Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée

 | 
Jean-Philippe Bras
, 
Larbi Chouikha

II. Le nouveau paysage de la communication et l’évolution des médias nationaux

La restructuration de l’audiovisuel en Égypte

L’imbrication de diverses logiques d’action

Dina El Khawaga

Texte intégral

1Exemplaire d’une télévision étatique mise au service du pouvoir politique, l’audiovisuel égyptien donne souvent l’image d’un modèle révolu, héritier du modèle communicationnel postcolonial qui s’appuie sur une production massive de formes télévisuelles populaires pour asseoir une socialisation homogénéisante valorisant la tradition et l’identité nationales. Passe-temps favori des couches populaires urbaines de nombreux pays arabes, les feuilletons mais aussi les films et vidéo-clips égyptiens sont la plupart du temps décrits soit comme une industrie lucrative sur le plan régional soit comme une lumpen-culture, similaire, quant à ses qualités, au versant commercial de la production cinématographique indienne. Sans débattre du bien-fondé de cette vision fournie a priori au sujet de la production télévisuelle égyptienne, les pages suivantes vont se centrer, non sur le contenu du message télévisuel, mais sur les transformations introduites dans le paysage audiovisuel égyptien durant les deux dernières décennies – époque charnière pour l’ensemble de l’audiovisuel arabe sur les plans international, régional et national.

2Toutes initiées par l’État, les réformes et recompositions de la télévision égyptienne ont été multiples et profondes. Protectionnisme d’une industrie nationale face à l’invasion des chaînes satellitaires arabes ? Adoption coûteuse de moyens technologiques afin de maintenir le monopole, sinon de saturer la demande des téléspectateurs égyptiens en matière de production de sens ? Création de conditions minimales d’activation d’un marché naissant où l’Égypte – secteur public et privé confondus – ne fournirait plus seulement des feuilletons et des films, mais surtout des infrastructures logistiques et un savoir-faire technique ? Possession de sites et d’outils technologiques en vue d’influencer, voire d’aliéner, le contenu critique de certaines chaînes satellitaires arabes comme non arabes à l’égard du fonctionnement démocratique à l’égyptienne ?

3C’est afin de saisir l’imbrication de ces multiples niveaux que je distinguerai analytiquement, dans l’adoption des initiatives étatiques en matière d’audiovisuel, trois logiques à la fois indépendantes et complémentaires : celle de l’État comme acteur hégémonique cherchant à renouveler les assises de sa légitimité et renforcer sa tutelle sur l’ensemble de la population ; celle de l’État acteur régional affirmant sa compétitivité et les avantages comparatifs qu’il possède – secteur public et privé confondus – au sein de ce marché naissant que constitue l’essor – étatique ou privé – de chaînes télévisuelles satellitaires et, enfin, celle de l’État comme agent économique, censé non pas cumuler des gains mais maintenir, sinon activer, les dynamiques du marché dans une phase de libéralisation économique et d’ajustement structurel.

La modernisation de laudiovisuel : fonction sociale ou sécuritaire du pouvoir politique ?

  • 1 Quotidiennement mentionnée à l’écran, la révolution communicationnelle est entendue à la fois comme (...)
  • 2 C’est en ces termes que la présentatrice qui avait couvert l’inauguration du second satellite égypt (...)

4Tout comme les victoires sportives des équipes nationales, la modernisation de l’audiovisuel en Égypte est énoncée dans le discours officiel d’une manière triomphaliste qui insiste sur les mérites de la nation égyptienne et le dévouement de l’État à fournir à ses citoyens les moyens d’accéder au xxie siècle et à la nouvelle « révolution communicationnelle »1. Ce cliché d’auto-félicitation ne manque pas, cependant, de souligner les menaces que comportent les nouvelles donnes médiatiques internationales. Décrite et débattue, en permanence, sur les plateaux des chaînes hertziennes et satellitaires égyptiennes, la mondialisation (traduction littérale du mot arabe ’awlama), entendue ici en termes de technologie de la communication, est communément présentée comme une opportunité qui inclut des risques que seules « les nations clairvoyantes et persévérantes »2 sont en mesure de gérer. Risque d’acculturation et de délitement des traditions identitaires et risque de corruption morale de la jeunesse nationale constituent les expressions privilégiées à l’écran et le leitmotiv avancé pour légitimer les nouveaux investissements économiques et politiques de l’État égyptien dans le secteur audiovisuel.

  • 3 Discours du ministre de l’Information devant le parlement en 1985 lors de la proposition de ce dern (...)

5« C’est une affaire de sécurité nationale3 », déclare le ministre de l’Information pour convaincre son public des dangers imminents de la mondialisation au sein de son secteur, de l’énergie de son État à acquérir tous les moyens technologiques pour préserver la « souveraineté nationale » dans ce domaine, et surtout de l’obstination égyptienne à garder son leadership, dans le monde arabe, en matière de médias. En fait, l’État égyptien a radicalement transformé le paysage et le champ télévisuels durant les dix dernières années. Investissements économiquement lourds, surtout lors d’une phase de libéralisation économique dictée par les organismes internationaux recommandant l’allègement des dépenses publiques, c’est uniquement l’usage des expressions sacrées telles que la « souveraineté » et la « sécurité nationale » qui pouvaient autoriser la mise en œuvre d’un plan de modernisation si ambitieux. Certes, du côté des décideurs, surtout parmi les professionnels des médias, ce sont des raisons plus pragmatiques qui les ont poussés à entreprendre un tel réaménagement de leur secteur. Mais, retenons que c’est d’abord ce discours de type nationaliste sur-politisé qui a soutenu les diverses initiatives prises.

  • 4 Celles-ci sont d’abord au nombre de quatre : variétés, information, sport, films et séries télévisé (...)

6La succession des nouvelles structures est d’une extrême rapidité : la première chaîne satellitaire égyptienne ESC1 est lancée en 1991, la seconde ESC2 en 1998 ; les cinq chaînes hertziennes de type régional (s’adressant aux cinq grands centres urbains égyptiens) sont fondées en 1996. Le groupe satellitaire Nile pour chaînes câblées (NCN), voit le jour en 1998, et regroupe l’ensemble des nouvelles chaînes thématiques4. Les deux satellites fabriqués en France, Nile Sat 101 et Nile Sat 2 sont institués, dès le départ, en société anonyme (NSC). Last but not least, la « cité de production médiatique », au statut de société anonyme (EMPC) est établie en 2000 et convertie en zone franche lors de la même année pour inciter les bureaux des chaînes arabes et occidentales à émettre toute ou une partie de leur production à partir du Caire (c’est le cas du groupe saoudien ART qui émet tout à partir du Caire, du groupe Orbit dont une partie des programmes est produite à la cité médiatique,…)

7Initiées à partir d’une logique politique, ces réformes ne doivent pas toutes être décryptées rétrospectivement comme une expression nationaliste – défensive ou offensive – face à la mondialisation communicationnelle. Entreprises également par les organes étatiques, elles sont loin de constituer un plan uniforme d’étatisation des structures télévisuelles. Ici, la périodisation semble fournir un précieux outil méthodologique pour démêler les différentes raisons qui ont poussé au lancement, au développement et surtout à la diversification des modes de modernisation de l’audiovisuel égyptien. Reflétant les logiques et les objectifs dominants lors de chaque phase, voire de chaque projet mis en œuvre, elle permet aussi de saisir les nombreux efforts d’ajustement qu’entreprennent les acteurs étatiques face aux défis de réaffirmation de leur hégémonie, de structuration de l’audiovisuel national en nouveau marché d’investissement privé et d’acquisition des moyens nécessaires pour renforcer la centralité de l’Égypte dans ce champ naissant que constitue l’essor régional des chaînes satellitaires.

De la sécurité nationale à la centralité régionale : l’histoire d’un ajustement

  • 5 Au sujet de l’impact de cette conférence sur le rapport État/zones urbaines excentrées, je ne fais (...)

8Chronologiquement vient d’abord le lancement de la première chaîne satellitaire ESC1 en 1991. Première structure exprimant l’aspiration des responsables politiques à mettre en œuvre un support médiatique s’adressant tant aux potentiels touristes qu’à la diaspora éparpillée en Occident et dans les pays du Golfe, celle-ci est supposée diffuser un message télévisuel qui insiste sur la stabilité politique et économique du pays lors d’une phase de montée de l’islamisme. Rappelons que lors de cette phase, l’État égyptien invite explicitement les investisseurs étrangers et égyptiens immigrés à le soutenir financièrement dans ses plans de réforme économique et de développement social. Par ailleurs, l’établissement de cinq chaînes hertziennes régionales, en 1996, couvrant les divers grands centres urbains (sauf Le Caire), vient après la grande conférence du « débat national » lancé par le président égyptien en personne en octobre 1994, en vue d’élaborer un consensus national contre le « terrorisme islamique » florissant à l’époque. Les recommandations finales mettent en avant ce qu’elles appellent « le lien organique entre le terrorisme et le sous-développement »5 et préconisent un plan de développement économique et social plus généreux pour les ensembles urbains excentrés de la capitale, plus particulièrement en Moyenne-Égypte, en guise de lutte anti-terroriste. Avec la mise en place de nombreuses structures d’investissements et le lancement de nombreuses politiques de développement humain (mais aussi de répression policière des militants islamistes sur place), les cinq chaînes sont destinées au renforcement du sentiment d’appartenance nationale chez les populations se sentant laissées pour compte des projets de développement étatique. Beaucoup plus qu’une assimilation béate des modèles occidentaux de modernisation des médias, ces deux mesures reflètent une instrumentalisation des formes techniques ou technologiques, disponibles au début des années quatre-vingt-dix, à des fins politiques strictement internes : une ambition à diffuser une image internationale positive de l’Égypte et une volonté de l’État égyptien de légitimation, voire d’encadrement politique de certains secteurs de la population.

9La seconde phase de recomposition du paysage télévisuel réfléchit davantage une volonté étatique d’épouser, voire de rivaliser avec les grands desseins mis en œuvre par les deux groupes de télévisions satellitaires privés ART et ORBIT. Émettant à partir de Londres et de Rome, adoptant le modèle d’un ensemble crypté de chaînes thématisées, les deux grandes entreprises, très généreusement soutenus par les pétro dollars saoudiens, parviennent à fidéliser un large public arabe au sein et en dehors de la région. Plus important encore est le contenu des messages télévisuels émis : messages qui ne puisent plus, ni exclusivement ni même prioritairement, dans les produits audiovisuels égyptiens. Les journaux télévisés montés à l’occidentale (au sens du journalisme télévisuel contenant des analyses, des rapports et des interviews) les feuilletons syriens, les émissions de variété libanaises et les événements sportifs des pays du Golfe sont non seulement diffusés régulièrement mais attirent les couches supérieures des classes sociales urbaines dans tout le monde arabe, y compris en Égypte. C’est la première fois où le goût musical des égyptiens dépasse les chanteurs nationaux et les musiciens libanais et commence à intégrer les symboles des chansons saoudiennes et koweitiennes grâce aux vidéo-clips produits par ART ou ORBIT. Pire, certains chanteurs égyptiens commencent à chanter dans ces dialectes du Golfe jusqu’ici incompris par toute la population ; sauf celle qui a expérimenté l’immigration temporaire dans les paradis des pétrodollars. L’élite égyptienne, de son côté, ne tempère pas le sentiment ambiant de dépassement qu’éprouvent les responsables des médias en Égypte puisqu’elle semble préférer de loin les nouveaux modèles de l’information émise par ces chaînes satellitaires à ceux des chaînes nationales reproduisant à l’infini la tradition soviétique de produire des journaux télévisés.

  • 6 Lors du dernier changement ministériel en 1999, les journaux de l’opposition politique égyptienne a (...)

10Défense d’un statut auparavant consacré qui commence à sombrer ? Ajustement d’une industrie jusqu’ici lucrative face à ces pôles concurrentiels de diffusion télévisuelle ? Rien ne traduit mieux les rêves de grandeur égyptiens à ce propos que l’expression favorite du ministre de l’Information louant le « leadership médiatique de l’Égypte » (al-riyada al-’ilamiyya). Un leadership qu’il pense affirmer à travers l’achat à la France, en 1995, d’un satellite régional, Nile Sat 101, pour faire de l’Égypte le premier centre d’accueil et de diffusion satellitaire des chaînes arabes, cryptées ou non. Un leadership qu’il va défendre en établissant assez vite la société (d’abord étatique, ensuite semi-étatisée) satellitaire CNE regroupant plusieurs chaînes d’information, de sport, de variétés, de santé, d’éducation, de religion et TV Drama. Un leadership qu’il va canoniser davantage en inaugurant respectivement, en 2000, la cité médiatique (al-madina al-’ilammiyya), EPMC, société anonyme exclusivement destinée à fournir les infrastructures techniques indispensables pour émettre, à partir du Grand-Caire, un grand nombre de programmes de chaînes satellitaires arabes, privées ou semi-étatiques, le second satellite, Nile Sat 102, destiné à faire de l’Égypte un grand fournisseur des nouvelles industries de cryptage, de digitalisation et de communication via Internet. Ce plan vertigineusement coûteux6 est censé préserver sinon renforcer les avantages comparatifs de l’Égypte face à toute compétition intra arabe en matière de production satellitaire.

Entre léconomie du pouvoir et léconomie tout court

11Émanant toutes de l’État, les recompositions des structures audiovisuelles laissent entendre un intérêt amplifié de ce dernier à préserver le contrôle politique sur le plan national et une centralité sur le plan régional en matière d’émission satellitaire. Intérêt qui rappelle, par son zèle, des temps révolus où l’État prenait sous sa houlette le secteur des médias et en faisait un outil stratégique dans le fonctionnement politique. Rien n’est moins réducteur qu’une telle lecture des initiatives étatiques égyptiennes. Car cet acharnement à moderniser l’audiovisuel est intimement conjugué au désir de transformation, et surtout de régulation, de ce secteur afin d’en faire un marché national d’investissements où petits mais surtout grands actionnaires peuvent cumuler des gains. Régulation – et non étatisation – devient alors la logique dominante qui permet à cet État de concilier anciens et nouveaux desseins dans la définition de ses fonctions.

  • 7 Le discours présidentiel annonçant la promulgation de la nouvelle loi n° 100 de 1974, appelée commu (...)

12Il faut dire que la logique économiciste avait fait son chemin, au sein des divers appareils de l’État égyptien, bien avant l’ère satellitaire et les plans d’ajustement structurel. Exposés aux directives néo-libérales depuis les années soixante-dix, les responsables des médias égyptiens avaient dès lors appliqué les règles de l’économie mixte où le secteur public combinait ses efforts avec l’expertise du secteur privé pour « sauver les déficits budgétaires cumulés une décennie plus tôt »7. Les fameuses lois de l’open door policy, promulguées en 1974, avaient déjà institué le principe de la réforme économique basée sur l’inclusion du secteur privé comme investisseur principal dans nombre d’industries sur le plan national. Banques, hôtels, mais aussi compagnies de pétrole pouvaient maintenir leur label étatique tout en confiant aux investisseurs privés la tâche d’élaborer de nouvelles politiques de gestion. Les secteurs jugés stratégiques comme les médias ou les universités demeuraient à l’écart de ces réformes, mais pouvaient instituer en leur sein et à partir du consentement de leurs équipes dirigeantes, des « unités privées » (wihdat khassah), basées sur le double principe d’autofinancement et d’autogestion.

13Le fameux secteur de production médiatique (Qita’ al intag al ’ilami), unité privée fondée au sein du ministère de l’Information et destinée à adopter la logique de la rentabilité économique, illustre parfaitement les modalités de privatisation implicite et partielle qu’ont connus les médias audiovisuels depuis la seconde moitié des années soixante-dix. Produisant des feuilletons, mais aussi des films et des émissions de variété surtout à l’occasion du Ramadan, le secteur de production « vendait » aux chaînes étatiques égyptiennes le droit de diffusion de tel ou tel produit tout en se gardant le droit de les commercialiser auprès des autres chaînes arabes. C’est principalement ce secteur qui a donné un essor aux feuilletons égyptiens au sein des télévisions arabes. C’est également lui qui a innové en produisant des feuilletons égypto-émiratis en association avec certaines chaînes arabes du Golfe – nouveau produit qui a attiré un large public en dehors de l’Égypte. C’est surtout lui qui a permis aux anciens experts politiques de l’audiovisuel depuis les années soixante de se reconvertir en experts tout court, c’est-à-dire en gestionnaires capables à la fois de contrôler le contenu politique des messages télévisuels émis et de superviser, selon une logique économique, les coûts de la production au sein de leur secteur. Avec l’expérience acquise durant les années quatre-vingt, le secteur de production devenait non seulement la structure télévisuelle la plus fructueuse économiquement, mais aussi l’institution modèle au sein du secteur national de l’audiovisuel et le réseau le plus efficace politiquement dans le tissage des rapports intra-arabes. Son directeur devenait de facto le bras droit du ministre de l’Information et l’homme le plus sollicité dans le monde arabe pour monter des projets communs d’émissions télévisuelles.

  • 8 À propos de ces initiatives, leur logique et démarche, je me suis référée au rapport annuel de la B (...)

14Ce n’est donc qu’à la suite de cette première phase, qu’on peut qualifier d’entrepreneuriale, que les responsables de l’audiovisuel égyptiens se fixent de nouveaux objectifs : faire de leur secteur un domaine d’investissements au sein des marchés financiers. Tâche appropriée et plus en phase avec la logique de la libéralisation économique, il ne s’agit plus de faire de l’audiovisuel un secteur lucratif mais de le transformer en producteur d’infrastructures (satellites ; cité de production médiatique, industries de télécommunication et de digitalisation) revendues sous forme d’actions au sein des marchés financiers sur le plan national8. Transition non seulement douloureuse pour un pays si centralisé politiquement, mais aussi risquée puisque le secteur satellitaire paraît constituer un domaine d’investissements encore trop récent pour attirer suffisamment d’actionnaires. C’est dans cette nouvelle optique que l’on a vu, durant trois années (1998-2000), des formulations économiques, voire juridiques, pour le moins sensationnelles initiées par les responsables nationaux de l’audiovisuel.

  • 9 Voir « Les actions de la cité médiatique à la hausse, oui mais les autres ? », Al-Ahrâm, 25 mars 20 (...)
  • 10 Entretien avec le ministre de l’Information, Safwat Al Cherif, Akhbar al-Yom, 5 février 2000.
  • 11 Il s’agit ici de l’Union de la radio de la télévision égyptienne (URTE), organe dépendant de l’État (...)
  • 12 Citation du ministre de l’Information dans l’enquête menée par le quotidien Al-Ahrâm sur plusieurs (...)
  • 13 « Afin d’éviter tout risque d’ingérence des grands capitaux, c’est seulement 49 % du capital qui so (...)

15Sous le signe de la transition, une recomposition juridique, non moins radicale que celle entreprise pour la mise en œuvre de nouvelles infrastructures, voit le jour : la cité médiatique est déclarée société anonyme (EPMC), les deux satellites Nile Sat 101 et Nile Sat 102 sont regroupés en une seconde société anonyme (NSC), et les deux sociétés voient immédiatement leur capital exposé à la bourse financière sous forme d’actions (l’URTE garde toutefois 40 % du capital de chacune de ces sociétés afin de maintenir son statut d’actionnaire majoritaire). Les deux chaînes satellitaires appartenant auparavant à l’État, ESC1 et ESC2, sont converties en société anonyme (CNE) dont l’URTE détient aussi la part majoritaire. Ne retenant l’attention de personne, ces mesures apparaissent d’abord comme de simples mesures de réforme technique ou comme un plan permettant à l’État égyptien de couvrir ses dépenses antérieures. Mais comme toute réforme de ce type, elle implique une reformulation des liens organisationnels avec le reste du secteur des médias, certains députés, mais aussi journalistes, posent publiquement la question. C’est alors que le ministre de l’Information lance une « bombe » politique : « Le NSC n’est pas sous la tutelle du ministère. C’est une société anonyme, ayant une assemblée générale, une direction et une politique économique, tout comme l’EMPC. Évidemment, nombre de gestionnaires et une partie des investisseurs proviennent de la profession et le Conseil des ministres a le droit, sur certains points, d’émettre un veto »9, affirme le premier responsable national des médias, après avoir présenté, durant une décennie, les deux projets d’acquisition de satellite et d’établissement de la cité médiatique comme une victoire nationale, voire une mesure de sécurité nationale, au cours d’une audition officielle au Parlement en 2000. L’offre, explicitement déclarée transitoire, du groupe CNE des chaînes thématiques à la coopération semi-étatique/semi-privée où l’URTE10 maintiendra la majorité des actions11 (51 %) « et ne coopérera qu’avec des institutions égyptiennes financièrement crédibles – et non des particuliers –, jusqu’à la stabilisation des formes d’investissements privés dans ce secteur »12, suit chronologiquement la première réforme et se fait plus ouvertement Il est vrai que cette dernière déclenche un vif débat sur les risques politiques que comporte la privatisation des chaînes nationales satellitaires et des critiques acerbes de la part des porte-paroles des partis politiques de l’opposition au sujet de l’intérêt d’inclure les plus grosses fortunes égyptiennes dans ce secteur national (les chaînes thématiques). Mais il est également vrai que c’est grâce à cette première polémique que les responsables des médias vont publiciser la logique régulative qu’ils sont en train de mettre sur pied13.

  • 14 Au sujet des investisseurs inquiets pour l’avenir de l’EMPC, les grandes fluctuations que connaît l (...)

16Démarche exemplaire, suivant les directives des programmes d’ajustement structurel, le nouveau rôle du secteur national des médias demeure tout aussi stratégique qu’avant. Décidant du moment approprié, du nombre, de la nature et du coût des infrastructures indispensables pour affirmer l’avantage comparatif de l’Égypte au sein du marché satellitaire arabe, l’État, via les responsables des médias, prend en charge l’acquisition de tels moyens, les offre à la bourse financière pour couvrir ses dépenses, et laisse aux soins des grands et petits investisseurs nationaux (secteur privé) la tâche de développer ce marché naissant. Certes, les modalités de ces transformations semblent moins transparentes dans la pratique. Les petits investisseurs de NSC et EPMC suivent les fluctuations de la bourse sans toujours en déchiffrer les raisons. Certains ont même revendu leurs parts après la première chute intervenue au cours de l’année 1999, alors que d’autres, convaincus de la lucidité des responsables de cette industrie, continuent à garder l’espoir14. Espoir que l’État entretient avec vigueur par le biais du discours officiel et de la déclaration selon laquelle les plus grands investisseurs égyptiens vont soutenir ce nouveau secteur financier en rachetant une grande partie des actions des deux sociétés anonymes EPMC et NSC, et en allégeant la responsabilité financière de l’État en achetant les parts restantes au sein des sociétés encore semi-étatiques.

  • 15 Il s’agit des plus grosses fortunes égyptiennes : le groupe Orascom propriétaire du réseau téléphon (...)

17Cette inclusion signifie pour le petit actionnaire, tout comme pour le simple lecteur de la presse nationale, une mesure supplémentaire de sécurité. Possédant des institutions financières plus ou moins stables15, ces nouveaux investisseurs principaux (anchor investors), seraient en mesure de crédibiliser davantage la valeur de l’investissement dans le secteur satellitaire. N’empêche que pour ceux qui connaissent de près la réalité interne du fonctionnement politique égyptien, l’intervention des grands investisseurs n’illustre pas tant une dynamique de régulation qu’une entente entre ces derniers et l’État pour marier « capital et pouvoir » afin de se protéger mutuellement. Très proches des cercles du pouvoir, voire de la présidence, les noms des milliardaires égyptiens cités laissent entendre qu’aucun d’eux ne pouvait émettre la moindre objection sur la proposition officielle les invitant à racheter ensemble l’équivalent des 49 % du capital de CNE, ni ne pourrait, au cours des années à venir, remettre en question le contenu actuel des messages télévisuels. Par ailleurs, lourdement endettés auprès des banques nationales, leurs nouveaux investissements ne semblent pas constituer une charge financière insoutenable. Au contraire, l’intérêt étatique pour le secteur satellitaire leur semble fournir une garantie de la floraison prochaine de ce nouveau marché.

De l’investissement au marketing : parier sur la demande régionale

18Au cours des pages précédentes, j’ai dissocié les logiques politiques, propres aux plans national et régional, de celles, économiques, cherchant à activer le marché financier égyptien. Pur exercice méthodologique, il s’agissait d’isoler les divers niveaux d’analyse afin de dégager la multiplicité des logiques que peut poursuivre un même acteur lors des différentes interactions. L’État égyptien ne devient plus un objet holiste. Il regroupe en son sein un certain nombre d’acteurs, tributaires de leur passé professionnel et politique et fragilisés par la succession de défis que leur posent les mutations technologiques en matière d’émission satellitaire, l’étroitesse de leur marge de manœuvre lors d’une conjoncture de libéralisation économique et l’essor indiscutable de la production télévisuelle d’autres acteurs, publics ou privés, arabes. Mais ces défis sont loin de constituer des enjeux superposés. Ils sont étroitement imbriqués et engagent, chacun à son tour, l’ensemble des acteurs concernés par la restructuration de l’audiovisuel égyptien. Appareils d’État, technocrates, grands et petits investisseurs ne se confondent pas, mais savent, de plus en plus, que leurs objectifs dépendent fortement de ceux des autres. Pour cette alliance, ce ne sont pas des expressions comme la sécurité nationale ou le leadership régional qui comptent. Avantage comparatif, compétitivité et rentabilité deviennent les mots qui rassurent les divers protagonistes de l’intérêt de leur association.

19Armés d’un ensemble d’infrastructures technologiques que nul autre pays arabe n’a pu encore combiner, offrant des avantages fiscaux grâce à l’établissement de la cité de production médiatique comme zone franche, réformant le secteur satellitaire dans le sens de sa désétatisation, fournissant à la fois un savoir-faire hautement qualifié et une main-d’œuvre bon marché, et ayant quantitativement la plus large audience au sein du monde arabe, les responsables des médias, appuyés sur les technocrates et les investisseurs qualifiés, semblent avoir gagné leur pari : doter l’Égypte d’avantages comparatifs invincibles sur le marché satellitaire arabe, durant les années à venir. Moyen de drainage de capitaux publics et privés de toute la région, ce nouveau statut privilégié peut également constituer un biais pour mieux s’imposer dans toute future alliance intra arabe au niveau du domaine satellitaire. Le leadership auparavant acquis grâce au contenu des produits télévisuels n’est plus une affaire de statut symbolique qu’occuperait l’Égypte parmi les Arabes. Il devient mesurable, quantifiable parce que ce n’est plus la circulation des produits télévisuels qui compte, mais la rentabilité des acquis technologiques et des réformes économiques mis en place. La hausse de la bourse financière mais encore plus la croissance de la demande régionale sur l’industrie satellitaire égyptienne prendront la place de la réussite populaire des feuilletons, longuement vénérés en Égypte et ailleurs, comme ultimes preuves de la « centralité » de l’Égypte.

  • 16 Voir Al-Ahrâm, 23 août 2000.

20« Désormais, nul ne pourra se passer de l’Égypte », dit le ministre dans un quotidien national lors du lancement du second satellite16, et l’on se demande, pour la première fois, si ces mots sont destinés à nourrir une énième fois les rêves de grandeur du nationalisme égyptien ou, plutôt, à rassurer les actionnaires égyptiens sur le devenir de leurs capitaux dans les bourses financières ?

Notes

1 Quotidiennement mentionnée à l’écran, la révolution communicationnelle est entendue à la fois comme un changement radical des médias et une nouvelle industrie mondiale au sein de laquelle l’Égypte affirmera sa place de producteur et non seulement de consommateur. Il faut dire aussi que cette ambition occupe une place de plus en plus centrale dans le discours présidentiel.

2 C’est en ces termes que la présentatrice qui avait couvert l’inauguration du second satellite égyptien Nile Sat 102 a exprimé le rapport qu’entretient l’État égyptien avec les nouvelles performances technologiques qu’offre la mondialisation, le 20 août 2000 sur la première chaîne.

3 Discours du ministre de l’Information devant le parlement en 1985 lors de la proposition de ce dernier de commander la production d’un Satellite pour l’Égypte coûtant 158 millions de dollars. Expression notamment reprise lors de l’inauguration de second satellite Nile Sat 102, le 20 août 2000 et retransmise à la télévision et sur les pages de la presse nationale.

4 Celles-ci sont d’abord au nombre de quatre : variétés, information, sport, films et séries télévisées (TV Drama). En 1999, deux autres chaînes les rejoignent : éducation et santé. Puis quatre nouvelles chaînes, dont celle consacrée à la religion sont créées en 2000.

5 Au sujet de l’impact de cette conférence sur le rapport État/zones urbaines excentrées, je ne fais que prolonger l’analyse faite à ce sujet par Diane Singerman, « Imbaba or the Fabrication of an Internal Other », in D. El Khawaga et E. Kienle (dir.), 1998, Normes et redistribution de ressources dans les pays sud de la Méditerrané, Le Caire, Cedej.

6 Lors du dernier changement ministériel en 1999, les journaux de l’opposition politique égyptienne avaient consacré leur une à expliquer que le départ du Premier ministre était lié à ses conflits avec le ministre de l’Information qui refusait de soumettre le budget de son portefeuille au Conseil des ministres et qui avait l’accord présidentiel de ne s’adresser qu’au président, aux ministres des Finances et de la Planification, au sujet des allocations budgétaires de son ministère.

7 Le discours présidentiel annonçant la promulgation de la nouvelle loi n° 100 de 1974, appelée communément loi de l’open door policy, avait littéralement employé les termes de « sauvetage » et de « déficits cumulés durant l’ère nassérienne ». Voir à ce sujet Samia Saïd, 1986, Man Yahkom Misr? (Qui possède l’Égypte ?), Le Caire, éd. Dar al Mostaqbal al ’Arabi.

8 À propos de ces initiatives, leur logique et démarche, je me suis référée au rapport annuel de la Banque mondiale « World Development Report. The State in a changing world, 1997 ». Le Tableau 11, p. 27 explicite les niveaux de régulation économique et financière qu’entreprennent actuellement les États nationaux et trouve dans la mise en place de structures nécessaires une étape indispensable dans le renforcement du marché ; renforcement qui peut être incité par de nombreuses initiatives économiques, juridiques et financières.

9 Voir « Les actions de la cité médiatique à la hausse, oui mais les autres ? », Al-Ahrâm, 25 mars 2000.

10 Entretien avec le ministre de l’Information, Safwat Al Cherif, Akhbar al-Yom, 5 février 2000.

11 Il s’agit ici de l’Union de la radio de la télévision égyptienne (URTE), organe dépendant de l’État tout en ayant le statut d’unité économique (à ce propos se référer à la loi 13 de 1979 restructurant le statut de l’URTE et explicitant les canaux à travers lesquels cette dernière reste attachée à l’appareil de l’État tout en suivant une logique économique de maximisation de gain et de coordination avec le secteur privé égyptien, arabe ou étranger). L’URTE dirige, outre les chaînes hertziennes, les chaînes satellitaires appartenant à la CNE (société anonyme dont l’URTE détient une part majoritaire), et celles thématiques appartenant à NCNC, en détenant, transitoirement, 40 % des actions.

12 Citation du ministre de l’Information dans l’enquête menée par le quotidien Al-Ahrâm sur plusieurs semaines, voir dans Al-Ahrâm, 25 mars 2000.

13 « Afin d’éviter tout risque d’ingérence des grands capitaux, c’est seulement 49 % du capital qui sont à vendre à des institutions crédibles comme investisseurs principaux et c’est à l’Union de la radio de la télévision égyptienne de garder, durant la phase actuelle, la majorité du capital et la direction pour maintenir les orientations déjà définies de notre politique médiatique », déclare le ministre de l’Information pour tempérer l’indignation générale des cercles de l’opposition politique nationaliste de gauche face à la décision de l’État de privatiser une partie des télévisions satellitaires égyptiennes. Voir Akbar Al-Yom, 5 février 2000.

14 Au sujet des investisseurs inquiets pour l’avenir de l’EMPC, les grandes fluctuations que connaît la valeur de leurs actions et la promesse étatique d’obliger les fondateurs de la société à protéger sa valeur financière en rachetant et en bloquant une certaine part des actions, voir les deux articles sur le marché d’EMPC, dans Al-Wafd, 29 septembre 2000.

15 Il s’agit des plus grosses fortunes égyptiennes : le groupe Orascom propriétaire du réseau téléphonique Mobinil (téléphones portables) et appartenant à N. Sawirres, le groupe Nosseir, dont le propriétaire du même nom possède le second réseau téléphonique portable Click, le groupe Golden d’Ahmad Bahgat, regroupant la plus grande industrie de l’électro-ménager nationale et une société de construction de nouvelles cités urbaines.

16 Voir Al-Ahrâm, 23 août 2000.

Auteur

Université du Caire/Cedej

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter