Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée

 | 
Jean-Philippe Bras
, 
Larbi Chouikha

II. Le nouveau paysage de la communication et l’évolution des médias nationaux

Al-Jazîra, l’autre visage de la culture du pétrole

Salam Kawakibi

Texte intégral

1Quel est le rôle de la télévision dans la construction d’une conscience publique et d’une opinion publique ? Voilà sans doute une question fort classique. Or, elle se pose aujourd’hui d’une manière neuve sur la scène politique des pays arabes. En effet, ici, la technologie des chaînes paraboliques, associée aux capitaux du pétrole, a produit un nouvel opérateur dans le champ télévisuel régional. Et cet opérateur a bouleversé la donne de la communication politique dans le monde arabe. Si l’on connaît mal la genèse de l’entreprise, son impact est d’ores et déjà bien visible. Al-Jazîra (c’est le nom de la nouvelle chaîne parabolique) a recomposé le champ des média en introduisant une double révolution. D’une part, elle s’ouvre au franc-parler politique, jusqu’à l’excès de langage, dans un univers où le mot couvert et le contrôle sont la règle. D’autre part, elle focalise le débat sur le monde arabe dans son espace transnational ; grâce à elle, les Arabes découvrent le bonheur du débat politique qui parle d’eux pour eux.

2Pour saisir le changement introduit par cette nouvelle gestion des thèmes politiques en langue arabe, il faut rappeler brièvement la situation médiatique de la région.

La télévision comme vecteur d’influence politique au Moyen-Orient

3La mainmise des pétrodollars sur la presse arabe en général remonte au début des années 1980, avec la presse délocalisée du Proche-Orient. Cette influence directe succédait à l’influence indirecte exercée sur certains organes médiatiques, notamment sur la presse écrite, surtout au Liban avant le déclenchement de la guerre civile en 1975. L’argent du pétrole qui circulait à cette époque était accompagné d’une pression politique des autres pays influents sur la scène libanaise, tels la Syrie et l’Égypte. L’influence politique relayait ainsi l’influence économique, comme par ricochet.

  • 1 Rapporté par Nabil Dajani, Disoriented Media in a Fragmented Society: The Lebanese Experience, (Des (...)

4Une anecdote illustre cette situation. En 1969, le président de la République libanaise, Charles Helou, lui-même ancien journaliste, fit aux membres du conseil de l’Ordre des journalistes cette adresse ironique : « Maintenant, je vous rencontre dans votre couverture officielle, mais puis-je savoir lesquels des pays étrangers vos journaux représentent officieusement ? Bienvenue dans votre seconde patrie, le Liban »1. Il laissait entendre que la première patrie des journalistes libanais est celle d’où émanent leurs ressources financières, ou encore la patrie qui les influence politiquement, comme ce fut le cas de l’Égypte à cette époque.

5En dépit de ce double jeu, il est important de souligner que la presse libanaise, avant la guerre, profitait d’une marge de liberté assez importante dans une région où la liberté d’expression faisait (et fait toujours) défaut. Cette liberté était précisément l’un des facteurs qui encourageaient les forces régionales à l’influencer et à la manipuler. Ce fut chose réussie dans certains cas, suivant les contextes régionaux. Deux pôles financiers principaux exerçaient leur influence sur la presse libanaise : l’Arabie saoudite et l’Irak. Cette influence s’accentua après « l’exil » des journalistes libanais, à partir de 1975. L’insécurité due à la guerre civile, ainsi que le besoin économique, étaient les raisons principales de ce déplacement. Au début de leur installation en Europe, ces journalistes étaient à la recherche des fonds nécessaires à leurs projets, parfois ambitieux. Le développement de la politique de communication de l’Arabie saoudite, en particulier, qui visait à contrôler le champ médiatique arabe, amena financiers et hommes de l’art à s’entendre sur la publication d’une presse à visage panarabe, avec des plumes majoritairement libanaises et des capitaux orientaux. Ce fut le cas, en 1977, avec le lancement des revues Al-Watan al-’Arabî [Le Monde arabe] et Al-Mustaqbal [L’avenir], au financement saoudien et irakien, avec un cadre professionnel majoritairement libanais.

  • 2 Jalâl Sâdiq al-’Azim, Zuhnîyat al-Tahrîm, (La mentalité de l’interdit), Dâr al-Nahij, Damas, 1995, (...)

6Afin de légitimer son existence en Europe, cette presse revendiqua la défense d’une liberté d’expression inexistante au sein des pays arabes, soit une mosaïque d’influences et de manipulations « à forte odeur de pétrole » (dont le pétrole irakien avant la crise de 1990). Un intellectuel comme Jalâl Sâdiq al-’Azim écrit dans un livre publié à Damas en 1995 : « L’hégémonie accélérée de la culture des pétrodollars avec ses institutions, ses organisations, ses centres de recherche et ses publications, a corrompu la quasi-totalité de l’intelligentsia arabe en la cantonnant au rôle de défenseur de la situation actuelle. Il ne reste aux intellectuels, aux critiques, aux poètes, aux journalistes et aux écrivains […] qu’à s’interroger sur eux-mêmes et sur leurs principes »2.

  • 3 Pour avoir un aperçu sur la production télévisuelle en Syrie, voir Salam Kawâkibî, « Le rôle de la (...)

7La prolifération des chaînes paraboliques, américaines et européennes, a marqué une nouvelle étape dans la configuration du champ médiatique arabe. D’abord absents de cette nouvelle scène, les Saoudiens s’y sont assez vite intéressés, afin de renforcer leur dispositif de propagande. Bien que le wahabisme interdise la télévision, la politique télévisuelle saoudienne remonte au début des années 1980, mais elle se limitait alors à des commandes de feuilletons et de documentaires auprès de producteurs égyptiens et syriens qui devaient respecter un cahier des charges et une liste draconienne d’interdits3.

8L’investissement dans la création pure et simple d’une chaîne parabolique peut donc se lire comme une nouvelle et importante étape dans la stratégie médiatique du Golfe arabe. D’autant qu’elle incorpore un renouvellement radical de style. Par contraste, certaines chaînes publiques locales ont développé des programmes pour la diffusion par satellite sans faire d’effort particulier pour l’amélioration, même formelle, de leur message politique.

9La chaîne privée Lebanese Broadcasting Channel (LBC) est l’une des rares exceptions et, aujourd’hui, la principale concurrente d’Al-Jazîra dans les foyers arabes. Cette chaîne qui n’est pas épargnée par les investissements pétroliers, fonde sa popularité sur la diffusion de ce que les télévisions arabes considéraient comme interdit, en particulier les émissions de variétés. Ses jeunes animatrices aux charmes très peu voilés chatouillent les nerfs de spectateurs « sombrant dans l’interdit », notamment dans les pays du Golfe. Progressivement et peut-être sous l’effet de la concurrence, cette chaîne a accru la part qu’elle réserve à la politique : des émissions de débats socio-politiques trouvent place dans sa grille. Les sujets traités par la chaîne LBC font aussi partie des interdits, ce qui augmente la popularité de cette chaîne. Mais à ce jeu, la chaîne Al-Jazîra a une grande longueur d’avance.

L’irruption d’Al-Jazîra

  • 4 Journal al-Muharir, Beyrouth, 10 août 2000. Cette information établit une relation entre la reconna (...)

10C’est dans cette « palpitation » médiatique que la chaîne Al-Jazîra a vu le jour à Doha, capitale du Qatar, le 1er novembre 1996. Elle est présidée par l’un des membres de la famille princière du pays, Hamad bin Thâmir Âl-Thânî, qui en est aussi l’un des principaux actionnaires à côté du ministre des Affaires étrangères. Le mystère règne encore sur les conditions de son lancement. La création de la chaîne a suivi de peu la déposition du prince par son fils Hamad bin Khalîfi Âl-Thânî. Certains opposants évoquent, à ce propos, les relations de la chaîne avec les services de renseignements étrangers. Le journal libanais Al-Muharir a fait état d’une information en ce sens, émanant du ministère britannique des Affaires étrangères4. Sachant la place du complot dans la culture politique arabe contemporaine, on peut douter de l’explication ; mais, vu le caractère stratégique de la région, on peut aussi douter que la création d’Al-Jazîra ait eu des visées politiquement désintéressées. Quoi qu’il en soit, on sait que cette nouvelle chaîne a récupéré, en grande partie, les membres de l’équipe arabe de la BBC/TV, laquelle, après une courte période d’expérience télévisuelle, avait dû fermer à cause de la diffusion d’un film dérangeant pour l’Arabie saoudite, son actionnaire principal.

11Du Qatar à l’Algérie en passant par le Liban, la Syrie et la plupart des pays arabes, les nationalités des journalistes d’Al-Jazîra sont variées, lui donnant une image de chaîne véritablement panarabe. Avec une information continue qui ne néglige ni l’analyse ni le commentaire, elle constitue une tentative de création d’un nouvel espace d’expression politique et sociale sur la scène médiatique arabe : « Remplacer la CNN » s’avère être l’un des objectifs déclarés par la direction de la chaîne.

  • 5 Entretien avec le directeur M. Jâssim al-’Alî, 7 mai 1998.

12En s’appuyant principalement sur un crédit gouvernemental, Al-Jazîra a obtenu une bonne part de marché dans la publicité, grâce au succès qu’elle a su recueillir auprès des téléspectateurs des pays arabes et dans les milieux de l’émigration. Mais elle a vu également ses recettes diminuer, à cause des pressions saoudiennes sur les plus grandes agences de publicité arabes et étrangères, lui rappelant ainsi les limites à ne pas franchir. Si l’on observe les flashes publicitaires, on peut constater l’absence de nombreuses marques et produits, ce qui évite un conflit avec le marché principal, l’Arabie saoudite. Afin de contourner cet embargo publicitaire, la chaîne procède actuellement à la vente de ses programmes. Les reportages réalisés par ses équipes tendent à devenir la « marque déposée » d’un produit proposé aux autres chaînes arabes et étrangères. Un apport financier qui représente 65 %5de ses revenus.

13Al-Jazîra produit ainsi reportages et documentaires, d’une grande qualité, qui traitent de sujets variés tout en restant dans le domaine politique. L’école de la BBC paraît présente dans le choix des sujets, le commentaire et la mise en scène de ces programmes. La chaîne a notamment diffusé une série sur la guerre civile au Liban qui, tout en respectant la chronologie, approfondit certains événements en s’appuyant sur le témoignage de différents acteurs.

Une émission phare : « Contre-courant »

  • 6 En se donnant l’impression d’une concentration sur un objet, le présentateur cherche à perturber se (...)

14La réputation de la chaîne se fonde sur des émissions politiques qui ressemblent aux « Talk Shows », à l’Américaine. L’animateur, le plus souvent sérieux d’apparence, parle aux invités avec une certaine arrogance. Dans l’émission de Sâmî Hadâd, « Al-Râ’î al-âkhar » [L’autre opinion], le présentateur regarde peu son interlocuteur ; et il cherche à le désarçonner en manipulant, avec nervosité, un objet quelconque6. De temps à autre, le journaliste ose énoncer des sentences, telles que : « Vous ne comprenez rien » ou « Taisez-vous ». Dans le même temps, ses mouvements de tête traduisent un désaccord.

  • 7 Dans un débat sur RMC Moyen-Orient, entretien avec l’auteur.
  • 8 Selon une assistante de l’émission qui préfère garder l’anonymat.

