Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos

p. 7-8


Texte intégral

1Les sources hagiographiques sont la voie royale pour connaître les sociétés chrétiennes du Moyen Âge, et les historiens les scrutent depuis des siècles. Elles sont pourtant d’un abord difficile aujourd’hui : il y a leur langue bien sûr, le terreau scripturaire où elles s’ancrent, les représentations religieuses dont elles se nourrissent – et c’est le travail de l’historien d’expliquer ce que le temps qui passe a rendu moins familier ; mais il y a aussi paradoxalement l’érudition qui les environne, ces siècles accumulés de bibliographie et de philologie qui intimident parfois autant qu’ils éclairent. J’ai voulu que ce livre aide à apprivoiser ces sources, en révèle la musique : de là ces longs extraits traduits qui font entendre la pensée des hagiographes et leur culture, et ces notes allégées qui ne renvoient qu’à quelques titres essentiels ou récents, aux éditions accessibles, aux manuscrits qu’on peut lire en ligne.

2Ce livre se présentait à sa naissance paré de plus de garanties extérieures de sérieux et lesté de latin, puisqu’il s’agissait d’un mémoire inédit d’habilitation achevé en 2018. Il a été entièrement réécrit, s’appuie désormais sur un corpus doublé, embrasse trois siècles de plus. Je n’aurais jamais accompli un tel travail sans l’enthousiasme de mon garant et de mon jury : tous mes remerciements vont donc d’abord à François Bougard et Geneviève Bührer-Thierry, Stéphane Gioanni, Benoît Grévin, Patrick Henriet et Rosamond McKitterick qui ont reçu mon Essai avec bienveillance. Je leur associe Caroline Chevalier-Royet et Tristan Martine qui ont fait de la soutenance d’habilitation une fête. Je dois aussi à la confiance de François Bougard de paraître selon mes vœux dans cette collection de l’IRHT, grâce au travail de Karima Pedemas : un immense merci.

3Entre la soutenance et la parution, j’ai bénéficié de l’aide de très nombreux collègues et amis, qui m’ont invitée à exposer mes recherches dans leurs colloques et séminaires et ont critiqué et enrichi ma réflexion en relisant tel ou tel chapitre ; beaucoup m’ont aussi envoyé livres et articles au moment où la fermeture des bibliothèques m’a compliqué la tâche. Je pense notamment avec la plus grande gratitude à Guillaume Bady, Nicole Bériou, Gisèle Besson, Gordon Blennemann, Shane Bobrycki, Annie Dufour, Yaniv Fox, Sébastien Fray, Michèle Gaillard, Nathalie Gorochov, Thomas Granier, Yitzak Hen, Salvador Iranzo Abellán, Nathalie Le Luel, Pierluigi Licciardello, J. Carlos Martín-Iglesias, Florian Mazel, Laurence Mellerin, Fabien Paquet, Annick Peters-Custot, Warren Pezé, Guy Philippart, Alice Rio, Laurent Ripart, Edward Roberts, Michel Sot, Lucile Trân-Duc, Anne-Marie Turcan-Verkerk et Anne Wagner. Sans Marie-Brune Isaïa enfin, l’ouvrage aurait manqué d’une parfaite relecture.

4Le nom de Martin Heinzelmann qui m’accompagne de sa science et de sa gentillesse depuis ma thèse occupe dans cette liste une place à part. Parce que je n’ai jamais cessé de trouver en lui le parfait juge et maître des sources hagiographiques, c’est à lui que le livre est dédié, avec reconnaissance et amitié. Le lecteur verra bien vite tout ce que le livre lui doit. C’est en pensant à lui, et à tous mes maîtres en hagiographie, que je paraphrase ici mon ami Constance « j’aurais vraiment préféré qu’il se soit trouvé d’autres personnes pour raconter ces idées – n’importe qui aurait mieux valu. Mais puisque cela ne s’est pas fait, je préfère que ce soit moi plutôt que personne. »

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.