Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée

 | 
Jean-Philippe Bras
, 
Larbi Chouikha

I. Les nouveaux modes de gestion étatique de l’espace public médiatique

Du rôle de l’État dans le champ télévisuel en Tunisie

Les paradoxes de l’internationalisation

Riadh Ferjani

Texte intégral

1Il nous semble que plus on parle de la « mondialisation de la communication » moins on y voit clair ; car, dans ce qui ressemble désormais à une cacophonie, s’enchevêtrent des discours d’accompagnement des stratégies internationales de domination, des plaidoyers pour le repli identitaire et des justifications des politiques étatiques restrictives, voire coercitives. Dans cette contribution, notre objectif consiste à se démarquer de ces différentes postures en considérant le champ télévisuel tunisien comme point d’ancrage de notre analyse, sans pour autant faire l’impasse sur les stratégies hégémoniques des opérateurs internationaux. Armand Mattelart qui observe, depuis la fin des années 1960, les mutations des idées et de la réalité de la communication internationale, estime qu’il existe un danger à s’enfermer dans l’enclos international, à quoi correspond le risque de s’emmurer dans le ghetto local. « Or, toutes ces échelles de la réalité, l’international, le local, le régional et le national, n’ont de sens que si on les articule entre elles, que si l’on met en relief les interactions […], les médiations et les négociations qui s’opèrent entre les diverses dimensions, sans négliger pour autant l’existence bien réelle des rapports de force entre elles » (1992 : 298).

2La démarche que nous comptons développer tend à ne pas considérer l’État comme un « monstre froid » qui surclasse les différents acteurs sociaux et annihile leurs actions, mais plutôt comme un acteur central d’un champ traversé par des enjeux multiples et des logiques souvent contradictoires. Telle qu’elle apparaît depuis le début des années 1990, la configuration de l’espace télévisuel tunisien relève d’un paradoxe. Entre la structure de l’État et le mode d’internationalisation de la télévision, il existe un décalage porteur de tensions mais aussi d’une redéfinition des rôles de chacun des acteurs dans ce processus. Il s’agit donc de se demander dans quelle mesure l’État tunisien peut continuer à assurer un contrôle exclusif d’un champ où la coïncidence entre télévision, territoire et souveraineté nationale tend à s’estomper. La réponse à cette question ne peut faire l’économie d’une réflexion sur l’articulation entre le national et l’international dans un champ où se rencontrent et s’imbriquent des logiques institutionnelles liées au contrôle de la télévision, des enjeux économiques relatifs à sa production et des différentes modalités de sa réception. Pour envisager ces différents paliers, nous tenterons d’abord de revenir sur le contexte particulier de l’internationalisation de la télévision en Tunisie, avant d’identifier les formes que confère l’État à ce processus dans sa tentative de codifier les actions de l’ensemble des acteurs du champ télévisuel.

1. Remise en cause, détournement et réappropriation

  • 1 Selon Bourdieu (1984 : 136), « un champ devient un appareil lorsque tous les mouvements vont du hau (...)

3La symbiose entre l’État, organisateur des différents aspects de la vie sociale, et la télévision, relais et symbole du pouvoir d’État, a étouffé pendant longtemps toute velléité de remise en cause du modèle d’organisation et de gestion de la télévision, et toute contestation de la représentation qu’elle donnait de la société tunisienne. Si le monopole sur l’audiovisuel a été battu en brèche dès 1960, avec l’autorisation de diffusion accordée à RAI Uno, la télévision tunisienne a bien été utilisée par le pouvoir comme un appareil, au sens qu’a donné Pierre Bourdieu à ce terme1, pour asseoir l’hégémonie de l’élite dirigeante sur l’ensemble de la société.

4Ce modèle unanimiste devait présenter ses premiers signes d’essoufflement lorsqu’une dynamique propre à la société tunisienne se conjugua aux effets de la déréglementation de l’audiovisuel à l’échelle internationale. Les manifestations de la dynamique endogène peuvent être repérées dans l’explosion urbaine, l’extension et la métamorphose de la structure des couches sociales médianes – porteuses de nouveaux usages et de nouvelles aspirations en matière de loisir – sans oublier l’émergence d’une société civile dont les symboles les plus marquants furent la création de la Ligue des droits de l’homme et les luttes syndicales pour s’affranchir de la tutelle du parti au pouvoir, à la fin des années 1970. Les facteurs exogènes, quant à eux, sont liés aux mutations technologiques, juridiques et économiques de l’audiovisuel à l’échelle internationale et plus particulièrement à la mise en concurrence de la télévision, en Italie d’abord et en France quelques années après. La rencontre de ces deux types de mutation peut être identifiée dans les usages des technologies de la communication, pendant les années 1980, et dans l’apparition de RAI Uno comme enjeu social et politique, durant la même période.

5Dès la fin des années 1970, les habitants du littoral ont commencé à s’équiper d’antennes UHF, amplifiées et dirigeables, orientées vers l’Italie pour la réception des chaînes privées, souvent pirates, émettant de la Sicile. Ce phénomène devait constituer un prélude à l’équipement des foyers en antennes paraboliques. Au même moment, le marché des programmes et du matériel vidéo s’est développé en marge de toute législation sur les programmes et en l’absence de toute filière d’importation légale du matériel.

6L’émergence et le développement des marchés des programmes et des supports techniques qui leur sont liés présentent des caractéristiques communes non seulement en Tunisie mais aussi dans plusieurs pays arabes. Par rapport aux vidéogrammes, les copies pirates, les réseaux interpersonnels d’échange de cassettes et le contrôle aléatoire des clubs vidéo prennent des proportions tellement importantes que l’informel tend à devenir un modèle dominant. Concernant les supports, la multiplication de leurs filières de commercialisation – dont une grande partie échappe au marché officiel, quand il existe – ainsi que les détournements de ces objets par les usagers pour recevoir mieux et plus de chaînes sont autant de manières de se positionner par rapport à la télévision étatique. Certes, on ne peut pas récuser l’importance des technologies de la communication dans le développement des réseaux de communication parallèle. Encore faut-il s’interroger sur les déterminants sociaux de ce développement. Les changements sociaux de la fin des années 1970 n’ont trouvé qu’une traduction partielle dans la sphère médiatique. Si le pouvoir avait consenti à une libéralisation, timide mais réelle, de la presse écrite, la télévision est restée à la marge, hermétiquement fermée à ces transformations. C’est en ce sens que les nouvelles pratiques de communication, créées autour des TIC, se sont construites (et se construisent toujours) en fonction du rapport que les usagers entretiennent avec la télévision nationale.

7Les amplificateurs et les systèmes de rotation des antennes UHF, évoqués ci-dessus, ont été conçus à l’origine pour améliorer les conditions de réception dans les régions montagneuses ou mal desservies par les ondes hertziennes. En Tunisie, ils seront utilisés presque exclusivement par les habitants des villes côtières du Nord et du Centre, là où la réception de la chaîne tunisienne est plutôt satisfaisante, mais où la proximité avec la Sicile permet aussi un usage non prévu par les concepteurs du dispositif. Ce constat peut être corroboré par les résultats de plusieurs enquêtes sur les équipements des foyers en matériel audiovisuel : ils soulignent que la principale motivation du recours aux dispositifs techniques périphériques aux postes récepteurs serait en relation avec l’insatisfaction ressentie à l’égard des programmes de la télévision nationale (R. Ferjani, 1997 : 31).

8L’analyse du détournement de ces dispositifs, en termes de positionnement par rapport à la télévision nationale, permet de récuser le déterminisme technique. Pour autant, elle n’épuise pas la question de l’articulation entre l’individuel et le collectif. Aussi clandestines soient-elles, les pratiques des récepteurs ne semblent pas uniquement s’inscrire dans des schémas de repli individuel sur la sphère domestique, et donc privée. Si nous les retrouvons désormais sous des formes contrastées – chez des groupes sociaux aussi différenciés que les entrepreneurs et les ouvriers des quartiers populaires, en passant par la petite bourgeoisie – c’est parce que ces pratiques témoignent, d’une manière paradoxale, de l’irruption silencieuse des récepteurs dans une sphère publique longtemps dominée par l’État. En effet, lorsque l’intégration par la citoyenneté semble faire faillite (B. Badie, 1995 : 133) et alors que toute velléité de contestation du modèle hégémonique paraît impossible ou vouée à l’échec, les tactiques de détournement mises en œuvre par les récepteurs émergent comme seul recours face à une télévision d’État imperméable aux contradictions et aux changements sociaux.

9L’idée selon laquelle les pratiques des récepteurs traceraient une ligne de partage entre une télévision nationale en perte de vitesse et des usagers libres et inventifs, à la recherche d’images venues d’ailleurs, est couramment admise. Toutefois, elle ne rend que partiellement compte d’une réalité plus complexe où l’ailleurs peut devenir un miroir réfléchissant des blocages de la société tunisienne, comme des aspirations qu’elle peut engendrer. Mieux que l’approche juridique, cette perspective peut expliquer comment la présence de RAI Uno, depuis 1960, n’a affecté que vingt ans plus tard la mainmise de l’État tunisien sur la télévision : à partir du moment où la chaîne italienne est devenue un enjeu social et politique dans la Tunisie des années 1980. Diffusée sur la capitale et sa banlieue, RAI Uno a acquis une notoriété au cours de cette décennie, due à la conjonction de deux facteurs. En adoptant un type de programmation en rupture avec le modèle pédagogique qui l’a marquée pendant les années 1950 et 1960 et en se substituant à la télévision tunisienne en matière d’information, la chaîne italienne a été placée au cœur du débat sur la démonopolisation du champ télévisuel tunisien. Elle révélait alors une inadéquation entre l’évolution de la société tunisienne et le mode d’organisation et de gestion de la télévision d’État (R. Ferjani, 1995 : 154-155).

2. Adaptation, accoutumance et résistance

10Face à la concurrence de RAI Uno, aux pressions exercées par les autorités françaises pour obtenir la diffusion d’une chaîne de leur service public, et à la montée en puissance des pratiques des récepteurs pour contourner la gestion autoritaire du champ télévisuel, l’État tunisien s’engage, dès le milieu des années 1980, dans une politique de prise en charge (qui se veut intégrale) de l’internationalisation. Au-delà de l’analyse chronologique des différentes mesures prises en ce sens et de leurs aspects parfois contradictoires, il semble qu’on puisse en saisir la teneur à travers les différentes notions d’adaptation institutionnelle, d’accoutumance mercantile et de résistance au changement.

  • 2 Devenue France 2 en septembre 1992.

11Par adaptation institutionnelle, on entend la démarche qui consiste à décider de l’autorisation ou de l’exclusion de nouveaux opérateurs dans l’espace télévisuel tunisien, tout en négociant un maximum d’avantages matériels pour la télévision étatique. Ces décisions sont prises au plus haut niveau, le plus souvent sans études préalables de la demande sociale. En juin 1983, une seconde chaîne francophone a été créée avec l’assistance financière et logistique du gouvernement français. Incapable de rivaliser avec RAI Uno, elle sera remplacée, six ans plus tard, par Antenne 22. Au même moment, l’État tunisien ordonnait l’exécution d’une partie de l’accord signé en décembre 1984 avec le gouvernement italien, et qui prévoyait l’extension de la zone de diffusion de RAI Uno sur l’ensemble du territoire national. Ces deux mesures ont été suivies, en septembre 1991, par la signature d’un cahier des charges entre le gouvernement tunisien et la SEDAT, une société de droit privé, pour la diffusion de Canal Horizons Tunisie, une chaîne payante. En 1998, ce fut au tour du bouquet de la chaîne saoudienne ART, basée à Rome, de commercialiser ses décodeurs.

12L’hétérogénéité de ces diffuseurs, publics et privés, ainsi que la pluralité des langues de diffusion, est loin d’être synonyme d’ouverture politique ou culturelle. Dans le cadre d’un État néo patrimonial, la diffusion de ces différentes chaînes est moins tributaire d’un environnement juridique précis que d’une autorisation non prévue par le droit administratif tunisien. Alors que la concession de service public aurait pu constituer un cadre juridique pour la diffusion de ces chaînes sur le territoire national, l’autorisation les place dans une position de fragilité institutionnalisée, rendant aléatoire toute stratégie de développement à long terme. Quelques mois après la commercialisation de Canal Horizons en Tunisie, le ministre des Communications a tenu à rappeler le caractère précaire des autorisations, en affirmant que « dans le cas où [Canal Horizons] ne se conformerait pas aux différentes dispositions contenues dans son cahier des charges, sa diffusion serait interrompue immédiatement, car la diffusion radiophonique et télévisée constitue un monopole d’État » (Es-Sabah du 27/1/1993).

13Cette forme d’adaptation institutionnelle ne peut être analysée, non plus, en termes d’« invasion culturelle », tant redoutée dans le monde arabe, dans la mesure où l’autorisation de certains opérateurs se fait généralement au détriment d’autres opérateurs. Par exemple, ART a été préféré à d’autres diffuseurs panarabes, notamment MBC, parce que ses programmes sont payants, donc non accessibles au grand public ; et parce que Salah Kamel, son propriétaire, est l’un des principaux promoteurs immobiliers en Tunisie, à travers son holding El Baraka. De même, le choix du groupe Canal Plus pour monter le premier projet d’une télévision payante s’est fait au détriment d’un autre pôle formé à la fin des années 1980, autour de Silvio Berlusconi, par Tarak Ben Ammar (producteur, entre autres, de Lucas et de Zifferelli), ce dernier étant lié, par une proche parenté, à l’ex-épouse de Bourguiba. Vue sous cet angle, la sélection des opérateurs paraît le moyen d’exercer un meilleur contrôle sur les nouveaux acteurs du champ.

  • 3 Le coût total du projet avoisinait les 130 millions de FF.

14Le second versant de l’adaptation institutionnelle consiste à soumettre chaque autorisation de diffusion ou de commercialisation à un arrangement financier, en faveur de la télévision étatique. Autrement dit, il s’agit de financer le développement de la télévision d’État par les dividendes de l’internationalisation. La diffusion d’Antenne 2 en Tunisie s’est accompagnée d’un engagement financier de la France, pour un montant de 211 millions de francs : 61 millions pour la modernisation de l’infrastructure de production et 150 millions pour la consolidation et l’extension du second réseau hertzien. L’extension de la diffusion de RAI Uno sur l’ensemble du territoire national était assortie d’une condition, la création d’une unité de production télévisée à Sfax (soit 8 milliards de lires) et d’un troisième réseau hertzien national (soit près de 20 milliards de lires)3, entièrement financés par le gouvernement italien. Quant aux engagements de la SEDAT, société d’exploitation de Canal Horizons Tunisie, ils sont d’une autre nature, même s’ils obéissent à la même logique. Ainsi, la filiale de Canal Plus est tenue à verser 6 % du montant de ces recettes provenant des abonnements au financement de la production cinématographique tunisienne. De même, elle s’est engagée à fournir une aide financière annuelle de l’ordre de 50 000 dinars tunisiens (soit près de 250 000 francs français) pour la formation du personnel technique de l’ERTT. Des engagements similaires ont été contractés par la MMC, une filiale tunisienne d’ART, chargée de la production, qui coproduit des variétés et de fictions avec l’ERTT, depuis 1998.

  • 4 Cf. Eurekam, 1992 : 44 et Enquête Euromed 1998 réalisée par l’Institut Lamouri. L’écart entre les d (...)

15L’adaptation institutionnelle prend enfin le chemin d’une surproduction normative pour tenter de codifier les rôles des différents acteurs du champ télévisuel. Entre le milieu des années 1980 et 1998, pas moins de quinze lois concernant directement l’audiovisuel ont été promulguées par le Parlement. Pour ne pas se perdre dans les méandres de l’exégèse du texte juridique, il me paraît plus fécond, par rapport à la question étudiée, de voir dans quelle mesure cette forme d’adaptation institutionnelle traduit la volonté de l’État de contrôler un secteur en évolution rapide et constante. Et, dans quelle mesure aussi elle témoigne de la difficulté (sinon de l’impossibilité) de ce contrôle. Les différents textes législatifs relatifs à l’audiovisuel se révèleront en décalage par rapport aux pratiques de communication y afférentes. Les sociologues du droit parleront d’anomie juridique, caractéristique des sociétés en mutation et repérable notamment dans « [la] surproduction et [l’]instabilité des normes, [le] caractère incantatoire de la législation, [la] dysharmonie entre le légal et le réel, [l’]incompatibilité entre les règles juridiques, [le] relatif antagonisme entre le droit du législateur et celui du juge » (Y. Ben Achour 1992 : 172). Ainsi, les deux lois de 1984 et de 1988 sur le commerce des programmes enregistrés sur vidéo n’ont eu que peu d’incidences sur le caractère informel de ce marché. Non seulement la piraterie n’a pas été résorbée, mais on assiste, depuis le milieu des années 1990, à la multiplication d’entreprises, dûment autorisées, qui importent illégalement des vidéogrammes aux origines incertaines. Par ailleurs, au moment même où la conférence de Genève de l’UIT (1977) mettait à l’ordre du jour la question de la réception directe par satellite, l’État tunisien édicta un Code des télécommunications dans lequel il réaffirmait son monopole sur l’établissement et l’exploitation des moyens de télécommunication. Ceci ne devait pas empêcher le législateur d’autoriser, onze ans plus tard, aussi bien la réception privée des télévisions par satellite que la fabrication, l’installation et la commercialisation du matériel de réception. Sous les effets corrélatifs de la multiplication des filières illégales d’importation du matériel et de la montée fulgurante du nombre des antennes non déclarées, la loi de 1988 a été très vite frappée d’obsolescence. À cela s’ajouta la crainte de l’avenir des chaînes de l’ERTT. Aussi l’État décida-t-il, en décembre 1994, de geler le commerce des antennes paraboliques avant qu’une nouvelle loi ne soit édictée en juillet 1995. Son ambition est d’instaurer un contrôle plus strict sur les usages, en soumettant l’autorisation ministérielle à l’accord des collectivités locales, en interdisant l’installation des antennes dans les lieux publics – exception faite des hôtels – et en alourdissant les amendes pour toute contravention. Pourtant, le nombre des ménages équipés en antennes paraboliques n’a pas fléchi, puisqu’il est passé de 5 % en 1991 à 39 % en 19984dont les deux tiers ne sont pas déclarés.

16Une autre approche peut être menée à partir de la notion d’accoutumance mercantile que nous empruntons à Bernard Miège (1987 : 548-549). Cet auteur la désigne comme étant le processus de marchandisation des activités culturelles et communicationnelles dans les pays du Tiers Monde. Dans le champ télévisuel en Tunisie, cette accoutumance peut être perçue dans la tendance de l’État à diversifier les sources de financement de la télévision, en s’engageant dans un processus erratique, car peu planifié et dont les résultats ne sont pas garantis d’avance. Les exemples de la publicité et la coproduction de programmes avec le secteur privé permettent de mieux cerner les contours de ce phénomène.

