Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée

 | 
Jean-Philippe Bras
, 
Larbi Chouikha

I. Les nouveaux modes de gestion étatique de l’espace public médiatique

De l’État-émetteur à l’émetteur État dans le champ télévisuel égyptien

Tourya Guaaybees

Texte intégral

  • 1 Guaaybess, T., 2000, « Cartographie des télévisions transfrontières arabes », Positions sur la soci (...)
  • 2 Lapierre, J.W.in Sfez, L. (ed.), 1993, Dictionnaire critique de la communication, t. 1, Paris, PUF, (...)

1Les changements structurels qui affectent le champ télévisuel égyptien au cours de la décennie 1990 correspondent à une transition dont l’issue demeure aujourd’hui encore incertaine, mais qui, probablement, s’oriente vers la libéralisation économique et politique du secteur. Le temps fort de cette transition se situerait au début des années 1990, au moment de l’explosion des chaînes transfrontières publiques ou privées dans la région arabe1. En effet, la télévision égyptienne est inscrite dans un réseau régional de plus en plus complexe, et en dépend de façon croissante. La dépendance du secteur télévisuel égyptien envers l’environnement régional, le système télévisuel arabe, tient aux interactions qui définissent tout système de communication. Nous employons la notion de système au sens d’une relation d’interdépendance, entre ses éléments constitutifs, telle que la modification d’un élément entraîne celle des autres. Voici la définition qu’en donne Jean-William Lapierre : « Le concept de système qui résulte [des] divers travaux se définit comme un ensemble organisé de processus liés entre eux par un réseau d’interactions à la fois assez cohérent et assez souple pour le rendre capable d’un certain degré d’autonomie, c’est-à-dire d’agir sur lui-même de quelque façon au lieu d’être complètement déterminé par des processus extérieurs »2.

2La télévision égyptienne, comme chaque télévision arabe, constitue alors un sous-système. Elle dépend et agit fortement sur le système dans lequel elle est intégrée, mais son évolution est également modulée par son environnement immédiat à savoir le territoire égyptien dans lequel elle est symboliquement souveraine. Cependant, cette souveraineté réelle et symbolique sur le territoire national est fragilisée. Le mode d’institutionnalisation du média, la légitimité du monopole étatique sur la télévision sont affaiblis par un public de moins en moins soumis et par certains acteurs qui se saisissent de la libéralisation économique pour manifester leur volonté d’acquérir une chaîne privée. D’autres se saisissent de l’internationalisation des flux télévisuels pour revendiquer une télévision plus libre. Dans ces conditions, il est difficile, pour l’État, de renoncer brutalement à ce puissant vecteur de communication. Il est plus difficile encore de tenir ferme et de dispenser éternellement un discours monolithique d’un temps révolu.

3Les transformations que connaît et que connaîtra encore le champ télévisuel égyptien sont-elles initiées par l’acteur étatique ou ne sont-elles que des réactions auxquelles il ne pouvait pas échapper ? Cette dernière proposition réduirait l’État à une posture d’agent, dont les prises de position seraient davantage prédéterminées, balisées par un certain nombre de contraintes et de facteurs externes que le résultat de décisions volontaires. En réalité, les réponses aux nouvelles règles du jeu (output) que l’État peut apporter dans le secteur télévisuel peuvent être multiples et une analyse plus fine révèle qu’il est moins un agent (réactif) qu’un acteur (pro-actif) qui déploie un certain nombre de stratégies pour tirer profit d’un espace de diffusion plus étendu.

4Nous avons observé deux périodes phares dans l’histoire de la télévision dont l’articulation se situe au moment précisément de la multiplication des chaînes satellitaires, c’est-à-dire au début des années quatre-vingt-dix. Durant la première période, qui s’étend de l’avènement de la télévision en 1960 jusqu’à l’immédiat après-guerre du Golfe, l’État est l’émetteur unique. La télévision est le média par lequel l’État diffuse ses messages à la population, non pas passive mais acculée, si l’on peut dire, à la passivité. C’est pour cette raison que nous adopterons, ici, la formule « l’État-émetteur ». Dans le second temps, qui constitue en réalité une transition vers « autre chose » l’État est un émetteur mais il n’est plus le seul. La télévision égyptienne n’est plus la seule télévision pour le public égyptien. Nous allons dans cet article analyser ces deux temps à travers la programmation de la télévision égyptienne.

Première phase : l’État, sa télévision et ses récepteurs

  • 3 En Iran, le mouvement révolutionnaire a été renforcé par la « ouestoxification » ou la diffusion ma (...)
  • 4 Chakroun A., 1988, « Les échanges de télévision par Arabsat, 1985-1986 », in F. Chevaldonne (ed.), (...)

5Avant la guerre du Golfe, la télévision égyptienne délivrait son message à la population et ne supportait aucune compétition idéologique. On pense à tort que la compétition la moins tolérée venait de l’Occident, comme ce fut effectivement le cas pour l’ancien bloc de l’Est ou pour l’Iran3. En réalité, le verrouillage de la télévision se faisait surtout à l’encontre des productions arabes. Alors que l’Égypte importe massivement des productions américaines, la part des productions culturelles importées des pays arabes est nulle. Cela tient sans doute au fait que le fossé culturel qui sépare l’Égypte des États-Unis a moins de chance d’affecter l’hégémonie de l’État-émetteur sur son public que ne pourraient le faire des productions originaires du pays où les référents socioculturels sont plus familiers au récepteur égyptien. À ce titre, il faut rappeler les tensions qu’ont pu générer les premières diffusions interarabes via le satellite ARABSAT4.

  • 5 Les dernières estimations de l’Unesco font état d’un taux d’analphabétisme de 47 % en 1997 pour la (...)

6S’agissant des productions télévisuelles nationales, les informations et les programmes de tout genre correspondent à une politique de communication orientée par l’État. Rappelons par exemple que le ministère en charge de la télévision n’était pas encore celui de l’Information mais le ministère dit de l’Orientation avant 1981. La télévision est la voix de l’État, mais croire que la télévision ne servait qu’aux fins des autorités politiques officielles serait, il est vrai excessif. Nous verrons à travers les émissions qu’elle propose encore aujourd’hui que la télévision est aussi un média de service public qui remplit des missions variées. Toutefois, ces missions sont définies par l’État. Ce dernier fixe l’agenda de l’information, en censurant certains sujets, en en ressassant d’autres. Il promeut, sélectionne les autres programmes selon ses propres critères. Le contenu des émissions diffusées focalise, en effet, la plus grande vigilance de la part de « l’émetteur » car pour beaucoup, la télévision est l’unique vecteur d’information, le seul loisir. Serait-il excessif de penser que la télévision est le seul vecteur de communication entre l’État et la société civile ? Il existe d’autres médias, tels la radio ou la presse, certes. Mais, d’une part, l’emprise que l’État peut avoir sur la télévision est analogue à celle qu’il détient sur la radio, également affiliée à l’Union de la radio et de la télévision égyptienne (URTE). D’autre part, s’il est vrai que la presse égyptienne, officielle ou d’opposition, est relativement indépendante et constitue un espace de débat où les tendances sociopolitiques les plus saillantes sont représentées (l’image en moins), ces médias sont beaucoup moins captivants et moins distrayants. Surtout, ils ne sont pas accessibles à tous5.

7Vecteur de communication, ce terme est assurément inadapté car il sous-tend une interaction entre l’émetteur et le récepteur. Vecteur de diffusion correspond mieux. Le lien entre l’État-émetteur et le public est unilatéral puisque ce dernier ne participe aucunement à l’élaboration de la programmation, ses critiques ne se laissent pas entendre, ne se laissent pas voir. Elles s’expriment dans le champ journalistique, espace plus pluraliste sur le plan politique mais moins démocratique en termes d’accès. Le schéma est simple : émetteur (l’État) ► message ► récepteur (la société civile), sans qu’il y ait de feedback de ce dernier. On ne sait pas si les messages de la télévision lui conviennent, ce qu’il aurait préféré, s’il se sent représenté, ni même ce qu’il a regardé puisque les enquêtes sur l’audience sont rares et le plus souvent réalisées sous l’égide de l’URTE. Jusqu’aux années 1990, le public était passif dans le sens où il n’avait aucun pouvoir sur la politique audiovisuelle. La sélection qu’il pouvait faire d’une chaîne ou d’une autre ne modifiait en rien la position de l’État, unique émetteur de la totalité des canaux disponibles. Avant la banalisation des chaînes transfrontières, l’unique liberté du téléspectateur se limitait finalement à renoncer à regarder la télévision. Cela n’induit pas l’absence de jugement critique de sa part et de lectures plurielles qu’il peut faire d’un même énoncé, néanmoins sa satisfaction (ou son insatisfaction) n’a pas d’effet sur la qualité de la programmation.

  • 6 Entretien avec l’auteur le 1er juin 1997.

8Les multiples prérogatives de la télévision égyptienne et sa structure sont intimement liées à l’histoire politique du pays. « Elle change dans la continuité », diront les politologues. C’est un fait qu’elle garde les stigmates de la politique de développement social de Nasser (1954-1970) et que la politique d’ouverture économique (infitah) lancée par Sadate (1970-1981) n’a pas manqué d’y introduire une logique marchande avec son cortège de publicités et de productions importées d’outre-Atlantique. Le président Moubarak et la libéralisation économique, voire politique qu’il met en place n’ont pas fini d’y imprimer leur marque. Elle évolue, enrichit son dispositif technique, perfectionne ses techniques et son art mais demeure la chasse gardée de l’État, lequel comptera sur elle de façon chronique pour asseoir sa légitimité. Nabil Abdel Fattah, chercheur au Centre d’Études Stratégiques et Politiques d’Al-Ahram au Caire nous résumera naturellement les fonctions et les prérogatives de la télévision : « La télévision est traditionnellement un marché économique de l’État. C’est aussi un instrument de mobilisation par rapport à sa politique extérieure, à sa politique intérieure et à sa politique sociale. C’est pourquoi la prédominance de l’idéologie étatique est clairement traduite à la télévision »6. Reprenons ces points.

1. L’État-émetteur éducateur

  • 7 L’équivalent en France est le projet de la « culture pour tous » dont parlent très bien « les avent (...)

9Voyons les fonctions de l’État à la télévision. D’abord, il éduque le « peuple ». C’est ce que révèle la présence d’un certain nombre d’émissions dans la grille des programmes. Cet esprit paternaliste est souvent celui des télévisions dont la gestion est exclusivement assurée par l’État7. Dans un pays en développement, cette dimension est plus accentuée encore. Le public à qui ces émissions veulent s’adresser est hétérogène mais il est largement constitué par les personnes les moins aisées pour qui la télévision est le seul vecteur d’information. Ces programmes sont distribués autour de trois axes définis par l’URTE : le premier est relatif au développement social, le second à l’éducation et le dernier concerne les émissions ciblées par type de public. Nous avons respecté ce découpage même s’il est vrai que la dernière catégorie d’émissions est parfois difficilement dissociable de la première. Notons que l’État a pris garde de toucher le maximum de téléspectateurs. En effet, on peut remettre en question le pluralisme dans le champ télévisuel égyptien, on peut statuer sur le fait que l’URTE est une simple caisse de résonance du discours de l’État, mais il faudra bien admettre que celui-ci a bien pris garde de n’oublier personne. Les programmes sont ciblés par public mais aussi par région. Peut-être dans la perspective égalitariste de toucher de près tous les Égyptiens. Certainement aussi un souci aussi de toucher un maximum d’audience.

10L’architecture du réseau terrestre, elle, procède d’un découpage du pays en autant de régions plus ou moins uniformes correspondant aux zones de couverture des chaînes régionales. Six chaînes régionales ont en effet été aménagées en l’espace de dix ans – entre 1985 et 1995 – pour toucher toute la population égyptienne, ce qui représente un total de huit chaînes hertziennes si l’on ajoute les deux chaînes nationales accessibles sur tout le territoire. En définitive, cette nouvelle géographie de la diffusion mise en œuvre avant et pendant l’avènement du système télévisuel arabe a pour objectif de toucher de plus près les populations, ultime atout des chaînes locales au moment de la transnationalisation des flux télévisuels.

Les émissions ciblées (barnamaj tawâ-if)

  • 8 URTE, Kitab sanawî 1996-1997 (Rapport annuel 1996-1997). Les données chiffrées relatives aux progra (...)
  • 9 Voir F. Fahim, 1987, « Professional women in Egyptian Radio and TV », in Women and media decision-m (...)

11Quels sont les publics ciblés ? Les programmes s’adressent, selon la typologie de l’URTE8, aux femmes, aux jeunes, aux travailleurs, aux paysans, aux forces armées. Ainsi, chaque groupe socioculturel relève d’une politique de communication spécifique. Par exemple, les programmateurs visent à sensibiliser les jeunes sur les méfaits de la pollution de l’environnement, de la drogue et de l’extrémisme religieux. L’aménagement des horaires et la distribution des émissions dans les différentes chaînes ont pour objectif de toucher plus directement les publics concernés et par-là même de n’omettre aucun téléspectateur potentiel. Sur le réseau terrestre donc, les émissions en direction des jeunes mettent en scène « des esprits sains dans des corps sains » qui se présentent très fréquemment sous la forme d’interviews en studio ou qu’une animatrice ou un animateur va recueillir en extérieur, sur les campus universitaires, dans les clubs sportifs, etc. Des codes de conduite tacites font perdre aux échanges la spontanéité que l’on peut attendre de ce public. Les titres parlent d’eux-mêmes : « Le secret de la réussite » (sirr al-najâh), « Rencontre des générations » (liqa-i al-ajyâl), « Des vocations en marche » (mawâhib ‘ala al-tarîq), « Le monde des centres de jeunesse » (dunyâ marâkiz al-chabâb), « Demain et après » (bukra wa ba’dahu), « Fais le tour des facultés » (dourî al-jâmi’ât), etc. Les ouvriers ont également droit à des émissions spécifiques comme « L’univers de la production » (dunya al-intâj), « L’avenir » (al mustaqbal), « Ce sera mieux demain » (ghadan afdal). De même que les populations rurales et les agriculteurs : « Agriculture et développement » (zirâ’a wa tanmiya), « La science et l’agriculture » (al-’ilm wa al-zirâ’a), « Veillée dans un village » (sahra fi qariya), « Le verger du désert » (bustân al-sahrai), « Le tour des entraides » (dûr al-ta’âwun), « Un arbre égyptien » (chajara masriyya), etc. Quant aux émissions destinées à un public féminin, elles valorisent un certain schéma du statut social de la femme9. Elles sont en effet destinées aux femmes au foyer, et sont donc relatives à leur rôle dans la famille, à la cuisine, à la couture, à la décoration intérieure à travers des émissions comme « Le savoir-faire des dames » (chatârat al-sittât), « La femme et la société » (al-mar-a wa al-mujtama’), « Elle, dans leur yeux » (hiyya fi ‘uyûnahum), « L’art de tailler et de coudre » (fan al-tafsîl wa alkhiyâta), « La fille de mon pays » (bint baladî), « La bonne mère » (um al-khayr), « Le monde de la femme » (‘âlam al-mar-a) ou « À toi et à ta famille » (laki wa li-usratik). Une émission particulièrement populaire est « Des plats et des stars » (atbâq wa nujûm) dans laquelle une vedette du cinéma ou du petit écran présente sa spécialité culinaire. Il faudrait ajouter à cela les rediffusions des feuilletons le matin qui, sans doute, s’adressent à ce public.

  • 10 Cela ne veut pas dire que cette élite n’échappe pas à l’emprise de la télévision et à certaines de (...)

12Les émissions ciblées représentent, pour 1996-97, un total annuel de 3 418 heures, soit une moyenne quotidienne d’environ 9 heures, toutes chaînes confondues. Les chaînes nationales et la chaîne de la région d’Alexandrie ne diffusent ce genre de programmes que marginalement (respectivement 2,5 % et 3,3 % du volume global de ces chaînes). En revanche, ils sont plus présents sur les chaînes régionales, et particulièrement sur la 6e chaîne (près de 13 % du volume des programmes de la chaîne) qui couvre une zone essentiellement agricole, à savoir les cinq provinces du Delta. Ces émissions semblent vouloir sauvegarder, maintenir, une segmentation traditionnelle de la société : l’ouvrier, l’agriculteur, la femme, l’étudiant… Bien entendu, on peut les analyser comme composantes d’une politique de développement en direction de toutes les franges sociales, qui se veut la plus démocratique et la plus égalitaire possible, la plus égalitaire entre toutes les franges de la société. Étant donné la paupérisation consécutive au programme d’ajustement structurel amorcé en 1991, ce développement concerne le plus grand nombre. Remarquons au passage que l’élite économique et culturelle ne fait l’objet d’aucun ciblage formel par l’URTE10, dans la mesure où elle ne nécessite pas d’attention particulière : cette élite a accès aux médias qu’elle désire, et les programmes à caractère social et éducatif ne la concernent pas a priori.

Les émissions pour le développement social

13Depuis ses débuts, la télévision a mis en place des émissions de développement social. En 1960, elle supplée à la radio qui était déjà censée promouvoir le progrès social, la participation politique et sociale des classes populaires. On considérait que la condition fondamentale de la participation à la vie collective était l’éducation du peuple, notamment des ouvriers et des agriculteurs – c’était sous Nasser. Les foyers équipés de récepteurs de télévision étaient encore très rares, mais au fil des ans, l’appareil se démocratisa. Jusqu’à aujourd’hui, les émissions pour le développement font partie des priorités affichées de l’URTE. Pour 1996-97, elles représentent un total de 3 291 heures, soit un peu plus de 7 % de l’ensemble des programmes des huit chaînes hertziennes, distribuées, là aussi, de façon différenciée en fonction des chaînes, et donc sur la base de critères sociogéographiques.

14La croissance démographique est un des problèmes auxquels les autorités tentent de remédier en mettant en œuvre de multiples actions dont l’un des axes majeurs est la sensibilisation de l’opinion publique à travers une politique de communication télévisuelle soutenue par les associations pour le planning familial. Cette préoccupation est étroitement associée à celle de la santé et notamment à celle de l’enfant. Les émissions pédagogiques produites à cet effet sont souvent construites sur le mode de mini-séries dont l’action se situe en milieu rural et où un médiateur intervient auprès d’une famille ou d’une femme, l’informe et la rassure, par exemple, sur les modalités et les conséquences de la contraception orale. Ces émissions ont un intitulé simple et clair : « Le magazine de la démographie » (al-majalla al-sukkânya), « Maternité et enfance » (umûma wa tufûla), « Jusqu’à ce que vienne le docteur » (hatta ya-ti a-tabîb), « Toi [au féminin] et ton enfant » (anti wa tuflik), « Le développement et la population » (al-tanmya wa alsukkân), « La course démographique » (al musâbaqa al-sukkânya), etc.

15Des émissions de services – relatives aux domaines juridique, social et économique – informent les individus sur leurs droits et leurs devoirs, décryptent le langage des services sociaux et le jargon économique et juridique, généralement difficile à comprendre. Nous en avons relevé un certain nombre : « Mon droit et ton droit » (haqqî wa haqqaka), « Toi et la loi » (anta wa alqânûn), « Fenêtre sur le droit » (nâfidha ‘ala al-qânûn), « Le monde des assurances » (‘âlam alta-mînât), « Pages économiques » (safhât iqtisâdyya), « La langue de l’impossible » (loghat almustahîl), « Le contribuable et l’impôt » (al-mumawil wa al-darîba). Ces sujets sont traités par un expert ou sur le mode de simulations de situations, comme c’est le cas dans « Mon droit et ton droit » où deux personnes en conflit présentent leurs démêlés avant qu’un arbitre, juriste de l’émission, statue sur le cas.

L’école cathodique

  • 11 Comme le souligne Francis Balle, 1999, Médias et Sociétés, Paris, Montchrestien, pp. 647 et suivant (...)

16La télévision n’est pas considérée comme une concurrente de l’école comme cela est parfois le cas dans d’autres pays11. Les émissions éducatives, quand elles ne sont pas imposées dans les écoles, sont bien établies, au contraire, et elles ont encore de beaux jours devant elles. Le système éducatif égyptien est confronté à certaines difficultés. La multiplication des cours privés (telles de véritables écoles parallèles) inquiète les autorités qui réagissent en mettant en place des cours « cathodiques » toujours plus nombreux. Les disciplines enseignées sont variées – anglais, arabe, français, chimie, physique, mathématiques, etc. – et sont afférentes à tous les niveaux, de l’école élémentaire à l’université. Eu égard à leur spécificité, leur place est considérable dans la programmation : ils atteignent en 1996-97 un total de 1 622 heures, soit plus de 3,5 % de la diffusion annuelle totale. Contrairement aux autres programmes, ils sont répartis de façon homogène sur toutes les chaînes, avec peu de variabilité (de 2,5 % de la programmation pour la 1ère chaîne à 4,4 % pour la 7e chaîne). La planification de ces émissions tient compte de la disponibilité de l’audience intéressée et varie selon les horaires et vacances des écoliers ou étudiants. Par exemple, elle est particulièrement intensive pendant les périodes de révision du baccalauréat. Ces émissions sont attrayantes, quoiqu’un peu statiques, ce qui s’explique par les moyens rudimentaires dont elles disposent.

  • 12 D. Wolton, 1990, Éloge du grand public : une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion.

17Nous pourrions en conclure que la télévision fait honneur à sa vocation de service public, un service démocratique dans le sens où elle s’adresse à tous les citoyens, et surtout aux moins nantis. De ce point de vue, Dominique Wolton, défenseur de ce modèle, aurait pu en faire l’éloge12. Cependant, exception faite des émissions éducatives, force est de constater que l’espace d’antenne relatif de ces programmes n’est pas très important dans la grille des programmes. Il faut dire qu’ils sont mis en place avec un petit budget et ne génèrent pas de recettes dans la mesure où ils ne sont pas exportés. En outre, la population concernée n’attire pas tous les annonceurs. En somme, c’est une politique que seule une télévision publique peut assumer.

2. L’État-émetteur normatif : la promotion ou la (re)construction d’une identité nationale par le feuilleton

  • 13 La seule concurrence perceptible est le football très populaire et qui intéresse toute la famille e (...)

18Ce qui paraît être un simple divertissement, comme les feuilletons télévisés (musalsalat), se prolonge couramment sous la forme de débat dans l’espace public. Sans nul doute, ce genre de programmes est celui qui fédère le plus vaste public13. Un tel engouement trouve ses origines dans la structure même de la société, dans le sens où les musalsalat renvoient aux Égyptiens une image de leur société. Image perçue comme un reflet fidèle ou comme une caricature de la réalité, image perçue comme une reconstruction de la réalité ou vécue comme un exutoire. Leur portée idéologique en fait un projet politique. C’est qu’ils intéressent le public en général mais aussi les journalistes, des organes officiels ou d’opposition, qui en font leurs choux gras. Certains feuilletons égyptiens, certains épisodes précis parfois, font en effet l’objet de critiques de la part des journalistes les plus sérieux ; car, en Égypte, les feuilletons ne sont pas ipso facto relégués dans le domaine diffus de la culture de masse bien distincte d’une culture d’élite.

  • 14 Ibid., 192.

19Les multiples rôles attribués à la télévision, et aux acteurs de ce champ, sont considérables : éduquer, stimuler la participation politique et sociale des citoyens, favoriser la cohésion sociale ; en somme, façonner un citoyen moderne avec une conscience nationale. Ces vertus accordées aux médias ont conduit à la diffusion des émissions que nous avons vues précédemment, mais les feuilletons, s’ils « éclairent les gens », le font de façon moins manifeste. Leur puissance d’action tient de la fascination qu’ils entretiennent au fil des épisodes. Réalisateur de renom, Mohammed Fadil résume l’idée en ces termes : « Since drama was the most loved form, it had to be exploited to teach people without them sensing it »14.

  • 15 Une étude de contenu des feuilletons de la première chaîne en 1987 réalisée dans le cadre d’une thè (...)
  • 16 Un exemple emblématique est le feuilleton « Les jumelles » (al-taw-mân) diffusé pendant le Ramadan (...)
  • 17 Khouri N., 1996, « La politique antiterroriste de l’État égyptien à la télévision en 1994 », Revue (...)

20La plupart des auteurs de ces feuilletons veillent à ce qu’ils condamnent certains vices et fléaux, tels que la corruption, la drogue, l’extrémisme, la cupidité, la déloyauté vis-à-vis de la patrie ou de la famille, cellule de base d’une société unie. À l’inverse, ils défendent des valeurs morales et culturelles, celles-ci étant entendues comme les ferments de l’unité et de l’identité nationales. Si les feuilletons américains, ainsi que beaucoup l’affirment, diffusent le modèle de l’American way of life, les feuilletons égyptiens diffusent incontestablement celui d’un Egyptian way of life, posé comme un idéal par ses promoteurs. Un Idéal à appréhender à l’aune de la Morale15. Des personnages modèles font invariablement face à des « anti-modèles », antihéros caricaturaux dépeints comme des déviants16. La situation économique et politique du pays est bien souvent considérée comme un terreau favorable à cette corruption multiforme. L’infitah et la cohorte de « nouveaux riches » qui lui sont étroitement associés ont fait l’objet, notamment dans les années 1980, de plusieurs musalsalat satiriques – soulignons tout de même que les grands producteurs égyptiens sont souvent nasséristes soit de gauche. De même, les actes de violence perpétrés par des islamistes radicaux au début de la décennie 1990 – tour à tour appréhendés comme une conséquence ou comme une cause de malaise social – ont donné lieu à une véritable campagne médiatique dont les musalsalat ont constitué l’un des axes principaux17.

21Cette diffusion de valeurs normatives, à sens unique, rencontre l’intérêt du plus grand public ; ce qui ne présage en rien de la compréhension du message par le public, encore moins de son adhésion.

3. L’État-émetteur dirigeant politique

  • 18 Al-Azhar est la plus prestigieuse université du monde islamique et l’autorité suprême de l’Islam en (...)
  • 19 Katz E., 1979, « Cultural continuity and change », in Norenstreng, K. et Schiller, H. (eds.), Natio (...)

22La télévision fait bien la promotion d’une identité nationale. Ainsi, dans le domaine religieux, c’est Al-Azhar18qui représente l’Islam à la télévision. Cette identité culturelle construite ou reconstruite se base sur un passé collectif, sur une culture et un patrimoine qui font l’objet d’une lecture particulière19. La « Voix » de l’Égypte propose un style de vie à tous et l’érige en modèle. La télévision diffuse la langue, la culture, la religion ou encore l’idéologie du groupe dominant, tout en restreignant le droit à l’antenne aux minorités. C’est ainsi qu’elle entend créer un lien entre les dirigeants et la population et rallier l’opinion publique.

Instrument de légitimation du pouvoir

  • 20 Moubarak a été réélu au terme d’un référendum le 26 septembre 1999 à 93,79 % des suffrages.
  • 21 Cotteret J.M., 1991, Gouverner, c’est paraître, Paris, Presses Universitaires de France.
  • 22 Médiamétrie, Médiamat, 1998.

23Instrument de domination et de légitimation entre les mains du pouvoir, la télévision donne une interprétation de la vie politique et publicise les actions des dirigeants, au détriment souvent d’une véritable information. On pourrait s’étonner, par exemple que les accidents de la route les plus meurtriers soient ignorés au journal télévisé au bénéfice des poignées de mains protocolaires. Que la légitimité élective du Président soit sujette à caution20 explique peut-être qu’il recourt à une autre forme de légitimité, la légitimité cathodique ; car le « pouvoir appartient aux plus apparents » : « Gouverner, c’est paraître », explique Jean-Marie Cotteret, en 199121. Cette vérité est moins absolue dans les pays les plus démocratiques, dans la mesure où subsiste la médiation du journaliste. En Égypte, la relation cathodique entre l’État et le public est directe, car les communications télévisuelles sont orientées par l’exécutif. Le journaliste de télévision, en tant que tel, n’est souvent rien d’autre qu’un agent de l’URTE. Ainsi, les apparitions du Président, du ministre de l’Information et enfin des autres ministres sont très fréquentes à la télévision, de manière plus évidente dans le cadre des informations télévisées qui occupent un espace d’antenne particulièrement important. Au total, sur les chaînes hertziennes, 6 450 heures de programmes d’information ont été dispensées en 1996-97, soit plus de 15 % des programmes – à titre de comparaison, les principales chaînes françaises consacrent, en 1998, 5,7 % de leur temps d’antenne aux journaux télévisés22. 27 % des programmes de la 1ère chaîne sont des journaux télévisés ; ce taux tombe à 11 % et 19 % respectivement pour la 2e chaîne et la 6e chaîne. Les autres chaînes ont chacune plus de 6 % de leur temps d’antenne dévolu aux informations. Mais la quantité des informations à la télévision égyptienne n’est pas à la hauteur de ce que le public est en droit d’attendre sur le plan qualitatif. Et on ignore la portée et l’efficacité de ce qui prend parfois les allures d’un martelage médiatique.

  • 23 L’accès croissant des populations aux chaînes transfrontières et à une presse étrangère rend incomp (...)

24L’opinion publique a été sensible à un manquement impardonnable de la part de la télévision égyptienne : la chute de l’avion d’Egypt Air 990 au large des côtes américaines qui, en octobre 1999, a fait 217 victimes (et la une, dans toutes les grandes capitales du monde), a été à peine traité en Égypte23. La rétention de l’information a paradoxalement donné plus d’impact à cet accident, en même temps qu’elle discréditait à nouveau le journal télévisé local. Ainsi, il deviendra de plus en plus inconfortable pour les autorités officielles de mettre en scène l’actualité politique et d’hypothéquer l’opinion publique. L’audience est loin d’ignorer la prégnance de la censure.

La censure, clé de voûte du discours autorisé

  • 24 Khouri, N., op. cit., p. 265.
  • 25 Middle East Times, 16-22 mai 1994, p. 8.

25« Toute œuvre proposée à la télévision passe par la section de planification de la production qui juge de son acceptabilité dans son programme. Le secteur de la production donne ensuite son accord pour le tournage, après quoi le travail est visionné par la censure, laquelle émet un rapport. S’il comporte des réserves, l’œuvre est envoyée à la Haute Instance de Censure qui tranchera »24 … Telle est la procédure, véritable chemin de croix, à laquelle les producteurs sont soumis. L’exercice de la censure sur les productions télévisuelles est la pierre angulaire de la suprématie de l’État sur le média. L’observation de ce phénomène, de son évolution, de ses règles implicites ou manifestes est un des moyens les plus efficaces pour appréhender l’ascendance de l’État sur la télévision. Seulement, la censure est omniprésente et quelquefois larvée ; par ailleurs elle opère en amont sur le producteur désireux de diffuser son œuvre à la télévision (i.e. autocensure). Les justifications alléguées par les autorités sont bien connues, quel que soit le canal de diffusion : il en va du respect du public et de la stabilité nationale. Il est vrai que l’exercice de la censure par l’URTE a connu quelques changements. Son évolution générale va dans le sens d’un relatif allégement, doublé d’une modification informelle de ses critères, en fonction du contexte sociopolitique, et des sujets traités dans ce contexte. Un sujet frappé d’interdit, pendant une période donnée, peut être encouragé à un autre moment. Par exemple, entre 1971 et 1973, les films et les productions télévisuelles traitant de la défaite des Arabes lors de la guerre de 1967 étaient prohibés, comme ce fut le cas dans le domaine du cinéma pour une œuvre de Youssef Chahine en 1971 (al-’usfûr ou « Le Moineau »). En 1993, témoigne Okasha, les censeurs coupaient toutes les références que ce célèbre scénariste égyptien pouvait faire au terrorisme. Au contraire, un an plus tard, la vague de violence des extrémistes aidant, on l’encourage dans ce sens25. Quoi qu’il en soit, la censure est aujourd’hui beaucoup plus timorée, compte tenu de la réception possible des chaînes exogènes en Égypte.

  • 26 Stam, R., 1989, Subversive Pleasures. Bakhtin, Cultural Criticism and Film, Baltimore, p. 68.
  • 27 Popper, K. et Condry, J., 1995, La télévision en danger, Paris, Anatolia, p. 21. Par ailleurs Poppe (...)

26Les domaines sensibles sont invariants : la religion, le sexe et la politique, ce qui a été cristallisé par la loi égyptienne de 1976 sur la censure26. Dans la mesure où les directives de cette réglementation sont vagues et il faut dire plutôt consensuelles, elles ne sont pas perçues comme étant contraignantes, on ne les remet pas en cause. Les valeurs comme la famille, le mariage, les religions sont respectées par tous, de même que ce qui renvoie à la pudeur. On pourra d’ailleurs trouver des analogies entre ces directives et la politique télévisuelle française du temps de la RTF. Pour ce qui concerne les émissions produites par les fonctionnaires de l’URTE, comme le journal ou les émissions éducatives, on sait qu’elles respectent scrupuleusement et pour ainsi dire automatiquement ces instructions. En revanche, la loi pèse davantage sur les acteurs indépendants. Ces derniers sont, en effet, confrontés à la censure qui repose sur un texte de loi assez flou pour permettre plus de liberté au département de la censure. À cela s’ajoutent d’autres autorités de contrôle et d’autres répertoires auxquels ces derniers doivent encore se référer : d’un côté, l’instance religieuse officielle, Al-Azhar, qui peut intervenir si elle juge les émissions non conformes aux principes de l’Islam orthodoxe ; de l’autre, les prescriptions saoudiennes qui sont de rigueur dans le cas où les productions sont destinées à l’exportation. À ce propos, il est important de noter que le public ne subit pas toujours la censure. Il la préconise quelquefois. La violence, le sexe, le sensationnalisme sont condamnés par beaucoup, qu’ils manifestent un conformisme bien intériorisé ou qu’ils rejoignent la position rationalisée du philosophe Karl Popper qui plaide pour la censure car « le sensationnalisme est rarement bon »27.

4. L’État-émetteur entrepreneur

27La télévision égyptienne, avant même la dernière décennie, était sensible aux sirènes du marché de la communication. La logique sociale et développementaliste de la politique de communication que nous avons évoquée coexiste avec une logique, a priori antinomique de celle-ci, qui est une logique marchande. D’une part, elle produit des émissions pour l’exportation, d’autre part, elle diffuse un nombre croissant de publicités émanant d’annonceurs peu soucieux des questions sociales. Ainsi, d’un côté, on s’intéresse aux populations modestes et, de l’autre, on l’ignore en diffusant des programmes qui ne généreront chez elle que des frustrations, étant entendu qu’un certain nombre de « modèles de vie » et de produits de consommation ne sont pas à sa portée. Quelle que soit sa façon de déchiffrer les messages télévisés venus d’ailleurs.

  • 28 Voir par exemple Middle East Times, 13-19 septembre 1998.

28Depuis l’époque de Sadate, la publicité participe pour une bonne part au financement de la télévision. On sait, par ailleurs, que le marché de la consommation en Égypte tend à se développer ; et, avec la population la plus importante de la région arabe, l’Égypte est un marché potentiel prometteur. L’URTE profite de cette conjoncture pour offrir des espaces d’antenne croissants aux multiples agences de publicité, publiques ou privées. Selon les estimations de l’URTE, 57 % des publicités émanent des agences publiques (ce sont les trois majors Al-Ahram, Al-Akhbar et Al-Gumhûriyya) et 43 % des agences privées : en 1997, 90 % seraient nationales et 10 % seraient étrangères. Toutefois, les chiffres ne disent pas si les principaux annonceurs sont égyptiens ou non ; on sait seulement que les annonceurs étrangers se fient de plus en plus aux agences locales qui adaptent le spot à la « culture » locale. Depuis la fin des années 1980, on observe une professionnalisation des acteurs de la publicité qui va dans le sens d’une utilisation quasi systématique de jeunes modèles féminins et de jingles tapageurs qui ne sont pas du goût de tous28. Depuis ces années-là, la publicité avoisine 5 % du temps d’antenne global, toutefois son volume absolu n’a fait qu’augmenter depuis si l’on considère la formidable multiplication des chaînes disponibles.

  • 29 Middle East Times, 19-26 novembre 1999.

29Le public des émissions à caractère social, certes, n’est pas dans le dénuement le plus total. S’il ne tente pas certains annonceurs, il est au contraire très attractif pour d’autres, fournisseurs de produits de première nécessité comme l’alimentation, les détergents ou les produits pour le soin et l’hygiène. Néanmoins, beaucoup de spots vantent des produits réservés à une petite élite fortunée. Logiquement, cette clientèle n’est pas attirée par des émissions sociales, elle n’a cure a priori des conseils en agriculture ou des communications du planning familial. Les produits en direction de ce public et que les agences présentent via la télévision sont plus fréquemment des produits d’importation. Il est des publicités, frappantes, en totale rupture avec le statut de la grande majorité des Égyptiens. Et, si les publics n’ont pas toujours les moyens ni la mentalité qui les amèneraient à consommer les articles exhibés par la publicité, on les y prépare, on les conditionne. Les annonceurs ont parfois des vues à long terme : familiariser les populations avec de nouveaux produits peut prendre du temps, car certains articles révèlent des habitudes de consommation et, partant, des pratiques et des modèles sociaux. Prenons l’exemple de l’alimentation pour bébé pour éclairer notre propos. Ce marché n’est pas encore rentable en Égypte où les femmes ont l’habitude de préparer elles-mêmes la nourriture de leurs enfants avec des produits frais. La responsable locale de la marque Gerber ne se décourage pourtant pas : elle sait qu’il faut « éduquer les mères pour les convaincre de l’utilité du produit »29.

  • 30 Yousra est une actrice égyptienne très célèbre dans les pays arabes.

30On reconnaît plutôt facilement la clientèle visée au produit. Un indice : les produits qui répondent à des besoins réels sont vendus en quantité variable : il est possible d’acheter rasoir ou savon baladî (savon de Marseille) à l’unité, du shampooing par dose individuelle, de la lessive en quantités diverses et dont le kilogramme, lourd et cher, est loin d’être le format habituellement acheté. Ce qui surprend, ce ne sont pas tant ces publicités que le contraste entre les spots d’une même plage publicitaire. On peut passer d’une publicité où l’on voit une paysanne radieuse, lavant le linge familial à la main avec Ariel ou Tide sur fond d’une musique bien locale à une autre où Yousra30évoluera solennellement en robe de soirée dans un palace aux couleurs des céramiques Johara. De même, on peut passer d’un programme populaire à une publicité sur les portables Mobinil, dont la mélodie et les paroles seront celles de la chanson de Stevie Wonder « I just called to say I love you »…, traduites et chantées en arabe.

  • 31 D’ailleurs, le contraste entre les normes du « business » et des normes plus locales ne se laisse p (...)

31On aboutit à une espèce de schizophrénie de la télévision où business et développement se côtoient sans pudeur31. La télévision constitue d’ailleurs un miroir particulièrement utile et précieux des dynamiques qui traversent la société, de son évolution face à la libéralisation économique, de son ouverture en tant que « marché » et de la fracture sociale qui en résulte.

32L’État continue pourtant d’attribuer à la télévision une mission culturelle et pédagogique, en même temps qu’il se soucie des recettes que peut rapporter un bon office de la télévision. La mission première qu’il s’assigne s’en trouve ainsi dénaturée. La mission d’intégration de tous les citoyens égyptiens est antinomique avec la logique qui vise un marché restreint de consommateurs potentiels. La question que l’on peut se poser est de savoir quelle est la logique qui prime. Les très nombreuses publicités, dont le nombre atteint des sommets pendant la période du Ramadan, les rapprochent des télévisions privées, tel qu’il peut y en avoir en Europe ou ailleurs. Beaucoup pensent que cette politique commerciale est liée à la volonté d’amortir les investissements occasionnés par les méga-projets mis en chantier dans le secteur audiovisuel. L’État mène en effet une politique audiovisuelle au-dessus de ses moyens et doit, de ce fait, combler un lourd déficit – 750 millions de dollars US en 1999.

  • 32 Mostefaoui, B., 1995, La télévision française au Maghreb. Structures, stratégies et enjeux, Paris, (...)

33Cependant, la télévision ne se définit pas uniquement par ce qu’elle dit. Ce n’est pas seulement un canal de diffusion, c’est aussi une entreprise qui ne dépendra plus des seuls deniers publics. La « dé-monopolisation » annoncée du champ télévisuel égyptien, pour reprendre l’heureuse expression de Belkacem Mostefaoui32, et donc sa privatisation ne signifient pas forcément sa démocratisation. Une autre représentation existe qui est celle des acteurs économiques mus par des intérêts plus prosaïques. Finalement, la constitution de la télévision de demain dépendra fortement des alliances et des rapports de force entre trois pôles : l’État, les acteurs politiques (hors de la sphère du pouvoir politique), et les acteurs économiques, entrepreneurs des télécommunications et de l’audiovisuel. D’emblée, le concept d’État-émetteur est frappé d’obsolescence, puisqu’un découplage consacre la séparation des deux termes qui le constituent, et la nature des émetteurs dépendra justement du jeu entre les acteurs en présence dans le champ de la communication, tous attirés par une audience perçue tour à tour comme des citoyens plus ou moins avertis et un marché de consommateurs.

  • 33 À cela s’ajoutent, pour ceux qui peuvent payer le prix prohibitif des abonnements, les chaînes cryp (...)

34Il est un fait que les téléspectateurs ne sont plus passifs : de plus en plus nombreux, ils ont à leur disposition une multitude de chaînes satellitaires non cryptées, arabes et étrangères33, autant dire qu’ils vivent une véritable révolution, même si cette révolution n’est pas vécue par tous, une classe aisée ayant depuis longtemps eu accès à des médias étrangers (presse et radio).

Deuxième phase : « la télévision n’est pas à vendre » : stratégies offensives et stratégies défensives de l’émetteur État

  • 34 Voir par exemple Al-Ahram Hebdo, 19-25 mars 1997.

35L’État, lui aussi, est loin d’être passif : il résiste aux multiples pressions qui s’exercent à l’encontre de son hégémonie dans le champ télévisuel. Qu’il perde son exclusivité sur le territoire national de réception semble évident. Qu’il perde le contrôle total de cet espace l’est beaucoup moins. Toute la question est bien de savoir quelle sera sa place future dans le champ télévisuel. « Les médias audiovisuels ne sont ni à vendre ni à privatiser », tels sont les propos de Safwat Al-Sharif, ministre de l’Information, à une époque pas si lointaine (mars 1997)34. Ils témoignent de l’intransigeance et de l’assurance tranquille de l’État, maître à bord sur son navire. Il répondra par la négative à toutes les prétentions à un canal, formulées ou non, par des acteurs concurrents. Cependant, la mondialisation des industries de communication, comme la présence de chaînes panarabes concurrentes placent l’opérateur traditionnel dans une configuration où son emprise paraît moins opportune et moins effective. Le nouvel ordre régional est déterminé par des opérateurs transnationaux dont les modes d’action traduisent l’adhésion aux principes du marché mondial de la communication. La prévalence récente de ces principes dans le système télévisuel arabe tend à rendre presque incongrue la gestion étatique des entreprises audiovisuelles. Mais l’État égyptien, comme d’autres États dans la région, refuse d’être considéré comme un agent incongru dans ce secteur, et encore plus fortement de se résigner.

  • 35 Guaaybess T., 1999, « La libéralisation du champ télévisuel en Égypte : résistances et enjeux », L’ (...)

36Pour le moment, il pilote la transition et négocie progressivement ses modalités pour éviter aux contrevenants de prendre inopinément les rênes de l’institution télévisuelle, sans qu’il ait eu son mot à dire. L’établissement récent de télévisions privées égyptiennes, imminent aujourd’hui, participe paradoxalement de cette volonté. Schématiquement, l’État adopte des stratégies que nous avons qualifiées d’« offensives » et des stratégies « défensives »35. Les premières sont relatives à l’intégration des productions télévisuelles égyptiennes au système télévisuel arabe et international et au redéploiement d’une politique industrielle audacieuse, les secondes s’appliquent aux actions en direction du public national dont fait partie une nouvelle politique des programmes. En effet, les répercussions de la donne globale sur le local poussent l’État égyptien à mettre en œuvre, à travers l’URTE, des actions qui auront toutes pour vocation de séduire le public égyptien afin que la transnationalisation des chaînes de télévision ne malmène pas trop sa souveraineté sur son territoire.

1. Indices d’une nouvelle politique de communication ? Les programmes politiques

  • 36 Entretien avec l’auteur le 16 avril 1997.
  • 37 Émission hebdomadaire diffusée sur la première chaîne d’une durée de 30 minutes environ. Elle est a (...)

37Si les réaménagements de la programmation de l’organisme de télévision paraissent timides aux yeux du plus grand nombre, ils n’en sont pas moins significatifs si l’on considère leur nouveauté, eu égard à la longue histoire de l’URTE et à la léthargie propre aux organisations bureaucratiques. En avril 1997, « Table ronde » (dâ-irat al-hiwâr), une émission d’un type sans précédent, fut diffusée à la télévision égyptienne. Il s’agissait d’un débat politique ouvert où même les représentants des partis d’opposition étaient invités à réfléchir sur des sujets d’actualité. Il semblait que la télévision égyptienne se mettait à l’heure du libéralisme, et qu’elle admettait enfin qu’il était temps de renoncer à un discours monolithique pour donner à toutes les tendances constitutives de la société le droit à un espace d’expression en son sein. Cette émission bimensuelle, d’une durée de deux heures trente, est animée par deux intellectuels, chercheurs au Centre d’Études Politiques et Stratégiques d’Al-Ahram, Taha ‘Abd Al-‘Alim Taha, vice-président du centre et Mohammed Fahiz. Les débats y sont thématiques et les sujets relatifs à l’actualité. Pourquoi démarre-t-elle en 1997 et non avant ? Taha ‘Abd Al-‘Alim a donné la réponse : « Cela fait plusieurs années que j’essaie de monter une telle émission, mais ce n’était pas évident, car le public intéressé n’était pas encore prêt et était beaucoup trop restreint. Aujourd’hui, la communauté intellectuelle est plus large »36. Une autre émission répondant à une volonté d’afficher un certain libéralisme est « Face-à-Face » (wajh li wajh). Plus intime que la précédente, elle oppose deux personnalités sur une question d’actualité précise. Sur la première chaîne encore, on pourra chaque semaine voir l’éminent journaliste Hamdy Kandil animer l’émission politique « Le rédacteur en chef » (ra-îs al-tahrîr). Le franc-parler du journaliste et les discussions qu’il engage avec ses invités (appartenant parfois à l’opposition), assure le succès de ce programme inauguré en mars 1999. Ces émissions politiques viennent s’ajouter à d’autres, plus conformistes, à l’image de « Paroles politiques » (kalâm fi siyâsa) auxquelles le public est habitué37.

  • 38 Bourdieu P., 1996, Sur la télévision, Paris, Liber Éditions, pp. 32 et suivantes.
  • 39 Entretien avec l’auteur le 19 juin 1997.

38Si l’on en croit les assertions de certaines personnes qui ont été invitées à débattre et que nous avons interrogées, ces émissions sont davantage des débats démocratiques « faussement vrais », selon l’expression de Pierre Bourdieu38que des tribunes ouvertes sans faux-semblants. Il est un fait que la libre expression à la télévision a des limites qu’on ne saurait franchir. On ne peut pas « tout dire à tout le monde », plus encore dans une période dite de transition vers la démocratie. L’existence de cette frontière invisible ne signifie pas pour autant que la télévision n’est pas libérale : la question est de savoir quelles sont ses limites ? Les observations prudentes du politologue Moustafa Kamal Al-Sayyid résument bien le libéralisme mesuré des programmateurs : « Les nouvelles émissions qu’on a vu apparaître comme, par exemple, « Table Ronde », ou « Open to question », animée par un ancien speaker de la BBC, démontrent une nette évolution. Il est vrai qu’il y a toujours des sujets tabous. En tout cas, les programmes ont tendance à être plus attrayants, le volume des émissions étrangères augmente, ainsi que les films de cinéma récents. « Nous verrons jusqu’où iront ces changements »39. Néanmoins, l’évolution des émissions est un peu plus qu’une parade des programmateurs : les téléspectateurs, il faudra l’admettre, sont de moins en moins infantilisés. Des sujets autrefois tabous, comme le divorce ou le sida font leur apparition sur le petit écran, la censure se fait plus clémente. Même s’il reste vrai que les programmes politiques en arabe de la teneur de « Table Ronde » et de « Face-à-Face », certes encore marginaux, sont les signes avant-coureurs de changements plus profonds, force est de constater que l’émancipation des programmes touche moins les émissions en arabe, lesquelles sont susceptibles de toucher tous les citoyens, que celles en anglais. En effet, les talk-shows — traitant sans détour et avec plus de spontanéité de politique ou de sujets de société — existent bien, mais, pour le moment, ils sont le plus souvent en anglais et sont donc diffusés sur Nile TV, chaîne satellitaire (francophone et surtout anglophone) accessible également sur le réseau hertzien. Là, les récepteurs intéressés sont anglophones, ceux-là même qui avaient déjà accès aux médias étrangers. Triste récurrence.

  • 40 Le 21 novembre 1998 à 21 heures.
  • 41 Voir à ce propos l’article de Teel R.L, et Riedlander S., 1999, « Debating Qadafi : satellite TV ch (...)

39Pêle-mêle, voici quelques émissions, toutes sur Nile TV : « Live » est un magazine thématique animé par une jeune animatrice avec un invité expert qui répond aux appels, en direct, du monde entier. Une autre émission a retenu notre attention : il s’agit de « Buzz TV », un programme musical quotidien pour les jeunes, présenté par un animateur dynamique, issu de l’Université américaine du Caire. Rien ne permettait de penser qu’il s’agissait d’une émission égyptienne, si ce n’est les prénoms arabes des auditeurs qui appelaient pour faire passer leurs dédicaces… en anglais. Les talk-shows politiques également ont droit de cité. Un soir40, « Cairo watch » portait sur la situation de l’Irak, les deux invités étaient le politologue Moustafa Kamal Al-Sayyid et le directeur du Centre d’Études Politiques et Stratégiques d’Al-Ahram. L’émission « To the point » se déroule aussi sur un plateau de style moderne : un animateur, entouré de deux spécialistes, aborde la question du jour, en présence d’un public qui intervient à l’issue du débat. Le sujet du 25 novembre 1998 était la libéralisation économique et le partenariat euro-méditerranéen. Les invités étaient un économiste allemand, représentant de l’Union européenne et ‘Adel Al-Labban, alors directeur de la plus importante banque privée égyptienne, la Commercial International Bank. Les questions du public portaient sur l’incidence de la corruption sur les réformes économiques, la viabilité des situations de monopole... Un peu plus tard, une émission politique phare de Nile TV : « Open to question ». Le jeune animateur Sami Zeidan surprit son public en septembre 1997 en lançant les appels en direct des téléspectateurs, alors qu’il recevait le ministre égyptien des Affaires étrangères41. Du point de vue de la forme, les journaux télévisés en anglais, « Nile news », s’apparentent en tout point à ceux des chaînes américaines ou ceux de la BBC.

40Les émissions de nouvelles chaînes thématiques, lancées en 1998 sur le satellite égyptien, répondent aussi bien à certains standards, à « un modèle global » (selon l’expression consacrée) comme pour conjurer un rapport de domination. Mais à la différence de Nile TV, elles s’adressent à un public d’arabophones. Il apparaît nettement à travers le contenu des programmes que la création de ces chaînes répond à une volonté de faire face à la concurrence des chaînes arabes transfrontières les plus prisées telles que ART ou LBC ou Al-Jazeera.

41Remarquons que toutes ces émissions engendrent une nouvelle forme de pouvoir dans le paysage médiatique. Des acteurs politiques et des experts aux multiples compétences et aux fonctions variables sont sollicités. Ce sont les nouveaux « médiateurs » à la télévision : professeurs d’université, chercheurs, responsables d’associations ou d’autres groupes d’intérêts, journalistes, militants des droits de l’Homme, etc. Ces personnalités ont incontestablement acquis, durant la décennie 1990, une autorité grandissante sur la scène médiatique. Un autre élément important à signaler ici est la généralisation du direct.

2. Aux nouvelles idéologies : libéralisme et rajeunissement

  • 42 Al-Ahram Weekly, 11-17 novembre 1999.

42En définitive, les modifications que l’on peut observer dans la programmation suivent deux processus fondamentaux : le rajeunissement et le libéralisme, ce dernier pouvant être défini par une représentativité accrue de la société civile. Aussi bien à travers les sujets abordés que les animateurs qui les présentent, on tend vers un intérêt pour tout ce qui est jeune. Selon toute vraisemblance, on vise la nouvelle génération, un public massif de jeunes adultes, cette audience avertie et réceptive aux valeurs du temps-monde. Même si elle est encore très marginale, cette audience préfigure aussi la génération Internet amenée à croître dans les années à venir. L’URTE veut donner d’elle l’image d’une institution moderne et « faire jeune ». Rajeunissement de son personnel puisque des chaînes parmi les plus importantes en terme d’audience, à savoir la 1ère chaîne, la 3e chaîne et Nile TV renouvellent leurs effectifs à commencer par les cadres : elles ont tout simplement vu leur direction changer en 199942. Les animateurs des émissions phares sont peu à peu remerciés : ce fut le cas, en 1999, du couple qui animait l’émission familiale « Bonjour l’Égypte » (Sabâh al-khayr yâ misr) sur la 1ère chaîne, au profit d’un doublet plus jeune.

  • 43 Ibid.

43La deuxième tendance est la volonté d’afficher que la télévision est un service public ; qu’à ce titre, elle appartient à tous sans restriction, et non pas, « comme certains le laissent entendre », au parti au pouvoir. Une décision des plus inattendues révèle ce libéralisme soudain à savoir la diffusion en direct des débats de l’Assemblée du Peuple !43.

44Les discours officiels ne trompent personne mais si l’ouverture de la télévision au pluralisme est lente à se mettre en place, force est de constater qu’on accueille, de plus en plus à la télévision, des acteurs qu’on évitait jusqu’à une période récente, comme les forces de l’opposition. Le créneau porteur est bien celui de la démocratie, elle fait beaucoup d’audience et encore une fois rejaillit sur l’image de marque de l’URTE. Mais c’est probablement ce volet qui pose le plus de problèmes aux autorités : la libéralisation des contenus et l’accès à la télévision pour des personnes qui n’appartiennent pas à sa clientèle habituelle peuvent avoir le lourd inconvénient de porter atteinte à la légitimité du pouvoir. Il faudra bien qu’on s’y résigne malgré tout et que l’on donne le sentiment que c’est le pouvoir qui en prend l’initiative. Les leaders d’opinion égyptiens ont en effet l’opportunité d’apparaître dans d’autres espaces d’expression que les médias de l’État et par conséquent à son encontre. En effet, on peut penser que ces forces auront accès d’une façon ou d’une autre à des chaînes de télévision accessibles en Égypte, qu’elles relèvent de l’URTE ou non.

Conclusion. Quand l’épidémie libérale gagne l’Égypte ?

  • 44 La location annuelle d’un canal de NILESAT coûte 550 000 dollars US, celui d’un répéteur 3 millions (...)

45Contraint par les acteurs désireux de se faire entendre et forcé par la régionalisation de l’espace télévisuel dans lequel il entend bien jouer un rôle de premier plan, l’État doit justifier sa présence, assouplir sa position, la négocier. Les leaders d’opinion devant qui il doit se livrer à cet exercice sont les partis politiques de l’opposition, officiels ou non mais aussi la société civile dans son ensemble. Il incombera finalement aux téléspectateurs de décider qui est légitime et qui l’est moins. Avec l’aménagement par le gouvernement d’une zone médiatique franche en 2000, les chaînes publiques cohabiteront non seulement avec des chaînes étrangères mais aussi avec des télévisions égyptiennes privées. Certes, les chaînes de télévision égyptiennes privées à venir ne seront pas détenues par les contradicteurs de l’ordre établi : les autorisations seront délivrées par le ministère de l’Information. L’État ne compte faire aucune concession sur le réseau hertzien. Les opérateurs égyptiens sont invités à louer un canal sur NILESAT dont le tarif est discriminatoire44, s’ils désirent créer une chaîne privée. Il n’en demeure pas moins vrai que l’État a assoupli sa position.

Notes

1 Guaaybess, T., 2000, « Cartographie des télévisions transfrontières arabes », Positions sur la société de communication, n° 9, mars, pp. 71-81.

2 Lapierre, J.W.in Sfez, L. (ed.), 1993, Dictionnaire critique de la communication, t. 1, Paris, PUF, 215.

3 En Iran, le mouvement révolutionnaire a été renforcé par la « ouestoxification » ou la diffusion massive de productions américaines qui donna lieu à un rejet (escompté par les diffuseurs étatiques) de la culture occidentale. Cf. H Mowlana.,1979, « Technology versus tradition : communication in the Iranian revolution », Journal of Communication, vol. 29, n° 3, juin-sept. pp 107-112. À l’Est du rideau de fer, les régimes totalitaires craignaient une contamination idéologique de la société civile par « l’american way of life » exhibé par les productions américaines. Voir T. Mattelart, 1995, Le cheval de Troie audiovisuel. Le rideau de fer à l’épreuve des radios et télévisions transfrontières, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble. À propos précisément de l’effet des chaînes satellitaires sur les bouleversements politiques en Europe de l’Est, voir aussi le texte de R. Brugiere dans un numéro des Dossiers de l’audiovisuel qu’il dirige, Satellites numériques, bouquet et paraboles, n° 52, nov-déc. 1993, pp. 52 et suivantes.

4 Chakroun A., 1988, « Les échanges de télévision par Arabsat, 1985-1986 », in F. Chevaldonne (ed.), Lunes industrielles, les médias dans le monde arabe, Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, n° 47, 1er trimestre, pp. 73-79. Dans le même numéro : Chevaldonne F. et Maaouia W., 1988, « La programmation sur Arabsat, faits et débats », pp. 83-95.

5 Les dernières estimations de l’Unesco font état d’un taux d’analphabétisme de 47 % en 1997 pour la population âgée de plus de 15 ans, cf. UNESCO, 2000, Rapport mondial sur l’éducation, Paris.

6 Entretien avec l’auteur le 1er juin 1997.

7 L’équivalent en France est le projet de la « culture pour tous » dont parlent très bien « les aventuriers de la télévision française » que sont J. Mousseau et Ch. Brochand. Cf. J. Mousseau, Ch. Brochand, 1987, L’aventure de la télévision française : 1936-1986, Paris, Nathan.

8 URTE, Kitab sanawî 1996-1997 (Rapport annuel 1996-1997). Les données chiffrées relatives aux programmes qui apparaîtront dans cet article sont puisées dans ce rapport.

9 Voir F. Fahim, 1987, « Professional women in Egyptian Radio and TV », in Women and media decision-making, Paris, Unesco, pp. 81-91 et ABDEL KADER S., 1987, « L’image des femmes à la télévision égyptienne : imaginaire contre réalité », Bulletin du CEDEJ, n° 21, 1er semestre, 75-95.

10 Cela ne veut pas dire que cette élite n’échappe pas à l’emprise de la télévision et à certaines de ces émissions mais elle a aussi accès à d’autres sources d’information et de distraction. Par ailleurs, dire qu’elle n’est pas formellement ciblée n’implique pas qu’elle n’intéresse pas les décideurs, sa solvabilité en fait une cible de choix.

11 Comme le souligne Francis Balle, 1999, Médias et Sociétés, Paris, Montchrestien, pp. 647 et suivantes.

12 D. Wolton, 1990, Éloge du grand public : une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion.

13 La seule concurrence perceptible est le football très populaire et qui intéresse toute la famille en Égypte ; notamment quand les deux équipes cairotes, celle de Ahli et celle de Zamalek, s’affrontent.

14 Ibid., 192.

15 Une étude de contenu des feuilletons de la première chaîne en 1987 réalisée dans le cadre d’une thèse de masters établit que les valeurs prônées par ces programmes sont : la loyauté, la patience, le courage, le travail, le respect, la liberté, la sincérité et la charité envers les pauvres. Cf. S. Seliman, 1987, Valeurs islamiques dans les feuilletons télévisuels arabes : une analyse de contenu de la première chaîne, Le Caire, Université du Caire.

16 Un exemple emblématique est le feuilleton « Les jumelles » (al-taw-mân) diffusé pendant le Ramadan 1998 où deux jumelles, incarnées par la même actrice, s’opposaient en tout point ; l’une représentant le bien et la seconde le mal.

17 Khouri N., 1996, « La politique antiterroriste de l’État égyptien à la télévision en 1994 », Revue Tiers-Monde, t. XXXVII, n° 146, avril-juin, pp. 263-283.

18 Al-Azhar est la plus prestigieuse université du monde islamique et l’autorité suprême de l’Islam en Égypte. Cette instance, fondée en 969 par la dynastie des Fatimides, accueille chaque année des milliers d’étudiants venus du monde entier.

19 Katz E., 1979, « Cultural continuity and change », in Norenstreng, K. et Schiller, H. (eds.), National sovereignty and international communications, Norwood, Ablex publishing.

20 Moubarak a été réélu au terme d’un référendum le 26 septembre 1999 à 93,79 % des suffrages.

21 Cotteret J.M., 1991, Gouverner, c’est paraître, Paris, Presses Universitaires de France.

22 Médiamétrie, Médiamat, 1998.

23 L’accès croissant des populations aux chaînes transfrontières et à une presse étrangère rend incompréhensible le silence des autorités.

24 Khouri, N., op. cit., p. 265.

25 Middle East Times, 16-22 mai 1994, p. 8.

26 Stam, R., 1989, Subversive Pleasures. Bakhtin, Cultural Criticism and Film, Baltimore, p. 68.

27 Popper, K. et Condry, J., 1995, La télévision en danger, Paris, Anatolia, p. 21. Par ailleurs Popper fait l’apologie de la censure, pour certaines émissions, dans La leçon de ce siècle, Paris, Anatolia, 1992.

28 Voir par exemple Middle East Times, 13-19 septembre 1998.

29 Middle East Times, 19-26 novembre 1999.

30 Yousra est une actrice égyptienne très célèbre dans les pays arabes.

31 D’ailleurs, le contraste entre les normes du « business » et des normes plus locales ne se laisse pas seulement voir à la télévision. Depuis 1997, on voit les felouques, moyen de transport séculaire et traditionnel, arborer les couleurs de Coca-Cola et Perrier. Moyennant une voile neuve à l’effigie de la marque et 350 dollars US par an, les annonceurs se sont saisis de ce moyen inédit de faire de la publicité au cœur du Caire, d’autant plus facilement qu’il n’y a encore aucune législation en la matière.

32 Mostefaoui, B., 1995, La télévision française au Maghreb. Structures, stratégies et enjeux, Paris, L’Harmattan.

33 À cela s’ajoutent, pour ceux qui peuvent payer le prix prohibitif des abonnements, les chaînes cryptées.

34 Voir par exemple Al-Ahram Hebdo, 19-25 mars 1997.

35 Guaaybess T., 1999, « La libéralisation du champ télévisuel en Égypte : résistances et enjeux », L’Audiovisuel, n° 5, mars, pp. 47-53.

36 Entretien avec l’auteur le 16 avril 1997.

37 Émission hebdomadaire diffusée sur la première chaîne d’une durée de 30 minutes environ. Elle est animée par l’éminent ‘Ali Eddine Hillal Dessouki, doyen de la faculté de science politique à l’Université du Caire.

38 Bourdieu P., 1996, Sur la télévision, Paris, Liber Éditions, pp. 32 et suivantes.

39 Entretien avec l’auteur le 19 juin 1997.

40 Le 21 novembre 1998 à 21 heures.

41 Voir à ce propos l’article de Teel R.L, et Riedlander S., 1999, « Debating Qadafi : satellite TV challenges convention » Middle East Insight, mars-avril, pp. 39-73.

42 Al-Ahram Weekly, 11-17 novembre 1999.

43 Ibid.

44 La location annuelle d’un canal de NILESAT coûte 550 000 dollars US, celui d’un répéteur 3 millions de dollars US.

Auteur

Institut Universitaire Européen, Florence

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter