Version classiqueVersion mobile

D’Homère à Érasme

 | 
Leighton D Reynolds
, 
Nigel G. Wilson

Cahier d’illustrations

Texte intégral

Planche 1

Planche 1

Ce papyrus est connu sous le nom d’Iliade Hawara. On distingue nettement le tracé des fibres.

Oxford, Bodleian Library, gr. class. a 1 (P) (iie s. ap. J.-C.). Iliade Hawara.

Planche II

Planche II

Ce livre illustre, qui provient de la collection du cardinal Bessarion, est généralement connu sous le nom de Venetus A de l’Iliade.
Les planches I et II illustrent la relation entre les signes critiques alexandrins et le commentaire. Elles donnent toutes les deux le même passage de l’Iliade (II, 856 et suiv.). Le papyrus a les signes critiques dans la marge, mais pas de scholies, le manuscrit a les deux. On ne s’étonnera pas de constater que les signes ne sont pas tout à fait identiques. Il semble qu’au v. 856 le signe correct soit la diplè, pourtant le papyrus porte manifestement une diplè pointée ; les scholies se limitent à une note géographique sur les Alizones et à la remarque qu’il y avait un autre Hodios dans le camp grec, elles n’indiquent pas ici une divergence entre Aristarque et Zénodote. Au v. 858, le papyrus a une diplè, une note du manuscrit signale que le nom de Chromis apparaît ailleurs sous la forme Chromios. Les trois vers suivants sont obélisés dans le papyrus, et seulement les deux derniers (860-861) dans le manuscrit ; la raison donnée, c’est que le récit de la bataille près du fleuve ne mentionne pas la mort de Chromis, alors qu’Homère prend toujours soin de signaler le décès de tout chef de détachement : exemple typique de raisonnement peu satisfaisant pour le lecteur moderne. Le v. 863 est marqué d’une diplè dans les deux témoins et le manuscrit offre un commentaire géographique sur l’emploi du nom Phrygie.

Venise, Biblioteca Nazionale Marciana, gr. 454, f. 41r (xe s.). Iliade, Venetus A.

Planche III

Planche III

La planche reproduit le début du Sophiste de Platon. Le texte a été copié pour Aréthas par Jean le calligraphe, un scribe qui lui a aussi fourni son Aelius Aristide (Laur. 60, 3 et Paris. gr. 2951). Les scholies marginales sont de la main d’Aréthas ; la première commence ainsi : αὕτη ἡ ἐλαία οὐχ ὥς τινες ὑπέλαβον τῆς Ἰωνίας ἐστὶν ἀλλὰ τῆς Ἰταλίας, εἴ τι δεῖ Στράβωνι πείθεσθαι τῷ γεωγράφῳ.

Oxford, Bodleian Library, E.D. Clarke 39, f. 113r (a. 895). Platon, Sophiste.

Planche IV

Planche IV

Commentaire de l’Odyssée. La planche donne le résumé de l’intrigue du chant XI (la descente aux enfers) et le début du vocabulaire pour ce chant. Ce matériel pédagogique, qui était une nécessité pour les lecteurs médiévaux, permet de mieux comprendre la scolarité à Byzance. Le manuscrit a appartenu à Giovanni Aurispa, puis au couvent de Saint-Marc à Florence. Transcription du début : ἀπαγγέλλει τῶς κατὰ τῆς Κίρκης ἐντολὰς λαβὼν εἰς Ἅιδου κατῆλθεν.

Oxford, Bodleian Library, Auct. V. 1. 51, f. 94r (fin du xe s.). Commentaire à l’Odyssée.

Planche V

Planche V

Archétype de la tradition d’Épictète. On pense qu’Aréthas possédait un manuscrit de cet auteur et que notre témoin en est peut-être une copie directe. Les abréviations sont relativement fréquentes. Le texte commence ainsi : ἐλεύθερός ἐστιν ὁ ζῶν ὡς βούλεται, ὃν οὔτ᾿ ἀναγκάσαι ἔστιν οὔτε κωλῦσαι οὔτε βιάσασθαι.

Oxford, Bodleian Library, Auct. T. 4. 13, f. 132r (xie s.). Épictète.

Planche VI

Planche VI

Cette copie tardive des Phénomènes d’Aratos est une des seules qui présentent les interpolations de Planude. La planche montre le v. 480 suivi par le texte interpolé. Le nom de Triclinios, qui se lit dans la marge de droite, veut sans doute indiquer qu’il est l’auteur de la note en bas de page expliquant l’intervention de Planude. En voici le texte : ἰστέον δὲ ὅτι ἡ τοῦ Ἀράτου σφαῖρα οὐκ ἀκριβῶς ἔχει πρὸς τὴν θέσιν τῶν κύκλων ἐκτεϑειμένα τὰ ζώδια. ἡ δὲ τοῦ Πτολεμαίου λίαν ἠκριβωμένως ἐκτίθεται. ταύτῃ γοῦν τῇ τοῦ Πτολεμαίου σφαίρᾳ ἑπόμενος ὁ σοφὸς Πλανούδης κατὰ τὴν ἐκείνης θέσω ἐκδέδωκε τοὺς παρόντας στίχους, ἐναλ<λ>άξας ὅσα μὴ καλῶς εἴρηκεν ὁ Ἄρατος. διὸ οἱ ἐντυγχάνοντες ταύταις καὶ μάλιστα τοῖς περὶ τούτων λεχθεῖσι παρὰ ἀμφοτέρων ἔχουσιν ἀκριβῆ τὴν περὶ τούτων κατάληψω, ἀμφοτέρους [ἐπὶ τούτοις] εὑρίσκοντες ἐπὶ τούτοις συμφωνοῦντας.

Oxford, Bodleian Library, Barocci 109, f. 167r (xve s.). Aratos.

Planche VII

Planche VII

Aristophane. Ce témoin donne le texte et les scholies dans la recension préparée environ un siècle plus tôt par Démétrios Triclinios. C’est notre seule source manuscrite pour les scholies tricliniennes à quatre comédies. On remarquera, en bas de page, sa note sur les mètres (qui commence ainsi ἡ εἴσθεσις τοῦ παρόντος δράματος) et, en haut et à droite, le titre trompeur qu’il donne au gros du commentaire : « anciennes scholies d’Aristophane le grammairien ».

Oxford, Bodleian Library, Holkham gr. 88, f. 207r (xve s.). Aristophane, avec les scholies de Démétrios Triclinios.

Planche VIII

Planche VIII

Le texte et les scholies avaient été préparés par Musurus qui disposait, entre autres, d’au moins deux copies de la recension triclinienne. Aussi bien pour la forme des caractères que pour la mise en page, la ressemblance est évidente avec les manuscrits contemporains. Les scholies marginales commencent, après le lemme ὀρθὴν κελεύεις, par la note de métrique qu’on a déjà rencontrée à la planche précédente.

Édition princeps d’Aristophane. Venise, Alde, 1498 (Venise, Biblioteca Nazionale Marciana, 390 D49, f. 250r).

Planche IX

Planche IX

Ce manuscrit fameux, le codex Mediceus de Virgile, a vu le jour en Italie au ve siècle. Il a été, semble-t-il, corrigé à Rome par Asterius, consul en 494, et aboutit par la suite à Bobbio. L’écriture est la capitale rustique. La planche donne la fin des Bucoliques (10, 61-77). Les abréviations, peu nombreuses de toute façon, se limitent ici à B (bus) et à Q (que). Parmi les corrections, qu’il faut sans doute attribuer à Asterius lui-même, on notera au v. 62 le changement de drusum en rursus et de nabis en nobis, et au v. 70 le passage de haes à haec. Au v. 63, la leçon rursusm suggère l’existence d’une duplex lectio à un stade antérieur de la tradition (rursus/m). Dans l’espace qui restait vide à la fin des Bucoliques, Asterius (ou un copiste ? cf. p. 43) a ajouté une souscription qui rappelle son travail et qui s’achève sur un poème en distiques élégiaques. L’écriture est menue et quelque peu effacée. La première partie de la souscription se lit ainsi (on a mis entre parenthèses la résolution des abréviations) : Turcius Rufius Apronianus Asterius v(ir) c(larissimus) et inl(ustris), ex comite domest(icorum) protect(orum), ex com(ite) priv(atarum) largit(ionum), ex praef(ecto) urbi, patricius et consul ordin(arius) legi et distincxi codicem fratris Macharii v(iri) c(larissimi) non mei fiducia set eius cui si et ad omnia sum devotus arbitrio XI Kal. Mai(as) Romae.

Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 39.1, f. 8r (ve s.). Virgile, Codex Mediceus.

Planche X

Planche X

Le célèbre palimpseste du De republica de Cicéron. On a remployé à Bobbio, au viie siècle, cette édition de luxe de Cicéron pour y copier un commentaire de saint Augustin sur les psaumes (c’est d’ailleurs le témoin le plus ancien de ce texte). L’écriture inférieure est une large onciale de la fin du ive ou du début du ve siècle, celle du dessus une petite onciale du viie s. Transcription du texte de Cicéron (tiré du De republica, 2, 33) : enim serpit/sed volat in/optimum sta/tum institu/to tuo sermo/ne re(s)mp·pos(t)/t(e)um numae/pompili nepos/ex filia rex/a populo est/ancus mar/cius constitu/(tus).

Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, lat. 5757, f. 171r (ive-ve s.). Écriture inférieure : Cicéron, De republica.

Planche XI

Planche XI

Appelé parfois codex Puteanus en souvenir de la famille Dupuy qui le possédait avant son entrée à la Bibliothèque royale, ce manuscrit en onciale de la troisième décade de Tite-Live a été écrit en Italie dans la première moitié du ve siècle, et est l’ancêtre de tous les manuscrits complets de cette partie de l’œuvre. La planche XIII montre une copie qui en a été faite à Tours aux alentours de l’an 800. Pour l’histoire de ce manuscrit pendant la renaissance carolingienne, on se reportera à la p. 83. Le parchemin est si fin que, par endroits, comme ici, on aperçoit les lettres écrites sur l’autre côté de la feuille. Cette planche et la planche XIII donnent le début du livre XXIII. À la ligne 11, une deuxième main a « corrigé » mopsiorum en compsinorum et cette modification d’un passage déjà corrompu est passée dans le texte de la copie (Pl. XIII, l. 5).

Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 5730, f. 77v (ve s.). Tite-Live, Codex Puteanus.

Planche XII

Planche XII

Ce superbe manuscrit de Pline l’Ancien, écrit en majuscule anglo-saxonne, a vu le jour en Northumbrie dans la première moitié du viiie siècle. On peut lire sur la planche le début du livre IV de l’Histoire naturelle, qui commence ainsi : tertius europe sinus acrocerauniis incipit montibus finitur helisponto amplectitur praeter minores simus (lire : sinus) XIX.XXV passuum. Le scribe a copié dans la marge les trois premiers mots du texte à l’intention du rubricateur qui les a ensuite calligraphiés dans l’espace laissé libre.

Leyde, Bibliotheek der Rijksuniversiteit, Voss. lat. F. 4, f. 20v (viiie s., 1re moitié). Pline l’Ancien.

Planche XIII

Planche XIII

Minuscule caroline. Il s’agit de la copie directe du Puteanus présenté plus haut (planche XI ; le passage reproduit est le même : début du livre XXIII). La survie du modèle en onciale et de sa copie en minuscule permet d’examiner sur le vif l’activité du scribe médiéval en train de « translittérer » un livre antique ; les erreurs commises dans cette transcription ont été rassemblées et étudiées dans l’article de F. W. Shipley, « Certain sources of corruption in Latin manuscripts », American Journal of Archaeology, 7, 1903, p. 1-25, 157-197 et 405-428 (paru aussi sous forme de livre, New York, 1904). Les mots sont le plus souvent séparés, la ponctuation est rare ; peu d’abréviations, par exemple q; (que), b; (bus), (prae). On note quelques éléments cursifs, survivances d’écritures précédentes : le a ouvert qui apparaît en concurrence avec les autres formes de cette lettre et les ligatures et, rt, st. Le a ouvert disparut par la suite et le N majuscule, qui alterne ici avec la forme minuscule, vit son emploi se restreindre.

Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. lat. 762, f. 32r (env. 800). Tite-Live.

Planche XIV

Planche XIV

Ce manuscrit nous a conservé les livres XI-XVI des Annales ainsi que les Histoires de Tacite. Il a été copié au Mont-Cassin dans la deuxième moitié du xie siècle et nous donne un exemple de l’écriture bénéventaine à son apogée. La planche reproduit la fin du livre XI et le début du livre XII des Annales. Le livre XI se termine ainsi (texte très corrompu) : sed ex quis (glosé par quibus) deterrima orerentur tristitiis multis.

Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 68.2, f. 6v (xie s., 2e moitié). Tacite.

Planche XV

Planche XV

On a vu plus haut p. 106-107 l’histoire de ce manuscrit de Tite-Live, écrit vers 1200, qui appartint par la suite à Pétrarque et à Laurent Valla. La planche donne un des passages (21, 46, 3) utilisés par Valla pour discréditer ses rivaux, le Panormitain et Facio (cf. p. 114). Le manuscrit présente une leçon corrompue ex quo propinquo. Valla fait remarquer que, tandis que ses adversaires ont accepté les yeux fermés le texte transmis, Pétrarque avait depuis longtemps corrigé ex quo en ex loco, et on peut s’en assurer aujourd’hui encore. Valla a noté en marge sa propre conjecture, exque, qui est acceptée par les éditeurs modernes. On relèvera en passant l’usage beaucoup plus fréquent des abréviations.

Londres, British Library, Harley 2493, f. 101v (env. 1200). Tite-Live, annoté par Pétrarque et Valla.

Planche XVI

Planche XVI

Ce manuscrit, écrit par le Pogge en 1425, contient les Philippiques et les Catilinaires de Cicéron. La planche donne la fin de la quatrième Catilinaire.

Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 48.22, f. 121r (a. 1425). Cicéron.

Planche XVII

Planche XVII

Dans cet exemple de l’édition princeps (Venise, Nicolas Jenson, 1472) des Scriptores rei rusticae, Politien a collationné lui-même les œuvres de Caton et de Varron sur un manuscrit de Saint-Marc de Florence, aujourd’hui perdu (cf. p. 116). Les variantes de Columelle ont été relevées par des collaborateurs, comme l’explique une note au f. 239v : Contuli hos Columellae libros ego Angelus Politianus cum duobus exemplaribus, altero quidem vetustissimo Langobardis exarato litteris ex priuata Medicae gentis bibliotheca cuius nota est .a., altero Nicolai Nicoli manu descripto ex vetusto item codice <ex publica eiusdem familiae libraria>. Servavi autem vetus institutum meum, ut etiam quae falsa putarem non respuerem. Adiutoribus Nicolao Baldello et Roberto Minutio ac Lactantio Politiano familiaribus meis. III Idus Februarias ipso bacchanaliorum die 1493 <4. Florentiae anno horribili transituris in Italiam Gallis> (la correction de la date, 1494 pour 1493, et les phrases entre chevrons sont dues à Politien). On identifie facilement sur la planche les leçons de a (= Ambros. L 85 sup) et celles de n (perdu ; P. Vettori l’a encore utilisé au xvie siècle). Trois de ces dernières ont été relevées dans l’édition d’Å. Josephson (1955) : ingesserint ƚ incesserit (9, 7, 4) ; (ut) hyemis astus (ibid.) ; pabulationibus (9, 8,1).

Édition princeps des Scriptores rei rusticae. Venise, N. Jenson, 1472 (Paris, Bibliothèque nationale de France, Inc. Rés. S 439, f. 195r). Columelle, exemplaire de Politien.

Planche XVIII

Planche XVIII

Manuscrit du ixe siècle, copié à Fulda.

Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 6880, f. 11r (ixe s.). Marcellus Empiricus.

Ces deux planches reproduisent le même passage du De medicamentis de Marcellus de Bordeaux, dit Marcellus Empiricus, dans l’édition princeps et dans le manuscrit qui a servi de copie de travail aux imprimeurs.
Dans sa préface, l’éditeur, Janus Cornarius (1500-1558), donne pour toute précision sur sa méthode : certe nihil temere in toto opere mutauimus, nisi palam corruptum, qualia multa librarii et ignorantia et incuria fuerunt admissa. La comparaison des deux documents permet de voir comment ont procédé le savant et les typographes. Le premier porte à l’encre sur le manuscrit même un grand nombre d’indications. Il sépare les mots écrits en scriptura continua et ajoute au contraire des traits d’union en fin de ligne ; il barre les textes qui ne doivent pas être reproduits et les remplace par un nouveau titre et un commentaire ; surtout, il apporte des corrections parfois mineures, mais parfois « drastiques ». On saisit même les repentirs du philologue qui travaille sur le parchemin vénérable ni plus ni moins que sur un brouillon.
Les typographes ont reproduit très fidèlement le texte ainsi préparé. Leur intervention a laissé deux marques sur le manuscrit : des traces d’encre (plus visibles sur d’autres folios, elles permettraient presque de prendre les empreintes digitales des compositeurs de l’officina Frobeniana !) et surtout les coups de crayon rouge qui indiquent la répartition de la copie : d’abord une estimation provisoire de l’endroit où va commencer la page 2c (deuxième page du cahier c, c’est-à-dire notre page 26 = 12 [cahier a] + 12 [cahier b] + 2) ; puis, comme on avait calculé un peu grand, un deuxième trait, porté après l’achèvement de la mise en page, indique l’emplacement définitif, juste avant le titre.

Édition princeps de Marcellus Empiricus. Bâle, Froben, 1536 (Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimés, fol. T31-T132, p. 25-26, montage).

Planche XX.A

Planche XX.A

La bibliothèque fondée par Titus Flavius Pantainos « prêtre des muses philosophiques » vers l’an 100 après J.-C. a été révélée, dans les années 1930, par les fouilles américaines à l’Agora d’Athènes (l’autre titre de gloire de Pantainos est d’avoir eu pour petit-fils, selon toute vraisemblance, ce Pantène qui fut le chef de l’école catéchétique d’Alexandrie et le maître de Clément). Le règlement, qu’un heureux hasard nous a conservé, montre que les problèmes de la bibliothéconomie n’étaient pas inconnus aux Anciens : « Aucun livre ne sera emprunté, car nous l’avons juré ; la bibliothèque sera ouverte de la première à la dixième heure ». Texte de l’inscription :

Βυβλίον οὐκ ἐξε-
νεχθήσεται, ἐπεὶ
ὠμόσαμεν · ἀνυγή-
σεται ἀπὸ ὥρας πρώ-
της μέχρι ἕκτης

Règlement de la bibliothèque de Pantainos (Musée de l’Agora d’Athènes, n° I, 2729).

Planche XX.B

Planche XX.B

L’obélisque érigé en 390 par l’empereur Théodose sur l’hippodrome de Constantinople existe encore aujourd’hui, et le touriste peut lire les deux inscriptions, une grecque et une latine, qui ornent sa base. Le texte grec est le suivant :
Κίονα τετράπλευρον ἀεὶ χθονὶ κείμενον ἄχθος
Μοῦνος ἀναστῆσαι Θευδόσιος βασιλεὺς
Τολμήσας Πρόκλος ἐπεκέκλετο καὶ τόσος ἔστη
Κίων ἠελίοις ἐν τριάκοντα δύω.
Le nom du préfet Proculus est gravé sur une rasura ; on pense qu’il s’y trouvait originellement, et qu’il a été martelé après son exécution en 392, puis rétabli après sa réhabilitation par Arcadius en 396, sans doute avec une erreur sur le cas.
À une époque indéterminée, cette épigramme a été relevée par un collectionneur, et elle figure maintenant dans le recueil connu sous le nom d’« Anthologie palatine » (9, 682). La comparaison entre l’original et le manuscrit (Heidelbergensis Pal. gr. 23, p. 472) montre que le texte s’est augmenté d’un lemme εἰς τὸν τετράπλευρον κίονα ἐν τῷ ἱπποδρόμῳ, que δύω est devenu δύο, et que le nominatif Πρόκλος, qui faisait problème, a été remplacé par un accusatif (le tassement des lettres sur la pierre fait supposer qu’on avait d’abord gravé un mot un peu plus court, sans doute Πρόκλῳ, qui est d’ailleurs la leçon de Planude).

Base de l’obélisque érigé sur l’hippodrome de Constantinople (CIG, t. 4, 8612)

Table des illustrations

Titre Planche 1
Légende Ce papyrus est connu sous le nom d’Iliade Hawara. On distingue nettement le tracé des fibres.
Crédits Oxford, Bodleian Library, gr. class. a 1 (P) (iie s. ap. J.-C.). Iliade Hawara.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Titre Planche II
Légende Ce livre illustre, qui provient de la collection du cardinal Bessarion, est généralement connu sous le nom de Venetus A de l’Iliade. Les planches I et II illustrent la relation entre les signes critiques alexandrins et le commentaire. Elles donnent toutes les deux le même passage de l’Iliade (II, 856 et suiv.). Le papyrus a les signes critiques dans la marge, mais pas de scholies, le manuscrit a les deux. On ne s’étonnera pas de constater que les signes ne sont pas tout à fait identiques. Il semble qu’au v. 856 le signe correct soit la diplè, pourtant le papyrus porte manifestement une diplè pointée ; les scholies se limitent à une note géographique sur les Alizones et à la remarque qu’il y avait un autre Hodios dans le camp grec, elles n’indiquent pas ici une divergence entre Aristarque et Zénodote. Au v. 858, le papyrus a une diplè, une note du manuscrit signale que le nom de Chromis apparaît ailleurs sous la forme Chromios. Les trois vers suivants sont obélisés dans le papyrus, et seulement les deux derniers (860-861) dans le manuscrit ; la raison donnée, c’est que le récit de la bataille près du fleuve ne mentionne pas la mort de Chromis, alors qu’Homère prend toujours soin de signaler le décès de tout chef de détachement : exemple typique de raisonnement peu satisfaisant pour le lecteur moderne. Le v. 863 est marqué d’une diplè dans les deux témoins et le manuscrit offre un commentaire géographique sur l’emploi du nom Phrygie.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Planche III
Légende La planche reproduit le début du Sophiste de Platon. Le texte a été copié pour Aréthas par Jean le calligraphe, un scribe qui lui a aussi fourni son Aelius Aristide (Laur. 60, 3 et Paris. gr. 2951). Les scholies marginales sont de la main d’Aréthas ; la première commence ainsi : αὕτη ἡ ἐλαία οὐχ ὥς τινες ὑπέλαβον τῆς Ἰωνίας ἐστὶν ἀλλὰ τῆς Ἰταλίας, εἴ τι δεῖ Στράβωνι πείθεσθαι τῷ γεωγράφῳ.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Planche IV
Légende Commentaire de l’Odyssée. La planche donne le résumé de l’intrigue du chant XI (la descente aux enfers) et le début du vocabulaire pour ce chant. Ce matériel pédagogique, qui était une nécessité pour les lecteurs médiévaux, permet de mieux comprendre la scolarité à Byzance. Le manuscrit a appartenu à Giovanni Aurispa, puis au couvent de Saint-Marc à Florence. Transcription du début : ἀπαγγέλλει τῶς κατὰ τῆς Κίρκης ἐντολὰς λαβὼν εἰς Ἅιδου κατῆλθεν.
Crédits Oxford, Bodleian Library, Auct. V. 1. 51, f. 94r (fin du xe s.). Commentaire à l’Odyssée.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Planche V
Légende Archétype de la tradition d’Épictète. On pense qu’Aréthas possédait un manuscrit de cet auteur et que notre témoin en est peut-être une copie directe. Les abréviations sont relativement fréquentes. Le texte commence ainsi : ἐλεύθερός ἐστιν ὁ ζῶν ὡς βούλεται, ὃν οὔτ᾿ ἀναγκάσαι ἔστιν οὔτε κωλῦσαι οὔτε βιάσασθαι.
Crédits Oxford, Bodleian Library, Auct. T. 4. 13, f. 132r (xie s.). Épictète.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Planche VI
Légende Cette copie tardive des Phénomènes d’Aratos est une des seules qui présentent les interpolations de Planude. La planche montre le v. 480 suivi par le texte interpolé. Le nom de Triclinios, qui se lit dans la marge de droite, veut sans doute indiquer qu’il est l’auteur de la note en bas de page expliquant l’intervention de Planude. En voici le texte : ἰστέον δὲ ὅτι ἡ τοῦ Ἀράτου σφαῖρα οὐκ ἀκριβῶς ἔχει πρὸς τὴν θέσιν τῶν κύκλων ἐκτεϑειμένα τὰ ζώδια. ἡ δὲ τοῦ Πτολεμαίου λίαν ἠκριβωμένως ἐκτίθεται. ταύτῃ γοῦν τῇ τοῦ Πτολεμαίου σφαίρᾳ ἑπόμενος ὁ σοφὸς Πλανούδης κατὰ τὴν ἐκείνης θέσω ἐκδέδωκε τοὺς παρόντας στίχους, ἐναλ<λ>άξας ὅσα μὴ καλῶς εἴρηκεν ὁ Ἄρατος. διὸ οἱ ἐντυγχάνοντες ταύταις καὶ μάλιστα τοῖς περὶ τούτων λεχθεῖσι παρὰ ἀμφοτέρων ἔχουσιν ἀκριβῆ τὴν περὶ τούτων κατάληψω, ἀμφοτέρους [ἐπὶ τούτοις] εὑρίσκοντες ἐπὶ τούτοις συμφωνοῦντας.
Crédits Oxford, Bodleian Library, Barocci 109, f. 167r (xve s.). Aratos.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre Planche VII
Légende Aristophane. Ce témoin donne le texte et les scholies dans la recension préparée environ un siècle plus tôt par Démétrios Triclinios. C’est notre seule source manuscrite pour les scholies tricliniennes à quatre comédies. On remarquera, en bas de page, sa note sur les mètres (qui commence ainsi ἡ εἴσθεσις τοῦ παρόντος δράματος) et, en haut et à droite, le titre trompeur qu’il donne au gros du commentaire : « anciennes scholies d’Aristophane le grammairien ».
Crédits Oxford, Bodleian Library, Holkham gr. 88, f. 207r (xve s.). Aristophane, avec les scholies de Démétrios Triclinios.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Planche VIII
Légende Le texte et les scholies avaient été préparés par Musurus qui disposait, entre autres, d’au moins deux copies de la recension triclinienne. Aussi bien pour la forme des caractères que pour la mise en page, la ressemblance est évidente avec les manuscrits contemporains. Les scholies marginales commencent, après le lemme ὀρθὴν κελεύεις, par la note de métrique qu’on a déjà rencontrée à la planche précédente.
Crédits Édition princeps d’Aristophane. Venise, Alde, 1498 (Venise, Biblioteca Nazionale Marciana, 390 D49, f. 250r).
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Planche IX
Légende Ce manuscrit fameux, le codex Mediceus de Virgile, a vu le jour en Italie au ve siècle. Il a été, semble-t-il, corrigé à Rome par Asterius, consul en 494, et aboutit par la suite à Bobbio. L’écriture est la capitale rustique. La planche donne la fin des Bucoliques (10, 61-77). Les abréviations, peu nombreuses de toute façon, se limitent ici à B (bus) et à Q (que). Parmi les corrections, qu’il faut sans doute attribuer à Asterius lui-même, on notera au v. 62 le changement de drusum en rursus et de nabis en nobis, et au v. 70 le passage de haes à haec. Au v. 63, la leçon rursusm suggère l’existence d’une duplex lectio à un stade antérieur de la tradition (rursus/m). Dans l’espace qui restait vide à la fin des Bucoliques, Asterius (ou un copiste ? cf. p. 43) a ajouté une souscription qui rappelle son travail et qui s’achève sur un poème en distiques élégiaques. L’écriture est menue et quelque peu effacée. La première partie de la souscription se lit ainsi (on a mis entre parenthèses la résolution des abréviations) : Turcius Rufius Apronianus Asterius v(ir) c(larissimus) et inl(ustris), ex comite domest(icorum) protect(orum), ex com(ite) priv(atarum) largit(ionum), ex praef(ecto) urbi, patricius et consul ordin(arius) legi et distincxi codicem fratris Macharii v(iri) c(larissimi) non mei fiducia set eius cui si et ad omnia sum devotus arbitrio XI Kal. Mai(as) Romae.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Planche X
Légende Le célèbre palimpseste du De republica de Cicéron. On a remployé à Bobbio, au viie siècle, cette édition de luxe de Cicéron pour y copier un commentaire de saint Augustin sur les psaumes (c’est d’ailleurs le témoin le plus ancien de ce texte). L’écriture inférieure est une large onciale de la fin du ive ou du début du ve siècle, celle du dessus une petite onciale du viie s. Transcription du texte de Cicéron (tiré du De republica, 2, 33) : enim serpit/sed volat in/optimum sta/tum institu/to tuo sermo/ne re(s)mp·pos(t)/t(e)um numae/pompili nepos/ex filia rex/a populo est/ancus mar/cius constitu/(tus).
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Planche XI
Légende Appelé parfois codex Puteanus en souvenir de la famille Dupuy qui le possédait avant son entrée à la Bibliothèque royale, ce manuscrit en onciale de la troisième décade de Tite-Live a été écrit en Italie dans la première moitié du ve siècle, et est l’ancêtre de tous les manuscrits complets de cette partie de l’œuvre. La planche XIII montre une copie qui en a été faite à Tours aux alentours de l’an 800. Pour l’histoire de ce manuscrit pendant la renaissance carolingienne, on se reportera à la p. 83. Le parchemin est si fin que, par endroits, comme ici, on aperçoit les lettres écrites sur l’autre côté de la feuille. Cette planche et la planche XIII donnent le début du livre XXIII. À la ligne 11, une deuxième main a « corrigé » mopsiorum en compsinorum et cette modification d’un passage déjà corrompu est passée dans le texte de la copie (Pl. XIII, l. 5).
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Planche XII
Légende Ce superbe manuscrit de Pline l’Ancien, écrit en majuscule anglo-saxonne, a vu le jour en Northumbrie dans la première moitié du viiie siècle. On peut lire sur la planche le début du livre IV de l’Histoire naturelle, qui commence ainsi : tertius europe sinus acrocerauniis incipit montibus finitur helisponto amplectitur praeter minores simus (lire : sinus) XIX.XXV passuum. Le scribe a copié dans la marge les trois premiers mots du texte à l’intention du rubricateur qui les a ensuite calligraphiés dans l’espace laissé libre.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Planche XIII
Légende Minuscule caroline. Il s’agit de la copie directe du Puteanus présenté plus haut (planche XI ; le passage reproduit est le même : début du livre XXIII). La survie du modèle en onciale et de sa copie en minuscule permet d’examiner sur le vif l’activité du scribe médiéval en train de « translittérer » un livre antique ; les erreurs commises dans cette transcription ont été rassemblées et étudiées dans l’article de F. W. Shipley, « Certain sources of corruption in Latin manuscripts », American Journal of Archaeology, 7, 1903, p. 1-25, 157-197 et 405-428 (paru aussi sous forme de livre, New York, 1904). Les mots sont le plus souvent séparés, la ponctuation est rare ; peu d’abréviations, par exemple q; (que), b; (bus), (prae). On note quelques éléments cursifs, survivances d’écritures précédentes : le a ouvert qui apparaît en concurrence avec les autres formes de cette lettre et les ligatures et, rt, st. Le a ouvert disparut par la suite et le N majuscule, qui alterne ici avec la forme minuscule, vit son emploi se restreindre.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Planche XIV
Légende Ce manuscrit nous a conservé les livres XI-XVI des Annales ainsi que les Histoires de Tacite. Il a été copié au Mont-Cassin dans la deuxième moitié du xie siècle et nous donne un exemple de l’écriture bénéventaine à son apogée. La planche reproduit la fin du livre XI et le début du livre XII des Annales. Le livre XI se termine ainsi (texte très corrompu) : sed ex quis (glosé par quibus) deterrima orerentur tristitiis multis.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Planche XV
Légende On a vu plus haut p. 106-107 l’histoire de ce manuscrit de Tite-Live, écrit vers 1200, qui appartint par la suite à Pétrarque et à Laurent Valla. La planche donne un des passages (21, 46, 3) utilisés par Valla pour discréditer ses rivaux, le Panormitain et Facio (cf. p. 114). Le manuscrit présente une leçon corrompue ex quo propinquo. Valla fait remarquer que, tandis que ses adversaires ont accepté les yeux fermés le texte transmis, Pétrarque avait depuis longtemps corrigé ex quo en ex loco, et on peut s’en assurer aujourd’hui encore. Valla a noté en marge sa propre conjecture, exque, qui est acceptée par les éditeurs modernes. On relèvera en passant l’usage beaucoup plus fréquent des abréviations.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Planche XVI
Légende Ce manuscrit, écrit par le Pogge en 1425, contient les Philippiques et les Catilinaires de Cicéron. La planche donne la fin de la quatrième Catilinaire.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Planche XVII
Légende Dans cet exemple de l’édition princeps (Venise, Nicolas Jenson, 1472) des Scriptores rei rusticae, Politien a collationné lui-même les œuvres de Caton et de Varron sur un manuscrit de Saint-Marc de Florence, aujourd’hui perdu (cf. p. 116). Les variantes de Columelle ont été relevées par des collaborateurs, comme l’explique une note au f. 239v : Contuli hos Columellae libros ego Angelus Politianus cum duobus exemplaribus, altero quidem vetustissimo Langobardis exarato litteris ex priuata Medicae gentis bibliotheca cuius nota est .a., altero Nicolai Nicoli manu descripto ex vetusto item codice <ex publica eiusdem familiae libraria>. Servavi autem vetus institutum meum, ut etiam quae falsa putarem non respuerem. Adiutoribus Nicolao Baldello et Roberto Minutio ac Lactantio Politiano familiaribus meis. III Idus Februarias ipso bacchanaliorum die 1493 <4. Florentiae anno horribili transituris in Italiam Gallis> (la correction de la date, 1494 pour 1493, et les phrases entre chevrons sont dues à Politien). On identifie facilement sur la planche les leçons de a (= Ambros. L 85 sup) et celles de n (perdu ; P. Vettori l’a encore utilisé au xvie siècle). Trois de ces dernières ont été relevées dans l’édition d’Å. Josephson (1955) : ingesserint ƚ incesserit (9, 7, 4) ; (ut) hyemis astus (ibid.) ; pabulationibus (9, 8,1).
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Planche XVIII
Légende Manuscrit du ixe siècle, copié à Fulda.
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 6880, f. 11r (ixe s.). Marcellus Empiricus.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Planche XIX
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Légende Ces deux planches reproduisent le même passage du De medicamentis de Marcellus de Bordeaux, dit Marcellus Empiricus, dans l’édition princeps et dans le manuscrit qui a servi de copie de travail aux imprimeurs. Dans sa préface, l’éditeur, Janus Cornarius (1500-1558), donne pour toute précision sur sa méthode : certe nihil temere in toto opere mutauimus, nisi palam corruptum, qualia multa librarii et ignorantia et incuria fuerunt admissa. La comparaison des deux documents permet de voir comment ont procédé le savant et les typographes. Le premier porte à l’encre sur le manuscrit même un grand nombre d’indications. Il sépare les mots écrits en scriptura continua et ajoute au contraire des traits d’union en fin de ligne ; il barre les textes qui ne doivent pas être reproduits et les remplace par un nouveau titre et un commentaire ; surtout, il apporte des corrections parfois mineures, mais parfois « drastiques ». On saisit même les repentirs du philologue qui travaille sur le parchemin vénérable ni plus ni moins que sur un brouillon. Les typographes ont reproduit très fidèlement le texte ainsi préparé. Leur intervention a laissé deux marques sur le manuscrit : des traces d’encre (plus visibles sur d’autres folios, elles permettraient presque de prendre les empreintes digitales des compositeurs de l’officina Frobeniana !) et surtout les coups de crayon rouge qui indiquent la répartition de la copie : d’abord une estimation provisoire de l’endroit où va commencer la page 2c (deuxième page du cahier c, c’est-à-dire notre page 26 = 12 [cahier a] + 12 [cahier b] + 2) ; puis, comme on avait calculé un peu grand, un deuxième trait, porté après l’achèvement de la mise en page, indique l’emplacement définitif, juste avant le titre.
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Planche XX.A
Légende La bibliothèque fondée par Titus Flavius Pantainos « prêtre des muses philosophiques » vers l’an 100 après J.-C. a été révélée, dans les années 1930, par les fouilles américaines à l’Agora d’Athènes (l’autre titre de gloire de Pantainos est d’avoir eu pour petit-fils, selon toute vraisemblance, ce Pantène qui fut le chef de l’école catéchétique d’Alexandrie et le maître de Clément). Le règlement, qu’un heureux hasard nous a conservé, montre que les problèmes de la bibliothéconomie n’étaient pas inconnus aux Anciens : « Aucun livre ne sera emprunté, car nous l’avons juré ; la bibliothèque sera ouverte de la première à la dixième heure ». Texte de l’inscription :
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 701k
Titre Planche XX.B
Légende L’obélisque érigé en 390 par l’empereur Théodose sur l’hippodrome de Constantinople existe encore aujourd’hui, et le touriste peut lire les deux inscriptions, une grecque et une latine, qui ornent sa base. Le texte grec est le suivant :Κίονα τετράπλευρον ἀεὶ χθονὶ κείμενον ἄχθος Μοῦνος ἀναστῆσαι Θευδόσιος βασιλεὺς Τολμήσας Πρόκλος ἐπεκέκλετο καὶ τόσος ἔστη Κίων ἠελίοις ἐν τριάκοντα δύω. Le nom du préfet Proculus est gravé sur une rasura ; on pense qu’il s’y trouvait originellement, et qu’il a été martelé après son exécution en 392, puis rétabli après sa réhabilitation par Arcadius en 396, sans doute avec une erreur sur le cas. À une époque indéterminée, cette épigramme a été relevée par un collectionneur, et elle figure maintenant dans le recueil connu sous le nom d’« Anthologie palatine » (9, 682). La comparaison entre l’original et le manuscrit (Heidelbergensis Pal. gr. 23, p. 472) montre que le texte s’est augmenté d’un lemme εἰς τὸν τετράπλευρον κίονα ἐν τῷ ἱπποδρόμῳ, que δύω est devenu δύο, et que le nominatif Πρόκλος, qui faisait problème, a été remplacé par un accusatif (le tassement des lettres sur la pierre fait supposer qu’on avait d’abord gravé un mot un peu plus court, sans doute Πρόκλῳ, qui est d’ailleurs la leçon de Planude).
URL http://books.openedition.org/irht/docannexe/image/519/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 546k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search