Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Être notable au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

III. Le temps des notables-caïds et du pouvoir souverain

Ahmed Ben Youssef des Hamâma

Itinéraire d’un notable de milieu tribal au xixe siècle

Mustapha Tlili

Texto completo

  • 1 Notice sur le caïdat des Ouled M’barek, Institut supérieur d’histoire du mouvement national (Ishmn(...)

1Ahmed Ben Youssef a été le notable le plus puissant de la tribu des Hamâma durant la deuxième moitié du xixe siècle (Tlili, 1991). Selon les rapports des officiers d’état-major de l’armée française, il était l’ « âme de la confédération des Hamâma » et l’homme « le plus en vue de cette partie de la Tunisie1 ». En effet, les Hamâma dominaient les régions du Centre et du Sud-Ouest de la Tunisie (la plus grande partie des gouvernorats actuels de Gafsa et de Sidi Bouzid). Le Outan Hamâma (pays des Hamâma) tirait principalement son importance de sa situation sur la route du Jérid, centre important et permanent de revenus fiscaux grâce à la plantation de palmiers dattiers (Hénia, 1980).

  • 2 Les Hamâma se subdivisent en quatre groupes : Ouled Radhouan, Ouled Aziz, Ouled Maamar et Ouled Sl (...)
  • 3 Notice sur le caïdat…, Ishmn - La Manouba, BS 14 2/2, CM 1323n, D 20bis, F 881-887. Voir également (...)

2Ce notable, qui appartenait au groupe des Oulad Radhouan2, avait fait son émergence politique dans les années 1850 sous le règne de Mohamed Bey (1855-1859) ; selon le chroniqueur Ibn Abi Dhiâf (1966, t. IV, 115), il le devait au général Ahmed Zarrouq, ministre du bey chargé, à l’époque, des Hamâma et qui l’avait recruté pour combattre les tenants de la rébellion (ahl al-fasâd). Son influence s’était accrue, dépassant les limites de son groupe tribal pour toucher toute la tribu des Hamâma et l’ensemble du Sud-Ouest tunisien, en particulier Gafsa et le Jérid. Il resta sur la scène politique jusqu’en 1881 et prit part à la résistance armée contre l’occupation française3.

3L’itinéraire politique d’Ahmed Ben Youssef est surtout lié à son rôle de médiateur : il avait, en effet, la double fonction de représenter les communautés locales et d’être l’agent d’exécution du pouvoir husseinite.

4Nous essaierons, en premier lieu, d’analyser les fondements locaux de la notabilité d’Ahmed Ben Youssef ; en second lieu, nous évoquerons les services qu’il rendait au pouvoir beylical ; en troisième et dernier lieu, nous tenterons de suivre l’évolution des fonctions de ce notable en tant que médiateur entre la communauté locale et le pouvoir central.

Les fondements d’une influence (jâh)

5Ahmed Ben Youssef n’aurait pas été repéré et recruté par le pouvoir husseinite sans l’influence qu’il détenait au sein de l’entité locale à laquelle il appartenait. En effet, il avait acquis, aux yeux de ses membres, une considération qui lui avait permis d’être un homme d’influence (jâh). Il le devait à plusieurs facteurs.

  • 4 Notice sur Hajeb al-Ayoun et les tribus Majer et Ouled Radhouan, Ishmn - La Manouba BS 14 2/2, CM (...)

6Ce notable appartenait à un groupe tribal qui avait un poids démographique important. J. Ganiage (1964), qui a évalué la population tunisienne dans la deuxième moitié du xixe siècle en se fondant sur les listes des contribuables de la majba, a estimé à 50 000 individus la tribu des Hamâma (deuxième tribu après celle des Zlass) et à 20 000 le groupe des Oulad Radhouan. Le territoire occupé par ces derniers jouissait de nombreux avantages favorisant l’influence de ce groupe. La route du Jérid passait par Jelma et Gafsa. La mahalla de l’hiver prenait cette route une fois l’an pour assurer la collecte des impôts du Jérid et leur transfert dans les caisses du beylik. C’est par ailleurs dans cette région que se situe la plaine fertile de Gammouda, où se trouve l’oued al-Fakka. Ce territoire a été probablement conquis par la force vers le xvie siècle aux dépens d’autres tribus4, ce qui met en relief le caractère guerrier de cette tribu redoutée par les groupes voisins.

  • 5 Archives nationales de Tunisie (désormais : Ant), D 596 tierce, C 54.

7Au sein du groupe tribal, la famille d’Ahmed Ben Youssef, les Oulad Nsira, avaient une position privilégiée, certes, mais renforcée par le rôle personnel de ce notable. Dans sa famille ont été recrutés plusieurs caïds, khalifa et cheikhs. Pour consolider son leadership, Ahmed Ben Youssef a su utiliser ses relations avec ceux qui, parmi ses proches, occupaient ce type de fonctions. Il a aussi profité des alliances matrimoniales de sa famille pour élargir sa sphère d’influence : sa mère, en effet, était issue d’une famille de notables d’un autre groupe des Hamâma, les Oulad Maamar ; il s’agissait de la famille de Jalal Ben Messaï, reconnue par Ahmed Bey comme l’une des plus prestigieuses de Tunisie (Ibn Abî Dhiâf, 1966, t. IV, 169). Son oncle Messaï et ses descendants avaient occupé plusieurs fonctions locales et régionales – qâ’id, shaykh, khalifa – ce qui avait permis à Ahmed Ben Youssef de présider non seulement le mi‘âd (assemblée des notables) des Oulad Radhouan, mais aussi celui des Hamâma5 et de neutraliser les notables du troisième groupe, les Oulad Aziz, en jouant sur l’antagonisme entre les principales familles – Ben Ammar, Khmila, Belghaïeb, Amami... Le mi‘âd représentait l’instance la plus importante de prise de décisions concernant la tribu.

8Ainsi Ahmed Ben Youssef est parvenu à incarner, devant les autres tribus comme devant le pouvoir beylical, la personnalité la plus sûre et la plus représentative de la tribu des Hamâma.

  • 6 Ant, D 318 bis, C 216.
  • 7 Ant, registres 1842-1623.

9Son leadership s’explique aussi par la puissance économique dont sa famille jouissaient. Lui-même était un gros propriétaire de cheptel, surtout ovin. Ayant été à plusieurs reprises lazzam des hanshîr Gammouda et Hanya, propriétés du beylik6, il a tiré profit du fermage de ces deux domaines fertiles plantés de blé et d’orge. Il a également acquis des propriétés dans l’oasis de Gafsa et du Jérid (al-Oudiane). Les registres du qânûn (impôt sur les oliviers et les palmiers dattiers) et du ‘ushûr (impôt sur la culture du blé et de l’orge) mentionnent, à plusieurs reprises, Ahmed Ben Youssef et son frère Chihi comme propriétaires7. Il entretenait aussi des relations avec certains mercanti (commerçants et usuriers européens et juifs).

10Ce notable était appelé à soigner son image selon les valeurs des sociétés tribales (Kraiem, 1983, 153). Il devait en permanence faire preuve de courage, d’hospitalité, d’éloquence… pour garantir une certaine distinction au sein du groupe, imposer son autorité morale à ses membres et s’assurer de leur loyauté.

11En réalité, sa puissance économique et le prestige dont il jouissait dans sa tribu furent le résultat de son émergence politique. Ce fut en exerçant une autorité administrative à l’échelle locale et régionale et en servant le pouvoir beylical qu’Ahmed Ben Youssef sut s’imposer, puis tirer profit de sa position pour accroître plus encore son pouvoir économique et moral.

Les services rendus au makhzen

12Pour consolider son ascendant, Ahmed Ben Youssef a su tisser un réseau de relations avec des hommes influents d’autres tribus, en particulier Ali Ben Khlifa des Naffet et les Sbouï de la tribu Zlass, alliés traditionnels des Hamâma dans le cadre du çoff husseinite. Mais ses relations personnelles se sont étendues aux détenteurs du pouvoir central, les beys Mohamed et Mohamed Essadok et leurs ministres : le général Ahmed Zarrouq et, surtout, Mustapha Khaznadar qui recevait de temps à autre d’Ahmed Ben Youssef des cadeaux de valeur (Tlili, 1991, 93). Enfin, en tant qu’agent actif du pouvoir central à l’échelle régionale, Ahmed Ben Youssef s’affirma comme une personnalité importante au sein de la tribu des Hamâma. Il contribua à affermir l’autorité du pouvoir husseinite dans le Centre et le Sud-Ouest du pays.

  • 8 Ant, D 586 tierce, C 54.

13Il rendait au pouvoir central d’importants services, à la fois en tant que notable appartenant à un groupe tribal fort, en tant que chef des Mzarguia des Oulad Radhouan, et en tant que khalifa ou caïd. En effet, il était chargé de monter la garde sur la route du Jérid pour assurer l’arrivée des collectes fiscales des oasis du Sud-Ouest (Tlili, 1991, 93), de lutter contre les razzias, fréquentes dans cette région difficile, de châtier les responsables des attaques armées et d’inciter les autres notables Hamâma à faire de même8.

  • 9 Ant, D 1022, C 184.
  • 10 Saddaguia se trouve dans la plaine de Gammouda, Djebel Boulehnèche dans la région de Kasserine, pr (...)
  • 11 La révolution de Ben Ghedhahem, 1864…, 1967, t. II, 62.

14Ahmed Ben Youssef devait accompagner la mahalla de l’hiver durant son séjour dans le Centre et le Sud-Ouest et lui fournir un soutien militaire et matériel. Les mzarguia qu’il dirigeait étaient plus adaptés au milieu et plus efficaces lorsqu’ils intervenaient dans les montagnes, que les militaires venus des casernes de la capitale. Ils se sont même montrés particulièrement énergiques quand ils sont intervenus aux côtés de l’armée beylicale pour réprimer les actes de rébellion. Ahmed Ben Youssef dirigea notamment les mzarguia des Oulad Radhouan à côté de la mahalla de Mohamed Khaznadar contre le mouvement insurrectionnel de Ghouma al-Mahmoudi, venu de Tripoli et soutenu par le çoff pachiste Chaddad en 1857, dans la région de l’Aradh9. Il participa activement à la lutte contre l’insurrection de 1864 sous l’instigation de Mustapha Khaznadar, qui réussit à raviver la lutte entre les çoff, et défendit à cette occasion le régime husseinite, sérieusement menacé (Ibn Abî Dhiâf, 1966, t. V, 185). Les cavaliers Hamâma ont également fait preuve de détermination dans la défense du trône de Mohamed Essadok Bey lors des batailles de Saddaguia et de Djebel Boulehnèche10 à l’automne 186411.

  • 12 Ant, D 207, C 18.

15Ahmed Ben Youssef, par ailleurs, intervient activement aux côtés de la mahalla du général Ahmed Zarrouq en 1867 contre l’insurrection des Jbalia de Béja, et aux côtés de la mahalla du général Osman contre les Beni Zid et les villages Chaddad (Oudhref et al-Hamma) dans la région de l’Aradh, en 186912.

16Les services du makhzen, assurés par Ahmed Ben Youssef ont accru son rôle et son prestige aux yeux du bey et de ses ministres ; sa position d’agent du pouvoir central en est sortie renforcée, de même que son influence dans la tribu et, d’une manière générale, dans la région. Les membres de sa tribu avaient besoin de quelqu’un qui fût écouté et respecté à Tunis. En outre, plus grande était l’audience du notable dans le milieu tribal et régional, et plus le régime husseinite pouvait en tirer profit.

17Cependant, durant sa carrière politique et en tant que fonctionnaire, Ahmed Ben Youssef s’est toujours efforcé de rester attaché à sa tribu et de défendre les intérêts de ses membres, demandant l’assouplissement de la fiscalité et le versement des impôts en chameaux, tout en veillant à accomplir au mieux les tâches qu’attendait de lui le pouvoir beylical. Il devait aussi chercher, grâce à ses fonctions, à renforcer son pouvoir économique pour accomplir les gestes de générosité et d’hospitalité dignes d’un chef de najâ, et pour obtenir l’appui des hauts fonctionnaires auxquels il distribuait cadeaux et pots-de-vin.

18Sa tentative pour trouver un équilibre entre son rôle de chef de najâ, qui vit sous la tente entouré de ses proches, et son rôle d’agent du pouvoir central à l’échelle locale et régionale, déterminèrent l’évolution de la position du notable et de sa puissance.

19On peut distinguer trois grandes phases dans son itinéraire politique : un accroissement de puissance entre 1856 et 1864 qui culmine en un apogée de 1864 à 1871 ; puis un déclin sur une décennie (1871-1881).

Une carrière notabiliaire d’un quart de siècle

20Ahmed Ben Youssef s’est distingué parmi les notables Hamâma et s’est imposé comme la personnalité la plus importante. Il a gravi les échelons, passant de la fonction d’aminlay à celle de kaïmakam puis à celle d’amirlay. Il a assuré les fonctions de khalifa puis de caïd des Oulad Radhouan, de la ville de Gafsa et de ses villages.

  • 13 Ant, registre 555, D 208, C 19.
  • 14 Ant, D 206, C 18-D 146, C 5.

21Le besoin pressant du pouvoir husseinite d’un soutien armé des tribus pour faire face à l’insurrection de 1864 a permis à Ahmed Ben Youssef de renforcer son pouvoir. Le nombre des mzarguia recrutés parmi les Hamâma, et en particulier les Oulad Radhouan, a augmenté considérablement, passant, entre 1863 et 1870, de 600 à 2 000 cavaliers, dont 800 pour les seuls Oulad Radhouan13. La part distribuée à ces cavaliers en contrepartie de leurs services, prélevée sur les impôts, a augmenté. Ahmed Ben Youssef a accédé au poste de kahia de l’oujak du Jérid (adjoint de l’agha, chef de la garnison). Plusieurs membres de sa famille – trois de ses frères et deux de ses fils – ont été nommés à des postes de caïd14. Mais cette puissance accrue souleva maintes contestations :

  • au sein même du groupe des Oulad Radhouan, l’opposition était animée par Hajj M’hamed Kouka, cheikh de la zaouïa Doualî, liée au saint Sidi Mansour Ben Dalya (près de Gafsa), et qui était représentatif d’une notabilité maraboutique ;
  • les Oulad Radhouan Ghraba et Oulad Slama, qui s’étaient réfugiés en Algérie derrière Ali Ben Ghedhahem, exigeaient que Ahmed Ben Youssef et ses proches, les Oulad Nsira, fussent écartés du pouvoir local15 à cause de leurs exactions ;
  • dans la ville de Gafsa, certains notables étaient partisans de Ahmed Ben Youssef, le considérant comme seul capable de défendre la ville contre les incursions des nomades grâce à son appartenance à un groupe tribal militairement fort, d’autres partisans d’un notable du Jérid, Ali Sassi, et hostiles à tout rapprochement avec les bédouins, considérés comme le principal danger pour les intérêts des citadins16.

22Si ces oppositions n’eurent aucun effet tant que le pouvoir central eut besoin des services de ce notable, elles devaient être prises en considération quand les intérêts du pouvoir central l’exigèrent.

23Les années 1870 ont été marquées avant tout par la volonté de réforme du ministre Kheireddine. Ce dernier essaya d’imposer la présence de l’État dans toutes les régions, ce qui était incompatible avec l’existence des « zones franches » constituées par les communautés locales, notamment tribales. La politique de Kheireddine, appliquée dans cette région par le général Rostom, alors ministre de la Guerre, avait pour but de modifier les anciens rapports liant la tribu des Hamâma et ses notables avec le pouvoir central, de façon à renforcer l’autorité étatique et à réduire la marge d’autonomie dont jouissait cette tribu. En guise de riposte, une caravane makhzénienne transportant la collecte fiscale du Jérid vers la capitale fut attaquée et l’on vit se multiplier les incursions armées.

  • 17 Ant, registre 2756.

24Cette politique mit fin à l’accord tacite qui existait jusque-là entre le pouvoir beylical et les notables Hamâma, en particulier Ahmed Ben Youssef. La rupture se concrétisa par plusieurs mesures : en 1874, Ahmed Ben Youssef fut assigné à résidence à Kairouan et frappé d’une amende de 100 000 rials ; d’autres notables furent emprisonnés17.

  • 18 Ant, registre 619.

25Au début de 1875, Kheireddine choisit des méthodes plus radicales pour mettre fin au « caractère belliqueux » de la tribu des Hamâma, écartant tous les notables qui en étaient issus des postes de responsabilité, les obligeant, avec leurs familles, à s’installer dans des régions éloignées comme Mateur, Boussalem, le cap Bon, Téboursouk, Enfida18..., et leur interdisant tout contact avec leurs groupes d’origine. Aussi ces notables et anciens fonctionnaires de l’administration beylicale se transformèrent-ils, aux yeux du pouvoir, en agents de désintégration et en « fauteurs de troubles ».

  • 19 Ant, D 214, C 19.
  • 20 Notice sur le caïdat…, Ishmn - La Manouba, BS 14 2/2, CM 1323n, D 20bis, F 881-887.

26Après la chute de Kheireddine, cette politique fut abandonnée, les notables Hamâma purent regagner leur tribu et, en 1880, certains d’entre eux retrouvèrent leur poste de caïd, en particulier Ahmed Ben Youssef et son frère Chihi19. En effet, l’ancien accord entre ces notables et le pouvoir central fut reconduit, mais pour une courte période. L’arrivée des troupes françaises, en 1881, poussa de nouveau à la fronde les notables Hamâma dirigés par Ben Youssef, malgré l’appel au calme lancé par le bey. Les rapports de l’armée française présentèrent Ahmed Ben Youssef comme l’instigateur, en août 1881, de la réunion de Sbeitla, qui visait à organiser la résistance des tribus du Centre et du Sud-Ouest à l’avancée des troupes françaises20.

27La réaction des notables à l’occupation française, comme celle de Ben Youssef, fut quelque peu mitigée. D’une part, elle fut marquée par l’hostilité qu’éprouvait un musulman à l’égard des rouama, des n’sara, des kafra, etc. Elle fut, d’autre part, dictée par le statut de ces notables attachés à leurs groupes tribaux et se sentant responsables de la défense de leurs membres et de leurs territoires. En effet, face à l’imminence des dangers, les notables s’érigèrent en défenseurs de leurs tribus et, de ce fait, abondonnèrent leurs fonctions d’agents du pouvoir central, accusé d’avoir « vendu le pays aux chrétiens ».

28Dans l’ordre nouveau qui s’établit à partir de 1881, la position de ces notables était confuse. Rentrés de leur exil à Tripoli, certains trouvèrent un terrain d’entente avec le pouvoir colonial ; de nouveaux accords furent conclus, un nouvel équilibre s’instaura, où ces notables purent avoir une place. Ce n’est pas le cas d’Ahmed Ben Youssef, qui se vit définitivement écarté. À son retour de Tripolitaine en janvier 1883, il fut interné à al-Oudiane (Jérid) pendant deux ans. Pourtant, le jâh de sa famille a persisté jusqu’à nos jours : des noms tels que Yûsfi, N’siri... sont encore très présents sur la scène politique et économique, surtout dans la région de Sidi Bouzid : PDG, gouverneurs, délégués, dirigeants du parti au pouvoir et même de groupes politiques d’opposition. Peut-on parler d’une prédisposition familiale à la notabilité ou de la transmissibilité du jâh dans une famille à travers les générations ?

29En conclusion, on peut dire que la carrière d’Ahmed Ben Youssef est représentative d’un type de notabilité qui émerge dans le milieu tribal au xixe siècle et est associée à certaines instances du pouvoir ; c’est le cas des Ben Khlifa chez les Neffet, des Sbouï chez les Zlass, des Soula chez les Beni Zid, des Gadhoum chez les Frachich, des al-Ouaer chez les Oulad Saïd, etc. Bien que les réformes administratives du milieu du xixe siècle aient réduit l’autonomie des communautés locales vis-à-vis du pouvoir central, le besoin des beys d’un contôle armé du milieu tribal a épargné en quelque sorte les tribus du makhzen. L’appartenance d’Ahmed Ben Youssef à cette catégorie statutaire explique sa capacité à coexister avec une politique de plus en plus centralisatrice, puisque son rôle de médiateur a concerné principalement la mobilisation des capacités militaires du groupe pour appuyer les interventions de l’État et recevoir des contreparties pour la tribu et ses « forces vives », les mzarguia. On insistera sur le fait qu’une carrière notabiliaire dépend aussi bien de l’assise du notable, à l’échelle locale, que des intérêts du pouvoir central, de ses choix et de ses priorités. Les initiatives d’association des entités régionales avec le pouvoir sont restées verticales et dirigées du haut vers le bas et du centre vers la périphérie.

Bibliografía

Bibliographie

La révolution de Ben Ghedhahem, 1864. Documents tunisiens, Tunis, Mte, 2 vol, 1967.

Ganiage J., 1964, « La population de la Tunisie vers 1860. Essai d’évaluation d’après les registres fiscaux », in Études maghrébines, Mélanges Charles-André Julien, Paris, PUF.

Hénia A., 1980, Le Jérid : ses rapports avec le Beylik de Tunis (1676-1840), Tunis, Publications de l’École normale supérieure de Tunis.

Ibn Abî Dhiâf A., 1966, Ith’âf ahl al-zamân bi-akhbâri mulûki Tûnis wa ‘ahd alamân, Tunis, secrétariat d’État à l’Information, 1er éd., 8 vol. 

Karoui H. et Mahjoubi A., 1983, Quand le soleil s’est levé à l’ouest, Tunisie 1881, impérialisme et résistance, Tunis, Cérès Éditions.

Kraiem A., 1983, « Ali Ben Khalifa an-Naffati avant 1881 », in Réactions à l’occupation française de la Tunisie en 1881, actes du 1er séminaire sur l’histoire du mouvement national (Sidi Bou Saïd, mai 1981), Tunis, Mers-Cnudst, 145-156.

Tlili M., 1991, La région de Gafsa et des Hamâma sous le règne de Mohamed

Essadok Bey (1859-1882), Mémoire de Car, université de Tunis, Faculté des sciences humaines et sociales, (en arabe).

Notas

1 Notice sur le caïdat des Ouled M’barek, Institut supérieur d’histoire du mouvement national (Ishmn) -La Manouba, BS 14 2/2, CM 1323n, D 20 bis, F 881.

2 Les Hamâma se subdivisent en quatre groupes : Ouled Radhouan, Ouled Aziz, Ouled Maamar et Ouled Slama.

3 Notice sur le caïdat…, Ishmn - La Manouba, BS 14 2/2, CM 1323n, D 20bis, F 881-887. Voir également : Karoui et Mahjoubi, 1983.

4 Notice sur Hajeb al-Ayoun et les tribus Majer et Ouled Radhouan, Ishmn - La Manouba BS 14 2/2, CM 1323, D 19.

5 Archives nationales de Tunisie (désormais : Ant), D 596 tierce, C 54.

6 Ant, D 318 bis, C 216.

7 Ant, registres 1842-1623.

8 Ant, D 586 tierce, C 54.

9 Ant, D 1022, C 184.

10 Saddaguia se trouve dans la plaine de Gammouda, Djebel Boulehnèche dans la région de Kasserine, près de la frontière algérienne.

11 La révolution de Ben Ghedhahem, 1864…, 1967, t. II, 62.

12 Ant, D 207, C 18.

13 Ant, registre 555, D 208, C 19.

14 Ant, D 206, C 18-D 146, C 5.

15 Ant, D 206, C 18.

16 Ant, D 230, C 20.

17 Ant, registre 2756.

18 Ant, registre 619.

19 Ant, D 214, C 19.

20 Notice sur le caïdat…, Ishmn - La Manouba, BS 14 2/2, CM 1323n, D 20bis, F 881-887.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540