Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Cultures

Le peuple a-t-il droit à la chaleur ?

Le cas de Lyon au xviiie sièclei

Texte intégral

  • i Ph. Guignet (s.l.n.d.), Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge – 1945), (...)

1L’étude du chauffage des demeures au XVIIIe siècle utilise largement les renseignements contenus dans les inventaires après décès. On y relève, et on y compte, les pièces possédant un appareil de chauffage, les objets servant au chauffage (chenets, pelles, pinces...), les chauffages d’appoint, tels que réchauds, potagers, chauffe-lits, chaufferettes. Il est également possible de déterminer quelles sont les réserves de combustible et les isolations éventuelles, particulièrement les tapisseries. On peut encore comptabiliser le coût du chauffage par rapport au total de la succession. Ces analyses, qui se rapprochent au moins de la réalité vécue, peuvent être confrontées à une abondante littérature relative aux meilleurs combustibles, à la caminologie qui progresse dès les années 1720. Le souci du confort, si vif dans les milieux aisés, mais aussi le fort prix du bois ont conduit, au dernier siècle de l’Ancien Régime, à la multiplication de mémoires consacrés au chauffage. Ces derniers sont évidemment techniques, mais ils ont aussi une forte connotation sociale. Proposer des améliorations dans les systèmes de chauffage conduit très vite les auteurs de ces projets à se demander avec quel budget ces améliorations sont compatibles. La volonté de trouver des solutions adoptables par les humbles est souvent présente. Ces pages analysent l’histoire de la chaleur à Lyon, ville qui, contrairement à Paris, utilise tôt le charbon de terre. Ville aussi qui dispose avec son Académie (1700) et sa Société royale d’agriculture (1761) d’institutions dont les membres ont beaucoup travaillé sur ces questions.

  • 1 C.E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, Paris, éd (...)
  • 2 L.J. Gras, Histoire économique générale des mines de la Loire, Saint-Étienne, 1922, 2 vol.
  • 3 L.J. Gras, Le Forez et le Jarez navigables, Saint-Étienne, 1930.
  • 4 Bibl. mun. Lyon, 23271 (in folio de 6 p., sans date mais postérieur à l’hiver 1769). Voir aussi Bib (...)
  • 5 Arch. Hospices civils Lyon, Charité, E 87.

2À Lyon, comme ailleurs, les questions qui sont posées dès le début du siècle sont celles du rendement calorique des appareils d’une part, de l’isolation d’autre part. Le rendement calorique dépend à la fois du combustible utilisé et du type d’appareil. En un siècle qui connaît, pour la première fois, des thermomètres à peu près fiables (celui de Réaumur date des années 1730), le débat sur les combustibles est récurrent. L’Encyclopédie méthodique de Panckouke, à l’article « bois », rend compte d’expériences destinées à mesurer « le plus haut degré et la durée de chaleur » que chaque espèce de bois produit. Le prix du bois augmente beaucoup au XVIIIe siècle1 et le charbon de terre constitue donc une alternative. Mais celui-ci est longtemps accusé de beaucoup de maux : répandre une mauvaise odeur et, surtout, être dangereux pour la santé, voire la vie, en raison de la « vapeur de charbon » ou « gaz acide carbonique ». Une même réprobation s’étend d’ailleurs au simple charbon de bois, et les réchauds utilisés dans les milieux populaires sont dénoncés comme pernicieux pour la santé en l’absence de gaine d’évacuation. Mais Lyon est proche des sources d’approvisionnement en charbon de terre, particulièrement de celles du bassin stéphanois2 et la houille y est tôt utilisée. Un canal de Rive-de-Gier à Givors, ouvert par tronçons de 1760 à 1780, facilite, quelques mois chaque année, le transport3. Aussi, le charbon minéral tient ici une place très supérieure à ce qui est la sienne à Paris par exemple. Ses aspects salutaires et, plus encore, économiques sont soulignés. Un Mémoire pour les manufactures, corps et communautés d’arts et métiers de la ville de Lyon, sur la nécessité indispensable d’y entretenir l’abondance et le bas prix du charbon de terre4 explique que « l’emploi de ce minéral est une ressource économique, salutaire et avantageuse ». Et de reprendre qu’il est « économique aux hôpitaux et aux Citoyens de tous les Ordres en ce qu’il les chauffe à peu de frais », estimant son prix inférieur de plus de moitié à celui du charbon de bois. De fait, une délibération du bureau de la Charité ou Aumône générale de Lyon, le 20 juillet 1785, ordonne que « dorénavant on brûlera dans les fourneaux de cet hôpital que du charbon de terre brut et épuré, et que de ce même charbon brut dans toutes les cheminées où seront placées des grilles à cet effet avec des fagots et autres menus bois pour les allumer »5.

  • 6 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fo 18 à 38. Sur les cheminées « à la moderne », cf., dès 1740, un texte d (...)
  • 7 Idem, fol. 39 à 90.
  • 8 Bibl. mun. Lyon, Ms 5569, fol. 1 à 8.
  • 9 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 151 à 152.
  • 10 Comme l’écrit un Avis important sur l’usage du charbon de terre épuré, 1783, 4 p. [Bibl. Mun. Lyon, (...)

3Depuis le début du siècle on construit des cheminées « à la moderne » dont les tuyaux de fumée ne sont plus perpendiculaires aux murs, mais dévoyés dans l’épaisseur des murs. Cependant des débats sur les différents types d’appareils de chauffage se déroulent à Lyon comme ailleurs, sans vraiment apporter d’éléments nouveaux puisque les conclusions des mémoires sont généralement très comparables à celles que l’on peut trouver dans les encyclopédies et dictionnaires du temps. C’est la Société d’agriculture surtout qui s’intéresse à ces questions. Son activité, devenue bien réduite dès 1764, avait été relancée par un nouveau règlement en 1774. Et, dès lors, elle s’occupe de sujets qui sont loin de n’être qu’agronomiques. À partir de 1784, la Société met au concours un sujet sur les modes de chauffage. Il s’agit de proposer un mode de chauffage qui augmente « d’environ un tiers au thermomètre de Réaumur la chaleur d’un appartement produite par une cheminée ou par un poêle en ne consommant que la même quantité de bois ». Il est précisé qu’il « faut que le plan soit à la portée de toutes les classes des concitoyens ». Messieurs Hillerin et Berthelot développent dans leur mémoire une vive critique des cheminées qui laissent s’évaporer en pure perte au moins les quatre cinquièmes de la chaleur produite6. Un autre concurrent, M. Boulard, n’évalue la déperdition de chaleur qu’à la moitié et met en cause la conception des cheminées dont les jambages et le contrecœur ne renvoient que faiblement la chaleur7. Trente ans plus tard, M. Faissole résume les mémoires en revenant longuement sur les inconvénients des cheminées8. Il évoque la fumée, le « désagrément pénible de se brûler la figure et les jambes tandis que l’on avait le dos gelé auprès de feux aussi dispendieux ». C’est manifestement le poêle, dont le modèle vient des pays germaniques et slaves, qui a la faveur des auteurs de mémoires. Beaucoup soulignent, ainsi Hillerin et Berthelot, qu’il ne donne pas de fumée à l’appartement. Encore faudrait-il mieux le construire, comme le soutient Boulard. La critique est plus vive dans un mémoire de J.-S. Nicod9 qui dénonce les défauts des poêles utilisés par le peuple. Ceux qui sont intégrés à la maçonnerie sont souvent alimentés au travers d’un mur ouvert sur une autre pièce, ce qui gaspille la chaleur. Il évoque aussi les poêles en guize, « à la portée des pauvres gens » mais qu’il faut rendre plus économiques. En effet, constitués de lames de fer fondu, très minces et mal assujetties, trop petites, ils laissent perdre beaucoup de chaleur. C’est qu’en réalité, les débats autour du type d’appareil à utiliser sont loin de n’être que techniques. On perçoit assez vite, dans tous ces mémoires, que le poêle est finalement un pis-aller nécessaire pour chauffer les humbles. On dénonce en effet les réchauds au charbon (de bois ou de terre) souvent employés. Ce sont des « espèces de marmites à griller » qui servent « à chauffer toute une famille, et à faire sa cuisine »10. Le poêle est supérieur, plus sûr et il doit être un moyen de chauffage populaire. J.-S. Nicod estime que « la plupart des pauvres gens dans bien des provinces n’ont pas d’autre moyen pour se garantir du froid ». Mais on a d’autant plus le sentiment que c’est bien un chauffage pour les pauvres gens que beaucoup de textes, à Lyon, comme ailleurs, insistent sur les inconvénients de ces poêles : ils seraient inesthétiques et, surtout, ils ne montreraient pas le feu. Ce second argument est présent dans le mémoire de Boulard, comme dans celui de Hillerin et Berthelot pour qui « l’activité d’une cheminée, la vue de cet élément qui anime tout, l’élasticité de ce phlogistique créateur semble nécessaire à l’homme pour le réveiller de cette stupeur dont l’hyver frappe la nature. La chaleur concentrée d’un poêle donne à la société qui l’entoure une existence morne, paisible et sans nerf ; celle du feu pétillant dans un âtre, image primitive du monde, entretient dans cette société l’énergie de la force de son être ». L’abbé Vitry distingue trois « classes de citoyens » et il prévoit un poêle « simple et économique », destiné « aux ouvriers, aux manufactures et au chauffage des domestiques d’une grande maison ». Il y a donc deux types de chaleur. Celle qui est noble est celle des cheminées, ce que confirment les plaintes sur la rareté et la cherté du bois liées à la multiplication des cheminées, ainsi dans le mémoire de Boulard qui met en cause le « riche consommateur ». En même temps, cette primauté donnée à la flamme peut retarder le passage d’un chauffage par rayonnement à un chauffage par convection, le seul qui assure le chauffage d’un espace.

  • 11 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 118 à 130.

4L’isolation est également une préoccupation importante du siècle. Les réponses au concours de la Société royale d’agriculture insistent sur l’importance des tapisseries. Ravel déclare : « les appartements, dont les murs sont couverts de tapisseries, sont plus chauds que ceux qui ne le sont pas. Ceux dont les tapisseries sont clouées à des cadres et des litaux le sont bien davantage que ceux où les tapisseries touchent le mur »11. Les inventaires après décès montrent clairement que les tapisseries à la façon de Bergame, souvent décrites comme usées, sont celles des humbles. Celles d’Allemagne ou de Flandres sont dans les demeures aisées. L’isolation des portes et fenêtres est plus délicate. Les auteurs que nous avons rencontrés – Boulard, Ravel, Nicod – insistent évidemment tous sur la nécessité de portes et fenêtres qui ferment « exactement ». Nicod conseille des lisières de drap pour les portes et il propose, importées de « Russie et d’autres pays froids », des fenêtres isolées.

« Les pauvres gens en construiront facilement eux-mêmes, lorsqu’à l’entrée de l’hiver ces doubles croisées ou chassis en papier se poseront, on collera des bandes de papier sur toutes les jointures, n’étant plus nécessaire d’ouvrir ces fenêtres, leur ayant pratiqué d’origine à chacune un guichet correspondant, pour en les ouvrant changer l’air de la chambre quand on le jugera nécessaire ».

  • 12 F.R. Cottin, « La fenêtre et le verre à Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles », Mélanges de travaux off (...)
  • 13 Guy J. Michel, Familles verrières et verreries dans l’Est de la Francbe-Comté au XVIIIe siècle, Bes (...)

On évite ainsi le froid et notamment la formation de glace à l’intérieur, poursuit-il. À Lyon, les fenêtres sont garnies de papier huilé, ce qui est le matériau couramment utilisé, avec la toile cirée, dans les logements populaires. Le verre commence à être plus utilisé au XVIIIe siècle12, mais surtout pour les constructions des aisés. C’est qu’il est cher. Un « trou » de papier de 10x15 cm environ coûte 6 deniers, un carreau de verre 4 sols. Au début du siècle, Lyon emploie le verre de Paris, vers 1730 celui d’Allemagne, vers 1750 celui de Bohême, puis, après 1750, celui de la région. Deux maîtres verriers comtois, Michel Robichon et Joseph Esnard établissent alors une verrerie à Givors, après avoir obtenu l’autorisation d’utiliser la houille de Rive-de-Gier et le privilège d’un monopole qui englobe le marché lyonnais. Plus tard des verreries s’installeront à Pierre-Bénite, Serin, Grigny, Rive-de-Gier, Vienne13. François-Régis Cottin note d’autre part le retard de Lyon par rapport à Paris pour adopter des systèmes de fermeture efficaces (noix et gueule de loup, espagnolette). Un battant de bois, basculant sur le vantail de recouvrement et s’insérant dans des ferrures en haut et en bas, les fenêtres « à coulisse » demeurent les systèmes les plus répandus.

  • 14 G. Cellette, Histoire de la chaleur dans le Lyonnais au XVIIIe siècle, Lyon 2, maîtrise, 1986, 2 vo (...)

5Voilà qui nous introduit déjà à l’analyse des réalités de l’histoire de la chaleur à Lyon, nécessaire après celle des débats. Il est certain que la demande de chauffage augmente à Lyon, comme ailleurs, au XVIIIe siècle. Peut-être même peut-on avancer que ce mouvement atteint aussi les groupes ruraux aisés à en juger par les plans de reconstruction de presbytères désormais dotés de plusieurs cheminées. Dans la grande ville, cette croissance de la demande est bien avérée. Les candidats au concours de la Société d’agriculture dénoncent à l’envi les « arts multipliés » (c’est-à-dire le développement des manufactures), comme le « luxe » et la « molesse » qui substituent à un « feu commun » des feux particuliers. Les inventaires après décès, dans un style évidemment plus neutre, ne disent que la même chose. Nous sommes entièrement redevable ici aux dépouillements conduits par Gilles Cellette dans son mémoire de maîtrise14. Utilisant 165 inventaires de 1700, 1750, 1790, il établit clairement l’évolution, même si ce type de document a des inconvénients bien connus en ce domaine. Le poêle s’il est maçonné n’est pas décrit, non plus que la cheminée. Cette dernière est cependant détectée s’il y a des objets posés sur une tablette ou s’il y a un trumeau. Les accessoires (chenets, pelle, …) sont aussi des indices, mais ils peuvent être communs et ne pas appartenir au défunt, ou bien, en été, être rangés. Et rappelons que les successions des plus pauvres échappent plus facilement à l’inventaire. Ces réserves posées, les principales constatations sont les suivantes. Le nombre moyen par inventaire des cheminées et des poêles est de 2,11 en 1700 et en 1750 avant d’atteindre 3,2 en 1790, ce qui semble indiquer que le souci de mieux se chauffer est contemporain de la seconde moitié du siècle. En réalité, ce souci est plus précoce, mais il est d’abord satisfait par le recours à des chauffages d’appoint (terrasses à feu, chauffe-pieds, bassinoires...) et par une meilleure isolation comme le suggère le tableau ci-dessous.

Nombre moyen par inventaire

1700

1750

1790

Chauffages d’appoint

0,93

1,29

0,75

Pièces avec tentures de tapisseries

0,98

1,17

0,74

Ces moyennes augmentent dès la première moitié du siècle et chutent dans la seconde, alors que la moyenne par inventaire de cheminées et de poêles croît de 54,03 %. Les inventaires disent aussi quelles pièces profitent de ce chauffage amélioré. En 1700, 50 % des salles communes, salles à manger ou salons sont chauffés. Le pourcentage est de 75 % en 1750, et de 88,89 % en 1790.

6On se gardera cependant de conclusions trop optimistes. On a encore froid dans beaucoup de pièces. En 1700 et en 1750, la moyenne de pièces chauffées décrites par les inventaires est de 4,5 ; elle est voisine de 7 en 1790. Surtout, il y a de grosses disparités sociales. Elles apparaissent en comparant le nombre moyen d’appareils de chauffage.

1700

1750

1790

Bourgeoisie, avocats, notaires

3,83

3,75

6,43

Maîtres des métiers

1,08

1,71

3,50

Ouvriers, compagnons

1,11

1,14

1,35

  • 15 Évolution sans doute encore plus faible qu’il n’y paraît. Les logements populaires décrits dans les (...)
  • 16 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 131 à 152. Mémoire Nicod (1788).

7Si l’évolution, dans la seconde moitié du siècle, est très faible pour les plus humbles15, encore faut-il savoir pourquoi. Les poêles de métal sont de prix assez modique (une quinzaine de livres), mais celui des combustibles connaît une forte croissance. Aussi le peuple n’a-t-il pas de réserve. Le pourcentage d’inventaires d’ouvriers ou de compagnons disposant de réserve de combustible est de 22,22 % en 1700, 28,57 % en 1750, 20 % en 1790. Les candidats au concours de la Société d’agriculture déplorent la cherté du bois et expliquent que les plus pauvres ne peuvent que brûler du charbon de pierre dans des poêles simples. Encore ceux-ci ne sont pas toujours possédés « parce qu’ils en trouveront à louer lorsqu’ils ne voudront ou ne pourront en faire la dépense »16.

  • 17 L. Trénard, « La crise sociale lyonnaise à la veille de la Révolution », Revue d’histoire moderne e (...)
  • 18 Bibl. mun. Lyon, 23271, in-fol. de 6 p.
  • 19 Arch. mun. Lyon, Jugements de police, 1788, 501711.
  • 20 Ordonnance de police concernant le service des crocheteurs aux entrepôts de charbon de terre, Lyon, (...)
  • 21 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 18 à 38, 1785.
  • 22 Article « charbon minéral » et « motte à brûler ».
  • 23 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 131 à 152, l788.

8Les pouvoirs sont parfaitement conscients de ce que la question des combustibles est éminemment sensible. La monarchie légifère beaucoup sur les forêts, les droits d’usage, les mines. Quant à la ville de Lyon, elle multiplie les mesures pour assurer l’approvisionnement de la cité en charbon de terre, particulièrement dans la dernière décennie de l’Ancien Régime, en raison de la crise sociale17. Elle est d’ailleurs soumise à des pressions, telle celle exercée par ce Mémoire pour les manufactures, corps et communautés d’arts et métiers de la ville de Lyon, sur la nécessité indispensable d’y entretenir l’abondance et le bas prix du charbon de terre18 qui met en cause le régime des concessions minières. L’action de la ville a pour objet d’approvisionner Lyon en favorisant production et transport. Encore doit-elle veiller aussi sur les conditions de la vente en évitant accaparement et prix excessifs. Cette dernière tâche, la plus difficile, est bien menée au nom des intérêts des humbles. Un jugement de police, rendu le 21 novembre 1788, condamne un revendeur de bois à six livres d’amende pour accaparement19. Une ordonnance du 7 janvier 178920 s’en prend aux voituriers et aux portefaix qui tentent de se réserver le monopole de la distribution pour être maîtres des prix, « profitant du moment de détresse, et du besoin pressant où se trouvent un très grand nombre de pauvres ouvriers ». La politique volontariste de la ville, soutenue par l’intendant qui s’efforce de faciliter le transport, de faire prévaloir l’approvisionnement des Lyonnais sur celui d’autres villes comme Vienne, ne suffit pas à casser les prix, il s’en faut. Hillerin et Berthelot21 dénoncent le monopole des charrois de combustible : « les familles à la fortune bornée... le peuple... le pauvre, voilà sur qui ce monopole faisoit sentir tout son poids ». Boulard, dans un mémoire déjà cité, s’inquiète aussi de « la classe des sujets dont la fortune est à peine au niveau des besoins ». Tout le siècle se préoccupe de trouver un combustible meilleur marché et l’Encyclopédie22 fait état de « mottes » à brûler à base de tourbe ou de poussière de charbon. J.-S. Nicod propose une cheminée de briques mobile « à la portée des pauvres gens »23.

  • 24 D. Roche, Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, 1981, p. 141- (...)

9Les recherches tournent aussi sur l’invention d’une cheminée-poêle et les candidats des prix de la Société d’agriculture de Lyon y contribuent. Hillerin et Berthelot proposent un foyer métallique raccordé à une hotte. L’appareil est qualifié de cheminée car des portes, sur quatre faces, peuvent être ouvertes pour laisser voir le feu. Et là est, peut-être, l’essentiel : il faut, pour faire accepter les combustibles et les appareils plus économiques, faire en sorte qu’ils évoquent le feu de la cheminée ! Daniel Roche a montré24 combien ce souci de promotion quasi publicitaire du poêle est lié à l’idée que ce dernier doit faire voir les flammes. En 1616, le peintre François Keslar proposait déjà un « Espargne Bois » dont il vantait « l’agréable et luisante chaleur ». Dans les années 1780, on propose des poêles américains utilisant avec économie de la houille et permettant la « vue du feu ». Des « grilles », permettant de brûler le charbon de terre, sont aussi proposées. Ces efforts aboutissent à un changement de mentalité et d’attitudes dans la manière de se chauffer. Et c’est ici que les dépouillements d’inventaires de Gilles Cellette sont particulièrement précieux. Dans l’échantillon de 1700 aucun inventaire ne mentionne un poêle. L’appareil est présent dans 17,5 % des inventaires de 1750 et dans 47,37 % de ceux de 1790. À cette date, les poêles représentent 20 % des appareils de chauffage rencontrés. Encore faut-il ajouter que leur diffusion est importante dans les milieux moyens et populaires.

Pourcentage d’inventaires comportant mention de poêles

1750

1790

Maîtres des métiers

35,71 %

50 %

Ouvriers, compagnons

14,29 %

50 %

  • 25 Arch. mun. Lyon, 0306 WP 007.

Le poêle apparaît bien comme l’élément essentiel d’amélioration du chauffage populaire. En effet, les trumeaux qui constituent une solution pour valoriser la chaleur des cheminées semblent encore peu répandus. Le pourcentage d’inventaires d’ouvriers et de compagnons en présentant stagne autour de 15 % en 1750 comme en 1790. Peut-être y a-t-il un résumé de ce qu’est le chauffage populaire à Lyon à la fin du siècle dans la requête suivante ? Nous sommes en vendémiaire an III et des religieuses sont emprisonnées à La Guillotière. On leur a laissé le soin de traiter avec un fournisseur pour l’entretien. Elles demandent : « pour le chauffage un poêle pour le sallon d’en bas et pour celles qui ne peuvent s’y rendre une ou deux grilles ou un peu de bois pour leurs cheminées »25.

  • 26 Bibl. mun. Lyon, Ms 5 568 et 5 569.
  • 27 Avec une réserve : certaines expériences ont été réalisées devant les membres de la Société d’agric (...)
  • 28 L. Ch. H. Macquart, Dictionnaire de la conservation de l’homme, ou d’hygiène et d’éducation physiqu (...)

10Il reste à avancer, à souligner, que cette reconstitution des progrès du chauffage à Lyon n’a pas encore abordé les questions les plus importantes. La première est celle de la température qui régnait dans les logements avant et après les progrès. On ne dispose, pour répondre à cette interrogation essentielle, que des expériences évoquées dans les mémoires26 présentés aux concours de la Société d’agriculture. Ce sont donc des documents théoriques27 qui ont tendance à exagérer les performances des appareils présentés ! Du moins les mémoires ont-ils l’intérêt de fournir des chiffres – en degrés Réaumur qui sont ici convertis en degrés centigrades – et de qualifier les températures : basse, normale... L’abbé Calvel considère 15° à 16° comme une chaleur ordinaire, tandis que Boulard parle de chaleur « fort douce », assurant que les poêles peuvent faire monter la température à 15° et même 16,25°. Un autre concurrent, Perrière de Maun, obtenant une chaleur de près de 19°, parle de « chaleur si sensible que plusieurs personnes en étant incommodées, on fut obligé d’ouvrir la porte pour refroidir l’appartement ». 18° est donc vraisemblablement une limite supérieure. La limite inférieure est plus difficile à poser. Leroy-Joliment rend compte à la Société d’agriculture, en 1820, d’expériences avec un poêle destiné à chauffer une antichambre et une salle à manger. Dans la première pièce la température atteint 15° ; celle de la seconde est inférieure, mais « suffisante pour les besoins journaliers ». Un manuel d’hygiène28, de peu postérieur au concours, affirme qu’entre 15° et 18,75° « on n’a ni froid ni chaud ». Faut-il en conclure que la température moyenne est de l’ordre de 16° ? Peut-être. Mais à condition de se souvenir que ces expériences de concours ne correspondent pas aux possibilités de dépenses du plus grand nombre ! Un des concurrents, Boulard, le dit fort bien :

  • 29 Bibl. mun. Lyon, ms 5568, fol. 35 à 90. La phrase citée est fol. 73 v°.

« ... L’avantage d’augmenter la chaleur avec la même quantité de bois ne regarde que l’aisance du riche, la chaleur ordinaire suffit aux autres classes de citoyens, ils n’attendent des efforts du génie que les moyens d’en diminuer la dépense »29.

Les expériences présentées pour le concours, si elles donnent des températures améliorées difficiles à apprécier tant les conditions sont peu scientifiques, insistent aussi beaucoup sur les économies de combustibles et sur les moyens de conserver la chaleur plus longtemps, l’idée de chauffer en permanence étant encore peu répandue.

  • 30 C. Opsomer, L’art de vivre en santé, images et recettes du Moyen Age, Liège, 1991, p. 179.
  • 31 Mirko D. Grmek, La première révolution biologique. Réflexions sur la physiologie et la médecine au (...)

11Nous sommes donc très loin de notre sensibilité au chaud et au froid. Et, pour comprendre cette différence, il faut revenir aux conceptions médicales. Aux quatre éléments – terre, eau, feu et air – et à leurs qualités – sec, froid, chaud, humide – répondent les humeurs du corps humain : le sang est chaud et humide, la pituite ou phlegme que secrète le cerveau est froide et humide, la bile du foie est chaude et sèche, l’atrabile ou mélancolie de la rate est froide et sèche. L’humeur qui l’emporte détermine le tempérament : sanguin, phlegmatique, bilieux ou mélancolique. De l’équilibre des humeurs dépend la santé. L’environnement doit donc être tempéré, entre le chaud et le froid et entre le sec et l’humide. Le froid et l’humidité peuvent être corrigés par le feu qui ravive quatre vertus : apéritive, rétentive, digestive, expulsive. Mais trop s’approcher du feu risque de dessécher le corps30. L’abbé Vitry, secrétaire perpétuel de la Société royale d’agriculture de Lyon, s’inquiète de la « stagnation forcée des humeurs » en cas de froid. Certes a eu lieu, au XVIIe siècle, une première révolution biologique avec recours à l’expérimentation animale et au modèle mécaniste des phénomènes vitaux31. Sans doute, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, sous l’influence de la Société royale de médecine en particulier, certains médecins commencent à avoir des conceptions moins systématiques. Mais l’abondante correspondance, active et passive, laissée par la Société s’intéresse assez peu à la chaleur. L’auteur d’une topographie médicale consacrée à Lyon, Berthelet de Barbot, conseille

  • 32 Berthelet de barbot, Topographie médicale, Lyon, 1783. Cf. R. Favre, « Du "médico-topographique" à (...)

« particulièrement aux habitants qui logent dans les rez-de-chaussée d’allumer des feux de bonne heure dans leurs appartements et de les entretenir longtemps pour dessécher l’humidité qui y règne l’hiver et dans les autres saisons à la suite des inondations »32.

Les hygiénistes de la fin du siècle donnent des conseils de bon sens : pour les personnes en bonne santé, il faut chauffer modérément, préférer « l’exercice » aux grands feux, aérer, éviter des écarts de température générateurs de rhumes et de fluxions.

  • 33 Arch. S.R.M., déposées à l’Académie de Médecine, carton 158, dossier 12.
  • 34 J.-P. Gutton, Domestiques et serviteurs dans la France de l’Ancien Régime, Paris, 1981, p. 184-185.
  • 35 A. Fillon, Louis Simon. Villageois de l’ancienne France, Rennes, 1996, p. 130-131. Et aussi son art (...)

12Améliorer le chauffage buttait sur des obstacles mentaux : il fallait voir les flammes pour accepter un changement d’appareil. Reconstituer son histoire butte aussi sur des obstacles mentaux : quelle sensibilité au froid ? Quels rapports perçus entre chaleur et santé ? Inversement, il est clair que l’accès à la chaleur demeure bien un domaine d’inégalité sociale que les efforts scientifiques n’ont pas vraiment réduit. On en trouvera une illustration, qui dépasse le cadre régional, dans les archives de la Société royale de médecine33. Celle-ci a adressé à ses correspondants un questionnaire sur le froid de l’hiver 1788-1789 en posant notamment la question des conséquences éventuelles du défaut de chauffage pour le peuple. Dans les réponses conservées, les médecins font état de feux « publics », de bois éventuellement fourni par les communautés et ne plaignent pas. Peut-être même la question les a-t-elle surpris ? Le chauffage n’est pas une préoccupation qui semble devoir être mise en avant pour le peuple, ou du moins pour ceux qui écrivent à sa place et sur lui. Simplement le mimétisme, chez les humbles, des habitudes des aisés finira par jouer son rôle. Les domestiques sont prompts à multiplier matelas et couvertures34. Les historiens de la chaleur du lit ont montré la diffusion progressive des couvertures foulées. Mais l’évolution est lente et, peut-être, seulement une réponse au haut prix des combustibles35.

Notes

1 C.E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, Paris, éd. 1984, p. 345.

2 L.J. Gras, Histoire économique générale des mines de la Loire, Saint-Étienne, 1922, 2 vol.

3 L.J. Gras, Le Forez et le Jarez navigables, Saint-Étienne, 1930.

4 Bibl. mun. Lyon, 23271 (in folio de 6 p., sans date mais postérieur à l’hiver 1769). Voir aussi Bibl. mun. Lyon 351442, Mémoires sur les fours de boulanger, chauffés avec du charbon de terre, et Plans des mêmes fours, couronnés par la Société royale d’Agriculture de Lyon en l’année 1784, Genève, 1785, 62 p., ill.

5 Arch. Hospices civils Lyon, Charité, E 87.

6 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fo 18 à 38. Sur les cheminées « à la moderne », cf., dès 1740, un texte dans Académie de Lyon, Ms 194, fol. 179 sqq.

7 Idem, fol. 39 à 90.

8 Bibl. mun. Lyon, Ms 5569, fol. 1 à 8.

9 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 151 à 152.

10 Comme l’écrit un Avis important sur l’usage du charbon de terre épuré, 1783, 4 p. [Bibl. Mun. Lyon, 118 030 (3)] qui, lui, a fait la publicité des grilles.

11 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 118 à 130.

12 F.R. Cottin, « La fenêtre et le verre à Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles », Mélanges de travaux offerts à Maître Jean Tricou, Lyon, 1972, p. 111- 137.

13 Guy J. Michel, Familles verrières et verreries dans l’Est de la Francbe-Comté au XVIIIe siècle, Besançon, thèse, 1990, t. 2, p. 511-517 ; « Un maître et un marchand verriers de Franche-Comté à l’origine de l’industrie du verre dans la généralité de Lyon au XVIIIe siècle », Bull. de la Société d’agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône, nouvelle série, 1980, n° 14, p. 59-96.

14 G. Cellette, Histoire de la chaleur dans le Lyonnais au XVIIIe siècle, Lyon 2, maîtrise, 1986, 2 vol. (dir. J.-P. Gutton). Ses résultats sont à comparer aux beaux développements de A. Pardailhè-Galabrun, La naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1988, p. 322 sq. qui analyse une évolution chronologiquement très comparable.

15 Évolution sans doute encore plus faible qu’il n’y paraît. Les logements populaires décrits dans les inventaires sont, plus souvent que pour d’autres groupes sociaux, de structure verticale : des pièces se trouvent à des étages différents et, parfois non consécutifs, ce qui rend le chauffage bien difficile.

16 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 131 à 152. Mémoire Nicod (1788).

17 L. Trénard, « La crise sociale lyonnaise à la veille de la Révolution », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1955, p. 5-45 et Lyon de l’Encyclopédie au Préromantisme, Paris, 1958, 2 vol.

18 Bibl. mun. Lyon, 23271, in-fol. de 6 p.

19 Arch. mun. Lyon, Jugements de police, 1788, 501711.

20 Ordonnance de police concernant le service des crocheteurs aux entrepôts de charbon de terre, Lyon, 1789, 6 p., Bibl. mun. Lyon, 112091.

21 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 18 à 38, 1785.

22 Article « charbon minéral » et « motte à brûler ».

23 Bibl. mun. Lyon, Ms 5568, fol. 131 à 152, l788.

24 D. Roche, Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, 1981, p. 141-143.

25 Arch. mun. Lyon, 0306 WP 007.

26 Bibl. mun. Lyon, Ms 5 568 et 5 569.

27 Avec une réserve : certaines expériences ont été réalisées devant les membres de la Société d’agriculture.

28 L. Ch. H. Macquart, Dictionnaire de la conservation de l’homme, ou d’hygiène et d’éducation physique et morale, Paris, an VII, 2 vol.

29 Bibl. mun. Lyon, ms 5568, fol. 35 à 90. La phrase citée est fol. 73 v°.

30 C. Opsomer, L’art de vivre en santé, images et recettes du Moyen Age, Liège, 1991, p. 179.

31 Mirko D. Grmek, La première révolution biologique. Réflexions sur la physiologie et la médecine au XVIIe siècle, Paris, 1991.

32 Berthelet de barbot, Topographie médicale, Lyon, 1783. Cf. R. Favre, « Du "médico-topographique" à Lyon en 1783 », XVIIIe siècle, 1977, 9, p. 151-159.

33 Arch. S.R.M., déposées à l’Académie de Médecine, carton 158, dossier 12.

34 J.-P. Gutton, Domestiques et serviteurs dans la France de l’Ancien Régime, Paris, 1981, p. 184-185.

35 A. Fillon, Louis Simon. Villageois de l’ancienne France, Rennes, 1996, p. 130-131. Et aussi son article « Les orphelins du dimanche », dans La vie, la mort, la foi, le temps. Mélanges offerts à Pierre Chaunu, Paris, 1993, p. 127-145 qui montre bien la croissance de l’exigence du chauffage dans les contrats de pension des orphelins (chiffres p. 135).

Notes de fin

i Ph. Guignet (s.l.n.d.), Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge – 1945), vol. I, Lille, 2002, p. 313-332.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search