Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 417-420


Texte intégral

1Parmi les noms qui apparaissent le plus souvent dans les pages qui précèdent figure sans doute celui de Bruno Krusch. Les notes de bas de page rendent un hommage continuel aux éditions critiques qu’il a réalisées pour les Monumenta Germaniae Historica. Bruno Krusch a consacré sa vie à la publication des sources narratives du haut Moyen Âge avec une sûreté de jugement qui force l’admiration. À cette admiration se mêle un peu d’étonnement quand on découvre la répulsion ou l’effroi qu’éprouvait le même éditeur devant certaines sources : Bruno Krusch dénonce, proteste, pourfend, et semble éditer aussi pour pouvoir rectifier, pointer chez tel hagiographe la mauvaise foi, mettre en évidence les inventions de tel auteur, corriger les erreurs chronologiques manifestes du troisième. Tant de véhémence lui vaut parfois la commisération des arrière-petits-enfants de l’École des Annales : Bruno Krusch, nouveau Don Quichotte, serait ce savant impeccable qui oppose le rempart de son positivisme vertueux à tout ce que le Moyen Âge renferme de merveilles ; et de demander s’il est raisonnable de passer sa vie à haïr ceux qu’on met en lumière. C’est un malentendu ; si Bruno Krusch s’en prend si souvent aux hagiographes, ce n’est pas en naïf étroit, parti en croisade par principe contre les récits de miracles parce que les miracles n’existeraient pas. C’est parce qu’il prend les hagiographes au sérieux. Il sait qu’ils sont en train de raconter une histoire alternative, une histoire convaincante et crédible. Il sait que les hagiographes fabriquent un passé cohérent, même s’ils en aménagent la chronologie, en inventent les épisodes et les acteurs et mêlent si indistinctement leurs convictions avec les faits. Il a reconnu dans les hagiographes les auteurs d’une autre histoire – une histoire dangereuse donc, et qu’il faut rectifier parce que son pouvoir de séduction est immense.

2Le Moyen Âge compte des dizaines d’historiens à l’identité plus ou moins certaine. Leur pratique frappe par la pluralité des formes adoptées. Aucun genre historiographique antique n’est durablement ignoré, beaucoup sont rajeunis ou inventés ; le Moyen Âge a ses chroniques universelles et locales, ses histoires des peuples et ses annales des rois, ses biographies même, et toutes les formes hybrides, des cartulaires-chroniques aux Gesta, que les hommes ont créées pour fixer le souvenir du passé. À bien des égards, le Moyen Âge commence même dans l’Occident latin quand des hommes essaient de qualifier par l’histoire le rapport que leur monde barbare entretient avec l’empire romain qui l’a précédé : en disant s’ils sont davantage les héritiers des Goths et des Germains conquérants, ou davantage les continuateurs d’un ordre à vocation universelle, ces hommes pensent la césure du ve siècle, l’habillent, l’effacent, la digèrent, la dépassent en somme jusqu’à pouvoir construire au présent, par la force des mots qui créent la continuité avec un passé choisi, ces sociétés idéales où le pouvoir est légitime et l’autorité partagée entre rois et Église. Les sociétés médiévales ne sont pas seulement ces mondes de l’oralité, du prestige hérité donc de la mémoire familiale transmise comme identité ; ce sont radicalement des sociétés nées de l’histoire, du récit capable de dire la place du hasard et de l’événement, le poids du temps et du passé dans la naissance des peuples et des royaumes. La christianisation n’a pas appris à ces sociétés l’importance de la remémoration collective mais a contribué à leur donner un passé écrit et une identité reposant sur la transmission d’un corpus historiographique – les Francs qui viennent de Troie, comme chacun sait1, sont aussi le Nouvel Israël.

3Le Moyen Âge compte des centaines d’hagiographes, la plupart anonymes. Ces auteurs n’ont rien de marginaux dans ces sociétés médiévales, au contraire : ils se recrutent par définition parmi les détenteurs de l’héritage livresque, de la culture historique écrite savante et chrétienne. Nombreux, ces lettrés sont aussi relativement bavards sur leurs méthodes d’écriture. Que dit un Frédégaire de ses principes épistémologiques ? Qui sait pourquoi Flodoard écrit des Annales et non une Chronique2 ? Et que doit-on penser d’un Adon de Vienne qui détaille complaisamment comment il s’y est pris pour écrire sa Chronique mais en empruntant les mots d’Isidore de Séville ? Les historiens du haut Moyen Âge disent parfois dans quelles circonstances ou dans quel état d’esprit ils se mettent à écrire ; mais ce sont les hagiographes qui, inlassablement, expliquent comment. C’est une question de statut auctorial autant que de genre : depuis Athanase d’Alexandrie et Sulpice Sévère, un hagiographe doit dire ce qui le qualifie pour remplir sa mission, ce qui revient souvent à exprimer pourquoi il sera un bon témoin du passé et pourquoi il faut lui faire confiance. Plus la tradition hagiographique latine se constitue, une génération après l’autre, plus le discours de la méthode se renforce et s’étoffe : et l’hagiographe d’expliquer que son discours sera simple et vrai, qu’il sera sincère et concis, qu’il ne fait que retranscrire ce dont des hommes au-dessus de tout soupçon se portent garants. Entre l’Antiquité et la Renaissance du xiie siècle, ce sont les hagiographes qui disent le mieux et le plus volontiers ce qu’on apprend de l’écriture du passé dans les écoles de l’Occident latin. Dans les 800 Vies et Passions des ive-xie siècle qui forment le corpus de ce livre, on entend donc d’abord l’élaboration et la transmission d’un modèle de récit historique qui reste inaperçu dans les classifications théoriques du savoir3.

4L’intérêt des sources hagiographiques pour la période ne se limite pas à cet aspect théorique. Les hagiographes qu’on a suivis sont aussi des praticiens ; et quand ils se mettent à raconter le passé, ils manifestent des compétences qui dépassent de loin ce discours de la méthode stéréotypé qui sert d’excuse liminaire à leur audace. Certains consultent des sources historiographiques à propos du contexte où leur saint a vécu, une pratique toujours connue mais limitée avant qu’elle ne se répande au cours du ixe siècle ; la séparation entre le discours historiographique et le discours hagiographique en est presque effacée dans certains essais de la Renaissance carolingienne tardive, notamment quand l’hagiographie se prête à une relecture des origines franques de la monarchie sacrée. Les auteurs qui manifestent une attention à la chronologie et à la documentation d’archive sont plus nombreux et plus précoces ; quand ils cherchent à mettre en rapport leur saint avec ses contemporains, ils montrent qu’ils sont capables d’utiliser et peut-être de composer des tableaux chronologiques assez ambitieux pour scander l’histoire des vie-viiie siècles. Ils n’hésitent pas à confronter leurs sources pour en écarter certaines, un réflexe critique de plus en plus perceptible au cours du xe siècle. La plupart essaient de prouver la validité de leur information, parfois avec des arguments qui tiennent des protestations de bonne foi ou de l’incantation, mais parfois aussi par le raisonnement logique et une réflexion sur la vérité qu’on peut atteindre par le récit qui n’est pas différente de celle des historiens. Tous ces traits rendent les sources hagiographiques indispensables pour comprendre comment le savoir-faire historiographique s’est transmis depuis l’Antiquité, par l’enseignement, l’observation et l’imitation. Certains hagiographes, on l’a entendu, pensent être des historiens.

5L’hagiographe, un historien comme les autres ? La proposition n’est pas absurde, à deux importantes nuances près. La première est celle de l’histoire : l’existence des hagiographes-historiens est un phénomène typique de la Renaissance carolingienne, qui survit un temps aux Carolingiens proprement dits, mais ne peut qualifier ni tous les espaces, ni tous les moments de l’écriture hagiographique. L’Italie a souvent servi dans ce livre de point de comparaison, ou mieux de butte-témoin, pour qu’on n’oublie pas le conservatisme inhérent à une culture hagiographique qui ressasse avec plaisir les mêmes histoires, les mêmes modèles, la même absence d’histoire. L’émulation avec l’histoire caractérise des hagiographes actifs dans les plus grands centres intellectuels de l’empire carolingien, mais la masse des hagiographes moyens reste à l’écart du phénomène. Si l’historien d’aujourd’hui se plaît à pointer l’innovation et l’évolution, il constate aussi plus profondément que les premières Vies sont nées d’un désir de se démarquer de l’écriture de l’histoire classique : les premiers hagiographes n’auraient pas voulu être des historiens, s’il leur avait fallu par là être les chantres des réalités profanes. C’est la deuxième nuance fondamentale : le projet hagiographique porte en lui-même le désir d’une autre histoire que l’histoire des peuples et des rois, une histoire de Salut où le martyr triomphe à la fin et vit pour l’éternité dans la gloire du Ciel. Les premiers hagiographes latins créent durablement un modèle historiographique alternatif, où le destin individuel parle pour la communauté des croyants, où la vie du saint révèle l’horizon, mystérieux mais réel, de l’Église entière.

6S’il respecte cette intention, l’historien dispose alors d’un corpus exceptionnel pour comprendre l’univers mental du temps médiéval chrétien. Les hagiographes placent les fidèles qui les écoutent sur la brèche du temps, au soir de ce dernier âge terrestre qui verra la destruction de la Création. Comment percevoir l’optimisme enjoué de la Renaissance du xiie siècle, la nouveauté de ces nains qui escaladent les épaules des géants, si on n’a pas vécu longtemps avec ces hagiographes du premier Moyen Âge dans une ambiance de fin du monde ? Les hagiographes, et ceux dont ils reflètent les idées, croient en la décrépitude radicale de leur temps, ou le disent. À la génération vieillissante dont ils sont contemporains, ils promettent en même temps la gloire d’une éternité sans fin, dans ce contraste hagiographique structurant entre les misères d’ici-bas et la béatitude sans fin. Au-delà du contraste, source d’espérance, ils racontent le passé qui permet d’y croire : depuis les origines, Dieu fait pour son peuple des merveilles à travers les méandres de l’histoire. La foi chrétienne implique de ne pas cantonner dans les cieux le Dieu qui s’incarne. Les hagiographes sont là pour dire et répéter l’actualité de l’histoire sainte, l’inlassable réitération des promesses et leur accomplissement : « Il se souvient de la promesse faite à nos pères en faveur d’Abraham et de sa descendance à jamais [Lc 1, 55] ». Seulement le passé parfois résiste. Constantin tarde à se convertir. Les invasions anéantissent l’empire qui devait dilater la chrétienté aux limites du monde. Bien plus que les spécialistes de la réécriture formelle4 alors, les hagiographes sont les spécialistes de la réécriture du passé. Ils l’ajustent, dans les limites méthodologiques qu’ils maîtrisent, pour le rendre compatible avec ce qu’ils croient. Pour le lecteur du xxie siècle qui place sans y penser les faits au-dessus des croyances dans l’ordre de la vérité, ce sont des charlatans ; mais le premier Moyen Âge ne vivait pas dans cette illusion de « la vérité des faits » et entendait encore que l’histoire est le récit qui choisit les faits auxquels il a raison de croire.

Notes de bas de page

1 H. Reimitz, « Histories of Romanness in the Merovingian Kingdoms », Transformations of Romanness. Early Medieval Regions and Identities, éd. W. Pohl, Cl. Gantner, C. Grifoni et M. Pollheimer-Mohaupt, Berlin/Boston, 2018, p. 289-307.

2 Ed. Roberts, Flodoard of Rheims and the Writing of History in the Tenth Century, Cambridge, 2019 et ma recension dans EME (2021).

3 G. Melville, “Wozu Geschichtsschreibung? Stellung und Funktion der Historie im Mittelalters”, Formen der Geschichtsschreibung, éd. R. Koselleck et al., München, 1982, p. 86-146.

4 M. Goullet, Écriture et réécriture hagiographiques, Turnhout, 2005.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.