les orphelins trouvent des substituts parentaux dans leur entourage. Le jeune Jacques Lablée est ainsi accueilli très chaleureusement par la famille de la gouvernante de la maison de son père. Il a vécu heureux avec eux, un peu à l’écart de la bourgeoisie de la ville, à laquelle il appartenait par ses racines. Il voyait assez peu son père, un homme déjà âgé – il avait plus de 60 ans au moment de son mariage – mais doux et grave, qui craignait que les cris des enfants ne perturbent son intérieur. Malgré tout, ceux-ci le regardaient avec vénération, mais à distance13. François Sugier a trouvé, pendant toute son enfance, affection et secours auprès de sa tante maternelle, Marguerite, venue s’installer chez son beau-frère après le décès de la mère de famille14. S’il tait tout de ses relations avec son père, toujours vivant, il encense la bienveillance et le dévouement de sa tante devenue sa « mère en second ». Le modèle de la tante substitut maternel fait partie de ces figures fréquemment rencontrées dans les récits. Souvent elles acquièrent un statut de sainte femme se sacrifiant pour leurs neveux et nièces orphelins, qui de leur côté viennent combler un vide affectif pour ces femmes restées célibataires ou devenues veuves15.

Dans la famille recomposée

  • 16 Pour un autre point de vue dans la famille voir Sylvie Perrier, « La marâtre dans la France d’Ancie (...)
  • 17 Jacques-Louis Ménetra compagnon vitrier au XVIIIe siècle (né en 1738), Journal de ma vie, édité par (...)
  • 18 Ibid, p. 37-38.
  • 19 Jacques Nicolas Bouilly, Mes récapitulations, tome 1, Paris, 1836-1837, p. 1.
  • 20 Ibid, p. 35.

11Le remariage du veuf ou de la veuve intervient dans un grand nombre de cas. Les contes et bon nombre de fictions romanesques ou théâtrales du temps véhiculent une image particulièrement noire de la famille recomposée en présentant des marâtres et des parâtres, c’est-à-dire des parents dénaturés. Le vécu des orphelins est plus nuancé, faisant entrer la variété et la complexité de la vie16. Les relations de Jacques-Louis Ménetra avec sa belle-mère dénoncent la simplification de cette tradition. Dans un premier temps du journal de ma vie, il explique qu’il sait bien qu’il n’était pas le bienvenu, qu’elle cherchait à l’écarter, mais lui, de son côté, était au fond ravi de vivre avec sa bonne grand-mère, véritable mère de substitution, qu’il appelle volontiers « ma mère »17. On apprend par ailleurs, que sa belle-mère lui ouvrait la porte la nuit quand son père, en colère, le jetait dehors, et qu’elle a été bonne avec lui dans son enfance. Son décès est pour lui l’occasion d’une courte oraison funèbre où il reconnaît sincèrement ses mérites18. Plus enthousiaste, Jacques Nicolas Bouilly commence ses Récapitulations par un hommage appuyé à son beau-père dès les premières lignes : « Privé de mon père, avant d’avoir reçu le jour, j’en avais retrouvé la tendresse et les soins dans le second mari de ma mère. »19 Cet homme, fort justement prénommé Vincent-de-Paul, s’est montré bon et attentif. Il a fait son éducation, il est devenu son guide et son bienfaiteur, c’est pourquoi il voit en lui son père adoptif20.

12D’autres rendent compte des difficultés de leur vie dans une famille recomposée à laquelle ils ont tenté d’échapper. Orphelin de mère à neuf ans, Joachim Joseph Delmarche a voulu vivre avec son père et sa nouvelle femme :

  • 21 Joachim Joseph Delmarche (né en 1786), Les soirées du grenadier français de la Grande Armée, Rocroy (...)

« Je pensais retrouver la mère que j’avais perdue, mais quel fut mon étonnement d’y trouver une mégère et une marâtre !... (c’est le nom que je puis donner à celle qui tenait la place de ma mère...) Elle débuta par une grimace qui, tout jeune que j’étais, me fit reculer dix pas en arrière. Je m’aperçus alors que je m’étais trompé, qu’il était temps de revenir de mon erreur en retournant dans la maison de mes bons aïeuls que je venais de quitter. »21

  • 22 Valentin Jamerey-Duval (né en 1695), Mémoires. Enfance et éducation d’un paysan au XVIIIe siècle, p (...)
  • 23 Capitaine Jean-Roch Coignet (né en 1776), Les cahiers du Capitaine Coignet, (1789- 1815), Paris, 18 (...)
  • 24 Françoise Perrot, dite Pauline (née avant 1789), Histoire de l’enfance de la petite paysanne et de (...)

13Échaudé par cette rencontre, le jeune Delmarche ne témoigne plus ensuite d’aucune nouvelle tentative de retour sous le toit paternel. Des récits rapportent des situations proches mais poussées à l’extrême où le parâtre ou la marâtre, mal accepté, finit par rendre la vie des enfants du premier lit impossible. Trois histoires proches de celles des contes en attestent. Valentin Jamerey en dit très peu sur ces années avec son beau-père22. Mais il apparaît que les enfants entretiennent, et surtout Valentin, les pires relations avec l’homme choisi par leur mère après huit ans de veuvage. Le père de Jean Roch Coignet a été marié trois fois ; Jean Roch est issu de la deuxième union23. En 1784, à huit ans, il eut le « malheur de perdre cette mère chérie ». Son père, en troisièmes noces, épousa sa servante qui lui donna sept nouveaux enfants. Cette belle-mère se révéla immédiatement être une marâtre pour ses quatre beaux-enfants qui étaient affamés et battus continuellement ; une plainte auprès de leur père aggrava encore leur situation. Françoise Perrot, enfin, apporte un autre regard sur des circonstances assez proches24. Son père n’était pas riche, mais bon ouvrier. Grâce à la dot de sa première épouse, Jeanne Loiselot, il avait quelques terres et des bêtes. Alors que l’auteur avait trois ans, sa mère mourut de saisissement quand on lui annonça l’assassinat du seigneur local. Françoise explique au cours de son récit les raisons du remariage de son père :

  • 25 Ibid, tome I, p. 8 et p. 55

« resté veuf avec quatre petits enfants, dont le plus jeune n’avait que quelques semaines, mon père se décida à contracter un second mariage. De plus un train de labourage pesait sur ses épaules ; il ne pouvait donc guère se dispenser de se remarier25 ».

14La situation est des plus banales pour cet homme, mais, il choisit une personne sans fortune, prétendument couverte de mérites. Elle était de plus étrangère au village ce qu’on ne manqua pas de lui reprocher. Pour les enfants, ce n’était là qu’un moindre mal. Non seulement elle n’avait ni ordre ni propreté, mais encore elle les maltraitait. Françoise raconte qu’un jour, cherchant à calmer et réchauffer le petit dernier, elle fut battue injuriée et enfermée dans une salle basse. Elle affirme dans ses mémoires que le bébé mourut de mauvais traitements. La fillette, étant l’aînée, devint une petite « cendrillon » durement mise à l’épreuve des tâches domestiques :

  • 26 Ibid, tome I, p. 201-202.

« Je courais au devant des volontés de ma belle-mère, sans me laisser commander l’ouvrage que j’avais à faire. Je remplissais les seaux d’eau, je récurais le bassin, les marmites, je lavais les drapeaux des enfants, je balayais. Lorsque je demandais, en tremblant, à ma belle-mère si telle chose était bien faite, je me trouvais trop heureuse quand elle ne me répondait pas des injures ou qu’elle ne me rouait pas de coup de sabot. Je n’osais pas me placer près du feu quand il faisait froid : le berceau, la belle mère et ses enfants étaient autour, mon frère aîné et moi derrière eux, debout, prêts à leur donner ce dont ils avaient besoin. Lorsqu’elle avait à nous donner du pain ou toute autre chose, elle ne le donnait pas honnêtement de la main, mais elle le jetait comme à un chien, et si, faute d’adresse ou de promptitude, je ne prenais pas au vol ce qui m’étais destiné et le laissais tomber par terre, une insulte m’arrivait avec ce commandement : Ramasse, toi26 ».

15Accumulant les récits des coups et des injures, elle oppose sans cesse sa belle-mère à sa « vraie et bonne mère ». Le récit larmoyant et misérabiliste fait par Françoise Perrot ne doit pas cacher les réalités d’une situation insupportable. Les remariages trop rapides ou mal avisés conduisent parfois à de telles situations dans lesquelles les nouvelles épousées sont belles, mais peu attentives au bien-être des membres de la famille. En lisant ces mémoires, on remarque aussi que le remariage a annihilé toute la volonté ou la capacité de résistance des pères et mères de ces orphelins. Valentin Jamerey écrit que sa mère n’avait trouvé qu’un « maître impérieux » et non un mari. Les reproches faits aux nouveaux conjoints ne changent rien à la situation. Françoise et Jean Roch essaient d’ailleurs en partie de dédouaner leur père. Françoise le dit de façon flagrante quand elle raconte combien son père les aimait :

  • 27 Ibid, tome I, p. 69.

« Mon pauvre père pleurait amèrement en me relevant et en voyant les meurtrissures dont j’étais couverte ; il se frappait la poitrine. Que je suis donc malheureux ! Allez, lui dit-il, allez-vous-en chez votre mère, dans votre village ; laissez-moi avec mes enfants, et que je ne vous revoie plus !27 », lançait-il à sa nouvelle épouse.

Malgré ses menaces, il ne renvoya jamais celle-ci. D’autres malheurs l’accablaient et il finit par être emprisonné pour dettes. Jean Roch Coignet, qui laisse pointer son admiration pour son père dans son premier portrait de lui, montre aussi un homme incapable de protéger ses enfants face à sa jeune femme. Un sentiment d’isolement et peut-être d’abandon a pu saisir les orphelins ; sans autre aide dans leur entourage, le reste de la parenté ne manifestant aucune solidarité, le départ est devenu la seule issue.

En fuite

Les fugueurs

  • 28 Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon. 1534-1789, Paris (...)
  • 29 La littérature consacrée aux mendiants et gueux leur donne même une grande importance dans les band (...)

16Le vagabondage des adolescents est un trait de moeurs. La tentation de la fuite chez les plus jeunes est grande et les occasions nombreuses. La pauvreté, les mauvaises fréquentations, la mort des parents ou leur départ, l’enfermement à l’hôpital, enfin la mise en apprentissage loin de la famille provoquent des départs. Les archives hospitalières livrent sans aucune difficulté des exemples nombreux de ces jeunes gens en rupture de ban, parmi lesquels on retrouve au premier rang les abandonnés et les orphelins. Ainsi parmi les enfants placés en métier par l’hôpital de la Charité de Lyon, les évasions solitaires ou groupées sont fréquentes. Elles peuvent représenter jusqu’à un quart dans le cas d’un petit groupe d’enfants abandonnés28. Les orphelins légitimes secourus par l’assistance se conduisent de la même façon et fuient s’ils le peuvent leur maître ou l’hôpital. En ce cas, ils deviennent des vagabonds qui finissent à l’armée et pour beaucoup demeurent des errants professionnels sur les routes et dans les rues. Ils sont insaisissables car toujours en mouvement, en voyage, instables par définition. Ils échappent ainsi à tous les contrôles familiaux et sociaux qui fournissent des repères si utiles à l’historien. De plus, il est difficile de les saisir en tant qu’orphelins au sein de la masse des vagabonds, mendiants et autres miséreux, où ils sont néanmoins très nombreux29. Les trois récits de Valentin, Françoise et Jean-Roch nous montrent des orphelins en cavale et abandonnés à eux-mêmes qui font un difficile apprentissage de l’autonomie et de l’errance.

  • 30 C’est ce que déclare Coignet lui-même. Il l’a appris de voisins bien après les événements.
  • 31 « Jamais je n’ai oublié l’entretien que nous eûmes en passant dans ce bois, où, n’étant ni vus ni e (...)

17Valentin Jamerey prend la fuite seul et sans envisager de retour en arrière possible. Ainsi, il refuse de dire son nom à un meunier charitable, et décide de changer de nom pour se faire appeler Duval. Il souhaite au départ se rendre à Paris, mais pendant son errance qui dure plusieurs années, il voyage en Bourgogne, en région parisienne et enfin en Lorraine. Il fait un séjour à l’hôpital, mais se place aussi comme berger ou domestique chez divers maîtres. C’est alors qu’il apprend à lire puis à écrire. Sa rencontre avec le duc de Lorraine, en 1717, vient bouleverser son existence. Il quitte alors la vie bucolique pour rejoindre la cour de Lorraine et voyager en Europe. Dans la famille Coignet, on sait qu’aucun des quatre enfants du premier lit n’est resté à la maison. Jean et son frère aîné ont quitté le domicile paternel en cachette et les deux plus jeunes ont été abandonnés en forêt par leur marâtre30. Les deux fuyards ne se sont pas trop éloignés de leur point de départ et, selon Jean, se sont arrêtés après seulement une heure de marche. On ne sait ce qu’a fait son aîné alors, mais Jean a été engagé pour garder les moutons dans un village des environs. Il y est resté une année, puis est devenu transporteur de bois pendant trois ans à Menou. Il a alors franchi une frontière régionale passant de la Bourgogne au Morvan. De retour dans son village, où personne ne le reconnaît plus, il passe pour étranger puisqu’il est « morvandiau ». Se sentant du goût pour la vie militaire, il est enchanté de partir, en l’an VII, à l’armée où il fait carrière. La jeune Françoise et Richard, son frère cadet, se sont sauvés deux fois, la première fois pendant une absence de leur père. La deuxième fois, alors qu’ils avaient été retrouvés par leur cruelle belle-mère, ils se sont enfuis de nouveau sur le chemin du retour à la maison. Livrés à eux-mêmes, ils ont rencontré de bonnes âmes. Un voisin, puis des bergers, un meunier, et même un de leurs oncles compatissant les ont secourus successivement. Décidés à ne pas demander l’aumône, les enfants ont cherché une place en allant de maison en maison31. Leur fuite n’avait rien de définitif pour eux car, au bout d’un certain temps, ils ont décidé de repartir vers leur village de Guyonvelle pour s’assurer de la libération de leur père. Celui-ci est toujours emprisonné, ils connaissent de nouveau des errements. Le garçon est recueilli, pour la deuxième fois, par un curé. Quant à la fillette, elle décide de rejoindre son père et de ne plus le quitter. À Besançon, où il s’est rendu pour son procès, elle est reçue par charité dans une famille aisée de la ville. Elle prépare alors sa communion et fréquente la classe d’un couvent. En sortant, elle apprend à « travailler en linge » avec une ouvrière.

  • 32 Coignet perd sa mère à huit ans, on ne sait combien de temps après il a décidé de partir sur les ro (...)

18Nos trois orphelins et leurs frères se retrouvent sur les routes, sans but fixé au départ, sinon qu’ils cherchent à s’éloigner au plus vite de leur domicile. On note tout de même qu’il leur suffit de quelques heures de marche pour échapper aux recherches. Aucun d’entre eux ne va très loin dans un premier temps. Ensuite, tous essaient de trouver un engagement chez des particuliers pour survivre. La présence de ces enfants, ils ont alors entre neuf (Françoise) et treize ans (Valentin)32, ne semble pas incongrue aux gens qu’ils rencontrent et qui les prennent à leur service ou leur proposent une aide circonstancielle. D’une façon générale, la circulation des hommes et des enfants sur les chemins n’intrigue pas outre mesure, tout un chacun voyage ainsi, à pied, et sans beaucoup de ressources ou de bagages. On leur pose d’ailleurs peu de questions et les deux garçons, qui se gardent bien de raconter leur histoire, réussissent leur évasion grâce à leur discrétion. Au contraire, le récit circonstancié de leurs malheurs tout au long du chemin vaut à Françoise et son frère d’être rattrapés par leur belle-mère une première fois.

retour au pays

  • 33 Valentin Jamerey-Duval, op. cit, p. 290-306.
  • 34 Jean-Roch Coignet, op. cit., p. 6-22.

19L’épisode du retour au village figure dans les trois récits, quoiqu’il n’ait pas donné lieu à un traitement similaire par les auteurs. Valentin, Françoise et Jean sont restés absents plusieurs années avant de faire une réapparition dans leur village. Personne ne les reconnaît au premier abord. Ils ont grandi et souvent on les croit morts. Si la fille se nomme immédiatement, les deux garçons affectent dans un premier temps d’être des étrangers pour mieux se découvrir ensuite. Pour Valentin, ce retour est un simple constat de son indifférence pour ses parents, son village, car plus rien ne le rattache à ces gens qu’il quitte sans aucun regret33. Pour Jean Coignet, le travail de deuil est plus ambigu et difficile34. Il pleure d’amertume, mais ne cherche pas à se faire reconnaître tout de suite ni par son père ni par sa demi-soeur à l’auberge de qui il déjeune. Il se place même chez cette dernière incognito comme garçon à tout faire. Quand il décide de la quitter pour une place chez deux marchands de chevaux, il lui révèle son identité et dénonce son ingratitude :

  • 35 Jean-Roch Coignet, op. cit., p. 20-21.

« Tu ne sais donc pas que ton domestique est ton frère. – Par exemple ! – C’est comme cela. Tu es une mauvaise soeur. Tu nous a laissés partir moi et mon frère, et mon petit frère et ma petite soeur, mauvaise soeur que tu es. Te rappelles-tu que tu as coûté trois cents francs à ma mère pour apprendre le métier de lingère chez Mme Morin ? Tu n’as pas de coeur. Ma mère qui t’aimais comme nous, et nous avoir laissé partir !35 ».

  • 36 Françoise Perrot, op. cit., tome II, p. 102-145.
  • 37 Ibid., tome II, p. 104-107 puis p. 116 et suiv.

20Cette sortie provoque l’émotion générale, Jean, sa demi-soeur et les témoins de la scène pleurent. Le jeune homme n’épargne pas non plus son père, accouru au bruit de la scène, qu’il accuse publiquement. Sa vengeance accomplie, il quitte définitivement l’endroit avec les deux marchands sous les cris et les adieux du village. À l’inverse, la jeune Françoise à Guyonvelle est pleine de nostalgie et de regrets dès son arrivée36 ; elle se rend par deux fois près de la fontaine où elle jouait enfant pour pleurer sur son sort37.

Le souvenir et le récit

  • 38 Ibid., tome I, p. 5.

21Quitter leur famille a infléchi la vie des trois auteurs. Comme Jean et Valentin, Françoise fait du décès survenu dans sa famille le point de départ de son récit : « Ce fut là le commencement de tous nos malheurs. Je me rappelle à peine l’enterrement de ma bonne mère. »38 La suite de leur existence a dépendu, ils en sont bien conscients, de cet épisode tragique et de leur fuite de la maison familiale. L’enfance, les actions des orphelins font partie intégrante du récit, et deviennent une clef pour la compréhension de la vie, mais chacun n’y consacre pas la même attention, ni même autant de pages.

22Valentin, Jean et Françoise nous offrent trois récits échelonnés sur le siècle. Françoise et Jean écrivent dans la première moitié du XIXe siècle, Valentin au milieu du XVIIIe siècle. Plus le temps avance, plus le récit de l’enfance est empreint de sentimentalisme et s’allonge au point que Françoise Perrot, devenue adulte, s’y attarde même sur deux volumes. Elle multiplie les anecdotes larmoyantes sur le temps précédant son départ, alors que Jamerey décrit sa situation en peu de lignes :

  • 39 Valentin Jamerey-Duval, op. cit., p. 113.
  • 40 Jean-Roch Coignet, op. cit., p. 14.

« J’éprouvay sous ce joug tyrannique toutes les noirceurs que les poëtes ont attribués aux marâtres les plus dénaturées. Ma qualité d’enfant du premier lit a manqué cent fois de me coûter la vie. Il est vray que les traitements inhumains qu’on me faisoient souffrir m’otoient tout sujet de la regretter. C’est un vray miracle que je n’aye pas succombé sous la violence de cette persécution et que ces effets ne m’ayent pas rendu contrefait tant de corps que de l’esprit. Si j’avois à depeindrer l’enfer, je n’aurois qu’à représenter les débats, la haine, le trouble, la confusion et les imprécations qui regnoient dans cette déplorable famille. Je résolus de m’en éloigner39 ».
« Je rentrai dans ma grange pour pleurer à mon aise, ne sachant pas ce que je devais faire, si je rentrerais à la maison accabler mon père de reproches et tomber sur cette furie de belle-mère qui était la cause de notre malheur. Je délibère dans ma petite tête de ne pas faire de scandale, je prends ma bêche et vais au jardin travailler40 ».

23En revanche, la présence de Françoise Perrot et Valentin Jamerey adultes est évidente dans leurs récits. Le style même adopté par Valentin atteste clairement de l’homme érudit qu’il est devenu et contraste volontairement avec l’enfance rustre et miséreuse qu’il évoque. Quant à Françoise Perrot, cet effort de distanciation lui est impossible. Au contraire on sent qu’elle continue à vivre cette enfance. Sa nostalgie la submerge régulièrement dans son récit et en écrivant. Son livre se termine sur une dernière (?) visite à la fontaine de Guyonvelle qui montre son attachement sentimental à ces lieux de son enfance et combien elle vit tournée vers ce temps. Les deux hommes ont plus aisément coupé leurs liens avec leurs origines, leur famille, leur village qui disparaissent de la suite du récit. Leur vie adulte a été bien plus curieuse et mouvementée que celle de Françoise Perrot, couturière à domicile dans des familles aisées. Pour elle, le récit de son enfance constitue entièrement ses mémoires alors que Coignet et Duval évoquent des parcours personnels plus longs. Leur enfance n’est que le point de départ d’un récit plus riche et plus complexe qui est celui d’une ascension sociale reconnue et revendiquée.

Conclusion

24L’enfance peut parfois dans les écrits personnels apparaître comme un temps sans événements particuliers et sur lequel les auteurs s’accordent pour avoir peu à dire. Pour les orphelins, cette période est marquée par la perte d’un des parents ou des deux, par des changements que l’on suppose importants dans leur vie familiale et pour leur devenir. Si la confrontation avec la mort a laissé peu de traces chez les auteurs étudiés, la plupart rend compte de mutations dans la famille. Les rôles sont en partie redistribués après la disparition du père ou de la mère, les grands frères et sœurs peuvent gagner de nouvelles responsabilités, le veuf ou la veuve révéler ses faiblesses. Le décès des parents modifie l’entourage familial de l’enfant qui trouve dans les femmes de sa famille des substituts maternels, grand-mère, tante ou domestique, ou bien qui doit établir de nouveaux liens avec une belle-mère, qui n’est pas toujours une marâtre quoiqu’on en dise dans les contes. Toutefois, les vies de certains petits orphelins nous rapprochent de ce récit modèle. Les trois témoignages de Françoise, Valentin et Jean, devenus enfants errants, racontent des histoires similaires. La fuite d’un foyer rendu détestable par un beau-père ou une belle-mère les entraîne dans des péripéties dignes d’une narration selon eux. Il est vrai que d’autres plus malchanceux ou plus misérables n’ont jamais eu le loisir d’écrire quoi que ce soit. Mais, nos trois orphelins offrent de précieux témoignages sur un pan de réalité difficilement accessible sans leur récit à la première personne. Être orphelin a constitué pour eux un apprentissage particulier de l’autonomie. En fuite, ils ont dû justement survivre, gagner leur vie et tenter de prendre de la distance avec leurs attaches familiales, ce qui n’est pas si aisé pour la jeune Françoise Perrot. L’écriture enfin est venue parachever ce travail pour Valentin Jamerey et Jean Roch Coignet puisqu’elle a permis de rendre compte d’un temps révolu et d’un parcours bien différent de celui promis au jeune orphelin pauvre qu’ils avaient été.

Notes

1 Philippe Lejeune, L’autobiographie en France, Paris, 1971, p. 38.

2 Emmanuèle Lesne, La poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Honoré Champion, 1996, p. 395 et suivantes, consacre quelques pages éclairantes au récit d’enfance, et insiste sur les lieux communs et les récits interchangeables qui sont produits dans les Mémoires de la seconde moitié du XVIIe siècle.

3 Jean-François Perrin, « Le récit d’enfance du 17e siècle à Rousseau », Dix-huitième siècle, n° 30, 1998, p. 211-220.

4 Le petit corpus rassemblé ici ne prétend pas arriver au point de saturation défini par les sociologues comme le moment où le nombre des récits de vies est tel que le chercheur ne peut plus rien attendre que la répétition de ce qu’il sait déjà en poursuivant sa quête. Daniel Bertaux, « L’approche biographique : sa validité méthodologique, ses potentialités », Cahiers internationaux de sociologie, 1980, vol. LXIX, p. 205-206.

5 Augustin Pierre Fidel Armand Bocquillon, Ma profession de foi avec des réflexions des plus intéressantes, Besançon, 1842, 22 p.

6 Ces probabilités ont été calculées à partir de la base de données Vernon et les villages alentours au XVIIIe siècle du centre R. Mousnier développée par J.P. Bardet. L’échantillon retenu comprend 26 025 enfants issus des premières unions entre 1700 et 1829.

7 Jacques Lablée (né vers 1750), Mémoires d’un homme de lettres, ouvrage anecdotique faisant suite aux mémoires sur la Révolution française, 2e édition, Paris, 1825, p. 1.

8 Les cahiers du colonel Étienne-François Girard, (né en 1766), publiés par P. Desachy, Paris, Plon, 1951, p. 2.

9 Jean Nicolas Barba (né en 1769), Souvenirs, Paris, 1845, p. 2.

10 François Sugier, L’enfant de la cabane, graves et plaisants récits de son pèlerinage dans la vie, Paris, 1867, p. 31-34.

11 Jean-François Marmontel (né en 1723), Mémoires adaptées à l’usage de la jeunesse, Paris, 1850, p. 50-57.

12 Les cahiers du colonel Étienne-François Girard, op. cit., p. 2-3.

13 Jacques Lablée, op. cit., p. 1-4.

14 François Sugier, op. cit.

15 Ce développement reprend les conclusions de Marion Trévisi dans sa thèse Oncles et tantes en France au XVIIIe siècle : au cœur de la parenté, quelle présence, quels rôles ?, Paris IV, 2003, chapitre 9.

16 Pour un autre point de vue dans la famille voir Sylvie Perrier, « La marâtre dans la France d’Ancien Régime : intégration ou marginalité ? », communication au colloque de la Société de démographie historique en janvier 2005, à paraître dans les Annales de démographie historique, 2006, N°1.

17 Jacques-Louis Ménetra compagnon vitrier au XVIIIe siècle (né en 1738), Journal de ma vie, édité par Daniel Roche, Paris, Albin Michel, 1998 (première édition 1982), p. 30.

18 Ibid, p. 37-38.

19 Jacques Nicolas Bouilly, Mes récapitulations, tome 1, Paris, 1836-1837, p. 1.

20 Ibid, p. 35.

21 Joachim Joseph Delmarche (né en 1786), Les soirées du grenadier français de la Grande Armée, Rocroy, 1849, p. 9.

22 Valentin Jamerey-Duval (né en 1695), Mémoires. Enfance et éducation d’un paysan au XVIIIe siècle, présenté par Jean-Marie Goulemot, Paris, 1981.

23 Capitaine Jean-Roch Coignet (né en 1776), Les cahiers du Capitaine Coignet, (1789- 1815), Paris, 1883, XXXIX-494 p. ; p. 1. Son père a eu en tout treize enfants : deux, puis quatre puis sept.

24 Françoise Perrot, dite Pauline (née avant 1789), Histoire de l’enfance de la petite paysanne et de la barraque de son père racontée par elle-même ou Reconnaissance à Dieu qui a servi de père à l’orpheline abandonnée, 2 tomes, Besançon, 1863.

25 Ibid, tome I, p. 8 et p. 55

26 Ibid, tome I, p. 201-202.

27 Ibid, tome I, p. 69.

28 Jean-Pierre Gutton, La société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon. 1534-1789, Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 123-128.

29 La littérature consacrée aux mendiants et gueux leur donne même une grande importance dans les bandes de miséreux voire une fonction essentielle pour la mendicité, Bronislav Geremek, Les fils de Caïn, l’image des pauvres dans la littérature européenne du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1980, p. 214.

30 C’est ce que déclare Coignet lui-même. Il l’a appris de voisins bien après les événements.

31 « Jamais je n’ai oublié l’entretien que nous eûmes en passant dans ce bois, où, n’étant ni vus ni entendus de personne, nous décidâmes comment il faudrait faire. Je ne veux pas, me dit Richard d’un ton résolu, demander l’aumône, mon papa ni ma mère ne l’ont pas demandée. Ceux qui se portent bien et qui demandent l’aumône ne sont que des fainéants, et moi je ne veux pas le faire. -Ni moi non plus, lui répondis-je. Je sens, ajouta-t-il en s’arrêtant, qu’il m’est impossible de m’y résoudre. Nous demanderons de l’ouvrage à tous ceux que nous verrons... », Françoise Perrot, op. cit., tome 1, p. 235.

32 Coignet perd sa mère à huit ans, on ne sait combien de temps après il a décidé de partir sur les routes.

33 Valentin Jamerey-Duval, op. cit, p. 290-306.

34 Jean-Roch Coignet, op. cit., p. 6-22.

35 Jean-Roch Coignet, op. cit., p. 20-21.

36 Françoise Perrot, op. cit., tome II, p. 102-145.

37 Ibid., tome II, p. 104-107 puis p. 116 et suiv.

38 Ibid., tome I, p. 5.

39 Valentin Jamerey-Duval, op. cit., p. 113.

40 Jean-Roch Coignet, op. cit., p. 14.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search