Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée

 | 
Jean-Philippe Bras
, 
Larbi Chouikha

II. Le nouveau paysage de la communication et l’évolution des médias nationaux

Quelle langue pour quelle communication ?

L’expérience d’un magazine de télévision

Souhayr Belhassen

Texte intégral

1Créer, fabriquer et mettre sur le marché chaque semaine, de juin 1999 à janvier 2000, un magazine de télévision dans un paysage où aucune publication de ce genre n’a existé auparavant (sinon en tant que supplément de journaux) peut paraître, a priori, une entreprise à caractère strictement commercial : son but était de mettre à la disposition du Tunisien un guide de programmes, lui permettant d’établir ses choix dans la surabondante offre télévisuelle actuelle. Le caractère commercial de l’entreprise était cependant soutenu par un credo, celui de permettre au Tunisien de regarder la télévision sans filtre déformant quelle qu’en soit l’origine, arabe, occidentale ou celle du pouvoir en place. Cette entreprise est née des effets induits de la parabole et d’un parti pris culturel : observer une attitude critique vis-à-vis de la machine médiatique occidentale et des chaînes arabes : attitude qui pourrait être une conséquence fossile de la formidable manipulation médiatique constatée lors de la guerre du Golfe.

2Enfermé dans une serre, le Tunisien subit le choc de la déferlante parabole, qui fait exploser sa bulle, avec une énorme panoplie de chaînes. Les expériences de la Rai Uno, doyenne des chaînes étrangères captées par les Tunisiens, de France 2 et de Canal Horizons ont été, aux yeux du Tunisien, des expériences placées sous la vigilance des autorités tunisiennes. Pour s’installer en Tunisie, Canal Horizons a dû exclure le sexe, l’information et la violence. Quant à la Rai Uno et, surtout, France 2 dont l’arrivée dans le paysage audiovisuel tunisien étaient considérées comme un « plus », elles se sont vite transformées en otages et en un moyen de chantage.

3L’écran bleu de la censure télévisuelle tunisienne qui coupe intempestivement les scènes ou les émissions jugées gênantes de France 2, d’une part, et, d’autre part, la suppression du canal de la RAI Uno, à un moment où celle-ci diffusait des émissions non orthodoxes sur la Tunisie, ont été un rappel constant de la présence de la censure. La possibilité, pour le Tunisien, de pouvoir enfin contourner cette censure portant sur le sexe et le politique fit littéralement exploser les outils de l’exercice de l’autorité. D’où un engouement pour les chaînes érotiques allemandes, en particulier, et pour les chaînes d’informations politiques, françaises (France 2, TF1) et arabes (Al Jazîra). D’où, également, le développement des magnétoscopes qu’on peut assimiler ici au développement des photocopieurs.

4Le magazine 7/7 arrive donc dans ce paysage médiatique, en prétendant l’ordonnancer et le décrypter avec un regard délibérément tunisien qui rejette les hégémonies. Il faut dire que, pour le choix des chaînes, le découpage était à peu près le même que celui des suppléments du dimanche des quotidiens tunisiens, à cette différence près que nous paraissions le samedi, l’information que nous donnions étant plus complète (grilles non tronquées, illustrées et commentées). On peut néanmoins se poser la question de savoir si l’exclusion des chaînes allemandes de 7/7 n’était pas une façon d’épouser la ligne de censure du pouvoir ? En fait, la connotation « sexe » ne nous bridait pas outre mesure, à 7/7, mais elle effrayait l’équipe qui freinait des quatre fers, non pas tant par pruderie ou conviction personnelle que par peur de mettre en danger la vie de l’entreprise. À propos « des infortunes du divin Marquis » de Sade, émission d’Arte, la maquettiste prit l’initiative de couper la photo de trois femmes nues, vues de dos à hauteur de taille. Si cette censure m’avait échappé, une autre me fit réagir : une maquettiste ayant couvert d’un cache-sexe le pénis d’un noir accompagnant une cinéaste ethnologue blanche à laquelle Arte consacrait une série. On l’a donc déculotté. C’était pour le premier numéro du Magazine. Et ceci nous a valu une convocation à la direction politique du ministère de l’Intérieur : « C’est inutile, me dit le haut responsable, c’est choquer l’opinion gratuitement ». Le constat le plus effrayant, c’était le naturel avec lequel certains éléments de l’équipe, jeune dans sa large majorité, pratiquaient la censure. Toujours à propos des chaînes érotiques, leur exclusion des grilles du Magazine répondait d’abord à un impératif d’espace. Celui-ci devait contenir les chaînes les plus regardées, les plus proches des Tunisiens (par la langue) et les plus accessibles financièrement, ce qui excluait les bouquets (ORBIT, CANAL, TPS, ART, par exemple) qui ne constituaient pas la tendance lourde du marché. Toutefois, les grilles occupaient les deux tiers, voire la moitié, du magazine 7/7. Leur sélection était commandée par le cœur de cible tunisien avec les deux chaînes nationales et les deux pôles culturels, francophone (sept chaînes) et arabophone (six chaînes), reproduisant ainsi le clivage classique. Cela n’empêchait pas des incursions régulières pour palier des autres chaînes (Algérienne, TVS avec un spécial Jérusalem, chaînes érotiques, Al Jazîra, Ikraâ la Saoudienne), incursions dictées bien évidemment par l’actualité. La difficulté d’organiser le chaos télévisuel n’était pas tant dû à la profusion des chaînes qu’à la réception et à l’organisation de l’information.

Le « regard tunisien » sur les programmes

5Notre ligne éditoriale privilégiait le « regard tunisien » sur les programmes et en priorité ceux des chaînes arabes, parce qu’elles étaient censées être les plus regardées. Or, la réalité nous a souvent amenés à faire le contraire de ce que nous voulions. À la mécanique parfaite de l’information donnée par les chaînes françaises (contrainte de publication des grilles trois semaines à l’avance, fourniture de visuels, accès aux multiples et divers services de presse) s’opposait le désert et le chaos des chaînes arabes et en particulier de la plus proche d’entre elles, c’est-à-dire la chaîne tunisienne qui battait les records des retards de programmations et d’absence d’informations... On notera cependant que, dès la parution du Magazine et suite à un harcèlement continu, une cellule de presse a été créée : au long des semaines, le programme de TV7 publié par l’ERTT devait ainsi passer d’une page à sept pages...

6La prétention d’organiser le chaos faillit nous engloutir (avant la lettre), à cause des efforts, des coûts disproportionnés pour collecter les grilles au lieu d’en analyser le contenu. C’est pourquoi le regard du magazine 7/7 était parfois dévié ou artificiellement équilibré. Dévié, parce qu’il y avait une « overdose » d’informations des chaînes françaises ; face à quoi, il fallait constamment « inventer » des bouche-trous pour garder ce à quoi on s’attachait, à savoir : répondre aux exigences, supposées ou réelles, du téléspectateur tunisien en décortiquant les chaînes de proximité. Artificiel, parce qu’on s’évertuait, chaque semaine, à trouver de l’intérêt à des grilles qui n’en avaient pas et qui, souvent, étaient des clones (films égyptiens, feuilletons syriens) tournant en boucle entre les chaînes arabes (par exemple, le feuilleton Om Khalthoum).

Regarder les programmes sans filtre déformant

7Quelles que soient les difficultés pratiques rencontrées, l’objectif de la rédaction demeurait inchangé : revendiquer et exprimer le droit de regarder ce qu’on voulait sans être dupe. En ce sens, deux exemples sont intéressants à citer. Le premier est pris dans l’environnement culturel, prétendument naturel, de la Tunisie. Il s’agissait d’un éditorial, l’un des rares du magazine 7/7, consacré à la chaîne religieuse saoudienne Ikraâ où l’auteur parlait de « Jurassik Park sans effets spéciaux » : une émission religieuse donnée par des cheikhs traités de « vautours charognards ». Ces derniers étaient habilités à prononcer des fatwas sur les détails de la vie quotidienne des Musulmans, y compris tunisiens. Pour l’auteur de l’éditorial (une femme, soit dit en passant), il s’agissait de mettre en lumière le décalage culturel choquant entre ces cheikhs saoudiens d’un autre âge et le Tunisien d’aujourd’hui qui a résolu ce type de faux problèmes depuis quarante ans. L’éditorial en question nous a valu des réactions violentes de lecteurs et lectrices qui nous reprochaient les insultes faites à la religion (mais ils confondaient religion et institution religieuse), de collaborateurs extérieurs (« l’image vulgaire et excessive ») et des pouvoirs publics qui nous convoquèrent à nouveau au ministère de l’Intérieur pour nous rappeler que nous ne devions pas choquer les Tunisiens croyants.

8Le deuxième exemple a trait au référendum sur la concorde civile en Algérie. En temps ordinaire, mis à part l’habitant du Nord-Ouest qui suit la télévision algérienne, le Tunisien assimile les programmes de l’ENTV, de la chaîne marocaine et plus encore de la chaîne libyenne à la médiocrité des programmes de sa télévision nationale. Pourtant, le débat sur la concorde civile en Algérie et, surtout, le périple télévisuel du Président Bouteflika ont été suivis par la Tunisie tout entière. Ceci nous a amenés à constater et à prendre en compte le vif intérêt du téléspectateur tunisien pour le pays voisin, en y consacrant un numéro spécial (n° 13).

9Que faut-il retenir de cette expérience ? Alors que nous étions les seuls à briser le tabou qui réduit au silence toute information concernant les pays voisins (Maroc, Algérie et Libye), l’équipe s’enthousiasma pour le sujet, dans un premier temps ; et elle se rendit compte, au moment du départ du Magazine à l’imprimerie, que « trop c’était trop » et que « Bezef, ya Boutef », titre du dossier, pouvait coûter des ennuis au Magazine et aux signataires des articles de ce dossier : d’où la suppression volontaire des signatures par leurs auteurs, et même un bémol mis par une rédactrice à son article qui pouvait paraître d’une adhésion déplacée pour un chef d’État étranger. Le commentaire du tout Tunis « informé » fut le suivant : « Si 7/7 s’est permis de publier de tels articles, c’est que ce dossier est commandité par les autorités tunisiennes ».

10La chaîne TV5 nous amènera à mettre vraiment en application notre ligne éditoriale : à distinguer parmi une offre télévisuelle, énorme et échevelée, ce qui concerne le plus le Tunisien et la manière dont il peut décoder l’image. Mais encore fallait-il, que l’information lui parvienne. En effet TV5 a consacré son émission dominicale du 26 septembre 1999, « Le sens de l’histoire », au « Combattant suprême » Habib Bourguiba. Dans toute la presse tunisienne, la ligne de cette grille signalant l’émission avait sauté. Or, c’était en ce qui nous concernait, un événement majeur : une chaîne française traitait de ce qui était au cœur de la vie politique de la Tunisie contemporaine. Non seulement il n’était pas question, pour nous, d’en détourner le regard ; mais, bien au contraire, il s’agissait de le fixer sur ce documentaire. Ce sujet fut donc placé à la une du n° 15 du Magazine, et en centrale. Ce numéro comportait, par un hasard du calendrier, un « spécial gastronomie », lequel devait être distribué gratuitement à la foire, alors que nous étions dans une ambiance pré-électorale.

11L’équipe rédactionnelle avait bien conscience de franchir une ligne rouge en parlant de Bourguiba, mais aucune voix discordante ne s’est manifestée. Aucune réaction non plus des autorités, sinon le refus du quotidien La Presse de Tunisie de publier une insertion publicitaire du numéro concerné. Ce journal récidivera plus tard en refusant également de publier un slogan publicitaire de 7/7 : « Bien sûr la télé est bête mais pas dans 7/7 ». Les autorités réagiront cependant de façon brutale, le 9 octobre 1999, à la parution du numéro consacré aux élections législatives et présidentielles. Concernant cet événement, l’idée était que, comme pour le référendum algérien, l’ensemble de la rédaction fût « scotchée » devant l’écran pour rapporter ce qui lui avait été donné de voir. Mais cette attitude fut jugée suicidaire par toute la rédaction, certains déclarant franchement que les élections n’avaient rien à voir avec un Magazine de télévision. Le sujet intitulé « Les élections dans l’œil de la télé » sera finalement traité par Abdellatif Fourati, un journaliste respecté de la place, ex-rédacteur en chef d’Essabeh : celui-ci, tout en relatant les faits, gomma leur charge subversive.

12Une présentatrice de TV7 finit par nous sortir de l’ornière, du moins pour ce qui était de la Une. Propulsée candidate à la députation, elle nous permettait de nous cantonner à l’aire télévisuelle, tout en couvrant l’événement national. En effet, nous avions interviewé les deux candidats de l’opposition aux présidentielles sur « la place de la télévision dans leurs programmes ». L’un d’eux déclarait, entre autre, que l’argent de la publicité télévisuelle était ponctionné par l’Agence tunisienne de communication (laquelle a effectivement la main haute sur la distribution de la manne publicitaire) « pour récompenser, disait-il, les plumes des thuriféraires du régime, les balader à Tunis en limousine et les loger dans des palaces ‘cinq étoiles’ ». Signalons au passage que le candidat en question légitimait, par ailleurs, le principe de la censure à la télévision.

13Ce numéro provoqua l’arrêt de la publicité de groupes privés dont le porte-parole officiel était Canal Horizons, en la personne du président de son conseil d’administration (proche de la présidence), lequel dénonça abusivement le contrat qui le liait au magazine 7/7 : alors qu’un procès lui a été intenté, il refuse, aujourd’hui encore, de régler ses factures.

14Ce numéro fit voler en éclats la prétention de 7/7 de porter un regard sans filtre sur la télévision. La décision fut prise, par la rédaction, de saborder le dossier consacré à la chaîne Al Jazîra, à l’occasion de son troisième anniversaire : alors que se déroulaient les élections en Tunisie, cette chaîne du Qatar avait couvert l’événement en invitant l’opposant islamiste Rached Ghanouchi. Par ailleurs, le dossier « Al Jazîra » avait fait l’objet d’un débat interne, non dépourvu d’intérêt. Il opposait le professionnalisme de cette chaîne d’informations — qu’on définissait comme « la première et la meilleure du monde arabe » — à l’idéologie sous-jacente qu’elle véhiculait et qu’il fallait dénoncer, quitte à prêter le flanc à ceux qui condamnaient toute critique à son encontre, et à faire ainsi le jeu de ses censeurs.

La langue du magazine 7/7 : une réalité non assumée

15Mises à part les difficultés matérielles et politiques, la technicité, le professionnalisme et le savoir-faire nécessaires à la fabrication d’un magazine de bonne tenue étaient à peu près réunis. Pourtant, nous nous sommes trouvés confrontés à un problème dont nous n’avions pas du tout mesuré l’importance, les enjeux, l’acuité et les implications immédiates sur le quotidien de l’équipe, voire, à plus long terme, sur l’avenir du magazine : celui de la langue — ou plutôt des langues — que nous pratiquions. Libre de ton et ouvert aux tendances nouvelles : rubriques consacrées aux lieux jeunes, branchés, aux velléités underground de certains groupes musicaux, hard et rap, aux non-événements de Tunis, au kitch local, etc. Le magazine 7/7 se voulait aussi une parole libre, et qui ne pouvait l’être que dans une langue non colonisée ; c’est-à-dire, une langue qui excluait la langue de bois, sans verser dans la presse à sensation, une langue qui n’excluait ni l’arabe, ni le français, mais qui privilégiait surtout le parler tunisien.

16Le français — langue de colonisation — met de la distance entre l’émetteur et le récepteur. C’est ce que fait aussi la langue arabe, parce que l’arabe classique est non seulement une langue savante (la langue des clercs), mais aussi la langue de souveraineté : celle du pouvoir politique et du discours officiel, celle des ministères de la Justice, du ministère de l’Intérieur et de la Défense. En un mot, elle est la langue de l’autorité, et donc de l’ordre. Or, cette distance mise entre la télévision et le téléspectateur, était justement celle que nous voulions court-circuiter, en décodant le langage de l’ordre et de l’autorité par une langue souvent née dans la rue, qui transgresse toutes les barrières (religieuse, morale, politique, sociale, culturelle, etc.). Cette ligne éditoriale, le choix du passage (à l’image du zapping) de l’arabe au français et vice-versa, nous le déclarions, dès notre premier numéro ; mais nous l’affirmions dans une troisième langue, le tunisien, ce qui, de fait, l’imposait comme langue de communication tenant, à égale distance, aussi bien l’arabe que le français.

17Le fait d’écrire dans ce parler de tous les jours, constitué d’arabe dialectal, de français et d’arabe classique, simultanément et dans un seul mouvement de phrase ou de pensée — sans le formuler expressément, sans parler de cette langue tunisienne —reflétait déjà l’ambiguïté que nous partagions avec nos compatriotes. Cette ambiguïté fait que notre trilinguisme de fait n’implique pas toujours une volonté clairement déclarée, donc consciente d’assumer cette réalité. Pour assumer notre statut de Tunisiens, il aurait fallu pouvoir jeter un regard tunisien sur notre télévision, devoir et pouvoir assumer l’élément constitutif de notre identité, à savoir la langue. Bien sûr, la langue du Tunisien est l’arabe et la constitution tunisienne est là pour nous le rappeler. Mais en réalité, le Tunisien pratique une langue éclatée dont le magazine 7/7 s’est fait le reflet. En ce qui concernait l’équipe de rédaction du magazine, ce trilinguisme nous permettait d’être enfin nous-mêmes, libres, sans entraves, au moins au niveau linguistique. C’était une façon à nous d’exercer notre citoyenneté.

18En choisissant d’écrire au fil des langues que nous pratiquons, 7/7 voulait créer l’intimité entre le magazine et ses lecteurs, corriger une distorsion — celle de penser dans une langue et de s’exprimer dans une autre —, d’abandonner les contorsions pour être enfin « soi ». Or, « être soi » a révélé un être éclaté, une identité fragmentée. En cela, le magazine 7/7 a été le miroir où, chaque semaine et parfois dans un même article, se pratiquait le mixage des langues, ce qui donnait une image de désordre et d’absence de normes. Que la Constitution ait décrété que l’arabe littéraire est la langue officielle du pays ne change rien à cette réalité de fragmentation, de construction hétéroclite. La Constitution a souhaité une norme linguistique sur laquelle puissent se fonder les notions de Nation et de Nationalité. Elle excluait, en toute bonne conscience, le français et l’arabe dialectal. Elle servait, à son corps défendant et contre les fondements mêmes du projet moderniste et bourguibien, égalitaire et libérateur, la caste des savants et des clercs, les forces centripètes léguées par le Moyen Age arabo-musulman.

19Il y a quelque chose de férocement ironique dans cette démarche qui, concernant ce problème particulier, devait faire triompher, in fine, les « archéos » au détriment des « néo ». Cette réalité a transformé la réalisation du magazine 7/7 en un parcours du combattant. L’entreprise s’est révélée être une constante source de débats, de remises en cause, de conflits, de va-et-vient qui, numéro après numéro, devenaient plus difficiles à surmonter, laissant apparaître, dans la ligne éditoriale, des attitudes tantôt provocatrices, tantôt démissionnaires.

La « ligne brisée » de la langue

20Cette « ligne brisée » de la langue était due à plusieurs facteurs. Tout d’abord, la difficulté d’écrire et de lire le tunisien : il s’agit, techniquement, d’une langue non codifiée, c’est-à-dire sans grammaire, sans orthographe, sans règles. Tous les jours, chaque rédacteur se posait en linguiste. Une fois le texte imprimé, on découvrait à quel point cette langue était orale, et donc s’écoutait et ne se lisait pas. On réalisait combien cette langue était « inusitée ». Les jeunes qui étaient censés faire partie de notre lectorat, sortis du moule de « l’école de base » tunisienne (où seul l’arabe a droit de cité), ne pouvaient lire et comprendre le tunisien, qu’ils parlaient par ailleurs. Pourquoi alors maintenir ce trilinguisme si difficile à gérer ? Il faut souligner que ce trilinguisme nous permettait de procéder à des tours de passe-passe et de contourner certains interdits. Il nous permettait de « dire », en choisissant la langue qui choque le moins ou le plus, au moment opportun.

21Prenons un premier exemple. À propos de la première de sa pièce Contre X, l’homme de théâtre tunisien Taoufik Jebali parle de ses compatriotes en ces termes : « Tunisiens sans mémoire, société sans Histoire ». Et c’est ainsi que nous le rapportions, en français, dans le titre de la rubrique « à la une ». En revanche, la langue arabe, plus policée, choisie par l’auteur de l’article, atténuait l’aspect de réquisitoire, inclus dans la phrase de Jebali. Comble du paradoxe, l’article en question parlait en arabe classique de Jebali, l’homme qui, aujourd’hui, donne ses lettres de créance à la langue parlée, parce que le journaliste prétendait y être plus à l’aise pour exprimer les subtilités de l’auteur.

22Autre exemple, dans un éditorial déjà cité à propos de la chaîne saoudienne Ikra’a, on évoquait un sujet grave, l’institution religieuse, pour ridiculiser et récuser ses prétentions (ainsi que celles de la chaîne) à vouloir régenter la modernité par des fatwa. Tout cela en tunisien, dans une langue triviale, populaire, mais en démontrant que tout en maîtrisant l’arabe classique, tout en se référant au Verbe inaugural du message coranique, on peut remettre en cause la langue, outil d’une hégémonie religieuse et arabe. Traiter, par ailleurs, les cheikhs de « vautours charognards dont les non-sens sont susceptibles de faire beugler les bœufs » a littéralement révolté certains membres de la rédaction (l’un d’entre eux a même menacé de nous quitter si l’on maintenait cette ligne éditoriale), les lecteurs et les lectrices et surtout le ministère de l’Intérieur. Ces attaques n’avaient pas provoqué de réactions identiques quand les mêmes institutions religieuses ont été malmenées en français, dans un autre article intitulé « Du religieux et du libidineux » où les religieux qui avaient attaqué le poète et chanteur libanais Marcel Khalifa étaient traités de « cerbères » et « autres rentiers du Livre » (n° 19).

23Parallèlement, notre collaborateur sportif excellait dans l’exercice des passages d’une langue à l’autre, adaptant celles-ci au sujet du jour. Il est vrai qu’il traitait le plus souvent de sport. Les morts qui ont marqué la rencontre entre l’équipe de Béja et l’Espérance sportive, ont eu une oraison funèbre en français dans 7/7. On n’occulte pas l’événement, mais on réduit sa charge émotive et sa portée en le commentant en français.

24Allant plus loin dans le jeu d’opacité et de transparence pour se frayer un passage entre plusieurs écueils, le « vrai » éditorial de 7/7 était le dessin du caricaturiste Slim, Algérien installé en France. La caricature, plus dynamique, plus jeune, plus moderne, pouvait, mieux que n’importe quel développement éditorial, faire parvenir chaque semaine notre message aux lecteurs. Ces dessins n’ont jamais été retouchés, sauf une fois lors des élections.

L’acte linguistique à l’image de l’acte sexuel

25L’acte linguistique, nous l’avons constaté à nos dépens, peut être comparé à l’acte sexuel : il se pratique, mais il ne s’affiche pas. Or, dans le magazine 7/7, nous avons affiché librement un trilinguisme, de façon indécente et insupportable. À vouloir être le miroir de la réalité linguistique tunisienne, nous avons dépassé le seuil de tolérance du Tunisien. Ce dernier était littéralement terrifié de voir fragmentée l’image de son identité. Une lettre qui nous est parvenue d’une Tunisienne, enseignante de français, est d’autant plus révélatrice que son auteur était supposé être « linguistiquement structurée ». Cette lectrice « voulait attirer notre attention sur un phénomène, écrivait-elle, qui est en train de se développer en Tunisie » et qu’elle estimait « être dangereux » : « Vous avez opté pour la langue tunisienne », expliquait-elle. « Vous êtes, bien sûr, libre de le faire, mais en lisant ce tunisien (que l’on parle au quotidien, il est vrai), on se sent mal à l’aise ». « Nous voudrions, poursuivait-elle, lire un tunisien dans lequel il n’y ait pas de mots complètement étrangers à notre langue »... Et, plus loin : « Nos enfants sont assaillis par les médias étrangers. Si de plus 7/7 se met à utiliser une langue métisse, bâtarde, viendra un jour où l’on parlera comme les Maltais : arabo-anglo-italien. Alors, de grâce, épargnez-nous cela… Il est du devoir de nos médias d’améliorer notre langage et non de le rabaisser ». Chez cette lectrice, la langue française ne coïncidait bien évidemment pas avec la notion d’identité. Enseignante, productrice de normes, elle cherchait à être rassurée sur l’opérationnalité de son statut. Or, ce que le magazine 7/7 était peut-être en train de produire, en tous les cas de marteler à cette lectrice, c’était la liberté d’inventer son système et ses références, une manière d’exercer sa citoyenneté qui l’interpellait et qu’elle se sentait incapable d’assumer. D’où sa demande d’ordre, de normes et de référence. Et elle était loin d’être la seule à le faire ! Cette demande à l’institution de lui montrer le chemin, est loin d’être individuelle. Nous l’avons constaté au sein de la rédaction comme à l’extérieur. Elle est révélatrice d’une idéologie dominante qui prend en charge l’individu, sa pensée et ses actes. Bien que remis en question de façon récurrente par certaines « poches de résistance » dans la société civile, cet État de fait a annihilé chez le Tunisien, toute velléité d’exercice de sa citoyenneté, moins par peur de s’élever contre l’autorité que par peur du vide sidéral que cette citoyenneté révèle.

26Confrontés au trilinguisme, à ses limites, ses leurres et ses chausse-trappes, nous avons touché du doigt avec l’expérience du magazine de télévision 7/7, les lignes de rupture de l’identité tunisienne, donnée pour homogène et évidente (arabophone) par la pensée unique et ses diverses manifestations (le parti unique et l’école, essentiellement). Martelée depuis cinquante ans, cette fausse évidence a fini par structurer la pensée du Tunisien, au point qu’il n’arrive plus à reconnaître et assumer sa fragmentation linguistique (qui est celle de la réalité et non du parti pris idéologique). Qu’importe alors que le discours de l’unité nationale ait été émis en arabe dialectal pendant plus de trente ans ! Qu’importe, si des pans entiers de la vie artistique et littéraire ont échappé et échappent encore au moule doctrinaire ! Ces « bouffées d’air » de la société « sauvage » (par opposition à une société policée et structurée) n’atteignent la conscience qu’à la faveur de crises majeures (voir le spectacle Nouba de Fadhel Jaziri, réplique tunisienne au traumatisme de la guerre du Golfe).

27L’identité tunisienne n’étant point en danger, dans la mesure où elle possède ses propres mécanismes de défense et des courants souterrains d’une puissance inouïe, il nous semble que c’est la citoyenneté qui appelle aujourd’hui une réflexion globale pour tenter de résoudre des conflits en suspens et réintégrer ainsi l’arabe dialectal et le français dans le champ du discours public. Parler l’arabe littéraire ou le français ou le dialectal tunisien, les trois ensemble, ou encore seulement une seule langue ne sauraient avoir valeur de « carte d’identité » ou de « certificat de nationalité ». En décomposant l’hégémonie de la langue officielle, on recomposera les éléments épars de l’identité et on permettra enfin à la citoyenneté de s’exprimer librement sans verser de dîme à l’une ou l’autre chapelle linguistique.

Auteur

Journaliste

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter