Version classiqueVersion mobile

Enfance, assistance et religion

 | 
Olivier Christin
, 
Bernard Hours

L’enfance, temps délicat et changeant

Olivier Christin

Texte intégral

  • 1 « L’insertion sociale des enfants recueillis par la Charité de Lyon au XVIIIe siècle », in(...)

1L’un des apports de Jean-Pierre Gutton à l’historiographie de l’enfance ou de la vieillesse est d’avoir, avec d’autres mais aussi avec des accents et des perspectives qui lui sont propres1, rappelé qu’il ne peut y avoir de définition claire, générale et immuable de ce qu’est l’enfance ou la vieillesse à l’époque moderne et qu’il faut donc effectuer sans cesse sur la recherche historique un retour critique contre l’essentialisme. Des incertitudes qui entourent la définition de l’enfant et de l’enfance témoignent, on le sait, les dictionnaires de l’Ancien Régime qui peinent ou renoncent longtemps à donner de l’enfant ou de l’adolescent et plus encore de l’enfance ou de l’adolescence une délimitation claire.

  • 2 3 titres avant 1600 (dont deux fois Juan Luis Vivés), 56 avant 1700, 136 avant 1800.

2Le Thrésor de la langue française de Jean Nicot (1606) n’a pas vocation à entrer dans les explications détaillées et se borne à constater l’ambiguité des usages du français : enfance « vient de ce mot latin Infans. Mais le français dilate plus avant ce mot que le latin dont il le prend, car il l’usurpe aussi pour l’aage auquel parvenu le parler luy est aisé ». Pour Nicot, les usages sociaux de la langue défient l’étymologie et font parler ceux qui ne le devraient pas : la frontière entre le nourrisson et l’enfant, ou entre l’enfant et le jeune adulte, ne se dit pas dans une langue sûre d’elle-même. Le terme d’enfance reçoit moins d’éclaircissement encore, le Thrésor renvoyant simplement aux termes latins Infantia, Pueritia, Aetas Puerilis que l’on trouvait déjà dans le Dictionnaire latinogallicorum de Robert Estienne (1552). De même, un sondage, évidemment très imparfait, à partir du catalogue informatisé de la BNF montre que le terme enfance apparaît de manière révélatrice très rarement dans les titres d’ouvrages parus en français avant 16002.

3Le XVIIe et le XVIIIe siècles constituent bien ici une césure : non seulement le nombre de titres contenant les termes enfant ou enfance augmente sensiblement, mais les dictionnaires, ceux de l’Académie bien sûr, mais aussi celui de Jean-François Féraud, s’essayent à donner désormais des définitions en apparence plus fermes et à marquer les bornes qui délimitent le statut enfantin. L’édition de 1694 du Dictionnaire de l’Académie donne, à première vue, une définition claire : enfant « se dit encore d’un garçon ou d’une fille en bas âge et jusqu’à l’âge de 7 ou 8 ans », ce qui laisse en partie dans le vague le début de cet état et la différence qu’on pourrait éventuellement établir entre un nourrisson et un enfant. Mais la clarté n’est qu’apparente car plus haut, on trouve cette définition de l’enfance : « l’âge depuis la naissance jusqu’à douze ans ou environ ». Le hiatus entre les deux délimitations de l’enfance – 7/8 ans ou vers 12 ans – et les deux façons de désigner le moment où se fait le passage vers un autre statut est corrigé dans l’édition de 1762 : l’enfant est un garçon ou une fille « en bas âge et jusqu’à l’âge de 10 ou 12 ans ». Féraud se rallie, dans son Dictionnaire de 1787-1788, à cette échéance de « 12 ans ou environ ».

  • 3 Norbert Schindler, « Les gardiens du désordre. Rites culturels de la jeunesse à l’aube des (...)

4Cette indécision qui ne donne pas au temps de l’enfance un terme net, c’est-à-dire à la fois une fin et un mot, n’est en rien le propre de la France. Elle s’observe également dans l’Empire à l’époque moderne3 : l’enfance ne s’y voit assigner aucune borne précise qui marquerait le passage à l’état de jeune homme ou de jeune femme. Certes, la langue distingue Knabe (garçon, garçonnet), Kind (enfant), Saügling (nourrison), Jungling (jeune homme) ou Mädchen (jeune femme), mais les usages concrets de ces vocables, par exemple dans la traduction de la Bible de Martin Luther, ne dessinent pas véritablement une succession des âges : Luther traduit ainsi les expressions qui dans Genèse 24, 5, 8, 14 et 16 désignent l’épouse ou la jeune vierge invariablement par Mädchen, alors que la Vulgate dit d’abord mulier (5 et 8) puis puella. Même choix systématique pour Deutéronome 22, 26 et 32, 25 alors que la Vulgate utilise une fois encore des termes différents, puella puis uxor. Le lexique du nourrisson et du petit enfant paraît tout aussi incertain : là où la Vulgate parle de filius-filii, de iuvenisiuvenem et de lactens-lactentis, Luther traduit toujours par Saügling.

  • 4 Voir cependant l’article de Martin Scharfe, « Kinderheit à Dieu. Konfirmation als Kulturzä (...)
  • 5 Richard van Dülmen, Kultur und Alltag in der Frühen Neuzeit, t. 1, Das Haus und seine Mens (...)
  • 6 Je suis ici le livre de Philippe Braunstein, Un banquier mis à nu : autobiographie de Matt (...)
  • 7 Sur un exemple très particulier, les épitaphes d’Andreas Gryphius pour des enfants morts p (...)

5D’une manière générale, dans l’Empire, la frontière entre les âges s’avère donc indécise et changeante pour les contemporains : ce n’est ni la confirmation4, ni l’entrée dans une société de jeunesse ou dans une place d’apprenti, ni le fait d’être traité comme des adultes par les tribunaux qui suffisent à désigner le moment où l’enfant devient adolescent, jeune homme ou jeune femme. Comme en France, la fin de l’enfance n’est marquée par aucun jalon particulier ou par aucun rite de passage décisif, mais par une série de transformations biologiques, économiques, sociales, sexuelles qui sont perçues et sanctionnées de manière bien différente d’un milieu à un autre5. On peut en prendre pour exemple le regard que le banquier augsbourgeois Matthäus Schwartz, qui travaille pour Jacob Fugger, porte sur lui-même dans son autobiographie ou son magnifique livre de costumes. Les vignettes qui illustrent ce dernier livre ne marquent en effet aucunement la fin de l’enfance par un événement unique ou un brusque changement : ce n’est que petit à petit que Matthäus revêt les insignes et les accessoires qui le font entrer dans le monde des adultes (une dague à la ceinture à 14 ans, des éperons, un premier pourpoint de satin à 16 ans…) ; de même, à 14 ans, il dit jeter sa « sacoche d’écolier aux orties » et entrer « au service de (son) père », mais d’autres engagements, tout aussi importants pour scander la fin de l’enfance et de la « vie de garçon » comme il l’écrit, sont repoussés bien plus loin, à l’instar du mariage qui n’intervient qu’à 40 ans6. L’âge n’est pas seulement affaire de temps astronomique et mathématique, mais aussi d’expérience ; il n’a pas le même rythme pour tous et certains enfants sont, par leur naissance ou les péripéties de leur existence, affectés par un vieillissement plus rapide, par une maturité plus précoce7. L’enfance ne peut donc être bornée avec précision car elle ne s’arrête pas pour tous au même moment, avec la même brutalité.

  • 8 Peter Joerissen and Cornelia Will (dir.), Die Lebenstreppe. Bilder der menschlichen Lebens (...)
  • 9 Elisabeth Sears, The Ages of Man : Medieval interpretations of the Life Cycle, Princeton U (...)
  • 10 Eddy de Jongh et Ger Luitjen, Mirrors of Everday Life. Genreprints in the Netherlands 1550 (...)
  • 11 Voir Hugo Schmidt (dir.), Bilder-Katalog zu Max Geisberg Der Deutsche Einblatt-Holzschnitt(...)
  • 12 Dorothy Alexander et Walter L. Strauss, The German single-leaf woodcut : 1600- 1700 : a pi (...)
  • 13 Ibid, p. 622.
  • 14 Ibid, p. 684.
  • 15 Ibid, p. 67.
  • 16 Ibid, p. 492-493.

6Il existe pourtant des représentations, notamment figuratives, très précises de cet état d’enfant ou d’enfance qui semble déjouer toute définition : dans l’iconographie de l’enfance du Christ ou de la Vierge, dans le portrait de famille, dans l’iconographie funéraire ou les ouvrages d’édification évoquant, par exemple, l’organisation idéale de la vie de la famille chrétienne. Je voudrais n’en retenir ici qu’un seul exemple, à la fois varié et très répandu, l’escalier ou la pyramide des âges de la vie qui apparaît dans l’art des pays de langue allemande et aux Pays-Bas au cours du XVIe siècle pour connaître une grande diffusion à l’époque moderne8. Dès le XIIIe siècle, la division de la vie humaine en dix séquences de dix ans chacune y est en effet attestée ; elle est bientôt fixée et propagée par de nombreux textes, comme ce poème daté de 1482 qui déroule la litanie des âges : « 10 iar ein Kint, 20 iar ein Jüngling, 30 iar ein Man » (« 10 ans un enfant, 20 ans un jeune homme, 30 ans un homme »)9. À partir du XVIe siècle, ce découpage des différents états biologiques de l’homme et de la femme en dix décades trouve sa traduction visuelle, par exemple dans les images du Speculum vitae humanae per decem aetatis gradus inspirées par Maarten de Vos10. De telles figurations, qui prennent la forme d’un escalier à neuf marches (quatre montantes, une sommitale, quatre descendantes) sur lesquelles se tiennent des personnages isolés ou des couples aux différents âges de la vie, se rencontrent ainsi chez Jörg Breu le Jeune en 154011, qui semble bien être le premier à les utiliser, Marx Anton Hannas12, Johann Philipp Steudner13, Möritz Wellhöfer14, Abraham Bach15 ou, sous une forme légèrement différente chez Albrecht Schmid16. La plupart de ces feuilles sont en fait des variantes, comme on le voit à la grande proximité qui existe entre les réalisations de Bach, de Steudner et de Wellhöfer. Mais cette proximité, justement, montre bien que l’on est là en présence d’un langage commun du cycle de la vie et des âges, très répandu dans certains milieux.

  • 17 Pour la postérité de ce thème au XIXe siècle, voir C’est la vie, Léonard Foujita, mon inté (...)

7La gravure de Jörg Breu (ill.1), qui fixe en partie les règles iconographiques de cette représentation pour toute la période moderne, est celle qui emprunte le plus au vocabulaire monumental17 : les personnages symbolisant les dix âges de l’homme se tiennent sur un escalier ou sur des degrés surmontant une voûte cintrée. Sous celle-ci se déroule le Jugement Dernier et la Résurrection des morts, partagés entre les élus et les réprouvés. Saint-Jean Baptiste et la Vierge, à genoux, intercèdent auprès du Christ-Juge. Sur les degrés, les âges de la vie sont comme des statues monumentales, vues par un observateur qui serait placé en contrebas. En partant de la gauche, avec le très jeune enfant, on gravit les degrés qui conduisent au milieu de la vie et, significativement, au triomphe de la mort, juste à l’aplomb du Christ-Juge de la scène inférieure. Redescendre les degrés vers la droite, c’est passer petit à petit des hommes mûrs aux vieux sages barbus et de ceux-là au vieillard devenu compagnon de jeu pour un petit enfant. Dans la scène du Jugement, les élus se dirigent bien vers la gauche, vers la jeunesse et la force, les réprouvés vers la vieillesse et la mort. Sous chaque personnage, se trouve, dans une niche, un animal : de la gauche vers la droite, de l’enfance vers la vieillesse on voit donc le bouc, le taureau, le cheval, le lion, le renard, le loup, le chien, un félin qui doit être sans doute un léopard et enfin un âne.

8La gravure du luthérien Abraham Bach (ill.2), actif à Augsbourg dans la première moitié du XVIIe siècle, recourt à une grammaire visuelle proche de celle de Jörg Breu, tout en introduisant des éléments que l’on ne trouvaient pas chez ce dernier : les personnages monumentaux ont fait place à des couples, toujours assortis en âge ; les animaux ont été remplacés par une brève légende, qui indique l’âge des protagonistes ; le Jugement Dernier a disparu au profit d’une scène d’inhumation et, dans le ciel, de deux manifestations allégoriques de la présence divine, la main qui conserve tout et l’œil qui voit tout. Des degrés supplémentaires ont été ajoutés, qui permettent à Bach de figurer les nourrissons, les petits enfants qui ne sont pas encore en âge de marcher et, de l’autre côté, des mourants : ces étapes, qui ouvrent et achèvent le cycle de la vie que représente la pyramide, se retrouvent chez Steudner ou Hannas.

III. 1 Gravure du luthérien Abraham Bach

III. 1 Gravure du luthérien Abraham Bach

III. 2 Gravure de Jörg Breu

III. 2 Gravure de Jörg Breu

9En raison de leurs différences et leurs variations autour d’un même thème ou d’une même iconographie, ces gravures appellent trois séries d’observations.

10La première tient à la composition même de ces images ou, plus exactement, à leur utilisation suggestive d’une architecture fictive qui n’est ni celle d’un escalier ou d’un arc triomphal, mais plutôt celle d’un pont ou d’une passerelle qui conduirait d’un bord à l’autre de la vie, enjamberait le mince ruisseau de l’existence. Il s’agit évidemment d’un choix rhétorique, inspiré par la longue tradition littéraire et artistique des vies moralisées et par le souci de rappeler au spectateur le caractère éphémère du passage de l’homme sur terre et la fragilité des succès qu’il peut y connaître : en cela la pyramide reprend en partie l’imaginaire des âges qui s’exprimait au Moyen Âge dans les roues de la Fortune. Ce choix permet donc à ces images de l’époque moderne de renouer avec les figures classiques de l’ascension et du déclin, de la grandeur et de la déchéance, de l’écoulement inéluctable du temps avec la course du soleil qui monte et descend dans le ciel, et il confère par là une réelle efficacité aux gravures. Si Jörg Breu se contente de suggérer l’opposition entre le jour de la jeunesse et le ciel obscurci de la vieillesse à droite, les autres artistes poussent plus loin les allusions qui replacent l’éphémère vie de l’homme dans un cycle du temps que seul le Jugement Dernier viendra arrêter : arbre vert et arbre mort, chouette qui symbolise l’aveuglement et la solitude… L’organisation des degrés n’a donc rien de réaliste : elle dit ni la longueur espérée de la vie humaine au XVIe ou au XVIIe siècle, ni même la façon dont s’organisent les classes d’âge. Elle est rhétorique, articulée à l’idée d’un siècle découpé en décades toutes égales et toutes comparables. Elle fait pourtant elle aussi de la cinquantaine le pivot de l’existence, à l’instar de ce qu’un témoignage autobiographique moins dépendant de contraintes formelles comme le Livre de costumes de Matthäus Schwartz évoquait : à quarante ans, Matthäus se marie, renonce à sa vie de garçon, et peu à peu il commence à arborer plus ostensiblement les signes de la réussite sociale et de la reconnaissance publique (armures, manteaux fourrés, écu…).

  • 18 Walter L. Strauss, The German single-leaf woodcut, p. 794.

11C’est ici qu’il faut faire une seconde observation sur ces gravures et sur leur vocabulaire symbolique particulier. L’association à chaque âge d’un physique, d’une apparence corporelle, d’un qualificatif, d’un animal, mais aussi d’une activité ou d’un symbole de statut social, par exemple par le jeu du vêtement, mérite en effet d’être relevée. Dans la gravure d’Abraham Bach, on lit ainsi qu’à dix ans on est « un enfant » (ein Kind), à 20 ans « un jeune homme » (ein Jüngling), à 30 ans « un homme » (ein Mann) et « un homme fait » ou « accompli » (wohlgethan) à 40 ans. Ces qualifications idéalisées se retrouvent exactement chez Wellhöfer, Hannas et Steudner, comme si le fait que les degrés portent ou non des femmes était indifférent : seul l’homme donne sa qualité à l’âge qu’il symbolise. Mais dans des vignettes anonymes consacrées aux dix âges de l’homme et de la femme publiées par Alexander et Strauss18, l’évolution dans la vie des deux sexes est décrite en des termes différents. Les termes employés pour l’homme y sont ceux que l’on trouvent chez Bach, mais la femme fait l’objet d’un autre lexique : à dix ans, elle est « enfantine et petite », « jeune fille » à 20, « femme » à 30, « maîtresse de maison » à 40.

  • 19 H. Wanders, « Das springende Böckchen : zum Tierbild in der dekadischen Lebensalter », in (...)

12L’association entre les animaux et les âges est plus complexe encore, des variantes pouvant apparaître entre les différentes gravures, comme chez Hannas, par exemple, qui substitue le singe au bouc pour accompagner l’enfant de dix ans. Les identités animales attribuées aux protagonistes de ce théâtre de la vie que constituent les pyramides, développent ainsi un discours ingénieux qui combine le vocabulaire traditionnel des vices et des vertus et celui des emblèmes et du langage symbolique de l’héraldique pour dessiner des comportements et des humeurs idéal-typiques : l’homme de 30 ans a l’ardeur d’un bœuf au travail, celui de 40 ans a le courage d’un lion, tandis que celui de 50 ans se montre rusé comme le renard. Avec la vieillesse, lorsque les degrés de l’arche de la vie commencent inexorablement à descendre vers la tombe, viennent les animaux aux connotations moins élogieuses : le loup et sa convoitise cruelle, le léopard plein de rage et de colère, l’âne lent et sot…19

  • 20 The German single-leaf woodcut, p. 1036 sq.

13Dans cette architecture imaginaire des âges de la vie, la place de l’enfant paraît singulièrement étriquée et comme rendue impossible justement par le décompte décennaire adopté : soit il n’y a rien à voir et à dire, puisque l’enfant n’est pas encore né, soit l’enfant a déjà 10 ans et il ne peut prétendre occuper qu’une seule marche. Jörg Breu, Tobias Stimmer dans sa propre série sur les âges de la femme20 ou l’artiste anonyme déjà cité ne réservent donc à l’enfance qu’une seule vignette : une attention chichement mesurée qui témoigne, à elle seule, de la difficulté que les contemporains pouvaient éprouver à penser ce temps délicat et changeant, ce début de la vie très bref mais dont on ne savait pourtant pas dire où se situait le terme. Mais Bach, Hannas, Steudner et Wollhöffer ajoutent, au pied de l’architecture imaginaire proprement dite, des scènes supplémentaires. On y voit des nourrissons emmaillotés, des berceaux et des abécédaires, des enfants dans une sorte de youpala ou de cadre en bois destiné à les aider à marcher : ces gravures donnent à la représentation de l’enfance une précision plus grande avec la multiplication des indices concernant le ou les jeux, l’apprentissage de la marche, l’acquisition du langage. Ces jeux pourtant, loin de dessiner une enfance qui serait la même pour tous, de donner une description dans laquelle chacun pourrait reconnaître sa propre vie et celle de sa progéniture, s’avèrent redoubler le discours moral et social particulier des images.

  • 21 Pour s’en convaincre, on peut comparer ces gravures avec le livre des états publié par Jos (...)

14La troisième observation qu’appellent ces images concerne donc la division sociale et sexuelle du monde qu’elles offrent en modèles et perpétuent. Non seulement les vêtements, les coiffes et les chapeaux, les objets désignent sans la moindre hésitation comme incarnation idéalisée des différents âges de la vie les membres du patriciat urbain21, mais le partage des tâches entre les étapes de la vie et entre les sexes est vigoureusement établi. Si les hommes se voient majoritairement assigner une activité militaire ou commerciale, des plaisirs de plein air, le cerceau, la chasse, l’équitation, comme dans les vignettes de l’artiste anonyme mentionné plus haut, les femmes sont plus souvent conviées à des jeux et des activités de type domestique : les petites filles jouent à la poupée dans la maison et non dehors ; elles s’adonnent ensuite à la musique. À 40 ans, elles ont donc toutes les dispositions pour être la « maîtresse de maison » qu’elles étaient destinées à devenir. Sans se donner explicitement pour un discours moral ou pour des injonctions sociales, ces pyramides augsbourgeoises du XVIIe siècle constituent bien la mise en image d’une vision particulière du monde adossée à l’idée de devoirs d’état, du travail (pour les hommes) ou de la vie domestique (pour les femmes), du mariage aussi, comme autant de vocations.

15Ces images ne peuvent donc être interprétées comme des représentations réalistes de la vie ou des occupations humaines : elles sont bien davantage des variations sur le thème du Memento Mori et sur les Haustafeln luthériennes, modulées pour s’adresser à un public bien précis capable d’en apprécier les allusions et d’en partager les principes. Œuvres d’artistes augsbourgeois pour l’essentiel, elles mettent en scène pour elle-même la bourgeoisie urbaine. Elles en reprennent, sur un mode amusant et pourtant moralisateur, qui mêle à la fois distraction et injonctions, les manières et les plaisirs, les activités, les goûts et les façons de se représenter le monde.

16On comprend alors la vision particulière de l’enfance que donnent ces images qui s’adressaient à ceux qu’elles représentaient : l’enfance, préservée de la faim et de la nécessité de travailler pour subvenir aux besoins de la famille, est ici le temps du jeu et de l’apprentissage, le temps de l’intériorisation des principes de partage des rôles entre les hommes et les femmes, davantage tournées vers le foyer et ses occupations quotidiennes, le temps de l’acquisition des savoirs et des savoirs faire qui assureront aux descendants des honorables notables qui peuplent les gradins, leur place dans la succession des générations et dans la société.

Notes

1 « L’insertion sociale des enfants recueillis par la Charité de Lyon au XVIIIe siècle », in Jean-Pierre Bardet et alii, Lorsque l’enfant grandit. Entre dépendance et autonomie, Paris, 2003, p. 929-939.

2 3 titres avant 1600 (dont deux fois Juan Luis Vivés), 56 avant 1700, 136 avant 1800.

3 Norbert Schindler, « Les gardiens du désordre. Rites culturels de la jeunesse à l’aube des Temps modernes », in Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt (dir.), Histoire des jeunes en Occident, T.1, De l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, Seuil, 1994, notamment p. 280-284.

4 Voir cependant l’article de Martin Scharfe, « Kinderheit à Dieu. Konfirmation als Kulturzäzur im Lebenslauf », in Konrad Köstlin (dir.), Kinderkultur, Brême, 1987, p. 171-182, qui insiste sur l’importance de cette étape dans le monde protestant.

5 Richard van Dülmen, Kultur und Alltag in der Frühen Neuzeit, t. 1, Das Haus und seine Menschen, C. H. Beck, Münich, 1990, p. 121 sq.

6 Je suis ici le livre de Philippe Braunstein, Un banquier mis à nu : autobiographie de Matthäus Schwartz, bourgeois d’Augsbourg, Paris, Gallimard, 1992.

7 Sur un exemple très particulier, les épitaphes d’Andreas Gryphius pour des enfants morts prématurément, voir Antje et Mathias Ernst, « Ich habe diese Welt beschawt und bald gesegnet : Weil mir auff einen Tag all Angst der Welt begegnet. Kriegserfahrungen im Spiegel von Andreas Gryphius’Grabschrift für seine Nichte », in Benigna von Krusenstjern et Hans Medick (dir.), Zwischen Alltag und Katastrophe : der Dreisigjährige Krieg aus der Nähe, Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen, 1999, p. 497- 506.

8 Peter Joerissen and Cornelia Will (dir.), Die Lebenstreppe. Bilder der menschlichen Lebensalter, Cleves, Städischen Museum Haus Koekkoek, Cologne-Bonn, 1983-1984.

9 Elisabeth Sears, The Ages of Man : Medieval interpretations of the Life Cycle, Princeton University Press, 1986, p. 153 sq.

10 Eddy de Jongh et Ger Luitjen, Mirrors of Everday Life. Genreprints in the Netherlands 1550-1700, trad. anglaise, Rijksmuseum, 1997, p. 90-94.

11 Voir Hugo Schmidt (dir.), Bilder-Katalog zu Max Geisberg Der Deutsche Einblatt-Holzschnitt, Munich, 1930 et surtout Max Geisberg, The German single-leaf woodcut : 1500-1550, ed. Walter L. Strauss, New York, Hacker art books, 1974, p. 371.

12 Dorothy Alexander et Walter L. Strauss, The German single-leaf woodcut : 1600- 1700 : a pictorial catalogue, New York, Albaris Books, 1977, p. 217.

13 Ibid, p. 622.

14 Ibid, p. 684.

15 Ibid, p. 67.

16 Ibid, p. 492-493.

17 Pour la postérité de ce thème au XIXe siècle, voir C’est la vie, Léonard Foujita, mon intérieur I et II, Catalogue de l’exposition du Musée d’Epinal, 2005.

18 Walter L. Strauss, The German single-leaf woodcut, p. 794.

19 H. Wanders, « Das springende Böckchen : zum Tierbild in der dekadischen Lebensalter », in Peter Joerissen and Cornelia Will (dir.), Die Lebenstreppe, p. 61-72.

20 The German single-leaf woodcut, p. 1036 sq.

21 Pour s’en convaincre, on peut comparer ces gravures avec le livre des états publié par Jost Amman dans le dernier tiers du XVIe siècle et avec son Gynaeceum, sive theatrum mulierum (avec des textes de François Modius de Bruges).

Table des illustrations

Titre III. 1 Gravure du luthérien Abraham Bach
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre III. 2 Gravure de Jörg Breu
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/1143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search