17C’est en 1988 que la publicité a été introduite à la radio et à la télévision, en Tunisie, dans le but affiché d’alléger la subvention de l’État. Cette mesure intervient deux ans avant le changement de statut de l’audiovisuel étatique qui, d’une direction du ministère de l’Information, est promu établissement public doté d’une autonomie financière. Malgré la progression constante des recettes publicitaires, ces dernières n’interviennent qu’à hauteur de 10 % en moyenne dans le budget de l’ERTT. Cette situation est d’autant plus paradoxale que le désengagement financier de l’État (visé par la réforme) a débouché sur l’accroissement de la part de la subvention étatique : elle passe de 20 % en 1989 à plus de 40 % en 1991, pour se stabiliser autour de 30 % à partir de 1996. Parallèlement, l’État cherchera un « appel d’air » financier du côté des producteurs privés et, dans le cadre de la coopération inter-étatique, il tentera d’asseoir une industrie nationale de programmes, inspirée du modèle égyptien. Le caractère épisodique et embryonnaire des coproductions avec la société Zini-films (financée par des capitaux saoudiens), ou encore l’expérience de la société mixte tuniso-libyenne Ibn Khaldoun, incitera les responsables de l’audiovisuel à expérimenter des réformes plus radicales encore. En 1993, les laboratoires de la Société tunisienne de production et d’exploitation cinématographique (SATPEC) sont cédés au groupe Canal Horizons. Mais l’État conserve le contrôle de la nouvelle société à travers une participation directe de 25 % au capital de Carthage Images, 35 % étant détenus par un pool bancaire tunisien.

  • 5 On aurait tort de ne voir dans les œuvres égyptiennes de fiction que des mélodrames atemporels. Les (...)
  • 6 Pour qu’un feuilleton ait des chances d’être diffusé en Arabie saoudite, il doit être conforme à un (...)

18Après dix ans d’hésitation, une étape est à nouveau franchie en 1997, avec la création de l’Agence nationale de la promotion audiovisuelle (ANPA). Celle-ci fonctionne en tant que régie publicitaire de l’ERTT et en tant que producteur de programmes. Il peut paraître prématuré d’évaluer les incidences de cette nouvelle structure. Néanmoins, on constate que l’extension continue des horaires de diffusion a orienté la production nationale vers des programmes de flot peu coûteux (P. Flichy, 1980 : 38) et accessoirement vers la fiction, un secteur où la rentabilité est une condition de sa viabilité. Or l’hégémonie des feuilletons égyptiens – formatés par les recommandations du pouvoir politique en Égypte5 en mal de centralité et par les contraintes morales rigides et parfois absurdes des financiers saoudiens6 – laisse peu de place, pour l’heure, à d’autres formes d’expression culturelle dans le monde arabe.

19L’État a progressivement admis l’idée que la gestion autoritaire de la télévision et l’adoption d’une logique commerciale ne sont pas antinomiques. Pour autant, les actions entreprises en ce sens ne peuvent être analysées en termes de privatisation ou de désengagement. Un fait mérite d’être souligné : la télévision tunisienne qui, de tout temps, a été soustraite aux lois du marché, commence à s’acclimater aux principes du commerce, sous l’impulsion de l’internationalisation. Vue sous cet angle, l’accoutumance mercantile est loin de pouvoir constituer une préfiguration d’un modèle télévisuel de type capitaliste qui soumettrait les différents opérateurs aux lois de l’offre et de la demande, et donc de l’audimat. Dans un tel système, la vente des audiences aux annonceurs prend le pas sur l’offre des programmes aux audiences (Smythe D. 1977). Mais cela suppose une concurrence entre opérateurs.

  • 7 Cette période correspond à la fin de l’état de grâce consécutif à la déposition du président Bourgu (...)

20L’observation du champ télévisuel tunisien montre ainsi les limites d’une analyse purement économique, car les jeux des acteurs sont constamment remodelés par les interférences du clientélisme étatique. Dans des moments de crises politiques aiguës comme la Tunisie en a connu au début des années 19907, l’État ne se contente pas de réduire la liberté d’expression. Il tente, en parallèle, d’instaurer un contrôle strict sur le financement des médias. Par exemple, l’Agence tunisienne de communication extérieure (ATCE), créée à l’origine pour gérer l’image de marque du régime dans les médias étrangers, est devenue, depuis 1991 l’annonceur officiel de tous les organismes publics. Depuis lors, tous les médias essayent de s’accommoder du système ou d’en tirer profit. Mais la sanction fut immédiate, lorsque le magazine de télévision 7/7 publia les propos d’Abderrahmen Tlili, candidat aux élections présidentielles de 1999, qui critiquaient la manière dont « l’argent de la publicité télévisuelle était ponctionné par l’ATCE » (7/7 du 9 octobre 1999). Plusieurs annonceurs privés – dont Canal Horizons Tunisie – dénoncèrent les contrats publicitaires qui les liaient à l’hebdomadaire.

  • 8 Le cas de MBC qui domine le marché publicitaire des télévisions arabes par satellite est intéressan (...)

21Aujourd’hui, le modèle de l’accoutumance mercantile se trouve dans l’incapacité de préfigurer un modèle télévisuel marchand, parce que la réalisation du profit reste très aléatoire8, d’une part ; d’autre part, parce que ce modèle se trouve confronté à de fortes résistances au changement qui sont en rapport avec le caractère néo patrimonial de l’État.

22Adaptation institutionnelle et accoutumance mercantile se conjuguent également à la résistance au changement, c’est-à-dire à la force d’inertie que l’État peut opposer au processus d’internationalisation, à travers ses multiples instances. Cette résistance ne s’inscrit guère dans le schéma d’une confrontation culturelle entre des empires médiatiques conquérants et un État soucieux de préserver « l’identité nationale » (A. Mohammadi, 1997 : 88). En effet, c’est l’État tunisien lui-même qui a autorisé des chaînes étrangères à diffuser sur le territoire national. Dans la mesure où elle est constitutive du processus d’internationalisation du champ télévisuel en Tunisie, la résistance dont il est question regroupe les différents procédés mis en œuvre pour perpétuer une gestion autoritaire de ce champ.

  • 9 Ce texte a été rédigé en janvier 2001. En novembre de la même année Canal Horizons Tunisie a cessé (...)

23Depuis la fin des années 1980, une question se pose aux responsables de l’audiovisuel étatique, de façon lancinante : comment tolérer de nouvelles chaînes sans menacer la position hégémonique de l’ERTT ? Tous les opérateurs de télévision autorisés en Tunisie ont été (et sont encore) confrontés au monopole étatique sur l’information ayant un rapport avec l’actualité nationale. Dans un contexte marqué par la raréfaction des canaux d’expression de la citoyenneté, même la représentation du social devient problématique à la télévision. Les stratégies adoptées par les différents diffuseurs – pour se conformer à cet impératif, le détourner ou l’ignorer – dépendent de leurs modes de diffusion et de leur plus ou moins grande proximité (ou distance) envers le pouvoir politique. Cette grille d’analyse trace un seuil de différenciation entre Canal Horizons et ART d’un côté ; et France 2 et RAI Uno de l’autre. Les deux chaînes payantes ont en effet signé des cahiers des charges leur interdisant la diffusion de bulletins d’information : Canal Horizons s’est même engagé à ne diffuser aucune émission en direct. Ces clauses confinent les deux opérateurs dans le rôle de « kiosques à images » diffusant les derniers succès occidentaux et/ou orientaux, totalement coupés de la réalité du pays. Les chaînes étatiques peuvent se permettre d’ignorer le public ; mais, pour les chaînes commerciales, une telle attitude peut être synonyme de mauvaise gestion, et peut provoquer un dépôt de bilan. La très lente progression des abonnements aussi bien chez Canal Horizons Tunisie9 que chez ART n’est pas sans rapport avec leur manque d’inscription dans la réalité tunisienne. Conscients de ce handicap, les deux opérateurs ont tenté d’y remédier, chacun à leur manière, sans lever le tabou de l’information, mais en recherchant une ligne éditoriale pour assurer un minimum de cohésion aux programmes proposés.

  • 10 Crée en 1964, ce festival a lieu chaque année sur le site de l’amphithéâtre romain de la cité antiq (...)

24Dans le cas d’ART, la question a été résolue d’une manière relativement simple, dans la mesure où la société saoudienne utilise des recettes qui ont déjà prouvé leur efficacité : de nombreux feuilletons et la musique compensent l’absence de programmes d’information, autant d’émissions standardisées par la synergie existant entre le savoir-faire égyptien et les contraintes morales du royaume wahhabite. De façon paradoxale, la multiplication du nombre des chaînes, dans le monde arabe, tend à réduire le terrain de la concurrence. Ainsi, la société Rotana – détenue par le prince El Walid, principal actionnaire de Walt Disney – a acheté en 1999 pour le compte d’ART, onze spectacles au Festival international de Carthage10 : le prix s’est élevé à 500 000 dinars tunisiens, soit près de 2,6 millions de francs français. Malgré le contrat d’exclusivité qui liait le festival à la société saoudienne, les chaînes de l’ERTT ne devaient pas hésiter à diffuser les mêmes spectacles, soit en direct soit en léger différé, sans payer les droits d’auteurs.

  • 11 Sur les rapports entre le pouvoir et la liberté d’expression d’une manière générale, cf. Chouikha, (...)

25En raison des obligations contenues dans son cahier des charges, Canal Horizons, depuis sa création, a adopté une ligne de conduite qui consiste à éviter toute forme de concurrence avec les chaînes étatiques. Mais une première onde de choc a été suscitée par la chaîne cryptée qui avait choisi de s’adresser aux téléspectateurs des plages en clair en arabe tunisien, émaillé d’expressions françaises. Ce code-switching tranchait avec l’arabe médian de la télévision officielle qui n’hésitera pas quelques années plus tard à copier le langage de Canal Horizons, mais en le « purifiant » de toute expression étrangère. Le choix linguistique de la chaîne cryptée a accompagné une politique de commercialisation offensive qui a multiplié les offres et les événements. Toutefois, une enquête auprès des abonnés a très vite révélé que près de 90 % d’entre eux souhaitaient voir des programmes d’information sur Canal Horizons (Le temps du 11 mai 1993). Il aura fallu attendre la rentrée de 1995 pour que les responsables de la chaîne tentent de répondre à l’attente des abonnés (et, au-delà, à celle d’une majorité de téléspectateurs) : ils adoptèrent alors un genre télévisuel hybride, se situant à mi-chemin entre l’information et le divertissement. Ce fut le talk show « Hdith fi hdih » (Paroles) où des personnalités de la société civile étaient invitées à s’exprimer sur leurs itinéraires mais aussi sur leurs passions. L’expérience a été renouvelée quatre ans plus tard avec « Donia okhra » (Un autre monde) composée de reportages sur des sujets aussi divers que les modes vestimentaires chez les jeunes, les collectionneurs, les arts plastiques, etc. Néanmoins, le rapport avec l’actualité n’y était pas toujours évident. Contrairement à d’autres émissions en clair qui durent depuis la création de la chaîne, « Hdith fi hdih » a été retirée d’antenne au bout d’une dizaine d’épisodes et « Donia okhra » n’a tenu que le temps d’une saison. Les difficultés matérielles d’une chaîne en équilibre financier instable peuvent expliquer, en partie, l’intermittence de ces émissions. On peut penser cependant qu’elles achoppent toutes sur la question de l’autocensure, entendue dans le cas présent comme un mouvement oscillatoire entre deux pôles : la volonté de représenter le réel pour s’inscrire dans le quotidien des récepteurs, d’une part ; et le respect des limites imposées par l’État à travers ses multiples instances, d’autre part. La tâche paraît d’autant plus difficile que les limites en question sont instables. Car, même si elles obéissent pour l’essentiel à des codes partagés/intégrés par les différents acteurs (absence de pluralisme, gommage de la diversité sociale, rupture entre le vécu et sa représentation à la télévision), cela n’empêche pas les limites en question de se déplacer en fonction de la conjoncture politique et de son degré d’ouverture ou de fermeture11.

  • 12 Cette suspension est intervenue peu après le début du journal de 13 heures, au moment où Rachid Arh (...)

26La censure fréquente des programmes de France 2 et leur suspension depuis le 25 octobre 199912montrent les limites imposées aux chaînes étrangères. La censure apparaît comme une tentative de conformation des images venues d’ailleurs aux normes et usages hégémoniques sous nos latitudes. Si la censure d’ordre moral et religieux a fluctué – au grès des circonstances et des habitus des régisseurs d’antenne chargés du contrôle des programmes au moment de leur diffusion –, la censure des programmes d’information est beaucoup plus systématique (R. Ferjani, 2001). Elle traduit d’une certaine manière l’impossibilité pour les chaînes étrangères diffusées sur le réseau hertzien (donc accessibles au plus grand nombre) de « participer à la formation d’une opinion publique pluraliste » (B. Mostefaoui, 1996 : 124). Mais, indépendamment du problème de la censure, affirmer que les informations des chaînes étrangères peuvent participer à la formation des espaces publics médiatiques nationaux est une manière de ne pas considérer que toute information est historiquement rattachée à un contexte national (A. Semprini, 2000 : 95-99).

27Loin d’apparaître comme la trajectoire linéaire d’un projet de modernisation, l’internationalisation de la télévision en Tunisie se présente, au terme de cette démonstration, comme un processus en cours, hétérogène, fait de changements et d’adaptations, mais aussi de blocages et d’affrontements entre des logiques d’action animées par des acteurs qui ne pèsent pas de la même manière sur l’évolution du champ. Dans cette scène en forme de kaléidoscope, l’État apparaît comme une interface entre un ordre international et des structures sociales nationales. En négociant l’autorisation de nouveaux opérateurs, en contrôlant de près une marchandisation hybride du secteur, en se posant comme unique source capable de parler de la nation et en son nom, l’État est moins un simple « arbitragiste » (A. Appadurai, 1996 : 42) que le principal agent de la nationalisation de l’international.

Bibliographie

Références bibliographiques

Appadurai, A., 1996, Modernity at large, Minneapolis, University of Minnesota Press : 229.

Ayish, M., 1997, « Arab television goes commercial », in Gazette, Vol 59, n° 6 : 473-494.

Badie, B., 1995, La fin des territoires, Paris, Fayard : 276.

Ben Achour, Y., 1992, Politique, religion et droit dans le Monde Arabe, Tunis, Cérès Productions/CERP, Coll. Enjeux : 275.

Bourdieu, P., 1980, Questions de sociologie, Paris, Ed. de Minuit : 277.

Chouikha, L., 1995, « Propriétés et particularités du champ politico-journalistique en Tunisie », in Naqd, n° 8-9 : 113-124.

El Emary, N., 1996, « L’industrie du feuilleton télévisé égyptien à l’ère des télévisions transfrontières », in Revue Tiers-monde, n° 146 : 251-262.

Ferjani, R., 1995, L’État et l’internationalisation de la télévision en Tunisie, Thèse de doctorat, Paris, Université Panthéon-Assas Paris II : 455.

Ferjani, R., 1997, « Usages des nouvelles technologies de l’information et de la communication en Tunisie », in Revue Tunisienne de Communication, n° 32 : 25-41.

Ferjani R., 2001, « Le champ télévisuel tunisien : genèse d’une internationalisation », in T.Mattelart (dir.), Les tiers mondes face aux médias transfrontières, à paraître.

Flichy, P., 1980, Les industries de l’imaginaire, Paris/Grenoble, PUG-INA : 275.

Khouri, N., 1996, « La politique antiterroriste de l’État égyptien à la télévision en 1994 », Revue Tiers-monde, n° 146 : 263-283.

Mattelart, A., 1992, La communication-monde. Histoire des idées et des stratégies, Paris, La Découverte : 357.

Miège, B., 1987, « Les industries audiovisuelles : le renforcement de la domination », in Revue Tiers-monde, n° 111 : 543-553

Mohammadi, A., (ed.) 1997, International Communication and Globalization, London, Thousand Oaks, CA, and New Delhi, Sage: 228.

Mostefaoui, B., 1996, « La télévision des autres : La réception de TV5 et de France 2 à Casablanca et Tunis », in Réseaux, n° 78 : 103-127.

Semprini, A., 2000, CNN et la mondialisation de l’imaginaire, Paris, CNRS, Coll. Communication : 187.

Smythe, D., 1977, « Communication: a Blindspot of Western Marxism », Canadian Journal of Polical and Social Theory, vol. 1, n° 3.

Notes

1 Selon Bourdieu (1984 : 136), « un champ devient un appareil lorsque tous les mouvements vont du haut vers le bas et que les effets de domination sont tels que cessent la lutte et la dialectique qui sont constitutives du champ ».

2 Devenue France 2 en septembre 1992.

3 Le coût total du projet avoisinait les 130 millions de FF.

4 Cf. Eurekam, 1992 : 44 et Enquête Euromed 1998 réalisée par l’Institut Lamouri. L’écart entre les deux taux doit être relativisé car l’enquête de 1998 n’a tenu compte que des ménages urbains.

5 On aurait tort de ne voir dans les œuvres égyptiennes de fiction que des mélodrames atemporels. Les scénaristes sont régulièrement appelés à la rescousse pour créer des histoires conformes aux projets politiques du pouvoir. À la fin des années quatre-vingts au moment où l’Égypte réintégrait la Ligue des États arabes, on assista au succès populaire de Ra’fat El Haggen histoire d’un espion égyptien infiltré dans les années cinquante au cœur de l’appareil étatique israélien. En 1994, lorsque la chasse aux intégristes à été déclenchée, seront produits le feuilleton La famille et le film Le terroriste (cf. N. Khoury, 1996 : 265-266). Plus récemment, à la suite de la multiplication des émeutes intercommunautaires, Le temps des roses est venu répandre la tolérance religieuse et vanter les mérites des mariages entre coptes et musulmans.

6 Pour qu’un feuilleton ait des chances d’être diffusé en Arabie saoudite, il doit être conforme à une liste de 25 directives parmi lesquelles l’interdiction d’isolement entre les hommes et les femmes ou encore celle qui n’autorise aucun contact corporel entre un père et sa fille ou une mère et son fils (N. El Emary, 1996 : 259).

7 Cette période correspond à la fin de l’état de grâce consécutif à la déposition du président Bourguiba en novembre 1987. Le 23 mai 1991, tous les programmes des chaînes hertziennes (y compris ceux d’Antenne 2 et de Rai Uno) ont été supprimés pour diffuser une conférence de presse du ministre de l’Intérieur annonçant « la découverte d’un complot islamiste visant la sécurité du pays ».

8 Le cas de MBC qui domine le marché publicitaire des télévisions arabes par satellite est intéressant à cet égard. Avec 61 % de parts de marché en 1996, les recettes publicitaires de la chaîne saoudienne, pour la même année, n’ont couvert que 50 % de ses dépenses. Son équilibre budgétaire repose sur la vente des programmes (30 %) et surtout une subvention (20 %) versée par ARA, la société mère (Ayish, M., 1997 : 476).

9 Ce texte a été rédigé en janvier 2001. En novembre de la même année Canal Horizons Tunisie a cessé d’émettre.

10 Crée en 1964, ce festival a lieu chaque année sur le site de l’amphithéâtre romain de la cité antique. Comme tous les festivals d’été en Tunisie, il se présente aujourd’hui comme une addition de spectacles où se croisent les vedettes de variétés arabes et occidentales, le théâtre d’avant-garde et le vaudeville. À ne pas confondre avec les Journées cinématographiques de Carthage, manifestation biennale qui se déroule à Tunis.

11 Sur les rapports entre le pouvoir et la liberté d’expression d’une manière générale, cf. Chouikha, L., 1995 : 114-118.

12 Cette suspension est intervenue peu après le début du journal de 13 heures, au moment où Rachid Arhab commençait à développer une information annoncée dans les titres, sur les résultats des élections présidentielles de la veille.

Auteur

Universitaire, chercheur en sciences de l’information et de la communication

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter