Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

Récits d’enfance

L’enfant dévot au xviie siècle d’après les hagiographies tridentines

Philippe Loupès

Texte intégral

  • 1 Voir surtout Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987.
  • 2 Christian Renoux, Sainteté et mystique féminine à l’âge baroque. Naissance et évolution d’ (...)
  • 3 L’analyse la plus pertinente se trouve dans Suire, op. cit., p. 238-251.
  • 4 Le plus jeune adulte serait le Français Marcel Callo, mort à Mauthausen le 19 mars 1945, à (...)
  • 5 Voir Bernard Hours, « L’Enfant Jésus et Marguerite du Saint-Sacrement », Chrétiens et Soci (...)

1Le monde des dévots de l’époque tridentine a fait l’objet de travaux aussi nombreux que solides1 et les saints français du Grand Siècle ont donné naissance à plusieurs thèses universitaires importantes2. Il n’empêche que la dévotion des enfants a assez peu attiré l’attention des historiens3. Certes, dans les biographies de saints, dans les études globales sur la sainteté, quelques pages sont consacrées à l’enfance des serviteurs de Dieu, mais de toute évidence, ce sont les saints accomplis dans leur maturité qui focalisent l’intérêt. En n’ayant canonisé aucun enfant4, le Saint-Siège a d’ailleurs contribué à cette réduction du champ d’investigation. Et pourtant, le Grand Siècle des âmes n’a pas été fermé à la dévotion enfantine, même s’il attache moins d’importance à l’enfant que ne le fera l’époque suivante. L’enfant à genoux, en prières, au pied de son lit, sous la protection de son ange gardien, est un thème récurrent de la peinture à l’époque classique et le culte de l’Enfant Jésus5, propagé par la carmélite de Beaune Marguerite du Saint-Sacrement, a connu un vif essor au XVIIe siècle.

2Notre propos est donc de revisiter la littérature hagiographique, pas seulement les biographies anciennes des serviteurs de Dieu portés sur les autels, mais aussi celles de dévots morts en odeur de sainteté, dont la cause n’a pas été ouverte ou qui n’a pas abouti. Pour être moins connus que les vies de saints et de bienheureux, ces derniers ouvrages n’en sont pas moins intéressants. Ils relèvent d’ailleurs de la même catégorie, car ils visent une même finalité : la reconnaissance très officielle par l’Église des vertus du serviteur de Dieu, pouvant autoriser un culte. Les auteurs de toute cette littérature hagiographique, réguliers pour la plupart, ont été méthodiquement étudiés et présentés par Christian Renoux, Albrecht Burkardt et Éric Suire.

3Dans les hagiographies, la période de l’enfance ne tient généralement qu’une place relativement réduite, d’ailleurs, comme l’Enfance du Christ dans les Évangiles. De la même façon que Jésus assume son destin, la trentaine venue, saints et bienheureux deviennent pleinement eux-mêmes dans la jeune maturité.

  • 6 P. Emmanuel de Rennes, Abrégé de la vie et du martyre du R.P.Agathange de Vendôme et de Ca (...)
  • 7 Charles-Louis de Lantages, La vie de la vénérable mère Agnez de Jésus, religieuse de l’ord (...)

4On dirait que la vie du bienheureux Agathange de Vendôme, qui subira le martyre en Abyssinie, ne commence que lorsqu’il reçoit l’habit de capucin, à l’âge de vingt ans6 ! Il n’y a guère que Charles Louis de Lantages qui consacre une dizaine de chapitres à la jeunesse de la future mère Agnès de Jésus, la célèbre dominicaine de Langeac7. En général, c’est un chapitre, le premier bien sûr, qui est dévolu à l’enfance. Ce chapitre peut être des plus brefs. Par exemple, dans la vie que l’abbé Jean-Baptiste Blain consacre à Jean-Baptiste de La Salle, ce chapitre introductif, appelé Sa naissance, son enfance, son éducation, ne comporte que quatre pages, mais des pages particulièrement denses et instructives.

5De toute évidence, pour nos auteurs, la naissance et l’enfance des serviteurs de Dieu sont moins importantes que leur agonie, que leur mort, que les quelques mois qui précédent leur trépas ; et cet intérêt différencié se traduit dans le volume. Il n’en demeure pas moins que les quelques pages consacrées à l’enfance sont à nos yeux riches d’enseignements.

6Mais de quelle enfance s’agit-il ? À quelle tranche d’âge correspond-elle chez nos auteurs ? Le R.P. Daniel Hervé, l’oratorien biographe de Marie de l’Incarnation-Acarie, emploie l’expression « bas âge ». Pour son héroïne qui sera mariée à dix-huit ans à un très pieux maître des comptes, il regroupe les informations sur l’enfance dans le chapitre premier, intitulé De sa naissance, de son éducation, et de sa vertu jusqu’à l’âge de 14 ans. Douze à quatorze ans est un âge tournant qui correspond à la première communion et à la formation. C’est souvent pour les garçons l’âge de la séparation de la famille et de l’envoi au collège ; ainsi, le minime Louis de La Rivière, biographe de François de Sales, prend comme repère le départ au collège d’Annecy, et distingue l’enfance de la période suivante appelée « puérilité ». En fait, toutes ces notions sont très approximatives et nos auteurs qui mettent en avant pour les garçons l’âge de raison, fixé en principe à sept ans, ne semblent pas le prendre à la lettre.

  • 8 Dom Edmond Martène, La vie du vénérable Dom Claude Martin, religieux de la congrégation de (...)
  • 9 Jean Gourmeaux, Vie de Mr de Lanoë-Mênard, prêtre du diocèse de Nantes, directeur du sémin (...)

7Ces considérations d’âge sont d’ailleurs de peu d’importance pour des enfants sur lesquels s’est fixé de toute évidence le doigt de Dieu, soit de toute éternité, soit à l’instante prière des parents. Marie Guyard, future première supérieure des Ursulines de la Nouvelle France, ne s’était engagée dans le mariage qu’avec répugnance, avec le dessein de consacrer son premier fils à Dieu. C’est ce qu’elle fait en se rendant, à la veille de son accouchement, à l’abbaye de Marmoutier. Est ainsi scellé avant même sa naissance le destin du vénérable Dom Claude Martin8. Il en est de même de ce dévot jansénisant qu’est Mr de Lanoë-Mênard9. Son père, sous-maire de Nantes, s’étant remarié à soixante-dix ans avec Mademoiselle de La Noë, âgée de dix-huit ans, la naissance est considérée comme une bénédiction du ciel.

« Il (le Seigneur) prit l’enfant sous sa protection ; il le prévint dès sa naissance des bénédictions de sa grande miséricorde ; il le combla de jour en jour de nouvelles grâces et l’éleva enfin à une éminente sainteté ».

8Aussi, sa mère lui fait-elle porter jusqu’à l’âge de sept ans une robe blanche, en souvenir de l’Église primitive où les nouveaux baptisés arboraient pendant huit jours un vêtement immaculé ; de sorte que le garçonnet ne saurait ignorer qu’il est un enfant-offrande.

  • 10 Louis de La Rivière, La vie de l’illustrissime François de Sales..., 2e éd. Lyon, P. Ricar (...)
  • 11 Antoine Boscher, Le parfait missionnaire ou la vie du RP Julien Maunoir de la Compagnie de (...)

9Les présages sur la sollicitude divine à l’égard de ces enfants sont nombreux. Par exemple, contrairement à ses expériences antérieures, la mère de la dominicaine Agnès de Langeac connaît une grossesse éprouvante, « présage des infirmitez continuelles dans lesquelles cette épouse du Fils de Dieu a depuis passé une grande partie de sa vie dans la religion ». Et, de façon prémonitoire, les premiers signes de l’accouchement ont lieu dans l’église des frères prêcheurs du Puy. La naissance de François de Sales est marquée par l’ostension du Saint-Suaire à Annecy, spécialement amené de Chambéry pour la venue d’Anne d’Este, duchesse de Nemours. La mère du futur saint, venue à Annecy pour faire sa révérence à la duchesse et ses dévotions à l’insigne relique, ne peut que vouer l’enfant qu’elle porte à Dieu10. Aussi, dès la sortie du ventre de sa mère, François est « comme une sanctifié » écrit son biographe. Quant au breton Julien Maunoir, il est voué, par ses parents, gens simples au demeurant, aux autels dès sa naissance11.

  • 12 Henry de Maupas du Tour, La vie de la vénérable mère Françoise Frémiot, fondatrice, premiè (...)
  • 13 Jean-Baptiste Blain, La vie de Monsieur Jean-Baptiste de La Salle, instituteur des Frères (...)
  • 14 Daniel Hervé, La vie chrétienne de la vénérable soeur Marie de l’Incarnation, fondatrice d (...)

10À en croire les hagiographes, les prénominations tracent également le destin de ces enfants. Henry de Maupas du Tour, évêque du Puy, biographe de Françoise Frémiot, la future mère de Chantal, consacre tout un chapitre, le deuxième, à ce déterminisme : Présages de la vertu de la Mère de Chantal, marqués dans ses deux noms, dans la rencontre du jour de sa naissance et dans quelques circonstances de son enfance12. Le choix par ses parrain et marraine du prénom de Jean-Baptiste, pour le futur fondateur des Frères des Écoles chrétiennes est un heureux présage pour quelqu’un qui deviendra « un grand modèle d’innocence et de pénitence »13. Quant à la future Marie de l’Incarnation (Acarie), sa naissance, le lendemain de la Purification de la Vierge et son baptême, avec le prénom de Barbe, ne peuvent être qu’une manifestation de la Providence divine qui lui donne comme patronne une sainte éloignée du monde14.

  • 15 Léonard Chastenet, La vie de Mgr Alain de Solminihac, evesque baron et comte de Caors, et (...)

11Pour ces enfants prédestinés, la protection divine est constante. Lorsque le jeune de Lanoë-Mênard tombe dans un puits qu’on est en train de forer, un ouvrier le reçoit dans ses bras. La petite Marie Guyard est elle aussi une miraculée. Alors qu’elle portait des aumônes, elle frôle une charrette qu’on chargeait par l’arrière. Sa manche s’étant accrochée au timon, elle est soulevée en l’air et retombe « d’une grande raideur sur le pavé ». Sur le moment, on la croit morte, mais elle survit. Quant à Alain de Solminihac, à l’âge de seize ou dix-sept ans, il réchappe par miracle d’un accident de cheval. De nuit, il tombe avec sa monture dans le ruisseau d’un moulin. Emporté très loin avec son cheval, il s’en sort pourtant sans la moindre blessure. Cet accident marqué au sceau de la Providence est le révélateur de sa vocation, comme se plaira souvent à le raconter l’évêque de Cahors15.

12Ces quelques exemples témoignent des décisions du Créateur.

  • 16 Éric Suire, op. cit., p. 80. Voir chap. II, « Qu’est-ce que la "Science des saints" ?, Pro (...)

« Le sens profond de ces épisodes - écrit Éric Suire - n’est pas difficile à percer. Avant même leur venue au monde, les serviteurs de Dieu sont prédestinés à la sainteté. Leur vocation à des actes héroïques s’affirme dès la naissance et dès leurs premiers balbutiements, saintes et saints sont placés sur les rails qui conduisent à la perfection16 ».

  • 17 Son père, conseiller au présidial appartient à une famille distinguée. Quant à sa mère, el (...)

13Le naturel de ces enfants est sans doute prédominant ; mais l’éducation parentale entre également dans le plan de Dieu, comme le montre la vie de François de Sales. Ses parents optent pour une éducation à la fois expliquée et équilibrée, à mi chemin entre indulgence et sévérité. La plupart de ces enfants prédestinés ont la chance de naître dans une famille très chrétienne ; tel est le cas, dûment commenté, de Jean-Baptiste de La Salle, éduqué dans « une pieuse famille » de sept enfants, dont quatre vont se consacrer au service de Dieu17.

  • 18 Abbé de Belsunce, Abrégé de la vie de Mademoiselle Suzanne-Henriette de Foix de Candalle, (...)

14Marqués du signe de Dieu, plusieurs de ces enfants frappent par leur beauté naturelle. De Jean-Baptiste de La Salle, son biographe nous apprend qu’une « beauté chaste reluisoit sur son visage ». Tel est le cas également de Mademoiselle de Foix-Candalle, au dire de son biographe l’abbé de Belsunce, qui lui était très lié18. La petite Galland, future Agnès de Jésus, est aussi très belle, et ce, dès l’âge de trois ou quatre ans, à telle enseigne que son père et les voisins ne se lassent pas de l’admirer. Quant à François de Sales, il est particulièrement intéressant, car c’est le seul enfant dont nous ayons un véritable portrait littéraire :

  • 19 C’est-à-dire innocents.
  • 20 Louis de La Rivière, op. cit., p. 16.

« Il estoit incomparablement beau, il avoit le visage gracieux à merveilles, les yeux colombin19, le regard amoureux, son petit maintien estoit si modeste que rien plus il sembloit un petit Ange20. »

15Cette innocente beauté, qui rappelle l’Enfant Jésus, est comme valorisée par une propreté exemplaire, qui l’apparente à saint Bernard et à saint François de Paule qui aimaient la pauvreté, mais non la saleté. Son biographe, le minime Louis de La Rivière note :

  • 21 Ibid., p. 22.

« Il ne pouvoit souffrir d’estre crotté, ny mal honneste, il vouloit que ses accoutrements fussent modestement agencez dessus luy... Il a toujours affectionné la propreté, mais il ne l’a jamais affectée21. »

  • 22 Jean-Baptiste Blain, op. cit., p. 118.

16En toute logique, ces enfants élus sont l’anti-thèse des enfants ordinaires. Dès le berceau, la grâce en fait des modèles. « Enfant sans avoir les inclinations des enfants » écrit le biographe de Jean-Baptiste de La Salle22. Celui de François de Sales est encore plus explicite dans le tableau repoussoir qu’il brosse des enfants ordinaires :

  • 23 Louis de La Rivière, op. cit., p. 15.

« Il y en a qui, pendillant encore à la poupette, commencent déjà à regarder de travers, grondent, sont inquiets, trépignent des pieds, frappent de leurs petits poings, choquent de leurs testes l’aymable sein de leurs nourrices...23. »

  • 24 Gilbert Noiret, Abregé de la vie du B. Vincent de Paul, instituteur de la congrégation de (...)

17François de Sales est tout le contraire : dès la sortie du ventre de sa mère, il est « comme un sanctifié ». Ces enfants élus font preuve d’une étonnante précocité, qui évolue rapidement en maturité. Précocité intellectuelle d’abord : François de Sales est un véritable enfant-prodige ; « avant que d’avoir la langue desnoüée, il parloit distinctement » affirme avec enthousiasme son biographe. Cadet de deux frères aînés, élevé à la maison paternelle jusqu’à l’âge de 22 ans, Alain de Solminihac se fait remarquer entre ses frères par sa vivacité d’esprit. La précocité intellectuelle se prolonge à l’adolescence, puisque le jeune Vincent de Paul, qui avait passé sa petite enfance à paître les bestiaux, peut devenir précepteur à l’âge de seize ans, après avoir passé seulement quatre années chez les cordeliers de Dax24 !

  • 25 Louis de La Rivière, op. cit., p. 16.
  • 26 Jean-François Jannart, Vie abrégée de la bienheureuse mère de Chantal, fondatrice de l’ord (...)
  • 27 Abbé de Choisy, La vie de Madame de Miramion, Paris, Antoire Dezallier, 1707.

18Cette précocité intellectuelle s’épanouit en maturité de jugement. La maturité est soit intrinsèque, soit liée aux circonstances. Chez François de Sales, le plus doué de ces enfants, elle est innée : « Il paroissoit jeune d’age, mais il étoit pourtant vieil et chenu de jugement25 ». Chez Jeanne Françoise Frémiot, future Jeanne de Chantal, la disparition très précoce de la mère, incite le père, président à mortier au parlement de Dijon, à porter la plus grande attention à l’éducation de ses enfants. Il les voit et leur parle tous les jours et leur prodigue une très solide instruction. M. Frémiot organise des conférences familières sur des points controversés avec les protestants. Dès l’âge de cinq ans, Jeanne y assiste d’elle-même et, un jour, elle polémique avec un seigneur huguenot sur la Présence réelle26. D’ailleurs, la perte rapide de la mère accélère généralement la maturité. C’est le cas pour Madeleine du Bois de Fontaines-Marans, la future mère Madeleine de Saint Joseph, ou pour Mademoiselle de Rubelle, future madame de Miramion. Cette dernière perd sa mère à neuf ans : « Elle fit sur cet accident des raisonnemens au dessus de son âge – écrit son biographe, l’abbé de Choisy – elle connut pour la première fois le néant de tout ce qui peut finir...27 ». Tous nos biographes insistent lourdement sur une maturité, hors normes, une maturité d’adulte dans un corps d’enfant. De mademoiselle de Foix-Candalle, Belsunce écrit : « Ses pensées et ses raisonnements ne tenoient rien de l’enfant... ». Cette précocité hors norme, empreinte de merveilleux est dans le droit prolongement de la littérature hagiographique médiévale étudiée par André Vauchez.

19Si la précocité intellectuelle est grande, la précocité spirituelle, liée à une piété naissante ne l’est pas moins. À quatre ans, Madeleine du Bois de Fontaine-Marans est profondément émue par le convoi funèbre d’une petite fille ; c’est l’événement déclencheur d’une piété très précoce.

  • 28 Daniel Hervé, op. cit., p. 5.

20En toute logique, nos enfants pieux accèdent à la table de communion plus tôt que la moyenne. Barbe Avrillot, future madame Acarie, est jugée capable de communier à douze ans, « ce qui était alors bien rare », précise son biographe28 ; toute sa vie, elle se souviendra des grâces reçues lors de sa première communion et en parlera régulièrement à ses enfants. Quant à Agnès de Langeac, son confesseur jésuite l’autorise à communier dès l’âge de huit ans, et deux fois par mois ; mais dès l’âge de quatre ou cinq ans, elle avait mutiplié les confessions, avec « une contrition tout à fait extraordinaire ».

  • 29 Emmanuel de Rennes, op. cit., p. 84.
  • 30 Pierre-François-Xavier de Charlevoix, La vie de la Mère Marie de l’Incarnation, Paris, Pèr (...)
  • 31 Jean Croiset, Abrégé de la vie de la soeur Marguerite-Marie Alacoque, religieuse de la Vis (...)

21Chose plus rare, les enfants dévots pratiquent très tôt l’oraison mentale, généralement spontanément, sans y avoir été initiés. Dans les années 1560, Jeanne de Lestonnac, écartelée entre les deux confessions chrétiennes rivales au sein de sa famille, fuit la compagnie, et se passionne pour les entreprises de Thérèse d’Avila, dont la réputation franchit les Pyrénées. C’est dans la solitude qu’elle expérimente l’oraison mentale dès sa douzième année. Au XVIIe siècle, la pratique de l’oraison est encore plus précoce. Si Ruffilio Loppès-Netto, futur P. Cassien de Nantes, s’y adonne, apparemment dès l’âge de sept ans, c’est à l’initiative des capucins qu’il fréquente assidûment29 ; en revanche, plusieurs petites filles agissent spontanément, par exemple Marie Guyard, dès neuf ou dix ans : elle s’entretient avec le Seigneur dans les églises les moins fréquentées, sans savoir que c’est là faire oraison, comme elle l’avouera par la suite30. Également, Marguerite-Marie Alacoque, très tôt dotée de l’esprit de raison par le Saint-Esprit, nous dit le P. Croiset, reste des heures entières devant le Saint-Sacrement sans avoir jamais appris la méditation31. Agnès de Langeac est encore plus exceptionnelle, puisqu’elle pratique l’oraison avec l’accord de son confesseur dès l’âge de six ans ; elle le fait surtout de nuit, quand la famille dort, ou bien dans la journée, à l’église.

  • 32 Jean-Baptiste Blain, op. cit., p. l18.
  • 33 Anne-Joseph de La Neuville, La vie de saint Jean François Regis de la Compagnie de Jésus, (...)

22La pratique si difficile de l’oraison mentale permet d’insister sur l’exceptionnelle maturité de ces enfants. Leur comportement, sans rien de puéril, est « autre qu’une piété enfantine » (le P. Charlevoix). Comme Jean-Baptiste de La Salle, ils sont dévots « sans grimace »32. Au dire des témoins de l’enfance de François Régis, qui ont déposé juridiquement, « la piété qui avoit paru naître en lui n’eut jamais rien de puéril ». Il y avait chez lui « un fond de raison soutenu d’un goût sensible, mais solide pour les choses de Dieu »33.

  • 34 Charles-Louis de Lantages, op. cit., p. 19. Au sortir de la messe, elle cherche une chaîne (...)
  • 35 Jean Croiset, op. cit., p. 5.

23Cette maturité généralisée les entraîne vers des comportements d’adultes dévots, tout spécialement dans la pratique des mortifications. À partir de sept ans, c’est-à-dire l’âge de raison, le futur Cassien de Nantes s’impose des abstinences, qu’il élargit souvent en jeûnes, en cachette de ses parents. Marguerite-Marie Alacoque demeure des jours entiers sans manger. Les macérations sont à l’avenant. Suite à un voeu d’esclavage à Marie et à une voix entendue à la messe, Agnès de Langeac va porter autour des reins une chaîne de fer durant huit ans34. Depuis l’âge de dix ou douze ans, Marguerite-Marie Alacoque dort à la dure ; elle se comprime si fortement le bras avec de petites chaînes de fer, « que la chair venant à croitre, couvroit ces chaînes, qui ne pouvoient être tirées qu’avec des lambeaux de chair »35.

  • 36 Voir Raymond Darricau, Bernard Peyrous, Jean de Viguerie, Sainte Jeanne Delanoue, servante (...)

24Si l’on a peine à comprendre l’excès de ces mortifications enfantines, en revanche l’amour des pauvres et les charités multipliées trouvent plus facilement grâce à nos yeux. Par un jour de grand froid, le jeune de Lanoë-Mênard donne à des petits pauvres ses chaussettes et la camisole qu’il porte sous sa robe. Animée par « une charité vive et par une tendre compassion pour les pauvres », Marie Guyard recherche leur compagnie et mange leurs restes, sans aucun dégoût ; ce faisant, elle anticipe sur le comportement d’une adulte qui choquera ses contemporains à la fin du règne de Louis XIV, sainte Jeanne Delanoue36. Marie Guyard mutiplie les aumônes à un tel degré, qu’elle conviendra plus tard « qu’elle fit en cela de grands excès ». Quand à mademoiselle de Rubelle, future madame de Miramion, sa sollicitude enfantine s’exprime surtout à l’égard des malades : à douze ans, le jour des Rois, elle assiste dans son agonie le palefrenier de la maison, tandis que la fête bat son plein.

  • 37 Charles-Louis de Lantages, op. cit., p. 13.

25Les enfants dévots recherchent les épreuves et, dans ce domaine, Dieu ne les ménage pas. À cet égard, le cas de la petite Agnès de Langeac est particulièrement significatif et « Dieu qui avoit de grands dessein sur elle » lui envoie des épreuves répétées. Dans sa petite enfance, elle est le souffre-douleur silencieux d’un de ses petits frères jaloux, « qui devient son ennemi domestique et sa première croix ». Son père, assimilant ses états d’oraison à l’église à des assoupissements, la ramène à la maison et la bat. Puis, le diable la harcèle au moyen de garçons effrontés et de visions terrifiantes : une apparition de saint François l’ayant incitée à faire un voeu de virginité perpétuelle, au moment de prononcer ce voeu, elle vit entrer dans la chapelle une troupe de chiens noirs qui se jettèrent sur elle « et la mirent par terre pour la dévorer » ; mais, confrontés à la vivacité de sa résistance, « les esprits incommodes disparurent incontinent »37.

26Les terribles épreuves que subit Agnès de Langeac sont heureusement contrebalancées par des communications très intimes avec Dieu et par les apparitions de son ange gardien qui la conseille. D’autres enfants dévots ont également des illuminations, comme la future mère Madeleine de Saint-Joseph. Avant d’être pleinement éclairée par une apparition de saint Jean-Baptiste, pour lequel elle avait déjà une grande dévotion, Madeleine du Bois de Fontaines-Marans (1758-1637) connaît le dessein de Dieu par un songe mystérieux :

  • 38 Jean-François Senault, La vie de la mère Madeleine de Saint-Joseph, religieuse carmélite d (...)

Il lui sembla qu’elle estoit avec sa mère dans une chambre pleine de toutes sortes de raretez, dans ce lieu charmant, on voyoit d’un costé de l’or en abondance, de l’autre brilloit avec éclat une multitude de pierres précieuses. Sa mère luy dit : Voyez ma fille ce qu’il y a icy qui vous plaist d’avantage et je vous le donneray. Sans y penser beaucoup, elle choisit des pierres et des diamens, mais aussitost qu’elle les eut entre ses mains, une partie disparut et le reste se changea en des pierres communes...
Sa mère lui ayant demandé si quelque autre chose ne lui agréait pas, elle avise alors une croix d’ébène, couverte de poussière,
Ma mère, donnez-moy cette croix, j’espère qu’elle ne me sera pas ostée... et elle ne l’eut pas si tost eue en sa possession, qu’elle la vit changer en une croix d’or, ornée de quatre pierres précieuses.
Voila quel fut ce songe, mais que chacun reconnoistra n’estre pas seulement un effet de l’imagination et de la fantaisie, mais un songe divin, par lequel il plaist au père des lumières de découvir quelquefois ses secrets aux âmes choisies38.

  • 39 Jean Crasset, La vie de Madame Helyot, 2e éd. Paris, Étienne Michallet, 1683, p. 2. Appare (...)

27Dûment informés des desseins de Dieu à leur égard, comment ces enfants élus se comportent-ils dans la vie de tous les jours ? Les jeux des enfants ordinaires ne les intéressent guère et ils fuient souvent la compagnie de ces derniers. Ainsi, Marie Guyard s’adonne à la lecture des livres de piété. Marie Hérinx, future madame Hélyot, fait de même : tandis que sa soeur aînée va à la promenade avec ses tantes, elle demeure au logis pour lire des vies de saints39.

28Ce sont surtout les enfants de l’autre sexe qui représentent le danger. Le jeune de Lanoë-Mênard fuit les petites filles comme la peste, même celles du voisinage ! Agnès de Langeac élargit cet interdit à la présence de l’ensemble des hommes pour lesquels elle a, nous dit son hagiographe, « une grande horreur ». Sa répulsion naturelle est renforcée par une vision cauchemardesque, que lui explique son confesseur dominicain : « une troupe d’hommes terriblement laids et rouges de visage » qui l’assaillent.

29Outre les contacts avec le sexe opposé, il y a un refus ostentatoire des mondanités. À l’adolescence, Barbe Avrillot refuse mondanités et afféteries ordinaires et se souviendra plus tard qu’un des ses grands péchés était de s’être fait les sourcils. Dès son plus bas âge, Agnès de Langeac se dit fort touchée de « la misère des mondains ». Elle a une aversion viscérale « pour la conversation des filles mondaines et encore plus pour celle des garçons, dont elle craignoit l’abord comme celui des serpens ».

  • 40 Antoine Boscher, op. cit., p. 6.

30La crainte de la contamination par des enfants jugés dévoyés ne conduit pas nécessairement à l’isolement complet. Nos enfants dévots ont souvent le sens du groupe, mis au service de Dieu. En fait, les seuls divertissements qu’ils s’accordent sont annonciateurs de leur vocation et leur futur état. C’est ainsi qu’Agnès de Langeac fonde une sorte de congrégation de petites filles. « Tous les mois, elle leur faisoit tirer au sort chacune un billet, où étoit le nom d’un saint, avec une sentence de piété ». Elle organise aussi des processions, en faisant revêtir à ses petites compagnes des chemises blanches par dessus leur habit. À l’église Notre-Dame, « cette troupe enfantine et angélique » fait de « petites dévotions avec une modestie admirable ». Julien Maunoir se montre encore plus directif. Il se met à la tête de ses petits camarades, « en les menant au combat dans des guerres proportionnées à leurs forces ». Il les conduit à l’église, rangés deux par deux, « et là, montant en chaire, récitant l’oraison dominicale, la salutation évangélique et le symbole des Apostres », il montre « qu’il estoit né pour instruire les autres et pour les conduire dans la voie du salut »40. Au collège des Jésuites à Rennes, son tempérament de chef se renforce encore au travers « d’une espèce de mission ». De par sa sociabilité et l’éclat de ses vertus, il devient un modèle pour ses condisciples. Il en persuade certains de brûler « les méchants livres », d’autres de se retirer des mauvaises compagnies.

  • 41 Jean-Baptiste Blain, op. cit., p. 120.
  • 42 Voir Philippe Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris (...)

31Mais c’est chez Jean-Baptiste de La Salle que le penchant pour l’état ecclésiastique s’annonce le mieux au travers des divertissements, « car son plaisir étoit d’élever des chapelles, de parer des autels, de chanter des cantiques de l’Église et d’imiter les cérémonies de la religion ». Très vite, l’église devient « son centre unique ». Il est charmé par tout ce qui s’y passe, multiplie les questions « sensées » et exige des réponses « instructives ». Par la lecture des Pères et la réflexion sur la sainteté du sacerdoce, se fortifie son attrait pour le ministère sacré. Une passion pour la musique héritée de son père achève de sceller l’engagement. Ainsi, sous la tutelle paternelle, il se rend assidu à l’ofice divin, « et, sans être chanoine, ce qui ne tarda pas à arriver, il en commença les fonctions au sortir de l’enfance »41. Si l’entrée dans un chapitre relève souvent de considérations socio-économiques42, nous sommes bien là en présence d’une authentique vocation canoniale, venue de loin.

  • 43 J. MARCEL, La Vie du R.P. Cesar de Bus, Lyon, 1619, p. 4.
  • 44 Antoine Boscher, op. cit., p. 8.

32Au total, ces enfants dévots impressionnent par leur douceur, leur humilité, leur modestie angélique, leur détachement des biens de ce monde, leur soumission. César de Bus est « un enfant affable et pacifique » et son caractère s’exprime dans « un visage agréablement ouvert, doux et facile »43. Dès son plus jeune âge, il manifeste un grand mépris pour « le sordide soin des richesses mondaines ». Immergé dans une société où les jurons et le blasphème sont quotidiens, nos garçons dévots réagissent vivement. Quand il entendait blasphémer le saint nom de Dieu, Julien Maunoir se prenait à pleurer44.

  • 45 Jean-Michel Salmann, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), Paris, P.U.F., 1994

33Les petites filles ne manifestent pas moins de vertus ; pureté, pudeur et soumission sont leur apanage. Jean-Michel Salmann, spécialiste de la sainteté napolitaine45, avance l’hypothèse que l’enfance sainte est plus développée et plus précoce chez les femmes que chez les hommes. Très tôt Marguerite-Marie fait un voeu de virginité perpétuelle qu’elle renouvelle à toutes les messes, après la consécration. Par grâce divine, la très zélée Agnès de Langeac n’entend pas les paroles de libertinage ou ne les comprend pas. Il est vrai qu’en une démarche de pudeur extrême, son bon ange va jusqu’à piquer ses pieds nus qui dépassent de la couverture du lit !

34Mais c’est surtout dans l’obéissance que s’expriment les petites filles. Par respect filial, Jeanne de Lestonnac, Françoise Frémiot (de Chantal), Barbe Avrillot (Acarie), Marie Guyard acceptent le mariage, pour lequel elles ne ressentent aucune attirance ; or, elles ne se réaliseront vraiment que dans la vie consacrée. La future soeur Marie de l’Incarnation, co-fondatrice du Carmel en France, est l’exemple même de la soumission résignée à l’autorité parentale. Au sortir de l’abbaye de Longchamp où elle a été élevée, ses parents lui refusent de devenir religieuse à l’Hôtel-Dieu de Paris et la marient à dix-huit ans à Monsieur Acarie, au demeurant très pieux.

  • 46 Emmanuel de Rennes, op. cit., p. 90.

35Tous ces petits dévots, garçons tant que filles, impressionnent par l’innocence de leur moeurs. À quinze ans, au commencement de sa rhétorique, le futur Cassien de Nantes prononce un poème de sa composition dans lequel, en fait, il se dépeignait parfaitement lui-même. Le sujet en était l’innocence des moeurs cultivée par l’étude des belles-lettres. « On croyoit entendre parler l’innocence même », conclut son hagiographe46.

36Ils ont également en commun une sainte horreur du péché, que Marguerite-Marie aurait eu dès deux ou trois ans. Toutes ces vertus cumulées conduisent à un équilibre global dans la quasi-perfection, que le minime Louis de La Rivière résume bien dans ce portrait de François de Sales enfant :

  • 47 Louis de La Rivière, op. cit., p. 16.

Il estoit simple aux choses du monde, innocent en sa conversation, docile aux corrections, quiète en luy, pacifique avec les autres, enclain à peu parler, affectionné à la dévotion, plein de pudeur et d’honnêté, mansuète, bénin, débonnaire et agréable à tous47.

37Louis de La Rivière traite là selon ses propres termes des « enfantines vertus » de son héros, avant d’aborder ensuite « ses grandes et héroïques perfections » de l’âge adulte. Il établit donc des étapes. Mais en fait, les hagiographes voient leurs enfants dévots comme des adultes, des adultes en réduction, en un siècle qui ne comprend pas la spécificité de l’enfance.

  • 48 Saint Philippe Néri (1515-1595), fondateur de l’Oratoire, développe une action apostolique (...)

38Ces enfants dévots n’ont d’enfants que le nom. Ils n’ont pas la gaieté et la spontanéité de cet âge. Dans la galerie d’enfants dévots, sérieux, trop sérieux pour leur âge, Jean-Baptiste de La Salle fait un peu figure d’exception en raison de sa gaieté naturelle, comme d’ailleurs saint Philippe Néri48, surnommé « le saint joyeux » à une époque tridentine qui a la sainteté austère, voire un tantinet revêche. Et encore, après avoir mentionné, comme malgré lui, le caractère presque enjoué du petit Rémois, l’abbé Jean-Baptiste Blain s’empresse-t-il d’ajouter, pour rectifier le tir, que son goût ne le portait que vers les exercices sérieux et qu’il se détournait de distractions profanes.

  • 49 Joris Karl Huysmans, La cathédrale, St-Cyr-sur-Loire, C. Pirot, 1986, p. 92-93. Édition or (...)

39Faut-il alors suivre, J.K. Huysmans, lorsque dans La cathédrale49, sous le masque de Durtal, il assassine les vies de saints redigées par « les petits Bollandisstes », toutes ces « pesantes proses » qui, dit-il, sont à dégoûter de toute sainteté ? Le maître du réalisme mystique est tout particulièrement virulent sur les « désolantes rengaines », « la série des affligeants ponts-neufs » concernant la naissance, la condition des parents... Avec verve, J.K.Huysmans se gausse de la vertu de ces apprentis saints « qui, à peine nés, réclamaient des nourrices sans péché et ne voulaient sucer que des pis pieux » !

40Par-delà sa verve iconoclaste, la sainte colère de Huysmans ne relève pas plus d’une démarche historique que la façon de travailler de nombre d’hagiographes. Ces enfants dévots, tels que nous les avons décrits et analysés, sont de toute évidence au croisement de la réalité et de la subjectivité hagiographique. Enfants presque parfaits au regard de Dieu, purs produits du grand Siècle des Âmes, ce sont des saints en puissance, dignes objets de vies édifiantes écrites en vue d’un procès de béatification.

Notes

1 Voir surtout Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987.

2 Christian Renoux, Sainteté et mystique féminine à l’âge baroque. Naissance et évolution d’un modèle en France et en Italie, thèse Univ. Paris I, 1995, 952 p. ; Albrecht Burkardt, Les clients des saints. Maladies et quête du miracle à travers les procès de canonisation de la première moitié du XVIIe siècle en France, thèse EHESS, 1998, 671 p. dact. ; Éric Suire, La sainteté française de la Réforme catholique (XVIe-XVIIIe siècles) d’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation, Bordeaux, PUB, 2001.

3 L’analyse la plus pertinente se trouve dans Suire, op. cit., p. 238-251.

4 Le plus jeune adulte serait le Français Marcel Callo, mort à Mauthausen le 19 mars 1945, à l’âge de 24 ans (information obligeamment fournie par É. Suire).

5 Voir Bernard Hours, « L’Enfant Jésus et Marguerite du Saint-Sacrement », Chrétiens et Sociétés, XVIe-XXe siècles, n° 4, 1997, p. 65-98. Le culte de l’Enfant Jésus est déjà une dévotion carmélitaine encouragée par sainte Thérèse d’Avila. En 1636, sur injonction de l’Enfant, Marguerite du Saint-Sacrement institue « Les Domestiques de la Famille du Saint Enfant Jésus ». Les agents de la propagation de cette dévotion très bérulienne sont surtout l’Oratoire, le Carmel, à un moindre titre d’autres ordres religieux comme les Ursulines et les Visitandines, également les laïcs. Ce culte s’appuie sur l’ouvrage du P. Denis Amelote, Manuel des dévotions de sœur Marguerite du Saint-Sacrement, Paris, S. Huré, 1655, 144 p.

6 P. Emmanuel de Rennes, Abrégé de la vie et du martyre du R.P.Agathange de Vendôme et de Cassien de Nantes, capucins, prestres, Rennes, 1756. Agathange et Cassien sont arrêtés à leur entrée en Abyssinie. Ils sont jugés sommairement à Gondar, pendus et lapidés, le 7 août 1638. Ils ont été béatifiés en 1905.

7 Charles-Louis de Lantages, La vie de la vénérable mère Agnez de Jésus, religieuse de l’ordre de saint Dominique au dévot monastère de sainte Catherine de Langeac par un prêtre du clergé, 3e éd. Paris, A.Delagarde, 1712. La première édition date de 1665. Agnès de Jésus est morte en 1634, à l’âge de 32 ans. L’héroïcité de ses vertus a été proclamée en 1808 par Pie VII.

8 Dom Edmond Martène, La vie du vénérable Dom Claude Martin, religieux de la congrégation de Sazint-Maur, décédé en odeur de sainteté au monastère de Mairmoutier, le 9 du mois d’août 1696, Tours, Ph. Masson, 1700.

9 Jean Gourmeaux, Vie de Mr de Lanoë-Mênard, prêtre du diocèse de Nantes, directeur du séminaire et premier directeur de la communauté ecclésiastique de Saint-Clément, auteur du Catéchisme de Nantes, mort en odeur de sainteté le 15 avril 1717, avec l’histoire de son culte et les Relations des miracles opérez à son tombeau, Bruxelles, Vander-Agen, 1734, p. 6.

10 Louis de La Rivière, La vie de l’illustrissime François de Sales..., 2e éd. Lyon, P. Ricard, 1625. Chap. II « De l’heureuse naissance de cet excellent personnage et de ses frères et soeurs. »

11 Antoine Boscher, Le parfait missionnaire ou la vie du RP Julien Maunoir de la Compagnie de Jésus, missionnaire en Bretagne, Paris, Jean Anisson, 1687, p. 4. Il est né en 1606 dans le diocèse de Rennes, aux confins de la Bretagne et de la Normandie. Ses parents, dit « très pieux et charitables » sont actifs dans « un négoce de campagne ».

12 Henry de Maupas du Tour, La vie de la vénérable mère Françoise Frémiot, fondatrice, première mère et religieuse de l’ordre de la Visitation de Saincte Marie, 3e éd., Paris, Simon Piget, 1646.

13 Jean-Baptiste Blain, La vie de Monsieur Jean-Baptiste de La Salle, instituteur des Frères des Ecoles chrétiennes, Rouen, J.B. Machuel, 1733, p. 117.

14 Daniel Hervé, La vie chrétienne de la vénérable soeur Marie de l’Incarnation, fondatrice des Carmélites en France, Paris, Gaspar Meturas, 1666, p. 4.

15 Léonard Chastenet, La vie de Mgr Alain de Solminihac, evesque baron et comte de Caors, et abbé régulier de Chancellade, Cahors, Jean Bonnet, 1663.

16 Éric Suire, op. cit., p. 80. Voir chap. II, « Qu’est-ce que la "Science des saints" ?, Providence et prédestination. »

17 Son père, conseiller au présidial appartient à une famille distinguée. Quant à sa mère, elle est issue de la famille de Brouillet, encore plus recommandable par sa piété et sa noblesse. Une fille entre au monastère de Saint-Étienne des Dames, un garçon chez les génovéfains, deux garçons, dont Jean-Baptiste, l’aîné, au chapitre cathédral de Reims.

18 Abbé de Belsunce, Abrégé de la vie de Mademoiselle Suzanne-Henriette de Foix de Candalle, princesse de La Teste de Buch, dame de Monpont... Agen, Gayau, 1707. Suzanne-Henriette de Foix-Candalle (1618-1706) était la fille de Gaston de Foix et de Charlotte de Caumont de Lauzun. Très dévote, elle fréquentait les pèlerinages aquitains de Verdelais et de Notre-Dame de Garaison. Elle applaudit à la Révocation de l’Édit de Nantes, mais se signala surtout par son immense charité en Périgord et en Limousin lors de la grande crise de subsitances de 1692-1694 ; « Elle fit de sa maison un hôpital général : le Périgord et le Limousin y venoient en foule pour recevoir ses aumônes. On y voyoit trois à quatre mille pauvres à la fois, tous affamés, la plupart malades et plusieurs mourants ». Le futur évêque de Marseille, Belsunce, présente Mademoielle de Foix comme l’exemple d’une personne du monde qui a réussi à mener une vie profondément chrétienne.

19 C’est-à-dire innocents.

20 Louis de La Rivière, op. cit., p. 16.

21 Ibid., p. 22.

22 Jean-Baptiste Blain, op. cit., p. 118.

23 Louis de La Rivière, op. cit., p. 15.

24 Gilbert Noiret, Abregé de la vie du B. Vincent de Paul, instituteur de la congrégation de la Mission et des Filles de Charité, Paris, Barois, 1729. Il était né en 1576, troisième de six enfants, de « parents peu accomodés ». En 1588, les cordeliers de Dax le prennent pour une modeste pension ; puis il entre comme précepteur des enfants d’un avocat de Dax, Mr de Commet l’aîné.

25 Louis de La Rivière, op. cit., p. 16.

26 Jean-François Jannart, Vie abrégée de la bienheureuse mère de Chantal, fondatrice de l’ordre de la Visitation, extraite de celle de Mr l’abbé de Marsolier, Paris, Babuty, 1752, p. 8.

27 Abbé de Choisy, La vie de Madame de Miramion, Paris, Antoire Dezallier, 1707.

28 Daniel Hervé, op. cit., p. 5.

29 Emmanuel de Rennes, op. cit., p. 84.

30 Pierre-François-Xavier de Charlevoix, La vie de la Mère Marie de l’Incarnation, Paris, Père G. Lemercier, 1735, ou Antoine-Claude Briasson, Paris, 1724, p. 6-7.

31 Jean Croiset, Abrégé de la vie de la soeur Marguerite-Marie Alacoque, religieuse de la Visitation de Sainte-Marie…, Toulouse, Pierre Salabert, 1699, p. 5.

32 Jean-Baptiste Blain, op. cit., p. l18.

33 Anne-Joseph de La Neuville, La vie de saint Jean François Regis de la Compagnie de Jésus, Paris, Hippolyte Guérin, 1737, p. 2.

34 Charles-Louis de Lantages, op. cit., p. 19. Au sortir de la messe, elle cherche une chaîne, « que la Providence lui fait rencontrer ». Elle ne la quittera que sur commandement exprès de son confesseur.

35 Jean Croiset, op. cit., p. 5.

36 Voir Raymond Darricau, Bernard Peyrous, Jean de Viguerie, Sainte Jeanne Delanoue, servante des pauvres, CLD, 1982.

37 Charles-Louis de Lantages, op. cit., p. 13.

38 Jean-François Senault, La vie de la mère Madeleine de Saint-Joseph, religieuse carmélite déchaussée, de la première règle selon la réforme de Sainte Thérèse, Paris, Pierre Le Petit, 1670, p. 26. Au carmel de Paris, la mère Madeleine sera bénéficiaire de nombreuses visions et apparitions. En juillet 1789, Pie VI a proclamé l’héroïcité de ses vertus. Voir Philippe Loupès, « Senales de Dios ? Las visiones y apariciones de la madre Magdalena de San José, hija espiritual de Bérulle », Camino de Santidad, siglos XVI-XX, Mexico, Centro de Estudios de Historia de Mexico Condumex, p. 203-220.

39 Jean Crasset, La vie de Madame Helyot, 2e éd. Paris, Étienne Michallet, 1683, p. 2. Apparentée à Guillaume Hérinx, évêque d’Ypres, Marie Hérinx (1644-1682) a été en partie élevée chez les clarisses. Après la perte de son fils unique âgé de quatre ans, elle se place sous la direction spirituelle du jésuite, le P. Crasset. Elle multiplie les mortifications, les oeuvres de charité et connaît des états mystiques.

40 Antoine Boscher, op. cit., p. 6.

41 Jean-Baptiste Blain, op. cit., p. 120.

42 Voir Philippe Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Ed. EHESS, 1985, IIIe partie, chap. I et VI.

43 J. MARCEL, La Vie du R.P. Cesar de Bus, Lyon, 1619, p. 4.

44 Antoine Boscher, op. cit., p. 8.

45 Jean-Michel Salmann, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), Paris, P.U.F., 1994.

46 Emmanuel de Rennes, op. cit., p. 90.

47 Louis de La Rivière, op. cit., p. 16.

48 Saint Philippe Néri (1515-1595), fondateur de l’Oratoire, développe une action apostolique, caractérisée par la sensibilité, le contact humain très poussé, voire l’humour et l’excentricité. Il a été canonisé en 1622.

49 Joris Karl Huysmans, La cathédrale, St-Cyr-sur-Loire, C. Pirot, 1986, p. 92-93. Édition originale en 1898.

© LARHRA, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search