Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord

 | 
Alain Lottin

La lutte contre le Clergé à Saint-Omer entre avril 1793 et juillet 1794

Michel Lancelin

Texte intégral

1La période qui va d’avril 1793 à juillet 1794 est une période dramatique pour les catholiques de France et surtout pour leur clergé, qu’il soit réfractaire ou constitutionnel. Au 9 thermidor, même si le culte officiel de l’Etre Suprême avait amené quelque répit, le catholicisme était toujours interdit, ses ministres et ses défenseurs persécutés.

2Saint-Omer n’échappe pas à la règle générale et les mesures antireligieuses suivent, avec quelque retard il est vrai, les décisions prises à Paris.

3A la veille de la Révolution, le clergé à Saint-Omer, une ville de 22 106 habitants selon l’état détaillé arrêté en la maison commune le 21 octobre 1790, était omniprésent : on dénombrait 180 religieux, 325 religieuses, 94 prêtres (159 pour l’évêché de Saint-Omer).

4Le clergé audomarois n’avait guère applaudi aux idées nouvelles et, ni l’évêque de Saint-Omer, Mgr de Bruyères Chalabre, ni son vicaire général, l’abbé de Fabry, n’avaient approuvé la Constitution civile du clergé. Ils avaient été suivis par l’énorme majorité du clergé audomarois et, lors des cérémonies de prestation de serment en l’église Sainte Aldegonde, seuls 12 prêtres sur 159 s’étaient présentés. La mise en place d’un nouveau clergé, le clergé constitutionnel, avait pourtant pu être réalisée. Le 29 novembre 1791, l’Assemblée législative décrétait que tous les réfractaires seraient tenus pour suspects : c’était le début des persécutions contre les catholiques fidèles à la papauté et à la doctrine romaine. Ce décret ne fut guère suivi d’effets mais, en 1792, les incidents entre « Réfractaires » et « Porionnés » s’étaient multipliés. Les réfractaires avaient gardé une forte emprise sur les populations des campagnes de l’Audomarois, tandis qu’à Saint-Omer même les constitutionnels avaient bénéficié de l’appui des corps constitués, des sociétés populaires et même d’une partie non négligeable du petit peuple. Le directoire de district et le conseil général de la commune, s’ils soutenaient publiquement l’évêque Porion et le clergé constitutionnel, faisaient preuve d’une tolérance certaine envers les réfractaires. Ils ne s’employaient guère à user, à leur égard, des rigueurs de la loi.

5La situation va changer en 1793. Le 21 janvier, Louis XVI est guillotiné. Désormais la rupture avec le passé est complète. De son exil, l’ex-vicaire général de Fabry n’hésite pas à comparer l’exécution du roi à la mise en croix du Christ et les réfractaires demeurés à Saint-Omer ne sont sans doute pas loin de raisonner comme lui. La méfiance des républicains à leur égard ne peut que croître, le 1er février, la Convention déclare la guerre au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Bien des réfractaires pensent que la fin de leurs maux est proche, car la France se trouve seule face à des ennemis de plus en plus nombreux. La gravité de la situation n’échappe pas aux Conventionnels et, le 23 février, ils décrètent la mobilisation de 300 000 citoyens. Les Audomarois sont inquiets. Ils voient déjà leur ville investie, ce qui ne les empêche pas de réprouver cette nouvelle levée d’hommes. En mars, 365 gardes nationaux sont envoyés à Anvers. Va-t-on laisser agir impunément les ennemis de l’intérieur – et en premier lieu les réfractaires – alors que les meilleurs des Audomarois s’en vont risquer leur vie pour la République ?

6En avril, Dumouriez trahit. Asselin, administrateur du département, se rend à Saint-Omer le 5 avril. Il fait prendre des mesures de sécurité, met la Garde nationale en état d’alerte... et il reproche à la municipalité son indulgence envers les réfractaires. Il lui intime l’ordre d’appliquer sur le champ la loi du 26 Août 1792 qui donnait huit jours aux réfractaires pour sortir des limites du département, quinze jours pour quitter le territoire français, sous peine d’être déportés en Guyane.

  • 1 A. D. Délibérations du directoire de district. T. 12, f. 214 à 226 et B. M., Saint-Omer, dossier M (...)

7C’est le lendemain, 6 avril, que commence la « chasse » aux prêtres non assermentés. Elle durera pratiquement pendant tout le mois d’avril 17931. Les péripéties en sont les suivantes :

8Samedi 6 avril : trois pétitions sont déposées. La première signée par six citoyens, le minimum requis, dénonce Frelant, ex-chanoine à Saint-Omer. La seconde, signée par quarante-quatre citoyens, demande la déportation de dix prêtres. La troisième, signée par quarante et un citoyens, dénonce treize prêtres.

9Dimanche 7 avril : une pétition est déposée. Elle est signée par cinquante-deux citoyens. Douze prêtres et diacres sont dénoncés. Lundi 8 avril : une pétition est déposée. Elle est signée par soixante-huit citoyens. Dix-sept prêtres, religieux et minorés sont dénoncés. Jusqu’à présent tous les réfractaires dénoncés avaient exercé à Saint-Omer. La « chasse » semble toucher à sa fin car même des « minorés » ont été dénoncés.

10Mercredi 10 avril : deux pétitions sont déposées. La première, signée par trente-neuf citoyens, dénonce sept prêtres et religieux demeurant dans le district cette fois. La deuxième pétition, signée par six citoyens, dénonce Blondel, ex-religieux à Saint-Bertin.

11Vendredi 12 avril : trente-trois citoyens dénoncent Louis Joseph Lefort, prêtre demeurant à Moulle et Pierre François Casimir Lemerchie ci-devant chanoine à Saint-Omer.

12Lundi 15 avril : deux pétitions sont déposées. La première par treize citoyens qui dénoncent deux religieux. La seconde, signée par six citoyens, dénonce un frère lai de l’ex-couvent des Récollets.

13Mercredi 17 avril : une pétition, signée par six citoyens, dénonce un récollet.

14Lundi 22 avril : une pétition, signée par dix citoyens, dénonce un dominicain.

15Jeudi 25 avril : une pétition, signée par dix-huit citoyens d’Eperlecques, dénonce un prêtre et deux religieux demeurant à Saint-Omer et un « bénéficier », Charles Florent, demeurant à Eperlecques.

16Lundi 29 avril : une pétition, signée par vingt-quatre citoyens, dénonce trois religieux demeurant à Saint-Omer et un prêtre demeurant à Pihem.

17En très peu de temps – vingt-trois jours – soixante-quinze clercs avaient été dénoncés et par là-même contraints à l’exil. Nul, à Saint-Omer, n’avait osé protester. L’accablement et la résignation semblaient avoir gagné les derniers défenseurs des réfractaires et, comme le déplore amèrement l’ex-vicaire général de Fabry prenant Dieu à témoin :

  • 2 De Fabry, « Méditations sur la Révolution française, rédigées en forme de prière par l’abbé de Fab (...)

18« ... Le peuple s’est trouvé corrompu alors qu’il n’était qu’égaré... ses légitimes pasteurs, dont il admirait auparavant les vertus, lui sont devenus odieux... Il est devenu persécuteur à l’égard de cette précieuse portion de notre troupeau, qui, dans tous les lieux, Vous était restée fidèle...2

19De Fabry se montre peut-être exagérément pessimiste. A Saint-Omer, les dénonciations ne furent le fait que d’une infime minorité de citoyens : par trois fois elles n’émanent que de six d’entre eux, le minimum légal requis ; par trois fois seulement, les 6, 7 et 8 avril, le nombre des dénonciateurs excède les cinquante ! C’est là quantité bien minime si on la rapporte à la population totale de la ville !

  • 3 Seuls huit réfractaires audomarois avaient émigré de leur plein gré : l’évêque de Bruyère-Chalabre (...)
  • 4 Vingt-sept clercs avaient alors résolu de s’exiler.

20Si l’on excepte les clercs, qui, dès le début de la Révolution, avaient choisi de se réfugier à l’étranger3, et ceux qui, à la fin de 17924 par prudence ou par peur, s’étaient enfuis, l’exil forcé des réfractaires se produisit presque uniquement en avril 1793 : il n’y avait eu qu’un départ en mars 1793 ; un seul se produisit en mai. Après cette date, à Saint-Omer du moins, on ne trouve plus trace de bannissement.

21Les départs ne s’étalent pas harmonieusement pendant tout le mois d’avril : soixante et un clercs sont dénoncés entre le 6 et le 10 avril ; quatorze entre le 12 et le 30 avril.

  • 5 A. D. Délibérations et Arrêtés, T. 6, p. 130, verso 6, 12 avril 1793 : « Entrent en chambre les ci (...)
  • 6 La plupart des bannis (53) se réfugièrent à Poperinghe. Les autres se dirigèrent vers Bruges, Ypre (...)
  • 7 De Fabry, op cit., p. 110.

22L’enquête sur le modérantisme des responsables du district, réclamée par Bancel et la Société populaire, débute le 12 avril5. Tout se passe comme si, dans les jours qui précédèrent la venue des commissaires du département, Bancel et ses amis avaient voulu prouver que, sans leur intervention, les réfractaires auraient continué à « sévir » en toute quiétude à Saint-Omer. Faut-il, au contraire, attribuer ces bannissements aux membres du district qui, animés tardivement d’un zèle opportuniste, auraient voulu prouver aux commissaires du département que leurs efforts pour faire appliquer les lois de la République avaient fini par porter leurs fruits ? Il faudrait, pour trancher, connaître le rôle politique et les convictions intimes des dénonciateurs. Tel n’est pas le cas. Toujours est-il que toutes les dénonciations, sauf celles du 25 avril, sont le fait d’Audomarois : les bannissements ont concerné – sur un total de soixante-quinze – soixante-quatre clercs audomarois6. A Saint-Omer, même si le « culte caché » subsista, les fidèles ne pouvaient plus désormais assister qu’aux cérémonies célébrées par les constitutionnels : cette situation n’allait pas durer et les prêtres constitutionnels « ... qui avaient fait un si généreux sacrifice de leur conscience et de la vérité... »7, allaient bientôt connaître à leur tour les rigueurs de la persécution.

23En effet, imitant en cela la Commune de Paris, la Convention se montrait de plus en plus anticléricale et fermait les yeux sur la politique de déchristianisation active que menaient en province certains de ses représentants tels Fouché dans la Nièvre, Bernard, Gimberteau, Courrier dans l’Ouest, et, à un degré moindre, Drouet dans le Nord et Le Bon dans le Pas-de-Calais.

24A Saint-Omer, les premières tracasseries sérieuses commencèrent en mai 1793 et l’évêque Porion se voit reprocher de n’avoir pas interdit à ses prêtres de tenir les registres d’Etat Civil.

  • 8 A. D. Délibérations et Arrêtés du conseil d’administration du district, T. 6, f. 184.

25Porion cède sans discuter et il abandonne au pouvoir laïque le soin d’enregistrer les étapes fondamentales de la vie : naissance, mariage, décès. Sa foi en est peut-être ébranlée ; il est difficile de le savoir car Porion n’a pas laissé de « mémoires ». Toujours est-il que si, le 21 mai, il organise encore la procession de la Fête-Dieu, il se sent bientôt menacé et, la peur aidant, il se croit obligé à de nouveaux renoncements. Il ne proteste pas, lorsque, le 28 mai, le directoire de district réquisitionne des ornements d’église pour en vêtir les soldats ; il se tait lorsque, le 30 juin, le conseil général de la commune ordonne la fermeture de l’école du Jardin de Notre-Dame, tenue par des religieuses. Le 1er juillet, il se sent obligé de réclamer un certificat de civisme, certificat qu’il obtient d’ailleurs sans difficulté. Il franchit bientôt une nouvelle étape et le 12 juillet, dans une lettre qu’il adresse au directoire de district, il se glorifie d’avoir marié le citoyen Faudier, ex-prêtre à Calais, en écrivant : J’ai pour principe qu’aucune autorité sur terre ne peut prescrire le célibat à un individu quelconque et que tous les hommes sont appelés au mariage, non seulement par la loi naturelle, mais encore par la loi divine... oui, citoyens, je suis très convaincu que la harde ecclésiastique ne serait pas émigrée par essaim et ne tenterait pas aujourd’hui d’égorger la France, le crucifix à la main, si les doux noms de pères et d’époux n’eussent été injustement déclarés incompatibles avec le sacerdoce ».8

  • 9 A. D., T. 6, Délibérations et Arrêtés, f° 280, verso.

26En ce mois de juillet 1793, les craintes ont considérablement grandi à Saint-Omer. Le 30, Valenciennes est tombée et on est persuadé que Valenciennes a été livrée par des traîtres9.

27Au début du mois d’août, Carnot, Niou et Billaud-Varenne viennent enquêter sur un complot qui, lui aussi, aurait pour but de livrer Saint-Omer aux ennemis. En septembre, Dunkerque est assiégée. A Saint-Omer on s’attend au pire ; on prend des mesures pour soutenir un siège. La société montagnarde est désormais toute puissante ; elle harcèle le directoire de district et le conseil général de la commune, elle leur impose une attitude de plus en plus ferme envers tous ceux qu’elle suspecte simplement de modérantisme. Porion se croit obligé de donner des gages. Le 2 septembre, il prononce un discours, en la Cathédrale, sur la supériorité du régime républicain. Le 24 septembre, l’autorité militaire estime avoir besoin de la Cathédrale pour en faire un entrepôt ; Porion s’incline sans mot dire et il se contente désormais de la chapelle de la Maladrerie pour célébrer ses offices.

28En octobre, le directoire de district interdit « ... à tous les ministres de tous les cultes de paraître dans les rues avec un costume qui pourrait rappeler l’idée de leur profession... ». Porion ne proteste pas.

29Le 18 octobre 1793 (27 vendémiaire an II), le directoire de district adopte le calendrier républicain, un calendrier qui abolit la forme chrétienne du temps. Une fois encore – mais pouvait-il faire autrement – Porion se tait.

  • 10 La municipalité attendra le 20 novembre pour se rallier à cette position.
  • 11 A. D., T. 7, Délibérations et Arrêtés, f° 29. Le 7 novembre, Gobel, l’évêque de Paris, avait agi d (...)

30Deux jours plus tard, les cinq sections assemblées de Saint-Omer annoncent qu’elles ont renoncé à toute espèce de culte10. Il ne restait plus à Porion qu’à émigrer, à s’insurger ou à s’incliner. L’évêque de Saint-Omer n’avait sans doute pas l’âme d’un martyr et le 4 frimaire an II (24 novembre 1793, « ... le citoyen Porion, évêque du Pas-de-Calais, remet sur le bureau (du directoire de district) ses lettres de prêtrise et l’extrait du procès-verbal de l’Assemblée électorale du département du Pas-de-Calais qui le proclame à l’épiscopat... »11. Douze clercs l’avaient précédé dans ce reniement et notamment Jean-Jacques Petit-pré, ci-devant vicaire à Saint-Denis, qui avait abdiqué le 2 frimaire (22 novembre 1793) et Marie Joseph Clipet, ci-devant vicaire à Saint-Bertin, qui avait abdiqué le 3 frimaire. Les abjurations allaient se poursuivre jusqu’en fructidor an II, le plus grand nombre se produisit en germinal.

  • 12 Pour les abdicataires, on peut consulter : B. Plongeron « Regards sur l’historiographie religieuse (...)

31Aux quarante-quatre lettres de prêtrise déposées devant le directoire de district de Saint-Omer, il convient d’ajouter vingt-deux autres abdications déposées dans différentes communes du district et notamment à Aire-sur-la-Lys – dix-neuf dépôts – où la Société populaire se montra particulièrement active12. Les abdications touchèrent tout le département du Pas-de-Calais. Selon G. Sangnier, elles s’élevèrent à :

Districts

Séculiers

Réguliers

Total

Arras

43

33

76

Boulogne

49

19

68

Saint-Omer

52

14

66

Béthune

45

17

62

Saint-Pol

25

30

55

Calais

31

5

36

Bapaume

9

18

27

Montreuil

17

5

22

TOTAL

271

142

412

  • 13 Selon M. Vovelle, Religion et Révolution, la déchristianisation de l’an II, Poitiers, 1976, le par (...)

32Comme on le voit, dans ce domaine, le district de Saint-Omer se classe au troisième rang, derrière ceux d’Arras et de Boulogne. Les abdications, pendant cette période, sont générales en France13. Elles sont le fruit de la politique de plus en plus hostile à la religion menée par la Convention.

33Les abdicataires sont surtout des prêtres sermentés. Pouvait-il en être autrement ? A l’époque où les abjurations se produisent, les réfractaires sont soit terrés – et par là-même insaisissables – soit réfugiés à l’étranger – et par là-même hors de portée des révolutionnaires. Depuis la loi des suspects (17 septembre 1793), la possession d’un certificat de civisme était devenue pratiquement indispensable aux prêtres qui ne voulaient pas être inquiétés. A partir de brumaire an II, la façon la plus sûre d’obtenir ce précieux certificat de civisme consiste à déposer, en échange, les lettres de prêtrise. Dans le district de Saint-Omer, Porion, l’évêque, avait abdiqué ; Asselin, qui lui succédera, Royer, un des plus fermes défenseurs de l’Eglise constitutionnelle, s’inclinèrent eux aussi. Tous cependant ne capitulèrent pas et notamment Michaud. Il y laissera la vie et sera guillotiné le 28 germinal an II (17 avril 1794).

  • 14 Armand, Benoît, Joseph Guffroy (1740-1800), avocat à Arras, avait été député aux Etats d’Artois en (...)

34En ce qui concerne la ville de Saint-Omer, l’abdication de l’évêque Porion ne fut guère suivie d’effet, dans l’immédiat du moins. C’est en germinal que se produisent les dépôts des lettres de prêtrise : vingt-sept en tout, sur un total de quarante-quatre. Il y a à cela plusieurs raisons. Le 3 ventôse (21 février 1794), Le Bon est rappelé à Paris. On peut croire que ses adversaires, et notamment Guffroy14, l’ont emporté et que la Convention va retirer à Le Bon les pouvoirs dont elle l’avait investi pour le Pas-de-Calais. Le Bon parvient à se justifier et, huit jours plus tard, il est de retour à Arras. Avant sa convocation à Paris, Le Bon avait demandé aux responsables de chaque commune de lui dresser la liste des prêtres, en précisant s’ils « étaient ou non dans le cas de réclusion ». Ces listes vont désormais lui être communiquées... et chacun, parmi les constitutionnels, peut s’attendre au pire. En ce même mois de ventôse, le culte de la Raison est célébré officiellement à Saint-Omer. Plusieurs arrêtés du directoire rappellent que le seul repos légal est celui du décadi. Il devient impossible de célébrer le jour du Seigneur et de respecter le repos dominical. S’affirmer chrétien équivaut à se reconnaître suspect... Réguliers et séculiers pourtant, espérant on ne sait quel revirement, résistent et conservent leurs lettres de prêtrise.

  • 15 A. D. Arrêtés et Délibérations, T. 8, f° 91 sqq.

35En germinal la situation s’aggrave encore. Le blé et la viande se faisant rares, le conseil général ordonne des visites domiciliaires. Ne va-t-on pas en profiter pour fouiner dans le courrier et dans la bibliothèque des constitutionnels ? Une fois de plus la montée de l’anticléricalisme va de pair avec l’accroissement des difficultés. Le 15 germinal an II (4 avril 1794) Coffin prononce devant le directoire de district un discours très violent dans lequel il déclare notamment15 : « ... Il est temps, citoyens, de donner le dernier coup de massue au fanatisme expirant... C’est donc contre ces hommes perfides, contre ces prêtres qui veulent propager les ténèbres de l’ignorance, contre ces sangsues du peuple... que je demande que vous déployiez la rigueur des lois... ». Dans le même temps se déroule le procès de Michaud, lequel sera exécuté le 28 germinal an II (17 avril 1794).

  • 16 A. D. Arrêtés et Délibérations, T. 8, f° 152.

36Les « constitutionnels » reçoivent la visite des membres du comité de surveillance. Ces derniers leur réclament les « brevets de polichinelle », autrement dit leurs lettres de prêtrise. Il aurait fallu une âme bien trempée pour ne pas céder à leurs pressantes sollicitations. Quoi d’étonnant alors à ce que, le 26 germinal an II (15 avril 1794) dans une lettre adressée au district, le comité de surveillance se félicite du nombre de remises de lettres de prêtrise auquel il est parvenu ?16

  • 17 Par décret en date du 2 frimaire an II (22 novembre 1793), les évêques, curés et vicaires qui abdi (...)
  • 18 A. D. Arrêtés et Délibérations, T. 9, f° 42.

37En échange de sa renonciation, chaque abdicataire touchait « l’indemnité... » que la République accorde aux ci-devant prêtres qui ont abdiqué de leurs fonctions pour ne plus vivre que du fruit de leur travail...17. Un seul la refusa, le citoyen Gobert, ex-curé de Fauquembergues. « Rassemblée ouï l’agent national, arrête mention civique au procès-verbal du citoyen Gobert »18.

38D’autres constitutionnels, sans avoir le courage de dire « non » comme Michaud, cherchèrent un prétexte pour conserver leurs lettres de prêtrise. Tel fut le cas de Boutry, curé de Longuenesse, qui prétendit renoncer au culte catholique mais ne pouvoir déposer ses lettres de prêtrise car, disait-il, il les avait égarées !...

  • 19 Royer, ex-chanoine de la cathédrale de Saint-Omer, avait refusé le 30 décembre 1790, de s’associer (...)
  • 20 A. D. Délibérations du directoire du district, T. 14, f° 12 verso.

39Les lettres de prêtrise, déposées au directoire du district, étaient en principe destinées à être brûlées. Toutes cependant ne le furent pas, ce qui explique la démarche qu’entreprit Royer19 le 24 thermidor an III (11 août 1795). Il demandait « ... à être autorisé à compulser les papiers du ci-devant comité révolutionnaire de ce district pour y trouver des lettres qu’il a été obligé de remettre dans (sic) le règne de la Terreur. L’administration ouï le procureur syndic, autorise le citoyen Royer à compulser et à faire la recherche de ses lettres de prêtrise en présence du citoyen Helleman, administrateur... »20

  • 21 On peut également ranger, parmi les victimes religieuses de la Révolution, François Marie Lourdel, (...)
  • 22 A. D. Délibérations et Arrêtés, T. 9, f° 106. Le 12 fructidor an II (29 août 1794), lorsque le dir (...)

40Les bannissements, les contraintes pour obtenir des renonciations ne furent pas les seuls maux dont eurent à souffrir les membres du clergé. Certains furent mis en état d’arrestation ; d’autres furent condamnés à mort. Tel fut, nous l’avons vu, le sort de Michaud. Tel fut également le sort de cinq récollets, ex-enseignants au collège Saint-Bertin, exécutés le 12 messidor an II (30 juin 1794). Capturés à Ypres, où ils s’étaient réfugiés conformément à la loi du 26 août 1792, ils furent, en toute illégalité, emmenés à Arras, jugés et condamnés à mort pour hostilité envers la République21. Les religieuses ne furent pas épargnées elles non plus et, le 6 messidor an II (24 juin 1794), était exécutée à l’âge de 43 ans, Sœur Marie Dominique Joseph Braure, arrêtée à Saint-Omer le 15 prairial an II (5 juin 1794). Il est certain que si, avant le 9 thermidor une détente ne s’était pas produite dans le domaine religieux, nombre d’entre elles auraient subi le même sort que Marie Dominique Joseph Braure : le 19 prairial an II (7 juin 1794), le directoire de district avait arrêté que « ... les religieuses non sermentées, vieilles et jeunes, prétendues folles ou non, seront mises en état d’arrestation afin qu’elles ne puissent distiller davantage dans les campagnes le poison du fanatisme... »22. Combien d’entre elles, jugées suspectes, eussent été transférées à Arras et condamnées à mort par le tribunal révolutionnaire ?

  • 23 Abbé Dusautoir : Le secret du vrai bonheur cherché et trouvé dans le passé, le présent et l’avenir (...)

41Ces rigueurs et ces persécutions ne parvinrent pas à terrasser totalement l’« infâme ». Au plus fort de la Terreur, Revol, ex-curé de Sainte Aldegonde, tint même un registre qu’a consulté l’abbé Deramecourt, où il inscrivait les sacrements qu’il administrait. Par ailleurs, si l’on en croit l’abbé Dusautoir23, la messe était célébrée « ... dans quelques maisons comme celles des demoiselles Foutrelle, des demoiselles Bailly (où vécut l’abbé Huguet, vicaire, qui se faisait transporter chez les malades et les mourants dans une grande manne de linge), celles de Madame Reusman et de Monsieur Zilof, rue de Dunkerque. Monsieur l’abbé Aclocq célébrait la messe chez ses parents, place du Haut Pont, l’abbé Denisel dans une maison de la rue de l’Arbalète et le Père Caron chez Monsieur Baudry, quai des Salines... ».

  • 24 Mathieu Asselin était né à Bonnières, près de Nantes, le 26 octobre 1736. Ordonné prêtre à Meaux e (...)
  • 25 Gratien (Jean-Baptiste), Nice 1747. Rouen 1799. Lazariste. En 1790, il était Supérieur du séminair (...)

42Les constitutionnels, de leur côté, n’avaient pas tous abdiqué définitivement. Royer, ancien vicaire épiscopal, et Asselin24, curé de Saint-Sépulcre, n’avaient renoncé que du bout des lèvres. Tous deux devaient participer au « Synode de Lestrem », tenu à l’initiative de l’abbé Warenghem, curé de Lestrem, et dont l’objet était de réorganiser l’Eglise constitutionnelle. Asselin y fut désigné président, Royer secrétaire. Le 30 novembre 1796, les participants au synode lançaient un mandement « au clergé et aux fidèles du Pas-de-Calais » et le 1er octobre 1797, Mathieu Asselin était sacré évêque, à Paris, par Jean-Baptiste Gratien25. Il devait être le deuxième évêque constitutionnel et le dernier évêque de Saint-Omer.

43Royer, Asselin, malgré leurs faiblesses, Michaud qui, jusqu’au bout, tint bon, ne sont-ils pas le témoignage qu’à Saint-Omer l’Eglise constitutionnelle avait des représentants dignes d’estime ?

44Ainsi donc, à Saint-Omer, le catholicisme, malgré les pressions et les violences dont il eut à souffrir, sut résister et préparer l’avenir.

45Le clergé réfractaire fut certes la principale victime, mais les membres du clergé constitutionnel qui, dès la Constituante, avaient choisi par idéal le camp de la Révolution, ne s’effacèrent pas totalement malgré les persécutions qu’ils eurent, eux aussi, à subir. Dès 1797, ils relèvent la tête et ils s’organisent pour bâtir l’avenir.

46N’est-ce pas là l’image de la réconciliation qui viendra, bien plus tard, entre l’Eglise et la République ?

Notes

1 A. D. Délibérations du directoire de district. T. 12, f. 214 à 226 et B. M., Saint-Omer, dossier M. 1470.

2 De Fabry, « Méditations sur la Révolution française, rédigées en forme de prière par l’abbé de Fabry, vicaire général de Saint-Omer ». Londres, 1794, p. 109.

3 Seuls huit réfractaires audomarois avaient émigré de leur plein gré : l’évêque de Bruyère-Chalabre, demeuré en Italie, le vicaire général (Raymond de Fabry), quatre chanoines (Aumale, Bertrandry, Dupuis, De Vissery) et deux prêtres (Airon et Quental).

4 Vingt-sept clercs avaient alors résolu de s’exiler.

5 A. D. Délibérations et Arrêtés, T. 6, p. 130, verso 6, 12 avril 1793 : « Entrent en chambre les citoyens Asselin, Darthé, Administrateurs et Commissaires du Département qui, après avoir requis qu’on enregistrât leurs pouvoirs..., ont demandé que le Conseil Général du District soit convoqué sur le champ et, séance tenante, le Conseil Général de la Commune, pour qu’il entendît en la Salle du District... ».

6 La plupart des bannis (53) se réfugièrent à Poperinghe. Les autres se dirigèrent vers Bruges, Ypres, Furnes ou Liège. B. M., Saint-Omer, dossier M 1470.

7 De Fabry, op cit., p. 110.

8 A. D. Délibérations et Arrêtés du conseil d’administration du district, T. 6, f. 184.

9 A. D., T. 6, Délibérations et Arrêtés, f° 280, verso.

10 La municipalité attendra le 20 novembre pour se rallier à cette position.

11 A. D., T. 7, Délibérations et Arrêtés, f° 29. Le 7 novembre, Gobel, l’évêque de Paris, avait agi de même en renonçant à ses fonctions sacerdotales devant la Convention.

12 Pour les abdicataires, on peut consulter : B. Plongeron « Regards sur l’historiographie religieuse de la Révolution » Annales historiques de la Révolution française no 188, 1967, ; B. Vovelle : Religion et Révolution : la déchristianisation de l’an II, Poitiers, 1976 ; G. Sangnier, A. D. manuscrit 183, Les abdications dans le Pas-de-Calais en l’an II.

13 Selon M. Vovelle, Religion et Révolution, la déchristianisation de l’an II, Poitiers, 1976, le paroxysme des abdications se produisit en France dans la deuxième quinzaine de brumaire et en frimaire. Pour le district de Saint-Omer, c’est surtout en germinal qu’elles eurent lieu.

14 Armand, Benoît, Joseph Guffroy (1740-1800), avocat à Arras, avait été député aux Etats d’Artois en 1787. Nommé Juge de paix en 1790, il fut élu à la Convention en 1792. Il rédige un journal sous le nom de « Rougyff » (son anagramme). Il s’y montre violent contre le clergé et la noblesse : (« Abattons tous les nobles ! », écrivit-il). Le 14 septembre 1793, il entre au Comité de sûreté générale. Il fait placer le buste de Descartes au Panthéon. Son journal, le « Rougyff », est alors largement diffusé à l’armée du Nord. Guffroy ne tarde pas à se brouiller avec Le Bon et avec Robespierre. Il devient suspect et il est chassé des Jacobins. Il conspire alors contre Robespierre et il fait partie du groupe qui l’abattra le 9 thermidor. Le 5 août 1794, il dénonce Le Bon... qui ne tarde pas à être arrêté, jugé et guillotiné. En 1797, Guffroy est lui-même dénoncé par Cauchery, membre du Conseil des Cinq Cents. Guffroy quitte Paris, parvient à se faire oublier et retrouve, comme chef-adjoint, un emploi au Ministère de la Justice. Il meurt peu après à l’âge de soixante ans.

15 A. D. Arrêtés et Délibérations, T. 8, f° 91 sqq.

16 A. D. Arrêtés et Délibérations, T. 8, f° 152.

17 Par décret en date du 2 frimaire an II (22 novembre 1793), les évêques, curés et vicaires qui abdiquaient leur état recevaient un secours annuel de 800 livres s’ils étaient âgés de moins de 50 ans, 1 000 livres s’ils avaient entre 50 et 70 ans, 1 200 livres s’ils avaient plus de 70 ans.

18 A. D. Arrêtés et Délibérations, T. 9, f° 42.

19 Royer, ex-chanoine de la cathédrale de Saint-Omer, avait refusé le 30 décembre 1790, de s’associer à la protestation du chapitre contre la mise des scellés avant inventaire des biens de la cathédrale. Il fera partie du petit groupe des prêtres qui, en 1797, feront renaître l’Eglise constitutionnelle.

20 A. D. Délibérations du directoire du district, T. 14, f° 12 verso.

21 On peut également ranger, parmi les victimes religieuses de la Révolution, François Marie Lourdel, arpenteur à Renty, accusé d’avoir déclaré publiquement que « ... le décret qui ordonnait la déportation des prêtres était un décret de gueux et que les sans-culottes étaient des fripons... ». François Marie Lourdel fut condamné à mort et exécuté le 25 prairial an II (3 juin 1794).

22 A. D. Délibérations et Arrêtés, T. 9, f° 106. Le 12 fructidor an II (29 août 1794), lorsque le directoire du district dressa le tableau des détenus, 78 religieuses étaient emprisonnées à Saint-Omer.

23 Abbé Dusautoir : Le secret du vrai bonheur cherché et trouvé dans le passé, le présent et l’avenir de la paroisse du Saint-Sépulcre, Saint-Omer, 1905, p. 43.

24 Mathieu Asselin était né à Bonnières, près de Nantes, le 26 octobre 1736. Ordonné prêtre à Meaux en 1760, il étudia à Paris et devint Maître des Arts et bachelier en Théologie. Nommé curé de Falaise en 1765, il y demeura jusqu’en 1791, y prêta serment, puis fut nommé curé à Saint-Sépulcre. Il mourut en 1825.

25 Gratien (Jean-Baptiste), Nice 1747. Rouen 1799. Lazariste. En 1790, il était Supérieur du séminaire de Beaux, près de Chartres. Il approuve la constitution civile du Clergé et il devient vicaire de la cathédrale de Chartres. Elu en 1792 évêque de la Seine-Inférieure, il devient métropolitain des Côtes de la Manche, c’est-à-dire des départements de la Seine-Inférieure, du Calvados, de la Manche, de l’Eure, de l’Oise, de la Somme et du Pas-de-Calais. Il fut dénoncé à l’Assemblée législative pour avoir publié une instruction pastorale sur la continence des ministres de la religion. En 1797, au synode tenu à Evreux, il fut élu par les prêtres sermentés de la région pour les représenter au Concile national, tenu à Paris du 15 août au 17 novembre.

Auteur

Proviseur du lycée de Vilgénis

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter