Version classiqueVersion mobile

Trames de langues

 | 
Jocelyne Dakhlia

VIII. La langue de l’État moderne

Histoire et emprunt linguistique

Zakia Iraqui Sinaceur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’il est une richesse ou une diversité qui interpelle plus que tout autre l’étranger qui découvre le Maroc, c’est bien la richesse linguistique. Arabe classique, arabe médian, arabe dialectal, tamazight, tachelhit, tarifit, français, espagnol, anglais cohabitent ; ils détiennent des statuts différents, revêtent des symboliques divergentes, assument des rôles distincts. Le paysage linguistique marocain peut être abordé sous divers angles. On traitera ici de l’aspect qui découle naturellement de toute coexistence de langues et de dialectes, du phénomène de contact, c’est-à-dire de l’emprunt. En effet, l’emprunt est défini par les dictionnaires comme « le phénomène sociolinguistique le plus important dans tous les contacts de langues ». Les contacts de langues accompagnent généralement des contacts de groupes humains que l’histoire a rapprochés, pour une raison ou pour une autre.

Comment définit-on l’emprunt en général ? Quel est son historique au Maroc ?

Beaucoup de travaux ont été cons...

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search