Version classiqueVersion mobile

D’Homère à Érasme

 | 
Leighton D Reynolds
, 
Nigel G. Wilson

Notes bibliographiques

Notes au chapitre premier : L’Antiquité

Texte intégral

Les livres antiques

1Le développement du commerce de librairie dans l’Athènes classique est décrit par E. G. Turner, Athenian books in the fifth and fourth centuries B.C., Londres, 19772. Il est difficile de déterminer exactement la période où il devient légitime de parler de commerce, mais il vaut la peine de souligner que dans l’Anabase, 7, 5, 14, Xénophon signale des livres (βίβλοι γεγραμμέναι) dans la cargaison de navires coulés au large de Salmydessos, sur la côte nord de la Thrace ; la conclusion qui semble s’imposer, c’est que dès 399 avant J.-C. les livres étaient un produit exporté (d’Athènes ?) vers les cités riveraines du Pont-Euxin. S’il en est bien ainsi, on se consolera de ne pas pouvoir tirer des informations plus précises des passages d’Eupolis et de Platon cités dans le corps du texte (p. 17-18).

2Sur la forme et l’aspect des livres en Grèce depuis l’époque classique jusqu’à la fin de l’Empire romain, le lecteur aura profit à consulter E. G. Turner, Greek papyri. An introduction, Oxford, 19802, que complète son Greek manuscripts of the ancient world, Oxford, 19872 (avec des planches très bien choisies et commentées).

3À l’époque classique, l’approvisionnement en papyrus était précaire, si nous pouvons nous fier au témoignage que donne la lettre de Speusippe à Philippe de Macédoine (L. Köhler, Die Briefe des Sokrates und der Sokratiker, Philologus, Supplement-Band 20, 2, Leipzig, 1928, p. 50) : il y aurait eu pénurie de papyrus vers 342 avant J.-C., par suite de l’occupation de l’Égypte par les Perses. Toutefois, bien que cette lettre soit considérée comme authentique par de nombreux savants, elle n’inspire pas entièrement confiance. Sur tous les problèmes que pose l’usage du papyrus, voir maintenant N. Lewis, Papyrus in classical antiquity, Oxford, 1974 et Papyrus in classical Antiquity : a supplement, Bruxelles, 1989. T. C. Skeat, « Two notes on papyrus », dans Scritti in onore di Orsolina Montevecchi, Bologne, 1981, p. 373-376, a suggéré que la tension du papyrus facilitait la tâche de celui qui devait rembobiner un livre. Pour une réflexion sur la technique de fabrication décrite par Pline : I. H. M. Hendriks, « Pliny, Historia Naturalis XIII, 74-82 and the manufacture of papyrus », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 37, 1980, p. 121-136.

4Il est possible de calculer la longueur de certains volumina d’Herculanum (voir G. Cavallo, Libri, scritture, scribi a Ercolano, Naples, 1983, p. 14-16, 47). P. Herc. 1497 mesurait environ 10 mètres et demi de long, P. Herc. 1423 environ 10 mètres, P. Herc. 1471 environ 11 mètres et demi. Pour d’autres papyrus, on a émis l’hypothèse que P. Petrie I 5-8 du Phèdre de Platon et P. Oxy. 225 du livre II de Thucydide auraient mesuré environ 15 mètres chacun, si le texte complet était contenu sur un seul papyrus (ce qui n’est pas certain). On a suggéré que P. Oxy. 3672 de Platon (Lois, VI) mesurait environ 12 mètres de long. Sur la longueur des papyrus d’Oxyrhynque, voir W. A. Johnson, Bookrolls and scribes in Oxyrhynchus, Toronto/Buffalo/Londres, 2004.

5On discute toujours sur l’usage et l’amélioration progressive de la ponctuation. En plus des Greek papyri de Turner déjà cités, on consultera R. Pfeiffer, History of classical scholarship : from the beginnings to the end of the Hellenistic age, Oxford, 1968, p. 178-181 ; on trouve un autre aperçu utile chez M. Geymonat dans l’Enciclopedia Virgiliana, II, s.v. interpunzione, p. 998-1000. L’opinion la plus équilibrée est sans doute celle d’H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, Paris, 19656, p. 602, n. 30 : les livres entièrement ponctués n’auraient jamais été d’un usage courant mais auraient été réservés aux professeurs et aux élèves (on notera que Marrou fait cette suggestion à propos des livres d’époque romaine). On trouvera dans H. Lloyd-Jones, The justice of Zeus, Berkeley, 19832, p. 213, n. 23, un exemple intéressant de conjecture qui se justifie entre autres par l’absence de ponctuation dans les textes antiques. Le passage d’Horace, Épîtres, 1, 15 présente un problème : la syntaxe en est si compliquée que le lecteur moderne en vient à se demander comment le lecteur de l’Antiquité pouvait se retrouver dans le texte.

La bibliothèque du Musée et la philologie alexandrine

6L’ouvrage classique sur la philologie alexandrine est celui de R. Pfeiffer, cité plus haut (compte rendu par N. G. Wilson, CR, 19, 1969, p. 366-372). C’est le premier tome d’une œuvre inachevée qui devait remplacer les trois volumes de J. E. Sandys, A history of classical scholarship, Cambridge, 1903-1908 (certains volumes ont été ensuite revus ; réimpression de l’ensemble à New York en 1958), toujours précieux comme ouvrages de référence. On trouve un panorama récent et utile dans F. Montana, « Hellenistic scholarship », dans F. Montanari, S. Matthaios et A. Rengakos (dir.), Brill’s companion to ancient Greek scholarship, t. 1 : History. Disciplinary profiles, Leyde, 2015, p. 60-183 (qui reprend La filologia ellenistica : lineamenti di una storia culturale, paru à Pavie en 2012) ; voir aussi E. Dickey, Ancient Greek scholarship : a guide to finding, reading, and understanding scholia, commentaries, lexica, and grammatical treatises, from their beginning to the Byzantine period, Oxford, 2007. Sur le Musée et la bibliothèque, on aura aussi intérêt à consulter P. M. Fraser, Ptolemaic Alexandria, Oxford, 1972, chap. 6, et M. El-Abbadi, Life and fate of the ancient Library of Alexandria, Paris, 19922. R. S. Bagnall, « Alexandria : Library of Dreams », Transactions of the American Philosophical Society, 146, 2002, p. 348-362 a montré que les estimations traditionnellement acceptées du nombre de livres conservés dans la bibliothèque sont sans doute tout à fait exagérées.

7La monographie de L. W. Daly, Contributions to a history of alphabetization in Antiquity and the Middle Ages (Collection Latomus, 90), Bruxelles, 1967, est intéressante ; il y est démontré que Zénodote et Callimaque usèrent de l’ordre alphabétique dans certains de leurs écrits, ce qui permet de supposer que le même principe a servi, dans une certaine mesure, au classement de la bibliothèque du Musée.

8Les papyrus « sauvages » d’Homère (c’est-à-dire ceux qui sont antérieurs à la recension alexandrine) ont été réédités par S. R. West, The Ptolemaic papyri of Homer, Cologne, 1967. Voir en outre M. Finkelberg, « Regional texts and the circulation of books : the case of Homer », GRBS, 46, 2006, p. 236-248, réimpr. dans Ead., Homer and the early Greek epic, Berlin/Boston, 2020, p. 340-352.

9G. P. Goold, « Homer and the alphabet », TAPhA, 91, 1960, p. 272-291, a accueilli avec le plus grand scepticisme l’idée que des exemplaires d’Homère écrits dans l’ancien alphabet athénien aient pu parvenir jusqu’à la bibliothèque d’Alexandrie ; toutefois, les formes καιροσσέων dans Od., 7, 107 et ἤ οἱ dans les manuscrits du Ps.-Démosthène, 43, 57 indiquent le contraire.

10L’accentuation est discutée par C. M. Mazzucchi, « Sul sistema di accentazione dei testi greci in età romana e bizantina », Aegyptus, 59, 1979, p. 145-167.

11La règle générale voulant que le commentaire fût écrit sur un livre séparé a été remise en considération par la découverte du papyrus P. Lille 76d de Callimaque, qui remonte probablement au iiie siècle avant J.-C. et où texte et notes alternent sur la même colonne (voir la planche 75a de Turner, Greek manuscripts).

12Sur l’usage des signes critiques, nous ne disposons que de sources corrompues et embrouillées, mais les faits ont été convenablement dégagés par A. Gudeman dans l’article « Kritische Zeichen » de la R.E. (t. 11, 1922, c. 1916-1927). Voir aussi K. McNamee, Sigla and select marginalia in Greek literary papyri, Bruxelles, 1992, et désormais M. Stein, « Kritische Zeichen », RAC, 22, 2007, p. 133-163.

13Nos statistiques sur la diffusion des corrections apportées par Aristarque au texte d’Homère sont tirées de l’édition de l’Iliade par T. W. Allen, t. 1, Oxford, 1931, p. 199-200 ; aux p. 201-202, on trouvera des calculs analogues pour les leçons attribuées à Zénodote et à Aristophane. Sur cette question, voir désormais aussi H. van Thiel, « Der Homertext in Alexandria », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 115, 1997, p. 13-36. Sur Aristarque de façon générale, voir F. Schironi, The best of the grammarians : Aristarchus of Samothrace on the Iliad (cf. p. 194 « Ars Donati »), Ann Arbor, 2018.

14Sur le principe d’Aristarque d’interpréter Homère par Homère, voir N. G. Wilson, « An Aristarchean maxim », CR, 21, 1971, p. 172 ; A. G. Lee, « An Aristarchaean maxim ? », PCPhS, 201, 1975, p. 63-64 et N. G. Wilson, « Aristarchus or a sophist ? », PCPhS, 202, 1976, p. 123.

15Le Stésichore de Lille est reproduit dans Turner, Greek manuscripts, planche 74.

16Les interpolations d’acteurs sont étudiées par D. L. Page, Actors’ interpolations in Greek tragedy, Oxford, 1934 ; sur le passage mentionné dans le texte, voir spécialement A. M. Dale, « Seen and unseen on the Greek stage : a study in scenic conventions », Wiener Studien, 69, 1956, p. 103-104 (= Collected papers, Cambridge, 1969, p. 126-127), M. D. Reeve, « Interpolation in Greek tragedy, I », GRBS, 13, 1972, p. 263-264 et les éditions de C. W. Willink, Oxford, 1986 et M. L. West, Warminster, 1987. L’ampleur du problème ressort de façon évidente de l’étude que donna E. Fraenkel des Phéniciennes d’Euripide : « Zu den Phoenissen des Euripides », Sitzsungsberichte. Bayerische Akademie der Wissenschaften. Phil.-hist. Kl., 1963/1, p. 1-120.

17On trouvera des informations utiles dans E. Dickey, Ancient Greek scholarship, et A. Nünlist, The ancient critic at work, Cambridge, 2009.

Autres travaux hellénistiques

18Les découvertes archéologiques faites à Pergame sont présentées dans E. Akurgal, Ancient civilisations and ruins of Turkey, Istanbul, 19784, p. 69-111, et désormais W. Radt, Pergamon. Geschichte und Bauten einer antiken Metropole, Darmstadt, 1999.

19L’authenticité de la Technè de Denys le Thrace est controversée, cf. H. Erbse, « Zur normativen Grammatik der Alexandriner », Glotta, 38, 1980, p. 244-258, et même l’interprétation de son expression κρίσις ποιημάτων a été remise en considération, voir N. G. Wilson, « Scholiasts and commentators », GRBS, 47, 2007, p. 53-65 et 69-70. Voir désormais le status quaestionis donné en 2015 par L. Pagani, « Dionysius Thrax », dans Lexicon of Greek grammarians of Antiquity, BrillOnLine.

20Le commentaire de Didyme sur Démosthène a été édité par H. Diels et W. Schubart (Berlin, 1904) ; le genre auquel il appartient a été caractérisé par F. Leo dans son compte rendu, « Didymos περὶ Δημοσθένους », Nachrichten von der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, Philol.-hist. Klasse, 1904, p. 254-261 (= Ausgewählte kleine Schriften, t. 2, Rome, 1960, p. 387-394). On notera aussi les réserves exprimées par S. West, « Chalcenteric negligence », CQ, n. s., 20, 1970, p. 288-296. On trouvera des considérations plus favorables dans Ph. Harding, Didymos : on Demosthenes, Oxford, 2006.

21Les découvertes d’Herculanum sont publiées chaque année dans la revue Cronache Ercolanesi. À la fin des années 2000, certains archéologues ont abaissé la datation de la Villa des Pisons au troisième quart du ier siècle avant J.-C. Pour certains, comme G. W. Houston, cette nouvelle chronologie rend impossible le fait que Philodème ait été à l’origine de la bibliothèque : voir Inside Roman libraries. Book collections and their management in antiquity, Chapel Hill, 2014 ; mais T. Dorandi a montré que la nouvelle chronologie n’est nullement incompatible avec le fait que Philodème ait été propriétaire de la bibliothèque, « La nuova cronologia della ‘Villa dei Papiri’ a Ercolano e le sorti della biblioteca di Filodemo », WJA, 41, 2017, p. 183-203. En outre, grâce aux progrès technologiques récents, on met à l’épreuve les possibilités qu’il y a de lire les papyrus carbonisés d’Herculanum : Brent Seales, professeur à l’université du Kentucky, est en train de concevoir une méthode pour lire les rouleaux sans avoir à les dérouler.

Les livres et la philologie sous la République romaine

22Le livre latin est réduit à la portion congrue dans les ouvrages classiques sur le livre dans l’Antiquité : il ressemble en effet pour l’essentiel à son homologue grec, et de plus notre documentation est assez mince, car elle provient surtout de l’Égypte, où la langue latine ne jouait qu’un rôle secondaire. Toutefois il faut consulter le chapitre « Books and readers in the Roman world », dû à E. J. Kenney, dans E. J. Kenney et W. V. Clausen (dir.), Cambridge history of classical literature, t. 2, Latin literature, Cambridge, 1982, p. 3-32 ; en outre, l’Égypte s’est rachetée grâce à une des trouvailles les plus spectaculaires, faite en 1978 : la découverte de fragments de poèmes de Gallus dans un avant-poste romain à Qaṣr Ibrîm, en Nubie. Ce sont les restes d’un livre qui avait sans doute appartenu à un officier romain en service dans la province même dont Gallus fut gouverneur. Un tel document, qui a dû être écrit du vivant de l’auteur, nous permet miraculeusement d’entrevoir la mise en page d’un livre latin de l’époque classique. On notera particulièrement l’espacement aéré, le décrochement des pentamètres et l’usage systématique de points pour séparer les mots, habitude bien pratique qui avait disparu à la fin du ier siècle de notre ère. Sur ces fragments de Gallus, voir R. D. Anderson, P. J. Parsons, R. G. M. Nisbet, « Elegiacs by Gallus from Qaṣr Ibrîm », JRS, 69, 1979, p. 125-155 et planches IV-VI. Il n’est guère surprenant que certains aient trouvé ce livre extraordinaire trop beau pour être vrai : F. Brunhölzl estime qu’il s’agit d’un faux, « Der sogennante Gallus-papyrus von Kasr Ibrîm », Codices manuscripti, 10, 1984, p. 33-37 ; voir la réponse de J. Blänsdorf, « Der Gallus-papyrus ‒ eine Fälschung ? », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 67, 1987, p. 43-50.

23On dispose de plus d’informations sur les pratiques d’écriture au début du iie siècle après J.-C., particulièrement précieuses parce qu’elles viennent de l’extrémité opposée de l’Empire, grâce au fort romain de Vindolanda (Chesterholm), où des centaines de fragments de tablettes ont été sorties de terre. Pour la plupart d’entre elles, il ne s’agit pas des tablettes de cire habituelles, incisées avec un stylet, mais de très fins morceaux d’aulne ou de bouleau écrits avec un calame et de l’encre et préparés spécialement à cette attention. L’usage de telles feuilles de bois, qui pouvaient être pliées et reliées ensemble pour former des carnets, était plus répandu que ce qu’on pensait auparavant, surtout dans les parties de l’Empire très distantes des lieux de production du papyrus. Elles étaient principalement utilisées pour les lettres et les comptes. On trouvera plus d’indications dans A. K. Bowman et J. D. Thomas, Vindolanda : The Latin writing-tablets (Britannia Monograph Series, 4), Londres, 1983, et The Vindolanda writing tablets (Tabulae Vindolandenses II), Londres, 1994.

24Il conviendra de tenir compte de ce nouveau document lorsqu’on réfléchira sur la ponctuation, et par suite la lisibilité, des livres à l’époque classique. Sur la ponctuation, voir Parsons, « Elegiacs by Gallus », p. 131. On a soutenu que les livres latins, jusque vers 100 après J.-C., étaient mieux ponctués et plus accessibles au lecteur que ce n’était généralement le cas dans l’Antiquité ; voir R. P. Oliver, « The first Medicean Ms. of Tacitus and the titulature of ancient books », TAPA, 82, 1951, p. 241-242, et l’argumentation plus développée de E. O. Wingo, Latin punctuation in the classical age, La Haye, 1972. La perspective de G. B. Townend est plus sceptique : il discute des difficultés qu’il y a à ponctuer les textes latins, en renvoyant en particulier à la poésie en hexamètres et à Virgile : « Some problems of ponctuation in the Latin hexameter », CQ, 19, 1969, p. 330-344, et « Virgile unpunctuated », Proceedings of the Virgil Society, 9, 1969-1970, p. 76-86. Pour un traitement d’ensemble, on consultera R. W. Müller, Rhetorische und syntaktische Interpunktion, Diss. Tübingen, 1964 et la bibliographie citée au § 1. Sur la ponctuation dans les tablettes de Vindolanda, voir J. N. Adams, « The language of the Vindolanda writing tablets : an interim report », JRS, 85, 1995, p. 95-98. Le rôle que les Romains ont joué dans le développement du codex est examiné à la section I, 8.

25On ne dispose pas d’une étude d’ensemble sur la philologie à l’époque romaine. Les sources se trouvent dans G. Funaioli, Grammaticae Romanae fragmenta, t. 1, Leipzig, 1907, continué par A. Mazzarino, Grammaticae Romanae fragmenta aetatis Caesareae, t. 1, Turin, 1955. On trouvera de brèves présentations dans A. Gudeman, Grundriss der Geschichte der klassischen Philologie, Leipzig, 19092 (réimpr. Darmstadt, 1967) ; F. Leo, Geschichte der römischen Literatur, t. 1, Berlin, 1913, p. 355-368 et G. Funaioli, Studi di letteratura antica, t. 1, Bologne, 1946, p. 206-236. Il y a aussi beaucoup à tirer de F. Leo, Plautinische Forschungen, Berlin, 19122, et de G. Pasquali, Storia della tradizione e critica del testo, Florence, 19522. Les aspects de la philologie de l’époque romaine qui nous intéressent le plus ont fait l’objet d’un examen critique par J. E. G. Zetzel dans son livre Latin textual criticism in Antiquity, New York, 1981, qu’on aura intérêt à consulter sur beaucoup des problèmes traités ici et ci-dessous. Pour d’importantes additions et réserves, voir les comptes rendu de H. D. Jocelyn, Gnomon, 55, 1983, p. 307-311, et M. D. Reeve, CPh, 80, 1985, p. 85-92. Beaucoup d’informations justes se trouvent dans R. A. Kaster, C. Suetonius Tranquillus, De grammaticis et rhetoribus, edited with a translation, introduction and commentary, Oxford, 1995. Voir également O. Pecere, Roma antica e il testo. Scritture d’autore e composizione letteraria, Rome/Bari, 2010.

26Malgré ses zones d’ombre, l’histoire du texte de Plaute dans l’Antiquité permet heureusement d’apporter quelque lumière sur les débuts de la philologie à Rome ; voir W. M. Lindsay, The ancient editions of Plautus, Oxford, 1904 ; F. Leo, Plautinische Forschungen, p. 1-62 ; Pasquali, Storia della tradizione, p. 331-354 ; M. Deufert, Textgeschichte und Rezeption der plautinischen Komödien in Altertum, Berlin, 2002. L’histoire du texte de Térence dans l’Antiquité a fait l’objet d’études récentes, où l’on trouvera les références bibliographiques antérieures : J. N. Grant, Studies in the textual tradition of Terence (Phoenix, Suppl., 20), Toronto, 1986, p. 1-96 ; H. D. Jocelyn, « Two questionable areas of the directly transmitted text of Terence’s Adelphoe (vv. 115-19 ; 584-6) », in S. Prete (dir.), Protrepticon. Studi classici ed umanistici in onore di G. Tarugi, Milan, 1989, p. 45-54. Sur la nature composite du prologue du Poenulus, voir H. D. Jocelyn, « Imperator historicus », YCS, 21, 1969, p. 97-123. Sur la date du deuxième dénouement de l’Andrienne de Térence, on verra en dernier lieu O. Skutsch, « Der zweite Schluss der Andria », RhM, 100, 1957, p. 53-68. Sur la transmission des auteurs dramatiques, spécialement Ennius, pendant l’Antiquité, bonne discussion dans H. D. Jocelyn, The tragedies of Ennius, Cambridge, 1967, p. 47-57. Des études récentes ont attribué le désordre du De agri cultura à Caton lui-même : pour un résumé de la question, voir A. E. Astin, Cato the censor, Oxford, 1978, p. 191-203.

27L’Anecdoton Parisinum et l’activité critique d’Aelius Stilo et de son cercle sont étudiés par S. F. Bonner, « Anecdotum Parisinum », Hermes, 88, 1960, p. 354-360. L’Anecdoton, le problème des notes critiques et de leur usage ont fait l’objet d’un nouvel examen dans une série d’articles de H. D. Jocelyn, « The annotations of M. Valerius Probus », CQ, 34, 1984, p. 464-472 ; 35, 1985, p. 149-161 et 466-474. La nature composite de la matière recueillie dans l’Anecdoton exclut l’hypothèse d’une dérivation d’une source unique, comme le De notis de Suétone.

28On s’intéresse beaucoup à Atticus, à cause de la mine de renseignements que constitue la correspondance de Cicéron et de l’ignorance où nous sommes sur le commerce libraire à Rome avant son époque. Le rôle joué par Atticus a fait l’objet d’une étude précise de R. Sommer, « T. Pomponius Atticus und die Verbreitung von Ciceros Werken », Hermes, 61, 1926, p. 389-422 (voir aussi R. Feger, « T. Pomponius Atticus », R.E. Suppl.-Bd 8, 1956, c. 517-520, et K. Büchner dans la Geschichte der Textüberlieferung der antiken und mittelalterlichen Literatur, t. 1, Zurich, 1961, p. 328) ; voir aussi A. Dortmund, Römisches Buchwesen um die Zeitenwende. War T. Pomponius Atticus (110-32 v. Chr.) Verleger ?, Wiesbaden, 2001. Les faits sont commodément présentés, et interprétés avec les partis pris que l’on sait, par J. Carcopino, Les secrets de la correspondance de Cicéron, t. 2, Paris, 1947, p. 305-329.

29On trouve un compte rendu très clair sur la pratique de la « publication » à l’époque romaine dans R. J. Starr, « The circulation of literary texts in the Roman world », CQ, 37, 1987, p. 212-223. Voir également B. A. van Groningen, « ΕΚΔΟΣΙΣ », Mnemosyne, 4e s., 16, 1963, p. 1-17, et Kenney, « Books and readers », p. 19 ; voir de nouveau O. Pecere, Roma antica e il testo, p. 245-160. Sur les pratiques de composition, la méthode de travail et la publication des œuvres des auteurs anciens, voir en particulier T. Dorandi, Nell’officina dei classici, Rome, 20072 (édition revue et augmentée de l’ouvrage en français paru à Paris en 2000, Le stylet et la tablette). Sur l’écriture et la lecture, depuis l’Antiquité classique jusqu’à Byzance, voir aussi G. Cavallo, Scrivere e leggere nella città antica, Rome, 2019.

Évolution au début de l’Empire

30T. Kleberg, Buchhandel und Verlagswesen in der Antike, Darmstadt, 1967, p. 22-68, offre une vue d’ensemble sur l’industrie du livre à Rome. Le rôle que les bibliopolae pouvaient jouer dans l’édition des livres, spécialement au temps de Martial, a été souligné par M. H. L. M. Van Der Valk, « On the edition of books in antiquity », Vigiliae Christianae, 11, 1957, p. 1-10.

31Les liens entre librairies et littérature font l’objet d’une discussion par A. J. Marshall, « Library resources and creative writing at Rome », Phoenix, 30, 1976, p. 252-264. De nombreuses informations sur les bibliothèques à Rome au iie siècle après J.-C. proviennent du traité Περί ἀλυπίας (Thessalonicensis Vlatadon 14) découvert en 2005 par A. Pietrobelli : voir M. C. Nicholls, « Galen and libraries in the Peri Alupias », JRS, 101, 2011, p. 123-142.

32Sur l’éducation à Rome pendant la république et le Haut-Empire, voir S. F. Bonner, Education in ancient Rome, Londres, 1977.

33L’histoire du texte et la qualité du travail philologique effectué sur Virgile ont été réexaminés par S. Timpanaro, Per la storia della filologia virgiliana antica, Rome, 1986 (compte rendu par N. Horsfall, CR, 37, 1987, p. 177-180, et H. D. Jocelyn, Gnomon, 60, 1988, p. 199-202). Sur Hygin, le jugement négatif exprimé par G. P. Goold, « Servius and the Helen episode », HSCPh, 74, 1970, p. 161-162, a été contesté par Zetzel, « Emendaui ad Tironem : Some notes on scholarship in the second century », HSCPh, 77, 1973, p. 237-238. Sur la transmission du texte de Virgile, voir aussi E. Courtney, « The formation of the text of Vergil », BICS, 28, 1981, p. 13-29 ; Zetzel, Latin textual criticism, p. 246-248.

34On discute de nouveau sur la nature et l’importance du travail de Probus sur les textes anciens : voir les articles importants de H. D. Jocelyn dans CQ, 1984-1985, cités au § 4 ; Timpanaro, Per la storia, p. 77-127 ; M. L. Delvigo, Testo virgiliano e tradizione indiretta. Le varianti probiane (Biblioteca di Materiali e discussioni per l’analisi dei testi classici, 5), Pise, 1987. Sa prétendue influence sur le texte d’Horace a été examinée par C. O. Brink, Horace on poetry : the ‘Ars Poetica’, Cambridge, 1971, p. 35-38. Ces études contiennent toute la bibliographie antérieure, où l’on trouve des jugements plus négatifs qu’aujourd’hui sur l’activité philologique de Probus. Le codex Palatinus de Virgile (Vat. Pal. lat. 1631) porte des traces de l’influence de Probus.

L’archaïsme au iie siècle

35Sur le commerce des livres d’occasion, voir T. Kleberg, « Antiquarischer Buchhandel im alten Rom », Annales Acad. Reg. Scient. Upsaliensis, 8, 1964, p. 21-32. La nature romancée de nombreux récits d’Aulu-Gelle, exposée pour la première fois par L. A. Holford-Strevens, jette le doute sur les volumes extraordinaires qu’il mentionne : Zetzel, « Emendaui ad Tironem », cité ci-dessus ; L. A. Holford-Strevens, « Fact and fiction in Aulu Gellius », Liverpool Classical Monthly, 7/5, 1982, p. 65-68 et Aulus Gellius, édition revue, Oxford, 2003, p. 190-192.

36La souscription de Statilius Maximus dans le De lege agraria a suscité un débat considérable : Zetzel, « Statilius Maximus and Ciceronian studies in the Antonine Age », BICS, 21, 1974, p. 107-123 ; O. Pecere, « La ‘subscriptio’ di Statilio Massimo e la tradizione delle ‘Agrarie’ di Cicerone », IMU, 25, 1982, p. 73-123 ; D. E. Martin, « The Statilius subscriptions and the editions of late antiquity », in D. F. Bright et E. S. Ramage (dir.), Classical texts and their traditions : studies in honour of C. R. Trahman, Chico (CA), 1984, p. 147-154 ; Timpanaro, Per la storia, p. 200-209.

Le compendium et le commentaire

37Il reste encore beaucoup à écrire sur les scholiastes et les grammairiens de l’Antiquité tardive : par exemple, il n’existe aucune étude approfondie de Priscien. Leur statut social et leur rôle dans le domaine de l’éducation est examiné par R. A. Kaster, Guardians of language : The grammarian and society in Late antiquity, Berkeley/Los Angeles, 1987. Sur certains aspects de leur travail philologique, nous disposons de Zetzel, Latin textual criticism, et Timpanaro, Per la storia. Pour une étude d’ensemble de Donat, voir L. Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical. Étude sur l’Ars Donati et sa diffusion (ive-ixe siècles) et édition critique, Paris, 1981. Il existe une excellente analyse synthétique des commentateurs d’Horace dans R. G. M. Nisbet et M. Hubbard, A commentary on Horace : Odes, Book I, Oxford, 1970, p. xlvii-li.

Du rouleau au codex

38L’étude classique sur le codex de C. H. Roberts a été rééditée sous une forme revue : C. H. Roberts et T. C. Skeat, The birth of the codex, Oxford, 1983 ; on en trouvera un compte rendu important de M. McCormick dans Scriptorium, 39, 1985, p. 150-158. Pour d’autres études récentes sur le codex, voir Roberts, Manuscript, society and belief in early Christian Egypt, Oxford, 1979, et E. G. Turner, The typology of the early codex, Philadelphie, 1977 ; B. Bischoff, Paläographie des römischen Altertums und des abendländischen Mittelalters, Berlin, 19862, p. 37-41 (traduction française par H. Atsma et J. Vezin, Paléographie de l’Antiquité romaine et du Moyen Âge occidental, Paris, 1985, p. 27-31). Des calculs approximatifs sur les prix respectifs du rouleau et du codex ont été faits par Skeat dans « The length of the standard papyrus roll and the cost-advantage of the codex », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 45, 1982, p. 169-175.

39Dans The Kellis Isocrates codex (P. Kell. III gr. 95), Oxford, 1997, K. A. Worp et A. Rijksbaron rapportent la découverte remarquable d’un codex composé de neuf feuilles de bois contenant les trois premiers traités d’Isocrate. Les aspects économiques de la production du livre et de la diffusion du codex ont été discutés par R. S. Bagnall, Early Christian books in Egypt, Princeton, 2009, p. 50-90.

40Pour d’autres aspects de la production et de la circulation des livres dans l’Antiquité tardive, voir E. Arns, La technique du livre d’après saint Jérôme, Paris, 1953 ; G. Cavallo, « Libro et pubblico alla fine del mondo antico », dans G. Cavallo (dir.), Libri, editori e pubblico nel mondo antico : Guida storica e critica (Universale Laterza, 315), Bari, 1975, p. 83-132 et 149-162 ; « La circolazione libraria nell’età di Giustiniano », dans G. G. Archi (dir.), L’imperatore Giustiniano : storia e mito. Giornate di studio a Ravenna, 14-16 ottobre 1976, Milan, 1978, p. 201-236. Jérôme témoigne d’une conscience remarquable des causes des corruptions textuelles et des problèmes qu’implique l’établissement d’un texte corrompu : K. K. Hulley, « Principles of textual criticism known to St. Jerome », HSCP, 55, 1944, p. 87-109 et L. Gamberale, « Pratica filologica e principi di metodo in Girolamo », RFIC, 135, 2007, p. 329-346.

41Notre esquisse d’une histoire de l’écriture antique est, par nécessité, simplifiée à l’extrême ; on trouvera un exposé magistral et tout à fait à jour dans Bischoff, Paläographie, p. 72-112 (p. 62-93 de l’édition française). Elle se limite aussi aux écritures de librairie ; or la transmission des textes littéraires a pu, dans certains cas, passer par une étape en ancienne cursive romaine : voir les faits et la bibliographie cités par Bischoff, p. 86-87, n. 68 et 70 (p. 71, n. 68 et 70 de l’édition française) et O. Pecere, « La tradizione dei testi latini tra iv e v secolo attraverso i libri sottoscritti », dans A. Giardina (dir.), Società romana e impero tardoantico, t. 4, Tradizione dei classici, trasformazioni della cultura, Rome/Bari, 1986, p. 240, n. 309 ; à la bibliographie qu’ils citent, on ajoutera J. G. Griffith, « A taxonomic study of the manuscript tradition of Juvenal », Museum Helveticum, 25, 1968, p. 105 ; J. N. Grant, Studies in the textual tradition of Terence, p. 13-15.

Le paganisme et le christianisme au ive siècle

42Notre perception de la lutte entre paganisme et christianisme au ive siècle a longtemps dépendu du cycle de conférences éditées par A. Momigliano, The conflict between paganism and Christianity in the fourth century, Oxford, 1963 ; particulièrement importante pour notre sujet est celle d’H. Bloch, « The pagan revival in the West at the end of the fourth century », p. 193-218 ; R. A. Markus, « Paganism, Christianity and the Latin classics in the fourth century », dans J. W. Binns (dir.), Latin literature of the fourth century, Londres, 1974, p. 1-21. Alan Cameron apporte une modification importante à la vision traditionnelle du problème dans The last pagans of Rome, Oxford, 2011 ; il a proposé une nouvelle date, généralement acceptée, pour les Saturnales de Macrobe (« The date and identity of Macrobius », JRS, 56, 1966, p. 25-38) ; vues différentes dans S. Döpp, « Zur Datierung von Macrobius’ Saturnalia », Hermes, 106, 1978, p. 619-632.

43La confrontation entre les deux cultures est étudiée avec plus d’ampleur par E. K. Rand, Founders of the Middle Ages, Cambridge, 1929; M. L. W. Laistner, Christianity and pagan culture in the later Roman Empire, Ithaca (N. Y.), 1951 (Cornell Paperbacks, 1967) et Thought and letters in Western Europe, A.D. 500-900, Londres, 19572, p. 25-53 ; voir aussi H. Fuchs, article « Bildung », Reallexikon für Antike Christentum, t. 2, 1954, c. 350-362. Voir aujourd’hui aussi A. Th. Grafton et M. H. Williams, Christianity and the transformation of the book. Origen, Eusebius and the library of Caesarea, Cambridge (MA)/Londres, 2006. Il est maintenant possible d’apprécier véritablement l’attitude, théorique et pratique, des deux figures les plus importantes de l’époque, Jérôme et Augustin, grâce aux études minutieuses de H. Hagendahl, Latin Fathers and the classics (Studia Graeca et Latina Gothoburgensia, 6), Göteborg, 1958, complété par son « Jerome and the Latin Classics », VCh, 28, 1974, p. 216-217, et Augustine and the Latin classics (Studia Graeca et Latina Gothoburgensia, 20), Göteborg, 1967. Sur ce dernier, voir J. J. O’Donnell, « Augustine’s Classical Readings », Recherches Augustiniennes, 15, 1980, p. 144-175.

44Sur la question du style et du goût, on verra C. E. Chaffin dans D. Daiches et A. Thorlby (dir.), The Classical world (Literature and Western civilization), Londres, 1972, p. 461-486.

45Sur l’éducation dans l’Antiquité et les disciplines enseignées dans les écoles selon les périodes, voir I. Hadot, Arts libéraux et philosophie dans la pensée antique. Contribution à l’histoire de l’éducation et de la culture dans l’Antiquité, Paris, 20052 (édition revue et considérablement augmentée par rapport à la première, parue en 1984).

Les souscriptions

46Pour le moment, on doit toujours se reporter au travail fondamental d’Otto Jahn, « Über die Subscriptionen in den Handschriften römischer Classiker », Berichte über die Verhandlungen der Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften, Phil.-hist. Classe, 3, 1851, p. 327-372. J. E. G. Zetzel a donné une nouvelle édition très utile de toutes les souscriptions qu’on rencontre dans les manuscrits d’auteurs païens dans son Latin textual criticism, p. 209-231. Voir en outre son article, « The subscriptions in the manuscripts of Livy and Fronto and the meaning of emendatio », CPh, 75, 1980, p. 38-59 ; O. Pecere, « Esemplari con subscriptiones e tradizione dei testi latini, l’Apuleio Laur. 68, 2 », dans C. Questa et R. Raffaelli (dir.), Il libro e il testo, Urbino, 1984, p. 111-137 ; Pecere, « La tradizione dei testi latini », p. 19-81 et 210-246. Ce dernier contient une ample bibliographie sur l’ensemble du sujet. Sur le Laur. 39, 1, voir G. Ammannati, MD, 58, 2007, p. 227-239.

47Sur les fora impériaux comme foyers de culture, voir H.-I. Marrou, « La vie intellectuelle au forum de Trajan et au forum d’Auguste », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École française de Rome, 49, 1932, p. 93-110, repris et complété dans Patristique et humanisme. Mélanges, Paris, 1976, p. 65-80.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search