Version classiqueVersion mobile

Pauvreté, cultures et ordre social

 | 
Jean-Pierre Gutton

Structures sociales et administration

La sédition de Lyon en 1632

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Revue Historique, n° 513, 1975, p. 107-118.

Texte intégral

1M. Georges Couton a, dans ses travaux sur Corneille ou La Fontaine, donné une juste place à l’État qui s’affermit et étend ses prises au XVIIe siècle. Les quelques pages qui suivent sont, plus modestement, une illustration des occasions et des moyens utilisés par l’État pour s’imposer dans des villes qui avaient connu, au XVIe siècle encore, une orgueilleuse autonomie.

  • 1 P. 497-8 de S. Charléty, « Lyon sous le ministère de Richelieu », R.H.M.C., 1901-1902, t. III, p. 1 (...)
  • 2 Paris, 1963, p. 152-4.

2L’émotion populaire qui se développa à Lyon les 6 et 7 décembre 1632 ne se recommande pas à notre attention par son originalité. C’est une émeute fiscale comme il s’en déroule des dizaines dans les villes françaises de la première moitié du XVIIe siècle. Aussi bien son histoire n’a-t-elle point tenté les historiens. Elle n’est guère évoquée que dans une page d’un article ancien1 qui a été reprise par Porchnev dans son ouvrage sur Les soulèvements populaires en France de 1623 à 16482. Il est pourtant possible de reconstituer, dans le détail, le déroulement de cette émeute en utilisant les registres de délibérations consulaires. On y trouve, en particulier, un long procès-verbal qui est très précieux mais que l’on ne peut accepter sans une critique préalable. Rédigé dès le 7 décembre par le Consulat, il a pris des aspects de plaidoyer pro domo, puisqu’il s’agissait de montrer officiellement que les autorités municipales avaient fait tout ce qui était possible pour éviter, puis pour faire échouer, l’émeute. Au reste, d’autres sources viendront compléter ce document.

  • 3 A. M. Lyon, BB 181, fol. 264 sqq.

3Le procès-verbal du Consulat résume clairement les origines de l’émeute3 :

« Le samedi 4e et dimanche 5e du mois de décembre 1632 avait courru un bruit par ceste ville que Mr Claude Delagrange commis de Mr Jean Delagrange son frère fermier des cinq grosses fermes et la douane de Lyon y comprise avait reçu quelques expéditions affin d’établir en cette dite ville une augmentation des droits de la dite douane sur toutes sortes de marchandises, ce qui exitait une grande rumeur parmi les ouvriers en soye, fustaines, toiles et autres ouvrages. »

  • 4 Je dois ces renseignements à Mlle Françoise Bayard, qui achève une thèse sur les financiers de la p (...)
  • 5 A.M. Lyon, BB 171, fol.20.
  • 6 A. M. Lyon, AA 118, fol. 676-677.
  • 7 G. Pagès, « Autour du "Grand Orage". Richelieu et Marillac deux politiques », R.H., 1937, t. 179, p (...)
  • 8 A. M. Lyon, BB 182, fol. 230.

Les échevins n’étaient sans doute pas fâchés de constater que les exigences des Cinq grosses Fermes étaient à l’origine de l’émeute. Un vieux conflit, datant au moins de 1625, oppose en effet le Consulat et le fermier sur plusieurs points : utilisation par la ferme d’un poids différent, pesage de l’emballage au même titre que la soie... Le Consulat, dont la principale préoccupation est alors de défendre les intérêts marchands de la ville, est très hostile à la ferme : sa correspondance le dit d’abondance. Les Cinq grosses Fermes, auxquelles la Douane de Lyon avait été réunie, consistaient en droits d’entrées et de sorties des marchandises : imposition foraine, traite domaniale, entrée des grosses denrées, imposition du sol pour livre sur les draps, droit de cinq sols par muid de vin. Dès 1619 Jean de La Grange est adjudicataire et fermier général des Cinq grosses Fermes, Douane de Lyon comprise. Ce traitant, sieur des Coudrays en 1629, mort en 1640, offre un bon exemple du désir d’ascension vers la robe : en 1635 il tente, en vain, de devenir conseiller au présidial de Nîmes. Son fils sera conseiller au Parlement de Metz. En 1632, Jean de La Grange est, pour la troisième fois, adjudicataire de la ferme. Pour ses deux premiers baux, en 1619 et en 1624, il a été le prête-nom de divers associés dont le principal était Claude Charlot. Lors du renouvellement du bail, en 1631, il est associé pour un quart à Claude Charlot4. La Douane de Lyon, qui fait partie du bail, est levée selon un tarif qui date de 1571. Elle consiste en droits ad valorem de 5 % sur les soies et les étoffes de soie, avec un taux spécial pour certaines étoffes, de 5 % sur toutes les marchandises étrangères, de 2,5 % sur les marchandises françaises. Dans l’été de l’année 1632, de nouveaux droits, dits de « réappréciation », sont établis et c’est l’annonce de la mise en application de ce nouveau tarif qui suscite l’émeute. La réappréciation était une augmentation de la valeur officielle des marchandises sujettes à la Douane ; elle aboutissait à une importante augmentation des droits. Lyon et les Lyonnais étaient très sensibles à cet alourdissement des droits indirects pour de nombreuses raisons. Tout frein fiscal à la liberté du commerce était redouté dans cette ville marchande. La ville subissait au même titre que d’autres – et parfois plus que d’autres parce qu’elle était considérée comme riche – la lourde fiscalité du temps de Richelieu. Elle avait lutté pour obtenir en 1624 la suppression d’une autre taxe indirecte, celle de la Douane de Valence. Un nouvel impôt sur le sel avait été le prix de cette suppression. Or, dès août 1626, la Douane de Valence avait été rétablie, sans que l’impôt sur le sel fût supprimé. Il y a d’ailleurs, dès avant les années vingt du siècle, une tradition d’émeutes contre l’alourdissement d’une fiscalité, particulièrement d’une fiscalité indirecte. Cet alourdissement est, bien évidemment, rendu nécessaire par le rôle naissant de la France dans la Guerre de Trente Ans. S’ajoutent parfois des octrois perçus au profit de la ville pour lui permettre de rembourser les emprunts, ou du moins de servir les intérêts des emprunts plus ou moins forcés qu’elle a dû contracter. Et d’autres mouvements s’expliquent par la peur du chômage. Du 15 au 20 février 1618 aubergistes et cabaretiers ont suscité une émeute contre l’augmentation de taxes sur le vin, En mai 1619, les « maîtres ouvriers en drap d’or, d’argent et de soye » manifestent pour demander l’application de l’édit de 1599 qui interdisait l’entrée de soieries italiennes. En janvier 1627, parce que le bruit court d’une remise en vigueur de vieux édits somptuaires, des ouvriers en soie descendent dans la rue pour presser le Consulat « de subvenir à la désolation et de députer auprès du Roy afin de l’empêcher de faire la ruine de la ville par la prohibition de l’usage de la soie »5. Le 25 juin 1629, « les ouvriers des thailleurs et fustaines » se soulèvent pour protester contre un droit de marque sur les futaines6. Le 7 juin 1630, l’arrivée des fermiers, venus lever des droits sur les futaines et les velours, déclenche une émeute de deux cents compagnons futainiers et veloutiers contre la maison du sieur Cotel, collecteur des droits. L’émeute, qui se développe alors qu’une partie de la Cour est à Lyon, s’apaise difficilement7. Le 25 octobre 1632, nouvelle émeute dirigée contre des octrois sur le vin. Le sieur Duval, chargé de la levée, est cerné dans son hôtel, baillonné, assommé et enfin jeté dans le Rhône8. Tous ces faits dénotent, à l’évidence, une grande nervosité du menu peuple face à l’aggravation de la fiscalité et face aux risques de chômage. Nervosité sans doute accrue par la peste qui a sévi à Lyon de 1628 à 1631 et qui subsiste encore à l’état endémique.

  • 9 La douane était située dans le quartier Saint-Paul.
  • 10 Cf. A. M. Lyon, BB 182, fol. 164-167.
  • 11 Cf. E. Vial, « Le chevalier du guet et sa compagnie », R.H. Lyon, 1905, p. 36-50 et 110-32, et, du (...)
  • 12 Lettre de Marillac à Richelieu citée dans G. Pagès, op. laud., p. 72.

4Aussi bien, lorsque Claude Delagrange se présenta, le 6 décembre à 7 heures du matin, chez le Prévôt des Marchands et lui remit « une lettre de cachet du Roy par laquelle S. M. nous mandait de tenir la main à l’établissement de la dite augmentation », son interlocuteur lui répondit « que ceste affaire regardant tous les dits ouvriers qui font la plus grande part de la popullasse de ceste ville ja allarmés ainsy qu’il en avait eu advis et qu’ils publiaient qu’on voulait bannir les manufactures de ceste dite ville et les mettre à la faim, il convenait y procéder avec prudence et retenue ». Il prévient encore : « la poursuite dudit établissement esmouvrait infailliblement la crierie des dits ouvriers sur luy et serait à craindre qu’il luy en mésadvint ». Sans doute ferait-on obéir les ordres du Roi, mais il serait prudent d’attendre le retour à Lyon du Gouverneur pour appliquer le nouveau tarif. De fait, le Consulat est bientôt informé que plus de deux mille ouvriers sont rassemblés. il se porte sur la place qui est au devant de la Douane9 pour tenter de calmer l’émeute. Le procès-verbal, dont nous avons dit qu’il est en partie un plaidoyer pro domo, ajoute que l’intervention ne fut pas « sans péril mesme de nos personnes à cause de quantité de pierres qu’ils jetaient contre ledit logis dudit Lagrange et de l’excès de rage qui possédait ce peuple dont la plus grand part portait des poignards et pistolets »... La révolte se déroule donc de manière tout à fait classique, dans la tradition d’hostilité aux « gabeleurs » et « maltôtiers » : la maison du fermier constitue le premier objectif. Les ouvriers obtiennent ainsi une double promesse écrite : du Consulat celle d’adresser des remontrances au Roy contre la « réappréciation » des droits, de Delagrange celle de surseoir à l’établissement du nouveau tarif. Ces concessions sont jugées insuffisantes par des émeutiers sans doute mal contrôlés qui, brisant portes et fenêtres du logis de Delagrange, tentent d’y entrer. Le Consulat prend alors le parti de se rendre avec une douzaine d’ouvriers chez le Cardinal. L’archevêque de Lyon est, depuis 1629, Alphonse de Richelieu, frère du Cardinal-ministre. Il s’est montré pitoyable aux intérêts lyonnais et jouit de popularité pour avoir refusé, en août 1632, de faire une entrée solennelle dans sa ville épiscopale, préférant « entrer dans le cœur des Lyonnais, à peu de bruit »10. La délégation reçut l’assurance de la part du Cardinal « qu’il écrirait de bonne encre en cour en reccomandation de leur soulagement »... Cette nouvelle, rapportée aux émeutiers, ne les calme nullement. L’attaque en règle contre le logis de Delagrange continue. Le Consulat ordonne alors l’intervention des forces de police dont il dispose : guet, arquebusiers, pennonages. Leurs effectifs sont, au moins théoriquement, assez nombreux, mais leur fidélité n’est pas toujours avérée. La compagnie du guet est grosse de cinquante hommes, piquiers et mousquetaires. Elle dépend à la fois du Consulat, du Gouverneur et du Sénéchal11. La compagnie des Arquebusiers comprend deux cents hommes. Mais, constituée à partir des confréries de tireurs, elle ne forme pas une troupe permanente. Restent les pennonages qui correspondent à la milice bourgeoise de Lyon, habitants de chacun des trente-six quartiers. Chaque pennonage est commandé par un capitaine pennon, assisté d’un lieutenant et d’un enseigne. Les ordres du Consulat sont portés au pennonage par le capitaine de la ville, chef des arquebusiers. Les pennonages sont longs à rassembler. Ils ne présentent pas non plus, en cas d’émeute fiscale du moins, une force à la fidélité insoupçonnable. Lors de l’émeute de juin 1630, le Gouverneur d’Halincourt confie à Marillac, alors présent à Lyon, « qu’il n’y avait pas un capitaine qui ait pu faire prendre les armes en son quartier et que plusieurs témoignaient à leur contenance qu’ils n’en étaient pas fâchés »12. Aussi, en décembre 1632, les échevins ont-ils hésité et pris des précautions. Ils confessent, dans les procès-verbaux :

« nous avions appréhendé de faire armer les pennonages d’aultant qu’ils sont en partie composés des dits ouvriers [...] nous avons ordonné aux dits capitaines penons de faire distinction des dits ouvriers dans les autres habitants de leur quartier et qu’ils empêchassent ceux là de prendre les armes ».

  • 13 B. M. Inguimbertine, Carpentras, Ms. 1828.

Une lettre, dont on trouvera le texte en annexe, dit beaucoup plus clairement que le procès-verbal que le Consulat ne parvint pas à armer les pennonages13. Le réflexe de solidarité a rendu impossible l’action des pennonages contre les révoltés, en 1632 comme en 1630.

  • 14 A. M. Lyon, HH 159.

5La mobilisation si médiocre des pennonages ne peut donc pas arrêter l’émeute. Vers une heure de l’après-midi, les ouvriers prirent la maison de Delagrange. La maison fut mise à sac, des meubles jetés par les fenêtres et brûlés. Scènes classiques des émeutes fiscales de l’ancien régime : la colère des émeutiers détruit les biens de celui que l’on préférerait occire. La violence contre les biens est un substitut et, dans certains cas, elle peut éviter la violence contre la personne. Cette violence contre les biens s’étend. Par la maison de Delagrange, les révoltés pénètrent dans celle de Claude Neyret, l’un des échevins, et la saccagent. À partir de ce moment l’émeute se tourne vers les représentants du Consulat qui ont fait appel aux forces de maintien de l’ordre. Peut-être y a-t-il d’autres raisons, des rancunes accumulées contre un gros marchand fabricant ? Claude Neyret est marchand de draps de soie. Et, d’après une visite des métiers de l’art de la soie de 162114, Claude Neyret est le second en importance des fabricants : quatre-vingt-sept métiers, dont plusieurs chargés de façonnés, travaillent pour lui. L’émeute se porte aussi contre le logis du Prévôt des marchands, Claude Pellot. Ce dernier aura, plus tard, une carrière diplomatique ; il est alors Trésorier de France au Bureau de Lyon. En s’attaquant à sa maison, on vise le responsable de l’ordre qui a tenté de faire mobiliser les pennonages. Peut-être vise-t-on aussi celui qui a été député à Paris pour plaider la cause de la ville en janvier 1632 et qui n’est revenu que six mois plus tard, les mains à peu près vides ? En dépit de deux heures d’efforts, la maison du Prévôt des marchands n’est pas prise, car « la dite maison est en assiette de résister et [...] à coups de pierres, arquebuses et mousquets on en a mis trois ou quatre par terre ». De plus,

  • 15 « Côté de Fourvière » : rive droite de la Saône ; « côté du Rhône » : rive gauche de la Saône. Les (...)

« les penons s’étans armés suivant notre ordre les mutins avaient pris l’épouvante même voyant qu’on les pouvait resserer du coté de Fourvière en barrant le pont, ce qu’arrivant ils ne pourraient retourner au quartier du costé du Rhône ou est la résidence de la plupart des dits ouvriers »15...

L’arrivée de la nuit conduisit à l’apaisement, plus sûrement qu’une ordonnance de la Sénéchaussée ordonnant aux ouvriers « qu’ils eussent à quitter leur assemblée et à se retirer à peine de la vie ».

  • 16 Aujourd’hui Neuville-sur-Saône.

6Les échevins avertirent alors d’Halincourt, Gouverneur, qui se trouvait à Vimy16 à quelques kilomètres. Charles de Neuville de Villeroy, marquis d’Halincourt, est Gouverneur du Lyonnais de 1612 jusqu’à sa mort, en 1642. Il s’est montré brutal envers le Consulat et fidèle au Roi, ne prenant pas part aux révoltes des Grands. Ce recours au Gouverneur a évidemment une signification claire : celle de la tutelle du représentant de l’État sur les échevins. Dès le matin du 7 décembre, d’Halincourt était à Lyon avec ses gardes. Il reçoit les maîtres jurés de l’art de la soie, se fait fort d’obtenir la révocation du nouveau tarif si l’émeute cesse. Il en donne assurance écrite. Les maîtres jurés, qui rendent compte aux compagnons, obtiennent effectivement de ceux-ci qu’ils se retirent. Mais les derniers mouvements se déroulent entre Saône et Rhône, dans le quartier du Griffon, près de la place des Terreaux. Le mannequin de paille de Delagrange est brûlé et un certain Hugonin, receveur de l’octroi sur le vin, est malmené. D’Halincourt parvint cependant à disperser les émeutiers, « par sa prudence et autorité » nous dit le procès-verbal.

7Ainsi décrite, la révolte de 1632 apparaît avant tout comme une révolte fiscale et professionnelle. L’alourdissement des droits de douane provoque chez les ouvriers en soie la peur du chômage. Ils savent en effet que cet alourdissement, au même titre que des représailles contre les marchands en temps de guerre ou qu’un édit somptuaire, entraîne un amenuisement des ordres de travail. Les marchands fabricants limitent les importations de soies brutes par crainte de ne pas pouvoir vendre les étoffes ouvrées ou par désintérêt devant les gains amoindris. Ou bien ils tenteront de limiter le prix de la façon pour conserver à l’étoffe terminée un prix compétitif. Or ce mécanisme, qui se répète en 1632, se déroule sur un fond de conflit depuis longtemps larvé à l’intérieur de l’art de la soie. Depuis 1576 a été porté devant le Consulat un long débat : les marchands fabricants, qui ne tissent pas mais apprêtent les soies et donnent du travail à façon, ont-ils droit aux privilèges accordés par François Ier aux « ouvriers » de l’art de la soie ? L’antagonisme entre tisseurs et fabricants, qui sera une constante de l’histoire de la soierie lyonnaise, est évidemment présent dans l’émeute de 1632, ne serait-ce que dans l’attaque de la maison de Neyret. Le rôle des maîtres jurés dans les négociations dit bien, d’autre part, l’aspect professionnel de l’émeute. Il faut se demander toutefois si des conditions économiques plus générales peuvent aussi expliquer la révolte. L’année 1632 n’est pas une année de blé cher. La moyenne des prix du seigle, relevée chaque semaine à la Grenette, est à peine supérieure à l’indice 100 qui correspond à la moyenne des valeurs pour les années 1600-1610. Mais cette année fait suite à une série de cinq années de pain cher : 1627-1631. En 1630 l’indice du prix du seigle est à 360, en 1631 il était encore à 290. La révolte de 1632 n’est donc pas à proprement parler une émeute de la misère. Elle survenait au moment où une amélioration sensible mettait fin à une longue crise qui avait été caractérisée par la peste, le passage des gens de guerre, des hivers rigoureux, le chômage de la soierie, la cherté des grains. Ces différents éléments étant sans doute mal dissociés dans la conscience populaire, la menace de voir réapparaître l’un d’entre eux – le chômage – peut réveiller toutes les craintes. Mais de toute manière la crainte du chômage suffit à expliquer la violence de l’émeute. Elle est, déjà au XVIIe siècle, traditionnellement vive chez les ouvriers en soie de Lyon. De plus, dans la France de la première moitié du XVIIe siècle, le chômage est un mal universellement redouté. Les plaintes des villes, les écrits des mercantilistes le dénoncent régulièrement dans la période qui va des guerres de la Ligue à Colbert. Il n’est donc pas étonnant de voir cette crainte jouer un rôle de détonateur dans la violence urbaine.

  • 17 A.M. Lyon, BB 181, fol. 269 v° à 272 v° et fol. 312 à 322 v°.
  • 18 A. M. Lyon, AA 118, fol. 1065 r° à la fin du volume.
  • 19 A. M. Lyon, CC 4018, particulièrement les pièces 9, 10, 11, 28.
  • 20 A. M. Lyon, BB 181, fol. 345 v° à 346, BB 183, fol. 13 v° à 16, 38 v° et 39, 47-48, 59 v° à 62 v°, (...)

8L’émeute a mis le Consulat dans une position très délicate. Les échevins étaient certes très hostiles à la réappréciation du tarif et ils se montrent, sur ce point, comme sur d’autres, fermes défenseurs des intérêts économiques de la ville. Ils sont conscients des risques de chômage dans l’art de la soie et ils savent que cela signifierait difficultés pour l’ensemble de l’économie de la ville et surcharge pour l’institution d’assistance, l’Aumône générale, dont la principale « clientèle » est précisément constituée par les ouvriers en soie. Ils députeront en Cour pour en obtenir l’abrogation. En vain ; le tarif nouveau sera effectivement appliqué dès février 1633, en dépit d’une intervention du Cardinal-archevêque. Mais, en même temps, le Consulat a eu très peur lors de l’émeute et son souci principal est de se démarquer de cette « racaille du peuple », de cette « lie du peuple », pour laquelle il n’a que mépris. La rédaction et l’envoi en Cour du procès-verbal de l’émeute est une manière de prouver leur fidélité. Dans les jours qui suivent l’apaisement de la révolte, le Consulat, visiblement dans l’embarras, réunit à deux reprises une assemblée « des principaux concitoyens de la ville »17. Il adresse aussi toute une série de lettres à son député à Paris, à des personnalités de la Cour, au Garde des Sceaux, au Roi même18. Les échevins y font ressortir les dangers qu’ils ont courus pour tenter de calmer l’émeute, ils plaident le pardon des désordres causés par « quelques artisans et menu peuple », ils demandent à leurs correspondants de les protéger contre la rancune de Delagrange. En dépit de toutes ces précautions, la main de Paris s’abattra lourdement sur la ville. Delagrange demande une indemnité pour lui et pour l’un de ses commis, Le Boiteux. On discuta longtemps et le Conseil intervint pour accorder 12 000 livres à Delagrange et 4 000 livres à Le Boiteux19. À la fin du mois de décembre, le Roi décida l’envoi à Lyon des quatre régiments de Chamblay, d’Halincourt, de Tonneins, de Vervins. Arrivés le 5 janvier 1633, ils y restèrent jusqu’au milieu du mois de mars. Leur entretien, à la charge de la ville, coûta près de 26 000 livres20. Dans les villes qui, somme toute, n’ont jamais disposé d’importantes ni, surtout, de sûres forces de maintien de l’ordre, l’envoi de troupes en quartier a été jusqu’à la fin de la monarchie le moyen le plus ordinaire de faire revenir le calme. Mettre l’entretien des troupes à la charge de la cité révoltée est d’autre part, en un temps où services d’intendance et plus encore casernes n’existent guère, un moyen de « punition » redouté.

  • 21 A. M. Lyon, BB 181, fol. 283 v° et 284, et CC 4018, pièce 33.
  • 22 A. M. Lyon, BB 183, fol. 24 v° à 27.
  • 23 D. Buisseret, « A stage in development of the French intendants : the reign of Henri IV », The Hist (...)
  • 24 T. XIX, Paris, 1636, p. 52-6.

9La conséquence peut-être la plus significative est l’envoi à Lyon en qualité de commissaire du Roi d’un conseiller d’État, le sieur de Moric. Dés le 13 décembre, le Roi avait, dans une lettre de cachet adressée aux échevins, manifesté son intention « de faire faire une exacte recherche des autheurs de cette émotion pour les châtier avec la sévérité que la qualité du crime et le bien de notre service désire »21. Le 10 janvier 1633, M. de Moric arrive à Lyon. Il est reçu solennellement par le Prévôt des Marchands qui, dans sa harangue, plaide, une fois de plus, le pardon des révoltés22. La venue à Lyon de Moric a deux buts : faire juger et condamner par une commission extraordinaire les émeutiers d’une part, reprendre la ville en mains, pour le compte de l’État, d’autre part. Il y a là une étape vers l’institution définitive d’un intendant à Lyon. Car Moric, sans le titre, est bien un intendant, temporaire certes. La généralité de Lyon a été l’une des premières du Royaume à être dotée d’un intendant puisque, dès 1597, Méry de Vic avait été nommé à Lyon. Par la suite, les intendants se succèdent jusqu’en 1629 et cette continuité est alors très rare23. De 1629 à 1635, il n’y a pas d’intendant à Lyon. Pourquoi ? Les raisons nous échappent, mais le fait ne doit pas étonner. L’institution des intendants n’est pas encore bien affermie ; elle va s’épanouir après 1635 seulement. Pendant longtemps, l’intendant conserve des aspects d’un envoyé extraordinaire qui n’est pas forcément permanent. C’est la situation d’Isaac Juyé, sieur de Moric. Né vers 1583, mort en 1657, il est, en 1632, conseiller ordinaire au Conseil d’État, cette pépinière de commissaires du Roi ou d’intendants. Il connaît la région lyonnaise puisqu’en 1621 il a reçu des lettres de commission pour une enquête sur la gabelle en Bresse et en Lyonnais. Il a aussi l’habitude de la reprise en mains d’une ville soulevée. En 1629, intendant à Moulins, il a organisé les poursuites contre des émeutiers. Plus tard, après son passage à Lyon, il sera encore intendant en Normandie et en Dauphiné. À Lyon, Moric agit avec vigueur, conformément aux ordres reçus. Il a manifestement pour consigne de faire des exemples. Le souci de donner un aspect exemplaire à la répression de l’émeute de 1632 est tellement évident qu’un bref résumé de la révolte de Lyon et le texte intégral de la sentence de condamnation des émeutiers sont publiés dans Le Mercure français24. Ces pages, qui font ressortir que « c’est l’ordinaire que toute sédition tourne à confusion de son autheur », sont des pages de propagande gouvernementale au profit de la toute-puissance de l’État. Le Mercure français est d’ailleurs dirigé, de 1624 à 1638, par le P. Joseph, dont on sait qu’il est très proche de Richelieu. Moric applique une procédure qui, dès cette époque – elle le restera jusqu’à la fin du régime –, est le propre des intendants. Les atteintes à l’ordre public sont jugées, sans appel, par une commission spéciale réunie par l’intendant ou le commissaire. Les tribunaux normaux sont donc dessaisis. Le commissaire est le délégué du Roi dans son droit de justice retenue. Au terme de deux mois d’enquête, quatre inculpés furent remis en liberté provisoire en attendant un supplément d’information. Quatre autres, dont une femme, sont condamnés à être pendus sur la place de la Douane. Auparavant, ils sont condamnés à faire amende honorable :

« estans à genoux teste pieds nuds en chemise tenans en mains une torche ardente, dire et déclarer à haute et intelligible voix, que témérairement et malicieusement ils ont émeu ladite sédition, commis et perpétré lesdits ravages et embrasement, dont ils se repentent, en demandant pardon à Dieu, au Roy et à Justice ».

10Sept autres personnes, six hommes et une femme, seront pendus place des Terreaux. Sur ce total de onze condamnés, sept le sont par contumace et seront pendus en effigie.

« Et pour le regard desdits Janin, dit Petit Jean, et Bertrand, les avons condamnez pour les cas résultans du procez, d’assister à ladite exécution, la hart au col, et ledit Bertrand en outre condamné à estre battu et fustigé de verges es carrefours de cette ville, ce fait banny, comme aussi le dit Rivière à perpétuité de ladite ville, Séneschaussée et ressort, et à eux enjoint de garder leur ban à peine de la hart, et encores en l’amende de dix livres chacun envers le Roy, à prendre sur leurs biens. »

  • 25 A. M. Lyon, CC 4018, pièce 31.
  • 26 A. M. Lyon, CC 4018, pièce 7.
  • 27 Document du fonds Doubrowski (107/1, pièce 66) de Léningrad, cité p. 225 de R. Mousnier, Lettres et (...)

11Il est difficile d’en dire plus car les pièces de la procédure ne semblent pas être conservées, mis à part des témoignages sur les dégâts matériels25. Les personnes poursuivies paraissent être toutes du menu peuple : on repère au moins une marchande de volailles et un menuisier. La majorité doit être des ouvriers en soie. Comment ont-ils été arrêtés et pourquoi eux ? Nous l’ignorons. Il faut redouter que les arrestations aient été faites un peu au hasard, comme parfois en ces cas. Au reste, le Roi, par Lettres patentes de mars 1644, fait grâce aux autres émeutiers26. L’essentiel pour Moric était de donner un caractère exemplaire au châtiment. On aura remarqué que les exécutions sont réparties entre les deux lieux de la révolte : le quartier de la Douane et celui des Terreaux. L’essentiel était pour lui de ramener l’ordre dans une ville encore peu sûre. Le 25 février 1633, Moric écrivait à Séguier que, sans lui, il y aurait eu à Lyon « une seconde sédition pire peut estre que la premiére puisque le présidial y trempoit ou du moins la plus grande partye et les principaux de la ville »27. On peut voir dans ces lignes l’exagération de celui qui entend montrer que sa mission et sa présence sont indispensables. Elles montrent à coup sûr les sentiments de Moric à l’égard de Lyon et de ses notables, sa volonté d’affirmer la tutelle de l’État sur la ville. La dernière phrase du compte rendu de l’émeute et de sa répression dans Le Mercure français est de la même veine :

« Tant y a qu’après la punition exemplaire de ces mutins et séditieux, le droit de réappréciation fut rétably publiquement par ledit sieur de Moric Commissaire, assisté des principaux Officiers de la ville, nonobstant la supplication qu’ils luy firent de les en excuser de peur d’encourir la haine et indignation du peuple. »

12La révolte lyonnaise de 1632 et sa répression ne sont que l’illustration de l’affrontement, si souvent répété dans la première moitié du XVIIe siècle, de la communauté d’habitants et de l’État. La ville s’est rebiffée contre l’alourdissement de droits qui mettait en cause sa vie économique. L’État, qui demande alors un énorme effort fiscal aux Français, réduit à l’obéissance une cité dont l’élection des échevins était déjà contrôlée de près. Et la répression de la révolte est l’occasion du développement des emprises des commissaires du Roi. Il y aura, après 1632, d’autres révoltes encore dans la première moitié du siècle, en 1636 et en 1640 pour des raisons surtout fiscales, en 1653 pour des raisons frumentaires. Elles seront moins graves et surtout elles se dérouleront alors que Lyon est dotée d’un intendant. Dès 1635, un intendant est en effet rétabli. Mises à part les années de la Fronde, marquées par la suppression des intendants, il n’y aura plus d’interruption dans la succession des intendants dans la généralité de Lyon. L’époque des commissaires temporaires était près d’être révolue pour Lyon lorsque Moric exerce sa mission de 1633. Et c’était là encore signe de la croissance de l’État.

Annexes

ANNEXE

Fragment d’une lettre de Marchier, prévost de Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence, à un correspondant non identifié proche de Peiresc.

Datée de Lyon, le 7 décembre 1632. Bibliothèque Inguimbertine, Carpentras,

Ms 1828, fol. 43.

[...]

Je ne me doibs pas mesler de vous escrire les nouvelles de la Cour dont nous sommes si esloignés, scachant mesmes que vous en aves tousiours de si particulieres, mais iay creu que ie vous ferois plaisir de vous entretenir dune sedition qui est arrivee depuis bier matin en ceste ville qui nest pas encore bien appaisée. Le Roy ayant arreste en son Conseil un’augmentation de la Doane, on nen a pas eu si tost ladvis en ceste ville, qu’on en a este en grande alarme pour le preiudice que les marchands prevoient que le commerce en recevra, ce qui a obligé les Eschevins de deputer au Roy, mais les ouvriers en soye et futeniers s’imaginans qu’ils y pouvoient mettre ordre seslevèrent hier matin sur les huict heures et allerent investir le bureau de la Doane et la maison au dessus ou logeoit La Grange fermier, et ses Commis, et luy et eux eurent assez de temps pour se sauver, et Mrs les Prevost des Marchands qui est Mre Pelot et les Eschevins accoururent pour faire retirer ces seditieux, mais ils furent les premiers a revenir se voyans accueillis dinjures et de menaces. Ils vindrent chez Monseigr le Cardal pour luy donner advis de ceste sedition qui leur conseilla denvoier a ceste canaille les principaux marchands qui les font travailler pour les remettre en leur debvoir, ils y furent et tout ce qu’ils peurent faire fust den amener une grande troupe a Monseigr le Cardal qui leur promist moiennant qu’ils se retirassent dinterceder pour eux envers le Roy pour leur deschargement ; ceste parole les appaisa pour deux ou trois heures apres lesquelles ils se ramasserent en un plus grand nombre et forcèrent la Doane, enlevèrent tout ce qu’ils trouvèrent la dedans appartenant aud. fermiers papiers meubles, et brulèrent tout dans la place, dela ils coururent a la maison de Mr Pelot, mais on lavoit si bien munie qu’ils y furent bien frottés et plusieurs sen retournèrent bien blessés et il en fallut emporter deux ou trois morts. Tout cela passa en labsence de Mr D’halincourt qui estoist allé voir Mr le Prince a Mascon, et dés le matin Monseigr le Cardal avoit bien conseillé aud. Prevost des Marchands d’armer les habitans cependant qu’on parlementeroit avec ces seditieus, mais la pluspart des Capitaines penons se cachèrent, les autres refusérent de prendre les armes et le reste s’y porta si laschement qu’il fust nuict avant qu’il y eust un homme armé ; enfin la nuict ayant separé ces coquins, ce matin ils se sont rassemblés et se mettoient en debvoir de forcer les corps de garde qui estoient sur le pont de Saone, quant Mr le Gouverneur est arrivé qui a emploié toute la matinée a negotier avec eux et a concerter une promesse en forme d’Ordonnance par laquelle il leur enioignoit de se retirer et leur promettoit de leur rapporter la revocation de cest augmentation. La forme leur ayant plü la publication en a esté faitte et ils ont faict semblant de se retirer, mais quant Mr dhalincourt la esté ils sont revenus sur Les Terreaux qui a esté leur place darmes et la ils ont bruslé en paille La Grange, et ont encor attaqué la maison du fermier ou receveur dun’imposition sur le vin. Voila nostre guerre de ces deux iours qui ne finira pas si on ne se porte plus vertement qu’on na faict.

[...]

Notes

1 P. 497-8 de S. Charléty, « Lyon sous le ministère de Richelieu », R.H.M.C., 1901-1902, t. III, p. 121-36 et 495-507.

2 Paris, 1963, p. 152-4.

3 A. M. Lyon, BB 181, fol. 264 sqq.

4 Je dois ces renseignements à Mlle Françoise Bayard, qui achève une thèse sur les financiers de la première moitié du XVIIe siècle.

5 A.M. Lyon, BB 171, fol.20.

6 A. M. Lyon, AA 118, fol. 676-677.

7 G. Pagès, « Autour du "Grand Orage". Richelieu et Marillac deux politiques », R.H., 1937, t. 179, p. 63-97. Cf. p. 71-2.

8 A. M. Lyon, BB 182, fol. 230.

9 La douane était située dans le quartier Saint-Paul.

10 Cf. A. M. Lyon, BB 182, fol. 164-167.

11 Cf. E. Vial, « Le chevalier du guet et sa compagnie », R.H. Lyon, 1905, p. 36-50 et 110-32, et, du même, « Le Capitaine de la ville ; la garde et la défense de Lyon », R.H. Lyon, 1906, p. 124-40, 295-314 et 440-79. Cf. aussi L. Niepce, Lyon militaire, Lyon, 1897.

12 Lettre de Marillac à Richelieu citée dans G. Pagès, op. laud., p. 72.

13 B. M. Inguimbertine, Carpentras, Ms. 1828.

14 A. M. Lyon, HH 159.

15 « Côté de Fourvière » : rive droite de la Saône ; « côté du Rhône » : rive gauche de la Saône. Les lieux de résidence des ouvriers en soie sont dans le quartier Saint-Georges, du « côté de Fourvière », et le quartier des Terreaux (rues du Griffon, Lanterne, de l’Arbre sec), du « côté du Rhône ».

16 Aujourd’hui Neuville-sur-Saône.

17 A.M. Lyon, BB 181, fol. 269 v° à 272 v° et fol. 312 à 322 v°.

18 A. M. Lyon, AA 118, fol. 1065 r° à la fin du volume.

19 A. M. Lyon, CC 4018, particulièrement les pièces 9, 10, 11, 28.

20 A. M. Lyon, BB 181, fol. 345 v° à 346, BB 183, fol. 13 v° à 16, 38 v° et 39, 47-48, 59 v° à 62 v°, 67, 72-76, 79-82.

21 A. M. Lyon, BB 181, fol. 283 v° et 284, et CC 4018, pièce 33.

22 A. M. Lyon, BB 183, fol. 24 v° à 27.

23 D. Buisseret, « A stage in development of the French intendants : the reign of Henri IV », The Historical Journal, 1966, 1, p. 27-38 ; R. Bonney, Political Change in France under Richelieu and Mazarin, 1624-1661, Oxford, 1978.

24 T. XIX, Paris, 1636, p. 52-6.

25 A. M. Lyon, CC 4018, pièce 31.

26 A. M. Lyon, CC 4018, pièce 7.

27 Document du fonds Doubrowski (107/1, pièce 66) de Léningrad, cité p. 225 de R. Mousnier, Lettres et mémoires adressés au chancelier Séguier (1633-1649), Paris, 1964, 2 vol.

© LARHRA, 2006

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search