Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Cultures

Les joséphistes et l’éducation

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Mélanges offerts à Bernard Grosperrin, Chambéry, 1994, p. 75-85.

Texte intégral

  • 1 A. Vachet, Les anciens couvents de Lyon, Lyon, 1895, p. 441-449.

1Les Joséphistes ou Crétenistes, appellations communes de la congrégation des prêtres missionnaires de Saint-Joseph de la ville de Lyon, sont peu connus1. Peut-être est-ce parce que les Joséphistes ne se sont pas reconstitués après la Révolution et n’ont eu qu’une existence d’un siècle et demi ? Peut-être, aussi, parce que la spécificité de ces prêtres n’était pas vraiment affirmée, écartelés qu’ils étaient entre des fonctions de prédicateur, de catéchiste, de missionnaire, d’enseignant, et cela dans un cadre géographique relativement étroit ? En hommage à un historien de l’éducation, nous voudrions ici insister sur le rôle de professeurs que les Joséphistes ont tenu dans leur séminaire et dans un certain nombre de collèges.

  • 2 La vie de vénérable messire Jacques Crétenet, prêtre et instituteur de la congrégation des prêtres (...)
  • 3 M. Lucenet, Lyon malade de la peste, Palaiseau, 1981.
  • 4 Ain, ar. Nantua, c. Oyonnax.

2Le fondateur des Joséphistes est Jacques Crétenet (1603-1666)2. Né à Champlitte, en Comté, il semble avoir été déçu de n’être point poussé par ses parents jusqu’à la prêtrise, l’un de ses frères lui étant préféré en ce domaine. À l’âge de quinze ans, il part à Langres où il apprend la chirurgie. Il se perfectionne ensuite en voyageant et il est à Lyon alors que la peste sévit3. Comme on avait besoin du dévouement des chirurgiens, le Consulat décida d’accorder la maîtrise à ceux d’entre eux qui soigneraient les pestiférés. Contestée en justice par la communauté des maîtres-chirurgiens, la mesure fut confirmée. La peste terminée, Crétenet est maître-chirurgien, époux, depuis le 22 novembre 1629, d’une jeune veuve qu’il a sauvée, et il installe boutique dans le quartier populaire de Saint-Georges. L’événement le plus marquant de sa vie est cependant sa rencontre, en 1634, avec Mère Magdeleine de Saint-François, supérieure du premier monastère de Sainte-Elisabeth de Lyon. Elle sera sa directrice, et c’est auprès de cette franciscaine qu’il apprendra ascèse et oraison mentale. On sait que ce type de vie et de direction spirituelles, qui associe clercs et laïcs, est fort répandu en cette première moitié du XVIIe siècle. Lorsque Mère Magdeleine meurt, en juin 1642, son groupe de dirigés, dont Crétenet, passe sous l’influence de Dom Arnaud, prieur des Feuillants. Mais la direction effective du groupe revient bientôt à Crétenet, lorsque Dom Arnaud quitte Lyon. Crétenet est le directeur spirituel d’élèves du collège de la Trinité, tenu par les Jésuites, de gens du monde, mais aussi de candidats à la prêtrise et de prêtres. Que ces deux dernières catégories se mettent sous sa direction ne doit pas étonner. Lyon n’a pas encore de séminaire et comme beaucoup en ce temps, Crétenet est angoissé par l’abandon spirituel et l’ignorance dans lesquels se trouvent souvent les campagnes. Une première mission dans un village sans prêtre, Martignat4, est un succès. Par la suite, Crétenet enverra des prêtres en mission en Bugey, Bresse, Dauphiné, Comté, Vivarais.

  • 5 L. Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, 1987.
  • 6 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922.
  • 7 F. Baumal, Tartuffe et ses avatars, Paris, 1925 ; F. Lachèvre, Glanes bibliographiques et littérair (...)
  • 8 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922.
  • 9 F. Baumal, Tartuffe et ses avatars, Paris, 1925 ; F. Lachèvre, Glanes bibliographiques et littérair (...)
  • 10 AM. Lyon, GG 115, pièce 7.
  • 11 AM. Lyon, GG 115, pièces 5 et 6.
  • 12 Y. Poutet, J. Roubert, Les « assemblées » secrètes des XVIIe-XVIIIe siècles en relation avec l’Aa d (...)

3L’influence spirituelle de laïcs sur des clercs n’est certes pas une exception dans l’histoire du mysticisme français au XVIIe siècle. On a parfois rapproché Crétenet de Bernières ou de Renty. Non sans raison, mais avec une nuance essentielle. Crétenet n’est qu’un simple chirurgien, et non pas un grand seigneur. Or, il héberge chez lui de futurs prêtres, et, tout en continuant d’exercer son métier et de soigner gratuitement les pauvres, il a, de fait, en charge une action pastorale et il groupe autour de lui une sorte de congrégation. Il n’est pas très étonnant, dans ces conditions, de constater qu’au moins jusqu’en 1656, il y ait contre lui de vives persécutions qui vont du saccage de sa boutique à des campagnes de pamphlets qui évoquent les Vaudois, et même à une excommunication en 1651, il est vrai tôt retirée. L’archevêché, un temps très méfiant, laissa finalement se développer l’action de Crétenet. Si celle-ci fut reconnue, c’est d’abord parce que les campagnes avaient un fort urgent besoin de missionnaires bien sûr. Mais c’est aussi vraisemblablement en raison des appuis que Crétenet sait se ménager. Appui matériel : en 1648, une mission à Verjon, en Bresse, avait amené la conversion du marquis de Coligny. Il fut désormais, ainsi que son épouse. puissant soutien et généreux donateur. Appui spirituel aussi, celui des milieux dévots de Lyon, si importants. Crétenet fait partie de la congrégation des Messieurs du Grand Collège des Jésuites, ou collège de la Trinité. Cette congrégation mariale, organisée sur le modèle de toutes les congrégations mariales de l’Europe catholique du temps5, est un des lieux de piété, de charité et de sociabilité des dévots lyonnais. Inversement, on ne trouve pas son nom dans les archives de la Compagnie lyonnaise du Saint-Sacrement de Lyon, active entre 1630 et 17316. Et l’assertion selon laquelle Crétenet serait le modèle, ou l’un des modèles, du Tartuffe, est des plus aventureuses7. Il reste toutefois que Crétenet est l’ami, ou du moins le protégé, du prince de Conti, membre éminent de la Compagnie du Saint-Sacrement : par un acte du 10 décembre 1661, le prince de de charité et de sociabilité des dévots lyonnais. Inversement, on ne trouve pas son nom dans les archives de la Compagnie lyonnaise du Saint-Sacrement de Lyon, active entre 1630 et 17318. Et l’assertion selon laquelle Crétenet serait le modèle, ou l’un des modèles, du Tartuffe, est des plus aventureuses9. Il reste toutefois que Crétenet est l’ami, ou du moins le protégé, du prince de Conti, membre éminent de la Compagnie du Saint-Sacrement : par un acte du 10 décembre 1661, le prince de Conti prend la qualité de patron et de fondateur de la communauté des prêtres de Saint-Joseph10. Dans une requête de 1657, une partie des prêtres qui sollicitent du consulat de Lyon l’autorisation d’établir une communauté à Lyon appartiennent à des familles dont un membre au moins est dans la Compagnie11. Et l’auteur de La vie... de Messire Jacques Crétenet... est vraisemblablement Jean Villemot, affilié à cette même Compagnie. On ne s’étonnera pas, enfin, de constater que Crétenet est proche de la spiritualité de l’Aa lyonnaise, association d’amis dont le but est la prière et l’amélioration intérieure12.

  • 13 AM. Lyon, GG 115, pièce 7. Les divers actes de fondation ne mentionnent pas Jacques Crétenet. Dans (...)
  • 14 A.D. Rhône, 21 H 6 et 21 H 9 ; B.M. Lyon, Ms fonds général 2006 et Ms bibl. du Palais des Arts 51 ; (...)

4Restait à assurer la pérennité de l’œuvre en lui donnant des fondements réglementaires. En 1661, une quarantaine de prêtres missionnaires sollicitèrent de l’archevêque Camille de Neuville de Villeroy des lettres d’établissement qui furent obtenues le 5 octobre 1661. Le but de la communauté est de « vaquer aux prédications, catéchismes et missions ». Elle est placée sous l’autorité de l’archevêque qui donnera les autorisations de prêcher dans une paroisse, de sortir du diocèse. Des lettres patentes du roi confirmeront l’établissement en novembre 166113. Dès lors, un prêtre à la forte personnalité, Claude Cochet, prend de plus en plus d’importance. Il donnera à la communauté de solides bases matérielles et le désaccord avec Crétenet apparaîtra. Ce dernier se retira, abandonna son métier de chirurgien et, devenu veuf, reçut les ordres à Belley le 15 août 1666. Il devait mourir le 1er septembre de la même année. La congrégation lui survécut, en dépit d’attaques : les Joséphistes auraient eu trop d’influence sur les femmes ; on leur reprochait aussi la tendance janséniste de certains d’entre eux, bien que des actes de soumission fussent signés. C’est l’implication des Joséphistes dans les querelles jansénistes du XVIIIe siècle qui explique que, après la mort de Crétenet, alors que la congrégation a désormais un statut, elle demeure toujours un peu en marge. Dans le premier quart du siècle, les Joséphistes sont particulièrement attaqués dans leur orthodoxie par le séminaire Saint-Irénée. Après maints épisodes qui importent peu à notre propos, les Joséphistes déclareront, le 13 mars 1724, condamner toutes les hérésies, recevoir la bulle Unigenitus, condamner Quesnel. Cette soumission n’apaisa pas la querelle et, le 2 octobre 1729, une lettre de cachet interdit aux prêtres missionnaires de Saint-Joseph de tenir des pensionnats, ainsi que d’enseigner la philosophie et la théologie. Après l’arrivée en 1731 sur le siège de Lyon de Charles-François de Rochebonne, nouvel archevêque, les Joséphistes, pour éviter une possible dissolution de la congrégation, font une nouvelle soumission, précisée dans une déclaration de novembre 1735. Elle sera peu à peu signée par toutes les maisons et ratifiée par une assemblée générale de juillet 173614. Après cette date, la vie de la congrégation est beaucoup plus calme et les rapports avec les archevêques sereins. Au temps de l’épiscopat d’Antoine Malvin de Montazet (1758-1788), les Joséphistes reçurent des gages de la confiance épiscopale, en particulier lors de la réforme, en 1782, du cycle des études des futurs prêtres du diocèse. Désormais, l’ordination ne devait être conférée qu’après cinq ans et demi d’études, dont deux séjours continus de deux ans, et enfin un dernier semestre passé précisément dans le séminaire des Joséphistes. Ce dernier se trouvait en plein centre de Lyon, proche de l’hôtel de ville, rue du Garet.

5Après l’érection en communauté en 1661, les Joséphistes eurent des activités de prédicateurs, de catéchistes, de confesseurs et de directeurs en même temps qu’ils tinrent un séminaire, notamment destiné à préparer des prêtres missionnaires des campagnes. Ils eurent aussi, hors de Lyon surtout, des activités de professeurs.

  • 15 Y. Poutet, J. Roubert, op. cit., p. 21 et 57.
  • 16 B.M. Lyon, Ms Coste 270, fol. 26 v°.

6À Lyon, les Joséphistes ne parvinrent jamais vraiment à être professeurs. Cependant, au XVIIe siècle, leurs séminaristes étaient en partie les mêmes personnes que les élèves du collège de la Trinité des Jésuites. Le P. de Saint-Rigaud, directeur de la congrégation des Messieurs, à laquelle, on le sait, appartenait Crétenet, encourageait des élèves de philosophie et de théologie à consulter celui-ci. Les Jésuites en vinrent à confier à Crétenet l’instruction des probanistes15. En 1671, un prêtre missionnaire de Saint-Joseph déclare à Bédien Morange, vicaire général chargé de visiter les Joséphistes, que ces derniers « gouvernent quantité d’escoliers qui sont respandus par les classes des Jésuites et ils les laissent là pour donner bon exemple aux autres »16. Cette situation de collaboration se transforma cependant bientôt en situation de concurrence, les Jésuites créant un internat et les Joséphistes des cours de philosophie et de théologie pour des « escholiers externes ». Les Jésuites se plaignirent auprès de l’archevêque Camille de Neuville de Villeroy qui, le 24 décembre 1685, décida :

  • 17 A.D. Rhône, 1 G 145, fol. 50 v° et 51 r°, registre de l’extraordinaire, 24 décembre 1685.

« Après nous estre informez de la vérité du fait, voulant éviter la suite d’un tel abus, nous faisons très expresse défense aux prêtres de la communauté de Saint-Joseph de tenir ces écoles de philosophie et théologie et d’enseigner les dites sciences et autres facultés à aucuns escholiers externes, ni autres de quelque qualité qu’ils soient, à la réserve de ceux de leur communauté »17.

Le conflit ne fut pas apaisé et les accusations de jansénisme à l’égard des Joséphistes entraînèrent la décision du 2 octobre 1729, comme on l’a dit. Cette nouvelle interdiction d’enseigner philosophie et théologie, en même temps que d’avoir des pensionnaires, est sans doute imputable, au moins en partie, à l’hostilité des Jésuites. Léonard Michon, dans son Journal note : « Je ne douterais pas aussi que l’envie et la jalousie des Pères Jésuites contre ces prestres soutenus de la protection de M. Dugas, prévôt des marchands, […] n’ait contribué à leur malheur ».

  • 18 Cité par J. Godard, Le jansénisme à Lyon. Benoit Fourgon (1687-1773), Paris, 1934, p. 128. Léonard (...)

7Depuis un certain temps, ces missionnaires de Saint-Joseph formaient, dans quelques-unes de leurs maisons, des collèges et des académies où ils avaient un grand nombre de pensionnaires, entre autres, dans leur maison de Saint-Rambert sur l’Isle Barbe qui, « actuellement était remplie de plus de soixante-dix pensionnaires, tandis que la pension des grands collèges des Jésuites de cette ville diminuait, en quelque manière, chaque jour »18. Une sorte de revanche aurait pu venir de la fermeture des collèges de Jésuites, ordonnée en août 1761 par le Parlement de Paris. Mais elle ne vint pas.

  • 19 A.D. Rhône, D 264, registre de délibérations du bureau des collèges.
  • 20 Sur le Petit Collège, cf. M. M. Compère, D. Julia, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles, Paris (...)
  • 21 Lettres patentes... portant règlement pour l’administration des collèges de la ville de Lyon, Paris (...)

8Le Parlement avait prescrit aux officiers municipaux de Lyon de délibérer sur la tenue des collèges par d’autres que par les Jésuites. Il avait donné l’autorisation de faire des concordats avec des corps séculiers ou avec des particuliers et de fixer les appointements. Après délibération19 et, bien sûr, avis de l’archevêque, on décida de confier le Grand Collège ou collège de la Trinité aux Oratoriens et le Petit Collège ou collège Notre-Dame20 aux Joséphistes. Monsieur Genève s’éleva contre le recours à des congrégations, affirmant qu’elles risquaient de transmettre l’esprit de parti à de jeunes esprits. À l’inverse, d’autres, comme Lacour ou Charrier de La Roche, firent prévaloir l’idée que le recours à une société de prêtres était plus économique, plus propice à la fourniture de remplaçants en cas de maladie. Et Charrier de La Roche ajoutait, avec une allusion évidente aux malheureuses affaires du P. La Valette qui avaient pesé dans la décision d’exclure les Jésuites : « Il faudra bien du temps pour que les Oratoriens et les missionnaires soient en état de faire sortir de l’argent du royaume et de faire passer des trésors à l’étranger ». Il y a aussi des doutes émis sur l’aptitude des Joséphistes à enseigner littérature et « hautes sciences ». Mais on soutint qu’ils formaient de brillants sujets, qu’ils comptaient des écrivains dans leurs rangs et qu’il ne s’agissait que d’enseigner humanités et rhétorique. Charrier de La Roche déclara encore que cette congrégation était « une des plus difficiles dans le choix de ses sujets et dans l’attention de les cultiver et de les former ». Le 8 octobre 1762, un concordat est signé avec les Missionnaires de Saint-Joseph. Le collège Notre-Dame leur sera remis par le consulat. Les cours seront assurés par des Joséphistes, jusqu’à la rhétorique comprise. Cependant, les lettres patentes du roi, le 29 avril 1763, si elles confièrent bien le collège de la Trinité aux Oratoriens, ne reprirent pas la proposition de donner le Petit Collège aux Joséphistes21. Ce sont des maîtres isolés qui enseigneront dans cet établissement. Il est difficile de dire la raison exacte de ce rejet des Joséphistes. Du moins, ces lignes d’un Compte rendu de L’Averdy, conseiller au Parlement de Paris, qui, dit l’auteur, font écho à des mémoires remis par un officier de la sénéchaussée de Lyon, offrent-elles une piste qui ne surprend guère : la congrégation ne pourrait soutenir le collège,

  • 22 Compte rendu aux chambres assemblées, par M. de L’Averdy, concernant les trois établissements que l (...)

« tout son but est l’instruction des gens de la campagne et elle n’a établi de petits collèges ou pensionnats que dans la vue d’y former des sujets propres à recruter la congrégation, ayant toujours négligé d’ailleurs la littérature, les mathématiques et la philosophie »22.

  • 23 A.D. Rhône, 21 H 7 et 21 H 34 à 21 H 40.

Les Joséphistes avaient donc bel et bien manqué l’occasion de diriger un collège à Lyon. Dans la ville de leur maison-mère, leurs activités de professeurs demeurèrent jusqu’à la Révolution centrées d’une part sur le séminaire avec l’enseignement de la philosophie et de la théologie, et, d’autre part, sur un pensionnat, collège d’humanités, situé à Saint-Rambert, aux portes de la ville23. Il date des années 1720, ne fonctionne pas de 1729 à 1747 en raison de l’interdiction faite aux Joséphistes de tenir des pensionnats, mais reprend vie après et, dans la seconde moitié du siècle, profite de l’engouement des parents d’élèves pour les pensionnats. À la veille de la Révolution, pour 400 livres environ de pension annuelle, une soixantaine d’enfants suivent des études jusqu’à la rhétorique comprise. C’est dire que l’enseignement est préparatoire à celui du séminaire et qu’une partie des élèves deviendront séminaristes. Le collège comprend un supérieur, un préfet, un professeur de rhétorique et cinq régents de la seconde à la basse classe. Si l’essentiel de l’enseignement porte sur la religion, la langue latine, le français, mais aussi l’histoire, la mythologie et la géographie, l’éducation n’est pas négligée puisque l’on y apprend aux enfants à marcher, à se présenter et à saluer.

  • 24 A.D. Ain, D 20 ; A.D. Rhône, 21 H 77 à 21 H 85. Le lycée X. Bichat occupe ses bâtiments.
  • 25 B.M. Lyon, ms Coste 270, fol. 47 r° : en 1661, M. Mounier déclare qu’il « a fait ses estudes sous c (...)
  • 26 A.D. Rhône, 21 H 77 et 21 H 78.
  • 27 A.D.Rhône, 21 H 78.

9Hors de Lyon, les Joséphistes sont, au contraire, parvenus à gérer des collèges en nombre relativement important, puisqu’ils sont neuf à la veille de la Révolution. Les archives qu’ils ont laissées sur place, mais aussi les rapports des inspections que la congrégation organise régulièrement permettent de les connaître assez bien. À deux exceptions près, leur création fut tardive – à partir des années 1760 – et parfois assez chaotique. Partout, c’est l’activité de missionnaires qui a d’abord fait connaître les Joséphistes et suscité une demande des autorités municipales dont on sait combien elles sont désireuses, pour des raisons économiques et culturelles, de voir un collège s’établir dans leur cité. Parfois, les missionnaires ont fondé, en même temps que la mission, une Petite école puisqu’il s’agit bien, dans les deux cas, d’aider à faire son salut. Et la Petite école appelle, un jour ou l’autre, la création du collège. Le cas du collège de Nantua, le plus ancien, est caractéristique24. Là, dès 1649, le curé de la ville a uni ses efforts à cinq disciples de Crétenet pour prêcher et instruire. Les « belles lettres » sont enseignées. Il y a un collège sans le nom en somme25. En 1677, le collège sera officiellement approuvé par l’archevêque de Lyon26 et, en dépit de conflits avec d’autres ecclésiastiques du lieu, les Joséphistes gouverneront ce collège jusqu’à la Révolution. Des documents de 1763, expliquent tout l’intérêt que la ville retire du collège27. On y apprend à « lire, écrire, l’arithmétique et la religion aux enfants de laboureurs et d’artisans qui ne sont pas destinés pour les belles lettres ». L’éducation est d’autre part donnée à cette époque jusqu’à la classe de rhétorique. Et, dans ce pays ingrat,

« l’unique ressource des habitants consiste dans le commerce que le collège favorise, par les étrangers qu’il y attire, par la consommation des provisions, des marchandises qui s’y débitent, par la circulation des espèces que produisent plus de deux cents écoliers étrangers répandus dans différentes maisons de la ville ».

  • 28 M. PACAUT, Louhans des origines à nos jours. La ville et le Louhannais dans leur histoire, Le Cotea (...)

10Les Joséphistes reçurent, au XVIIe siècle, la charge d’un second collège. Il existait à Louhans28 un collège depuis le début des années 1600, entretenu par la ville. On y enseignait « les lettres humaines et la rhétorique latine comme aussi l’écriture et l’arithmétique ». Il s’agissait de former des clercs « capables d’entrer en troisième au collège des Jésuites de Chalon », dit encore un document de 1630. Vers 1680, le collège semble mal fonctionner et on songe à le confier à un ordre enseignant. En 1688, on s’achemine vers un accord avec les Oratoriens de Chalon, mais ceux-ci se récusent finalement, faute de garanties financières suffisantes, estiment-ils. En 1690, avec l’aval de l’archevêque de Besançon, ce sont les Joséphistes qui prennent en charge le collège, recevant une somme d’argent et des terres. Ils transfèrent bientôt le collège de la maison de ville dans un bâtiment neuf. Là encore, c’est la demande de la ville qui avait été décisive.

  • 29 A.D. Rhône, 21 H 7 ; M. M. Compère, D. Julia, op. cit., t. 2, Paris, 1988. Rappelons que les deux v (...)
  • 30 Les autres collèges sont ceux d’Agen, Avignon, Carcassonne, Lyon, Mâcon, Nîmes, Saintes.
  • 31 Actuel lycée Jean Puy. A.D. Rhône, 21 H 20 ; Arch. Bibl. municipale de Roanne, 2 D1 à 2 D12. Deux b (...)

11Il fallut attendre les années 1760 pour ajouter sept autres collèges à ces deux premiers. La protection de Malvin de Montazet, le départ des Jésuites laissant des places vides, la faveur dont jouit alors la formule du pensionnat que les Joséphistes pratiquent largement, expliquent la prise en charge de nouveaux collèges. À l’Isle-Adam29, au nord de Paris, les Joséphistes avaient été appelés par le prince de Conti pour desservir la paroisse. L’activité enseignante des missionnaires se limita à l’enseignement élémentaire durant un siècle, mais, vers 1760, ils reçurent des pensionnaires qui suivaient ici les premières classes de l’enseignement secondaire. Ce petit collège subsista jusqu’à la Révolution. Le quatrième collège que prirent en charge les Joséphistes est d’une tout autre importance, puisqu’il s’agit du collège de Roanne. Ils y succédèrent presque immédiatement aux Jésuites et ce collège est au nombre des huit collèges, sur cent cinq que détenait la Compagnie de Jésus, qui furent remis à des congrégations dès 176330. Ce très vieil établissement31 devait sa création au P. Cotton et il avait réellement commencé à fonctionner en 1608. Lorsque les Jésuites furent expulsés, on songea aux Capucins qui avaient un couvent dans la ville. Mais, après une première acceptation, ceux-ci refusèrent. Des maîtres laïcs ne réussirent pas à faire fonctionner correctement l’établissement. L’administration du collège est, aux termes d’un édit de février 1763, confiée à un bureau composé de magistrats, du représentant de l’évêque, de deux officiers municipaux, de notables, du principal. Ce système de bureaux, imposé par le Parlement. voulait favoriser le recours à des maîtres laïcs. Cependant, le 30 août 1763, un concordat était signé avec les Joséphistes qui devaient enseigner selon la méthode de l’Université de Paris. Il y a donc à Roanne un compromis de fait entre l’emprise d’un bureau et celle d’une congrégation.

  • 32 A.D. Rhône, 21 H 74. Sur le collège de Belley : A.D. Ain, D 11 à D 16 ; abbé Rochet, Histoire du co (...)

12D’autres collèges furent pris en charge. Le collège de Belley était souhaité par une ville soucieuse de contenir l’émigration de ses fils vers le collège jésuite de Chambéry. Un tel établissement jouerait, d’autre part, le rôle de bastion catholique face à Genève. Il ne voit pourtant le jour qu’en 1710 et ne prend vraiment son essor que grâce à un legs de l’évêque pour l’érection d’un « séminaire-collège ». Les bâtiments sont construits de 1758 à 1763 et le collège est confié aux chanoines réguliers de Saint-Antoine en 1750. Ils doivent l’abandonner en 1768, lorsque la Commission des réguliers leur interdit d’accueillir des novices. L’évêque, Mgr Cortois de Quincey, choisit, en accord avec la ville, les Joséphistes pour leur succéder. Sept régents devront enseigner gratuitement « la théologie, la philosophie, la rhétorique et autres classes inférieures jusque et compris la sixième »32. La théologie ne sera en réalité pas enseignée.

  • 33 Aujourd’hui Bagnols-sur-Cèze, ch.l. canton du Gard.
  • 34 A.D. Gard, H 630.
  • 35 A.C. Bagnols (déposées aux A.D. Gard), GG 64 à 74 bis, 77 à 79.
  • 36 A.D. Rhône, 21 H 89.
  • 37 A.D. Rhône, 21 H 73.

13Dans la décennie 1780, quatre collèges sont confiés aux Joséphistes. À Bagnols33, les Joséphistes étaient établis par une décision du prince de Conti, leur protecteur, en 1657. Une communauté de Missionnaires de Saint-Joseph est en place en 166134. Dès 1668, la ville avait accordé une somme de 300 livres aux Joséphistes à charge de fournir deux régents. L’enseignement donné était élémentaire, mais, en même temps, les prêtres accueillaient quelques pensionnaires auxquels des connaissances correspondant à celles des basses classes des collèges était dispensées35. En 1776, la ville voudrait un véritable collège. Les Joséphistes ne semblent pas empressés à répondre à ce désir. Et la ville d’Uzès, siège épiscopal, demande elle aussi un collège aux Joséphistes, mettant en avant l’intérêt des enfants comme l’intérêt économique de la cité36. C’est le prince de Conti qui force la main des Joséphistes en faveur de Bagnols, leur rappelant qu’ils devaient quitter avant le 31 octobre 1782 le château dans lequel ils tenaient un pensionnat. En 1781, un accord intervient avec la ville qui porte sa subvention de 300 à 900 livres, qui accorde d’autres revenus encore et obtient un collège qui mènera les élèves jusqu’en rhétorique37.

  • 38 Ain, chef-lieu de canton.
  • 39 A.D. Rhône, D 22.
  • 40 A.D. Côte d’Or, B 12144, fol. 163 : lettres patentes du 22 mai 1783.

14À Thoissey38, le collège existait depuis 1680 et, jusqu’en 1769, ce furent des prêtres sociétaires qui y enseignèrent, En 1769, ils sont remplacés par des Bénédictins de Saint-Maur39, qui cèderont leur place en 1783 aux Joséphistes40. L’établissement est modeste et ne dépassera que de peu la cinquantaine d’élèves en 1789. Comme à Bagnols, c’est un « collège d’humanités » seulement, c’est-à-dire que la philosophie n’y est pas enseignée, mais ici, ce sont les Joséphistes qui ont renoncé à cet enseignement qui était assuré par les Bénédictins de Saint-Maur. Le collège de Grenoble est une autre acquisition des Joséphistes, pratiquement contemporaine, mais d’une autre ampleur. Le collège Royal-Dauphin date des années 1540. C’est un collège de « plein exercice », qui assure l’enseignement jusqu’à la philosophie comprise. Les Jésuites y ont enseigné de 1651 à 1763, puis des prêtres ont pris leur suite jusqu’en 1786. Mais, sous cette nouvelle direction, le collège pâtit de la concurrence d’un internat privé, comme il en prospère tant à cette époque. La municipalité souhaite confier le collège à un ordre. Dans un mémoire des années 1780, elle exclut le recours à différentes congrégations, et particulièrement aux Joséphistes. Ils ont des mœurs pures certes, mais

  • 41 A.C. Grenoble, GG 237.

« les hautes sciences sont encore peu goûtées dans cette société dont l’objet n’est que de prêcher dans les campagnes. Les facultés sont très bornées ; ainsi, de leur côté. nulle ressource à attendre pour les constructions ; ils ne pourraient fournir des régents que pour les basses classes. D’ailleurs, l’instabilité est à craindre parmi eux, comme chez les Oratoriens, parce que rien ne peut les empêcher de sortir »41.

  • 42 A.D. Rhône, 21 H 7.

On retrouve là, sans grande surprise, des arguments déjà utilisés contre les Joséphistes à Lyon en 1763 : leur vocation serait seulement d’évangéliser les campagnes et leurs compétences intellectuelles modestes. La ville de Grenoble se tourna vers les Bénédictins de Saint-Maur dont la notoriété était notamment portée par le succès de leur collège de Sorèze. Mais les négociations échouent et, dès le début de mai 1783, la ville prend langue avec les Joséphistes !42 La conclusion du contrat tarda cependant, tant les missionnaires de Saint-Joseph redoutaient la lourdeur de la charge d’un collège très important et tant ils entendaient conserver l’essentiel de leurs moyens pour les missions rurales. Ici encore, des traits permanents des rapports entre Joséphistes et éducation apparaissent clairement. Le contrat fut finalement signé le 23 juillet 1786. La méthode de l’Université de Paris sera suivie, mais le bureau d’administration créé en 1763 disparaît et ses attributions passent aux nouveaux desservants. Le temps des réticences à l’égard des ordres enseignants était passé. Le Parlement de Dauphiné approuve l’accord. Peu de temps avant la Révolution enfin, un dernier collège revenait aux Joséphistes : celui de Chalon-sur-Saône, plus modeste que celui de Grenoble et lié à l’existence ici d’une maison de la congrégation.

  • 43 G. Renoud, « Histoire du collège de Thoissey », Bulletin de la Société Gorini, 1938, p. 148-150. «  (...)
  • 44 Compte rendu aux Chambres assemblées par M. Rolland des différents mémoires envoyés par les univers (...)
  • 45 Arch. B.M. Roanne, 2 D 7 , n° 3 et 2 D 12.
  • 46 A.D. Ain, D 11.
  • 47 A.D. Ain, D 13, Inventaire de la bibliothèque en 1792.

15La taille des collèges que les Joséphistes tenaient à la veille de la Révolution était fort diverse. L’Isle-Adam était un petit collège, Bagnols, Nantua, Thoissey des collèges d’humanités, Belley, Grenoble et Roanne des collèges de plein exercice. Certains avaient quelques dizaines d’élèves ; d’autres dépassaient deux cents élèves (Nantua, Grenoble) ou étaient voisins de ce nombre (Belley, Roanne). Des points communs semblent s’imposer cependant, et d’abord celui d’un enseignement rénové. Les Joséphistes ont profité, pour prendre en main des collèges, tout à la fois du vide laissé par les Jésuites et de l’appui de l’archevêque Malvin de Montazet. Mais, lorsqu’ils organisent l’enseignement, il n’y a pas forcément volonté d’imiter ce que faisaient les Jésuites, Sans doute, la distribution des prix, le 30 août 1786, au collège de Thoissey, comporte un « Exercice littéraire sur le style et ses différentes espèces en forme de dialogue par M.M. les Ecoliers... terminé par quelques scènes des incommodités de la grandeur » qui est tout à fait comparable aux représentations organisées pour 1es distributions de prix des collèges de Jésuites43. Mais les différences sont plus importantes. Les Joséphistes savent renoncer à l’enseignement de la philosophie qui existait avant eux : ainsi à Thoissey, ou encore à Roanne, du moins de 1763 à 1779. Inversement, ils donnent un caractère plus moderne à leur enseignement. L’opposition aux Jésuites avait été l’occasion de dénoncer la non adéquation de leurs collèges. Le caractère universel d’une éducation à base d’humanités gréco-latines est mis en doute. Rolland d’Erceville refuse que les collèges ne servent « qu’à former des ecclésiastiques, des magistrats, des médecins et des gens de lettres ». Il veut que « l’éducation qui regarde les mœurs [soit] commune à tous », mais que l’instruction soit différente et offre « à tous les états et à tous les esprits les connaissances dont ils auraient besoin »44. Des maîtres de mathématiques, physique expérimentale, histoire naturelle doivent être nommés pour mieux distinguer ces sciences de la philosophie. De fait, lorsqu’à Roanne l’enseignement de la philosophie est rétabli en 1779, ce sont deux chaires qui sont créées, l’une de logique et l’autre de physique. Dans les années qui suivent, des sommes importantes sont consacrées à l’achat d’appareils de physique : machine pneumatique, machine électrique, prismes, balance45. A Belley, les Joséphistes créent aussi un cabinet de physique, mécanique, histoire naturelle. Il sera ouvert au public une fois par semaine46. La bibliothèque de ce même collège comporte un lot non négligeable d’ouvrages de mathématiques, physique, histoire naturelle, astronomie, biologie. On y relève le souci de se tenir au courant des nouveautés scientifiques comme en témoigne la présence de cet ouvrage : Expérience de Mongolfier47.

  • 48 A.D. Rhône, 21 H 20.
  • 49 A.D. Rhône, 21 H 78.
  • 50 Ainsi pour le collège de Belley : A.D. Ain, D 12.

16Un autre trait commun des collèges des Joséphistes est de donner une grande importance au pensionnat. Cela n’étonne guère de la part de missionnaires qui veulent éduquer pleinement et qui ont l’expérience de leur pensionnat de Saint-Rambert. Mais c’est aussi un choix qui correspond à celui du temps. Au moment de leur expulsion, les Jésuites n’avaient que seize collèges (sur cent cinq) pourvus d’un internat. À la veille de la Révolution, il y en a un dans la moitié des collèges français. Les neuf collèges des Joséphistes comportent un pensionnat48. Le nombre des pensionnaires est souvent très important par rapport au nombre total d’élèves. Si à Roanne, la proportion est modeste (34 sur 138 en 1771), celle-ci dépasse la moitié à Bagnols, de même qu’à Thoissey (34 sur 55 en 1789). Elle s’en approche même dans un très grand établissement comme celui de Nantua (92 sur 224 pour l’année 1781- 1782 ; 104 sur 234 en 1782-1783). Le goût du temps pour l’internat tient à la volonté de faire donner à ses enfants une éducation complète, comportant l’apprentissage des usages du monde. On sait que cela est expressément prévu au pensionnat de Saint-Rambert. Même dans un collège modeste comme Thoissey, il y a un maître de musique. Ce goût tient aussi à l’assurance d’une formation morale impliquant une surveillance continuelle. À Nantua, dans un mémoire de 1763, les missionnaires mettent en avant l’accueil de pensionnaires à un prix modeste et ajoutent : « On ne les perd jamais de vue, pas même pendant la nuit »49. Partout, les règlements des collèges joséphistes insistent sur l’étroite surveillance des pensionnaires, qui ne sortent que pour la promenade hebdomadaire. Cette surveillance permanente, voulue par les parents et confiée au pensionnat, ne suppose nullement désintérêt. Dans les archives des établissements de Joséphistes, comme dans d’autres d’ailleurs, on retrouve des lettres de pères s’informant des études de leur fils auprès de l’administration50.

  • 51 A.D. Rhône, 21 H 79. Procès-verbal de visite du collège daté de juillet 1711.
  • 52 W. Frijhoff, D. Julia, « L’éducation des riches. Deux pensionnats : Belley et Grenoble », Cahiers d (...)

17Resterait à analyser le recrutement des élèves, ce qui nécessiterait une autre étude. Le travail sera plus facile à faire pour les pensionnaires, puisque des registres de comptes sont conservés. Il est, en tout cas, clair que les pensionnaires sont issus d’une élite locale. En dépit de certaines assertions des Joséphistes, le prix de pension est assez élevé. Au début du XVIIIe siècle, le prix de pension au collège de Nantua pour un élève de philosophie était de 220 livres par an51. À Roanne, à la fin de l’Ancien Régime, il est de l’ordre de 300 livres ; à Grenoble et à Belley, à la même époque, de l’ordre de 400 livres. L’origine socio-professionnelle des pensionnaires des collèges de ces deux dernières villes a été étudiée52. Ces deux pensionnats puisent leurs élèves dans le monde des offices et dans celui des professions libérales. Ce qui confirme le caractère de fils de notables de ces internes, mais ce qui souligne aussi que les nobles cherchent pour leurs enfants des collèges plus lointains et plus prestigieux. Le caractère somme toute moyen des Joséphistes dans l’éducation apparaît encore ! De telles analyses devront être poursuivies.

18Il demeure qu’à la veille de la Révolution la congrégation paraissait bien en essor, pour le moins dans son rôle éducatif. Le 13 février 1790, les ordres religieux furent supprimés, à l’exception de ceux qui avaient une activité enseignante ou hospitalière. Gentil, le directeur de la communauté, insiste dans une lettre du 4 septembre 1790 adressée à la municipalité sur le fait que l’enseignement est la préoccupation principale :

  • 53 A.D. Rhône, 1 Q 479.

« Cette maison est la pépinière dans laquelle nous formons des régens pour enseigner dans huit collèges et deux pensionnats... J’ay de plus de toutes les villes où sont ces collèges et particulièrement pour Saint-Rambert des certificats de leur utilité »53.

  • 54 A.D. Rhône, 21 H 7, p. 223. Le 22 juin 1792, le conseil avait encore agrégé un prêtre, professeur d (...)
  • 55 E. Tardy, Pour l’histoire de la Petite Église. Un groupe d’anticoncordatistes dans le diocèse de Ly (...)
  • 56 En 1810, Nompère de Champagny, qui avait été élève du collège de Roanne vers 1764 et qui était main (...)

La communauté survécut jusqu’à l’automne de 179254. Après le concordat, bon nombre des anciens joséphistes survivants entreront dans le clergé concordataire diocésain, encore que quelques uns – notamment Joseph Mercier et Démaris – contribuèrent à fonder la « Petite Église » de Lyon55. Il ne semble pas qu’il y ait eu volonté de reconstruire la congrégation56. La congrégation est restée assez locale, de recrutement modeste. Elle n’avait pas toujours eu que des amis et son fondateur était bien atypique. Ce sont là autant de raisons qui peuvent expliquer qu’elle ne fut pas refondée.

Notes

1 A. Vachet, Les anciens couvents de Lyon, Lyon, 1895, p. 441-449.

2 La vie de vénérable messire Jacques Crétenet, prêtre et instituteur de la congrégation des prêtres missionnaires de Saint-Joseph de la ville de Lyon…, Lyon, 1680 est passablement hagiographique. Elle est trop largement utilisée dans H. Brémond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, VI, La conquête mystique, Paris, 1922, p. 411-416 (même texte dans Bulletin historique du diocèse Lyon, n° 3, 1922, p. 84-91) ; C. Ferran, « Jacques Crétenet, chirurgien barbier lyonnais et fondateur de l’ordre des Joséphistes dans cette ville au XVIIe siècle », Bulletin de la Société française d’histoire de la médecine, t. 32, avril-juin 1938, p. 3-31 et surtout C.-H. Lerch, « Documents inédits sur Jacques Crétenet chirurgien et instituteur de la congrégation des prêtres missionnaires de Saint-Joseph de Lyon au XVIIe siècle », Actes du 38e congrès de l’Association bourguignonne des sociétés savantes, Société historique et archéologique, Langres, 1969, p. 150-180.

3 M. Lucenet, Lyon malade de la peste, Palaiseau, 1981.

4 Ain, ar. Nantua, c. Oyonnax.

5 L. Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, 1987.

6 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922.

7 F. Baumal, Tartuffe et ses avatars, Paris, 1925 ; F. Lachèvre, Glanes bibliographiques et littéraires, t. 2, Paris, 1929, p. 106-111 et la notice de G. Couton, Clefs du « Tartuffe », dans son édition de Molière, Oeuvres complètes, Paris, 1971, t. 1, p. 875 sq.

8 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922.

9 F. Baumal, Tartuffe et ses avatars, Paris, 1925 ; F. Lachèvre, Glanes bibliographiques et littéraires, t. 2, Paris, 1929, p. 106-111 et la notice de G. Couton, Clefs du « Tartuffe », dans son édition de Molière, Oeuvres complètes, Paris, 1971, t. 1, p. 875 sq.

10 AM. Lyon, GG 115, pièce 7.

11 AM. Lyon, GG 115, pièces 5 et 6.

12 Y. Poutet, J. Roubert, Les « assemblées » secrètes des XVIIe-XVIIIe siècles en relation avec l’Aa de Lyon. Edition critique des Annales d’une Aa lyonnaise, Piacenza, 1968.

13 AM. Lyon, GG 115, pièce 7. Les divers actes de fondation ne mentionnent pas Jacques Crétenet. Dans la liste des prêtres figure en revanche Georges Crétenet, son fils.

14 A.D. Rhône, 21 H 6 et 21 H 9 ; B.M. Lyon, Ms fonds général 2006 et Ms bibl. du Palais des Arts 51 ; cf. aussi T. Malley, « A propos d’un vieux livre », L’université catholique, t. 68, 15 novembre 1911, p. 315-337.

15 Y. Poutet, J. Roubert, op. cit., p. 21 et 57.

16 B.M. Lyon, Ms Coste 270, fol. 26 v°.

17 A.D. Rhône, 1 G 145, fol. 50 v° et 51 r°, registre de l’extraordinaire, 24 décembre 1685.

18 Cité par J. Godard, Le jansénisme à Lyon. Benoit Fourgon (1687-1773), Paris, 1934, p. 128. Léonard Michon, avocat du Roi au bureau des finances de la généralité de Lyon, rédigea un Journal à partir de 1715. Les Jésuites avaient rouvert en 1704 le pensionnat du collège de la Trinité, détruit par un incendie en 1644.

19 A.D. Rhône, D 264, registre de délibérations du bureau des collèges.

20 Sur le Petit Collège, cf. M. M. Compère, D. Julia, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 1984, t. 1, p. 397-401. Sur Charrier de la Roche et Genève, cf. J.-P. Gutton, dir., Les Lyonnais dans l’histoire, Toulouse, 1985.

21 Lettres patentes... portant règlement pour l’administration des collèges de la ville de Lyon, Paris, 1763.

22 Compte rendu aux chambres assemblées, par M. de L’Averdy, concernant les trois établissements que les ci-devant soi-disans Jésuites occupoient à Lyon, du 8 mars 1763, Lyon, 1763, p. 43-83.

23 A.D. Rhône, 21 H 7 et 21 H 34 à 21 H 40.

24 A.D. Ain, D 20 ; A.D. Rhône, 21 H 77 à 21 H 85. Le lycée X. Bichat occupe ses bâtiments.

25 B.M. Lyon, ms Coste 270, fol. 47 r° : en 1661, M. Mounier déclare qu’il « a fait ses estudes sous ces mrs au collège de Nantua et a toujours demeuré sous leur conduite ».

26 A.D. Rhône, 21 H 77 et 21 H 78.

27 A.D.Rhône, 21 H 78.

28 M. PACAUT, Louhans des origines à nos jours. La ville et le Louhannais dans leur histoire, Le Coteau, 1984, p. 207-208 ; A.D. Saône -et-Loire, J 311 ; Arch. com. Louhans déposées aux A.D. Saône-et-Loire, GG 26.

29 A.D. Rhône, 21 H 7 ; M. M. Compère, D. Julia, op. cit., t. 2, Paris, 1988. Rappelons que les deux volumes de cette publication sont à consulter sur l’histoire de tout collège.

30 Les autres collèges sont ceux d’Agen, Avignon, Carcassonne, Lyon, Mâcon, Nîmes, Saintes.

31 Actuel lycée Jean Puy. A.D. Rhône, 21 H 20 ; Arch. Bibl. municipale de Roanne, 2 D1 à 2 D12. Deux bonnes études : L. Vivier, Petite histoire du collège de Roanne 1607-1931, Roanne, 1931 (réimpression in Mémoires d’un centenaire. Le lycée Jean Puy, Roanne, 1989) ; M. Vallet, « Le collège des Jésuites de Roanne de 1607 à 1793 », Etudes foréziennes, VIII, 1975, p. 107-126.

32 A.D. Rhône, 21 H 74. Sur le collège de Belley : A.D. Ain, D 11 à D 16 ; abbé Rochet, Histoire du collège-séminaire de Belley, Lyon. 1898.

33 Aujourd’hui Bagnols-sur-Cèze, ch.l. canton du Gard.

34 A.D. Gard, H 630.

35 A.C. Bagnols (déposées aux A.D. Gard), GG 64 à 74 bis, 77 à 79.

36 A.D. Rhône, 21 H 89.

37 A.D. Rhône, 21 H 73.

38 Ain, chef-lieu de canton.

39 A.D. Rhône, D 22.

40 A.D. Côte d’Or, B 12144, fol. 163 : lettres patentes du 22 mai 1783.

41 A.C. Grenoble, GG 237.

42 A.D. Rhône, 21 H 7.

43 G. Renoud, « Histoire du collège de Thoissey », Bulletin de la Société Gorini, 1938, p. 148-150. « Exercice littéraire » comparable à Roanne le ler septembre 1766, cf. L. Vivier, réimpression citée, p. 40-41.

44 Compte rendu aux Chambres assemblées par M. Rolland des différents mémoires envoyés par les universités dans le ressort de la cour, en exécution de l’arrêt des Chambres assemblées, du 3 septembre 1762, relativement au plan d’études à suivre dans les collèges non dépendants des universités et à la correspondance à établir entre les collèges et les universités (13 mai 1768). Recueil de plusieurs ouvrages de Monsieur le président Rolland, Paris, 1783.

45 Arch. B.M. Roanne, 2 D 7 , n° 3 et 2 D 12.

46 A.D. Ain, D 11.

47 A.D. Ain, D 13, Inventaire de la bibliothèque en 1792.

48 A.D. Rhône, 21 H 20.

49 A.D. Rhône, 21 H 78.

50 Ainsi pour le collège de Belley : A.D. Ain, D 12.

51 A.D. Rhône, 21 H 79. Procès-verbal de visite du collège daté de juillet 1711.

52 W. Frijhoff, D. Julia, « L’éducation des riches. Deux pensionnats : Belley et Grenoble », Cahiers d’histoire, 1976, p. 105 - 131 et G. Brunet, « L’enseignement secondaire dans l’Ain à la fin de l’Ancien Régime. L’exemple du collège de Belley (1770-1792) », Les nouvelles annales de l’Ain, 1982, p. 31-44.

53 A.D. Rhône, 1 Q 479.

54 A.D. Rhône, 21 H 7, p. 223. Le 22 juin 1792, le conseil avait encore agrégé un prêtre, professeur de rhétorique à Belley, à la congrégation, Ibid., p. 221.

55 E. Tardy, Pour l’histoire de la Petite Église. Un groupe d’anticoncordatistes dans le diocèse de Lyon, Saint-Etienne, 1909 et C. Latreille, La Petite Église de Lyon, Lyon, 1911.

56 En 1810, Nompère de Champagny, qui avait été élève du collège de Roanne vers 1764 et qui était maintenant recteur, fit de l’école secondaire de Roanne un collège d’université et confia l’enseignement à des Joséphistes. Il s’agissait d’anciens Joséphistes et qui ne restèrent guère, cf L. Vivier, réimpression citée, p. 51. Arch. B.M. Roanne, 2 T1 1, liasse dans laquelle on trouvera un discours de Nompère de Champagny (12 novembre 1810) avec ces mots (p. 3) : « Je ramène donc dans votre sein, citoyens vertueux, quelques de ces précieux restes que j’ai rassemblés ; ce sont eux, avec leurs disciples, qui vont semer, arroser, féconder ; et c’est vous qui moissonnerez. »

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search