Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et territoires au Maghreb

 | 
Abdelhamid Hénia

2. Les notabilités et leur rôle dans l’articulation des entités locales et des espaces englobants

Résumés des interventions

Texte intégral

Rôle des notables dans la gestion territoriale (cas du Maroc)

1Abdelghani ABOUHANI

2La contradiction entre une Administration aux règles de fonctionnement centralisées et rigides, mais aux moyens faibles, et contexte urbain hétérogène caractérisé par l’expression de demandes de plus en plus insatisfaites, est résolue par le développement des réseaux notabiliaires qui se constituent à l’intersection de l’appareil bureaucratique et de la société civile.

3Ainsi après avoir pris en charge la satisfaction d’une grande partie des besoins en logement des tranches inférieures de la classe moyenne, les notables de Salé ont demandé et obtenu le lancement de la procédure de régularisation, qui n’est en fait qu’un processus de négociation des conditions d’intégration des quartiers clandestins aux règles d’urbanisme.

4La médiation notabiliaire conduit à un double résultat :

  • d’une part la satisfaction des besoins en logement d’une partie de la population par le biais de ventes de lots à prix réduits, ce qui a permis de combler la défaillance de l’État ;
  • d’autre part l’intégration de l’espace urbain ainsi créé aux processus de décisions administratives.

5Il s’agit là des deux fonctions principales des réseaux notabiliaires : la fonction de substitution et la fonction d’intégration.

6Précisons néanmoins que la médiation notabiliaire n’est pas nécessairement exercée par procuration ou délégation. Un relais ne se constitue pas par un acte intentionnel ou une décision administrative. C’est le mouvement incessant des rapports de forces qui traversent la société urbaine, qui développe des points d’articulation, des zones de convergences d’intérêts qui s’imposent à l’administration et deviennent des points d’appui à l’action bureaucratique. Aussi un relais n’est-il fonctionnel qu’à la condition d’avoir un solide enracinement sociologique, de disposer d’une réelle représentativité et d’être un vecteur de l’autonomie locale.

Les Hmerna de la région de Gabès (xviiie - première moitié du xixe siècles)

7Ahmed ARNOUNI

8Les Hmerna dominaient la région de Gabès, dans le Sud-Est tunisien, depuis la fin du xvie siècle. Mais c’est au xviiie siècle qu’ils deviennent de véritables intermédiaires entre leur région et les autorités hussaynites. Éclaircir le rôle original assuré par ce groupe de notables locaux suppose de comprendre quels rapports ils ont entretenu avec les communautés oasiennes et tribales de la région et quelle est la nature de leurs relations avec le pouvoir central.

9D'après une légende reproduite aujourd’hui encore par les membres de ce groupe tribal, les Hmerna seraient des marabouts issus d'une famille chérifienne. Leurs ancêtres seraient venus de la Seguia el-Hamra, lieu de rénovation de l'islam, situé aux confins de la Mauritanie et du Maroc. Installés à Arram (littéralement amas des saints), à trente kilomètres au sud-est de Gabès, les descendants du saint ont fondé une première zaouïa. De là, les zaouïas se propagent jusque dans l'île de Djerba, foyer traditionnel de l'ibadhisme. Grâce à ce discours bien construit, les Hmerna ont pu justifier le fait qu’ils aient monopolisé un pouvoir local. Plusieurs facteurs y ont contribué. D’une part, une solide assise religieuse et symbolique, due à leur origine, leur confère un caractère sacré et maraboutique : ils se donnent pour mission de « purifier » la région en luttant contre l'« hérésie kharijite ». D’autre part, un pouvoir scripturaire dans un espace où dominent les traditions orales, font d’eux des culamâ qui monopolisent le sacré et l'écrit. Ces ressources symboliques leur ont permis de consolider une assise économique. Ils sont en effet exemptés du fisc et, mieux encore, perçoivent des tribus sur les communautés oasiennes. Les revenus ainsi accumulés leur permettent d'acquérir des terres dans plusieurs oasis où travaillent leurs esclaves noirs, les shwâshîn.

10Les Hmerna s'imposent également comme des intermédiaires entre la région de Gabès et le pouvoir beylical, en entretenant avec les beys, tout au long du xviiie siècle, des relations fondées sur la reconnaissance mutuelle. Les chroniqueurs et les pèlerins de l'époque l'affirment bien, parlant même d'un partage de pouvoir politique et économique entre ce groupe et le pouvoir central. Ils apparaissent donc comme les agents de l'articulation (et partant de l'intégration) entre une région et un gouvernement. Grâce à cette interdépendance entre instance locale et instance centrale dont découle l'allégeance à la dynastie husseïnite, le calme règne dans le pays de Gabès. Les Hmerna y assurent des fonctions de police pour châtier les voleurs, protéger les caravanes des pèlerins et faire régner la paix entre les différentes tribus. Et les cadis ou muftis de la ville sont toujours issus de leurs rangs. Le caïd (ou gouverneur), représentant des intérêts du bey dans la région, recourt souvent à eux pour résoudre des problèmes. Le groupe tisse ainsi des liens, soit à l'intérieur des différentes localités, soit à l'extérieur avec les représentants du pouvoir central qui contrôlent la région par son biais. Toutefois, le renversement de la conjoncture internationale, au début du xixe siècle, accroît les difficultés du gouvernement beylical. Afin de remédier à une crise financière, il instaure un régime fiscal plus lourd, plus direct et plus coercitif qui remet en cause les intérêts des notables locaux. Les Hmerna commencent à perdre leur influence sur la région en perdant les privilèges fiscaux qui leur ont été accordés par les beys. Le groupe s'affaiblit, ses relations avec le pouvoir central se tendent et les révoltes contre les husseïnites se multiplient. La fin des Hmerna en tant qu’instance d’intermédiation se précipite au rythme de la décadence des anciens notables locaux, dans toute la régence de Tunis.

Territoire nomade (Mauritanie précoloniale)

Conflits tribaux et agents de médiation

11Rahal BOUBRIK

12La société mauritanienne est caractérisée par une forte stratification sociale basée sur trois principaux groupes statutaires : tribus zwâyya (religieuses), tribus hassân (guerrières), et tribus znâga (tributaires). Si le groupes hassân monopolise la violence physique et le pouvoir politique, les zwâyya quant à eux monopolisent le pouvoir symbolique. La troisième catégorie est soumise à la domination des deux autres.

13Ces trois composantes de la structure sociale traditionnelle étaient en conflits pour le contrôle du pouvoir et la promotion statutaire. Les stratégies de conquête et de monopole du pouvoir dans les espaces nomades et les villes de ces zones sahariennes obéissaient à ce clivage social entre les groupes statutaires. Les hassân, par leur manipulation des armes, ont certes imposé leur puissance militaire mais sans pour autant réussir à écarter les groupes religieux de la scène de la compétition sociale et politique. Pour leur part, les znâga, dans un statut de dominés, n’étaient portant jamais tombés dans une soumission totale, puisque plusieurs tribus znâga manièrent les armes pour acquérir le statut de hassân.

14Les conflits ont souvent fait l'objet d'interprétations ethniques notamment par les premières études sur la région. Ainsi toutes les guerres qui ont opposé les tribus zwâyya et les tribus hassân furent présentées par la majorité des auteurs coloniaux comme autant de conflits ethniques entre Berbères (Çanhâja) et envahisseurs Arabes (Ma’qil). Une deuxième thèse souvent avancée, voit dans ces guerres une opposition entre marabouts et guerriers, autrement dit entre islam et arabité. Nous n'allons pas pour le moment entreprendre une réfutation de ces idées. Nous soulignons simplement qu'on ne peut se résigner pour expliquer ces confits à des oppositions simplistes : Berbères/Arabes, marabout/guerrier.

15Notre réflexion est axée sur :

  • la nature des rapports ─ conflictuels ou pacifiques ─ entre les différentes tribus ; les formes des luttes de reclassement, ainsi que leurs enjeux et leurs conséquences ;
  • le processus de promotion, conversion et/ou de déclassement statutaire/tribal ;
  • les modalités de l'exercice du pouvoir et du contrôle des hommes, des biens et de l'espace dans le milieu nomade ainsi que dans les villes ;
  • les acteurs principaux de la gestion de la guerre et de la paix, et la base de leur légitimité.

16Un intérêt sera porté aux rôles des hommes religieux dans ces conflits, comme acteurs de la médiation pacifique et arbitres entre les protagonistes sociaux, et surtout à leur implication active dans les conflits entre tribus, comme « idéologues » de la guerre, voire hommes d'arme.

Stratégies notabiliaires et recomposition du paysage urbain

Images et communication d'une élite économique à Casablanca

17Raffaele CATTEDRA et Myriam CATUSSE

18Combinant deux approches (politologique et géographique), cette étude s'attache à réfléchir sur le rôle d'acteurs privés sur la scène urbaine, acteurs en principe externes au projet urbanistique et à la gestion de la ville. Néanmoins, actuellement, les grands entrepreneurs opérant à Casablanca nous apparaissent de plus en plus impliqués dans les modes de régulation de la gestion urbaine et dans l'évolution de la ville, métropole et poumon économique du pays, dans un contexte où depuis 1983, la mise en œuvre du Programme d'Ajustement Structurel s'accompagne d'appels ostentatoires à l'entreprise privée. Ni directement partie prenante, ni jusqu'à présent concerté de manière officielle, en tant que catégorie explicitement reconnue, dans la conception de l'aménagement, ils pourraient être considérés comme les acteurs privés de la recomposition de l'espace urbain.

19Toutefois, la mise en œuvre de leurs stratégies d'intervention, fondées sur des logiques d'actions qui ne contredisent pas nécessairement la politique publique en matière d'aménagement et d'urbanisme, mais qui ne s'y intégrant pas formellement, peut générer des conflits d'occupation d'espace : alors que le « projet urbain de Casablanca » a été ratifié dans les années 1980, à travers la mise en place d'une série de dispositifs de contrôle et de balisage du territoire, au cours des années 1990 l'élite économique casablancaise non seulement signifierait sa présence effective, mais diffuse des images, développe des stratégies de figuration et de médiatisation, propre à territorialiser certains lieux, axes de circulation ou quartiers de l'espace urbain de Casablanca, par le biais d'édifications de sièges sociaux d'entreprises, de sociétés ou de banques. Notre hypothèse de départ consiste à postuler l'émergence d'un système symbolique requalifiant l'espace urbain de Casablanca, lié à la construction de nouveaux sièges sociaux (à dominante privée), à connotation à la fois monumentale et économique.

20Il s'agit d'appréhender ces espaces dans leurs éventuels agencements avec les diverses orientations du projet urbain, tout en tenant compte qu'à Casablanca, un vaste projet a été mis en œuvre, autour de l'édification de la Mosquée Hassan II et du tracé de l'Avenue Royale, entendant requalifier l'image de la métropole, et impliquant une structuration globale de sa centralité. Cette dynamique, soutenue par les actions architecturales « mais de fait accidentellement urbanistiques » promues par le secteur privé, s'explicite d'une part sur le plan territorial et au niveau du paysage urbain, et d'autre part sur celui des images et des (auto)représentations produites par des entrepreneurs privés. Individuellement ou collectivement, ces derniers font preuve par-là de leurs capacités et de leurs compétences à édicter certains marquages collectifs de normalisation, en affichant leur « raison sociale ». Autrement dit, une dynamique qui pourrait renvoyer à un processus de notabilisation, s'affirmant dans une ville qui s'est développée depuis la fin du xixe siècle, par et pour l'activité commerciale et économique.

21On pourrait toutefois considérer que ce processus, à caractère privé, serait finalement le produit d'une insertion de ces élites économiques dans un espace public, au sein duquel elles seraient en mesure non seulement de produire des « pratiques de sociabilité » ‘jusqu'à présent inédites’, mais de faire reconnaître la spécificité de leurs intérêts et de leurs opinions. En d'autres termes, agents de transformation de l'espace urbain de Casablanca, agissant sur le paysage du bâti urbain (en édifiant les sièges sociaux de leurs sociétés), ces élites semblent également progressivement s'instituer en tant qu'acteurs de la ville.

22Loin de n'être que symbolique ou de l'ordre du monumental, leur insertion dans la (ré)organisation de l'espace urbain de Casablanca prend la forme d'une amplification de leur prétention à s'emparer, collectivement et en tant que promoteurs économiques urbains, de certains pans de la gestion publique de la ville. Pour être particulièrement significative dans la perspective qui nous occupe, cette attitude s'inscrit néanmoins dans une « tradition » (de mécénat et d'évergétisme, dont nous évoquons les avatars contemporains) selon laquelle, au cours du xxe siècle, le patronat s'est à plusieurs reprises « préoccupé » des politiques d'aménagement de cette ville où s'est développé le tissu industriel du pays. Dans ce texte, nous observons des stratégies d'action, notamment par rapport à leur inscription territoriale, en prenant en compte deux exemples principaux : la campagne de publicité de l'opération immobilière Casablanca Twin Center (l'édification dans le quartier désormais central du Maarif, de deux tours jumelles surplombant la ville, dont le promoteur principal est le plus important groupe économique du pays, l'Omnium Nord Africain) ; l’institutionnalisation du rôle du patronat dans l'affaire de la privatisation de la gestion des services d'eau, d'électricité et d'assainissement à Casablanca. En considérant comme point discriminant les jeux d'images et de communication de ces élites et les systèmes de représentation sur lesquels ils reposent, les retombées territoriales de ces stratégies se traduisent sur deux registres complémentaires. Dans le paysage urbain, par l'émergence d'un nouveau système symbolique articulé autour d'un transfert ou d'un dédoublement des centralités urbaines. Politiquement, par la « prise de parole » de ces acteurs dans l'économie de la gestion de la ville.

23C'est en tant que nouveaux notables de la métropole que semblent s'inscrire les élites économiques casablancaises dans l'espace public de la ville ; notables non pas par leur statut ou leurs fonctions, mais du fait des ressorts de légitimation dont ils usent. En effet, si le terme de « notable » est polysémique et fortement connoté historiquement, il permet néanmoins de qualifier le mode de présence publique d'une série d'acteurs privés, situés à l'articulation du local et du global. En ce sens, l'exemple du Casablanca Twin Center (CTC), dont nous avons « lu » la campagne de publicité, est à la fois représentatif et atypique du procès d'inscription de l'acteur économique privé dans un espace public, au sein duquel il s'accaparerait d'attributs notabiliaires. Représentatif du fait de son outrance monumentale le CTC serait le sommet d'une dynamique hyperbolique ; mais aussi et par conséquent atypique, dans le sens où, dans le cas d'espèce, c'est une figure impersonnelle qui émerge des deux tours. Alors que la grande majorité des grands groupes économiques marocains sont associés à un personnage ou à une famille, l'ONA, au contraire, a vu différentes personnalités à sa tête. Il est toutefois associée, dans l'imaginaire collectif, et du fait du portefeuille d'actions qu'il y détenait effectivement, à la figure de Hassan II. Suggérée par ce paradigme architectural, nous avançons l'hypothèse d'une institutionnalisation de la présence des entrepreneurs privés (par le biais de leurs représentants) dans la gestion de l'espace urbain, et plus largement dans l'espace public, cette fois-ci, moins visible et spectaculaire que dans les registres de l'action de construction des sièges sociaux. Les prises de positions de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a propos de la cession de la R.A.D. (service public urbain) à la Lyonnaise des Eaux sont de ce point de vue éloquentes. Au message latent transmis par l'image et la publicité, se greffent des revendications plus explicites de demandes de participation. Dès lors, l'espace urbain, investi par des acteurs privés, aux intérêts spécifiques mais pouvant dénoter des lignes convergentes, prend le visage d'un « espace public », dont il s'agirait de négocier normes et frontières. Ainsi, la sphère urbaine, les projets architecturaux et urbanistiques dont elle fait l'objet, par le biais de la publicisation qui en est faite, deviennent objets collectifs, et éléments de l'espace public.

24Médiatisation et intermédiation (de la part de la presse, des agences de communication ou de la CGEM) constituent dans ce cas des modes de relations et d'articulation strictement liés, entre un champ qui relève de la décision institutionnelle (le projet urbain) et un champ des acteurs sociaux « ordinaires » ou extraordinaires (les notables économiques). Dès lors se dessine à nos yeux une sorte de paradoxe que l'on pourrait qualifier de « privatisation de l'espace public », dans un contexte où ce dernier était jusqu'à présent essentiellement encadré par des acteurs étatiques et dans la mesure où s'en approprient des acteurs privés, à des fins privées, mais dans un processus de publicisation, de médiatisation et de mise en concurrence d'images pour la production de symboles et de représentations urbaines.

25En d'autres mots, l'enjeu réside dans l'équilibre instable entre la vision bureaucratique et décisionniste de l'État et « l'imaginaire bâtisseur » des acteurs économiques privés, qui pourraient investir dans le projet : en absence d'un espace public de discussion du projet de la cité, le statut « public » du sol serait ainsi « privatisé ». En termes politiques et sociologiques, peut-être pourrait-on parler de notabilisation de cette élite (arrivée souvent récemment dans la métropole), par territorialisation de ses propres intérêts économiques et corporatistes.

L'émergence d’une nouvelle élite à Nabeul vers 1900

26Yahya EL GHOUL

27Par-delà les traits généraux que l’on peut conférer à la notabilité, au temps du gouvernement beylical, les particularités sont aussi nombreuses que les pays (watan) et groupes sociaux existant dans le royaume de Tunis, à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Dans le cadre local, des situations acquises, mais toujours fragiles, sont secouées par l’impact de l’établissement du protectorat qui réorganise l’ensemble sociopolitique selon une logique coloniale. Sans ce contexte, le bled de Nabeul nous paraît un cadre adéquat pour, étudier les notabilités en milieu urbain à l’intérieur du pays. Le matériau historique disponible peut être interrogé selon un ensemble de problématiques intéressant les notabilités locales, leur articulation, et les dynamiques de changement sous les contraintes de l’ordre social.

28Nabeul est une petite ville de la côte orientale du Cap Bon, située à une soixantaine de kilomètres de la capitale avec environ 6 000 habitants dont une minorité israélite et une colonie européenne ; elle est la principale localité du bled chott, un pays qui de Hammamet à Maâmoura regroupe des sédentaires. Une série de localités inscrites dans leur terroir s’y égrènent le long d’une étroite plaine littorale. C’est une région agricole prospère grâce à ses conditions naturelles et au dynamisme de ses fellahs. L’économie de Nabeul et de ses environs est suffisamment diversifiée pour permettre une économie d’échange assez active. Dans ce pays de petits propriétaires, qu’ils soient fellahs, artisans ou commerçants, dominent des catégories sociales moyennes, et l’accès à la notabilité reste ouvert. Les notables se désignent eux-mêmes, dans le langage des correspondances de l’époque, par le terme de kbâr (ou kubarâ, et au singulier kbîr, soit les grands ou les personnages âgés et respectables). Quant à ceux qui détiennent une parcelle du pouvoir beylical, ils sont distingués par le terme du hukkâm (gouvernants).

29Apparemment les conditions d’existence des kbâr de Nabeul sont diversifiées à l’image des différents pouvoirs. Aucune figure ne dominait et monopolisait les pouvoirs et dans la durée. Certains kbâr, plus fortunés que des hukkâm, sont cités avant eux dans l’ordre de préséance. Leurs destinées semblent plutôt individuelles (rarement familiales ou institutionnelles), d’une assise essentiellement économique (avec les contraintes à la fois des limites de l’accumulation dans cette économie, et des menaces de la fiscalité beylicale) et parfois politique mais jamais clanique, et jouissant d’un prestige social modéré (faiblesse des écarts matériels par rapport à la moyenne sociale, la proximité du pouvoir central, l’individualisme...). La situation sociale des kbâr serait donc importante sans être dominante, et leur influence, plutôt limitée à leur ville et à sa région. Cette société beldi est, certes, inégalitaire et hiérarchisée, mais les niveaux de fortunes les plus élevés ne sont pas dominants. Le critère de l’acceptabilité sociale n’est autre, en fin de compte, que la sédentarité fondée sur la propriété dans le bled (la localité et son terroir), ce qui permet de se prévaloir de la qualité de ouled bled symbole de l’intégration dans la communauté (jemâca).

30En décidant la création d’une commission municipale à Nabeul, les autorités du protectorat désignent des notables déjà liés au makhzen, pour siéger dans la nouvelle institution. Le décret du 30 juillet 1887 qui fonde cette commission, confie sa présidence au caïd Abdelkader Bahroun et nomme parmi ses membres quatre musulmans, un notaire chef de quartier. Et en août 1889, deux membres décédés sont remplacés par un avocat (oukil) cheikh de Nabeul et par un chef de quartier. Ainsi les nominations concernent la catégorie des hukkâm.

31À ses débuts (1887-1891), l’organisme municipal est géré par l’élément tunisien, la situation du vice-président français étant encore fragile. En général, le débat est tunisien, le contribuable municipal beldi est traité avec ménagement, et les intérêts tunisiens sont pris en considération dans les affaires municipales : nominations aux postes municipaux, souscription des marchés, budgets des dépenses... Les membres sont solidaires avec leur caïd-président pour acculer deux vice-présidents (J.-P. Simon et Debon) à la démission. Cette entente est remarquable entre les Tunisiens qu’ils soient musulmans ou israélites : Aouida Ben Brahem Haddad, caïd des Israélites et membre de la commission, on compte parmi eux Saïd Ben Haï Guez, commerçant et représentant du consulat d’Espagne, et Joseph Micalef, un propriétaire maltais de Nabeul. Elle montre un consensus entre les notables des différentes communautés (musulmane, israélite et chrétienne) et un loyalisme traditionnel envers le makhzen et son représentant régional, le caïd.

32Les conflits d’intérêts évoluent néanmoins rapidement, la prépondérance française liée à une dynamique d’installation dans la ville et à la domination coloniale, acculant progressivement les beldi à la défensive. Désormais les kbâr et les hukkâm sont remis en cause par l’insolences des propos et des comportements des vice-présidents représentant l’élite émergente de Nabeul. Le vice-président Jean Simon (1893-1903) accapare la gestion municipale contre la volonté de ses collègues tunisiens. À partir de 1903, il est remplacé par Ruprich-Robert (1903-1909) et la présence française au sein de la commission se trouve renforcée par la nomination de trois membres français. La participation tunisienne devenue très faible, se limite le plus souvent à approuver l'avis des « prépondérants » français.

33Certains kbâr et hukkâm, habitués à la respectabilité liée à leur situation sociale et administrative, par leur statut et leur fonction (entre 1890 et 1898), préfèrent se retirer de la commission municipale.

34La domination de J.-P. Simon se fonde sur un réseau de relations et d'intérêts assez complexe sur différentes échelles. Sur le plan local, le « Maire » de Nabeul réussit à établir son ascendant sur la petite colonie française, à la fois par des faveurs (Société de bienfaisance, emplois et marchés municipaux, festivités, couverture d'affaires douteuses) et par les sanctions (mise en quarantaine, amendes à verser à la Société de bienfaisance, intervention pour obtenir la mutation d'un fonctionnaire comme dans le cas du receveur municipal Grasset en 1896). Simon établit aussi son ascendant sur les kbâr et les hukkâm qui prennent en compte le soutien que les autorités coloniales manifestent à son égard. Sur le plan régional, il entretient des rapports avec le contrôle civil et les autorités judiciaires de Grombalia.

35Au début du xxe siècle, Simon est un homme riche « gagnant largement de l'argent avec tous les services qu'il dirige », selon le témoignage de son compatriote Tissier. Premier magistrat de Nabeul, il peut ainsi se prévaloir de son œuvre dans l'accomplissement des objectifs coloniaux. D’une part, l'organisme municipal est mis au service de la petite colonie française, non seulement pour les emplois et les affaires, mais aussi pour l'aménagement d’un cadre de vie urbain adéquat (depuis l'état civil et les festivités du 14 juillet jusqu'au cimetière en passant par le nouveau quartier). Les destinées des premiers notables du groupe des petits colons sont liées à l'institution municipale.

Autorité caïdale et communauté tribale lors de l'établissement du protectorat français en Tunisie (1881)

Le cas des Ouled Saïd

36Mahmoud ETTAÏEB

37L'avènement d'une nouvelle autorité militaire, étrangère et puissante, en Tunisie constitue en 1881 un tournant décisif dans les rapports des notabilités locales avec le(s) pouvoir(s) existant(s). En effet, l’arrivée des troupes françaises déclenche un mouvement de repositionnement pour les chefferies et les communautés locales. Nous avons essayé de déceler les moments forts de ce repositionnement, ses mécanismes et ses mobiles, à travers l'étude de la famille El-Ouaer de la tribu des Ouled Saïd. Jouissant d'une notoriété prestigieuse, les El-Ouaer ont détenu pendant longtemps l'autorité caïdale au sein de leur communauté tribale. Quels sont les modes d'articulation et de restructuration des rapports chefferie/communauté, d'une part, et rapports de cette famille de notables avec le pouvoir beylical et son nouvel allié le pouvoir militaire conquérant, d'autre part ? Quelles sont les attitudes puises par les caïds et la communauté envers l'ancienne et la nouvelle autorités ?

38En effet, le comportement de cette famille pose plusieurs interrogations quant à son engagement dans le mouvement de résistance contre l’armée française. Est-ce là un acte suicidaire, une fuite en avant répondant à une volonté de reprise en main d'une autorité et d'une notoriété en voie d'effritement ? est-ce ou une réaction commune face à une contrainte conjoncturelle, mais que serait renforcée par un conformisme et un suivisme primaires ? Et si ce n'est ni l'un ni l'autre, peut-on alors interpréter cette attitude comme un comportement intentionnel, réfléchi, correspondant à des prédispositions personnelles, à des représentations sociales et culturelles et à une certaine image de la notabilité, de la communauté locale et de leurs rapports avec le(s) pouvoir(s) extérieur(s) ?

39Pour répondre à ces questions, nous avons tenté d’évaluer le poids de chaque situation à la lumière du contexte historique, des données et faits sociaux et du déroulement des épreuves de force (ou des échanges) mettant en scène les principaux acteurs, lieu « d'affrontement » des différents protagonistes.

40Malgré une solide réputation guerrière et un loyalisme makhzénien remarquablement manifesté lors de l'insurrection de 1864, la communauté des Ouled-Saïd vit de très graves problèmes à la veille de 1881. Les razzias des Zlass et de leurs alliés de Kalaa-Kébira se multiplient, des divisions intercommunautaires s'accentuent, une lutte farouche pour le leadership de la tribu attise la tension entre la famille du Hâj El-Ouaer et le nouveau caïd, de 1876 à 1880. La mort du chef de famille et la froideur qui caractérise par la suite la relation au pouvoir beylical marquent bien l’effritement d’une position sociale.

  • 1 J. Poncet, La colonisation et l'agriculture européenne en Tunisie depuis 1881, Paris, E.P.H.E, 196 (...)

41Avec la signature du traité de protectorat, le 12 mai 1881, et l'avancée des troupes françaises au sud de la capitale, le projet des autorités protectrices se concrétise par la confiscation du domaine agricole d'Enfidha1, l’ouverture d'un chantier de construction d'un chemin de fer dans le territoire des Ouled Saïd, la perturbation de leurs activités agro-pastorales, la menace de confiscation du cheptel et de leurs provisions alimentaires.

  • 2 A. Mahjoubi, L'établissement du protectorat française en Tunisie, Publications de l’Université de (...)
  • 3 Ibid.

42« Agent de l'occupation de la Tunisie, responsable... de l'ordre et de la sécurité, l'autorité militaire s'était d'emblée imposée comme le véritable maître de l'intérieur du pays »2. Elle imposa son nouveau réseau d'administration locale. Mais pour implanter ce nouveau système il fallait réduire la résistance, destituer les fonctionnaires hostiles et nommer de nouveaux chefs locaux... « tout en les coupant » du gouvernement tunisien pour annihiler le pouvoir de ce dernier3. Or, le caïd des Neffat, Ali Ben Khalifa, a pris la tête de la résistance et poussé la chefferie à la « dissidence ». Durant l'été 1881, l'autorité caïdale est dans une position très délicate qui ne lui laisse plus le choix de la neutralité.

43Quelles sont les positions et les actions engagées ? Le Hâj El-Ouaer participe à de nombreuses réunions groupant les cheikhs des différentes fractions des Ouled-Saïd et les représentants des autres forces tribales ; mais il n'adhère au mouvement de résistance qu'après de fortes hésitations et pressions. Il se distingue dans la bataille d'al-Arbain et le déplacement vers le sud assure de la majeure partie de sa communauté. Il reste le chef de sa tribu même pendant l'exil dans les confins tuniso-tripolitains.

44Nous essayons de comprendre les mobiles de ce comportement par l'analyse de la représentation que ce notable et sa communauté se font d'eux-mêmes, de leur passé et de leurs rapports avec les autres groupes. Plusieurs raisons expliquent l’engagement dans le mouvement de dissidence et l’exil : honorer leur réputation guerrière et défendre leur fierté ; défendre l'image d'un chef pieux (hâj) guerrier, respectable, homme de parole, capable de défier les troupes envahissantes ; exalter le serment religieux, entretenu par des émissaires ottomans et des confréries autochtones pendant le Ramadan de l'été 1881, qui font appel à la « guerre sainte » avec l'appui du sultan ottoman. Ces comportements collectifs entraînent un affermissement des solidarités religieuses et culturelles. Par ailleurs, l'implantation de la nouvelle autorité militaire française provoque l'affaiblissement du rôle des forces militaires auxiliaires tribales que fournissent régulièrement les Ouled Saïd à la mahalla beylicale.

45Avec l'entrée des troupes françaises en Tunisie, émerge la compétition entre deux sources d'autorité. La chefferie locale tiraillée entre sa fidélité envers le pouvoir beylical et sa suspicion envers le nouveau pouvoir militaire qui se présente selon le traité de Bardo comme un pouvoir allié et légal. Le caïd Hâj El-Ouaer considère sa résistance comme un acte légal, un témoignage de loyalisme envers le bey et non comme une insubordination ou une rébellion. Son sens de la fidélité se renforce d’autant plus que le caïd recherche auprès du sultan, « tuteur de la souveraineté suprême », le soutien au bey et à ses sujets, allant jusqu'à « se réfugier » sur une « terre encore ottomane ».

46Ce glissement vers une allégeance ottomane ne paraît pas incompatible aux notables. Il n’est pas plus un acte d'insoumission dès lors qu’il se dédouble d'une obédience culturelle envers la umma islamique et l'aire Tripolitaine arabo-islamique.

47En revanche, l'allégeance envers la nouvelle autorité, bien que « légale », n’apparaît ni légitime, ni pure, parce qu’elle concurrence, « souille » la fidélité traditionnelle et permanente de ce notable envers le régime beylical. D'où une cohabitation impossible, une méfiance qui se manifeste par une résistance (passive et active) et, à la limite, par une « rupture » de loyalisme et un transfert d'allégeance transcommunautaire.

48Il faut préciser toutefois que ce choix n’est ni évident, ni commun, car il dépend des circonstances, des sensibilités, des perceptions de chaque groupe et de chaque individu. C'est ce qui explique, en même temps, la diversité et l'ambiguïté des positionnements, malgré leur apparente bipolarisation.

Pouvoir local, pouvoir sur le local en Tunisie

Les agents du Parti entre État et territoires

49Olivier FENEYROL

  • 4 Marc Abèlès, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d'un département français, Paris, Éditi (...)

« Le politique est affaire éminemment collective mais, pour en mieux appréhender les différentes facettes, l'expérience individuelle est une mine »
Marc Abélès4

50Le qualificatif de « notables » ne doit pas servir à désigner uniquement les acteurs dominants d'une société traditionnelle aujourd'hui révolue. Bien au contraire, il nous faut partir de l'idée que toute société peut, en théorie, produire des notables à différentes périodes de son évolution, même si les critères de la notabilité peuvent varier d'une époque à l'autre, d'une configuration socioculturelle à l'autre, d'un contexte politique à l'autre... Pour la Tunisie d'aujourd'hui, l'étude du rôle des notables dans l'articulation local-global se heurte toutefois à des difficultés particulières que je me propose ici d'évaluer.

1. Problèmes de définitions

51En raison de son caractère polysémique et de son fort contenu imaginaire, l'usage de la notion de notable peut apparaître comme problématique. Le fait est qu'en Tunisie le qualificatif de notable est très connoté dans le langage courant, puisqu'il renvoie à un passé datant d'avant l'Indépendance, c'est-à-dire marqué par une rupture idéologique : ainsi l'étiquette de « notables » demeure-t-elle le plus souvent réservée à des personnes liées par leur appartenance familiale à des figures ayant incarné l'ordre sociopolitique et culturel traditionnel.

52En se basant sur des recherches historiques couvrant des périodes antérieures, il est cependant possible de dépasser cet obstacle terminologique en choisissant de considérer la notabilité comme un phénomène historique, durable et permanent, mais caractérisé par des cycles au cours desquels les critères légitimes de la notabilité sont régulièrement redéfinis par les acteurs sociaux. Dans cette perspective, le terme de « notable » peut servir à définir toute personne disposant d'une assise socioéconomique et d'une autorité (morale, intellectuelle et le plus souvent politique) reconnue à l'échelle d'une collectivité donnée ; une autorité s'exerçant toujours dans un cadre territorial local ou régional et reposant fondamentalement sur la reconnaissance de valeurs ou de ressources propres à l'individu en particulier ou à son groupe social d'appartenance. La notabilité est donc entendue ici en tant que construction sociale, le produit d'un jeu de représentations : le notable est doté d'une certaine visibilité, d'une respectabilité ou du moins d'une notoriété ; il occupe une position sociale de premier rang au sein de la collectivité. Cette situation peut en faire l'homme d'un lieu, auquel il est identifié et qu'il est habilité à représenter en toutes circonstances.

53Cette définition conduit à établir un lien très étroit entre la notabilité et le pouvoir local. En théorie, le notable semble porté à s'ériger en homme de pouvoir ou d'influence. Pour valoriser le local, mais aussi pour le préserver des agressions, le notable participe de la sorte à la construction incessante du territoire : à son adaptation aux changements sociaux et institutionnels qui l'entourent, à la transformation de son image à l'extérieur, au renforcement des sentiments d'attachement éprouvés à son égard à l'intérieur. En ce sens, le pouvoir du notable est d'abord le pouvoir de territorialiser, c'est-à-dire d'entretenir l'idée et la forme du territoire, sa cohésion et son esprit : le pouvoir de le désigner, de le distinguer, de produire du sens, pour mobiliser des forces endogènes autour d'un même sentiment d'appartenance ; pour attirer, aussi, des acteurs extérieurs aux yeux desquels il s'agira de « monumentaliser » le territoire afin de les amener à reconnaître son identité, à respecter sa spécificité, à croire également en sa force et en ses valeurs.

54Toutefois, les chances d'un individu d'endosser ce rôle de notable, quelque soit l'appellation appropriée pour le qualifier, ainsi que les modalités concrètes de son action et de son rayonnement dépendent largement du mode d'organisation politique adoptée par les sociétés dans des situations historiques données, et tout particulièrement du statut réservé aux espaces locaux dans la configuration des pouvoirs. C'est pourquoi, pour en revenir à la Tunisie contemporaine, il me paraît nécessaire de situer et de contextualiser le phénomène de la notabilité en commençant par s'interroger sur le cadre politique général mis en place depuis l'Indépendance.

2. Deux remarques concernant le cadre politique prévalant en Tunisie depuis 1956

55Il est nécessaire d'analyser, même brièvement, le cadre général dans lequel ont été instaurées de nouvelles formes de médiation, de gestion et de représentation politiques depuis l'Indépendance. Au moins deux traits spécifiques du système nous semblent devoir être pris en compte :

  • d'une part, son extrême centralisation sur le plan institutionnel, elle-même renforcée par la concentration du pouvoir politique entre les mains de la bureaucratie d'État et du parti unique (A) ;
  • d'autre part, la très forte territorialisation de l'État-parti qui, bien que réservant aux espaces locaux un statut subordonné, a basé son efficacité sur la capacité de mobilisation et d'encadrement des instances administratives et politiques locales (B).

56A - L'édification du « Nouvel État » tunisien a pris la forme d'une entreprise hégémonique et totalisante reposant sur la fusion originelle du parti unique et de la bureaucratie étatique. L'espace légitime du politique a été réduit à un champ extrêmement balisé et institutionnalisé, contrôlé de manière étroite par les autorités centrales au moyen d'un dispositif hiérarchisé, n'accordant que peu de compétences et d'autonomie (juridiques et financières) aux instances locales de gouvernement. Inspirée par un discours réformiste et modernisateur, cette réorganisation des structures socioéconomiques, administratives et politiques du pays a profondément bouleversé la configuration des pouvoirs, les structures sociales et les valeurs centrales de cohésion de la société tunisienne. Elle s'est par ailleurs accompagnée d'un renouvellement et d'un accroissement considérable des effectifs appelés à servir l'État et à encadrer la société. L'une des conséquences immédiates de ces transformations a été la marginalisation, variable selon les régions, des élites sociales et politiques traditionnelles, ainsi que l'apparition de nouvelles catégories de cadres et de dirigeants.

57B -Ce mouvement « d'étatisation » de la société a accordé aux entités locales un statut très équivoque, répondant à deux stratégies contradictoires : réduire, d'une part, les particularismes tribaux ou territoriaux pour mieux diffuser l'idéologie modernisatrice de l'État central ; s'appuyer, d'autre part, non seulement sur la force du local (espace privilégié de sociabilité, d'appartenance culturelle et de production économique) mais aussi sur ses divisions politiques internes, manipulables depuis le Centre. Tout ceci dans le but de mieux asseoir la tutelle du parti unique sur l'ensemble du territoire national (le parti étant conçu comme l'organe historique et la colonne vertébrale du pouvoir d'État en Tunisie).

58Ce constat général soulève plusieurs questions : les formes de territorialisation du pouvoir propres au régime politique actuel autorisent-elles dans les faits le développement de stratégies notabiliaires ? Parmi les espaces de gestion et de représentation politiques correspondant à des formations sociospatiales locales ou régionales, en est-il qui bénéficient d'une autonomie de fonctionnement et d'un fondement identitaire suffisants pour que se développe une vie politique territorialisée ? Peut-on concevoir des notabilités politiques qui n'aient pas les moyens de s'opposer ou de se soustraire à la volonté de l'État central ? Partant, de quelles ressources disposent les acteurs politiques locaux pour acquérir une telle légitimité : comment se constitue un « local » ou un « territoire » politique, et à quelles contraintes les acteurs doivent-ils faire face ?

3. Pour une anthropologie politique du territoire

  • 5 Cette recherche a pour cadre une thèse de doctorat portant sur les formes de territorialisation du (...)

59Un moyen de progresser dans la résolution de ces questionnements serait de raisonner à partir d'études de cas localisés. Pour ma part, j'ai engagé une recherche centrée sur le fonctionnement et la trajectoire historique d'un espace sociopolitique particulier, le faubourg de Bab Souika à Tunis. Cet espace historique correspond de nos jours aux découpages territoriaux d'une délégation administrative, d'une fédération destourienne, d'un arrondissement de la municipalité de Tunis et d'une circonscription électorale5.

60Partant de l'évènement (une opération d'aménagement, des compétitions électorales, des émeutes populaires, des cérémonies officielles, des fêtes traditionnelles...) ou du quotidien (sociabilité de quartier, interactions routinières au sein de groupements politiques), je me suis efforcé de reconstituer des trajectoires personnelles et des expériences vécues afin d'accéder à la production conceptuelle des acteurs et aux rapports de sens fondant les relations politiques. En sélectionnant des intrigues, j'ai cherché à révéler les capacités d'initiatives des acteurs mais aussi les « règles du jeu » et les déterminations auxquelles ils étaient soumis.

61Cette étude m'a permis d'aller au-delà d'une vision formelle du système politique et d'identifier des modes d'articulation et des ajustements entre l'horizon local des pratiques politiques et le contexte globalisant, dominé parles instances centrales du parti et de l'État. J'ai pu ainsi observer qu'à Bab Souika la vie politique locale possédait une dynamique propre - ancrée dans l'histoire et la sociabilité des groupes locaux -qui interférait avec l'inscription des « responsables » locaux dans des réseaux politiques « englobants » liés aux hautes sphères du pouvoir. Focalisant mon regard sur un échantillon de « personnalités » reconnues comme détentrices du pouvoir local, j'ai également entrepris d'élaborer une galerie de portraits sur lesquels je me suis appuyé pour établir une typologie de « figures » que j'ai souhaité comparer avec le modèle de notabilité esquissé précédemment. L'analyse a porté sur leurs parcours biographiques et politiques, leur mode d'inscription dans le champ politique, leurs liens avec le territoire local et leurs manières de les mettre en scène, leurs conduites dans des situations données, leur réputation, leurs principales ressources dans le jeu politique et les contours de leurs stratégies. Des cinq figures retenues, seule deux d'entre elles, celle de l'héritier et celle du « militant (destourien) qui se voulait édile » m'ont semblé se rapprocher, par certains aspects, du modèle en question. Néanmoins, ces formes de pouvoir m'ont surtout paru révélatrices de l'ampleur des contradictions dans lesquelles se débattaient des acteurs dont l'objectif était de concilier une conception notabiliaire de leur rôle politique avec les devoirs et obligations de l'allégeance stato-partisane. Des contradictions moins apparentes dans le cas du dignitaire, de l'activiste-entrepreneur et de l'affilié, étant donné l'attitude essentiellement pragmatique et opportuniste adoptée à l'égard de l'ordre dominant par les acteurs relevant de ces catégories, ceci au détriment des deux fonctions caractéristiques de la notabilité : Les fonctions de médiation et de représentation.

  • 6 Que cette domination s'exerce dans les secteurs de l'économie, de la religion ou de l'administrati (...)

62Autrefois réservé à des individus dont le statut et l'autorité se fondaient essentiellement sur la réputation personnelle, l'ascendance familiale et l'appartenance aux couches dominantes de la société traditionnelle6, l'exercice du pouvoir notabiliaire semble ainsi devenu à Bab Souika l'apanage des agents locaux du Parti : des « personnalités » ayant un accès privilégié à l'administration et aux fonctions électives parce que disposant de la légitimité que confère à leurs interventions leur allégeance proclamée au régime politique en place. Dans les représentations populaires, l'évolution des règles déterminant les conditions d'accès aux formes institutionnalisées du pouvoir local n'a cependant pas effacé l'image traditionnelle de la notabilité. Le fait est que celle-ci ne « colle » pas avec le statut d'agent de l'État que doivent endosser les dirigeants destouriens, investis par le pouvoir central d'une mission de contrôle, d'écoute et d'animation/mobilisation. Dans ces conditions, pour qu'émergent et puissent être reconnues comme telles de nouvelles formes de notabilité, il apparaît nécessaire que les nouveaux détenteurs du pouvoir local s'autonomisent de la double tutelle de l’État central et du Parti, la quête de cette autonomie notabiliaire pouvant constituer, réciproquement, un vecteur fondamental de changement politique en Tunisie.

Usages du concept de « notable » dans les sciences sociales tunisiennes

Des travaux tunisiens marqués par une forte dimension normative

63Vincent GEISSER

64La lecture d'un certain nombre de contributions sur le thème de la notabilité en Tunisie fait ressortir une dimension normative et laisse transparaître les visions du monde présentes chez chaque chercheur et cela de manière assez saillante. Sans vouloir être trop caricatural dans mes propos, je dirais que ce n'est pas n'importe quel chercheur qui choisit de travailler sur les élites ou les notables. Le choix de telles thématiques scientifiques relève souvent de déterminations sociales ou d'options idéologiques, parfois familiales. Mais, il est admis, que les objets scientifiques ne sont jamais socialement neutres. La subjectivité du chercheur telle qu'elle s'exprime dans la construction de son objet, dans le déroulement de sa démonstration et dans la présentation de ses résultats, est une des conditions de la pluralité des sciences sociales, du pluralisme scientifique.

65Il existe parfois une filiation objective entre les travaux sur les notables et l'appartenance actuelle ou passée du chercheur à la société citadine (beldiya). Une telle remarque n'a pas pour objectif de discréditer ces travaux mais de mettre en exergue les motivations subjectives (au sens wéberien) qui ont conduit un certain nombre d'auteurs à s'investir personnellement sur ces thématiques de recherche.

66À l'inverse, j'ai pu recenser des contributions d'auteurs européens ou maghrébins, qui se voulant porteuses d'une tradition critique, présente la « société des notables », le beldisme, comme l'expression d'un certain archaïsme historique et idéologique. Majoritairement sociologues, ces auteurs renvoient les notables au passé et les opposent presque systématiquement aux élites modernistes, vecteurs de progrès et de développement.

67Il serait cependant réducteur d'évaluer les travaux sur les notables à travers ces deux catégories : apologie du beldi/vision péjorative. La majorité des recherches comporte simultanément ces deux dimensions : la notabilité y est présentée comme un fait historique mais dont les structures de pouvoir et de parenté, les valeurs, les normes et les « manières d'être » continuent à produire du sens dans les sociétés d'aujourd'hui. Même si ce n'est pas toujours énoncé de manière aussi claire, nombreux sont les auteurs à adhérer à l'hypothèse selon laquelle le détour par les formes modernes et contemporaines de la notabilité est indispensable pour comprendre les logiques actuelles de la domination politique, économique et religieuse dans les sociétés maghrébines.

68Faut-il repenser la notabilité en terme de « cycles » et de « processus » ? La pertinence des travaux sur la notabilité au Maghreb moderne et contemporain repose sur la capacité de leurs auteurs à développer une perspective dynamique du phénomène, conciliant la théorie durkheimienne du fait social (aspect de la contrainte et de la coercition) à un individualisme méthodologique modéré (détour par la subjectivité des acteurs). Sur ce plan, un approfondissement de la notion de « cycles de la notabilité » pourrait s'avérer extrêmement fertile pour la recherche en sciences sociales. En tant que fait sociohistorique, la notabilité renvoie à un processus, traversé par des phases de création, de stabilisation et de déclin.

69Par ailleurs, on ne peut accepter l'idée selon laquelle, les historiens se contenteraient d'étudier les notables (personnages du passé) et les sociologues ou politologues les élites (acteurs du temps présent). Cette division du travail disciplinaire, fort contestable, est aujourd'hui remise en cause par les apports de l'anthropologie politique : la notabilité ne doit être traitée ni comme un statut, ni comme une fonction, mais comme un mode de légitimation qui continue à produire du sens dans les sociétés actuelles. Étudier les notables, c'est chercher à comprendre, d'une certaine manière, les élites d'aujourd'hui, bien que les modes de recrutement, de formation, de sélection et de légitimation se soient considérablement transformés.

70Derrière chaque élite des sociétés actuelles ne se cache-t-il pas finalement un notable ? Certaines stratégies élitistes, telles qu'on peut les observer dans les pays européens et maghrébins ne reproduisent-elles pas consciemment ou inconsciemment une logique notabiliaire ?

Les notables locaux dans la Tunisie de l'intérieur aux xviiie et xixe siècles

Point d'ancrage de l'articulation des communautés tribales et villageoises avec le régime beylical

71Abdelhamid HÉNIA

72L'une des caractéristiques du pouvoir ottoman installé à Tunis à partir de 1574 est sa volonté de fonder progressivement un État territorialisé. Dès le départ, il se heurte à la résistance des communautés tribales et villageoises dans les franges intérieures du pays. Doté d'un appareil politico-militaire moderne, le régime beylical finit par s'imposer à toutes ces communautés. Cependant, cette domination ne s'est pas réalisée sans ménagements et compromis de la part des deux partis en présence. Comment est faite l’articulation de ces communautés avec le pouvoir central et quel est le rôle des notables dans une telle entreprise ?

La fiscalité : champ d'articulation des communautés locales avec le pouvoir central

73À l'époque moderne, la fiscalité constitue le champ privilégié de la rencontre entre les communautés locales et les représentants du pouvoir central. Les tournées qu'effectue annuellement la mahalla (ou colonne militaire) en hiver et en été en reproduisent l'occasion. L'acte fiscal est très chargé en symboles aussi bien pour les contribuables que pour les autorités : son paiement est une forme de reconnaissance du pouvoir central sur la communauté locale ; pour les contribuables, il sert à marquer un certain nombre de droits acquis ou à acquérir des autorités publiques.

74Jusqu'en 1840, chaque communauté locale avait sa liste fiscale particulière. Les contributions y sont rarement déterminées à la base par une mesure du terrain ou par les produits du sol. Pour les instituer, le pouvoir central tient compte du potentiel économique de chaque communauté prise dans son ensemble. Les contributions sont globales et forfaitaires. Les communautés versent en bloc le produit de leur collecte. D'où la responsabilité fiscale collective qui marque profondément la vie des communautés. À l'image de sa fiscalité, l'autorité du pouvoir central sur ces communautés est globale et partant limitée. La répartition des contributions au niveau de chaque communauté incombe entièrement à l'administration locale laissée entre les mains des notables. Elle est particulière d'une région à une autre. Le particularisme fiscal justifie (et se justifie par) l'autonomie interne des communautés. Pour toutes les questions fiscales locales, le pouvoir beylical ne peut établir aucun rapport direct et individuel avec les contribuables. Ce sont les notables locaux, détenteurs des rouages de l'administration locale, qui s'interposent, par leur rôle primordial, dans la perception de l'impôt. Les notables locaux se sont ainsi forgés des intérêts, au cours des générations, autour des systèmes d'imposition en vigueur jusqu'au milieu du xixe siècle, date de leur refonte totale.

Les notables : médiateurs obligés

75La responsabilité collective devant le fisc n'est pas l'unique motif de l'existence d'une administration locale. Elle est surtout le produit de toute une vie communautaire multiséculaire qui trouve ses fondements aussi bien dans le milieu physique qu'humain. Les pratiques communautaires constituent des facteurs pressants pour l'existence et surtout pour la permanence dans les franges intérieures de la régence d'une vie communautaire active. D'où l'importance du rôle que peut jouer une administration locale laissée entre les mains des notables locaux pour assurer l'articulation des communautés locales avec le pouvoir central.

76On compte, autant d'administrations autonomes que de communautés ayant une identité plus ou moins dégagée. Elles sont constituées exclusivement d'institutions communautaires : à la base du noyau administratif, il y a le conseil du groupe commandé par un cheikh. Il prend des appellations différentes selon les communautés : jmâca, rjâl kbâr (ou conseil des grands), câd, h'ilga, etc.

77L'institution du cheikh apparaît comme une exigence vitale pour toute action administrative ou autre menée par le groupe. Pour cette raison, la désignation d'un cheikh à la tête d'un groupe ethnique (ou carsh) est un événement important pour les populations concernées et pour le pouvoir central constamment soucieux de consolider ses assises politiques et sourcilleux dès qu'il s'agit du pouvoir local dans une région de l'intérieur.

78L'appartenance à une famille privilégiée et la plus puissante économiquement, celle ayant réussi à acquérir parmi ses contribules une suprématie soutenue par un quelconque prestige religieux ou la caution d'un marabout, constitue pour le candidat le soutien le plus efficace. Comme la principale fonction conférée à un cheikh est la répartition puis la collecte de l'impôt dans le cadre de son groupe, il est tout indiqué de veiller à ce qu'une telle responsabilité soit confiée à celui qui offre le plus de garantie matérielle tant pour les contribuables que pour le pouvoir central. C'est la perte d’une telle assise matérielle qui engendre le plus souvent la perte du pouvoir au profit d'une autre famille rivale. Il serait trompeur de parler d'élection proprement dite ou même d'égalitarisme au sein d'un groupe. Il s'agit d'une cooptation qui se fait tout naturellement au sein de l'« aristocratie » du groupe.

Qui peut être élu cheikh dans le groupe ? Qui participe au choix ?

79Là aussi, il n'est pas question de chercher un égalitarisme au sein du groupe. Seuls les notables en mesure de cautionner la gestion financière du cheikh (c’est-à-dire les notables possédant des biens d’une certaine consistance) peuvent participer à sa désignation, et par voie de conséquence aux affaires administratives en général.

80C'est donc la détention de la richesse qui confère, à tous les niveaux de la hiérarchie administrative, le pouvoir politique. La médiation entre les deux types de pouvoir, local et central, est assurée par le système d'imposition particulier à chaque communauté. Pour que la désignation du cheikh soit définitive, l'approbation du pouvoir central est nécessaire. Elle est sanctionnée par le paiement d'un « droit d'accession à la charge ». Il est important de remarquer que le pouvoir à l'échelle d'une communauté s'acquiert d'abord sur place, au prix d'une lutte intense menée contre des rivaux, puis vient ensuite la confirmation du pouvoir central.

« Accord » et « désaccord » entre les deux instances du pouvoir

81Une économie de conventions et d'accords entretiennent les relations d'interdépendance entre les notables et le pouvoir central. Le système fiscal en vigueur dans les communautés locales, réciproquement admis, préserve les intérêts du pouvoir local et ceux du pouvoir central. Il renforce la hiérarchie locale et consolide le pouvoir des notables sur leur territoire communautaire. Aussi, se trouvent-ils liés, comme par un accord tacite. Pour assurer sa domination sur la région et par conséquent le paiement régulier de l'impôt, le pouvoir beylical s'associe aux notables pour une exploitation commune de la rente fiscale procurée par les communautés locales.

82Pour entretenir ces rapports d'interdépendance, les deux instances du pouvoir pratiquent le don et le contre don, affichant ainsi un équilibre symbolique. À l'occasion du passage de la mahalla, le bey fait des dons aux notables locaux (sous forme de cadeaux, notamment des produits textiles de haute qualité) ; ces derniers lui offrent, à leur tour, un cadeau de valeur, le « cheval de coutume ». Une reconnaissance mutuelle s'instaure tacitement entre les deux pouvoirs. Le paiement du « droit d'accession au cheikhat » en constitue à la fois la trace tangible et le symbole. Il a une double signification politique. Pour le pouvoir central, il signifie la reconnaissance de sa suzeraineté sur un noyau d'autorité locale. Pour une communauté locale, il symbolise la permanence de son autonomie interne vis-à-vis du pouvoir central. Le paiement d'un tel droit cessera au milieu du xixe siècle quand le pouvoir central décide de rompre cet accord tacite en limitant excessivement l'autonomie du pouvoir local et en fonctionnarisant le corps des cheikhs.

83Quoi qu'il en soit, il s'est créé durant la période concernée un équilibre entre les deux instances du pouvoir. Cependant, c'est un équilibre fragile. D'autant plus que les structures de l'État beylical se perfectionnent et tendent à une centralisation sans cesse accrue. Au fond, il y a une contradiction constante qui commande l'articulation des communautés locales avec le beylik. On remarque, d’un côté, la une persistance de la vie communautaire avec tout ce que cela implique comme organisation interne du pouvoir autonome des notables et type de rapports avec l'extérieur ; et, de l’autres, la négation de cette communauté par le beylik. Les manifestations d'une telle contradiction se concrétisent dans les conflits qui éclatent entre les représentants du pouvoir local et le pouvoir central vers 1728-1729 et au milieu du xixe siècle. Ils sont consécutifs à la mise en cause unilatérale par le pouvoir central de l'accord qui instaure un équilibre entre les deux instances et régit leurs interdépendances. Les notables entrent en conflit, se transformant en agents de désintégration du régime beylical après avoir été des agents d'intégration et de reproduction du système.

Spécificité des élites locales dans la ville moyenne marocaine et gestion urbaine

84Aziz IRAKI

85La gestion foncière urbaine devient de plus en plus un champs privilégié d'observation de la négociation des normes entre élites locales et pouvoir central au Maroc (augmentation des compétences juridiques des présidents de commune dans la gestion urbaine depuis la charte de 1976, diminution des capacités redistributaires du pouvoir central au niveau local et renforcement de sa mainmise sur la gestion foncière depuis 1985 avec le transfert de la direction de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire au ministère de l'Intérieur). Jusqu'où, la spécificité des élites locales intervient-elle dans la négociation de ces normes ? Une interrogation qui invite à redéfinir « le local » dans toute sa diversité. Dans le cas (plus précis) des villes moyennes, il s'agit de s'interroger sur l'existence d'une société locale et ses fondements dans des cas aussi diversifiés que des villes dites traditionnelles (Chefchaouen) et des villes de création récente (Souk Larbaa du Gharb et Tiflet).

86La spécificité de l'élite locale dépendrait aussi de la relation historique qu'a tissé la société locale avec le makhzen. La régulation ne prendrait pas la même forme suivant qu'il s'agisse d'une ancienne ville du bled siba ou d'une ville récente dans le bled makhzen !

87À travers le cas de ces trois villes moyennes du Nord-Ouest marocain, nous essayons d'interroger la spécificité de leurs élites respectives dans leur négociation des normes centrales relatives à la gestion foncière. Un travail encore en chantier dont nous fournirons les premiers éléments.

Les notabilités juives marocaines (xixe-xxe siècles)

88Mohammed KENBIB

89Des facteurs cumulatifs multiples ont fortement pesé sur l'évolution des structures, de l'organisation et du fonctionnement de l'État et de la société au Maroc à partir notamment du milieu du xixe siècle. Ils ont en particulier concouru à modifier les fondements, la nature et les manifestations des relations intercommunautaires dans le pays et généré un processus ayant, à la longue, abouti au déracinement (stricto sensu) de ses communautés juives et à leur quasi-disparition.

90Ce processus, directement lié à l'insertion progressive du Maroc dans le marché mondial, à l'intensification de pressions européennes multiformes, à l'intérêt porté aux populations des mellahs par les grandes organisations juives et sionistes basées en Europe et aux États-Unis, et à l'instauration du protectorat, a affecté de manière plus spécifique la place que les notabilités juives occupaient dans la configuration socio-économique et politique générale du pays. En dépit de la persistance de toutes sortes de dualités et d'ambivalences (i.e. détention simultane par certains de ces éléments de dahirs chérifiens de « respect et de sauvegarde » -Tawqir wa Ihtiram - et de cartes de protection ou de passeports étrangers), il a ainsi altéré les rapports que des « toujjar sultan » juifs, leurs coreligionnaires négociants banquiers et les rabbins d'une certaine envergure entretenaient tant avec le pouvoir makhzénien (sultan, vizirs, gouverneurs, caïds, oumana(s)... ), et les notables musulmans (négociants, propriétaires fonciers, chorfas, chefs de zaouïas...), qu'avec leurs propres coreligionnaires.

91Cette communication, fondée sur des données recueillies dans les archives du makhzen et les correspondances diplomatiques et consulaires françaises, britanniques et américaines, ainsi que dans la presse de l'époque, traite des grands axes de cette évolution. Elle examine, dans un premier temps, les changements et les constances ayant marqué l'attitude des notables juifs entre 1856 et 1912 à l'égard du pouvoir makhzénien, des puissances étrangères, et des populations des mellahs. Dans une seconde étape, sont analysées leurs prises de position (1912-1956) vis-à-vis des autorités du protectorat (françaises, espagnoles et autochtones), du nationalisme, des revendications « assimilationnistes » de leurs coreligionnaires dits « alliancistes », et du sionisme.

Système notabiliaire et changements sociaux dans les régions des petites villes du Sahel tunisien depuis 1987

Le cas d'une famille d'entrepreneurs originaires de Boumerdès

92Ahmed KHOUAJA

93Peut-on dire que, depuis l'indépendance tunisienne et l'affirmation de l'État-nation, le système notabiliaire a changé de forme, d’acteurs et de finalité ? En interaction avec les mutations subies par l’espace local, assiste-t-on à l'émergence d'un « nouveau » type de notable ? Ce dernier est-il resté l'interlocuteur de sa communauté en face des espaces englobants ? Si au contraire on assiste à une démobilisation du notable, n’est-il pas légitime de s'interroger sur le rôle des acteurs qui devraient concilier une rationalité locale avec une autre centrale ?

94Pour vérifier ces hypothèses, on s’intéressera à une famille d'entrepreneurs de Boumerdès qui s'est illustrée, ces dernières années, par des pratiques novatrices en faveur de son village d'origine. Petite ville à vocation essentiellement agricole et comptant 3 648 habitants en 1994, Boumerdès est devenue en l'espace d'une décennie un pôle régional d'industrie textile. Le dynamisme local des membres de la famille s'explique-t-il par le contexte politique de désengagement de l'État et la nouvelle conjoncture de l'« ajustement structurel » favorable au développement de la libre entreprise et de l'initiative privée ? est-il le produit d’une logique de la territorialité qui alimente la pratique notabiliaire ?

95Depuis 1982, Mohsen Ben Abdellah le plus entreprenant de la famille Ben Abdellah décide - après avoir réalisé un succès éclatant à Tunis avec son groupe « Bacosport » -d'implanter à Boumerdès trois grandes usines de filature et de tricotage. Parallèlement, deux de ses frères, Abdelkrim « promoteur de l'imprimerie Cotip » et Khaled, lancent une briqueterie à Karkar près de Boumerdès et une fabrique de meubles à Boumerdès même. Ces initiatives créent quelque 1 200 emplois industriels. Les effets de cette mutation sur les équipements sociocollectifs, le tissu urbain, l'habitat et le niveau de vie des Merdessis ne tardent pas à se manifester.

96Héritiers d'une notabilité acquise depuis le xixe siècle, les Ben Abdellah ont su mobiliser et instrumentaliser leur capital symbolique, afin de se tailler une assise sociale locale encore plus solide. Une nouvelle notabilité s’organise autour des performances économiques qu’ils réussissent à réaliser dans les espaces qu'ils territorialisent à Boumerdès et à Tunis. Ainsi, leur autorité sociale prend la forme de relations durables de clientélisme, d'interconnaissance et d'inter-reconnaissance aux yeux de l'administration régionale et des habitants de leur région d'origine. Jadis méprisés par les gens de Mahdia, chef-lieu du gouvernorat, les habitants de Boumerdès ont trouvé dans l'ascension notabiliaire des Ben Abdallah un élan de fierté et d'affirmation d'un dynamisme local. En ce sens, Ben Abdallah exemple des frères peut être considéré comme une nouvelle configuration de notables.

97En effet, ils contrôlent et supervisent les affaires de la cité par le biais de la municipalité et des cellules du parti au pouvoir. Ils introduisent des pratiques novatrices tout en les diffusant au sein de la population paysanne et villageoise de Boumerdès. Ils tissent des réseaux d'alliances politiques, familiales et matrimoniales, des solidarités économiques par le biais de la sous-traitance ou du partenariat partout où ils ont des intérêts à défendre, et dotent Boumerdès d'un nouvel « esprit des lieux ». Autant d'actions et des pratiques montrant bien le rôle de médiation qu'assurent les Ben Abdallah entre les pouvoirs extérieurs, sous ses différentes formes (l'État, la mécanisation poussée, le mode de gestion moderne, le capital international, l’entrepreneuriat, etc. ) et le pouvoir local. Sans vouloir généraliser le cas des frères Ben Abdallah de Boumerdès à toutes les localités du Sahel, on peut avancer l'idée qu'ils illustrent bien le fait que le système notabiliaire demeure le principal instrument d'articulation entre le local et le global, en dépit des mutations induites par l'urbanisation rapide des campagnes tunisiennes. Il perpétue la fonction et la tâche de relier les communautés locales à la société englobante tout en veillant à entretenir une zone ou plutôt une marge d'initiative et d'action aux acteurs locaux. Grâce à l'opportunité de l'attachement au terroir, l'esprit entrepreneurial des Ben Abdallah a pu se développer tout en faisant fructifier les ressources matérielles et morales de leurs concitoyens. En ce sens, « le nouveau notable » ne devient acteur qu'en vertu de qualités acquises (l'appartenance locale) mais aussi de compétences qui le rendent apte à mobiliser les ressources de l'État (sous forme d'aides, de subventions, de modèles de développement, de facilités et de dégrèvements fiscaux) en faveur de sa région d'origine. Pour les gens de Boumerdès, ce rôle de « nouveau notable » a été rempli par le profil de l'entrepreneur qualifié d'« innovateur » : ses projets gérés en association familiale reposant sur l'introduction d'une technologie hautement spécialisée. Cependant, pour avoir l'appui de l'État et bien assumer la tâche de médiateur, il se nourrit de la logique de l'identité territoriale.

98En conclusion, il peut paraître paradoxal que plus un système (ou un pouvoir) se centralise ou se mondialise, et partant se diversifie, plus la médiation des notables locaux devient nécessaire : le rôle de relais de ces acteurs sociaux permet d'adapter et d'acclimater les nouvelles normes d'organisation au cadre régional.

Les alliances matrimoniales des notables

Consolidation interne et articulation avec l'externe

99Adel LTIFI

100Les alliances matrimoniales constituent les pratiques sociales les mieux indiquées permettant au notable d’imposer son leadership et de jouer, par conséquent, un rôle important dans l’articulation et l’intégration de son groupe avec les espaces englobants.

101Ce potentiel d’intégration est l'une des manifestations du pouvoir (jâh) des notables locaux. Ce rôle est assuré par différentes pratiques sociales, en l'occurrence les alliances matrimoniales. Ces alliances sont différemment conçues suivant le statut des familles ou des individus qu'y sont directement impliqués. Ceux qui se distinguent, dans la hiérarchie interne de leur groupe par un rang supérieur, réalisent des alliances conformes aux exigences de leur position, renforçant ainsi l'assise de leur pouvoir au sein d'un système sociospatial plus vaste. L’étude de la structure des alliances matrimoniales et de leurs fonctions au sein d'un lignage maraboutique de Fériana (Centre-Ouest de la Tunisie) durant le xixe et le xxe siècles, montre bien le rôle assuré par cette pratique sociale dans la consolidation interne du système lignager, mais aussi son rôle de médiation avec l’extérieur.

1021. Les alliances endogames consolident la structure lignagère en la distinguant de celle des autres groupes. Le taux d'endogamie lignagère enregistrés chez les descendants de Sidi Ahmed Tlili durant les deux siècles considérés par notre étude, est de l'ordre de 36,49 %. Il se renforce surtout vers la fin du xixe et le début du xxe siècle (plus de 50 %). Par quoi s'explique cette forte endogamie lignagère ? Serait-elle le produit d'un souci de conservation des biens-fonds patrimoniaux ?

103Le lignage Tlili de Fériana s'identifie comme un groupe maraboutique descendant du saint Sidi Ahmed Tlili. Cette distinction justifie surtout le monopole de la gestion du sacré ; le principe lignager permet à ce monopole de se reproduire. Les alliances répétées au sein du lignage renforcent les liens biologiques et sociaux du groupe ; ce qui permet d'agir dans le sens de la consolidation des frontières qui séparent ce lignage des autres groupes voisins. Les mariages endogames, en associant proximité consanguine et statutaire, paraissent comme l'idéal des alliances matrimoniales des notabilités.

1042 Les alliances avec des partenaires de l'entourage local comme forces d'intégration ou de désintégration du groupe : Hors de la pratique endogame, les Tlili de Fériana sont ouverts à d'autres fractions de leur proche entourage dans la tribu des Ouled Tlili. Mais cette ouverture est différemment réalisée suivant les lignages. Avec les Abbassi, un autre groupe maraboutique descendant de Sidi Abbès, la réciprocité de l'échange est tolérée tant qu'elle ne présente pas une atteinte au statut distinctif du lignage. Avec les Merzougui, une telle tolérance ne se justifie pas, puisqu'ils sont les descendants d'un serviteur de Sidi Tlili. Aussi les échanges avec ce groupe sont-ils rares ? D’autres familles de Fériana, en revanche, ne sont que des « donneurs de femmes » qui, par des mariages conclus avec les descendants du saint tentent de participer au pouvoir du lignage maraboutique. Des différences statutaires sont donc reconnues et reproduites. Les Tlili sont identifiés comme une entité homogène se distinguant des autres groupes sociaux. Cette distinction règle et guide les échanges matrimoniaux avec les Férianis, les premiers occupants de la localité. Mais la vie en symbiose avec les Tlili est loin d'être réalisée sans conflits. Deux siècles de concurrences sur l'unique source d'eau, sur les terres et sur le commandement de Fériana, freinent les échanges matrimoniaux qui au total ne dépassent pas la dizaine. Ces pratiques sociales reflètent mieux les rapports conflictuels entre clans que le discours idéologique des acteurs sociaux qui vise à dévaloriser l’autre.

1053. Richesse et prestige assurent à la famille maraboutique sa distinction. Les alliances matrimoniales nouées à l'extérieur du groupe y participent également depuis que l'ancêtre fondateur du lignage a épousé la fille d’une riche famille de Gafsa d’origine turque. Ses descendants reproduisent ces alliances prestigieuses avec des familles de caïds, des familles de notaires de Kasserine ou avec des familles maraboutiques d'Algérie. Seuls les plus puissants des Tlili y accèdent, ceux qui jouissent d'un capital symbolique, culturel ou politique. Leur rôle est de créer des réseaux relationnels pour assurer l'articulation de leur lignage avec les systèmes transcendant le local. Dans ces conditions, ces alliances nouées à l'extérieur de Fériana jouent un rôle médiateur permettant aux descendants du saint de territorialiser une aire d'influence plus importante encore.

1064. Les mêmes stratégies se reproduisent jusqu’aux années 1960. Toutefois, avec la crise du maraboutisme, les alliances matrimoniales des Tlili se reformulent : les trajectoires des acteurs s’adaptent, le groupe familial tend à s’ouvrir. Désormais, leurs femmes échappent à l’endogamie et au célibat en contractant mariage dans d’autres villes. La terre à Fériana n'est plus l'unique source de prestige. Le salariat, les fonctions administratives et les postes politiques constituent de nouvelles valeurs assurant la distinction. Tous ces enjeux sont conditionnés par l'enseignement qui devient un champ d'investissement. Les nouvelles alliances réalisées par les membres du lignage en d’autres lieux fondent actuellement un réseau de médiation entre la localité de Fériana et l‘espace national.

Une famille de notables Fréchiches aux xviiie et xixe siècles

107Lazhar MEJRI

108Cette contribution se propose d’appréhender le rôle assuré les par Gadhoum dans l’articulation entre la communauté des Fréchiche et le pouvoir central de Tunis par le biais d’une réflexion sur le fisc, axe central autour duquel gravite l’essentiel des relations de cette tribu de la steppe avec l’État, et sur le foncier : La mainmise du beylik sur le hinshir de Kasserine, en 1840-1841, servira ici d’exemple.

109Comment, à travers quels mécanismes et dans quelles limites cette articulation s’est-elle matérialisée ? Comment les rapports entre le pouvoir et cette famille de notables ont-ils évolué à travers les différents avatars politiques qui ont marqué les xviiie et xixe siècles ?

1101. En quoi la fiscalité constitue-t-elle un secteur de médiation entre le pouvoir central et la communauté locale ? La ponction fiscale, œuvre de la mahalla (ou colonne militaire itinérante), est plus qu’un acte économique : chargée de symboles de représentations, de nombreuses stratégies s’y jouent.

111La mahalla beylicale assure à la fois le recouvrement des impôts et la pacification du pays. Toutefois, il est difficile, voire impossible, pour l'État d’assurer seul et en même temps ces deux opérations. Le recours aux membres du pouvoir local comme instances médiatrices entre le pouvoir central et la communauté tribale s’avère indispensable. Ainsi le pouvoir est acculé, au moins au xviiie siècle, à négocier, voire à « pactiser » avec les notabilités locales en reconnaissant leur autonomie interne en échange de la perception et du recouvrement de l’impôt. Le rôle d’intermédiaire entre le pouvoir central d’un côté, et la communauté locale de l’autre, serait l’affaire des cheikhs des fractions de la tribu.

112Détenteurs et maîtres du pouvoir local et de la souveraineté du territoire, les Ghadhoum jouent ce rôle durant deux siècles : ils démembrent les superficies cultivées et les têtes de bétail, et assurent l’acquittement total ou partiel de l’impôt. Quant au rôle de la mahalla, il se limite à la collecte du produit fiscal et de son écoulement vers les caisses centrales à Tunis.

113Les listes fiscales au xviiie siècle font état d'une imposition globale répartie sur les groupes et non sur les individus. Ce mode de répartition forfaitaire provient de l’incapacité du pouvoir à établir des rapports directs avec les individus et leur fortune. Il révèle aussi la résistance des communautés pour conserver leurs autonomies. Or, le beylik inaugure avec le règne d’Ahmed Bey (1837-1855) une politique d’accaparement des grands domaines agricoles du plat pays : le henchir de Kasserine, la plaine la plus fertile chez les Fréchiche, est exproprié en 1840-1841. Ce henchir était exploité par la paysannerie Fréchiche et par d’autres groupes allogènes, tels que les Trablsia, assimilés à la communauté.

1142. Par quels moyens le beylik a-t-il pu justifier de cette expropriation ? En considérant le henchir de Kaseserine comme « terre morte », faisant donc partie du domaine de l’État, Gadhoum Ben Mohamed, caïd des Fréchiches, en devient le fermier (lazzâm). D’un statut de fonctionnaire, le caïd passe à une fonction d’agent économique. Ce poste va lui permettre d’articuler au niveau économique la steppe avec les espaces extérieurs. Le henchir est désigné par les Fréchiches eux-mêmes « henchir Gadhoum ». La domination n’est pas gratuite : elle illustre à sa manière comment cette famille, instrumentalisée par le pouvoir, est jugée de l’intérieur. Les documents d'archives comme les témoignages oraux montrent que Gadhoum Ben Mohamed est bien l’artisan de cette intrusion beylicale dans le territoire de la tribu. Au tournant des années 1840, un changement intervient dans les relations de la communauté avec ses notables. Les Gadhoum, en affermant le domaine se rapprochent du pouvoir, tout en se dissociant progressivement de la tribu. Pour la population des Fréchiches, il n’y a plus de différence entre le bey, représentant du centre, et les Gadhoum, représentants du local. S’il existe un « accord » ou une forme de convention qui gère les interactions entre le pouvoir central et les notabilités locales, celles-ci ne sont pourtant pas statiques et inconditionnelles.

115Ce type d’accord change selon la logique des intérêts, les moments et les situations. Le notable de son côté peut être frondeur, le pouvoir à son tour est parfois amené à exercer son pouvoir coercitif.

1163. Les liens structuraux séculiers entre la famille Gadhoum d’une part, et le pouvoir politique d’autre part, se détériorent radicalement à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Quelles en sont les causes ?

117À partir du règne de Mohamed Bey (1855-1859), la régence de Tunis est confrontée à des crises liées au renversement de la conjoncture locale et internationale. Face à un capitalisme de plus en plus conquérant et agressif, ses ressources se réduient son système économique se détériore. Pour faire face à l’endettement, le beylik accroît sa pression fiscale sur les campagnes. La majba, impôt de capitation, passe de 36 à 72 piastres. Le doublement de l’impôt est considéré par les notabilités tribales comme une offensive beylicale qui vise à la fois leurs intérêts personnels, leur liberté d’action, voire leur autonomie. Peut-on y déceler là le signe d’une rupture du contrat qui lie les notables des Fréchiches au pouvoir central ?

118Lors d’une séance consultative au sujet de la majoration de la majba, le bey Mohamed Sadok (1859-1882) réunit les caïds des grandes tribus, notamment ceux des Jlass, des Hmamma, des Aouled Ayar, des Fréchiches, etc. Gadhoum Ben Mohamed, caïd des Fréchiches, manifeste ouvertement son opposition.

119La mesure fiscale impopulaire engendre le soulèvement de la société tribale sous le commandement de sa chefferie locale ou ses kbâr. Les Gadhoum les plus influents, faute de pouvoir tenir les Fréchiches dans le calme et la loyauté, sont accusés de connivence, le caïd, le khalifa (son fils Abdessalem), et le mukadam et le Hadj Mustapha (gérant de la Zaouïa Rahmania de Thala), sont destitués de leurs charges et incarcérés dans la prison de la Goulette où ils trouveront la mort.

Une famille maraboutique de Jerba au xviiie siècle

Son rôle dans l’articulation des communautés locales avec les pouvoirs extérieurs

120Mohamed MÉRIMI

121La famille Jomni, qui s’est installée à Jerba au xviie siècle est originaire du Nefzaoua dans le Sud tunisien. À son arrivée, l’île constitue un espace sociétal à dominance ibadhite où les communautés malékite, hanéfite et juive sont minoritaires. Or le groupe familial des Jomni est composé de savants et de saints qui s’engagent pour la défense du rite malékite. La sollicitude que leur témoigne le pouvoir beylical, est plus grande encore que celle des malékites de Jerba. Les entités locales finissent par admettre ces étrangers comme des figures médiatrices et un pouvoir intermédiaire avec le centre. À l’instar des agents du makhzen, les Jomni, par leur savoir et leur maraboutisme seraient aptes à contrecarrer l’ibadhisme.

122Les facteurs d’intégration des Jomni en milieu à dominance ibadhite sont multiples. En premier lieu figure, le discours des origines. La notabilité des Jomni est reconnue en raison de leur rattachement au Prophète, aux Ashraf de la péninsule arabique : cette notion n’étant pas essentielle chez les Ibadhites. Les familles malékites, installées avant et au début de l’époque moderne se disent, quant à eux, descendre de la Saqiya-l-Hamra.

123L’appartenance des Jomni à d’autres réseaux joue en outre en leur faveur. Par leurs voyages, ils ont réussi à entrer en relation avec les grands centres du savoir et les groupes malékites prestigieux : ceux de Tunis, du Caire, les Zwâwa de la régence d’Alger, les H’marna du Sud-Est tunisien, etc. Une fois à Jerba, ils entretiennent de bonnes relations, soit avec les anciens étudiants du Caire, soit avec ceux qui se sont formés dans leur propre madrasa-zaouïa. Tout en s’alliant avec des familles résidentes à Jerba, ils gardent des liens avec leur famille sur le continent. Aucun mariage entre malékites et ibadhites à cette époque ne se nouent. Leur territoire est essentiellement extra-insulaire. Leurs ressources de départ, aux sens religieux, culturel, social et politique, acquises ailleurs ne sont toutefois pas négligeables.

124À Jerba, les Jomni se distinguent d’abord par une politique très entreprenante, avec la complicité du pouvoir central de Tunis. En effet, une madrasa et un oratoire sont construits à leur profit. D’autres édifices seront financés par des hommes de charité de la régence ou d’ailleurs. Une fois accomplir cet ancrage symbolique, ils sont à même de s’impliquer dans une politique urbaine. Ils s’inscriront dans des frontières constamment mouvantes aux dépens des sous-espaces sociétaux ibadhites. Aucun autre groupe malékite ne peut les concurrencer.

125Pour contrôler les hommes et dominer l’espace, les oulémas de la famille Jomni usent d’un discours savant, qui, selon les voyageurs de l’époque aurait transformé, l’île en un centre de savoir comparable à celui du Caire ou de Tunis. Ce discours vise à contrecarrer l’école ibadhite qui, depuis plusieurs siècles, impose l’île comme une référence aussi bien pour les Ibadhites de l’Occident que pour ceux de l’Orient musulman.

126Dans un deuxième temps, les Jomni utilisent le langage du soufisme, pour s’adresser à une population plus large. Ces deux discours ont pour objet de donner à « l’autre », aux Ibadhites, une alternative culturelle qui les introduit dans la société englobante.

127Afin de briser l’édifice des cAzzaba (structures des pouvoirs locaux ibadhites), les Jomni gèrent par ailleurs leurs propres madrasa-zaouïa, comme il est de coutume chez les Malékites, offrant ainsi un autre modèle de société. De nombreux notables ibadhites se détacheront en effet progressivement de leurs structures d’origine pour prendre également en mains, des mosquées portant le nom de l’un de leurs ancêtres. Chez les Ibadhites, la coutume veut que la gestion des mosquées relève uniquement des cAzzaba. Ce travail de déstabilisation horizontale facilite l’imposition d’une structure verticale. Ali Pacha, au milieu du xviiie siècle, se rendant compte de l’importance du processus engagé par les Jomni, donne un coup fatal au conseil supérieur des groupes ibadhites les plus puissants, les cAzzâba-Wahbites.

128Mené sur plusieurs fronts à la fois, leur combat vise la réorganisation de l’île sur la base d’une « sunnisation », d’une expansion du sous-système malékite aux dépens des autres.

129Plusieurs privilèges leur sont accordés par le pouvoir central, mouradite puis husseïnite. Ils bénéficient d’aides (ihsân), de faveurs fiscales. Leurs étudiants, le personnel de leur zaouïa tels que le cuisinier, son mu’addab obtiennent également des avantages fiscaux. Pendant le cheikhat des Ben Jalloud, les beys de Tunis s’érigent en protecteurs des Jomni, les obligeant à renoncer à une amende imposée au cheikh Ibrahim et à accepter son retour à Jerba.

130Ces relations avec le makhzen ne vont pas toujours sans heurts. En 1794, année de difficultés pour le gouvernement de Hammûda Pacha, leur zaouïa est saccagée par les soldats de Tunis venus reconquérir l’île de l’occupation de Tripoli, comme après les mosquées ibadhites. La tendance dure du pouvoir, représentée par le clan militaire, juge l’action des Jomni insuffisantes par rapport aux avantages perçus et leur médiation en deçà de ce qui était souhaité. Si les Jomni maintiennent leur rôle d’intermédiaires, tout au long du xixe siècle et sous le protectorat, ils ne réussissent pas cependant à sauvegarder leur statut. Dans toutes les régions le pouvoir beylical tend à exercer son autorité sans l’intermédiaire des structures locales : le pouvoir central a besoin de nouveaux médiateurs.

131En 1903, Muhamad Al Hashmi Jomni ne peut accéder au cheikhat de la zaouïa de ses ancêtres que sous réserve du consentement d’un certain nombre de notables de sa communauté malékite. Une telle procédure n’était concevable, jusque-là, que pour les communautés ibadhites. Désormais, les Jomni sont soumis aux même mesures administratives que leurs semblables. Le malékisme, étant désormais bien ancré dans l’île, la zaouïa des Jomni est banalisée et voit paradoxalement son rayonnement se rétrécir. Ainsi, elle ne compte, en 1875, qu’un seul enseignant, 12 étudiants et 18 élèves. Pourtant, au xviiie siècle, elle abrite selon le chroniqueur Maqdish, un nombre d’enseignants et d’étudiants bien plus important.

132En ce qui concerne la relation des Jomni avec les Ibadhites, on peut identifier deux moments. Les sources malékites de la deuxième moitié du xviie siècle se sont largement intéressées à la politique suivie par les Ben Jalloud envers les notables malékites : Imposition d’une lourde amende à Ibrahim Jomni ; poursuite des oulémas malékites dont la plupart étaient des enseignants dans la madrasa-zaouïa des Jomni.

133Au début de la deuxième moitié du xviiie siècle en revanche, ce sont les sources ibadhites, qui donnent d’amples informations sur la politique des beys de Tunis contre les oulémas ibadhites, celle-ci portant atteinte à l’édifice du pouvoir local des cAzzaba. Les Jomni prennent l’initiative de convertir au malékisme les Bumaswar.

134Il ne fait aucun doute que la famille Jomni a engagé irréversiblement Jerba sur la voie du malékisme. Ces notables ont réussi, non sans difficultés, à se forger progressivement un sous-système politique insulaire moins fragile, à partir d’une territorialité initialement extra-insulaire. Jusqu’à la première moitié du xviiie siècle, leur médiation est nécessaire au pouvoir central. Les Wahhabites, dominant l’île réussissent à marginaliser et neutraliser l’action des Jomni. Par la suite, ils sont amenés à accepter leur médiation. Les Mastâwa (autres groupes ibadhites de Jerba), sous l’effet de la politique du makhzen, ont subi largement, et très tôt, l’influence malékite.

135Néanmoins la période pendant laquelle les Jomni jouent un véritable rôle d’intermédiaires entre pouvoir central et entités locales, est très courte, quelques années du milieu du xviiie siècle. Une fois que les Husseïnites ont réussi à imposer leurs agents pour affaiblir les symboles de l’Ibadhisme, ils n’ont plus recours aux Jomni. Ils trouvent alors d’autres notables malékites et/ou des ibadhites à même de défendre leur politique de centralisation. La mémoire collective (officielle) n’oubliera cependant pas la figure du grand cheikh Ibrahim Jomni.

La chambre indigène agricole du Nord de la Tunisie (1920-1956)

Logique d'intérêts et rôle des notables locaux dans les rapports-État-société

136Taïeb NEFFATI

  • * Par décret beylical du 20 mai 1934, l’institution devient la Chambre tunisienne agricole du Nord d (...)

137L'établissement du protectorat français, en 1881, est le point de départ de transformations qui affectent l’ensemble de la Tunisie. Les autorités coloniales qui cherchent de manière constante à se doter d'une assise sociale en vue d'accomplir son œuvre politique, associent un nombre de notables locaux. Certains d’entre eux n'hésitent pas à collaborer au sein d’institutions telle que la « Chambre Indigène des Intérêts Agricoles du Nord de la Tunisie », fondée par décret beylical le 21 janvier 1920*. Les membres de son bureau exécutif appartiennent en effet à la catégorie des grands propriétaires terriens tunisiens. Parmi les figures marquantes, Tahar Ben Ammar y assume la présidence entre 1920 et 1956.

138Les principales revendications formulées par cette institution sont, d’une part, la mise en vente de parcelles de terre appartenant à l'État au profit des plus anciens locataires et, d’autres part, la consolidation et l'allégement des dettes qui pèsent sur les agriculteurs.

139Alliés et collaborateurs fidèles des autorités protectrices les membres de la chambre d’agriculture n’ont pas systématiquement écarté ou éludé la défense des moyens et petits agriculteurs tunisiens, pour des raisons essentiellement stratégiques. En effet, les retombées désastreuses de la crise des années 1930 les acculent à adopter des positions moins modérées envers le pouvoir colonial et plus « populistes » envers les fellahs aisés ruinés et la population paupérisée.

140L'étude de la représentation tunisienne au sein de cette instance a permis de montrer qu’elle reste un groupement professionnel réservé aux notables parmi les grands propriétaires terriens du nord de la Tunisie. L'appartenance sociale de ses membres à la couche aisée des agriculteurs tunisiens déterminera dans une large mesure son action, ses revendications et ses rapports avec l'État colonial. Les petits et moyens agriculteurs tunisiens qui en sont exclus, ainsi que les ouvriers agricoles ne tarderont pas à créer leurs propres organisations syndicales et professionnelles afin de faire valoir leurs droits et défendre leurs propres intérêts : l'Association des Agriculteurs Tunisiens est fondée en 1928 et l'Union Générale de l'Agriculture Tunisienne, en 1950.

Fragilisation du pouvoir royal et émergence d’un pouvoir parallèle fort

Le cas de Thami El Glaoui au Maroc (fin xixe -milieu xxe siècles)

141Yvonne SAMAMA

142Dans cette étude il s'agira de comprendre ce qui a permis à des notables locaux (les Glaoui à Télouet dans le haut Atlas marocain) d'accéder à un tel pouvoir aussi bien territorial que politique et de réussir à devenir, pour l'un d'entre eux, l'un des principaux rivaux du sultan Mohamed V dépossédé de ses principales prérogatives politiques par le Protectorat. Dans ce cadre, je m'interroge sur les raisons de l'émergence de la puissance des Glaoui. Ces derniers ayant été érigés en « seigneurs féodaux » et brutalement déchus. Ceci montre qu'une toute puissance est forcément liée à une conjonction d'événements qui peuvent la rendre éphémère. En outre, je présente ce qui me permet de penser que le Makhzen n'a pas encore réussi à éradiquer le souvenir de la puissance notabiliaire des Glaoui. Les différents éléments ayant participé à l'émergence de la puissance des Glaoui orienteront les axes de cette recherche.

Reconnaissance religieuse, militaire, politique et économique

143Leur reconnaissance au sein de la collectivité locale était religieuse et héréditaire ; le premier de la dynastie arrivé sur les lieux était fqih et avait hérité de la baraka de sa mère originaire de Doukala, issue d'une famille d'esclaves. En tant que représentant de l'Islam, il connaissait le Coran et possédait, sans doute, un pouvoir d'arbitrage important. Sa parole était écoutée.

144La reconnaissance des Glaoui était aussi militaire. Le roi avait reconnu les qualités militaires du fils (Ibibd) de ce fqih qui était allé combattre les Ayt Télouet. Son père avait été chassé du lieu par son beau-frère jaloux de sa notoriété grandissante. Le sultan lui confia donc la fonction de khalifat. Pour assurer la sécurité des cols, il fallait une force militaire qui faisait la réputation de la tribu Glaoua, tribu dominée par un seigneur. Au début du siècle, Madani, le fils d'Ibibd s'était trouvé en possession d'une artillerie, de loin supérieure à ses voisins, que le roi Hassan 1er lui avait laissée en dépôt lors de son passage dans l'Atlas et qui ne fut jamais restituée. Cette opportunité inespérée avait permis à Madalli d'élargir considérablement son territoire. Ceci donnait aux Glaoua, une véritable identité et une reconnaissance des autres tribus : « Tout » dit-on aujourd'hui au village.

145Grâce à une grande connaissance du milieu et à sa réputation militaire, la tribu Glaoua assurait la sécurité de la région ce qui permettait au seigneur, le Glaoui, d'exploiter les cols qui la traversaient en imposant des taxes à toutes les caravanes et à tous les marchands du souk tant au nom du Makhzen qu’en son nom. Télouet était un caravansérail où tout pouvait s'échanger : « On trouvait tout à Téouet, des dattes, de l'huile, du henné du café des produits de beauté, du miel, des céréales... ».

Hiérarchisation administrative

146Dans chaque tribu soumise, était érigée une kasbah abritant une administration hiérarchisée (caïds, khlift, moqaddmen, shikh et une harka) qui devait régulièrement rendre compte de leurs observations, régulièrement à Télouet, au caïd des caïds (Madani dans un premier temps puis Hamou, son gendre, puis Brahim, le fils de Thami occupé par ses fonctions de Pacha à Marrakech).

147Pour administrer un tel territoire, le Glaoui (Madani puis Thami) s’appuyaient non seulement sur les membres de leur famille mais aussi sur les familles de notables du lieu, car elles possédaient un poids important au sein de la collectivité et s'étaient attaché une clientèle. Les Glaoui qui sont nés à Télouet connaissaient parfaitement le droit coutumier. Ils choisissaient donc leurs fonctionnaires parmi les notables reconnus par la collectivité, pour leur droiture, leur richesse et leur ancestralité. Le choix des Glaoui était donc en accord avec celui de la collectivité. Les « fonctionnaires » des Glaoui connaissaient parfaitement la situation et la personnalité de chacun des habitants. Ceci était utile pour la collecte des impôts, par exemple, proportionnelle à la richesse de chacun, ou bien même pour la cooptation d'un personnel réputé obéissant et soumis. Le khalifat s'adressait au shikh qui lui-même s'adressait au moqaddem qui était le notable le plus proche des habitants puisqu'il était en rapport constant avec la population du douar. En de nombreuses occasions, le caïd des caïds de Télouet organisait des réunions pour avoir un aperçu général sur la région. Le pouvoir était centralisé à la kasbah de Télouet.

148Si la reconnaissance des Glaoui était intérieure, elle était également extérieure. Thami était la notabilité la plus importante du Maroc avant même le Sultan. Il représentait son pays en Europe et notamment en France.

Les ressources

149Les revenus du Glaoui provenaient en partie des impôts des tribus soumises, de la mine de sel de Télouet, des taxes. Télouet aurait été, selon les dires, un véritable centre économique, puisque des familles juives y étaient présentes, installées sur le chemin des caravanes. Il s’y serait donc développé le modèle de la cité islamique.

150Si la puissance de Madani était liée au roi auquel il avait fait allégeance, celle de Thami était directement attachée au Protectorat dont il tira un grand bénéfice. Au nom de ses appuis français, il avait pu mener une politique accrue de destitution des villageois, et commettre un grand nombre d'abus. Les Français avaient besoin d'un intermédiaire fort qui se faisait respecter et sur lequel ils pouvaient compter dans un pays sujet à la dissidence (el-siba). Par exemple, le roi Moulay Hassan 1er avait été obligé d'intervenir militairement dans le Tafilelt pour forcer les tribus à payer l'impôt. Cependant, la puissance des Glaoui s’arrête brutalement avec le retour du sultan (exilé pour un temps à Madagascar) et le départ des Français du territoire marocain.

La survivance d’un pouvoir

151Aujourd'hui, même si la période des Glaoui s'est éteinte. Leurs différents casbahs ont été confisquées par l’État.. Ces Casbahs sont encore debout et suscitent l'intérêt de nombreuses organisations humanitaires qui se sont proposées de les restaurer. Si celle de Ouarzazate a été effectivement réhabilitée, celle de Télouet (capitale de l'empire Glaoui) est laissée dans un état d'abandon total. Néanmoins, alors qu'une large littérature véhicule une image hautement négative du dernier seigneur, la population de Télouet continue d'être profondément attachée au Glaoui de la région, considéré comme un père symbolique.

La personnalité d’Ah'med Ben Yûssif

Un notable de tribu dans la deuxième moitié du xixe siècle

152Mustapha TLILI

153Ah'med Ben Yûssif est le plus connu des notables Hamâma durant la deuxième moitié du xixe siècle. Appartenant au groupe des Ouled Radhouan, il émerge politiquement dans les années 1850, sous le règne de Mohamed Bey, quand le général Ah'med Zarrouq, ministre chargé de l’administration de cette tribu, le « recrute et s'en sert pour combattre les gens des rébellions » (ahl al-fassad). Les rapports des officiers d'État major de l'armée française le qualifie alors « d'âme de la confédération des Hamâma » et « le plus en vue de cette partie de la Tunisie ». Le territoire (ouatan) des Hamâma, avec la plaine fertile de Gammouda irriguée par l'oued El Fakka, tirait son importance de sa situation sur la route du Jérid, centre d’un prélèvement fiscal fondé notamment sur les plantations de palmiers dattiers. Une fois par an, la mehalla d'hiver y passait pour assurer l'écoulement des revenus des oasis du Sud-Ouest vers les caisses du beylik.

154L'itinéraire politique d’Ah'med Ben Yûssif a dépendu, de sa capacité d'assurer l'articulation entre les communautés locales et le pouvoir central. Comme notable, il réussit en effet à acquérir une certaine considération aux yeux de ses contribules, faisant de lui un homme de jâh. Il sait mobiliser des ressources et tisser une pluralité de réseaux pour asseoir son pouvoir sur le plan local. Tout d’abord, il tire profit de son appartenance au groupe tribal le plus important numériquement : on compte 50 000 habitants environ pour l’ensemble de la tribu des Hamâma, dont 20 000 pour le seul groupe des Ouled Radhouan. Ah'med Ben Yûssif use aussi de la position privilégiée de sa famille au sein du groupe. Cette position se trouve également renforcée par la puissance acquise par le notable : les Ouled Nsira fournissent à l'administration beylicale plusieurs caïd, khalifa et cheikh. Il utilise donc sa parenté directe pour renforcer son leadership, mais aussi les alliances matrimoniales de sa famille pour élargir l'espace de son influence. Sa mère, notamment, est issue de la prestigieuse famille des Ouled Maâmar : son oncle Jlal Ben Messaï et ses descendants occupent plusieurs fonctions locales et régionales. Cela permet à Ah'med Ben Yûssif de présider, à la fois, l’assemblée des notables (miâd) des Ouled Radhouan et celle des Hamâma, et de neutraliser, les notables du troisième groupe, les Ouled Aziz en jouant de l’antagonisme existant entre les principales familles (Ben Ammar, Khmila, Belghaïeb, Amami etc.). Il peut alors se présenter devant les autres tribus et devant l’autorité beylicale comme la personnalité la plus sûre, parce que la plus représentative de la tribu des Hamâma.

155Le leadership d'Ah'med Ben Yûssif s'explique, en second lieu, par sa puissance économique. Propriétaire d'un grand cheptel (surtout ovin), il obtient à plusieurs reprises la ferme des henchirs Gammouda et Hanya, appartenant au beylik. En outre, il acquiert des propriétés dans les oasis de Gafsa et du Jérid (El Oudiane). S’il entretient des relations avec certains mercanti (commerçants et usuriers chrétiens ou juifs), il n’en soigne pas moins son image, selon les valeurs des sociétés tribales qu’il représente : faire preuve de courage, avoir le sens de l’hospitalité, faire montre d’éloquence, etc. lui garantissent une distinction au sein du groupe, sur le plan personnel.

156Une dernière stratégie pour consolider son influence consiste à entretenir de bonnes relations avec les hommes les plus en vue des tribus alliées aux Hamâma, dans le cadre du sof husseïnite, en particulier Ali Ben Khalifa des Neffet et les Sbouï de la tribu Jlass. Ah'med Ben Yûssif ne néglige pas plus les beys Mohamed et Mohamed Essadok, ainsi que les ministres, le général Ah'med Zarrouq et surtout Mustapha Khaznadar à qui il offre parfois des cadeaux de valeur. Ce notable participe ainsi à l'affermissement de l'autorité husseïnite sur les régions du Centre et du Sud-Ouest tunisien. Il gravit les différents échelons des fonctionnaires de l’État, passant du rang d'aminlay à celui de kaïmakam puis d’amirlay. Il est nommé khalifa puis caïd des Ouled Radhouan, de la ville de Gafsa et de ses villages, avant d’accéder au poste de kahia de l'oujak du Jérid. Ces diverses fonctions lui imposent des services à rendre au pouvoir beylical. Il dirige les mzarguia des Ouled Radhouan et des Hamâma qui, en accompagnant la mehalla d'hiver, montent la garde sur la route du Jérid, assurent les difficiles prélèvements fiscaux dans les oasis du Sud-Ouest, luttent contre les razzias en châtiant les responsables d’attaques armées, en particulier dans les montagnes. En plusieurs occasions, aux côtés de l'armée beylicale, ses mzarguia font preuve d'une efficacité quasi-militaire. Cependant, au cours de sa carrière d’agent rémunéré par l'État, Ah'med Ben Yûssif reste attaché à son groupe tribal et cherche à en défendre les intérêts, en voulant atténuer la ponction fiscale et le paiement des impôts en chameaux. En veillant à renforcer le pouvoir économique issu de ses charges, il se rend apte à multiplier les actes de générosité et d'hospitalité nécessaire pour entretenir son image de chef de najâ et pour se garantir l'appui des hauts fonctionnaires.

157Quand les réformes administratives du milieu du xixe siècle diminuent l'autonomie des communautés locales vis-à-vis du pouvoir central, une tribu makhzen comme celle des Hamâma est épargnée. Le besoin d’une force coercitive en milieu tribal développe de fait le nombre des mzarguia qui passe de 600 à 2 000 cavaliers entre 1863 et 1870 (dont 800 pour les seuls Ouled Radhouan).

158Grâce à Ah’med Ben Yûssif, les Hamâma et leurs notables conservent donc une certaine marge d'autonomie dans le processus de centralisation beylicale. Il exploite même cette situation nouvelle pour neutraliser quelques rares opposants, animés par le cheikh de la zaouïa Doualy, Haj M'hamed Kouka, ainsi que par des notables des Ouled Slama et de la ville de Gafsa. Toutefois, l'accord tacite entre le pouvoir central et les notables Hamâma ne résiste pas à la politique de réforme du ministre Kheireddine qui, en tentantd'imposer la présence de l'État dans toutes les régions, rend incompatible l'existence de « zones franches ». Sa rupture se concrétise par la mise à l'écart des notables Hamâma, l'emprisonnement ou l'assignation à résidence de la plupart d'entre eux : Les médiateurs, anciens fonctionnaires de l'administration beylicale, sont alors perçus comme des agents de désintégration et des « fauteurs de troubles ». Après la chute du ministère Kheireddine, Ah'med Ben Yûssif et les autres notables peuvent regagner leur tribu. En 1880, certains accèdent de nouveau à des postes de caïds, mais pour une courte période : L’arrivée des troupes d’occupation, provoque la fronde des Hamâma dirigés par Ah'med Ben Yûssif, en dépit de l'appel au calme lancé par le bey. Les rapports de l'armée française présentent leur chef comme étant l'instigateur de la réunion de Sbeitla, en août 1881, qui vise à organiser la résistance des tribus du Centre et du Sud-Ouest tunisien. Certes, la prise de position anti-coloniale d’un notable tel qu’Ah'med Ben Yûssif se présente comme un mélange confus de sentiments d'hostilité aux Européens (Rouama), aux Chrétiens (Nsara), aux mécréants (Kafra). Elle est aussi une réaction dictée par un statut de responsables attachés à la défense des groupes tribaux et de leurs territoires. En effet, la menace est d’autant plus imminente que les notables se sont érigés auparavant en défenseurs de leurs tribus, et qu’ils ont été contraints à démissionner de leurs positions en tant qu'agents d’un pouvoir central accusé d'avoir « vendu le pays aux Chrétiens ». Leur sort n'est donc pas clairement fixé dans le nouvel ordre politique qui s’instaure après 1881. Après un exil à Tripoli, certains reviennent dans la régence de Tunis et trouvent un terrain d'entente avec les autorités coloniales. De nouveaux accords sont conclus, un nouvel équilibre s'instaure dans lequel des notables prennent place : Mais ce n'est pas le cas d'Ah'med Ben Yûssif dont la famille conserve de ce fait, jusqu'à nos jours, un capital de notabilité. Des noms tels que Yûssfi ou Nsiri sont encore présents sur la scène politique et économique, notamment dans la région de Sidi Bouzid.

159En conclusion, on peut dire que la carrière d'Ah'med Ben Yûssif permet d’analyser les mécanismes d’émergence d’une forme de notabilité en milieu tribal au xixe siècle, en association avec certaines instances du pouvoir. Elle s’apparente à d’autres parcours, tels que ceux des Ben Khlifa chez les Neffet, des Sbouï chez les Jlass, des Ghadhoum chez les Frachiche. Néanmoins, l'appartenance à une tribu makhzen explique la plus grande capacité de son représentant à coexister avec une politique de plus en plus centralisatrice : Son rôle médiateur visant en priorité la mobilisation de forces armées au sein de la tribu, pour les investir dans l'appui aux interventions de l'État, les « forces vives » du groupe tribal, à savoir les mzarguia, en reçoivent des contreparties. On voit ainsi qu’une carrière de notable dépend autant de son assise à l'échelle locale que des intérêts et des priorités du pouvoir central.

Notes

1 J. Poncet, La colonisation et l'agriculture européenne en Tunisie depuis 1881, Paris, E.P.H.E, 1961, p. 140.

2 A. Mahjoubi, L'établissement du protectorat française en Tunisie, Publications de l’Université de Tunis, 1977, p. 242.

3 Ibid.

4 Marc Abèlès, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d'un département français, Paris, Éditions Odile Jacob, 1989, p. 346.

5 Cette recherche a pour cadre une thèse de doctorat portant sur les formes de territorialisation du politique en Tunisie, et traitant notamment du rôle du quartier comme espace privilégié de socialisation et de passage au politique.

6 Que cette domination s'exerce dans les secteurs de l'économie, de la religion ou de l'administration makhzenienne. Voir M. A. Ben Achour, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du xixe siècle, Préface de D. Chevalier, Institut national d'archéologie et d'art, Tunis, 1989.

Notes de fin

* Par décret beylical du 20 mai 1934, l’institution devient la Chambre tunisienne agricole du Nord de la Tunisie.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540