Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Structures sociales et administration

Correspondance et médicalisation : curés, médecins et administrateurs en Lyonnais au xviiie siècle

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Correspondre jadis et naguère, 120e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 1995, Pierre Albert, (dir.), 1997, Paris, p. 361-372.

Texte intégral

  • 1 Arch. communales, Brignais, GG3 ; Coise, GG6 ; Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, GG8.
  • 2 A. des Cilleuls, « La Michodière et la statistique de la population », Séances et travaux de l’Acad (...)
  • 3 Voir en particulier l’ouvrage de l’abbé Noël Chomel, Dictionnaire économique contenant divers moyen (...)

1C’est banalité que de rappeler le rôle d’informateur du curé d’Ancien Régime, surtout à la campagne. Auprès de l’intendant ou de son subdélégué, les curés adressent des suppliques pour appuyer une demande de « moins imposé », obtenir d’être délivrés d’une fille de mauvaise vie ou d’un « insensé ». Sans doute le souci de l’Église tridentine est-il de limiter le rôle profane des clercs. Sans doute aussi, la royauté par un édit d’avril 1695, confirmé par une déclaration du 16 décembre 1698, a-t-elle dispensé les curés de lire au prône les annonces temporelles. Pourtant, au XVIIIe siècle, leur rôle s’accroît. À partir des années 1760, l’administration correspond beaucoup avec eux pour la diffusion des idées nouvelles en agronomie. Il en va de même dans le domaine de la statistique démographique. Au temps (1757-1762) où La Michodière est intendant à Lyon, une correspondance s’établit avec certains curés qui fournissent des relevés de baptêmes, mariages, sépultures1. Il y a là une partie du travail préparatoire aux Recherches sur la population des généralités d’Auvergne, de Lyon, de Rouen et de quelques provinces et villes du Royaume, Paris, 1766, dont on sait qu’elles sont essentiellement consacrées à la détermination d’un multiplicateur universel permettant de connaître le chiffre de population à partir de comptages sur les registres paroissiaux. C’est aussi une des origines des relevés qu’une circulaire de Terray, en 1772, rendra obligatoire et centralisera au Contrôle général2 . Enfin, traditionnellement les curés ont un rôle sanitaire. Ils connaissent souvent les moyens de guérir ou de soulager3. Depuis les années 1710 ils contribuent à distribuer les « remèdes du roi ». Mais dans ce domaine, la seconde moitié du XVIIIe siècle connaît des nouveautés importantes. Vers 1750 un « médecin correspondant des épidémies » est créé dans chaque intendance. En 1776, la Société royale de médecine est fondée. Le pouvoir fait désormais confiance aux médecins pour l’informer. Il en résulte désormais un dialogue entre des médecins soucieux d’observations scientifiques et des curés qui conservent un rôle indispensable d’informateurs. C’est cette coopération et cette concurrence que nous voudrions évoquer dans le cadre de l’ancienne généralité de Lyon qui couvrait Lyonnais, Beaujolais et Forez.

  • 4 J. Meyer, « Une enquête de l’Académie de médecine sur les épidémies (1774-1794) », Annales ESC, 196 (...)

2Le 29 avril 1776, un arrêt du Conseil d’État crée une « commission de médecine à Paris pour tenir une correspondance avec les médecins de province, pour tout ce qui peut être relatif aux maladies épidémiques et épizootiques ». C’est le premier médecin du roi, Lassone qui avait poussé Louis XVI à cette mesure4. Au gouvernement, des hommes comme Malesherbes et Turgot encourageaient l’initiative. Le but était d’enrayer la propagation des épidémies, mais aussi de rompre l’isolement des médecins de province. L’idée n’était pas nouvelle. Vers 1730, Pierre Chirac, premier médecin de Louis XV, l’avait déjà présentée. L’opposition de la Faculté de médecine de Paris avait fait abandonner le projet et Chirac était d’ailleurs mort dès 1732. En 1776, au contraire, la Société de correspondance royale de médecine fut fermement organisée. Le nombre de ses membres, primitivement de huit, est bientôt porté à quatorze, puis à trente en 1778. Sous la présidence de Lassone, le célèbre anatomiste Vicq d’Azyr étant secrétaire perpétuel, elle a pour mission de fournir aux médecins de province des listes de symptômes et de remèdes pour arrêter épidémies et épizooties. Pour ce faire, elle entretiendra une correspondance avec des médecins et même des chirurgiens de tout le royaume. Certains d’entre eux auront le titre de correspondants, mais tous peuvent adresser des observations et demander des conseils. Les commissaires pourront d’autre part être envoyés dans les différentes régions lorsque leur présence sera nécessaire. Pour mettre en œuvre ce vaste programme, les méthodes utilisées sont celles des académies : correspondances, médailles ou jetons récompensant des mémoires qui sont imprimés lorsqu’ils sont jugés particulièrement utiles. Le questionnaire que Vicq d’Azyr adresse à ses correspondants, et qui porte sur la situation, les eaux, les maladies, le climat du lieu, est d’ailleurs directement inspiré d’un questionnaire de Maret, secrétaire perpétuel de l’académie de Dijon. Mais, en même temps, l’action de la Société royale de médecine a des aspects officiels. La correspondance devait passer « sous l’enveloppe de M. le Contrôleur général des Finances ». C’est la marque de la volonté des Finances de mettre la main sur un service de statistiques en gestation. Peut-être est-ce aussi espoir d’obtenir plus facilement de la part de médecins que de la part de subdélégués des renseignements sur climats et récoltes, renseignements sensibles en raison de leur connotation fiscale ? C’est, en tout cas, ce qui explique que, si les documents relatifs à l’histoire de la Société royale de médecine se trouvent essentiellement dans le fonds déposé à l’Académie de médecine, les séries C des archives départementales peuvent aussi conserver trace de la correspondance échangée.

  • 5 B. Gille (éd.), Les sources statistiques de l’histoire de France des enquêtes du XVIIe siècle à 187 (...)
  • 6 Aujourd’hui Saint-Symphorien-sur-Coise, chef-lieu de canton du département du Rhône.
  • 7 Arch. communales Sainte-Consorce, GG1.
  • 8 Arch. communales Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, GG9.
  • 9 Arch. communales Marcilly d’Azergues, GG2.
  • 10 Arch. dép. Rhône, 1C21.

3La mise sur pied de ce réseau médical de correspondance était, à coup sûr, une nouveauté. Mais une nouveauté relative cependant. Depuis la fin du XVIIe siècle au moins, la monarchie commençait à avoir des curiosités médicales. Ce n’était qu’un aspect d’un souci statistique grandissant, largement favorisé par les travaux des premiers « arithméticiens politiques »5. Pour répondre aux demandes du pouvoir, les intendants et leurs subdélégués sont assez mal armés, surtout dans les nombreuses régions où la communauté d’habitants n’a pas de structures administratives bien solides. Aussi s’adressent-ils aux curés qui manifestent parfois, dès le début du XVIIe siècle, une étonnante curiosité sanitaire. Sur les registres paroissiaux de Saint-Symphorien-le-Châtel6, le curé Claude Payre note régulièrement les causes des décès des paroissiens dont il enregistre la sépulture de 1703 à 1737. En 1675 et en 1681, le curé de Sainte-Consorce indique que certains décès d’enfants sont causés par la petite vérole7, de même que le curé Ranchon à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or dans les années 17608. De plus, dans la première moitié du XVIIIe siècle, deux événements contribuent à donner un plus grand rôle sanitaire aux curés. Le premier est la peste de 1720. En ce temps, ce sont les curés qui délivrent des billets de santé permettant aux paroissiens de voyager parce que le billet certifie qu’ils partent d’un lieu non infecté. Certains curés diffusent en chaire des conseils de prudence, ainsi à Marcilly d’Azergues9. L’autre événement est la distribution des « boëtes de remèdes du Roy » instaurée à la fin du règne de Louis XIV. Les subdélégués doivent les faire distribuer par les « sœurs grises, curés ou autres personnes intelligentes ». On conserve10 un état de distribution (qui peut dater de 1756) de ces boites dans la généralité de Lyon : sur 24 boîtes, 6 sont confiées à des curés.

4La nouveauté de la mise en place d’un réseau de médecins correspondants n’est pas seulement relative en raison du rôle plus ancien en ce domaine des curés. Elle l’est aussi parce que vers 1750 ont été créés des médecins « correspondants des épidémies ». Ils sont chargés, sous l’autorité de l’intendant, de jouer un rôle d’informateur en ce domaine, rôle que certains intendants avaient d’ailleurs joué jusque-là. L’institution mettra une vingtaine d’années à se diffuser partout. Son fonctionnement donne toujours une place aux curés puisque c’est à eux qu’il revient d’avertir, en cas d’augmentation des décès, le subdélégué qui, par l’intermédiaire de l’intendant, alertera le médecin correspondant. Ce dernier demande au médecin le plus proche du lieu suspect de s’y rendre, de juger de la réalité ou non de l’épidémie et de prescrire des remèdes. Le médecin correspondant doit, d’autre part, présenter à l’intendant des comptes précis des journées de médecins et de chirurgiens, des remèdes distribués. Cette comptabilité permet à la monarchie de prendre en charge les frais occasionnés par les malades pauvres. En 1776, Louis XVI demande à Vicq d’Azyr de faire une enquête sur les épidémies de l’année précédente et d’en rendre compte à Lassone. L’enquête insiste sur l’isolement des médecins et Lassone propose au roi la création de la commission qui devient Société royale de médecine.

5La nouveauté résidait dans la mise sur pied d’un réseau de correspondants médicaux. Parmi eux, certains sont modestes. La Société prend connaissance, deux fois par semaine, des mémoires et observations qu’on veut bien lui adresser et elle répond aux demandes de conseils. Dans un Avis elle fait connaître qu’il

  • 11 P. 4 de Avis sur la Correspondance de la Société Royale de Médecine, et sur les objets dont cette C (...)

« est essentiel de détruire ici l’erreur où sont quelques médecins qui ne correspondent point avec la société, parce qu’elle a déjà des Associés ou des Correspondans dans les lieux qu’ils habitent. La Compagnie est bien éloignée d’avoir adopté ce principe ; elle désirerait avoir tous les Médecins du Royaume pour correspondans, et elle conferera ce titre à tous ceux qui concourront d’une manière utile à remplir les vues de son institution. »11

  • 12 Archives SRM déposées à l’Académie nationale de médecine, cartons 132, dossier 47, 149, dossier 32, (...)
  • 13 Arch. dép. Rhône, 1C21 et Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1790, p. 12 (...)
  • 14 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1779, p. 338. On trouvera l’analyse d (...)
  • 15 Arch. SRM, carton 140, dossier 41.
  • 16 Ibid., carton 115, dossier 15. Arch. dép. Loire, Table des baux : enregistrement 6172 et ibid., C 6 (...)
  • 17 Arch. dép. Rhône, 1C21.
  • 18 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1779, p. 41.
  • 19 Ibid., Paris, 1780, p. 15 et Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, et des provin (...)
  • 20 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1788, p. 23.
  • 21 Ibid., Paris, 1790, p. 10, 33.
  • 22 Ibid., p, 33.
  • 23 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1779, p. 28 et 1785, p. 48.
  • 24 Ibid., 1785, p. 47 et A. Besançon, « L’Académie royale de Villefranche-en-Beaujolais. 1677-1789 », (...)
  • 25 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1782, p. 29 ; Cl. Latta, « Trois conv (...)

C’est ainsi que Paret, médecin à Saint-Étienne, lui adresse, en 1777, un mémoire sur les enfants trouvés puis, au printemps 1783, un mémoire sur les maladies du pancréas. Il décrit aussi une fièvre putride qui a sévi à Saint-Étienne dans l’hiver 1766-1767 et entretient une correspondance avec la Société jusqu’en 178912. Des chirurgiens correspondent aussi. Dans un imprimé sur les Prix distribués et proposés dans la séance publique de la Société Royale de médecine tenue au Louvre le 28 août 1787, on note qu’elle distribue trois prix à des médecins, mais ajoute une mention honorable pour M. Gény, « de la plaine du Forez, prévôt des maîtres en chirurgie de la ville de Montbrison en Forez » et auteur d’un topographie médicale13. Lanoix, « maître en pharmacie à Lyon » demande une analyse des eaux minérales d’Orliénas14. Il peut s’agir, au contraire, de personnages beaucoup plus connus. En 1791, Martin, dit l’Aîné, adresse à la Société une lettre qui décrit « une nouvelle méthode d’extraire la pierre de la vessie de l’homme »15. Aîmé Martin avait été reçu au concours du majorat de la Charité de Lyon en 1788 et il sera chirurgien-major de 1793 à 1798. Devaux, médecin à Roanne, envoie des observations. Il est l’un des médecins de l’hôpital et son niveau social élevé est attesté par la possession d’un domaine à quelques lieues de la ville et par une cote importante dans le tableau des propriétaires et habitants16. Mais la Société, qui se conduit comme une académie, recrute aussi dans les provinces des associés régnicoles et des correspondants. Cette politique volontariste est d’ailleurs préparée par des listes, demandées aux intendants, des médecins et des chirurgiens des hôpitaux, particulièrement au temps de Necker17. Ce sont ces correspondants qui ont un titre qui sont les plus importants. À Lyon c’est en particulier Louis Vitet (1736-1809), associé régnicole dès août 1776, médecin célèbre qui publie un manuel de médecine vétérinaire et une pharmacopée et qui propose des réformes hospitalières. Il sera en 1786, à la demande de l’intendant, le créateur d’une école gratuite de sages-femmes. Puis de 1790 à 1792 il sera maire de Lyon. D’autres Lyonnais reçoivent un titre de la part de la Société. En 1778, Rast, « docteur en médecine de l’université de Montpellier demeurant à Lyon », est nommé correspondant18. En 1779, c’est le tour de Janin, « maître en chirurgie et occuliste à Lyon ». L’Almanach de la province indique qu’il est membre du Collège royal de chirurgie de Paris, ancien chirurgien aide-major des armées du Roi, membre des académies de Dijon et de Villefranche19. En avril 1786, Dumas, docteur en médecine, est nommé correspondant20. En mars 1788, c’est le tour de Desgranges, chirurgien qui deux ans plus tôt avait obtenu un jeton d’or de la Société pour les nombreuses observations anatomiques et pathologiques qu’il avait envoyées21. En octobre 1788, Willermoz fils, docteur en médecine, reçoit, lui aussi, le titre de correspondant22. Pour le Beaujolais, deux médecins jouent un grand rôle. Jean-André Gontard (1710-1782) est « associé régnicole ». Il a reçu ce titre en septembre 1776, donc très peu de temps après Vitet, dans les premiers mois du fonctionnement de la Société23. Il est vrai qu’il était déjà médecin des épidémies. Originaire du Comtat Venaissin, il est médecin de l’hôpital de Villefranche. Le second, Pierre Morel (1723-1812) est aussi médecin de l’hôpital. Il est nommé correspondant en février 1782, peu de temps avant la mort, en août, de Gontard. Tous deux sont membres de l’Académie de Villefranche et y font des communications sur les découvertes médicales24. Pour Montbrison, deux médecins de la ville, Dubouchet et Richard de Laprade, sont nommés correspondants en mai 1790. Pierre Dubouchet (1737-1818) sera, plus tard, conventionnel régicide et deux fois maire de Montbrison. Quant à Marin Richard de Laprade (1744-1797) il fit une brève carrière militaire puis devint docteur en médecine (1770) à Montpellier. En 1778, il publie à Lyon une Analyse et vertus des eaux minérales du Forez et quelques autres sources. Sa topographie médicale de Montbrison ne sera publiée qu’au XIXe siècle, mais il est vite dans sa ville un médecin réputé25.

  • 26 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, dix volumes parus correspondant aux a (...)
  • 27 H. Hours, La lutte contre les épizooties et l’école vétérinaire de Lyon au XVIIIe siècle, Paris, 19 (...)
  • 28 Arch. SRM, carton 199, dossier 21, pièces 1 à 3. Gontard, en 1788, s’était déjà opposé à un charlat (...)

6Il faut maintenant s’interroger sur l’activité du réseau de correspondants de la Société royale de médecine. La consultation des archives de la Société comme celle de l’Histoire et mémoires montrent qu’elle est très diverse26. Les correspondants donnent d’abord des renseignements sur ce qu’est l’art de soigner vers 1780. On est frappé en particulier par la propension des médecins et des chirurgiens à s’intéresser autant – ou presque – aux maladies du bétail qu’à celles des hommes. Il est vrai que nous sommes à l’époque où l’art vétérinaire n’en est qu’à ses débuts et a encore des difficultés à définir son champ d’intervention. Les débuts de l’école vétérinaire de La Guillotière, fondée en 1762 et qui fut la première du monde, ne sont-ils pas marqués par un conflit entre ceux qui voulaient développer un art de guérir spécifique aux animaux et ceux qui pensaient que les élèves de l’école pourraient aussi soigner les hommes ? Claude Bourgelat, fondateur de l’école, tranche en faveur de la première solution27. La correspondance de la Société montre, en revanche, combien la lutte est désormais engagée par les médecins contre les empiriques, au nom de la science. On lira, à cet égard, la correspondance du médecin caladois, Morel, avec la Société. Le 29 octobre 1783, il écrit pour dénoncer « un empirique qui avait commencé ici à distribuer son baume avec tout l’appareil du charlatanisme ». Morel a de la peine à obtenir que le lieutenant général de la sénéchaussée interdise « à cet aventurier la distribution de son orviétan ». D’autant que le procureur du Roi, peut-être animé par un médecin, pousse à autoriser les activités du « charlatan ». Morel demande à la Société d’user de son autorité pour faire interdire ces dernières. Échouer en ce domaine risquerait de créer un fâcheux précédent. Au reste, l’article X des lettres patentes qui ont établi la Société donne pouvoir pour agir en ce sens28.

  • 29 Ibid., carton 119, dossier 12. Maclas : Loire, arr. Saint-Étienne, c. Pélussin.
  • 30 Ibid., carton 172, dossier 15. Description de M. Pecgaz chirurgien. Saint-Laurent-de-Chamousset : R (...)
  • 31 J. Meyer, op. cit.

7Les correspondances échangées donnent bien sûr aussi de multiples renseignements sur les maladies et les remèdes proposés. Il peut s’agir d’indications ponctuelles, comme une description, en 1786, d’un supposé cas de rage à Maclas29, une épidémie de petite vérole à Saint-Laurent-de-Chamousset30. Mais, plus souvent, il s’agit de descriptions médico-topographiques, c’est-à-dire d’observations sur le physique et le moral de l’homme liées à des notations chimiques, géologiques, météorologiques, sociologiques. Car c’était bien là une des originalités de la Société : susciter des correspondances qui puissent aisément s’intégrer dans un plan d’ensemble. L’immense enquête est guidée par trois hypothèses : rechercher les liens entre les saisons et les épidémies ; relever les particularités géographiques pour aboutir à une géographie des pathologies ; se demander pourquoi « les épidémies semblent quelquefois respecter une classe de citoyens ». Ce sont ces hypothèses qui font l’intérêt de cette immense enquête de la Société. Comme on l’a souligné31 elles sont loin d’être nouvelles. Le souci de classer les épidémies en fonction du climat est repris de l’œuvre de Sydenham, médecin néo-hippocratique du XVIIe siècle. On invoque Galien et Hippocrate sur l’influence des saisons. Ce qui fait la nouveauté c’est que baromètre et thermomètre sont, à partir des années 1775, fiables et que le travail des correspondants est guidé par un questionnaire très précis. Celui-ci comporte toute une série de questions sur la situation du lieu, la nature du sol, des eaux, des pâturages, des inondations ou des sécheresses, les signes cliniques des épidémies et des épizooties, les remèdes utilisés, le régime des convalescents... Il y a déjà là une somme de renseignements supérieure à celle que comportent les enquêtes administratives de la monarchie. S’y ajoute une seconde série de questions :

« Outre les observations que fournissent les maladies elles-mêmes, il en est de très importantes et qui peuvent jeter le plus grand jour sur les premières : ce sont celles que l’on peut faire sur la température de l’air, l’état du ciel et sur celui des saisons et que l’on a coutume d’appeler du nom de météorologiques. »

Ces questions sur le climat étaient soutenues par l’envoi de tableaux à remplir qui donnent de très précis renseignements sur le temps qu’il fit en France de 1778 à 1794.

  • 32 Archives SRM, carton 172, dossier 15. Voir aussi les observations de Morel dans carton 131, dossier (...)
  • 33 Ibid., carton 149, dossier 15 (Gontard).
  • 34 Ibid., carton 118, dossier 108.
  • 35 Volumes des années 1780, 1782, 1787. Voir aussi Archives SRM, carton 135, dossier 27 et carton 141, (...)
  • 36 Bibl. nat. de France, ms fr. 14761, fol. 287.
  • 37 Archives SRM, carton 139, dossier 37.
  • 38 Lyon, Delaroche, 1781.
  • 39 Lyon, 1783, IV, 84 p. Voir R. Favre, « Du médico-topographique à Lyon en 1783 », XVIIIe siècle, 9, (...)

8Les médecins de la généralité de Lyon ont, comme dans d’autres régions, laissé des topographies médicales. On trouvera dans les archives de la Société un dossier comportant des extraits de mémoires sur la topographie, le tempérament, les maladies contagieuses, particulièrement dus à Pecgaz, chirurgien, sur Saint-Laurent-de-Chamousset et de Gontard, sur Villefranche32. Ces mémoires, comme encore des « observations noso-météorologiques faites à Villefranche en Beaujolais les années 1772-73-74 et 75 »33, rédigées en octobre 1775, sont relatifs à des périodes antérieures à 1776, c’est-à-dire à la création de la Société. Ils prouvent donc, s’il en était besoin, que le type de curiosités que favorisait la Société était présent chez les médecins dès avant 1776. Gontard laisse aussi un mémoire sur les maladies contagieuses en février 178034, qui n’est pas une topographie médicale, mais une réflexion sur le rôle éventuel de l’air dans la transmission de maladies. Les observations de Gontard sur les maladies régnantes en Beaujolais semblent prisées car elles ont souvent les honneurs de publications ou de mentions dans l’Histoire et mémoires de la Société royale de médecine35. Les médecins correspondants de Lyon œuvrent aussi beaucoup pour les observations médico-topographiques. En 1783 Vitet et Petetin adressent des observations sur les maladies des bestiaux du bailliage d’Orgelet, en Franche-Comté36. Ces deux mêmes médecins publient, depuis 1778, des feuilles hebdomadaires sur les maladies régnantes à Lyon, ce qui n’est pas sans susciter l’opposition du collège de médecine de Lyon37. En 1781, ils en tireront un ouvrage : Observations sur les maladies régnantes à Lyon38. Deux ans plus tard, paraît un autre ouvrage, Topographie médicale de Lyon, de Berthelet de Barbot39. L’auteur est peu connu. Il est « membre du Ludovicée de Montpellier, de l’Académie de Rome et du collège des médecins de Lyon » et il se dit sollicité d’écrire par des membres de la Société royale de médecine. Il s’agit en effet d’un ouvrage qui est dans le droit fil des enquêtes et des correspondances de la Société. L’auteur décrit l’habitat, l’importance de la situation, le rôle du climat sur le caractère, les mœurs, la santé et, particulièrement, sur les maladies endémiques. S’y ajoute une liste de moyens de corriger l’insalubrité de l’air. Décrivant l’aspect physique des habitants, il distingue « Lyonnais » et « ouvriers ». Alors que les premiers ont une taille « très avantageuse », les seconds sont « maigres et desséchés » et parfois sont affligés de maladies spécifiques, notamment de phtisie pulmonaire. Berthelet dénonce leur mauvaise nourriture, leur malpropreté, le surpeuplement des logements, le manque de fosses d’aisance. Il faut multiplier les fontaines et « laisser une libre circulation à l’air ». L’auteur dénonce aussi les effluves des marécages revenant avec insistance sur le lien entre climat et maladies.

  • 40 Arch. SRM, carton 131, dossier 48 et carton 132, dossier 67 pour Naudeau. Carton 115, dossier 22 et (...)

9Il y a donc bien mise en place d’un efficace réseau de correspondants médicaux dans la région lyonnaise comme dans d’autres. Chez certains correspondants, on perçoit une concurrence, voire une hostilité, à l’égard des curés. Naudeau, médecin à Saint-Étienne, propose à plusieurs reprises – en 1784, 1787, 1790 – un plan d’établissement de médecins dans les districts des campagnes. Ces médecins « ne seraient-ils pas pour le moins aussi nécessaires que les curés dans leur paroisse ? » interroge-t-il. Il renchérit en dénonçant les remèdes de « moines », de « femmes » et, à propos des curés de campagne, à qui il ne reconnaît qu’un rôle pour alerter les médecins, il stigmatise les « fautes grossières dans l’administration de ces remèdes que le gouvernement a été dans l’usage de leur confier ». Au printemps de 1790, Morel, désormais « médecin à Neuville l’Archevêque près de Lyon », propose le « Projet d’un établissement de médecins nationaux ». Le dense réseau de médecins qu’il prévoit remplace totalement le rôle des curés. Parmi les avantages prévus, Morel note : « L’Église n’offrant plus autant de places à occuper la profession utile de médecins nationaux y suppléerait »40

  • 41 « La Société a entendu la lecture d’un rapport sur les effets des aimans préparés par M. l’abbé Le (...)
  • 42 Abbé de Saint-Pierre, « Projet pour perfectionner la Médecine », publié en mai 1725 dans les Mémoir (...)
  • 43 Plan de travail arrêté par M. l’intendant de Lyon, relativement au traitement des maladies épidémiq (...)
  • 44 Arch. dép. Rhône, 1C21. Saint-Pal-de-Chalençon : Haute-Loire, ar. Yssingeaux, c. Bas-en-Basset.
  • 45 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1790, p. 1 sq.
  • 46 Arch. dép. Rhône, 1C21.

10On aurait tort, cependant, d’en conclure que médecins et chirurgiens ont entièrement remplacé les curés dans le rôle de correspondants de santé. La Société royale de médecine n’a pas d’animosité à l’égard des curés. Elle en compte certains parmi ses correspondants, elle s’efforce de favoriser leurs travaux41. On constate d’ailleurs que les multiples plans de réforme de l’exercice de la médecine qui voient le jour dans les années qui précèdent la Révolution, ou au début de celle-ci, conservent une place aux curés de campagne. Ils reprennent dans leur ensemble, les souhaits anciens de l’abbé de Saint-Pierre, dans son Projet pour perfectionner la Médecine (1725) et de Melon, dans son Essai politique sur le commerce (1734) qui demandaient que les curés soient rendus aptes à fournir une assistance médicale42. Pour la région, il faut citer un plan de Gilibert43. Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814) vient, en 1784, de rentrer de Pologne où il avait fondé une école de médecine et enseigné. L’intendant de Lyon le nomme médecin des épidémies. Dans son Plan de travail.... Gilibert donne un grand rôle aux curés des paroisses rurales. Ils doivent avertir le subdélégué, qui lui-même avertit un médecin des épidémies, dès qu’il y a trois ou quatre malades dans le village. Ils devront aussi lire publiquement des instructions d’hygiène. Comme le rôle de Gilibert sera aussi de fournir une topographie médicale de la généralité, il compte notamment sur les curés pour donner les renseignements nécessaires à la connaissance de la population : nombre de naissances, nombre de décès à la naissance, après 3 et 6 mois, 1 an, 2 ou 3 ans. On leur demandera aussi d’indiquer comment les enfants sont nourris, langés... Ce souci de susciter la correspondance des curés est d’ailleurs très vif dans l’administration provinciale du temps. Le 26 avril 1786, le subdélégué de Saint-Étienne s’adresse aux curés pour qu’ils sollicitent les médecins de « remplir les vues de Sa Majesté ». Le subdélégué de Saint-Pal-de-Chalençon, le mois suivant, écrit à l’intendant soucieux de recevoir chaque mois un rapport sur la santé des hommes et des bestiaux : « Une lettre circulaire de votre part adressée à MM les curés produirait le meilleur effet. »44. La Société, proposant en novembre 1790 un « Nouveau plan de constitution pour la médecine en France » à l’Assemblée nationale, ne les oubliera pas totalement même si la tendance est manifestement à donner le plus grand rôle aux médecins informés par les procureurs-syndics45. Au reste, à la fin de l’Ancien Régime, les administrateurs utilisent très largement encore les curés comme relais. En 1780, l’intendant de Lyon envoie dans les fabriques et dans les cures des exemplaires de manuels médicaux simples et, en particulier, de l’Avis au peuple sur sa santé de Tissot dont la première édition remontait à 176146.

  • 47 Brun, Tableau des naissances, mariages et sépultures dans les paroisses de Vaugneray, Poleymieux, V (...)
  • 48 Rhône, ar. Lyon, c. Condrieu.
  • 49 Archives communales Les Haies, GG3 et GG4.
  • 50 Analyse des eaux minérales de Charbonnière dites de Laval, Lyon, 1784, 28 p. Supplément à l’analyse (...)

11Surtout, les curés manifestent de plus en plus un souci d’observations médicales qui vont dans le sens de la politique préconisée par la Société royale auprès de ses correspondants, et peut-être même au-delà. Au-delà parce que nombre de ces curés, tout en continuant de donner un grand rôle au climat, tout en restant dans l’optique de la topographie médicale, ont tendance à insister sur les signes cliniques des maladies. Proche des réalités, ils portent attention à l’évolution du mal. Un curé bressan qui rédige un manuscrit sur la démographie de quelques paroisses47 s’intéresse à la recherche d’un coefficient multiplicateur, mais, en même temps, il s’efforce d’expliquer les causes de décès. Le curé Bernard, des Haies48, multiplie, dans ses registres paroissiaux49 les notations nosologiques. En 1772 « beaucoup de fièvres putrides dans cette paroisse ; il n’est pas cependant décédé quantité de personnes ; ils n’ont pas fait d’autres remèdes que la diète et la tisane ». Ou encore « les fièvres putrides fréquentes au commencement de 1773 ; pour la guérison : l’eau, la diette, point de vin ». Le curé de Tassin et Charbonnières, Louis Rougeat de Marsonnat écrit, de 1784 à 1787, plusieurs opuscules pour vanter les mérites des eaux minérales de Charbonnières50. Marsonnat y décrit la source, analyse les eaux et publie une lettre de Vicq d’Azyr, en date du 16 mars 1784, lui annonçant que, dans sa dernière séance publique, la Société a fait mention honorable de son mémoire sur ces eaux minérales. Mais l’essentiel de ces brochures est consacré à la description de malades guéris par les eaux de Charbonnières. On retrouve ici ce souci de médecine clinique déjà évoqué. Et le curé Marsonnat ajoute qu’il va auprès de la source questionner les buveurs sur leurs maladies et les symptômes de celles-ci.

  • 51 J. Meyer, op. cit., p. 743.
  • 52 J. Ehrard, « Opinions médicales en France au XVIIIe siècle. La peste et l’idée de contagion », Anna (...)
  • 53 M. J. Imbault-Huart, L’école pratique de dissection de Paris de 1750 à 1822 ou l’influence du conce (...)
  • 54 Op. cit., p. 46 et 18.

12Un certain nombre de conclusions apparaissent dès lors nettement. L’originalité de l’enquête de la Société royale de médecine réside surtout dans la mise sur pied d’un véritable réseau de correspondants médicaux. Mais le résultat fut mince car des relevés, si nombreux, n’aboutirent pas à une synthèse. La géographie pathologique de la France ne sera faite qu’en 1840 par François Fuster51. Si les résultats sont décevants c’est sans doute que la sensibilité médicale se transforme. Le lien entre maladies et climat dérivait de l’idée de contagion, mais, celle-ci n’étant pas connue52, l’immense travail météorologique donna peu de résultats. Dans le même temps la médecine pratique ou d’observation, ancêtre de la médecine clinique, commençait à se répandre53. Alors même que, à l’exception du marteau à réflexes, les instruments de la médecine clinique ne sont pas nés ! Le souci de décrire suscité par l’enquête de la Société contribue sans doute à expliquer ce paradoxe. Et ce goût de la description médicale est partagé par médecins et chirurgiens avec les curés, observateurs traditionnels, et même parfois avec certains administrateurs. Dans son Plan de travail... déjà cité, Gilibert évoque la « précieuse médecine clinique » et, parlant de topographie médicale, il écrit : « Mais quelque précieux que soit ce travail il doit moins fixer l’attention des médecins que les objets de la médecine clinique »54.

Notes

1 Arch. communales, Brignais, GG3 ; Coise, GG6 ; Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, GG8.

2 A. des Cilleuls, « La Michodière et la statistique de la population », Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, 1894, I, p. 614-621 et Arch. nat., F20103.

3 Voir en particulier l’ouvrage de l’abbé Noël Chomel, Dictionnaire économique contenant divers moyens d’augmenter et conserver son bien et même sa santé, Lyon, 1709, 2 vol.

4 J. Meyer, « Une enquête de l’Académie de médecine sur les épidémies (1774-1794) », Annales ESC, 1966, p. 729-749 ; J.-P. Peter, « Une enquête de la Société royale de médecine (1774-1794) : Malades et maladies à la fin du XVIIIe siècle », Annales ESC, juillet-août 1967, p. 711 à 751 ; F. Lebrun, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1983.

5 B. Gille (éd.), Les sources statistiques de l’histoire de France des enquêtes du XVIIe siècle à 1870, Genève-Paris, Droz, 1964 ; P. Chaunu, « Les sources statistiques de l’histoire de France. Problème de méthodes », Annales de Normandie, 1965, p. 3-14.

6 Aujourd’hui Saint-Symphorien-sur-Coise, chef-lieu de canton du département du Rhône.

7 Arch. communales Sainte-Consorce, GG1.

8 Arch. communales Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, GG9.

9 Arch. communales Marcilly d’Azergues, GG2.

10 Arch. dép. Rhône, 1C21.

11 P. 4 de Avis sur la Correspondance de la Société Royale de Médecine, et sur les objets dont cette Compagnie est chargée, 4 p. dans Arch. dép. Rhône, 1C21.

12 Archives SRM déposées à l’Académie nationale de médecine, cartons 132, dossier 47, 149, dossier 32, 178, dossier 14 et Bibl. nat. de France, ms fr. 14 761, fol. 101.

13 Arch. dép. Rhône, 1C21 et Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1790, p. 12. La topographie médicale est dans Archives SRM, carton 177, dossier 1, n° 8.

14 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1779, p. 338. On trouvera l’analyse dans J.-B. Lanoix, Analyse des eaux minérales d’Orliénas, Lyon, 1780. Ce même auteur s’intéressera plus tard aux fours de boulanger : Mémoires sur les fours de boulanger, Genève, 1785.

15 Arch. SRM, carton 140, dossier 41.

16 Ibid., carton 115, dossier 15. Arch. dép. Loire, Table des baux : enregistrement 6172 et ibid., C 69.

17 Arch. dép. Rhône, 1C21.

18 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1779, p. 41.

19 Ibid., Paris, 1780, p. 15 et Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, et des provinces du Lyonnais, Forez et Beaujolais, Lyon, 1773, p. 185.

20 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1788, p. 23.

21 Ibid., Paris, 1790, p. 10, 33.

22 Ibid., p, 33.

23 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1779, p. 28 et 1785, p. 48.

24 Ibid., 1785, p. 47 et A. Besançon, « L’Académie royale de Villefranche-en-Beaujolais. 1677-1789 », Bull. Sté sciences et arts du Beaujolais, 1905, p. 261 et 1906, p. 188. Gontard a notamment laissé Du traitement et de l’extinction de la variole et de la rougeole, avec un discours aux hommes sur leur santé, Lyon, 1768. Ses Œuvres furent réunies en 2 volumes en 1796. Sur Morel voir aussi Lettres de Mme Roland, Cl. Perroud, Paris, 1900, t. I, p. 549-550, 682, 703.

25 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1782, p. 29 ; Cl. Latta, « Trois conventionnels montbrisonnais : Jean-Baptiste Dupuy, Pierre Dubouchet et Claude Javogues », Villages de Forez, n° 40, octobre 1989, p. 4-19 ; « Contribution à l’histoire de la franc-maçonnerie à Montbrison (1751-1851) », Bull. Diana, t. XLVII, 1982, p. 193-212 ; Notice sur la topographie médicale de la ville de Montbrison, p.p. L. P. Gras, Montbrison, 1870 ; bibl. mun. Saint-Étienne, Ms 459. Correspondance de de Laprade avec la Société royale de médecine : archives SRM, carton 117, dossier 30 et carton 141, dossier 21.

26 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, dix volumes parus correspondant aux années 1776 à 1789.

27 H. Hours, La lutte contre les épizooties et l’école vétérinaire de Lyon au XVIIIe siècle, Paris, 1957, p. 61 sq.

28 Arch. SRM, carton 199, dossier 21, pièces 1 à 3. Gontard, en 1788, s’était déjà opposé à un charlatan : Archives SRM, carton 141, dossier 7, pièce 6. Une enquête datant des débuts de la Révolution montre aussi la volonté du corps médical de monopoliser le domaine de la santé en dénonçant les « charlatans », Voir J.-P. Goubert, « Les "marginaux de la thérapeutique" en France à la fin du XVIIIe siècle », dans Les marginaux et les exclus dans l’histoire, Paris, UGE, 1979, p. 333-353. En 1775, un médecin forézien écrit à la Société pour se plaindre de la concurrence des chirurgiens et des apothicaires. Archives SRM, carton 199, dossier 15, n° 2.

29 Ibid., carton 119, dossier 12. Maclas : Loire, arr. Saint-Étienne, c. Pélussin.

30 Ibid., carton 172, dossier 15. Description de M. Pecgaz chirurgien. Saint-Laurent-de-Chamousset : Rhône, arr. Lyon, c. Voyez aussi la demande de consultation de Vitet, auprès de la SRM, à propos de la vérole contractée par allaitement. Ibid., carton 139, dossier 41.

31 J. Meyer, op. cit.

32 Archives SRM, carton 172, dossier 15. Voir aussi les observations de Morel dans carton 131, dossier 45 et carton 194, dossier 21.

33 Ibid., carton 149, dossier 15 (Gontard).

34 Ibid., carton 118, dossier 108.

35 Volumes des années 1780, 1782, 1787. Voir aussi Archives SRM, carton 135, dossier 27 et carton 141, dossier 7.

36 Bibl. nat. de France, ms fr. 14761, fol. 287.

37 Archives SRM, carton 139, dossier 37.

38 Lyon, Delaroche, 1781.

39 Lyon, 1783, IV, 84 p. Voir R. Favre, « Du médico-topographique à Lyon en 1783 », XVIIIe siècle, 9, 1977, p. 151-159.

40 Arch. SRM, carton 131, dossier 48 et carton 132, dossier 67 pour Naudeau. Carton 115, dossier 22 et carton 193, dossier 9 pour Morel. Neuville l’Archevêque : Neuville-sur-Saône : Rhône, ar. Lyon, c.

41 « La Société a entendu la lecture d’un rapport sur les effets des aimans préparés par M. l’abbé Le Noble ; elle a pensé qu’il serait très utile que cet ecclésiastique qui a un canonicat à Vernon fut mis à portée par un échange de ce canonicat contre un bénéfice de résider à Paris pour pouvoir contribuer aux essais que la Société s’est proposé de continuer sur les vertus de l’aiman », Bibl. nat. de France, ms fr. 14761, fol. 83 : extraits des registres de la Société (mai 1783).

42 Abbé de Saint-Pierre, « Projet pour perfectionner la Médecine », publié en mai 1725 dans les Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux arts dits Mémoires de Trévoux (p. 835-872), recueilli ensuite dans ses Ouvrages de politique, Rotterdam, 1733, t. V, p. 1-54, particulièrement p. 17-20. Et p. 818 de l’édition de l’Essai... de Melon donné dans E. Daire, Économistes financiers du XVIIIe siècle, Paris, 1843.

43 Plan de travail arrêté par M. l’intendant de Lyon, relativement au traitement des maladies épidémiques, de la généralité du Lyonnais, Forez et Beaujolais, Lyon, 1784.

44 Arch. dép. Rhône, 1C21. Saint-Pal-de-Chalençon : Haute-Loire, ar. Yssingeaux, c. Bas-en-Basset.

45 Histoire et mémoires de la Société royale de médecine, Paris, 1790, p. 1 sq.

46 Arch. dép. Rhône, 1C21.

47 Brun, Tableau des naissances, mariages et sépultures dans les paroisses de Vaugneray, Poleymieux, Villars en Bresse..., 1787, bibl. mun. Lyon, fonds Coste, ms 31.

48 Rhône, ar. Lyon, c. Condrieu.

49 Archives communales Les Haies, GG3 et GG4.

50 Analyse des eaux minérales de Charbonnière dites de Laval, Lyon, 1784, 28 p. Supplément à l’analyse des eaux minérales de Charbonnière, dites de Laval, Lyon, 1785, 22 p. Précis du succès des eaux minérales de Charbonnière dites de Laval, Lyon, 1787, 35 p. Charbonnières : Rhône, ar. Lyon, c. Vaugneray.

51 J. Meyer, op. cit., p. 743.

52 J. Ehrard, « Opinions médicales en France au XVIIIe siècle. La peste et l’idée de contagion », Annales ESC, 1957, p. 46-59.

53 M. J. Imbault-Huart, L’école pratique de dissection de Paris de 1750 à 1822 ou l’influence du concept de médecine pratique et de médecine d’observation dans l’enseignement médico-chirurgical au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, Lille, 1975 qui souligne (p. 120) que l’apport de la Société royale de médecine à la médecine pratique est limité.

54 Op. cit., p. 46 et 18.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search