15Dans les émissions de débats, l’accrochage verbal est souvent favorisé par le journaliste qui bouscule son interlocuteur, sans lui accorder le temps nécessaire à l’argumentation : « C’est un jeu de boxe »7, reconnaît Fayçal Qâssim, l’une des stars de la chaîne qui présente chaque mardi « Al-itijâh al-mu’âkiss » [Contre-courant]. Le dispositif de cette émission est typique du style de la chaîne. Il oppose deux personnalités, politiques ou religieuses. Toutefois, malgré l’indépendance que l’animateur affirme avoir vis-à-vis de sa hiérarchie, le choix des invités doit obtenir l’aval de la direction de la chaîne8. L’équipe de l’émission est très restreinte et sa méthode de prise de contact avec les personnes sollicitées est professionnelle. Un forfait attractif attend chacune d’elles, avec un accueil d’excellente qualité dans les palaces de Doha.

16L’émission commence toujours par une introduction sur le sujet traité. Elle est faite sur un ton dramatique par l’animateur et prend volontiers l’allure d’un communiqué de guerre. La gestuelle dit aussi la volonté d’avoir un débat houleux comme, par exemple, un mouvement monotone mais menaçant des mains envers les spectateurs, mais surtout en direction des invités. Pris dans l’actualité politique, les thèmes sont de préférence polémiques, propres à susciter l’accrochage verbal, et l’intérêt des téléspectateurs. On peut en juger : la normalisation des relations avec Israël ; la censure sur la publication et l’édition ; les mouvements pour la paix en Israël ; les contraintes qui pèsent sur le travail des ONG pour les droits de l’homme dans le monde arabe ; l’opposition et le pouvoir, etc. Autant de sujets tabous qui, auparavant, n’avaient jamais été exposés à un si large public. La démarche sape les interdits dans la pensée. Il s’agit bien d’une réponse à ce que le spectateur arabe réclamait depuis longtemps, en termes de liberté d’expression et d’opinion. Cependant la chaîne ne maîtrise pas toujours les dérives engendrées par ses choix. Il arrive que le dialogue s’échauffe au point de dégénérer. Le spectateur ne parvient plus alors à capter un mot du débat, les voix s’enflent et se superposent, les mains s’agitent en désordre, le présentateur hausse le ton également sans parvenir à calmer le jeu : c’est alors la pause publicitaire ou l’annonce du flash d’information qui sauve la situation.

17Il arrive aussi que l’on décèle une trace d’arrangements derrière les interventions en direct. Pour certaines émissions, la chaîne se met d’accord avec de faux téléspectateurs, afin de cibler les questions posées aux invités par téléphone. Néanmoins, ce n’est pas une spécificité d’Al-Jazîra, et cette pratique reste relativement limitée. Il est une autre façon de biaiser le débat : certains spectateurs finissent par être connus à force d’intervenir au fil des émissions ; il devient possible de les distinguer et de leur donner plus souvent la parole qu’à d’autres. Dans « Contre-courant », on entend ainsi des noms qui se répètent, qu’il s’agisse ou non de pseudonymes. Le standard a un rôle clé dans le filtrage des appels, il identifie les intervenants d’après une liste préparée spécialement à cet effet, avec des mentions accompagnant les noms pour identifier le champ d’intérêt de chacun, ainsi que sa tendance politique et religieuse.

18En somme, ce qui fait la singularité d’Al-Jazîra, ce ne sont pas ces pratiques, mais bien le non-conformisme politique de ses émissions, sur une scène arabe qui, jusqu’alors, n’octroyait au débat politique (au sens large) qu’un espace public embryonnaire et partisan ou dépendant de tel ou tel pays. Quel est aujourd’hui l’impact de la chaîne ? À défaut d’études d’audience précises, relevons dans l’actualité les éléments d’une première réponse.

Al-Jazîra : un opérateur politique arabe

19Qui sert Al-Jazîra ? Quatre ans après le lancement de la chaîne, il est impossible de répondre à cette question. On peut dire, sans erreur, que la chaîne s’est donné une image d’indépendance, qu’elle n’hésite pas à griffer les acteurs statutaires de la scène arabe, quels qu’ils soient ; et qu’elle parvient à agréger, dans l’espace de débat « endocentré » qu’elle construit, l’ensemble de l’opinion publique arabe jusque dans ses diasporas d’Europe et d’Amérique.

20Le ton fut donné dès le début. Lors de la première diffusion de l’émission « Contre-courant » en décembre 1996, l’ancien secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe avait été violemment pris à parti, au téléphone, par des téléspectateurs. Une islamiste égyptienne avait trouvé ces appels tellement insupportables et injurieux qu’elle avait quitté le plateau. En revanche, Fayçal Qâssim laissa faire sans interrompre l’avalanche des propos, ce qui pouvait être considéré comme un assentiment implicite.

  • 9 Dans un débat sur RMC Moyen-Orient, entretien avec l’auteur.

21Le présentateur confirme qu’il s’est parfois trouvé devant les caméras sans invités, à cause d’un refus tardif de participation ou d’une interdiction politique dans les pays des invités. Fin août 2000, il avait invité deux journalistes libanais pour évoquer la présence syrienne au Liban. L’un d’eux délégua son adjoint sans prévenir. L’animateur n’hésita pas, dès l’introduction, à blâmer cette personnalité avec virulence, suscitant un débat houleux avant même le commencement de l’émission. Pourtant, ce même journaliste affirme qu’il est neutre, en principe, qu’il ne s’engage pas en tant qu’acteur, mais simplement en tant que régulateur du débat9.

22Il reconnaît cependant qu’il peut donner l’impression contraire, comme, par exemple, au cours de l’émission qu’il consacra à la guerre entre le Koweït et l’Irak. Pour lui faire concurrence sur ce sujet sensible, les Koweïtiens mirent sur pied une émission similaire, diffusée le même jour et à la même heure. Après cette émission, le ministre de l’Information de la principauté se rendit à Qatar pour remettre au gouvernement une lettre de protestation : il lui était reproché de prendre parti pour l’Irak dans le conflit. Qâssim le dément formellement, mais on sait que le Qatar est l’un des rares pays à avoir gardé des relations diplomatiques avec l’Irak après la guerre.

23Plusieurs autres incidents diplomatiques ont ainsi opposé le Qatar à l’Égypte, la Libye, la Tunisie, le Maroc et la Jordanie, à cause des sujets traités par les émissions d’Al-Jazîra, notamment celle de Fayçal Qâssim. Les mesures de rétorsion ont pris plusieurs formes : de la fermeture des bureaux de la chaîne dans les capitales arabes au retrait de l’ambassadeur du pays mis en cause par l’émission (ce fut le cas de la Libye et de la Tunisie), en passant par l’interdiction faite aux correspondants de la chaîne d’accéder à certains lieux (le Liban), par l’interruption de la diffusion (au Maroc), ou encore par un tollé dans la presse écrite (en Égypte).

  • 10 AFP, 11 septembre 2000.

24Outre les protestations officielles, la chaîne s’est aussi trouvée impliquée dans des procès intentés par des individus. Plusieurs actions judiciaires sont en cours en Égypte et en Jordanie. Le cas le plus récent se situe au Koweït où un avocat a porté plainte après une déclaration jugée insultante à l’égard du Koweït. En effet, dans l’émission « L’autre opinion », le Jordanien Sâmî Hadâd avait évoqué l’utilisation d’armes chimiques sur des populations irakiennes et palestiniennes par les Koweïtiens, après leur libération. L’avocat réclame une indemnité de 16 000 dollars pour ce qu’il considère comme « une atteinte morale à sa personne »10.

  • 11 Journal Al-Safîr, Beyrouth, 9 septembre 2000.

25La chaîne est également en butte à des formes de protestations collectives qui pourraient être le signe de changements plus profonds dans l’opinion publique arabe. Elle sert en cela de révélateur, voire de catalyseur. Ainsi, des intellectuels ont signé un manifeste contre ce qu’ils ont appelé « la culture de la normalisation avec Israël » que la chaîne aurait encouragé. Tout en reconnaissant que les débuts de cette chaîne ont été marqués par une liberté de ton, audacieuse, pour évoquer différents sujets délicats qui concernent les pays arabes, ces intellectuels protestataires estiment que, de plus en plus, cette liberté est mal utilisée par la chaîne : « Si la réponse à notre protestation évoque la neutralité, cette dernière n’est qu’une agression quand elle est appliquée entre les Arabes et leurs ennemis », écrivent-ils11. Et de dénoncer la « contamination » des autres chaînes paraboliques arabes, puisqu’elles adoptent des dispositifs similaires pour « attirer un public non averti du danger ».

26Le problème essentiel de ces intellectuels serait la présence, sur un écran arabe, d’un interlocuteur « ennemi » qui peut ainsi s’adresser aux spectateurs sans barrière, cette barrière qui, jusqu’ici, avait maintenu dans l’obscurité les sociétés « ennemies ». Or, une telle position remet en question celle qui avait été développée par une grande partie des journalistes et intellectuels arabes dans les années 1970, lorsque ceux-ci cherchaient, au contraire, à faire connaître une société « ennemie », par exemple en traduisant régulièrement en arabe des textes de la presse israélienne.

  • 12 Journal Al-Muharir, Beyrouth, 15 juin 2000.

27Actuellement, la transposition télévisuelle de cette méthode, par Al-Jazîra, rencontre une vive opposition. La chaîne est assimilée à un outil de déstabilisation interarabe, à une pièce du néocolonialisme. Des reproches sont proférés contre les pays qui autorisent la représentation de la chaîne sur leur territoire, contre les intervenants qui donnent de la crédibilité à cette activité douteuse. L’éditorialiste libanais Nihâd Ghâdirî n’hésite pas à qualifier d’espionnage et de sabotage le travail accompli par la chaîne : « Les bureaux d’Al-Jazîra ressemblent à des colonies médiatiques protégées par une force occulte, afin de menacer l’unité nationale dans chaque pays arabe »12. Cette position est à mettre en relation avec l’altération de la situation politique dans la région, ainsi qu’avec le débat qui s’intensifie sur le rôle de la société civile, tandis que plusieurs pays, connus pour leur système autoritaire, viennent de connaître des changements à la tête de leur gouvernement.

28De son côté, la chaîne Al-Jazîra n’a pas cherché à faire taire les critiques. Bien au contraire, elle a elle-même organisé, le 9 mai 2000, un séminaire de réflexion pour analyser sa courte expérience. Tous les sujets ont ainsi pu être évoqués par des intervenants travaillant dans le secteur audiovisuel arabe, ainsi que des chercheurs de centres et universités arabes. Une grande part des discussions a été réservée aux critiques et aux solutions souhaitables.

29En ce sens, Al-Jazîra contribue à briser la longue chaîne des tabous qui entravent le débat public dans le monde arabe. Sans aucun doute, elle donne au téléspectateur l’opportunité de faire passer son opinion sur les ondes. Il n’est plus ce simple récepteur réagissant à peine à l’information. La chaîne instaure, dans l’espace public, un principe de débat qui n’y avait jamais pris pied. En revanche, il faut bien constater que la pratique et l’éthique du dialogue restent à construire : le dialogue comme valeur de réciprocité et vecteur de la légitimité de la différence. Nombreux sont les intervenants, dans les émissions de la chaîne, qui n’en ont manifestement qu’une faible notion. Ils tentent de monopoliser la vérité pour la restreindre à une seule voix. Et ces interventions, venant de personnalités présentées comme des spécialistes, des analystes et des chercheurs, suscitent des réactions de même nature chez les téléspectateurs. La violence dans le propos flirte alors avec l’insulte.

  • 13 Edward W. Saïd, Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, p. 85.

30Ces défauts sont-ils imputables à la courte expérience démocratique de nos pays ? Ne s’agit-il pas d’une étape nécessaire dans un processus d’apprentissage ? Sans doute. Et, bien sûr, la chaîne n’a pas une vocation purement pédagogique. Mais pourquoi, lorsque le dialogue demeure serein et réfléchi, l’animateur resurgit-il, afin de provoquer l’un ou l’autre des invités ? Pourquoi observe-t-il les accrochages avec un sourire de satisfaction au lieu d’agir en modérateur ? Pourquoi coupe-t-il la parole aux intervenants et, plus souvent encore, aux téléspectateurs qui appellent au téléphone, quand il ne veut pas développer le sujet ? Son objectif qui s’inscrit dans la logique du marketing, cherche à attirer le plus d’auditeurs possible. De fait, si des intellectuels arabes libéraux ou de gauche boycottent la chaîne aujourd’hui, ce n’est pas pour des raisons politiques. Plus fondamentalement, c’est parce qu’ils considèrent que cette chaîne anéantit le débat et se concentre sur des détails, en marginalisant les véritables problèmes. Espace d’apprentissage démocratique ou avatar d’une culture du sensationnalisme ? Ou les deux ? Avec Al-Jazîra, en tout cas, la télévision est devenue un producteur de la pensée politique, des interrogations politiques et des stars politiques arabes, ce que, avant elle, les télévisions nationales avaient très peu réussi à être. Mais elle n’a pas séduit les intellectuels arabes qui persistent à tenter de bâtir une scène de réflexion critique à l’écart des projecteurs, en refusant à la fois, selon la formule d’Edward Saïd, la passivité totale et la rébellion absolue13.

Notes

1 Rapporté par Nabil Dajani, Disoriented Media in a Fragmented Society: The Lebanese Experience, (Des médias désorientés dans une société fragmentée : l’expérience libanaise), Université américaine de Beyrouth, Beyrouth, 1992, p. 12.

2 Jalâl Sâdiq al-’Azim, Zuhnîyat al-Tahrîm, (La mentalité de l’interdit), Dâr al-Nahij, Damas, 1995, p. 110.

3 Pour avoir un aperçu sur la production télévisuelle en Syrie, voir Salam Kawâkibî, « Le rôle de la télévision dans la relecture », Maghreb/Machrek Monde arabe, n° 158, 1997, pp. 47-55.

4 Journal al-Muharir, Beyrouth, 10 août 2000. Cette information établit une relation entre la reconnaissance occidentale du coup d’État mené par le prince et un contrat passé entre celui-ci et des forces occidentales pour la création d’une chaîne dirigée par les services de renseignements occidentaux, ainsi que par le Mossad israélien.

5 Entretien avec le directeur M. Jâssim al-’Alî, 7 mai 1998.

6 En se donnant l’impression d’une concentration sur un objet, le présentateur cherche à perturber ses invités afin de soustraire d’eux des réactions qui pimentent le débat. Cette explication m’a été confiée par un journaliste qui a collaboré à cette émission.

7 Dans un débat sur RMC Moyen-Orient, entretien avec l’auteur.

8 Selon une assistante de l’émission qui préfère garder l’anonymat.

9 Dans un débat sur RMC Moyen-Orient, entretien avec l’auteur.

10 AFP, 11 septembre 2000.

11 Journal Al-Safîr, Beyrouth, 9 septembre 2000.

12 Journal Al-Muharir, Beyrouth, 15 juin 2000.

13 Edward W. Saïd, Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil, p. 85.

Auteur

Institut français d’études arabes - Alep

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter