Institut de recherche et d’histoire des textes https://books.openedition.org/irht CC0 publication.irht@cnrs-orleans.fr Une autre histoire Quand ils écrivent la Vie d’un saint, les hagiographes racontent des événements passés, les situent dans un contexte nécessaire à leur récit, tout en les inscrivant dans un plan de Salut. L’hagiographie est donc un exercice d’écriture de l’histoire, mais d’une autre histoire que celle des chroniqueurs. Les hagiographes de l’Antiquité tardive voulaient qu’on les distinguât des historiens profanes ; mais quand leurs successeurs du premier Moyen Âge discutent de la chronologie et confrontent leurs sources, ils définissent des techniques savantes et une éthique adaptées à la connaissance du passé, qui ne sont pas très éloignées des pratiques attendues des historiens. Leurs Vies apportent ainsi un jour nouveau sur ce que le Moyen Âge appelait l’histoire. Elles dévoilent aussi la culture historique et les représentations du passé que l’Occident latin a façonnées à force de se raconter des histoires de saints.

]]>
https://books.openedition.org/irht/995 2023-05-03 Marie-Céline Isaïa Institut de recherche et d’histoire des textes fr Institut de recherche et d’histoire des textes
En quête d’une parole vive Comment retrouver les paroles de la communication orale d’autrefois, dont la forme la plus massive au Moyen Âge a été la prédication adressée aux assemblées de fidèles, notamment en ville à partir du xiiie siècle ? À défaut de disposer comme aujourd’hui d’enregistrements verbatim, il y faut le témoignage d’auditeurs attentifs. Exercés à la prise de notes, ils étaient aussi capables de restituer avec un certain degré de fiabilité ce qu’ils avaient entendu, en combinant dans leurs manuscrits à usage privé les notes consignées à la volée sur leurs tablettes de cire ou sur des rebuts de parchemin avec ce qu’ils retenaient directement dans le « ventre » de leur mémoire.

L’écho des paroles vives existe bien, dans une version écrite où domine le latin mais où la syntaxe, la morphologie et quelquefois même le vocabulaire sont ceux de la langue vernaculaire dont usaient les prédicateurs dans leurs sermons au peuple. Au xiiie siècle cette circulation de la parole en chaire est bien perceptible à Paris : elle y est précoce, abondante et persistante. Venus de partout en Europe, les étudiants de la Faculté de théologie se forment alors à la communication du message religieux en allant écouter prêcher dans les lieux les plus divers. Le propos de ce livre est d’exploiter les notes qu’ils ont prises et mises en ordre, et d’inscrire cette activité dans l’environnement passionnant des échanges culturels résultant de la prédication, aux premiers moments du temps long où elle fut renouvelée et singulièrement amplifiée en Europe par les frères mendiants.

]]>
https://books.openedition.org/irht/822 2022-10-03 Nicole Bériou Institut de recherche et d’histoire des textes fr Institut de recherche et d’histoire des textes
D’Homère à Érasme Comment les textes grecs et latins ont-ils réussi à traverser le temps ? Si beaucoup ont disparu, c’est souvent par miracle que les grandes œuvres des Anciens ont échappé à la destruction, aux menaces des invasions, aux incendies des bibliothèques, en Orient comme en Occident.

L’ouvrage explique les conditions de la survie des textes classiques et la façon dont, dans l’Antiquité, au Moyen Âge et à la Renaissance, les érudits les ont lus, sélectionnés, commentés et copiés. Reflets des grandes étapes de la civilisation européenne, cette transmission engage une histoire de l’éducation ainsi qu’une histoire des pratiques savantes.

Au xve siècle, une invention capitale change la donne : l’imprimerie facilite la diffusion des textes et a bientôt un effet profond sur le progrès et les usages de la philologie. Apparaît alors dans les pays occidentaux une res publica litterarum qui s’attache à élaborer des méthodes pour éditer ces œuvres, fondées sur la connaissance de la tradition : ces techniques font l’objet du dernier chapitre de l’ouvrage.

Paru pour la première fois en 1968, Scribes and Scholars est vite devenu un classique, traduit en sept langues. Sa quatrième édition anglo-saxonne, parue en 2013, est proposée ici au public francophone dans une version revue, mise à jour et augmentée par Luigi-Alberto Sanchi et Aude Cohen-Skalli.

]]>
https://books.openedition.org/irht/290 2022-09-26 Luigi-Alberto Sanchi, Aude Cohen-Skalli, Leighton D Reynolds et Nigel G. Wilson Institut de recherche et d’histoire des textes fr Institut de recherche et d’histoire des textes
Magikon zōon Associer deux thèmes en apparence plutôt marginaux comme la magie et les animaux pourrait sembler à première vue en accroître la marginalisation, or le but de cet ouvrage collectif est bien d’y trouver de nouvelles perspectives et de nouvelles interprétations des sociétés antiques et médiévales.

L’intérêt croissant pour l’histoire de la magie et des sciences occultes ces dernières années a conduit à un profond renouvellement de ce champ d’étude. La publication des papyrus magiques grecs édités par Karl Preisendanz et ses collaborateurs (1928-1931) ou A History of Magic and Experimental Science de Lynn Thorndike (1923-1958) marquèrent incontestablement un tournant. Bien que leur impact ait été immédiatement ressenti avec la multiplication d’importants travaux comme ceux de E.R. Dodds (The Greeks and the Irrational, 1951), A. Festugière (La Révélation d'Hermès Trismégiste, 1950-1954) et bien d’autres, ces trente dernières années ont vu un regain d’intérêt. Les recherches récentes ont ouvert de nouvelles perspectives sur l’approche théorique de la relation entre religion, rituel et magie, la problématique des influences multiculturelles et la question de la transmission matérielle. L’approche jusqu’alors européocentrique profondément influencée par la conception judéo-chrétienne de la magie et des sciences occultes a été interrogée et remise en question, aboutissant à de nouvelles catégorisations invitant à repenser les sociétés antiques et médiévales.

D’autre part, la question animale est récemment devenue un important sujet historique dans le cadre de l’animal turn qui s’est développé au sein de différentes disciplines. Cet intérêt a été suscité en majeure partie par Animal Liberation de Peter Singer (1975) et L’Animal que donc je suis (2006) de Jacques Derrida. Alors que ces travaux ont été menés en philosophie, l’attention qu’ils ont attirée sur les animaux a encouragé de nombreux chercheurs dans les sciences humaines et sociales à réévaluer la place de l’animal non-humain au sein de leur recherche, étudiant aussi bien l’un et l’autre dans leurs interactions avec les humains qu’en tant qu’objets intrinsèquement dignes d’intérêt.

Le volume proposé rassemble donc les contributions d’universitaires pour penser l’animal dans les textes de sciences occultes et les objets magiques qu’ils étudient dans leurs aires et époques respectives, dans le bassin méditerranéen et ses régions environnantes de l’Antiquité au Moyen Âge – une période et une région riches en sources textuelles exploitées dans les travaux universitaires consacrés à la magie.

]]>
https://books.openedition.org/irht/537 2022-09-26 Jean-Charles Coulon et Korshi Dosoo Institut de recherche et d’histoire des textes fr Institut de recherche et d’histoire des textes