Version classiqueVersion mobile

Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée

 | 
Jean-Philippe Bras
, 
Larbi Chouikha

III. Usages et « styles de l’usage » des médias

La réception de la télévision italienne en Tunisie

Un nouveau regard sur l’autre et sur soi

Manuela Malchiodi

Texte intégral

La RAI Uno dans le paysage télévisuel tunisien

  • 1 Sur les raisons de cette « infraction », sur les intérêts italiens et tunisiens à la diffusion de l (...)

1En 1960, à l’occasion des Jeux olympiques de Rome, un protocole d’accord entre la RAI et la RTT fut signé qui prévoyait l’installation d’un relais sur le mont Bou-Khornine, à la périphérie de Tunis. Cette décision a permis aux habitants du Grand Tunis qui avaient alors accès à un poste de télévision, de suivre les émissions de RAI Uno. Selon les termes de l’accord, ce relais devait être provisoire, limité à la durée des Jeux olympiques. Pourtant, aucune interruption ne survint et RAI Uno devint la première chaîne émettant dans le Grand Tunis, la création d’une chaîne nationale étant intervenue six ans plus tard1. Par la suite, et pendant une trentaine d’années, le public tunisien a pu expérimenter la co-présence de trois chaînes télévisées : la chaîne nationale, la chaîne italienne (diffusée à partir de 1984 dans la presque totalité du pays) et la deuxième chaîne (internationale) de la RTT qui rediffusait certaines émissions empruntées aux trois chaînes françaises (TF1, A2, FR3) jusqu’à la diffusion intégrale et en direct d’Antenne 2, à partir de 1989.

  • 2 Malchiodi, Manuela, 1992, « L’impatto della televisione italiana (Raiuno) sulla società tunisina », (...)

2La présence, importante et prolongée, de la télévision italienne et française en Tunisie a engendré une nouvelle dimension du rapport entre la population tunisienne et la réalité sociale et culturelle des pays qui ont exporté leurs chaînes. Le scénario s’est enrichi d’un genre inédit d’ouverture du champ de perception et de nouvelles modalités d’accès à la réalité autre. En effet, le paysage télévisuel est vécu tel un terrain de possibilités, d’opportunités, parfois d’interdictions, où le téléspectateur se déplace, en dessinant un parcours transversal et compatible avec des exigences personnelles ou collectives. Dans ce parcours, des nouvelles configurations de sens se dessinent, que les recherches effectuées ont essayé de saisir2.

3Ma contribution s’appuie sur les résultats de ces recherches sur la télévision italienne en Tunisie. Elle se propose d’aborder la problématique des répercussions de la présence d’une chaîne étrangère sur les représentations identitaires du public tunisien, en l’appliquant à l’espace médiatique tunisien, tel qu’il se caractérisait dans la première moitié des années 1990. Il s’agit donc d’analyser comment la présence de la télévision italienne a pesé sur le regard porté sur l’autre : la réception engendre une familiarisation avec des dimensions de l’existence de l’autre qui étaient auparavant inconnues et en grande partie inaccessibles, ce qui produit des révisions et des nouvelles interprétations de l’image antérieure. Mais il s’agit également d’étudier le regard sur soi : l’exposition aux valeurs et aux modèles d’autrui tend à modifier la perception de soi, en offrant un horizon plus large auquel comparer son propre être individuel et collectif. Enfin, nous chercherons à appréhender la conception de l’altérité, la dialectique nous/eux, étranger/voisin, et le développement de comportements « synthétiques ».

4Il y a bien une difficulté à saisir les effets spécifiques de la RAI Uno sur les représentations identitaires du public tunisien, si l’on considère la complexité d’un milieu socioculturel où les éléments d’influence culturelle sont nombreux et s’entrecroisent depuis longtemps suivant des trajectoires multiples. Ceci dit, tout en considérant RAI Uno comme un élément parmi d’autres bien plus importants, les recherches réalisées ont essayé de mettre en lumière, dans la mesure du possible, les traits spécifiques de l’influence de cette chaîne télévisée, supposée exercer des effets différents par rapport à d’autres médias, et en tant que chaîne italienne.

  • 3 Tahar El Amouri, 2000, « La télévision en Tunisie, équipement des foyers et audience », interventio (...)

5À partir de la moitié des années 1990, le paysage télévisuel tunisien a connu des transformations considérables. L’émission de RAI Uno a subi une longue interruption, entre 1995 et 1998, à cause de problèmes surgis au cours de la renégociation de l’accord de 1984 entre la RAI et la RTT. Cette longue absence a eu certainement des effets de désaffection du public, qui paraissent se prolonger même après la reprise des émissions. Les données récentes suggèrent que le taux d’audience de RAI Uno a chuté3. Que, par ailleurs, la chaîne aurait profité, pendant une trentaine d’années, de la pauvreté de l’offre télévisée, ce qui n’est plus le cas actuellement, étant donnée la large diffusion de la parabole qui a énormément enrichi le choix. Ainsi, pour le moment, RAI Uno ne semble pas avoir de chances de regagner le public d’antan, ni d’attirer un nouveau public, sauf dans les foyers dépourvus d’antenne parabolique, c’est-à-dire dans un espace apparemment destiné à se réduire. Il reste à voir si la volonté de présence et de diffusion dans le bassin méditerranéen, que la RAI ne cesse d’entretenir, s’accompagnera de stratégies capables d’affirmer la compétitivité de la télévision italienne dans ce nouveau contexte. Entre-temps, le public télévisé tunisien s’est adressé, de plus en plus, aux chaînes satellitaires françaises et arabes. Et c’est désormais dans cet espace de compétition qu’on peut situer les nouveaux enjeux du champ télévisuel tunisien : ce dernier demande à être interrogé pour que l’on puisse saisir les dynamiques renouvelées des influences culturelles.

6La problématique touchant aux répercussions identitaires, à la dialectique de l’identité et de l’altérité qu’on vient d’introduire, reste actuelle et elle devrait être adaptée à la nouvelle scène où d’anciens protagonistes côtoient de nouveaux acteurs (ou partiellement nouveaux) : la télévision française, avec un éventail de choix satellitaires, se confirmant comme le modèle indépassable de l’altérité ; et les chaînes satellitaires arabes, porteuses de modèles où les éléments d’identité et d’altérité perçus par le public tunisien sont tous à discuter.

La méthodologie et le terrain d’observation des recherches

  • 4 Malchiodi, Manuela, 1994, L’influence de la télévision italienne (RAI Uno) sur le public du Grand T (...)
  • 5 Je renvoie à la bibliographie de ma thèse de 3e cycle, op. cit.

7Une enquête réalisée en 1992, dans le cadre d’une première recherche4a porté sur un échantillon de 200 Tunisiens, habitant dans le « Grand Tunis ». Le choix de cette région a été motivé par l’ancienneté de la présence de la chaîne italienne, ce qui nous a permis d’analyser les effets, de longue durée, de la réception de RAI Uno. L’échantillon était constitué par deux groupes de même consistance numérique : l’un écoutant régulièrement RAI Uno, l’autre ne l’écoutant que rarement, voire jamais. Les catégories d’âge, de sexe, de niveau socioculturel des deux groupes étaient homogènes. Toutefois, cet échantillon ne respectait pas les proportions de ces catégories dans la population réelle, exception faite des classes d’âge et des sexes. Mais le respect des quotas aurait appauvri certaines catégories que nous considérions comme particulièrement intéressantes, sur la base des données d’audience déjà existantes5. De fait, ces catégories minoritaires de population (par exemple, les niveaux supérieurs d’instruction) sont associées à une plus forte écoute. Le questionnaire, composé en majorité de questions fermées, mais aussi de questions ouvertes soumises à une analyse de contenu, visait à collecter des informations sur : l’image de l’Italie ; les opinions et les attitudes vis-à-vis de la réalité italienne et des valeurs, des modèles de vie et de comportement véhiculés par la télévision italienne ; la comparaison entre les trois chaînes, italienne, tunisienne et française.

8Ma recherche a également tiré profit de 20 entretiens approfondis avec des enseignants des lycées de Tunis, dans le but d’esquisser un cadre moyen pour les discours d’identité et d’ouverture culturelle de ce milieu intellectuel. Le choix des enseignants a été motivé par leur implication spécifique dans le discours culturel : ils vivent et affrontent, en général avec un haut niveau de conscience, les problèmes de l’identité culturelle et du rapport à la culture occidentale ; ils sont des vecteurs institutionnels de la culture et jouent un rôle fondamental dans le processus de transmission du capital culturel de la société tunisienne à ses jeunes membres ; enfin, ils sont des témoins privilégiés des phénomènes de changement culturel qui traversent les jeunes générations.

  • 6 Boukrâa, R., Colucci, C., Malchiodi, M., Mozzati, M., Rositi, F., op. cit.
  • 7 Boukrâa, R., Colucci, C., Malchiodi, M., Mozzati, M., Rositi, F., op. cit., pp. 133-149.

9Une enquête plus large a été menée en 19946, auprès d’un échantillon de 1 500 Tunisiens, répartis dans six régions urbaines de Tunisie (Tunis, L’Ariana, Ben Arous, Sfax, Gabès, Kairouan) qui se différencient selon plusieurs variables : présence d’activités économiques dans les secteurs agricole, industriel ou tertiaire ; taux moyens d’instruction et de revenu ; perspectives de contacts et de relations avec les réalités étrangères ; dynamisme du milieu social. Concernant la composition de l’échantillon (qu’on peut assimiler en même temps à un quota sample et à un purpositive sample) et les raisons qui ont orienté le choix d’échantillonnage sur la base de l’importance accordée à certaines variables, je renvoie à la Nota metodologica de C. Colucci, très détaillée7. L’enquête, basée sur une version partiellement reformulée du questionnaire utilisé en 1992, a été également intégrée par des entretiens en profondeur avec des enseignants des instituts secondaires de Tunis, qui étaient au nombre de 80.

L’influence de Rai Uno sur les représentations identitaires du public tunisien

Le regard sur l’autre

  • 8 Meyrowitz, J., 1993, Oltre il senso del luogo. L’impatto dei media elettronici sul comportamento so (...)

10Dans un livre fort intéressant sur les effets socioculturels des médias électroniques, Meyrowitz éclaire comment ils ont compromis la relation traditionnelle entre le lieu physique et la situation sociale et ils ont engendré, par cette voie, de nouvelles situations sociales8. Les médias électroniques ont introduit des changements dans le domaine de la perception, des flux d’information et de l’accès à l’information sociale, ils ont rendu les autres réalités accessibles sans la contrainte physique d’être dans le même lieu ; ainsi, en modifiant les frontières entre des situations séparées, ils ont altéré les aspects de l’identité qui étaient déterminés auparavant par des lieux physiques donnés et par les expériences particulières qui s’y déroulaient.

11L’exposition à une chaîne télévisée étrangère, moyennant la familiarisation avec des dimensions de l’existence de l’autre auparavant inaccessibles, introduit des modifications dans le système utilisé pour considérer et évaluer l’autre.

12L’exposition à RAI Uno a entraîné pour le public tunisien l’accès à des multiples dimensions de la réalité italienne et le contact avec un paysage physique et humain différemment structuré, qui fonctionne selon d’autres codes de lecture de la réalité, ainsi que d’action sur celle-ci.

13Quant aux répercussions de cette nouvelle situation sur la perception de l’autre, nous avons relevé en premier lieu des effets cognitifs : les informations reçues par l’écran s’entremêlent et interagissent avec les informations et les stéréotypes précédents. La vision de RAI Uno va de pair avec une image moins stéréotypée (ou, en tous cas, basée sur des stéréotypes différents) et plus complexe, dans certains cas, moins idéalisée, de la réalité italienne. Cela se vérifie en particulier chez les catégories ayant un plus haut niveau d’instruction, qui font preuve généralement d’attitudes plus accentuées à la réélaboration des messages et du cadre des connaissances. L’image de l’Italie s’enrichit de nuances, de différences, de spécificités ; elle acquiert une certaine autonomie par rapport à d’autres réalités auxquelles elle était auparavant assimilée. Elle n’apparaît plus en tant qu’élément indistinct de la polarité occident, qui renvoie surtout à l’image de la France modèle premier de l’altérité - et qui est souvent opposée à la polarité arabo-musulmane dans les discours des enquêtés.

14La tendance à la distinction et à l’autonomisation n’est pas pour autant une donnée acquise et persistante : en général, les spectateurs de RAI Uno font preuve d’une plus forte attitude à souligner les traits de la spécificité italienne ; pourtant, dans le discours des mêmes sujets, il arrive souvent que ces nuances et différences finissent pour s’évanouir dans une catégorie générique d’occident. Ici, on peut saisir l’importance de l’ancienneté de l’exposition. La familiarisation avec les traits spécifiques d’une autre réalité demande du temps ; une sédimentation d’informations paraît nécessaire pour qu’une image confuse puisse acquérir de la consistance et du volume, pour qu’elle se détache du fond. Les origines régionales des spectateurs prennent ici tout leur sens : là où l’accès à RAI Uno est plus ancien (la région du Grand Tunis), l’image de l’Italie ressort avec une identité assez nette et précise ; par contre, là où l’accès est plus récent, l’assimilation de la réalité italienne à la catégorie occident se révèle l’attitude dominante.

15D’un autre côté, nous avons relevé une influence ambivalente de l’exposition à RAI Uno sur la disposition émotive - affective du public tunisien vis-à-vis des Italiens : en montrant les multiples dimensions de son existence, y compris les plus intimes, humaines, vulnérables, l’autre - l’Italien - suscite un sentiment de proximité, de familiarité, de sympathie ; par ailleurs, en montrant aussi ses faiblesses, les aspects négatifs, pathologiques ou tout simplement ordinaires de son style de vie, il faillit perdre de charme, d’attrait et entretenir des tendances « démythisantes ».

16Tout à fait différente est l’attitude émotive - affective, ainsi qu’intellectuelle, affichée par le public enquêté vis-à-vis de la chaîne française. En ce cas, l’attitude dominante est chargée de tels sentiments et d’une telle complexité qui n’ont pas d’équivalents dans le rapport à la chaîne italienne : on y retrouve l’attraction et le refus, l’identification et la distinction, la fascination et la prise de distance critique. Le regard sur la chaîne italienne est beaucoup plus décontracté, moins complexe et contradictoire, plus superficiel. L’attitude dominante est plus spontanée, plus ludique, moins critique, intellectuellement moins problématique et en même temps moins impliquante.

17Il est difficile de ne pas apercevoir, derrière cette différence, l’histoire des rapports entre la France et la Tunisie, l’héritage de mémoire historique, d’idées et d’idéologies qui accompagnent le spectateur pendant la vision. Mais il est probable que cette différence découle aussi d’autres raisons relevant du moyen télévisé lui-même : les modalités spécifiques de l’exposition aux deux chaînes et la présence plus ou moins prolongée et isolée des chaînes en Tunisie.

  • 9 Les recherches ont mis en lumière que RAI Uno a été un facteur important de diffusion de la langue (...)
  • 10 Voir les dichotomies communication vs. expression (E. Goffman, 1969, Strategic Interaction, Univers (...)

18Les modalités de l’exposition sont influencées par le facteur linguistique : si la chaîne française est accessible à la plupart du public tunisien, la RAI a érodé la barrière linguistique sans pourtant l’éliminer9. Il s’en est suivi qu’une grande partie du public tunisien s’expose de préférence aux émissions facilement accessibles même en absence des compétences linguistiques, telles que les variétés, les émissions sportives et musicales ; lorsqu’en présence d’une compréhension limitée, il s’expose à des émissions plus complexes, telles que les informations ou les films, les images et le message expressif se réservent une place plus importante par rapport au message communicatif, c’est-à-dire le langage10. Si le langage s’adresse prioritairement à la raison, les images, reliées les unes aux autres par des analogies, des jeux de contraste, des suggestions beaucoup plus que par des liens logiques, s’adressent aux sens et aux émotions. Cette typologie de la vision caractérisée par une forte composante expressive peut aider à comprendre l’attitude moins intellectuelle, moins critique, plus simplement émotive vis-à-vis de RAI Uno. D’ailleurs, la durée de la présence et l’histoire des deux chaînes en Tunisie jouent probablement un rôle dans l’élaboration d’attitudes si différentes. Comme on l’a vu, RAI Uno diffuse intégralement ses émissions dans la région du Grand Tunis depuis 1960, et dans la presque totalité du pays depuis 1984, tandis que l’émission intégrale de France 2 n’a débuté qu’en 1989, se limitant avant cette date à quelques émissions sélectionnées qui passaient sur la deuxième chaîne tunisienne depuis 1970. RAI Uno s’est accompagnée aux enthousiasmes de la première phase de l’indépendance du pays, en offrant des promesses de soutien à la télévision nationale, ainsi que l’opportunité d’ouverture à un pays occidental non perçu en termes antagonistes. Du côté italien, nous avons donc la présence continuelle et prolongée d’un moyen de masse, très faiblement soutenu par d’autres instruments de diffusion de la culture italienne, approprié pour favoriser la proximité et l’empathie, mais probablement peu enclin, dans la longue période, à entretenir de façon univoque la fascination. Du côté français, par contre, la présence inconstante et plus récente du moyen de masse s’accompagne d’une pénétration culturelle affermie, ramifiée et multiforme, assurée par des structures culturelles plus « nobles », enclines de leur côté à préserver l’attrait et la séduction d’un style culturel, plutôt qu’à réduire les distances émotives.

19Pour ce qui est des effets de l’exposition à RAI Uno sur l’évaluation du modèle socioculturel italien, les recherches ont mis en évidence une influence plutôt faible. L’exposition à RAI Uno a l’effet d’améliorer l’image de l’Italie, mais les différences entre ceux qui s’exposent avec plus ou moins de fréquence se sont révélées modestes et non linéaires. En tout cas, l’influence de la chaîne ne se manifeste pas de la même façon et avec la même intensité chez les différentes catégories socioculturelles, puisqu’elle y rencontre des sensibilités, des motivations, des attitudes critiques et des formes de résistance ou de fragilité très différentes les unes des autres.

20Des différences significatives se sont manifestées en introduisant dans l’analyse des variables de contrôle, telles que le niveau d’instruction. Aux degrés supérieurs d’instruction correspond une image plus positive des italiens ; cependant, cette image ne paraît pas influencée par la réception de RAI Uno. Voire, sur certains aspects de la réalité italienne, tels que le système politique et la tolérance, les spectateurs habituels de RAI Uno affichent une attitude plus critique par rapport aux autres. Par contre, on relève une influence de la chaîne, dans le sens où elle aurait amélioré l’image des Italiens, chez les moins instruits, qui ont, par ailleurs, une idée généralement plus négative des Italiens et une moindre propension à des formes de fascination vis-à-vis de ce qui parvient de l’extérieur. Il s’agit d’un phénomène relevé par de nombreuses recherches sur les médias dans les sociétés occidentales : un média de masse tel que la télévision exerce son influence particulièrement sur les couches les moins instruites de la population.

Le regard sur soi

21Nous avons déjà remarqué que l’exposition aux valeurs et aux modèles d’autrui tend à modifier la perception de soi, en offrant une nouvelle perspective pour observer ses propres actions et son identité. Le regard sur soi s’enrichit d’éléments qui lui étaient extérieurs, il intègre des paramètres, des valeurs, des catégories qui n’appartiennent pas à la sphère traditionnelle du groupe. La position du groupe, ses liens traditionnels, sa conscience de soi, en sont modifiés. Je me borne à faire allusion à quelques dimensions de cette influence, qui revêtent un intérêt particulier.

22Le public tunisien, notamment le public plus cultivé, a déclaré attribuer une grande importance aux émissions d’information de RAI Uno et de France 2. Ces informations sont gérées de façon à intégrer, compléter, voire vérifier les informations nationales, jugées insuffisantes aussi bien sur le plan de la quantité, que de la qualité et de l’objectivité. Le libre accès à ce système d’information plus large a eu l’effet de rompre le monopole d’une information monolithique et a joué certainement le rôle d’aiguiser la critique contre le contrôle de l’information exercé par le pouvoir ; en dernière instance, il a exacerbé la critique contre le pouvoir même. Cet effet est renforcé par la représentation du fonctionnement des institutions et des pratiques régissant la vie politique, véhiculée quotidiennement par la télévision italienne et française, ce qui encourage des opérations de comparaison avec le système tunisien. Parmi les aspects les plus séduisants du système occidental pour une partie considérable du public tunisien, il y a justement le pluralisme politique, la liberté d’expression, la visibilité et le poids social et politique des associations. La conscience des facteurs d’instabilité et de déséquilibre du système politique italien ne brouille que partiellement l’attrait.

23La répercussion inévitable est le sentiment de frustration que nombre d’enquêtés ont déclaré ressentir lorsqu’ils suivent les émissions de journalisme critique, mais aussi les émissions satiriques, les talk-show qui posent les représentants des institutions et des partis politiques dans un cadre détendu et amical et raccourcissent leur distance du public ; en somme, toutes les situations télévisées qui représentent des rapports d’interaction horizontale et égalitaire entre les citoyens et le pouvoir. Cette image en surimpression trouble le spectacle plus hiérarchique et autoritaire du pouvoir offert par les médias nationaux.

24Bien que cet effet ne soit pas absent chez le public moins instruit, il s’y manifeste avec une moindre intensité et univocité, par rapport au public cultivé. Par ailleurs, dans d’autres domaines, l’influence de RAI Uno paraît traverser toutes les catégories socioculturelles, voire toucher notamment les plus démunies. C’est le cas de l’orientation des désirs et des modèles de consommation : le spectacle du bien-être, l’abondance du choix et les mécanismes d’identification suggérés par les images publicitaires exercent un impact émotif puissant sur le public tunisien ; on peut même les mettre en rapport avec l’insatisfaction croissante vis-à-vis du marché local et la dépréciation du produit national, relégué en deuxième choix. Le phénomène le plus intéressant, qui devrait être l’objet d’une étude plus approfondie, c’est que le désir des biens étrangers semble dirigé par leur valeur symbolique plus que par leur aspect fonctionnel : dans cette nouvelle configuration des rapports entre les individus et les objets se dessine une grammaire renouvelée des signes d’identification collective.

25En particulier parmi les plus jeunes on assiste à la naissance de nouveaux groupements basés sur la répartition d’expériences liées à la télévision étrangère et à certains modèles et modes qu’elle propose ; bien que souvent éphémères et superficiels, ces groupements témoignent de l’affirmation de dynamiques d’agrégation suivant de nouvelles logiques. On relève une influence des modèles télévisés sur les goûts musicaux, sur la façon de s’habiller, de se coiffer, de décorer son corps et ses objets, de s’exprimer selon une gestuelle, de parler et plaisanter, de concevoir le temps libre, de se rapporter à l’autre sexe et aux adultes, de tisser un imaginaire où les héros s’inspirent souvent des personnages des télévisions étrangères. Tous ces éléments deviennent des facteurs d’agrégation et des signes d’identification et de distinction.

26Nous avons aussi enquêté sur d’autres domaines de la vie sociale où on assiste à une articulation de l’image de l’autre et de soi (le travail, le rapport à la science et à la technologie, la famille, l’éthique, etc.) ; et nous avons constaté des analogies avec les dynamiques qu’on vient de décrire. Comme on le verra ensuite, la comparaison entre les situations sociales ne débouche pas nécessairement sur une dévaluation de la réalité ambiante. Mais ce qui est important c’est que l’exposition à des modèles différents de vie et de pensée intervient dans le réseau de facteurs qui façonnent l’auto-représentation ; la réalité autre devient une référence du discours, de la pensée et sa présence peut induire à percevoir comme étant inadéquats ou douteux des comportements et des motivations qui se tenaient parfaitement auparavant.

27Un autre aspect de cette trame de regards croisés mérite une allusion : dans les chaînes occidentales les spectateurs tunisiens ont l’occasion de voir les représentations véhiculées par celles-ci concernant la réalité tunisienne et plus en général le contexte arabo-musulman. Il arrive donc qu’ils croisent le regard de l’autre sur soi, qu’ils se voient à travers les yeux de l’autre.

  • 11 « Indagine esplorativa della violenza nella programmazione televisiva attuale (1995-96), Osservator (...)

28Les implications de cette situation mériteraient une étude plus approfondie, ainsi que les contenus présentés par les chaînes italienne et française dans ce contexte. Je me borne à faire allusion à quelques recherches de contenu appliquées à la télévision italienne, dont je me suis personnellement occupée auprès de l’Osservatorio della Comunicazione radio-televisiva de l’Université de Pavie11. Il est possible d’affirmer que, en ce qui concerne les journaux télévisés, la présence de sujets relatifs au contexte géographique et socioculturel dont la Tunisie fait partie, est très limitée du point de vue quantitatif aussi bien que qualitatif. Les références les plus courantes sont liées au sujet de l’immigration et associées dans la plupart des cas à d’autres arguments, tels que la criminalité et l’ordre public. Dans d’autres cas, on trouve des références d’ordre folklorique, exotique, en tout cas superficiel. Parfois, encore, des éléments culturels arabo-musulmans sont assimilés, « digérés » à travers le filtre de la mode et du marché de la consommation. Il suffit, à ce propos, de suivre les attributions contradictoires de sens relatives à un objet-symbole très discuté, le tchador. Celui-ci, chargé de ses références originaires, religieuses et sociales, apparaît comme un objet contesté et responsable de tensions dans les rapports entre les communautés. Mais voilà, on le voit réapparaître, vidé de ses références, sur les passerelles des défilés de haute couture, comme objet d’une réappropriation esthétique et consumériste, avec sa symbolique reformulée.

La conception de l’altérité. La dialectique nous/eux

  • 12 Malchiodi, Manuela, 1994, L’influence de la télévision italienne (RAI Uno) sur le public du Grand T (...)

29Dans le nouvel espace créé par les médias moyennant la faille des barrières informatives entre des situations sociales auparavant distinguées, les concepts d’étranger et voisin, éléments importants dans les sentiments d’« eux » opposés à « nous » qui sont au cœur des identités collectives, se modifient. Dans le questionnaire de la première enquête12, on demandait aux enquêtés de définir la position des Italiens et des Tunisiens par rapport à une série de valeurs (qu’on peut regrouper dans quelques catégories : valeurs individualistes, altruistes, communautaires, politiques, professionnelles), ensuite on leur demandait de se placer, personnellement et individuellement, par rapport aux mêmes valeurs. Les résultats ont révélé que l’identification personnelle n’était pas toujours à sa propre communauté d’appartenance : concernant certaines valeurs, nombre d’enquêtés se sentaient plus proches des Italiens. Ils montraient la conscience de différences importantes entre les deux sociétés, quant à l’articulation de leurs valeurs fondamentales, et dans certains cas ils s’éloignaient de la communauté d’appartenance, affirmant une autonomie d’identification idéale et valorisante par rapport à celle-ci.

30Entre les polarités extrêmes de la dissociation totale vis-à-vis de ses propres racines culturelles et du refus aussi radical du modèle socioculturel occidental, présentes mais minoritaires dans les échantillons analysés, ainsi que chez les enseignants interviewés, s’affirme la tendance dominante vers un modèle culturel synthétique, de compromis. Ce modèle représente une solution ouverte, souple, une sorte de balancement entre des éléments culturels d’origine différente, qui permet de s’adapter aux changements qui bouleversent la société, tout en continuant à se reconnaître dans une ligne de continuité avec son passé. Les difficultés d’une telle synthèse sont évidentes, mais cette solution est considérée plus fonctionnelle que les autres : l’une - l’assimilation tout court du modèle occidental - ressentie comme un suicide identitaire et comme une trahison vis-à-vis de sa propre communauté ; l’autre - le refus total - perçue comme une auto-exclusion des dynamiques sociales et d’évolutions parfois considérées désirables.

  • 13 Rositi, F., 1995, « L’influenza di RAI Uno sulla cultura tunisina. Analisi dei risultati della surv (...)

31Les résultats des deux enquêtes successives suggèrent un dédoublement de l’horizon culturel13. Dans son analyse, Rositi parle d’un double lien, aux racines de sa propre identité et à la fascination des valeurs occidentales, qui rend possible, et non culturellement catastrophique, la double exposition à la tradition nationale et à la télévision et à la culture occidentales.

  • 14 Plus en détail, les analyses statistiques élaborées par Rositi et Colucci ont permis de relever dan (...)

32Les données permettent d’émettre l’hypothèse suivante, en réponse à la question : comment l’ambiguïté de l’horizon culturel peut-elle être tolérée ? On assigne à la culture tunisienne la primauté dans les valeurs morales et communautaires ; à la culture occidentale, par contre, on assigne la primauté dans les valeurs politiques et individualistes14. Certainement, cette situation complexe ne peut pas être interprétée comme un produit de la présence de la télévision occidentale, puisqu’elle s’intègre dans un milieu culturel caractérisé depuis longtemps par une présence forte et diffuse de la culture occidentale, ainsi que par un rapport très problématique entre cette dernière et la culture locale. De plus, les résultats de nos recherches ne permettent pas d’affirmer un rôle décisif de RAI Uno dans la détermination de ces orientations, qui semblent avoir une large diffusion et un fort enracinement, indépendamment du fait de s’exposer plus ou moins à ses émissions. RAI Uno apparaît comme un élément d’une constellation plus large, ayant contribué avec sa présence à entretenir les inquiétudes et les contradictions de la recherche identitaire.

  • 15 Dorfles, P. (a cura di), 1991, Guardando all’Italia. Influenza delle TV e delle radio italiane sull (...)

33Une visée fondamentale de nos recherches était de comprendre si la présence quotidienne et prolongée, en Tunisie, de chaînes occidentales appartenant à un univers culturellement dominant, doué de moyens matériels puissants pour la diffusion de son propre modèle culturel, a entraîné des phénomènes de désagrégation identitaire, d’aliénation et d’homologation culturelle. L’analyse nous a suggéré que, face à cet élément perturbateur, la Tunisie s’est révélée un milieu relativement protégé et résistant, grâce à la présence d’une forte tradition culturelle partagée, à la permanence de structures de production culturelle intérieure et de rituels de célébration publique de l’identité. Dans des milieux caractérisés par une tradition culturelle plus affaiblie, comme c’est le cas pour l’Albanie, le contact avec la culture occidentale et ses médias a produit des effets beaucoup plus graves et généralisés sur les sentiments d’identité et d’appartenance15.

34La présence culturelle étrangère est certainement responsable d’une crise d’identité ; un effort conscient s’est rendu nécessaire pour garder des identités collectives auparavant escomptées, inconscientes, intuitives. L’ambiguïté de certains résultats de nos recherches devient ainsi plus claire : l’influence des télévisions occidentales ne se configure pas nécessairement et de façon univoque comme un affaiblissement de l’appartenance identitaire ; elle peut aussi bien se manifester dans la forme d’une sensibilité accrue au problème et au discours identitaire.

Notes

1 Sur les raisons de cette « infraction », sur les intérêts italiens et tunisiens à la diffusion de la télévision italienne, et sur les conditions politiques, économiques et sociales favorisant cette initiative et l’évolution du champ télévisuel tunisien, je renvoie à la bibliographie.

2 Malchiodi, Manuela, 1992, « L’impatto della televisione italiana (Raiuno) sulla società tunisina », Africa, n° 4, décembre, pp. 595-617. Malchiodi, Manuela, 1994, L’influence de la télévision italienne (RAI Uno) sur le public du Grand Tunis, Thèse de 3e cycle en sociologie, Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis I, année universitaire. Boukrâa, R., Colucci, C., Malchiodi, M., Mozzati, M., Rositi, F., 1995, La RAI in Tunisia. L’immagine dell’Italia e degli italiani negli spettatori tunisini di RAI Uno, Nuova ERI/VQPT, Torino.

3 Tahar El Amouri, 2000, « La télévision en Tunisie, équipement des foyers et audience », intervention présentée au séminaire de l’IRMC, Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée : mondialisation, redéploiements et arts de faire, Tunis, 6-7 octobre.

4 Malchiodi, Manuela, 1994, L’influence de la télévision italienne (RAI Uno) sur le public du Grand Tunis, op. cit.

5 Je renvoie à la bibliographie de ma thèse de 3e cycle, op. cit.

6 Boukrâa, R., Colucci, C., Malchiodi, M., Mozzati, M., Rositi, F., op. cit.

7 Boukrâa, R., Colucci, C., Malchiodi, M., Mozzati, M., Rositi, F., op. cit., pp. 133-149.

8 Meyrowitz, J., 1993, Oltre il senso del luogo. L’impatto dei media elettronici sul comportamento sociale, Baskerville, Bologna.

9 Les recherches ont mis en lumière que RAI Uno a été un facteur important de diffusion de la langue italienne, soit direct (nombre de jeunes, grandis dans les années 1960-1970, ont déclaré avoir appris l’italien en s’exposant quotidiennement aux émissions de RAI Uno) ; soit indirect, encourageant à la fréquence aux cours de langue italienne.

10 Voir les dichotomies communication vs. expression (E. Goffman, 1969, Strategic Interaction, University of Pennsylvania Press, Philadelphia), discursif vs. représentatif (Langer, S.K., 1957, Philosophy in a New Key: A Study in the Symbolism of Reason, Rite and Art, Harvard University Press, Cambridge), digital vs. analogique (Watzlawick, P., Beavin, J.H., Jackson, D.D., 1967, Pragmatics of Human Communication: A Study of Interactional Patterns, Pathologies and Paradoxes, Norton, New York).

11 « Indagine esplorativa della violenza nella programmazione televisiva attuale (1995-96), Osservatorio della Comunicazione Radiotelevisiva dell’Università di Pavia. Criminalità e immigrazione : analisi dei telegiornali nazionali e regionali dei primi 10 giorni del 1999 », idem.

12 Malchiodi, Manuela, 1994, L’influence de la télévision italienne (RAI Uno) sur le public du Grand Tunis, op. cit.

13 Rositi, F., 1995, « L’influenza di RAI Uno sulla cultura tunisina. Analisi dei risultati della survey », in : Boukrâa, R., Colucci, C., Malchiodi, M., Mozzati, M., Rositi, F., op. cit., pp. 21-65.

14 Plus en détail, les analyses statistiques élaborées par Rositi et Colucci ont permis de relever dans l’échantillon cinq groupes différents (ambivalenti, esterofili, nazionalisti, etnocentrici e anomali) quant à la primauté accordée aux Italiens ou aux Tunisiens sur trois dimensions de valeurs : morales - communautaires (religion, famille, moralité), politiques (démocratie, liberté, intérêt politique), individualistes (individualisme, succès, richesse). Le groupe le plus nombreux (31,4 %), nommé des ambivalenti, montre justement cette tolérance de l’ambivalence entre son identité, qui s’attache fortement aux valeurs communautaires, et la fascination de la culture occidentale, qui réside surtout dans le système démocratique et la richesse. Cette attitude, présente dans toutes les catégories de l’échantillon, se manifeste de préférence chez les classes d’instruction et de niveau social « moyens-bas ». Elle n’est pas associée significativement à l’exposition à RAI Uno. Les attitudes extrêmes sont représentées, d’un côté, par les esterofili (13 % de l’échantillon), qui jugent les Tunisiens plus faibles sur tous les plans considérés ; cette attitude est associée particulièrement aux niveaux élevés d’instruction et de revenu, ainsi qu’à une plus forte exposition à RAI Uno ; de l’autre côté, par les nazionalisti qui assignent la supériorité aux Tunisiens sur tous les plans, notamment sur le plan politique ; cette attitude, touchant 13,4 % de l’échantillon, est concentrée dans les bas niveau d’instruction et de revenu et s’associe à une plus faible exposition à RAI Uno.

15 Dorfles, P. (a cura di), 1991, Guardando all’Italia. Influenza delle TV e delle radio italiane sull’esodo degli albanesi, ERI/VQPT, Torino. Onofrio, R., 1997, « La demodernizzazione. Un’indagine sul mutamento socio-culturale in Albania », Rassegna Italiana di Sociologia, n° 3, luglio-settembre, pp. 313-342.

Auteur

Université de Pavie

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search