Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée

 | 
Jean-Philippe Bras
, 
Larbi Chouikha

Introduction

Jean Philippe Bras et Larbi Chouikha

Texte intégral

1Au Maghreb comme dans les autres régions du monde, la multiplication des choix des programmes audiovisuels via les paraboles, des interconnexions de services via Internet et du libre échange d’informations offrent aux individus par-delà leurs frontières et espaces traditionnels de nouvelles possibilités d’échanges et d’expressions.

2Cette nouvelle donne internationalisée de l’offre d’images et d’informations peut paraître congruente avec le choix affiché par les États de la région d’une ouverture économique qui se décline en adhésions à des dispositifs globaux (Organisation Mondiale du Commerce) et en partenariats inter ou intra-régionaux (processus de Barcelone, accords de libre-échange avec l’Union Européenne, Union du Maghreb Arabe). Il reste que la libre circulation des images et la navigation sur le web sont plus l’effet de l’innovation technologique que de choix délibérés des gouvernements, qu’elle détermine une économie reformulée des rapports entre pouvoirs et individus.

3À partir de ce constat, une question se pose ; comment donc peut-on appréhender ces rapports par une démarche qui rende compte des divers plans où se construisent de nouvelles sociabilités ?

4Cette problématique générale a servi de cadre d’échanges et de réflexion pour la quinzaine de chercheurs des pays du Maghreb, d’Égypte, de France, d’Italie et du Canada qui ont participé au séminaire international que nous avons organisé à l’IRMC (Tunis, 6-7 octobre 2000) sur le thème : « Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée : mondialisation, redéploiement et “arts de faire” ».

5Les actes du séminaire que nous reproduisons dans cette livraison sont articulés autour de trois niveaux d’analyse : tout d’abord, s’attacher à l’analyse du mode de gestion par les États de leur « espace public médiatique » en termes de négociations et d’ajustements, tout en insistant sur les particularismes nationaux qui caractérisent chacun d’entre eux ; ensuite, repérer les évolutions des médias nationaux (formes et contenus) dans ce nouveau paysage de la communication ; enfin, saisir la manière dont les individus transgressent les frontières et aménagent leurs places dans cet espace médiatique.

6Au premier niveau d’analyse, les textes qui figurent dans le premier chapitre montrent que la gestion du champ politique, dans plusieurs pays arabes, a pu être caractérisée par le recours à la « contrainte nécessaire » dont les registres de justification sont la construction de l’État nation, le combat contre le sous-développement, la lutte contre l’islamisme politique…

7Les traditions centralisatrices et les traits « néo-patrimoniaux » des États arabes, ainsi que les caractéristiques techniques de la télévision, ont contribué, dans la période allant des indépendances aux années 1980, à constituer un monopole public de l’audiovisuel, instrument de la communication présidentielle et gouvernementale.

8Avec l’ouverture aux chaînes de télévision étrangères – par voie hertzienne et par satellites –, et la généralisation des services d’Internet, l’exercice du contrôle ou du monopole dans la diffusion des informations par ces États devient problématique sinon caduc. Des mesures restrictives visant à restaurer ce contrôle ont pu être prises par voie de réglementation, relatives au droit d’acquérir et d’installer une antenne parabolique, ou encore à l’accès et à la navigation sur Internet, notamment dans des contextes de tension (guerre du Golfe, lutte contre les mouvements islamistes, etc.). Cependant, l’analyse de ces dispositifs ne saurait épuiser la description des politiques publiques, parce que ceux-ci sont instables, volatils, dans des scénarios permanents de négociation de la norme et de son application.

9Outre la question technique du contrôle de l’accès à ces nouveaux médias, les pouvoirs publics sont donc amenés à prendre en compte la force de la demande sociale – l’engouement des publics maghrébins pour ces supports technologiques et les contenus et services qu’ils véhiculent – et des enjeux économiques liés à leur diffusion. Dans cette perspective de réflexion, deux études successives, portant sur le champ télévisuel et la gestion d’Internet en Tunisie, relèvent les mêmes contradictions que rencontrent des États de type autoritaire à conduire ces « modernisations par le haut ». Riadh Ferjani se demande dans quelle mesure l’État tunisien peut perpétuer son contrôle exclusif sur un champ où la coïncidence entre télévision, territoire et souveraineté nationale tend à s’estomper, alors que Jean-Philippe Bras qui analyse le développement d’Internet s’interroge sur la possibilité de concilier plusieurs impératifs d’ordre politique, économique et technique, souvent contradictoires. Mais ces questions ne se posent pas dans les mêmes termes dès lors que nous les transposons à d’autres champs télévisuels arabes. Tourya Guaaybess étudie les changements structurels qui affectent le champ télévisuel égyptien au cours de la décennie 1990, et se demande si les transformations que connaît ce champ sont initiées par l’acteur étatique ou, au contraire, imposées à lui.

10En effet, il convient d’admettre que les choix politiques affichés par ces États ne s’inscrivent pas dans un schéma d’évolution linéaire, et que la teneur juridique de leur expression est à densité variable. Et ils ne sauraient non plus s’analyser sur un mode purement réactif face à une contrainte technologique, dans la mesure où ces technologies sont également réappropriées par le pouvoir politique. Elles constituent pour lui de nouvelles opportunités dans la gestion du champ politique : montée sur satellites des chaînes nationales ; création de sites Internet dans des schémas de communication publique…

11Dans le second niveau d’analyse, les intervenants se sont efforcés d’évaluer la manière dont l’ouverture vers les télévisions étrangères et l’apparition d’Internet ont déterminé l’évolution des médias nationaux en termes d’influences et d’interactions.

12La réflexion a porté sur les modalités de la programmation et les imbrications de diverses « logiques d’action », et le cas de la restructuration de l’audiovisuel en Égypte, analysé par Dina El Khaouaga, en est une illustration. Un autre bouleversement est analysé : l’attrait que suscitent, chez les téléspectateurs arabes y compris ceux de la diaspora, les émissions d’information en direct et les talk-show à l’Américaine diffusés par la chaîne Qatarie Al-Jazîra. Salem Kawakibi tente d’en expliquer les raisons à partir des conditions de l’émergence de cette chaîne et de la singularité de l’émission : « Al-itijâh al-mucâkiss » (Contre-courant) dans le paysage télévisuel arabe. Dans cet ordre d’idées, la réception n’est pas simplement imitation. Elle consiste également en opérations « d’encodage et d’homologation », d’appropriation et de réappropriation de ces technologies qu’il convient d’étudier dans un environnement culturel spécifique, arabo-musulman en l’occurrence.

13Enfin, l’apparition d’une presse de télévision et les problèmes de tous ordres, linguistiques, politiques, qu’elle rencontre dans certains pays, a fait l’objet d’une réflexion de Souhayr Belhassen à partir de son expérience professionnelle de journaliste éditrice d’un magazine tunisien de télévision.

14La dernière échelle d’analyse renvoie à l’observation des usages et des « styles de l’usage » des individus – qu’ils soient téléspectateurs ou utilisateurs d’Internet – et qui se manifestent dans plusieurs domaines de la vie sociale. Tout d’abord, des « arts de faire » se déploient pour l’acquisition d’une antenne parabolique ou pour la connexion au réseau d’Internet ; mais aussi dans les choix des programmes de télévision et dans les usages qui sont faits des sites Internet (réception et production) et de la messagerie. À ce titre, il convient de faire remarquer la prolifération des clubs publics d’Internet dans les lieux publics et leur fréquentation par différentes catégories de « publics ».

15Dans la perspective de la réception active des publics, Ratiba Hadj Moussa s’interroge sur les sens et les significations qui se dégagent des usages des télévisions par satellites reçues en Algérie, en alliant à la fois les deux postures, individuelle et collective, qui s’adossent soit sur le besoin ou le désir de vouloir s’ouvrir sur un « ailleurs », de « voyager sans visas », soit sur celui de vouloir se « replier » sur ce qui est perçu et vécu comme « médias de proximité »… Dans cette approche, les nouvelles formes de délimitation des espaces et des frontières qu’induisent ces technologies, mais aussi les implications sur les vécus sociaux et les représentations « identitaires » des individus, prennent tout leur sens. Elles tendent à faire ressortir l’importance des liens d’appartenances multiples auxquels recourent les individus dans leurs relations aux médias et aux technologies de communication, essentiellement dans une « ambiance affective » marquée et imprégnée par le rapport à un espace et à un temps. L’étude de Larbi Chouikha portant sur l’observation des « habitudes télévisuelles » d’une population de téléspectateurs de Tunis, en Ramadan et durant la veillée du Jour de l’An, s’inscrit dans cette lignée.

16Enfin, la place de la RAI Uno Italienne dans le paysage télévisuel tunisien (et dont l’introduction remonte à six ans avant l’avènement de la télévision tunisienne) a fait l’objet d’une enquête auprès des publics de cette chaîne : Manuela Malchiodi nous livre ses observations en insistant sur « la dialectique de l’identité et de l’altérité » dans les relations des téléspectateurs tunisiens avec la chaîne italienne.

17Ces contributions apportent des éclairages utiles sur les mutations en cours engendrées, à la fois, par l’irruption des technologies de communication dans des espaces publics souvent étatisés et par la généralisation de leurs usages individuels. Cependant, malgré leur diversité, les textes que nous présentons ici n’épuisent pas tous les aspects de ces changements. Il reste encore, peu ou prou, à défricher les nouvelles formes d’expression, voire de contestation, que ces technologies induisent : les stratégies de contournement et de résistance, la débrouillardise individuelle, l’émergence de sites et de chaînes de télévision spécialisés, etc. Il est donc souhaitable que l’effort de réflexion amorcé autour de ces questions, à Tunis, se prolonge pour s’enrichir et s’élargir à d’autres régions du monde arabe.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter