Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord

 | 
Alain Lottin

Les serments à la Constitution Civile du Clergé en Picardie

Problèmes de méthodologie et d’interprétation

Jacques Bernet

Texte intégral

  • 1 Sagnac, Philippe, « Etude statistique sur le clergé constitutionnel et le clergé réfractaire en 17 (...)
  • 2 Plongeron, Bernard, Conscience religieuse en Révolution, Paris, Picard, 1969, Ch. 1er, Les serment (...)
  • 3 Tackett, Timothy, La Révolution, l’Eglise, la France, le serment de 1791, Paris, Cerf, 1986, 485 p (...)

1Evénement « fondateur » ou révélateur de virtualités plus anciennes, l’affaire de la Constitution civile du clergé, en 1790-1791, a marqué durablement par ses effets notre histoire politico-religieuse contemporaine. Depuis les précieuses monographies érudites du siècle passé, au ton souvent excessif, et l’enquête nationale conduite par Philippe Sagnac à partir de sources des archives nationales, au début du XXe siècle1, la connaissance de l’application concrète de la loi de juillet 1790 a bénéficié de nouvelles recherches plus méthodiques et dépassionnées, dans les divers départements ; si l’ambitieux programme lancé dans les années 60 et actuellement repris par M. Bernard Plongeron est loin d’être achevé, ses travaux et sa méthode ont fait école et guidé les historiens2 ; le plus récent ouvrage de synthèse sur la question, écrit par Timothy Tackett, témoigne de ces avancées et formule des hypothèses d’interprétation qui, pour être fécondes quant au long terme en amont et en aval, demandent à être vérifiées dans les diverses régions de la France.3

  • 4 La présentation du cas picard et le point historiographique sur la région sont l’objet du no 39 sp (...)

2L’actuelle Picardie, entendue comme le regroupement, historiquement hétérogène, des départements de l’Aisne, l’Oise et la Somme, a largement profité depuis deux décennies de cet intérêt renouvelé, ayant affiné les résultats des travaux classiques, comme ceux d’E. Fleury sur l’Aisne : menées à l’échelle de départements (Michel Destombes dans la Somme, Yves Dreux dans l’Aisne), d’anciens diocèses de modeste taille (Senlis, Noyon, étudiés par Léon Gruart ou Gaston Braillon), ou encore des districts de l’Oise4, ces monographies nous ont permis de dresser une cartographie à peu près fiable des options du clergé paroissial en 1791 et de faire largement le point sur les principales péripéties de cette affaire en notre région. Il paraît donc souhaitable d’envisager sinon une synthèse définitive, du moins une première clarification qui nous permette de formuler un certain nombre d’hypothèses d’interprétation, tout en soulignant les précautions méthodologiques nécessaires et les lacunes qui restent à combler : l’ampleur même des questions soulevées, en insérant l’événement dans le long terme historique, laisse de beaux jours aux découvreurs de ce chantier.

L’ÉTUDE DES SERMENTS DU CLERGÉ PICARD : PROBLÈMES DE MÉTHODOLOGIE ET D’INTERPRÉTATION

  • 5 Cette date a été aussi retenue par T. Tackett pour sa cartographie.

3L’établissement de la statistique des deux clergés, « jureur » et « réfractaire », apparaît nécessairement comme la résultante réductrice d’attitudes évolutives et plus nuancées dans la réalité, même dans le temps court de la période considérée. Le recensement des options et sa représentation cartographique dépendent aussi de la façon de considérer l’objet de la recherche : si l’on s’intéresse en priorité au comportement des prêtres proprement dits, le serment de 1791 n’est à vrai dire que le premier, mais combien décisif, de toute une série de prestations civiques imposées entre 1790 et 1800 ; de ce fait, toutes les catégories de clergé furent à un moment ou à un autre concernées à des degrés divers ; il semble donc légitime de réaliser des fichiers régionaux prenant en compte tous les prêtres et de suivre autant que possible l’ensemble de leur carrière. Si l’on envisage la Constitution civile sous l’angle de l’événement, on est conduit à accorder une place privilégiée au premier serment, considéré comme un test grandeur nature : en ce cas, nous devons nous en tenir, pour établir les fameux pourcentages exprimant l’option des deux clergés, aux ecclésiastiques qui y furent effectivement assujettis, essentiellement les séculiers – dans un premier temps le clergé paroissial, les évêques, puis les enseignants, aumôniers, personnels des hôpitaux et des œuvres d’assistance. La difficulté est en ce cas d’adopter une datation pour les statistiques et la cartographie : si l’on veut rendre compte de l’effet politique immédiat de l’événement, on peut suggérer le début de l’automne 1791, moment de toute relative accalmie, où la situation paraît clarifiée et stabilisée pour les prêtres, en attendant une nouvelle aggravation de la conjoncture politique et une radicalisation des mesures visant les « non-conformistes ».5 Mais à vrai dire les deux démarches sont plutôt complémentaires : il n’est pas sans intérêt d’apprécier l’érosion progressive du premier clergé constitutionnel ni de connaître le comportement des autres catégories d’ecclésiastiques ; par ailleurs, ce moment-clé de l’histoire politico-religieuse de la Révolution, s’il fut sans doute déterminant, n’est qu’une des étapes du processus du divorce croissant et dramatique entre l’Eglise catholique et la Révolution : tel pouvons-nous l’envisager rétrospectivement, avec le recul historique, mais à moins de concevoir l’enchaînement des événements comme inéluctable et programmé, les choses n’avaient pas forcément le même aspect pour les contemporains ; catholiques et pouvoirs publics se sont trouvés plusieurs fois à la croisée des chemins, laissant passer d’éventuelles occasions d’échapper à la « logique » infernale de la rupture.

4Posons quelques problèmes de méthode pour l’enquête en Picardie et la présentation de ses résultats.

1. Le problème des sources

  • 6 Le bicentenaire de 1789 est l’occasion d’un inventaire systématique des sources et de la bibliogra (...)

5On a souligné la nécessité de recouper les données des archives nationales, départementales et communales ; ces dernières révèlent souvent mieux les faits « à la base » : date, formule et circonstances de la prestation, éventuels incidents locaux, ignorés des autorités supérieures... Or, notre région est une de celles qui comptent le plus de communes en France, plus de 700 dans l’Oise et de 800 dans l’Aisne et la Somme, soit au moins autant de paroisses, en grande majorité rurales ; ces fonds communaux ont beaucoup souffert des dernières guerres et leur recensement systématique n’a pas encore été mené à bien à ce jour, aussi les historiens y ont le plus souvent travaillé par sondage, sauf pour des travaux géographiquement circonscrits, notamment dans l’Oise.6 La confrontation est particulièrement utile lorsqu’il s’agit de déceler des phénomènes comme les serments restrictifs, les rétractations, le refus de reconnaître les nouveaux évêques, à la réception de leurs circulaires, révélant le cas spécifique des « semi-constitutionnels » (ainsi, dans l’Aisne, la lecture du mandement de carême de l’évêque Marolles, imposée le 20 mars 1791, put servir de « test » départemental). Comme l’a rappelé opportunément Gérard Cholvy, ces archives purement administratives doivent être lues avec esprit critique et complétées, autant que possible, par d’autres sources : celles des fonds diocésains sont assez pauvres, en dehors d’Amiens, pour la Picardie ; les témoignages des prêtres eux-mêmes, contemporains ou ultérieurs – voir les archives Caprara pour ceux qui ont quitté définitivement leur fonction – sont évidemment à prendre en compte avec discernement, autant que les traditions orales, reprises par les érudits du siècle précédent, qui ont conservé une précieuse mémoire des acteurs et témoins. Ce travail minutieux laisse apparaître quelques incertitudes, notamment pour le district de Soissons, où Y. Dreux a dû se contenter de reprendre les chiffres avancés par E. Fleur ; mais on peut considérer que pour l’essentiel les données statistiques et la cartographie proposées ne subiront pas de grandes modifications – et corrigent en partie les indications fournies par le livre de T. Tackett pour notre région.

62. Pour rendre compte de la réalité complexe des options, il importe de suivre finement la chronologie des prestations et de distinguer les nuances bien connues de l’acceptation pure et simple, seule considérée comme un « bon serment », aux refus formels, en passant par toutes les formes d’acceptation conditionnelle – serments sous réserve du spirituel, rétractations, refus de communiquer avec le nouvel évêque... qui furent assimilés par les autorités administratives à l’insoumission. Ces cas particuliers peuvent donner heu à quelques incertitudes, car les municipalités furent seules juges de la qualité des prestations : elles ont donc pu camoufler des ajouts restrictifs ou considérer comme « nulles » des prestations accompagnées de discours purement patriotiques (cf. Pierrefonds) ; mais ces situations ont été en général éclaircies par les prêtres eux-mêmes, à moins qu’ils n’invoquent bien après une « restriction mentale » que nous ne pouvons guère prendre en compte. Ajoutons quelques situations plus obliques telles les démissions pour raison d’âge ou de santé, plus ou moins justifiées, et que seule la connaissance du contexte permet de mieux caractériser.

7Il n’est pas sans intérêt de constater que le refus formel ne dépassa guère 3 % des prêtres dans la Somme, 2 % dans l’Aisne et dans l’Oise – il n’y eut même aucun cas dans le district de Compiègne. Presque tous les réfractaires picards avaient donc tenté d’exprimer leur bonne volonté civique et leur désir de compromis par un serment assorti de la restriction du spirituel, ou étaient revenus sur leur prestation. Le nombre de rétractations, sans être négligeable – il fait ainsi baisser les taux de constitutionnels de 78 à 73 % pour le district de Compiègne –, n’a pas fondamentalement bouleversé les grandes tendances ; on note même, en particulier dans le Noyonnais, quelques cas de retours à la « bonne formule ». Quant à la catégorie des « semi-constitutionnels », elle nous est mieux connue dans l’Aisne du fait de l’intransigeance de l’administration départementale – l'obligation de lecture du mandement de Marolles, le 21 mars 1791, révéla quelques dizaines de cas rejoignant ainsi le camp des « non-conformistes » – ; la moindre fréquence apparente dans l’Oise et la Somme pourrait bien être l’effet d’une volonté d’apaisement des administrations.

8La périodisation des options cléricales nous apporte aussi des nuances significatives, quant au comportement des autorités autant que des prêtres. La précocité de l’Aisne a été mise en évidence par un graphique d’Yves Dreux, distinguant les « bons serments », les rétractations et les refus de communiquer avec le nouvel évêque : on note une majorité de serments purs et simples en octobre-novembre 1790, avant même la sanction du décret qui les impose ; dans l’Oise et la Somme, le gros des prestations est accompli en janvier. La vague de rétractations est aussi plus avancée dans l’Aisne (février-mars), au moment où se diffusent les mots d’ordre de la résistance catholique traditionnelle, tandis que dans les deux autres départements celle-ci avait pris la forme des ajouts restrictifs dès janvier ; les prêtres qui n’acceptèrent pas de la rétracter furent, après un délai de grâce, considérés comme réfractaires ; de ce fait les rétractations de serment y furent à la fois plus tardives – avril à juillet, souvent après la réception des brefs papaux – et moins massives ; en revanche, les phénomènes des refus de communiquer avec le nouvel évêque paraissent davantage mis en évidence dans l’Aisne et représentent quelques dizaines de cas supplémentaires de « non-conformistes ». Cette périodisation différenciée oppose l’Aisne à la Somme et l’Oise, en raison de comportements différents des autorités départementales, peut-être à mettre en relation avec les réponses des évêques, d’une partie du clergé, sinon de l’opinion ; en revanche le résultat d’ensemble, au terme de l’été 1791, met en évidence un sensible contraste entre la Somme et le nord de l’Aisne, d’une part, l’Oise et le reste de l’Aisne, d’autre part. (Au niveau départemental, les pourcentages peuvent être estimés à quelques trois quarts de constitutionnels dans l’Aisne et l’Oise – respectivement 77 et 74 % – et seulement une bonne moitié dans la Somme – 55 %, soit guère plus que la moyenne nationale citée par T. Tackett.)

93. La cartographie exprime ces disparités géographiques. On a coutume d’utiliser les nouvelles circonscriptions administratives comme base de la représentation, départements, districts, voire cantons de 1790. Cette option est commode, quant aux sources, légitimée par l’action des diverses instances locales dans cette affaire. Il est cependant intéressant d’y superposer la carte des anciens diocèses, très suggestive dans notre région, puisqu’elle fait apparaître des comportements visiblement « diocésains » du clergé paroissial et même par archidiaconnés dans l’évêché de Laon ; l’opposition des diocèses massivement constitutionnels, comme ceux de Soissons ou Beauvais, avec les plus réfractaires (Amiens) ou divisés (Noyon et Laon), des phénomènes plus circonscrits, tel le refus majoritaire du Vexin oisien en pleine zone soumise, constituent autant de points d’interrogation et de pistes d’investigation. On peut d’ailleurs envisager – comme l’a réalisé Y. Dreux dans l’Aisne – une représentation plus individualisée des options cléricales : la carte du « semis ponctuel » des réfractaires – ou des jureurs – peut ainsi donner l’indice de coalitions, de noyaux caractérisés, intéressantes indications sur le processus des choix. On peut aussi envisager un jeu dynamique de cartes, pour la seule année 1791, faisant le point de la situation à deux ou trois dates clés – par exemple février, mai puis septembre – et rendant compte des nuances de serment ou des rétractations.

10L’insertion du phénomène dans son environnement laïque devrait enfin apparaître grâce à un type de cartographie moins familière mais pourtant riche d’enseignements : une représentation géographique des incidents entre les prêtres et la population, avant l’application de la Constitution civile puis à son occasion ; il convient de différencier par des signes le sens, l’ampleur et le caractère des conflits – pour ou contre un « réfractaire », refus d’un « intrus », mais aussi affaires de personnes, questions politiques et sociales, révélées dès la préparation des Etats généraux, ou lors des mobilisations populaires de 1789-1790 (« Grande Peur », mouvements contre les droits féodaux maintenus... où les curés et vicaires purent avoir un rôle ou être éventuellement une cible).

PROBLÈMES D’INTERPRÉTATION

11Une fois ces matériaux élaborés et établis, l’objectif est d’en tirer parti pour expliquer de la manière la plus véridique possible, sans a priori initial, le choix des prêtres picards en 1791, d’en apprécier la portée et les conséquences.

  • 7 Braillon, Gaston, Le clergé du Noyonnais pendant la Révolution, Noyon, 1987, 323 p.
  • 8 Bernet, Jacques, Recherches sur la déchristianisation dans le district de Compiègne, thèse de IIIe(...)

12Une démarche de bon sens nous incite à rechercher avant tout les causes dans le milieu ecclésiastique lui-même, sans oublier la diversité de caractère des individus, mais en nous efforçant, avec prudence, de mettre en évidence des traits sociologiques, idéologiques et mentaux. Pour brosser ces « portraits collectifs » des deux clergés, il faut aussi se placer deux siècles en arrière, époque où l'Eglise garde une position éminente dans la société, malgré des signes de déclin : le Clergé est le premier ordre du royaume, le seul organisé en tant que tel, possédant un certain esprit de corps malgré ses divisions sociales et idéologiques, et la fonction cléricale, surtout pour les séculiers, demeure une carrière, au moins autant qu’une vocation. Or les problèmes de promotion, au même titre que la situation matérielle et morale, paraissent avoir été une des motivations des choix : c’est un thème courant des cahiers de doléances dominés par les revendications du Bas-clergé, comme on le voit le plus souvent en Picardie et ailleurs ; ce peut être une explication du contraste, fréquemment observé, entre clergé paroissial rural et urbain ; le premier déplorait ses faibles possibilités de promotion et l’accaparement des cures urbaines, ainsi que d’avantages annexes, au profit d’une minorité ; le second, nécessairement gradué dans les villes murées, avait sans doute moins à gagner des réformes, surtout dans les cités qui perdaient leur spécificité religieuse – siège cathédral supprimé, collégiales fermées, réduction du nombre des paroisses. C’est sans doute un élément qui a joué dans la résistance fréquente du clergé des villes picardes, donnant lieu à de véritables « coalitions » de prêtres comme à Saint-Quentin, Amiens, Laon, Senlis ou Noyon. Dans le cas de cette dernière ville, qui déplorait la suppression du siège cathédral de Vermandois, de son important chapitre, de onze paroisses sur douze, la fermentation gagna l’ensemble du clergé urbain, touchant même quelques municipaux, au grand dam du directoire du district, présidé par le curé « jacobin » J.-M. Coupé, qui se montra d’autant plus intransigeant dans l’application de la loi. Toutefois les curés de campagne se montrèrent plus favorables au serment, ce qui tendrait à montrer que l’évêque Comte de Grimaldi, ferme mais lointain opposant à la réforme, « tenait » mieux son clergé urbain que ses curés de campagne.7 Finalement un seul curé noyonnais accomplit la bonne prestation : il y gagna de conserver la seule paroisse de la ville, sise dans la ci-devant cathédrale, et le titre de vicaire épiscopal de l’évêque constitutionnel de l’Oise, J.-B. Massieu. L’exemple compiégnois tout proche paraît aller dans la même direction d’interprétation, a contrario : la ville, forte de sept mille âmes, pouvait espérer garder ses deux grandes paroisses urbaines et les édifices des villages récemment annexés comme succursales, avec des desservants ; on avait même un instant caressé l’espoir de récupérer le siège épiscopal de l’Oise, en compensation de la perte du chef-lieu départemental, finalement revenu à la grande rivale beauvaisienne. Avec une belle unanimité, l’ensemble du clergé séculier, accompagné de nombreux réguliers, vint prêter serment le dimanche 9 janvier à l’issue des messes paroissiales, même le curé-prieur de Saint-Corneille, dont la minuscule paroisse « féodale », réservée aux moines et fermiers de l’abbaye, devait disparaître ; or cet ecclésiastique, réputé mondain, qui sera arrêté comme suspect à l’automne 1793, avait rédigé un mémoire à la municipalité tendant à la conservation de son abbatiale comme église paroissiale de la ville. Certes le « patriotisme » d’une partie des curés et vicaires a sans doute motivé pour beaucoup leur option, mais l’on note que le consensus commença à s’effriter lorsque Compiègne fut réduite à une seule paroisse, en juin 1791 ; deux vicaires rétractèrent leur serment en juillet et une partie du clergé bouda alors la visite de l’évêque Massieu.8

  • 9 Le taux de réfractaires de ce district se rapproche des résultats observés en Seine-inférieure et (...)
  • 10 Ramon, Gustave, La Révolution à Péronne, T. II, 1878, Les Etats généraux (le cahier de doléances d (...)

13Les nouvelles limites de diocèses paraissent avoir été mal appréciées de certains prêtres : Y. Dreux note ainsi « l’échec complet » de l’annexion d’une douzaine de paroisses du diocèse de Cambrai au nouvel évêché de l’Aisne, fixé à Soissons ; même chose pour le refus de serment de la part d’une majorité de curés et vicaires dans le district de Chaumont-en-Vexin, dépendant jusque-là de l’évêque de Rouen et non de Beauvais.9 L’agrandissement des diocèses de Soissons ou Beauvais, sinon Amiens, pouvait à l’inverse être apprécié, alors que Senlis, Laon ou Noyon se trouvaient lésés. Les prêtres ruraux, qui se plaignaient souvent de la faible mobilité – l’ancienneté dans la cure est générale – et du peu de perspectives de promotion, pouvaient trouver dans les réformes une nouvelle ouverture, tandis que les plus favorisés, notamment en ville, voyaient une position acquise menacée. Il est classique de citer des exemples de vicaires jureurs ayant pris la place de leurs curés réfractaires – ainsi pour le jeune Lorenger à Attichy, qui semble avoir été aussi arriviste que patriote – ; des constitutionnels firent ainsi de rapides carrières : le curé de Longueil-Sainte-Marie diffusa à l’envi le discours patriotique qui avait accompagné sa bonne prestation et fut bientôt élu à l’importante cure de Saint-Just-en-Chaussée ; à Compiègne, le prêtre habitué Maurice, brillant sujet, y gagna en moins d’un an un poste à Saint-Léger-aux-Bois puis la cure de Crépy-en-Valois, chef-lieu de district. Les perspectives de promotion n’ont pas été forcément l’apanage des seuls jureurs – J.-M. Coupé, qui avait volontairement choisi une charge d’âmes dans la modeste paroisse de Sermaize, près de Noyon, après avoir été brillant professeur de collège, nous donne un contre-exemple ; quelques réfractaires purent aussi gagner du galon dans l’ancienne hiérarchie, tel le curé-maire de Jaulzy, dans le Soissonnais, nommé grand-vicaire de Mgr De Bourdeilles et administrateur délégué d’un archidiaconné ; citons aussi le cas du célèbre abbé Maury puisque, comme abbé commendataire du prieuré de Lihons-en-Santerre (15000 £ de revenus annuels, quand la portion congrue était à 700), il se fit élire comme député du clergé du bailliage de Péronne, en reprenant à son compte, d’ailleurs, le gros des revendications du Bas-clergé, selon le cahier de doléances qu’il aurait rédigé10 ; or cet abbé plutôt mondain, devait, en se plaçant à la tête de la résistance de la hiérarchie traditionnelle catholique à la Constituante, obtenir son chapeau de cardinal.

14La moyenne d’âge constatée pour les deux clergés, un peu plus élevée pour les constitutionnels de la Somme – ce qui rejoint les estimations de T. Tackett –, sinon de l’Aisne, pourrait refléter, outre des problèmes de générations différentes quant à la formation et aux influences théologiques ou idéologiques, une réaction psychologique liée à la fonction : les plus jeunes, s’engageant davantage dans un sens ou un autre, auraient pris plus volontiers le risque de perdre leur « bénéfice », celui de l’incertitude du lendemain – même si les réfractaires, considérés comme démissionnaires, touchaient une pension.

  • 11 Archives diocésaines d’Amiens, recueil relié « Mgr Desbois de Rochefort, 1791-1801 », pièces manus (...)

15Les considérations matérielles et morales ont certainement joué un rôle, les réformes allant dans le sens d’une relative – et éphémère – revalorisation des rémunérations, mais surtout abolissaient les injustices les plus criantes, si fréquemment dénoncées dans les libelles du Bas-clergé en 1788-1789 – la pétition des curés de campagne du diocèse d’Amiens en est un bon témoignage11 – ; il ne semble pas toutefois que les revenus individuels aient été un facteur déterminant de l’option ; ainsi dans le district de Compiègne où, selon nos calculs, quarante-huit prêtres sur soixante-dix gagnèrent, dans un premier temps, à toucher 1200 ou 1500 £ annuelles, les options se sont partagées indépendamment des revenus et fortunes connues.

16D’autres traits sociologiques mériteraient une étude plus approfondie dans notre région, mais ne peuvent, pour l’instant, faire l’objet que de considérations trop dispersées et hypothétiques. Ainsi l’origine géographique et sociale des prêtres : il semble, si l’on prend en tout cas l’exemple du district de Compiègne, que le recrutement ait été pour l’essentiel local ou régional, le plus souvent diocésain – alors que pour les communautés d’hommes, en sensible déclin, l’origine géographique est presque nationale ; ceci nous indiquerait – comme on le voit aussi dans la Somme – que le recrutement restait satisfaisant ; quant à l’origine sociale, elle semble plutôt le fait d’enfants de la petite bourgeoisie urbaine, dont les cadets embrassaient la carrière ecclésiastique ; si la moyenne paraît s’être déplacée vers des fractions un peu plus modestes de ces catégories traditionnelles (artisans, petits commerçants, plus que professions libérales), ce serait peut être un signe de tendance à la désaffection, dont les véritables classes populaires, urbaines ou rurales, ne pouvaient guère profiter, car les études et la dotation d’un prêtre dépassaient leurs moyens.

17Il serait certainement très utile de mieux connaître la formation de notre clergé paroissial or c’est un domaine qui reste largement à défricher pour notre région, tant pour les niveaux d’études individuels que pour les formations spécifiques dans les séminaires de nos diocèses. Cette question nous renvoie d’ailleurs à celle des influences idéologiques ayant marqué le clergé picard au cours des décennies ou du siècle précédant la Révolution.

18Les diocèses picards, notamment ceux de Beauvais, Soissons, Amiens ou Noyon, ont été fortement marqués par le jansénisme et le gallicanisme au XVIIe siècle.12 Malheureusement nous pouvons déplorer le peu de travaux qui nous permettraient de connaître la pérennité éventuelle de ces courants au siècle suivant, d’autant que ces diocèses, souvent petits par leur taille et leurs revenus, mais d’un grand prestige, puisque les titulaires de Beauvais, Noyon ou Soissons étaient des Pairs de France, avaient été, semble-t-il, vigoureusement repris en main au siècle des Lumières par des évêques ultramontains ; nous ignorons cependant l’efficacité de leur gestion et avons du mal à estimer la qualité d’un épiscopat qui n’a guère suscité de travaux récents, susceptibles de renouveler les anciennes chroniques, souvent hagiographiques13 ; cet épiscopat paraît avoir été fort inégal, tant pour la résidence que pour l’action missionnaire ; si Mgr de Sabran, évêque de Laon, paraît avoir bien tenu son diocèse, un De Grimaldi, Prince de Monaco, à Noyon, un De Bourdeilles, passent pour avoir mené surtout une vie mondaine et fréquenté davantage la Cour que leurs paroisses - notons que nous n’avons pratiquement aucun compte rendu de visites épiscopales ou pastorales dans les diocèses de Soissons et Beauvais pour le XVIIIe siècle. Il y a donc là un chantier d’investigations qui reste largement à défricher.

19On connaît un peu mieux, en revanche, l’action contestataire menée par le Bas-clergé de ces diocèses dans les décennies qui ont précédé la Révolution : sans donner lieu à des actions aussi spectaculaires que dans le Dauphiné, le richérisme paraît avoir gagné le clergé picard, à la recherche d’une meilleure condition, d’une revalorisation morale et matérielle, de la défense des droits du clergé du « second ordre » ; on note une coalition du Bas-clergé du Noyonnais, pour sa rémunération, en 1763 ; un conflit entre les curés et l’évêque à propos de l’adoption du nouveau rituel du diocèse de Beauvais, en 1783-1784 ; plusieurs accrocs individuels ou collectifs entre curés et prélats, à propos de la destination des biens supprimés par la commission des réguliers, notamment dans le Soissonnais. Toutes ces rancœurs éclatèrent en 1788-1789, au moment de la dernière assemblée du clergé et surtout à l’occasion de la préparation des Etats généraux ; il serait intéressant de recenser les libelles et pamphlets hostiles au Haut-clergé - en particulier à Amiens et Soissons-, de relire avec attention les procès verbaux d’assemblées électorales de bailliage, les doléances couchées sur le papier ; le ton est dominé par les récriminations du Bas-clergé qui fit d’ailleurs échouer l’élection de plusieurs évêques au printemps 1789 (La Rochefoucault-Bayers à Beauvais – mais élu à Clermont –, Roquelaure à Senlis – battu par Massieu, futur évêque constitutionnel et conventionnel montagnard –, De Bourdeilles à Soissons) ; à Laon et Amiens, Mgr de Sabran et Mgr de Machault ne s’imposèrent qu’avec difficulté et si le célèbre abbé Maury obtint la confiance du clergé de Péronne, on le flanqua d’un suppléant curé et il dut reprendre pour une grande part le discours revendicatif du Bas-clergé.

  • 12 « Discours prononcé par M. Sallentin, curé de Mouy, à l’instant de la prestation de son serment, l (...)
  • 13 Ordonnance de M. l’évêque de Soissons, portant diverses dispositions pour, prévenir le schisme qui (...)

20Il est vrai qu’entre les revendications de 1789 et le texte de la Constitution civile on trouve une distance appréciable – d’ailleurs les curés élus à la Constituante suivirent en majorité les évêques dans leur refus du serment – ; mais il faut tout de même croire que les réformes cillaient dans le sens souhaité, aux yeux d’une majorité du clergé picard ; sans doute on n’enregistra l’adhésion pleine et entière que de la part d’une minorité engagée, suivie par la masse, avec un certain conformisme, ou selon le vent dominant ; à notre sens l’affaire ne prendra une tournure nettement politique qu’après la fracture consommée entre les deux clergés ; la rareté des refus formels indique aussi que le clergé picard voulait manifester sa bonne volonté civique ; les serments restrictifs témoignèrent de celle de compromis entre les deux autorités, du désir d’échapper à un choix que l’on pouvait déplorer de se voir imposé. D’autres considérations individuelles ont pu jouer, comme nous avons essayé de l’analyser plus haut, faisant basculer dans un sens ou un autre une majorité longtemps hésitante. Il n’en reste pas moins que le sensible contraste géographique entre le nord et le sud de la Picardie mérite d’être élucidé : la Somme et le nord de l’Aisne (notamment la Thiérache) ont été bien davantage touchés par le courant réfractaire, en continuité semble-t-il avec le nord de la France qui le fut massivement : or il s’agit d’une terre de la Contre-Réforme, d’un bastion de la résistance catholique tridentine face au domaine protestant – les réformés n’étaient assez massivement présents dans notre région que dans quelques communautés de Thiérache ; les diocèses méridionaux de notre région ont opté massivement pour les réformes, à l’instar de l’Ile-de-France et de la Champagne proches ; marqués par les traditions gallicane et janséniste, certes déjà anciennes, mais peut-être bien implantées, ils auraient trouvé dans la Constitution civile du clergé l’aboutissement satisfaisant de leurs aspirations et l’expression de leur conception du prêtre chargé d’âmes, à vocation sociale autant que spirituelle ; la théologie politique du discours constitutionnel militant – le discours imprimé du curé patriote Sallentin de Mouy en offre un bon exemple12 – autorise, il est vrai, ce rapprochement : retour à la pureté primitive de l’Eglise, rigueur du clergé, smon sobriété des cérémonies, soumission civique, sans oublier les thèmes gallicans, voire un millénarisme révolutionnaire. Volonté également d’un aggiornamento de l’Eglise, en relation avec le courant complexe des Lumières chrétiennes, dont un Coupé peut être considéré comme un des représentants en Picardie. A l’inverse, le discours réfractaire, tel que le développent des évêques comme De Bourdeilles, assimile la Constitution civile à la Réforme ou y voit l’expression du philosophisme, sinon de l’impiété. Il s’agit donc d’un problème de lecture du christianisme ; or rien ne nous autorise, à deux siècles de distance, à émettre un jugement canonique sur ce que pouvait être la bonne ou la mauvaise ; il semble qu’aujourd’hui l’Eglise gallicane, en se réclamant nettement des Droits de l’homme, eux-mêmes inspirés par la longue tradition du droit naturel qui n’avait rien d’anti-chrétien a priori, aît surmonté dans l’apaisement ce qui fut alors un douloureux et dommageable déchirement.13

21Il resterait à compléter cette investigation des motivations du clergé picard en 1791, en nous interrogeant sur les rapports entre le choix des prêtres et la société civile, la question de la fameuse et hypothétique « symbiose » entre le milieu ecclésiastique et son environnement mental, social ou politique. Malgré les analogies approximatives entre la géographie du serment et les comportements religieux ou culturels des Français au cours des siècles suivants, on peut tout de même se demander comment le choix particulier d’un groupe restreint – mais influent il est vrai –, dans une conjoncture particulière, a pu « révéler » des tendances plus profondes de l’opinion – ou peut-être les fonder. Pour beaucoup d’historiens cette alchimie reste mystérieuse, d’autant que les études de mentalité restent inégales, notamment dans une région comme la Picardie.

  • 14 Plongeron, Bernard, préface du no 39 des Annales Historiques Compiégnoises, op. cité.
  • 15 Voir les Actes du colloque de 1985 à Rennes sur les « résistances à la Révolution » dans l’Ouest d (...)
  • 16 Bernet, Jacques, « La société populaire de Crépy-en-Valois, 1793-1795 », Annales Historiques Compi (...)
  • 17 Papet, Philippe, « Le Valois, terre de mission de l’Eglise (1870-1914) », Annales Historiques Comp (...)

22Ce vaste champ d’investigation devrait mieux mettre en évidence les traits spécifiques d’un « tempérament » régional, pour reprendre l’expression de Bernard Plongeron14, voire de nuances plus localisées. La question est complexe, car il n’est pas toujours aisé de faire la part des facteurs structurels et culturels, de leur interaction réciproque, comme le confirment les débats présents sur des régions de résistance catholique aussi caractérisées que celles de l’Ouest de la France.15 Des études conduites en amont et en aval permettront sans doute de mieux éclairer les grandes tendances : ainsi le Valois, terre de grande culture, à la société déjà très contrastée, apparaît-il comme une région catholique « conformiste », avant la Révolution, sans ferveur très extériorisée ; l’adhésion aux réformes de l’Eglise y est générale en 1791, isolant rapidement les quelques noyaux de prêtres « non-conformistes » ; la « défanatisation » de l’an II, venue de l’extérieur, choque les populations et n’y trouve guère de relais actif – même la société populaire de Crépy-en-Valois ne s’y rallia qu’avec réticence –16 ; le retour à une relative liberté du culte en l’an III paraît redonner un regain de vigueur au catholicisme ; les églises sont rouvertes, sous la pression des habitants ; les curés, abdicataires forcés pour la plupart, reprennent leurs fonctions et, même sous le second Directoire, la reprise traditionnelle des cérémonies religieuses ne fut guère troublée, assurant une continuité à peu près paisible jusqu’au Concordat. Pourtant cette région apparaîtra comme profondément « déchristianisée » à la fin du XIXe siècle et sera une terre de mission pour l’Eglise17. Cette évolution suscite bien des interrogations et nous paraît être un bon exemple de recherche en profondeur restant à mener, en associant les historiens de plusieurs périodes et spécialités.

SERMENTS A LA CONSTITUTION CIVILE DU CLERGE EN PICARDIE (sept. 1791)

SERMENTS A LA CONSTITUTION CIVILE DU CLERGE EN PICARDIE (sept. 1791)

Notes

1 Sagnac, Philippe, « Etude statistique sur le clergé constitutionnel et le clergé réfractaire en 1791, Revue d’Histoire moderne et contemporaine, no 8, 1906, pp. 97-115.

2 Plongeron, Bernard, Conscience religieuse en Révolution, Paris, Picard, 1969, Ch. 1er, Les serments, pp. 16-100.

3 Tackett, Timothy, La Révolution, l’Eglise, la France, le serment de 1791, Paris, Cerf, 1986, 485 p. L’ouvrage comporte une importante bibliographie sur le sujet.

4 La présentation du cas picard et le point historiographique sur la région sont l’objet du no 39 spécial des Annales Historiques Compiégnoises, Compiègne, 1987. (Préface de B. Plongeron, « Religion et Révolution en Picardie, 1789-1802 », par J. Bernet.

5 Cette date a été aussi retenue par T. Tackett pour sa cartographie.

6 Le bicentenaire de 1789 est l’occasion d’un inventaire systématique des sources et de la bibliographie régionales (guide à paraître au CRDP d’Amiens en 1989).

7 Braillon, Gaston, Le clergé du Noyonnais pendant la Révolution, Noyon, 1987, 323 p.

8 Bernet, Jacques, Recherches sur la déchristianisation dans le district de Compiègne, thèse de IIIe cycle, Paris I, 1981.

9 Le taux de réfractaires de ce district se rapproche des résultats observés en Seine-inférieure et dans l’ancien diocèse de Rouen.

10 Ramon, Gustave, La Révolution à Péronne, T. II, 1878, Les Etats généraux (le cahier de doléances du clergé du bailliage de Péronne y est entièrement reproduit).

11 Archives diocésaines d’Amiens, recueil relié « Mgr Desbois de Rochefort, 1791-1801 », pièces manuscrites, cité par M. Destombes, Le clergé du diocèse d’Amiens et le serment à la Constitution Civile 1790-1791, Amiens, 1790, p. 379.

12 « Discours prononcé par M. Sallentin, curé de Mouy, à l’instant de la prestation de son serment, le dimanche 16 janvier », imprimé conservé par la Bibliothèque municipale de Clermont de l’Oise.
Le texte reprend non seulement l’idée d’un retour aux sources du christianisme (« loin d’avoir corrompu la Religion (la Constituante) l’a épurée dans sa source, et ramenée aux beaux jours du Christianisme naissant »), mais aussi manifeste l’empreinte du millénarisme, fort en vogue au XVIIIe siècle, au milieu des Lumières chrétiennes : « ... la véritable autorité, la Voix de Dieu, s’est fait entendre par celle de son Peuple, dont les représentants de la Nation sont les vrais oracles, comme les véritables interprètes ». Cette « prodigieuse révolution dont le point central est au sein de la France... » est la marque du « doigt de Dieu ».

13 Ordonnance de M. l’évêque de Soissons, portant diverses dispositions pour, prévenir le schisme qui menace l’Eglise et le diocèse de Soissons, Paris, février 1791 (imprimé conservé par les archives départementales de l’Aisne).

14 Plongeron, Bernard, préface du no 39 des Annales Historiques Compiégnoises, op. cité.

15 Voir les Actes du colloque de 1985 à Rennes sur les « résistances à la Révolution » dans l’Ouest de la France.

16 Bernet, Jacques, « La société populaire de Crépy-en-Valois, 1793-1795 », Annales Historiques Compiégnoises no 31, Compiègne, 1984.

17 Papet, Philippe, « Le Valois, terre de mission de l’Eglise (1870-1914) », Annales Historiques Compiégnoises no 31, op. cité.

Table des illustrations

Titre SERMENTS A LA CONSTITUTION CIVILE DU CLERGE EN PICARDIE (sept. 1791)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

Auteur

Professeur au lycée de Compiègne

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter