Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée

 | 
Jean-Philippe Bras
, 
Larbi Chouikha

III. Usages et « styles de l’usage » des médias

Les identités au miroir des temporalités télévisuelles

Le ramadan et le réveillon du Jour de l’an à Tunis à travers le petit écran

Larbi Chouikha

Texte intégral

  • 1 Compte rendu par Zaki Laïdi, 1997, « Elias et le “retour” du temps », Revue française de sciences p (...)
  • 2 Cf. Conclusion du livre d’Emile Durkheim, 1968, Les formes élémentaires de la vie religieuse, 5e éd (...)

1Nous partons de cette constatation que la question des identités est essentiellement une question temporelle, c’est-à-dire « une interrogation de soi à travers le temps, que l’on est amené à renégocier à intervalles réguliers à la faveur d’un ou plusieurs événements »1. En effet, la temporalité transparaît au travers des activités sociales, même de l’action la plus individuelle. Et à l’intérieur de chaque temporalité, la nature collective du temps s’exprime par des temps forts marqués par des célébrations, par des fêtes rituelles, qui matérialisent le temps et le transforment en durée. Ces moments où l’on prend particulièrement conscience du temps, sont, selon Durkheim, des « moments forts de la conscience collective, c’est-à-dire des moments d’exaltation, où les individus vibrent à l’unisson et prennent conscience de leur unité, où ils communiquent en même temps, dans le même temps »2. En conséquence, l’étude de la temporalité s’avère essentielle pour comprendre la nature des relations qui caractérisent un groupe social en des « moments forts » de sociabilité familiale. Et ces formes de sociabilité peuvent être suggérées, entretenues ou prolongées par les émissions de télévision, ainsi que par les manières de les regarder.

  • 3 Cf. pour une définition, Zaki Laïdi (dir.), 1996, Le temps mondial, Paris, Complexes, note n° 10, p (...)

2En nous inscrivant dans ces deux moments forts – le mois de ramadan et la veillée du Jour de l’an à Tunis –, l’observation des habitudes télévisuelles de la population d’enquêtés nous amène au constat suivant : en général, les téléspectateurs détermineront leur choix, selon une nouvelle grille de valeurs engendrée par les contextes qui sous-tendent ces deux moments. Ce qui les motive alors dans leurs relations aux programmes de télévision, c’est le sentiment ambigu qu’ils éprouvent au sein du groupe familial, cherchant, à la fois, à renouer avec des usages socioculturels et à vivre, à leur manière, leur ancrage au « temps mondial »3. Leur inscription dans des temporalités différentes ravive en eux des formes de sociabilité qui empruntent à plusieurs registres, tout en les réadaptant à leur situation présente : autant de valeurs et d’usages qui se déploient à l’échelle individuelle ou en co-présence.

1. Temps du ramadan / temps de la veillée du Jour de l’an

3Les Tunisiens vivent sous l’effet de deux calendriers qui se juxtaposent et s’harmonisent, rythmant aussi bien le temps du travail et des loisirs que le temps de la célébration des fêtes musulmanes. Parce qu’ils sont cycliques, ces rythmes se fondent sur deux formes de détermination calendaires, différentes mais non opposées. L’une, plus récente, introduite par la colonisation française, est d’origine grégorienne, imprégnée de références chrétiennes et laïques. L’autre, beaucoup plus ancienne, appelée calendrier hégirien (musulman), basée sur l’année lunaire et fortement marquée par la matrice culturelle et religieuse arabo-musulmane. Les scansions de ces deux temps ne sont ni de même nature ni de même intensité, comme l’influence qu’ils peuvent avoir sur les pratiques sociales et sur les manières de faire individuelles. Selon son degré d’intégration dans la structure familiale et l’influence qu’il peut avoir sur l’habitus individuel, chaque temps contribue à raviver dans « les moments forts de la conscience collective » des formes de sociabilité familiale et sociale.

  • 4 Cf. Farida Adelkhah et François Georgeon (dir.), 2000, Ramadan et politique, Paris, CNRS ; et, en p (...)
  • 5 L’auteur précise que cette notion de « temps réversible » a été énoncée par Lévi-Strauss pour « com (...)

4Le temps du ramadan s’étend sur une période d’un mois de chaque année. Il est cyclique puisqu’il réapparaît selon les saisons en fonction de l’évolution du calendrier hégirien, et agit comme un phénomène concentrique qui s’empare de toute la société4. Son immersion dans la vie sociale remonte à la période de l’islamisation de la Tunisie (xiiie siècle) ; il est donc plus enraciné dans le patrimoine familial et social des Tunisiens, dans leur ensemble. Ce temps est largement conditionné par le temps réversible qu’A. Giddens définit comme la temporalité de la répétition permettant de mieux comprendre celle des croyances et des activités traditionnelles5. À la différence de la religion, précise-t-il, le temps ne fait pas référence à un ensemble déterminé et figé de croyances et de pratiques, mais plutôt à la façon dont la collectivité et les individus les organisent pour les adapter selon leur savoir-faire et leur style personnel au temps présent.

  • 6 Le 1er janvier est chômé et payé que depuis un siècle avec l’établissement du protectorat français (...)
  • 7 Zaki Laïdi, 1996, « Le temps mondial comme événement planétaire », in Z. Laïdi (dir.), Le temps mon (...)

5Contrairement à celle du ramadan, la durée de la veillée du Jour de l’an est plus courte, puisqu’elle porte sur la nuit du Nouvel An, fragment de la journée du 31 décembre. Cette célébration, relativement récente dans l’espace social tunisien, n’a ni l’ampleur sociale ni l’épaisseur identitaire de celle du ramadan6. En outre, la visibilité sociale de ces festivités est limitée dans la mesure où elles ne sont perceptibles que dans les zones urbaines du pays, organisées selon un temps administratif. Cette célébration qui rassemble familles et amis, revêt deux formes. La majorité des personnes interrogées se rassemble en famille, autour du poste de télévision. Mais une minorité d’entre elles se déplace en groupe, dans un hôtel ou un restaurant, pour réveillonner autour d’un dîner, puis autour de la télévision le restant de la soirée. La nuit du réveillon concernerait donc les groupes sociaux et les individus qui s’identifient au temps mondial, c’est-à-dire à ces « moments où les sociétés humaines nourrissent le sentiment collectif de renégocier, sur le mode de l’accélération, leur rapport au temps et à l’espace »7.

  • 8 Georges Balandier, 1983, « Essai d’identification du quotidien », Cahiers internationaux de sociolo (...)
  • 9 En référence à l’ouvrage de Bénédict Anderson, 1996, L’imaginaire national, Paris, La Découverte.
  • 10 Ce que Daniel Dayan appelle les spectateurs domestiques. Daniel Dayan, 1996, « Une expérience colle (...)
  • 11 Une fois tous les 33 ans du calendrier grégorien, le mois du ramadan musulman interfère pendant deu (...)

6Dans l’un et l’autre temps, des valeurs identitaires sont réactivées, à travers lesquelles les individus se retrouvent et communiquent entre eux. Ces valeurs prennent corps dans ce qui constitue la sociabilité familiale : d’abord, comme négation de toute forme de solitude (essentiellement au moment de la rupture du jeûne et du dîner du réveillon), ensuite, comme lieu de mise en œuvre des élaborations du symbolique et de l’imaginaire. Elles contribuent ainsi à façonner une tradition privée8 : le plaisir de manger ensemble des plats « traditionnels » ou « modernes », les odeurs et les saveurs qui s’en dégagent, l’importance symbolique que prennent certains objets et personnages familiers, la présence des grands-parents, la maison parentale, le suivi des émissions de la télévision tunisienne pendant le mois de ramadan et des autres télévisions durant la veillée du Nouvel An. De fait, cette sociabilité est affective et imaginaire puisqu’elle renoue des liens avec une communauté imaginée9 qui renvoie aussi bien à la communauté nationale qu’à celle des croyants, la Oumma islamique, ou encore à ces « communautés de célébration »10 qui donnent l’occasion aux « publics » de la télévision de vivre des expériences collectives à domicile. En conséquence, la place que prennent toutes les émissions télévisuelles dans la vie sociale et les manières de les regarder (ce qui singularise les pratiques individuelles) dépendent de la sensation que produisent ces deux contextes spatio-temporels dans la structure familiale. Les relations qu’entretient chaque membre d’une même famille avec les images télévisuelles et avec les messages diffusés par elles, peuvent être analysées comme autant d’interactions existant au sein du groupe familial, tout en « meublant » la soirée. Cependant, la ligne de démarcation entre le temps « religieux » et le temps « civil » télévisuels n’est pas nette, puisque des interférences, des juxtapositions et des conjugaisons, entre les deux, peuvent être observées en temps ordinaire, et plus encore quand les deux fêtes se rencontrent11.

  • 12 La nature des couples : 12 couples tunisiens, 3 couples mixtes (où l’épouse est généralement frança (...)

7Pour analyser ces interférences entre mois de ramadan et veillée du Jour de l’an et leurs interactions sociales, nous nous sommes basés sur l’observation participante et sur l’entretien libre. En étudiant les attitudes et les comportements de cinquante-cinq personnes et en rendant visite à quinze familles entre 1995 et 1999, nous avons pu réaliser, durant plusieurs années à l’occasion de ces festivités, des enquêtes approfondies sur les « manières de faire » face au poste de télévision12.

8Cet échantillon de population peut paraître minoritaire, en nombre, dans la société tunisienne. Il n’en représente pas moins une « catégorie sociale » influente par la position qu’occupent les époux, appartenant aux professions libérales, cadres supérieurs exerçant généralement dans le secteur privé bancaire, mais aussi universitaires. Leur niveau d’instruction est supérieur à la moyenne nationale et leur formation culturelle demeure marquée par une préférence pour la culture française. Plusieurs d’entre eux ont fait leurs études en France ou y ont poursuivi un cursus. Certains continuent à s’y rendre pour de courts séjours, en moyenne dix jours par an. Dans leur sphère domestique, ces attaches culturelles se manifestent par l’usage fréquent de la langue française, et par la lecture (plus ou moins régulière) des journaux français distribués à Tunis.

  • 13 Il me paraît nécessaire de définir cette notion de « mode de vie » comme intégrée dans la descripti (...)
  • 14 À la date de l’interruption des programmes de la chaîne française France 2 en octobre 1999 par les (...)

9Les enquêtés s’identifient donc à un mode de vie et des référents culturels dominants qui s’apparentent à ceux en usage en Occident13. En famille, ils disposent d’un ou de deux récepteurs de télévision par foyer, tous reliés à des antennes paraboliques14 et « branchés » essentiellement sur des chaînes de télévisions étrangères, en l’occurrence, françaises. Aujourd’hui, la plupart de ces familles habitent des quartiers résidentiels érigés sur les hauteurs de Tunis ou situés dans sa banlieue. Mais l’émergence et la généralisation de nouveaux quartiers, ainsi que les changements du mode d’interaction sociale, ont produit une « confusion » au niveau de l’identité de ces familles. En effet, leurs modes de vie connaissent des bouleversements. Tout d’abord, la proximité spatiale ne correspond plus à la proximité sociale ; et la structure de la famille « moderne » comme le cadre urbain dans lequel elle évolue ne reçoivent plus le soutien des structures sociales anciennes (éclatement de la famille patriarcale et dispersion de ses membres). De surcroît, dans ces quartiers, les équipements socioculturels collectifs sont inexistants ou très limités : en général, on ne trouve que quelques salles de cinéma et les lieux publics de rencontre se réduisent aux cafés et pizzerias. Dans la structure traditionnelle urbaine, en revanche, tout espace social (y compris les sphères privées) pouvait se muer en lieu public d’animation et de communication. Par conséquent, les familles habitant ces quartiers modernes ont tendance à se replier sur leur sphère domestique, en aménageant un chez-soi équipé de toute une panoplie, parfois sophistiquée, de matériel d’animation et de communication (chaînes hi-fi, magnétoscopes, jeux vidéo, antennes paraboliques, ordinateurs et Internet).

10La prédilection des couples mariés pour les télévisions étrangères s’explique par deux motivations, complémentaires : il s’agit de satisfaire non seulement « une curiosité aiguë pour toutes les questions d’actualité nationale et internationale » (40/55), mais aussi le désir de s’ouvrir sur l’extérieur et de découvrir « quelque chose qui soit différent de sa propre réalité sociale, culturelle et politique » (55/55). En même temps, leur rapport à la télévision nationale est ténu, en raison de la « déception » (55/55) que provoquent des programmes caractérisés, selon eux, par « la monotonie, l’absence d’imagination, la langue de bois et la platitude ». Ceci expliquerait la prolifération des antennes paraboliques, avec les conséquences qu’a soulignées Jean-Philippe Bras :

  • 15 Bien que l’État ait pris un ensemble de dispositions juridiques tendant à limiter, à contrôler ou à (...)
  • 16 Ibid., p. 235.

« Le choix des images ne passe plus par le filtre étatique15, la demande se construit dans une sphère privée, le plus souvent collective, notamment ici familiale, avec des conflits, des négociations, des arbitrages selon des modalités différentes, et qui renvoient eux-mêmes à une pluralité de registres identitaires. La télécommande permet bien des voyages… et sans visa »16.

11Toutefois, ces réserves à l’encontre des programmes de la télévision tunisienne ne constituent pas une rupture totale et irréversible avec elle. On a pu observer en effet que le mois de ramadan est l’occasion de renouer avec les anciens liens familiaux, en les incorporant à de nouvelles formes de sociabilité, en grande partie consacrée à l’écoute de la télévision tunisienne.

2. Rythmes à deux temps

  • 17 C’est-à-dire, « une logique spatiale propre à un groupe, à une société, qui se caractérise par ses (...)
  • 18 Comme le souligne Michel Maffesoli, 1994, « L’ambiance sociale », in P. Tacussel (dir.), Le réencha (...)
  • 19 L’expression est de Bernard Lepetit, 1996, « De l’échelle en histoire », in J. Revel (dir.), Jeux d (...)
  • 20 Selon l’acception de Jean-Noël Ferrié qui dit qu’« une chose ou une pratique relève d’un certain or (...)

12Le rythme des festivités implique un rapport entre temps et espace : il se définit dans une spatialité17. L’ambiance du temps et du lieu détermine l’activité des groupes et des individus18. En effet, cette échelle de significations qui détermine les deux temps, contraste avec la vie ordinaire. Durant le ramadan pour l’ensemble des Tunisiens, et en période de fêtes de fin d’année pour quelques-uns d’entre eux, la quotidienneté obéit à une échelle de significations faite de sensations, d’émotions et de relations affectives. Cette mise en échelle19 est indexée à un contexte particulier où s’entremêlent, à la fois, sociabilité familiale, réjouissances, plaisirs du corps, et références aux souvenirs passés, lointains et proches. Ce contexte est constitué d’un univers de symboles construit à partir d’une esthétique déjà existante faite d’objets, de monuments, d’images, de formes et d’agencements sociaux, mais aussi de sons, d’odeurs et de saveurs qui prennent sens et significations dans diverses interactions entre les individus et l’ambiance particulière engendrée par ces deux contextes. Ces interactions peuvent suggérer un recadrage de l’activité quotidienne dans le système de référence : religieux ou laïque, traditionnel ou moderne, tunisien ou occidental, selon les cas. Mais nous pensons qu’elles renvoient plutôt à leur indexation20 dans le style de vie de ces individus et dans leur manière de faire, à l’intérieur de ce système de référence. Cette approche insiste plutôt sur la façon dont les habitants s’approprient ces interactions, en les adaptant à leur style de vie ; et ceci, indépendamment du système de référence qui les a configurées.

  • 21 Le muezzin est la personne qui, du haut du minaret, appelle à la prière.

13Les termes de différenciation entre le public et le privé, l’intime et le proche, connaissent alors un changement de sens, selon la sensibilité des membres et leur ancrage familial et social. C’est souvent le cas de la maison parentale à l’heure de la rupture du jeûne ou du réveillon quand tous les membres de la famille se regroupent pour dîner. Et l’emplacement de la télévision devient alors un lieu stratégique. Cependant la sphère du public peut également exister et fonctionner en dehors de toute expression spatiale : c’est le cas, notamment, de la sensation que produisent aussi bien les appels du muezzin (annonçant la fin ou le début du jeûne)21 que l’annonce des douze coups de minuit par les télévisions du monde, la nuit du Nouvel An. Autre exemple, la nouvelle posture sociale qui s’établit entre les familles et les émissions tunisiennes pendant les nuits du ramadan, ou entre ces mêmes familles et les variétés télévisuelles que les médias occidentaux et tunisiens diffusent la nuit du réveillon.

  • 22 Elle était plus visible et prégnante du temps de la présence de nombreux français jusqu’aux années (...)
  • 23 « Européennes » appellation utilisée jadis par opposition à l’ancienne ville traditionnelle, pour d (...)

14Moins prégnante que celle du ramadan, l’ambiance de fête à l’approche du Nouvel An est néanmoins de plus en plus visible à Tunis, depuis une dizaine d’années22. Les principales artères publiques et commerçantes de la ville dite « européenne »23 et des proches banlieues résidentielles sont décorées de guirlandes. Les devantures des magasins sont ornées de différentes inscriptions, colorées d’enseignes lumineuses offrant aux passants des vœux de bonne année. Les restaurants et les hôtels qui accueillent des groupes de familles et d’amis pour le réveillon, aménagent un décor spécifique où s’entremêlent jeux de lumières, gerbes de fleurs, lampions et guirlandes. En cette période, tous les journaux de la place – en particulier ceux en français – regorgent d’encarts publicitaires affichant une gamme de menus et d’amusements variés, pour le réveillon. Les reportages que proposent les journaux sur les fêtes de fin d’année, accompagnés de propositions de menus de réveillon, et de rétrospectives sur les faits saillants de l’année écoulée, contribuent à entretenir cette ambiance de fête. Les pâtisseries, les grands magasins d’alimentation, le marché central de Tunis et les marchés environnants deviennent des lieux très fréquentés où notre population d’enquêtés s’approvisionne en denrées les plus prisées.

15Dans plusieurs foyers, la maison parentale se mue en lieu de fête et de retrouvailles, comme au temps des soirées de rupture du jeûne. On y accroche parfois des ornements de toutes sortes (jeux de lumière, guirlandes multicolores, etc.) qui égaient l’intérieur de ces maisons, faisant la joie des enfants. Les images et les sons que diffusent des chaînes de télévisions, nationale et étrangères (spots publicitaires, bandes annonces sur l’animation de la soirée du réveillon, des idées pour la préparation du dîner, etc.) participent à la préparation de la fête qui sera célébrée en famille et entre amis.

16À quelques jours de cette nuit du réveillon, la préparation du repas de la veillée rythme les activités familiales. On essaie d’imiter les pratiques culinaires et gastronomiques des foyers français, telles qu’elles sont perçues par le truchement des images télévisées, ou par le souvenir d’un séjour « là-bas » (en France) ou encore par ce que relatent, à leurs manières, des membres ou des amis installés « là-bas ». Il arrive fréquemment qu’un poulet farci se substitue à la dinde farcie (rarissime et très onéreux) et que le gâteau du Nouvel An décoré d’une inscription portant sur des vœux, soit servi aux convives avec des pâtisseries tunisiennes traditionnelles. Mais la consommation des boissons alcoolisées n’est pas très visible — encore moins quand ce moment coïncide avec celui du ramadan —, soit que les individus n’en consomment pas du tout, soit que la présence d’une personne âgée (pratiquante) les en dissuade ; dans ce cas, seuls des boissons gazeuses et des jus de fruit seront servis. Dans quelques familles de couples « mixtes », il n’est pas rare cependant de voir, à partir de minuit, des verres de champagne servis après le thé et le café. Selon nos entretiens, dans ces familles, la consommation de cette boisson fait partie d’un rituel familial, à l’instar des familles françaises et occidentales.

3. Émergence de nouveaux lieux

  • 24 Selon l’expression utilisée par Alfred Schùtz, 1987, Le chercheur et le quotidien, Paris, Ed. Mérid (...)
  • 25 La référence à la Oumma islamique : – la communauté des Musulmans – prend plus de relief au cours d (...)

17Que ce soit en ramadan ou pendant les fêtes du Nouvel An, ce qui fondent des lieux, ce sont la famille et l’espace domestique, la gastronomie et le goût culinaire, l’écoute des émissions de la télévision tunisienne et des télévisions en général, et les veillées entre amis. Ces lieux donnent aux membres d’un groupe social la possibilité de vivre une expérience collective autour de valeurs qui leur sont communes. Mais ces valeurs n’impliquent pas une identité de vues sur le contenu de chacune d’elles. La sociabilité familiale avec toutes ses provinces de significations24 constitue un lieu qui prend des significations particulières selon chacune des sensibilités qui caractérisent les individus. Il en va de même pour le cercle des amis qui supplantera ou prolongera dans la soirée la sociabilité familiale et qui peut procurer différents plaisirs : jouer aux cartes, écouter des histoires drôles, échanger des informations, etc. Par ailleurs, pendant ramadan, les images que renvoient les télévisions (tunisienne et arabes) pénètrent plusieurs foyers, participant ainsi à la « mise en spectacle » de cette Oumma islamique imaginée, perçue et vécue différemment selon les personnes25. De la même façon, celles que transmettent les différentes télévisions (tunisienne et occidentales) au soir du Nouvel An, plongent notre population d’enquêtés dans ces « communautés de célébration ».

  • 26 Nous avons constaté que pendant la veillée du Nouvel An, essentiellement à partir de l’annonce par (...)
  • 27 Claude Rivière, 1983, « Pour une approche des rituels séculiers », Cahiers internationaux de sociol (...)

18Ces lieux, tels que nous les avons décrits, se fondent dans un espace actif qui désigne un centre multiforme et multidimensionnel : il est construit autour de plusieurs lieux physiques et symboliques, mais aussi d’événements, d’objets, d’images et de personnes, indexés aux contextes du ramadan et de la veillée du Jour de l’an. Dans la mémoire de ceux qui le partagent, cet espace acquiert une épaisseur identitaire qui en fait une unité observable. Il est donc constitué de lieux perçus comme traditionnels, modernes, locaux, nationaux, mondiaux, mais aussi, de pratiques et d’usages qui sont porteurs de la mémoire collective et individuelle. Sa caractéristique est de mettre en action tous les sens, au contact de l’un de ces éléments. Par exemple, les technologies de communication comme la télévision, la chaîne Hi-Fi, le magnétoscope et même le téléphone26 font l’objet de réappropriation par les membres comme moyens de restitution d’une ambiance du passé ou comme réemploi d’un usage ancien ; ils sont aussi un moyen de s’indexer dans ce « temps mondial », en s’imaginant « faire comme tout le monde ». Les images télévisuelles, telles qu’elles sont perçues et réemployées, évoquent souvent les formes de sociabilité familiale d’antan, mais c’est aussi une manière de vivre le temps présent. La même sensation peut être produite par des cassettes sonores ou visuelles que certains utilisent, parfois, pour diffuser des versets du Coran ou des chants et musiques anciens ou modernes, tunisiens ou occidentaux, ou « maghrébo-français » (le rap, le raï, etc.). Ainsi, tant dans les comportements des groupes que dans ceux des individus, les symboles et les références qui se dégagent apparaissent dans toutes les formes de ritualisation de la vie collective27.

19Les conséquences de cette ritualisation débordent leurs purs effets religieux, culturels, sociaux. Certes, elles insistent sur les liens qui unissent les individus à travers l’ensemble des valeurs fondant les idéaux d’unité d’appartenance à une « communauté imaginée ». Mais, simultanément, chacun répond selon sa sensibilité propre aux questions de sens et d’efficacité que ces valeurs posent. La meilleure illustration en est la multiplicité des sens et des usages qui entourent l’écoute et le suivi des émissions de télévisions pendant ces deux temporalités.

4. Un nouveau lieu de sociabilité : la télévision du ramadan et les télévisions du réveillon

  • 28 Comme l’écrivent D. Dayan, et E. Katz, « La télévision ne se donne pas à voir, elle se donne à voir (...)

20La télévision tunisienne, tout au long du ramadan, et les télévisions françaises, la nuit du réveillon, prennent une place et une signification plus ou moins importantes dans les foyers selon le degré d’enracinement de ces moments dans la structure familiale, en particulier dans la soirée juste après les repas. Comme objet, la télévision peut devenir un « repère temporel » dans le déroulement de la vie du téléspectateur et de sa famille. Certains informateurs affirment que c’est à l’approche de ces deux fêtes qu’ils pensent à changer de téléviseur ou à acquérir un poste supplémentaire : et ils décident où le placer, ce qui fait partie des aménagements intérieurs que connaît l’espace familier pendant ces deux moments. Ainsi, la télévision crée aussi un lieu de sociabilité où se déploie et s’affirme le sentiment de « voir avec »28. Généralement, le poste de télévision (ou le principal, quand la famille dispose de deux postes) est placé dans la grande salle de la maison qui fait office de salle à manger et/ou de salon, appelé beît el-qa’ad dans les maisons traditionnelles. C’est l’espace central qui se transforme pour l’occasion en lieu de sociabilité concentré autour de cette télévision. Ensuite, dans les formes d’interactions qui s’établissent, à travers elle, entre les téléspectateurs et ses émissions, et qui réactivent même dans l’imaginaire des participants des formes traditionnelles de sociabilité sociale et familiale.

21Autrefois, avant son avènement, les soirées du ramadan et des fêtes familiales étaient un moment de détente, de convivialité et de gaieté où tous les membres d’une famille se retrouvaient, en compagnie de voisins et d’amis, dans le plus grand espace de la maison. C’était l’occasion de se narrer des histoires drôles ou de relater des situations cocasses de la vie quotidienne dans une ambiance enjouée. Parmi eux, il se trouvait fréquemment, une personne âgée douée pour la narration des khourafat (les contes) ou des noukat (des plaisanteries ou des histoires drôles) ou un parent féru de voyages et d’aventures qui se délectait à faire les récits de ses pérégrinations et de ses découvertes, ou simplement, une voisine connue pour ses commérages. Le désir et le plaisir de la proximité, l’exquis, la joie, l’anecdote ou même le burlesque, déclenchaient le rire et meublaient ces soirées.

  • 29 Georg Simmel, 1981, « La Sociabilité, étude de sociologie pure » in G. Simmel, Sociologie et épisté (...)

22Aujourd’hui, ces formes de sociabilité se trouvent alimentées, en grande partie, par les émissions des chaînes de télévision et les possibilités d’échanges entre les participants qu’elles créent. En effet, la télévision a transformé la veillée familiale telle qu’on la pratiquait avant son apparition, mais les traces du modèle traditionnel de sociabilité n’ont pas été gommées pour autant. L’écoute de ces émissions est l’occasion pour tous les membres de la famille, parents et grands-parents, adultes et enfants, mais aussi hommes/femmes qui étaient jadis séparés, de se rejoindre dans « cette ressemblance commune avec la sociabilité »29. Et, dans leurs manières de les regarder, les téléspectateurs mêlent le plus souvent, comme autrefois, leurs commentaires aux petites joutes verbales des autres participants, aux anecdotes et moqueries de toutes sortes qui déclenchent les rires et plaisanteries.

  • 30 Cf. Larbi Chouikha, 1998, « La modernité au miroir du ramadan télévisuel. Le cas des familles et de (...)

23Cependant, ce qui donne sens à toutes ces formes télévisuelles, c’est leur mise en usage par les membres du groupe qui y inscrivent leurs marques significatives. Celles-ci peuvent tout autant s’inscrire dans l’ancrage familial ou autre milieu social. Mais elles peuvent aussi porter sur les manières de faire et les mises en scène de soi qui caractérisent les identités sociales individuelles30.

5. À l’intérieur de ces temporalités télévisuelles

  • 31 Nous avons pu observer qu’un grand nombre d’individus et de familles qui, d’ordinaire, sont continu (...)

24Comparées à celles du réveillon, ce sont plutôt les émissions tunisiennes du ramadan qui retiennent le plus l’attention. Elles sont programmées sur l’ensemble du mois et prennent forme essentiellement dans les relations qui se nouent entre elles et les différents publics qui la regardent. À l’instar des rites et des pratiques du ramadan qui s’emparent de la société, la télévision nationale capte l’attention de l’ensemble des Tunisiens, y compris de ceux qui, d’ordinaire, ne la regardent pas31. En revanche, les émissions de la veillée du Jour de l’an, portant sur un moment limité de la soirée du 31 décembre, plongent les téléspectateurs dans une temporalité commune aux dimensions multiples. Cette télévision du réveillon n’est donc pas focalisée sur une chaîne particulière : son écoute peut porter sur différentes chaînes, en l’occurrence françaises ; encore ne concerne-t-elle que quelques familles et individus ayant pris cette habitude et pour lesquels la télévision du réveillon fait partie de l’animation de leur sphère domestique.

  • 32 Nous avons pu observer, que même si les émissions de la télévision tunisienne sont jugées inintéres (...)

25À la différence des autres mois de l’année, l’image diffusée par la télévision tunisienne durant ramadan devient l’élément principal sur lequel s’édifie la sociabilité familiale. Elle rythme la vie intérieure, participe à l’animation dans l’espace familial et sera amenée à supplanter ou à meubler les lieux et formes traditionnels de communication. Nous avons pu observer que l’usage et le contrôle de la télécommande en temps ordinaire (enjeu de pouvoir et sources de dissensions intra-familiales) se trouvent atténués ou carrément évacués en cette période de ramadan32.

  • 33 Pour Maurice Halbwachs, il existe autant de mémoires collectives que de groupes d’appartenances, si (...)

26Pendant ce mois, la télévision tunisienne concourt à nous projeter dans ce « temps réversible » en réactivant chez nos enquêtés des souvenirs liés à leurs « mémoires collectives »33. Cette projection prend plusieurs formes : d’abord, en reconstituant dans le foyer la sociabilité d’antan mais réemployée au temps présent ; ensuite, en proposant davantage d’émissions d’évocations et de souvenirs qui réveillent un passé vécu que le présent recompose.

  • 34 Le dernier repas avant le début du jeûne qui commence au lever du soleil.
  • 35 La grille du ramadan télévisuel se distingue par rapport aux autres mois, par une production nation (...)

27La fin du repas de la rupture du jeûne correspond au prime-time du ramadan télévisuel (et non plus le journal de 20 heures) et, à partir de ce moment et jusqu’à l’heure du suhûr34, la télévision diffuse davantage de productions nationales, dont une grande partie s’inspire du patrimoine culturel et régional ainsi que du vécu quotidien35. Les émissions à caractère religieux, les productions tirées du patrimoine culturel et artistique national, arabe, étranger, mais aussi les reportages et interviews relatifs à la vie sociale, viennent en quelque sorte à la rescousse du patrimoine familial. Toutes ces émissions sont véhiculées dans la langue dialectale tunisienne et sont regardées par tous les membres de la famille.

  • 36 Cf. notre analyse du feuilleton du ramadan très prisé « Khuttàb ‘alal-bàb » (les prétendants déferl (...)
  • 37 Cf. Larbi Chouikha, 1995, « Un exemple de réceptacle et d’interactions : Caméra cachée », Communica (...)

28L’appréciation, par les enquêtés, de ces émissions ne s’inscrit jamais dans une catégorisation figée et ne renvoie pas nécessairement à un même registre temporel qui présuppose l’existence de valeurs partagées par tous les membres. Des émissions les plus prisées pendant ce mois, peuvent être différemment qualifiées de traditionnelle et de moderne, par les uns et par les autres, et tout autant à l’intérieur d’une même émission36. D’une part, ces appréciations dépendent de qui la regarde, dans quelles conditions, et des formes d’interactions multiples qui se créent entre le contenu des thèmes de l’émission et leur réception. Elles dépendent, d’autre part, des discussions que ces thèmes peuvent provoquer parmi eux. Par ailleurs, des emprunts extérieurs, comme l’émission « Caméra cachée » (qui n’est diffusée qu’en période de ramadan), peuvent recevoir différents qualificatifs : national, étranger, traditionnel ou moderne, selon le profil des téléspectateurs et les raisons qui les conduisent à les regarder régulièrement37.

  • 38 Proximité envisagée comme une sorte de « dynamique oscillatoire » et définie « comme dynamique spat (...)

29Pendant la nuit du réveillon, toutes les télévisions, y compris tunisienne, consacrent un programme spécial (diffusé le plus souvent en direct) pour célébrer le passage à la nouvelle année. Comme la plupart des télévisions du monde, la chaîne nationale obéit au même rituel de circonstance, avec la présentation des vœux présidentiels diffusés pendant le journal de 20 heures ; puis la diffusion de variétés musicales, de rétrospectives, d’extraits de quelques-uns des « bêtisiers de l’année », de reportages d’ambiance sur des lieux, publics et privés. Les animateurs et le ton donné à leurs émissions répondent aux mêmes canons de présentation et d’animation que ceux de toutes les télévisions, en pareil moment. C’est la raison pour laquelle, tout au long de cette soirée, le recours à la télécommande et au « zapping » devient très fréquent dans ces familles. Il donne aux membres la possibilité « de voyager dans le temps et dans l’espace » à travers les chaînes françaises d’abord, la chaîne tunisienne et les autres chaînes occidentales ensuite, et arabophones accessoirement, faisant ainsi jouer les formes de proximité telles qu’ils les ressentent38.

  • 39 Jean Bianchi, Henri Bourgeois, 1992, Les Médias côté public, Paris, Ed. du Centurion, p. 57.

30Pendant ces soirées télévisuelles, nous avons pu constater que la célébration des fêtes de fin d’année, en famille, dans un village européen, les ambiances de fêtes retransmises en direct à partir de lieux familiers pour notre public, ou les souvenirs enfantins d’une grande star du music hall sur les formes de célébration des fêtes autrefois, constituent autant de thèmes qui retiennent l’attention. Des connivences peuvent ainsi se constituer entre quelques téléspectateurs autour des airs de musique et de chants qu’ils fredonnaient quand ils avaient 20 ans, ou de lieux largement médiatisés par les télévisions françaises les nuits du réveillon, comme Les Champs Élysées de Paris, que certains de nos informateurs avaient connus et fréquentés naguère. Ils se délectent à se remémorer les souvenirs passés qui les avaient marqués et qui peuvent à tout moment rejaillir au contact d’un air, d’une image, d’une expression, qui restituent l’ambiance à travers cet échange symbolique entre le média et le récepteur. Et, à l’instar de ce que nous avons pu observer dans le cadre du ramadan télévisuel, « l’appartenance comme un élément fort du jeu de la réception »39 prend plus de relief au contact des images télévisuelles, dans ces moments de sociabilité familiale.

  • 40 Entendus comme « les deux grandes perspectives temporelles que sont la reconstruction du passé et l (...)
  • 41 Tout au long de cette nuit, les télévisions avaient transmis à plusieurs reprises en direct, des im (...)

31Il ressort de nos observations et entretiens que les téléspectateurs éprouvent un plaisir à voyager dans le temps et dans l’espace à travers les images que leur renvoient les télévisions. Et ils vivent leur « modernité », à la fois, comme une recherche et comme une découverte de nouveaux « horizons temporels »40. Ainsi, à l’instar du ramadan télévisuel, les soirées du réveillon télévisuel peuvent être perçues comme un lieu de nostalgie qui rappelle ces soirées familiales d’autrefois agrémentées de récits de voyages et d’aventures, mais aussi de chants, de musiques, et de khourafat. Des variétés musicales ou humoristiques, les rétrospectives de l’actualité de l’année, les « bêtisiers » sur des journalistes qui sont devenus familiers pour nos interviewés à force de les voir souvent sur leur écran pendant l’année, les souvenirs d’un personnage public français sur son enfance tunisienne (ou dans un pays du Maghreb) ou des reportages sur des villes et des capitales du monde – comme ceux sur la Ville sainte de Jérusalem diffusés tout au long de cette soirée du passage à l’an 200041 – peuvent être appréciés comme évocation d’un passé révélateur de la mémoire du groupe ou celle de l’individu.

  • 42 Nous constatons que dans la plupart des familles visitées, après la guerre du Golfe, les personnes (...)
  • 43 Les premières images télévisées diffusées à Tunis d’abord, sont le fait de la chaîne italienne la R (...)

32De même, nous avons pu observer, en temps ordinaire, qu’un besoin d’information et d’évasion suscite l’attitude des téléspectateurs qui consiste à demeurer continuellement branchés sur les télévisions étrangères. L’écoute de ces télévisions peut donc être perçue comme tunisienne, arabe, française ou étrangère (souvent toutes à la fois), selon le profil et la nature du groupe social et des individus qui la regardent, et selon les événements42. Et ceci d’autant plus que la relation des Tunisiens aux images « venues de l’étranger » est plus ancienne que la relation qui existe avec la télévision tunisienne43.

  • 44 Cf. supra, note 20.
  • 45 Ce qui correspond au coucher du soleil.
  • 46 Sous le titre « Réveillon pas comme les autres », l’hebdomadaire Tunis hebdo rapporte dans son édit (...)

33Bien sûr, ces deux temporalités télévisuelles ne s’emparent pas de la totalité des groupes sociaux et des individus. Pour le ramadan télévisuel et plus encore pour le réveillon télévisuel, certaines familles refusent de se laisser absorber par ces rythmes sociaux. Néanmoins, quand les fêtes des calendriers grégorien et hégirien s’entrelacent, comme c’est le cas depuis deux ans44, la plupart des familles enquêtées conjugue le dîner de rupture du jeûne45 (agrémenté des émissions de la télévision tunisienne) avec le repas de réveillon qui remplace, à minuit, celui du suhûr : alors ce sont les télévisions étrangères qui sont les plus regardées. Les seuls changements perceptibles portent, d’une part, sur l’importance que prennent les regroupements familiaux dans les foyers, par contraste avec ceux qui avaient l’habitude de préférer les veillées dans les hôtels en dehors du ramadan46 ; ils portent, d’autre part, sur l’interdiction absolue ou, plus discrète, de la consommation d’alcool.

  • 47 À savoir cette zone qui comprend la définition de soi en termes de places, de rôles, de statuts, d’ (...)
  • 48 Norbert Elias, 1991, La société des individus, Paris, Fayard, p. 28.
  • 49 Comme l’écrit Claude Raffestin, « l’espèce domestiquée n’est plus caractérisée par son échelle du t (...)
  • 50 Michel de Certeau, 1990, L’invention du quotidien, l’Arts de faire, Paris, Gallimard, p. 350.

34À la lumière des observations faites sur plusieurs années, une idée nous paraît fondamentale : à l’intérieur de ces temporalités télévisuelles, le contenu des émissions et les effets qu’elles peuvent susciter chez les téléspectateurs ne sont pas les éléments déterminants dans cette relation. Ce qui importe durant ces fêtes, c’est la « posture sociale » que prendront les émissions de télévisions dans les sphères domestiques : c’est-à-dire, la manière dont sera perçu et représenté l’univers télévisuel et la place que prennent les messages et les images dans la pérennité de la sociabilité familiale. Pour une meilleure compréhension de cette « posture sociale », on ajoutera que nombreuses sont les raisons qui incitent les personnes à suivre les programmes étrangers/nationaux. Elles varient selon les choix de mise en échelles (personne/famille, intra-personnelle/intra-familiale, individu/social, etc.) et en fonction de l’univers spatio-temporel qui les sous-tend. Enfin, ces raisons dépendent autant de la structuration de l’espace public que de l’individu : du soi statutaire47, de son inscription dans un réseau de relations qui lui confère une nature spécifique, celle d’un être social qui a besoin de la société des autres hommes48. Il convient donc de tenir compte aussi bien de la sociabilité familiale ambiante que des expériences individuelles et des perceptions particulières qui caractérisent chaque membre. Les analyses des attitudes durant ces fêtes peuvent tout autant porter sur le contenu général des émissions écoutées que sur un aspect particulier, en relation avec l’histoire de vie de la personne, et qui réveille en elle une trace du passé ou évoque des similitudes avec une expérience, vécue ou relatée. Elles peuvent être motivées, soit par le réel intérêt que suscitent ces émissions, soit par l’impression qu’un individu veut donner au groupe pour ne pas s’en isoler ou carrément pour s’en distinguer. Dans tous les cas, la relation aux émissions télévisées n’est pas vécue comme une dépendance. Et le profil social du spectateur, sa compétence culturelle et son ancrage familial lui donnent une capacité à domestiquer49 les messages et images télévisés, en les intégrant à son univers de sens et de significations à travers ses différents styles de l’usage qui renseignent sur ses manières d’être et de faire50, c’est précisément l’individu qui confère le sens qu’il convient de donner aux images et aux messages télévisés qui lui parviennent.

  • 51 Nous avons pu constater auprès des enquêtés, que des individus se réclamant pourtant des idées laïq (...)
  • 52 Comme le remarque Abderrahmane Moussaoui : « Cette guerre du Golfe a mis en exergue un certain nomb (...)

35Ainsi, une émission comme la « Caméra cachée » qui « meuble » depuis 1991 le ramadan télévisuel tunisien est « empruntée » à l’univers télévisuel français. Mais elle est perçue et regardée par les téléspectateurs comme une émission tunisienne à part entière. Les variétés, les « bêtisiers », les sketches – abondamment diffusés à l’instar des télévisions occidentales la nuit du Nouvel An – ne sont pas qualifiés de « tunisiens » ou « d’étrangers ». Ces émissions sont différemment appréciées selon la curiosité et la proximité du public, ainsi que des multiples occasions d’échanges qu’elles autorisent. Toutefois, la plupart de nos entretiens indiquent qu’il existe bien une « distance » entre, d’une part, le monde des valeurs et des symboles véhiculés par les télévisions étrangères et, d’autre part, l’univers propre à la personne qui s’y expose. Et cette plus ou moins grande « distance » reflète son environnement immédiat, familial ou amical. On a pu noter certaines réactions du public aux informations diffusées par les chaînes étrangères. Il arrive en effet que la « distance » observée s’accentue pour atteindre un paroxysme quand les télévisions étrangères commentent des sujets considérés comme proches de ces familles. Ces sujets et les manières de les couvrir peuvent heurter leur sensibilité, ainsi des thèmes relatifs à la situation dans le monde arabe, à la question de l’islam, etc.51. Ceci expliquerait, en grande partie, le paradoxe apparu durant la guerre du Golfe : des interprétations personnelles toujours hostiles aux télévisions occidentales étaient alors exprimées par ce même public qui n’en continuait pas moins à regarder ces chaînes comme principales sinon uniques sources d’information sur la guerre52.

  • 53 Armand Mattelart, 1992, Communication-monde : histoire des idées et des stratégies, Paris, La Décou (...)

36En somme, il convient de situer la relation des individus aux images télévisées dans un cadre de références identitaires, en partant de l’idée que l’identité est une réalité mouvante, un « faisceau d’appartenances territoriales et mentales » où se conjuguent « selon les alchimies diverses, le local, le régional, le national, l’international »53. Sur cette réalité mouvante se greffent aussi les usages sociaux et les expériences personnelles : tout ce qui détermine l’identité sociale de l’individu. Par conséquent, c’est seulement dans cette relation entre global et local, entre particulier et l’universel, entre le proche et le lointain que l’on peut comprendre le sens que ces familles et ces individus donnent à des valeurs telles que modernité ou tradition, tunisienne, arabe, musulmane, française. Celles-ci s’insèrent dans leur vécu quotidien pour recevoir différentes interprétations selon un code de significations que seuls les membres du groupe connaissent et utilisent dans leurs interactions.

Notes

1 Compte rendu par Zaki Laïdi, 1997, « Elias et le “retour” du temps », Revue française de sciences politiques, vol. 47 n° 6, décembre, pp. 828-830.

2 Cf. Conclusion du livre d’Emile Durkheim, 1968, Les formes élémentaires de la vie religieuse, 5e éd., Paris, PUF, pp. 628-638.

3 Cf. pour une définition, Zaki Laïdi (dir.), 1996, Le temps mondial, Paris, Complexes, note n° 10, p. 2.

4 Cf. Farida Adelkhah et François Georgeon (dir.), 2000, Ramadan et politique, Paris, CNRS ; et, en particulier, « Présentation », pp. 11-17.

5 L’auteur précise que cette notion de « temps réversible » a été énoncée par Lévi-Strauss pour « comprendre la temporalité des croyances et des activités traditionnelles » : A. Giddens, 1994, Conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, p. 192.

6 Le 1er janvier est chômé et payé que depuis un siècle avec l’établissement du protectorat français en 1881. Pendant la période coloniale, le calendrier grégorien coexistera avec celui de l’Hégire. À l’indépendance, en 1956, il deviendra la référence unique pour la détermination et l’organisation de l’année administrative et scolaire du pays, alors que le calendrier hégirien sera utilisé pour la célébration des fêtes religieuses musulmanes.

7 Zaki Laïdi, 1996, « Le temps mondial comme événement planétaire », in Z. Laïdi (dir.), Le temps mondial, Paris, Complexe, p. 11.

8 Georges Balandier, 1983, « Essai d’identification du quotidien », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXXIV, Paris, PUF, p. 10.

9 En référence à l’ouvrage de Bénédict Anderson, 1996, L’imaginaire national, Paris, La Découverte.

10 Ce que Daniel Dayan appelle les spectateurs domestiques. Daniel Dayan, 1996, « Une expérience collective à domicile », in D. Dayan (dir.), La télévision cérémonielle, Paris, PUF, pp. 139-146.

11 Une fois tous les 33 ans du calendrier grégorien, le mois du ramadan musulman interfère pendant deux à trois années consécutives environ avec les fêtes de fin d’année chrétiennes. En effet, le calendrier hégirien recule à peu près de 11 jours à chaque nouvelle année grégorienne. Le calendrier musulman commence en 622 de l’ère chrétienne, date de l’exil du prophète Mohamed de La Mecque pour Médine, villes actuellement situées en Arabie saoudite. L’année 2000 correspond à l’an 1421 de l’Hégire. Cf. Karim Meziane et Nidhal Guessoum, 1999, « La visibilité du croissant lunaire et le ramadan », La Recherche, n° 316, janvier, pp. 66-71.

12 La nature des couples : 12 couples tunisiens, 3 couples mixtes (où l’épouse est généralement française). Leur provenance, essentiellement de Tunis, mais aussi de quelques régions côtières du centre du pays. L’âge moyen est de 50 ans et les enfants, dont le nombre excède rarement trois par foyer, fréquentent soit les écoles françaises de Tunis, soit des écoles privées tunisiennes où l’enseignement du français est généralisé.

13 Il me paraît nécessaire de définir cette notion de « mode de vie » comme intégrée dans la description qui est faite des usages sociaux et individuels et non comme des types de comportement renvoyant à des catégories objectivables et apparentes.

14 À la date de l’interruption des programmes de la chaîne française France 2 en octobre 1999 par les autorités politiques du pays, qui voulaient marquer leur « désapprobation » sur la couverture des élections législatives et présidentielles par cette chaîne, le nombre des « paraboles » a subitement augmenté pour toucher aujourd’hui, selon nos observations, la moitié des foyers tunisiens.

15 Bien que l’État ait pris un ensemble de dispositions juridiques tendant à limiter, à contrôler ou à interdire provisoirement l’importation et la commercialisation des équipements de réception satellitaires en Tunisie (loi du 24 juillet 1995), aucun de ces dispositifs n’ait tenu et les pouvoirs publics ont dû renoncer à les mettre en œuvre. Sur les raisons de ce renoncement, Cf. Jean-Philippe Bras, 1999, « Les paradoxes de la parabole : images et identités au Maghreb », Hermès, n° 23-24, Paris, CNRS, pp. 237-238.

16 Ibid., p. 235.

17 C’est-à-dire, « une logique spatiale propre à un groupe, à une société, qui se caractérise par ses relations avec le temps », selon Jean-Charles Depaule, 1995, « L’anthropologie de l’espace », in J. Castex, J.-L. Cohen et J.-Ch. Depaule, Histoire urbaine, anthropologie de l’espace, Paris, CNRS, p. 34.

18 Comme le souligne Michel Maffesoli, 1994, « L’ambiance sociale », in P. Tacussel (dir.), Le réenchantement du monde, Paris, L’Harmattan, p. 22 : « dans tous les cas la part de l’ambiance est non négligeable, et ce n’est pas seulement ce qui est objectif qui est pris en compte, mais également cette sorte de subjectivité latente aux souvenirs tant individuels que collectifs ».

19 L’expression est de Bernard Lepetit, 1996, « De l’échelle en histoire », in J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Le Seuil/Gallimard, p. 71.

20 Selon l’acception de Jean-Noël Ferrié qui dit qu’« une chose ou une pratique relève d’un certain ordre, sans pour autant être créée ou simplement configurée par cet ordre ». Jean-Noël Ferrié, 1996, « Remarques sur l’islamisation des espaces au Caire », Maghreb/Machrek Monde arabe, n° 151, janvier-mars, p. 10.

21 Le muezzin est la personne qui, du haut du minaret, appelle à la prière.

22 Elle était plus visible et prégnante du temps de la présence de nombreux français jusqu’aux années 1960. À partir des années 1990, elle renaît sous l’effet semble-t-il, selon nos informateurs, des émissions de France 2 que les Tunisiens pouvaient capter directement, – via le réseau hertzien – à partir de juin 1989, et ce, jusqu’à octobre 1999.

23 « Européennes » appellation utilisée jadis par opposition à l’ancienne ville traditionnelle, pour désigner les quartiers de Tunis qui furent les premiers à se constituer en dehors de la structure urbaine traditionnelle.

24 Selon l’expression utilisée par Alfred Schùtz, 1987, Le chercheur et le quotidien, Paris, Ed. Méridiens Klinsieck, pp. 132-133.

25 La référence à la Oumma islamique : – la communauté des Musulmans – prend plus de relief au cours de ce mois au contact des images télévisées diffusées chaque soir du ramadan, en direct, sur le « petit pèlerinage » dans les lieux saints de La Mecque à partir de la chaîne saoudienne basée à Londres, MBC (Middle East Brodcasting Corporation), mais aussi des feuilletons télévisés remémorant les grandes épopées islamiques que la télévision tunisienne diffuse chaque après-midi, avant la rupture du jeûne.

26 Nous avons constaté que pendant la veillée du Nouvel An, essentiellement à partir de l’annonce par les télévisions des douze coups de minuit, le téléphone prend aussitôt une place particulière dans la sphère domestique par les appels fréquents aux membres et amis éloignés pour se transmettre les vœux. Alors que pendant ramadan, l’usage du service téléphonique du « réveil matinal » tend à supplanter le rituel du tabbe’l qui, autrefois, annonçait le début du suhûr, le dernier repas avant le début du jeûne.

27 Claude Rivière, 1983, « Pour une approche des rituels séculiers », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXXIV, Paris, PUF, p. 101.

28 Comme l’écrivent D. Dayan, et E. Katz, « La télévision ne se donne pas à voir, elle se donne à voir avec », in D. Dayan (dir.), La télévision cérémonielle, Paris, PUF, p. 146.

29 Georg Simmel, 1981, « La Sociabilité, étude de sociologie pure » in G. Simmel, Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, pp. 127-128.

30 Cf. Larbi Chouikha, 1998, « La modernité au miroir du ramadan télévisuel. Le cas des familles et des citadins de Tunis », in S. Ossman (dir.), Miroirs Maghrébins : itinéraires de soi et paysages de rencontre, Paris, CNRS Ed., pp. 199-204.

31 Nous avons pu observer qu’un grand nombre d’individus et de familles qui, d’ordinaire, sont continuellement branchés sur les chaînes étrangères via les paraboles, durant ramadan, éprouvent subitement le besoin de se replier sur la télévision tunisienne. Cf. Larbi Chouikha, 1995, « Le patrimoine familial dans le ramadan “télévisuel” : le cas des familles “modernes” de Tunis », Communication, revue québécoise des recherches et des pratiques en communication et information, vol. 16, n° 2, décembre, pp. 107-129.

32 Nous avons pu observer, que même si les émissions de la télévision tunisienne sont jugées inintéressantes, il est très rare de voir un membre « zapper » sur une autre chaîne, car le « zapping » à ce moment précisément, équivaut à la rupture du « lien social » qui est censé souder le groupe familial, surtout quand des personnes âgées se joignent à la famille pendant ce mois.

33 Pour Maurice Halbwachs, il existe autant de mémoires collectives que de groupes d’appartenances, si bien qu’un individu participe à la fois à la mémoire collective de sa famille, de ses amis d’enfance, de son milieu professionnel et social, etc. Cf. Maurice Halbwachs, 1994, « Conclusion », in M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, p. 273.

34 Le dernier repas avant le début du jeûne qui commence au lever du soleil.

35 La grille du ramadan télévisuel se distingue par rapport aux autres mois, par une production nationale domestique plus dense. Il y a davantage de feuilletons tunisiens et d’émissions de variétés produites par la télévision spécialement pour le ramadan. Les émissions religieuses (sermons, psalmodies du Coran, chants liturgiques, appels à la prière…) prennent de l’importance pendant ce mois. On constate une tendance à diffuser – généralement tard le soir – des éléments puisés dans le patrimoine culturel du pays, mais aussi d’anciennes reprises d’émissions, portant sur des sketches, pièces de théâtre, chants ou musiques populaires. Et depuis une dizaine d’années, une émission à grand succès, appelée « Caméra cachée » est diffusée en prime-time à chaque ramadan. Cf. la programmation télévisuelle durant le mois de ramadan, Larbi Chouikha, 1995, op. cit.

36 Cf. notre analyse du feuilleton du ramadan très prisé « Khuttàb ‘alal-bàb » (les prétendants déferlent), Larbi Chouikha, 1998, « Les manières de faire dans la réception », in S. Ossman (dir.), Miroirs Maghrébins : itinéraires de soi et paysages de rencontre, Paris, CNRS Ed., p. 199.

37 Cf. Larbi Chouikha, 1995, « Un exemple de réceptacle et d’interactions : Caméra cachée », Communication, revue québécoise des recherches et des pratiques en communication et information, vol. 16, n° 2, décembre, pp. 122-125.

38 Proximité envisagée comme une sorte de « dynamique oscillatoire » et définie « comme dynamique spatiale, affective ou temporelle qui suggère un mouvement intermédiaire de fluctuation et de va-et-vient, aussi réduit soit-il, entre les termes opposés (proche versus lointain ; familier versus étranger ; imminent versus éloigné) ». Cf. Caroline Hymen, 1997, « la proximité dans l’esprit du temps », Recherches en communication, n° 7, p. 184.

39 Jean Bianchi, Henri Bourgeois, 1992, Les Médias côté public, Paris, Ed. du Centurion, p. 57.

40 Entendus comme « les deux grandes perspectives temporelles que sont la reconstruction du passé et l’anticipation de l’avenir » Daniel Mercure, 1967, Psychologie du temps, Paris, PUF, p. 182, cité in G. Derèze, 1994, Une ethnosociologie des objets domestico-médiatiques. Médias, quotidien et troisième âge, Louvain-La –Neuve, CIACO, p. 237.

41 Tout au long de cette nuit, les télévisions avaient transmis à plusieurs reprises en direct, des images de Jérusalem. La raison de cet intérêt pour cette Ville Sainte provenait de l’annonce faite par des adeptes d’une secte millénariste de se donner collectivement la mort à Jérusalem, cette nuit, qui verrait, selon eux, la venue du Messie sur ces lieux. Cf. Dossier : « Les pèlerins de l’Apocalypse », dans l’hebdomadaire français L’Express du 23 décembre 1999.

42 Nous constatons que dans la plupart des familles visitées, après la guerre du Golfe, les personnes préfèrent de plus en plus suivre la couverture des événements nationaux et arabes qui se produisent, à travers la chaîne Qatarie diffusée par satellite « Al-Jazira ». Cf. David Hirst, 2000, « Al-Jazira, une chaîne libre au Proche-Orient : la télévision arabe qui dérange », Le Monde Diplomatique, n° 557, août, p. 8.

43 Les premières images télévisées diffusées à Tunis d’abord, sont le fait de la chaîne italienne la RAI Uno dont les responsables italiens avaient financé l’installation d’un émetteur sur les hauteurs de la banlieue Sud de la capitale en 1960, c’est-à-dire six ans avant le démarrage de la chaîne tunisienne.

44 Cf. supra, note 20.

45 Ce qui correspond au coucher du soleil.

46 Sous le titre « Réveillon pas comme les autres », l’hebdomadaire Tunis hebdo rapporte dans son édition datée du 19 au 25 janvier 1998 (p. 3) que le réveillon 1997 « a été catastrophique pour les hôteliers et restaurants des pays arabo-musulmans. En effet, ramadan oblige, les autochtones avaient préféré pour ce réveillon (et probablement pour les deux prochains) les veillées familiales ».

47 À savoir cette zone qui comprend la définition de soi en termes de places, de rôles, de statuts, d’appartenance à des groupes. François de Singly, 1997, « La fabrication familiale de soi », Sciences Humaines, n° 15, décembre-janvier, p. 21.

48 Norbert Elias, 1991, La société des individus, Paris, Fayard, p. 28.

49 Comme l’écrit Claude Raffestin, « l’espèce domestiquée n’est plus caractérisée par son échelle du temps originelle mais par l’échelle du temps sociale que leur attribuent les usages que l’homme en fait », Claude Raffestin, 1996, « De la nature aux images de la nature », Espaces et Sociétés, n° 82/83, p. 43.

50 Michel de Certeau, 1990, L’invention du quotidien, l’Arts de faire, Paris, Gallimard, p. 350.

51 Nous avons pu constater auprès des enquêtés, que des individus se réclamant pourtant des idées laïques et prônant publiquement l’égalité des sexes, déclarent parfois, être « profondément choqués » par des reportages des télévisions françaises portant sur des thèmes relatifs à l’islam ou sur le statut de la femme dans la société maghrébine.

52 Comme le remarque Abderrahmane Moussaoui : « Cette guerre du Golfe a mis en exergue un certain nombre de phénomènes jusque-là latents ou occultés dans les sociétés du monde arabe en général. Cf. Abderrahmane Moussaoui, 1997, « Le Golfe : guerre symbolique et hallucination sociale », in H. Davis-Taïeb, R. Bekkar, J.-Cl. David (dir.), Espaces publics, paroles publiques au Maghreb et au Machrek, Paris, L’Harmattan, pp. 169-185.

53 Armand Mattelart, 1992, Communication-monde : histoire des idées et des stratégies, Paris, La Découverte, p. 298.

Auteur

Université de Tunis

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter