Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Cultures

De la voix au texte écrit

À propos de l’histoire de l’environnement sonore à l’époque moderne

Note de l’éditeur

Article initialement publié sous le titre « De la voz al testo escrito. A propósito de la historia del entorno sonoro en la época moderna », Historias (Mexico), 52, mai-août 2002, p. 17-23.

Texte intégral

  • 1 A. Corbin, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture dans les campagnes au XIXe siècle, Pa (...)
  • 2 J. Perriault, La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer, Paris, 1989.
  • 3 J. R. Julien, Musique et publicité. Du cri de Paris... aux messages publicitaires radiophoniques et (...)

1Les progrès de l’histoire de la civilisation matérielle, que ce soit celle du logement ou celle de la rue, ont suscité des recherches sur celle de l’environnement sonore1. Ces dernières sont évidemment rendues difficiles par l’absence d’enregistrement jusqu’à une date assez proche de nous. Le principe d’un phonographe est présenté, en 1877, à l’Académie des Sciences par Charles Cros (1842-1888), savant, poète et humaniste. L’appareil sera constitué d’un récepteur, d’un enregistreur et d’un reproducteur des sons ou de la voix. Charles Cros ne parvint pas à réaliser son « paléophone » et c’est Edison qui fait mettre en vente, dès 1878, les premiers phonographes qui enregistrent sur des rouleaux de cire durcie et restituent les sons en captant les vibrations du récepteur. Ces appareils, qui ont donc deux fonctions, sont toutefois essentiellement utilisés pour écouter des chansons et, une dizaine d’années après leur apparition, les modèles courants qui sont vendus n’ont plus que la fonction de reproduction2. L’intérêt pour la conservation des enregistrements sera d’ailleurs assez long à s’imposer. En 1911, le grand linguiste Ferdinand Brunot crée les Archives de la parole et fait enregistrer des poètes (Apollinaire notamment), des acteurs, des orateurs, les bruits de la foule, les cris des bouviers ou des animaux... Pour les années qui précèdent les années 1900, il faut donc pallier l’absence d’enregistrements par une documentation écrite très diverse (mémoires, archives judiciaires...) qui pose toujours la redoutable question du passage de la voix au texte. Le domaine est très vaste, comportant par exemple l’analyse des cris des marchands recueillis et utilisés par les musiciens3. On se limitera ici à quelques remarques à propos de textes littéraires de l’époque moderne.

  • 4 M. Fleury et P. Valmary, « Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III, d’ (...)
  • 5 19 mars - 2 juillet 2000. Catalogue Eustache Le Sueur, Paris, R. M. N., 2000.
  • 6 Paris, 2e édition, 1683. Le sous-titre déclare que le manuel est à « l’usage des théologiens, juris (...)
  • 7 P. Zoberman, Les cérémonies de la parole. L’éloquence d’apparat en France dans le dernier quart du (...)
  • 8 A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie. La mort. La foi, Paris, 1981, T. 2, p. 982 sq (...)

2Quelques constatations s’imposent d’abord. L’époque moderne baigne dans une civilisation essentiellement orale : à la veille de la Révolution, selon l’enquête du recteur Maggiolo, 47 % des seuls Français savent signer leur nom au bas d’un acte de mariage4 ; on s’exprime souvent dans des langues qui ne s’écrivent pas ; la nuit est peu ou pas éclairée ce qui ne peut que privilégier l’usage de l’ouïe. Dans ces conditions, la mémoire est sollicitée et développée, comme les historiens des missions intérieures l’ont fréquemment relevé. Mais en même temps, les procédés sténographiques, qui remontent à l’Antiquité, sont tout à fait utilisés par des auditeurs de sermons et, parfois, de représentations théâtrales. Une récente exposition consacrée, par le musée de Grenoble, à Eustache Le Sueur5 a montré plusieurs tableaux représentant des prédications et comportant dans un coin du tableau un scribe prenant des notes (Saint Bruno assistant au sermon de Raymond Diocrès. La prédication de saint Paul à Ephèse). On parle de tachygraphe pour un tel scribe, ou de reportateur. Il existe des manuels, ainsi celui de Ch.A.L. Ramsay, Tachéographie ou l’art d’écrire aussi vite qu’on parle6. Ces pratiques font que, dans certains cas, on connaît un texte littéraire à la fois par une édition directement issue de l’audition et par une édition préparée et revue par l’auteur. Bien entendu, ces opportunités ne résolvent pas toutes les difficultés liées au passage de la voix au texte ! Il reste toujours à tenter de reconstituer l’atmosphère qui a entouré l’audition. On sait par exemple que les discours prononcés dans les grandes cérémonies monarchiques ou municipales sont, au fur et à mesure que l’on avance dans l’ancien régime, emplis de soumission et que les railleries, ou simplement les interpellations, en sont bannies, tôt à Paris, un peu plus tard en province. Un idéal classique de la parole d’apparat s’est mis en place7. Il y a une solennité qui fait que le texte lu est très proche, dans ce cas, du texte imprimé plus tard. Mais il demeure les applaudissements, les exclamations approbatives, les silences qui peuvent faire suite à des pauses, à des gestes de l’orateur. Toutes ces réactions de l’auditoire ne peuvent être connues que par des relations contemporaines, par la presse, le Mercure galant notamment. De même, pour une oraison funèbre, il faut, pour appréhender quelque peu l’environnement sonore, avoir recours aux récits de funérailles. Ce sont eux qui permettent d’entendre le bruit de fond de la cérémonie, à l’extérieur comme à l’intérieur. Le cas breton a été bien étudié8. De l’extérieur, c’est le son des cloches qui parvient. Certaines sont réservées à l’annonce des sépultures et les glas sont proportionnés à la qualité des défunts. Certaines indications reconstituent l’atmosphère : « sonnera a ung son lugubre », sonnera « sans discontinuation ». À l’intérieur, la composante sonore dépend du nombre de choristes et de musiciens, mais aussi de la « confusion du peuple » qui est parfois telle qu’il faut prévoir gardes et palissades. À Nantes, un service célébré à la mémoire de Mazarin ne permet guère d’entendre l’oraison à plus de quelques pas de la chaire « à cause de la grande confusion du peuple et du grand bruit ».

  • 9 N. Bériou, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, Paris, 199 (...)
  • 10 Sermons choisis de Bossuet, p. p. Ch. Urbain, Paris, 1900 p. 462 sq. Œuvres oratoires de Bossuet, p (...)
  • 11 La Bruyère, Caractères, chap. « De la chaire ».
  • 12 Madame de Sévigné, Correspondance, p. p. R. Duchêne, Paris, 1978, t. III, p. 290 - 293 et 1289 - 12 (...)

3Ces réserves nécessaires étant faites, il faut dire que l’examen des différentes versions de textes est une piste féconde pour l’historien de l’environnement sonore. En ce qui concerne les prédications, l’analyse des rapports entre la voix et le texte a été conduit avec bonheur, pour le Moyen Age, par Nicole Bériou9. Un travail comparable est certainement possible pour les orateurs sacrés de l’époque moderne. On possède des versions sensiblement différentes des sermons de Bossuet par exemple. Tel est le cas pour l’oraison funèbre d’Henriette d’Angleterre. Il y a aussi trois versions du sermon qu’il prêcha pour la profession de foi de Mademoiselle de La Vallière10. Faut-il y voir la conséquence d’une mauvaise acoustique ? le souci de l’auteur de reprendre le texte ? la volonté, même avec un texte soigneusement préparé, de l’adapter à l’auditoire ? Dans les trois cas, la comparaison des textes peut donner des indications sur le contexte sonore du sermon prononcé. La Bruyère loue l’importance de l’« action » dans une oraison et écrit : « Quel avantage n’a pas un discours prononcé, sur un ouvrage qui est écrit ! »11 Cette « action » qui anime l’orateur, on la perçoit par exemple à propos de l’oraison que Bourdaloue prononce à l’occasion de l’inhumation du cœur de Condé. Dans une lettre du 25 avril 1687 adressée à Bussy-Rabutin, Madame de Sévigné donne avec une grande fidélité le plan et le contenu de la prédication. Ce faisant, elle fait preuve d’une excellente mémoire ce qui n’étonne guère dans cette civilisation encore si profondément orale. Elle rapporte même une précision : Bourdaloue a fait allusion à l’épisode du passage du Rhin au gué de Talhuis. Or l’oraison, telle qu’elle est imprimée en août 1687 seulement, ne mentionne pas cet événement12.

  • 13 R. Mortier, « Le discours de Mirabeau sur la « contribution du quart » a-t-il été récrit ? », Studi (...)
  • 14 Paris, 1825, T. VII, p. 296 à 301.

4Ce type de recherche ne doit pas être limité à l’éloquence sacrée. Les discours imprimés peuvent être comparés à l’écho qu’en donnent les journaux. Le travail est donc possible à partir du XVIIe siècle et, plus encore, du XVIIIe siècle. Avec la Révolution, le chantier devient immense, à l’échelle de la naissance des débats parlementaires et de la multiplication des titres de presse. Un bon exemple de ce que l’on peut faire en ce domaine est donné par l’analyse d’un discours fameux de Mirabeau13. Le 26 septembre 1789, à l’Assemblée nationale, Mirabeau défend un projet d’emprunt imaginé par Necker et qui prévoit un « secours » extraordinaire du quart des revenus de chaque citoyen. On lit, dans le texte imprimé des Œuvres de Mirabeau14, la réponse, au début du discours, à un contradicteur anonyme :

« Avons-nous un plan à substituer à celui qu’il nous propose ? Oui, a crié quelqu’un dans l’assemblée. Je conjure celui qui répond oui de considérer que son plan n’est pas connu, qu’il faut du temps pour le développer, l’examiner, le démontrer ; que, fût-il immédiatement soumis à notre délibération, son auteur a pu se tromper ; que, fût-il exempt de toute erreur, on peut croire qu’il s’est trompé ; que, quand tout le monde a tort, tout le monde a raison ; qu’il se pourrait donc que l’auteur de cet autre projet, même en ayant raison, eût tort contre tout le monde, puisque, sans l’assentiment de l’opinion, le plus grand talent ne saurait triompher des circonstances...[points de suspension dans le texte imprimé]. Et moi aussi je ne crois pas les moyens de M. Necker les meilleurs possibles, ... »

Cette réfutation si savamment graduée correspond parfaitement à la confutatio préconisée par Cicéron, Quintilien et beaucoup d’autres dans l’art de la réthorique. Or une feuille bien informée, le Journal Encyclopédique, dans son numéro du 1er novembre 1789, offre à ses lecteurs un long compte rendu du discours du 26 septembre. La substance du texte correspond à celle du discours imprimé dans les Œuvres de Mirabeau. Mais l’épisode de la contradiction est rapporté à la fin et donne l’image d’un opposant figé dans son refus et dans son silence.

« Non, jamais en France l’éloquence du moment, jamais l’éloquence improvisée ne s’est élevée à cette hauteur, et n’a exercé une telle puissance sur des milliers d’âmes remplies d’opinions et de passions contraires. Un seul député s’est levé, et a dit : « Je demande à répondre à M. de Mirabeau », mais il est resté le bras tendu, immobile et muet, comme si son entreprise l’avoit glacé d’épouvante. Tous les autres n’ont interrompu leurs applaudissements que pour demander qu’on allât aux voix, et le décret qui a adopté tout le plan de M. Necker a passé à la majorité de 473 voix contre 151 ou 152 ».

Mirabeau n’a donc pas à répondre à son contradicteur et, dans le récit du Journal encyclopédique, on entend et on voit le triomphe de sa voix et de sa présence physique. La confutatio des Œuvres est sans doute écrite après coup, souvenir des humanités gréco-latines.

  • 15 P. Zumthor, La poésie et la voix dans la poésie médiévale, Paris, 1984. Charles le Chauve, Paris, 1 (...)

5La recherche des rapports entre la voix et le texte dans les œuvres littéraires fut également d’abord le fait des médiévistes. P. Zumthor a insisté sur l’osmose des formes d’un texte avec les formes de son interprétation orale, de sa récitation. La poésie médiévale est faite pour être aussi lue à haute voix et cette interprétation publique est partiellement accessible par l’étude des formes des textes. Il a montré que, vers 860, naît une poésie qui doit à la fois à la tradition monastique et à des racines plongeant dans un folklore de chansons populaires. Dans ce dernier domaine, il donne l’exemple de chants bachiques ou satiriques dont la forme diffère des modèles scolaires, particulièrement dans leur accentuation. Tel quatrain est composé de deux groupes de vers, de quatre puis sept syllabes, régulièrement accentués sur les quatrième, cinquième, septième et neuvième syllabes. Ce rythme très scandé évoque une marche, un claquement de mains ou une gesticulation mimique15.

  • 16 D. Bougé-Grandon, « Le texte entre la voix et le livre aux XVIe et XVIIe siècles », Le Porte-Feuill (...)
  • 17 W. W. Harris, Ancient Literacy, Cambridge et Londres, 1989.
  • 18 L’École des maris, jouée pour la première fois le 24 juin 1661, reçoit un privilège dès le 9 juille (...)

6Pour l’époque moderne, ce sont essentiellement, pour la France, les travaux de Roger Chartier qui se sont intéressés à ces questions16. Ils croisent l’apport d’une histoire littéraire qui décrypte le fonctionnement du discours, de celle de l’histoire du livre soucieuse, entre autres préoccupations, de la circulation et de la réception du texte et de celle de l’histoire des publics, lecteurs ou spectateurs. À partir de là, plusieurs catégories de recherches sont possibles. Il s’agit d’étudier les descriptions de pratiques d’oralité. Mais aussi de rechercher les indices d’oralité et, notamment, les signes qui renseignent sur l’intervention de la voix humaine, telle la référence à un air connu. Enfin, et peut-être surtout, il faut repérer dans le texte imprimé des indices permettant de supposer une lecture à haute voix. Les signes de ponctuation peuvent à cet égard être précieux, à condition de savoir qui a surveillé la ponctuation : compositeur, ou correcteur, ou auteur. Cette recherche est donc inséparable d’une histoire de la lecture. Les évolutions en ce domaine ont été fortes. Même si la lecture silencieuse est connue dès l’Antiquité, ce n’est qu’au XIIe siècle qu’elle remplace dans les universités la lecture orale et, pour les élites urbaines il faudra attendre deux siècles encore. Il y eut longtemps un lien entre texte et voix, lecture, déclamation et écoute17. Et à l’époque moderne, la lecture orale a survécu, ciment d’une sociabilité familiale, de sociétés savantes aussi. Au XVIIIe siècle, la pratique recule peut-être parce qu’une lecture « extensive » (multiplication de textes lus) remplace une lecture « intensive » (lecture d’un corpus limité de textes lus ou entendus et mémorisés). Certains auteurs suivent de très près la fabrication de leurs livres. D’autres, comme Molière, ne font une publication que tardivement, de peur de priver de public les représentations, et aussi parce qu’ils estiment que leur texte est d’abord destiné à être mis en scène18. Mais lorsqu’une édition « surprise », c’est à dire non voulue par l’auteur, est imprimée, ils doivent se résigner à en préparer une, officielle celle-ci. Roger Chartier a particulièrement analysé la fortune du texte de Georges Dandin, ou le mari confondu, comédie en trois actes. La comédie est d’abord représentée dans les jardins de Versailles, lors d’une fête de la Cour qui célèbre les triomphes du Roi et les fastes de la Nature, le 18 juillet 1668. Molière et sa troupe reprennent la pièce à Paris à l’automne suivant. C’est à ce moment que les éditions, contrefaites ou autorisées, se multiplient. Il existe notamment une édition sans privilège, sans mention d’imprimeur, sous le simple titre de Georges Dandin. C’est une édition contrefaite qui multiplie oublis, substitutions et confusions par rapport à l’édition officielle. Le texte, qui comporte beaucoup de ponctuation, est manifestement écouté lors d’une représentation et transcrit. Des mots populaires ou grossiers y sont présents. Clitandre, amant d’Angélique, y est nommé Clystère. La contrefaçon n’est pas une contrefaçon de l’édition officielle, mais une contrefaçon réalisée à partir d’une représentation sans doute plus proche de la farce que de la comédie. On y perçoit même les erreurs d’écoute.

7Ce type de recherche ne permet certes pas de reconstituer un paysage sonore. Il réalise cependant une approche qui n’est pas négligeable. L’historien est habitué à travailler sur des documents indirects qui l’obligent à inventer des méthodes dans tous les domaines. L’histoire de l’environnement sonore n’est pas beaucoup plus redoutable que d’autres pour la recherche historique. Et même pourvu de documents en apparence plus simples à utiliser, l’historien demeure souvent mal armé. Les enregistrements sont repris en studios. L’exécution d’une œuvre musicale ancienne s’appuie sur des notes. Mais les voix ont peut-être changé, en fonction d’une éducation musicale différente par exemple. Les instruments ne sont plus les mêmes ; les techniques relatives à la position de l’instrument, au doigté... aussi. L’historien d’art aussi ne retrouve pas les couleurs telles que le peintre les a voulues. Plusieurs tableaux de Vincent Van Gogh ont subi de graves altérations. Particulièrement l’un des plus célèbres, L’église d’Auvers, réalisé en 1890 lors de la convalescence chez le docteur Gachet. L’éosine, nouveau pigment de synthèse qui apparaît alors sur le marché, n’a pas supporté la lumière du jour. Le sable « ensoleillé rose » de l’avant plan de l’église est aujourd’hui réduit à de petites touches pointillistes, blanches et marrons. L’historien recrée toujours l’histoire avec ce qu’elle lui a laissé. C’est son métier et sa fierté.

Notes

1 A. Corbin, Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, 1994. J. P. Gutton, Bruits et sons dans notre histoire. Essai sur la reconstitution du paysage sonore, Paris, 2000.

2 J. Perriault, La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer, Paris, 1989.

3 J. R. Julien, Musique et publicité. Du cri de Paris... aux messages publicitaires radiophoniques et télévisés, Paris, 1989.

4 M. Fleury et P. Valmary, « Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III, d’après l’enquête de Louis Maggiolo (1877-1879) », Population, 1957, n° l, p. 71 à 92.

5 19 mars - 2 juillet 2000. Catalogue Eustache Le Sueur, Paris, R. M. N., 2000.

6 Paris, 2e édition, 1683. Le sous-titre déclare que le manuel est à « l’usage des théologiens, jurisconsultes, gens qui font profession des lettres, médecins, étudiants, et de tous ceux qui font des recueils de sermons et autres pièces d’éloquence ».

7 P. Zoberman, Les cérémonies de la parole. L’éloquence d’apparat en France dans le dernier quart du XVIIe siècle, Paris, 1998.

8 A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie. La mort. La foi, Paris, 1981, T. 2, p. 982 sqq.

9 N. Bériou, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, Paris, 1998, 2 vol.

10 Sermons choisis de Bossuet, p. p. Ch. Urbain, Paris, 1900 p. 462 sq. Œuvres oratoires de Bossuet, p. p. J. Lebarq, éd. revue par Ch. Urbain et E. Levesque, Paris, 1926, T. VI, p. 33.

11 La Bruyère, Caractères, chap. « De la chaire ».

12 Madame de Sévigné, Correspondance, p. p. R. Duchêne, Paris, 1978, t. III, p. 290 - 293 et 1289 - 1290.

13 R. Mortier, « Le discours de Mirabeau sur la « contribution du quart » a-t-il été récrit ? », Studies in the French Eighteenth Century presented to John Lough, Durham, 1978, p. 123 à 127.

14 Paris, 1825, T. VII, p. 296 à 301.

15 P. Zumthor, La poésie et la voix dans la poésie médiévale, Paris, 1984. Charles le Chauve, Paris, 1957, p. 179.

16 D. Bougé-Grandon, « Le texte entre la voix et le livre aux XVIe et XVIIe siècles », Le Porte-Feuille lyonnais ou Bigarrures provinciales, n° 2, 1997, p. 6 donne une intéressante présentation.

17 W. W. Harris, Ancient Literacy, Cambridge et Londres, 1989.

18 L’École des maris, jouée pour la première fois le 24 juin 1661, reçoit un privilège dès le 9 juillet car, pour d’autres pièces, des « particuliers les ont fait imprimer, vendre et débiter en vertu de lettres de privilèges qu’ils auroient surprises »

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search