Version classiqueVersion mobile

Places fortes des Hauts-de-France –1–

 | 
Thomas Byhet
, 
Christine Aubry

L’apport de l’archéologie préventive à la connaissance de sites castraux régionaux

Les exemples de la motte Sithiu et du château comtal de Saint-Omer et du château d’Hardelot. Intérêt et limites de l’approche

Rescue archaeology and its contribution to the knowledge of regional castral sites through the examples of the Sithiu moat, Saint-Omer’s county castle and Hardelot’s castle; interests and limitations of the process

Jean-Michel Willot

Résumé

Depuis une dizaine d’années, des châteaux de la frange littorale du département du Pas-de-Calais sont l’objet de travaux de restauration ou concernés par des projets d’aménagements. Des opérations archéologiques préventives sont alors réalisées sur des monuments anciennement ou peu étudiés. L’intervention archéologique, qui conduit à des mesures de protection des sites, s’arrête à la première étape du diagnostic et livre, de fait, des informations partielles, mais inédites sur ces sites castraux. Il se pose alors la question de l’exploitation de ces données et de leur diffusion. Trois opérations archéologiques – la motte urbaine Sithiu, le château comtal de Saint-Omer et le château d’Hardelot – illustrent les écueils rencontrés et les solutions trouvées dont le présent article se fait l’écho.

Texte intégral

1. Introduction

1Éléments notables du patrimoine historique et architectural, les sites castraux ne sont pourtant pas à l’abri de projets d’aménagement. Ils entrent alors dans le champ des procédures de l’archéologie préventive qui offrent l’opportunité de porter un regard nouveau sur des sites anciennement ou peu étudiés. Ces opérations archéologiques, qui souvent ne dépassent pas la première phase du diagnostic, comportent des limites inhérentes à ce type d’intervention. Les informations issues du diagnostic demeurent lacunaires et peu de temps est consacré à des études historiques ou du bâti. Les résultats, peu diffusés en dehors du rapport de diagnostic, sont rarement portés à la connaissance de la communauté scientifique. Enfin, leur étude ne découle pas d’une démarche scientifique en lien avec des problématiques et des moyens en conséquence. Les sites retenus dans le cadre de cet article illustrent ces difficultés et ces contraintes. Pourtant, les données acquises peuvent légitimement alimenter des thématiques de recherche sur les mottes en milieu urbain (la motte de Saint-Omer) et les fortifications de type philippien du xiiie siècle et leur évolution (les châteaux de Saint-Omer et d’Hardelot, fig. 1). Les résultats des diagnostics seront évoqués dans un premier temps, accompagnés d’une présentation du cadre historique de chaque site et des contraintes d’intervention rencontrées lors des opérations. Ils serviront de support pour une réflexion sur les apports et les limites de ces travaux.

Fig. 1. Localisation des communes évoquées dans le corps de l’article

Fig. 1. Localisation des communes évoquées dans le corps de l’article

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

2. La Motte Sithiu (Saint-Omer, Pas-de-Calais)

  • 1 Van Werveke, 1963 : p. 1089.
  • 2 De Pas, 1928.
  • 3 L’édifice castral est représenté avec des plates-formes de tir sur le plan de Rousset, St. Omer in (...)

2La motte constitue actuellement un promontoire sub-circulaire de 6 000 m² qui domine la ville de Saint-Omer sur une hauteur de 10 à 15 m (fig. 2). Elle est localisée dans la partie sud du castrum carolingien de Sithiu qui a été l’un des premiers noyaux de peuplement de la ville avec l’abbaye de Saint-Bertin située à 700 m au nord-est (fig. 3). La fortification du noyau proto-urbain prend place très vraisemblablement à la fin du ixe siècle1 pour protéger l’agglomération des raids normands (l’abbaye de Saint-Bertin est détruite au moins à deux reprises). Une première enceinte, certainement une simple levée de terre et un fossé, enclot deux hectares, comprenant l’abbatiale de Saint-Omer, les bâtiments canoniaux et un marché. La création de la motte s’opère probablement lors de cette période. Elle est depuis le xie siècle, voire dès la fin du xe siècle selon certains auteurs, le siège de la châtellenie de Saint-Omer2. À la fin du bas Moyen Âge, le fief de la châtellenie, réduit à celui de la motte, relève directement du bailli, avant qu’en 1386 la charge de châtellenie lui soit définitivement rattachée. Le site prend place dans le système défensif de l’enceinte urbaine moderne en devenant un cavalier d’artillerie dans le courant du xviie siècle3. En 1762, une prison est construite à l’emplacement de l’édifice castral. Ce bâtiment de deux étages est resté en activité jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Rachetée par des particuliers, la motte devient finalement la propriété de la ville de Saint-Omer en 2012. La motte castrale, son portail d’accès et l’ancienne prison sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 30 avril 2003.

Fig. 2. Saint-Omer. Vue aérienne de la Motte Sithiu et du bâtiment carcéral du xviiie siècle. À gauche, la collégiale Notre-Dame

Fig. 2. Saint-Omer. Vue aérienne de la Motte Sithiu et du bâtiment carcéral du xviiie siècle. À gauche, la collégiale Notre-Dame

© Philippe Fruitier

Fig. 3. Saint-Omer. Localisation des sites et des opérations archéologiques évoqués dans le corps de l’article

Fig. 3. Saint-Omer. Localisation des sites et des opérations archéologiques évoqués dans le corps de l’article

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

2. 1. L’opération de diagnostic

  • 4 Les résultats ont été présentés dans le cadre d’un article : Willot, 2015.

3Le diagnostic archéologique de la motte Sithiu, réalisé en 2013, fait suite à un projet de la commune de transformation de l’édifice carcéral en maison des artistes. En concertation avec le Service régional de l’Archéologie, l’opération de diagnostic a été conduite la moins intrusive possible dans le but de préserver la motte et les aménagements modernes, objets de la mesure de protection Monument historique (fig. 4). Les tranchées de sondage ont été réalisées à l’emplacement précis des futurs aménagements à l’aide d’une mini-pelle. Au total, 13 tranchées larges de 1 m et d’une profondeur comprise entre 0,10 m et 1,50 m ont été ouvertes, mettant au jour les maçonneries d’un grand édifice, des aménagements périphériques et les vestiges de la courtine. À la suite de ces découvertes, l’aménageur a modifié son projet à la demande du Service régional de l’Archéologie. L’opération de diagnostic n’a pas été suivie d’une prescription de fouilles4.

Fig. 4. Saint-Omer. Motte Sithiu. Les tranchées de sondages autour du bâtiment carcéral du xviiie siècle

Fig. 4. Saint-Omer. Motte Sithiu. Les tranchées de sondages autour du bâtiment carcéral du xviiie siècle

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

2. 2. Les découvertes

2. 2. 1.  Le tertre

  • 5 Derville, 1995 : p. 383.

4Le tertre n’ayant jamais fait l’objet d’une intervention archéologique, la question de la nature du relief, artificielle ou naturelle, s’est longtemps posée. En effet, si le plateau crayeux sénonien est visible en hiver à la base de la motte, en revanche le sommet n’a jamais pu être observé. Les données géologiques montrent que le site occupe la frange méridionale d’une butte tertiaire de près d’1 km² qui culmine à une hauteur de 26 m NGF (fig. 5). Les sondages réalisés sur la motte ont révélé que la couverture sableuse de cette butte (sables d’Ostricourt) est présente en limite sud du tertre uniquement. Ailleurs, vers le nord, cette couche géologique n’a pas été atteinte lors de sondages profonds. Cette différence de cotes d’apparition du terrain géologique peut s’expliquer par la présence d’un micro-relief marqué par une déclivité sud-nord. La configuration actuelle de la motte procède donc de l’aménagement d’un promontoire naturel dont les bords ont été redressés et le sommet agrandi pour créer une plateforme sommitale. Il est certain que ce point haut a constitué un critère prépondérant pour le choix de la forteresse. Outre l’avantage de dominer les environs, l’alimentation en eau des douves était assurée, au sud et à l’est, par des zones basses inondées et des cours d’eau qui seront canalisés tardivement5 (zone humide de Locpoel, le canal de l’État, fossé des Madeleines, fossés du bastion de Sainte-Croix).

Fig. 5. Saint-Omer. La topographie autour de la Motte Sithiu et de la place de l’Esplanade

Fig. 5. Saint-Omer. La topographie autour de la Motte Sithiu et de la place de l’Esplanade

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

2. 2. 2. L’édifice castral

  • 6 Réalisés à proximité de la prison moderne, les sondages ont été limités, pour des raisons de sécuri (...)
  • 7 Jean Belin, Plan des rues de la ville de Saint-Omer qui marque la conduite des eaux, esgouts souter (...)
  • 8 Conçu sous la direction de Jean-Baptiste Larcher d’Aubencourt en 1758, il est actuellement conservé (...)

5La découverte marquante de cette opération demeure la mise au jour des vestiges d’un grand édifice au nord-est du bâtiment carcéral du xviiie siècle. Un angle et deux tronçons de maçonneries massifs, d’une largeur supérieure à 2,30 m6, ont été dégagés sur près de 12 m de long (fig. 6). Leur parement extérieur est constitué de pierres calcaires de 25 à 50 cm de côté, soigneusement taillées et montées en assises régulières. Le noyau du mur est fourré d’un blocage de cassons de calcaire, noyés dans un mortier sableux à chaux compact, comportant des charbons de bois. Un sondage au pied de la maçonnerie nord a permis de dégager le parement, à plus d’1,20 m de l’arase du mur, sans en atteindre la base (fig. 7). Grâce aux travaux de géoréférencement des plans anciens, ces murs ont pu être associés à l’angle nord-est de l’édifice castral qui est représenté au centre de la motte sur le plan de Belin de 16957 (fig. 8 et 9). Cette démarche a permis d’estimer les dimensions de ce bâtiment en T long de 34 m et large de 16 à 34 m qui occupe la majeure partie de la surface sommitale de la motte (fig. 10). En revanche, le diagnostic n’a pas livré d’éléments d’information quant à la datation de sa construction, son organisation intérieure ou ses hypothétiques transformations. Les sondages réalisés aux abords ont néanmoins établi que son édification est antérieure au xive siècle ou au xve siècle (cf. infra). La destruction de l’édifice castral qui n’apparaît plus sur le plan en relief de 17588 s’opère dans le courant de la première moitié du xviiie siècle. La prison a été édifiée à l’intérieur des murs ruinés du bâtiment castral, après une phase de nivellement du terrain et des apports importants de remblais de démolition, puis de terre végétale repérés dans les tranchées à l’ouest.

Fig. 6. Saint-Omer. Motte Sithiu. Plan des maçonneries de l’édifice castral

Fig. 6. Saint-Omer. Motte Sithiu. Plan des maçonneries de l’édifice castral

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

Fig. 7. Saint-Omer. Motte Sithiu. L’angle nord-est de l’édifice castral

Fig. 7. Saint-Omer. Motte Sithiu. L’angle nord-est de l’édifice castral

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

Fig. 8. Détail du plan de Belin montrant l’édifice castral à la fin du xviie siècle

Fig. 8. Détail du plan de Belin montrant l’édifice castral à la fin du xviie siècle

Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer, plan 366, tiroir G

Fig. 9. Détail de l’estampe de Van der Meulen montrant l’édifice castral vers 1685

Fig. 9. Détail de l’estampe de Van der Meulen montrant l’édifice castral vers 1685

Archives départementales du Pas-de-Calais, Collection Barbier, F, 4J440/36

Fig. 10. Saint-Omer. Motte Sithiu. Restitution de l’emprise de l’édifice castral sur la motte en confrontant les données du diagnostic et le géoréférencement du plan de Belin

Fig. 10. Saint-Omer. Motte Sithiu. Restitution de l’emprise de l’édifice castral sur la motte en confrontant les données du diagnostic et le géoréférencement du plan de Belin

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

2. 2. 3. Autour de l’édifice

  • 9 L’individu, un adulte, a été placé dans un cercueil et déposé dans une fosse sépulcrale de forme tr (...)

6L’environnement autour du bâtiment a pu être en partie étudié, notamment au nord et à l’est. À l’origine, les niveaux de circulation dans ce secteur étaient situés plus bas (plus de 1,50 m) comme l’indiquent les parements des murs de l’édifice castral. Un fossé ceinturait peut-être primitivement le bâtiment dans la haute-cour (fig. 10). Antérieurement au xive siècle ou au xve siècle, le terrain a été rehaussé grâce à l’apport d’un remblai de limon compact et homogène. La plate-forme nouvellement créée a été investie : un fossé large de plus de 4 m a été creusé dans le remblai, le long du bâtiment à l’est, sur une profondeur supérieure à 1,50 m. Ce dernier a été comblé avec du limon, de l’argile et des matériaux de démolition au moment de la destruction de l’édifice. Dans l’angle nord-est du bâtiment castral, un mur de clôture ou d’un bâtiment, signalé par une fondation totalement épierrée large de 1,70 m et profonde de 0,50 m, s’appuyait contre l’édifice castral. À l’est, les vestiges d’un bâtiment fondé sur une sablière basse détruit au xive siècle ou au xve siècle ont été repérés à une distance de 5 m de l’édifice castral. Ses sols étaient en calcaire damé et en terre battue. Après la destruction de cette construction, une tombe a été creusée dans les remblais entre le xve siècle et le xvie siècle9.

2. 2. 4. La courtine

  • 10 Elle est absente de l’iconographie dès la fin du xvie siècle : Ortelius, S. Audomari Fanum, 1572, B (...)
  • 11 Voir note 3.

7La courtine a été repérée uniquement en périphérie sud de la motte (fig. 10). Ailleurs, les sondages étaient trop éloignés des pourtours de la motte (côtés ouest et est) ou effectués dans des secteurs trop profondément bouleversés à une époque récente (côté nord-ouest). Il subsiste de l'enceinte, au sud, une dalle de fondation d’une largeur supérieure à 2,40 m, constituée de cassons de calcaires liés au mortier sableux à chaux et nodules de terre cuite dans une tranchée creusée dans le substrat sableux. L’arasement de la courtine semble relativement ancienne. En effet, celle-ci n’est jamais figurée ou simplement évoquée sur les vues cavalières et plans de la ville10, mais, surtout, le mobilier collecté dans le niveau de destruction (jarre, pichets ou cruches) est caractéristique de la fin de l’époque médiévale ou du début de l’époque moderne. Le mur défensif a été soigneusement écrêté afin de recevoir les bases maçonnées, supports des pièces de l’artillerie illustrés sur le plan de Rousset de 172811 ou sur le plan-relief de la cité de 1758. Deux d’entre elles, larges de 1,60 m et longues de plus de 2,10 m, ont été mises au jour au sud, orientées vers l’extérieur de la ville et la porte Sainte-Croix (fig. 11).

Fig. 11. Saint-Omer. Motte Sithiu. L’une des bases de pièce d’artillerie, installée sur la courtine écrêtée

Fig. 11. Saint-Omer. Motte Sithiu. L’une des bases de pièce d’artillerie, installée sur la courtine écrêtée

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

2. 3. Synthèse

8Le diagnostic de la motte Sithiu revêt un caractère particulier, car peu de mottes urbaines ont été fouillées dans la région (on peut citer Guînes et Douai). Mais, en raison de la nature de l’opération, de nombreux aspects du site restent méconnus. Les avancées notables concernent le tertre et la localisation de l’édifice castral à la fin de l’époque médiévale. La motte est un relief naturel partiellement artificialisé grâce à des apports de remblais au nord. La mise au jour d’une partie du grand édifice castral a permis de le dater antérieurement au xive siècle et de proposer une restitution de son plan complet en s’aidant des sources iconographiques modernes. Les aménagements liés à l’intégration de la motte dans le système défensif du bastion de Sainte-Croix au xvie siècle ont également été cernés (écrêtage de la courtine et installation de plates-formes de tir).

3. Le château comtal (Saint-Omer, Pas-de-Calais)

3. 1. Les projets d’aménagement et l’historique des interventions archéologiques

  • 12 Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 et Barret, Routier, Roy, 1998.

9Le château comtal de la ville de Saint-Omer – qui a totalement disparu du paysage urbain – était localisé, sans grande précision par les chercheurs, dans le quartier de l’Esplanade (fig. 3). Un programme de rénovations urbaines lancé dans les années 1990 dans le secteur a déclenché une campagne de sondages archéologiques en 1996 assurée par l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN)12. Le château n’avait pas été découvert : seuls des aménagements défensifs modernes appartenant au bastion d'Egmont avaient été repérés. Cette première phase de travaux archéologiques a été suivie d’une fouille en 1997 de 250 m², à l’emplacement d’un futur complexe cinématographique localisé en périphérie de la place de l’Esplanade. Des constructions médiévales relevant de la basse-cour et quelques structures du bastion moderne d’Egmont ont été mises au jour à cette occasion. Près de 15 ans après, en 2011, la mairie projetait de construire, place de l’Esplanade, un parking sur deux niveaux pour désengorger le stationnement en centre-ville. Le diagnostic archéologique, réalisé sur 6000 m² par la Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais, avait livré cette fois des vestiges du château comtal.

  • 13 Ainsi, sur un projet de 6 200 m², 730 m² ont été ouverts, soit 11,77 % de la surface. Les vestiges (...)
  • 14 Willot, Delage, 2011.

10Les contraintes rencontrées lors de l’intervention archéologique étaient inhérentes aux opérations en milieu urbain. Le parking de la place de l’Esplanade, la plus grande zone de stationnement du centre-ville, était recouvert d’un revêtement bitumé très épais qui a dû être enlevé par des engins de terrassement adaptés (raboteuse). Les tranchées et les fenêtres ont été tracées au préalable sur la base des données d’un géoréférencement des plans anciens du château dont la fiabilité n’était pas garantie. Sur le terrain, les décalages entre les résultats du géoréférencement et les vestiges du château étaient d’ailleurs importants. Au final, 12 tranchées ont été ouvertes, complétées par 6 fenêtres et 11 sondages profonds qui ont, en définitive, livré une vision relativement complète de la forteresse13 (fig. 12). La nature des découvertes, notamment leur excellent état de conservation et leur caractère exceptionnel pour la région, a conduit le Service régional de l’Archéologie à prescrire une mesure conservatoire, préservant ainsi in situ les derniers vestiges du château14.

Fig. 12. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les tranchées et les fenêtres du diagnostic archéologique

Fig. 12. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les tranchées et les fenêtres du diagnostic archéologique

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

3. 2. Données historiques

  • 15 Derville, 1995 : p. 87 et Platelle, Clauzel, 1989 : p. 101-102.
  • 16 Pagart d'Hermansart, 1898 : p. 3-4.
  • 17 Giry, 1877 : p. 71, 116-123 et 266, Pagart d'Hermansart, 1898 et Derville, 1995 : p. 128-135.
  • 18 Coolen, 1974 : p. 181-192 et Paris, 1997. Ces travaux se sont appuyés sur les comptes du bailliage, (...)
  • 19 Un recensement exhaustif des plans et des vues cavalières a été réalisé par David Massey-Boerhave, (...)
  • 20 À titre d’exemple, la tour maîtresse, spécifique des fondations princières, figure sur une vue cava (...)
  • 21 Des copies de plans, depuis disparus, mais conservés à l’origine au Bureau du Génie Militaire de Sa (...)
  • 22 Paris, 1997 : p. 21 et 27 et Archives départementales du Nord, Série B, 15 860.
  • 23 Paris, 1997 : p. 31 et Archives départementales du Nord, Série B, 15 871, 15 884 et 15 882.

11La fondation du château comtal de Saint-Omer est attribuée au prince Louis (futur roi Louis VIII), chargé par son père Philippe Auguste d’administrer le comté d’Artois. Après le retour de la ville dans le domaine royal en 1212, il renforce les points vulnérables de la dernière enceinte urbaine et construit le château du côté de la porte Boulnizienne15 qui devient le siège du bailli de Saint-Omer16. Le château comtal a peu suscité l’intérêt des historiens et archivistes du xixe siècle qui s’attachaient plutôt à l’étude de l’institution du bailliage17. Des recherches ont été spécifiquement entreprises sur le monument à partir de la seconde moitié du xxe siècle, basées sur les registres des comptes du bailliage ou des comptes de l’argentier, et sur un fonds iconographique riche et varié18. En effet, le château figure sur de nombreuses représentations de la ville19. Si les vues cavalières des xvie et xviie siècles sont peu fiables20, en revanche, à partir de la fin du xviie siècle, les plans de la ville et de ses fortifications livrent des informations exploitables21 concernant la configuration générale du château. La confrontation des sources écrites et iconographiques a permis aux chercheurs de restituer une forteresse de type philippien, à cour carrée flanquée de tours d’angle et d’un châtelet d’entrée à deux tours côté est. Le château à l’origine disposait d’un donjon localisé au milieu de la forteresse, protégé par un fossé et accessible par un pont-levis22 qui était dénommé la tour Payelle ou la grosse tour Blanche23. Bien qu’il n’existe aucune mention de sa destruction, le donjon disparaît des registres après 1552.

  • 24 Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 : p. 87-90 et Paris, 1997 : p. 23 et 37.
  • 25 Paris, 1997 : p. 40 et Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer, Comptes de l’Argentier, 1488-148 (...)
  • 26 La construction des bastions est entreprise par les Espagnols dès le premier tiers du xvie siècle. (...)

12D’autres tours de la courtine ont été localisées par les chercheurs, notamment la tour de la Natte, un élément défensif du bastion d’Egmont, mise au jour en 1996 à l’extrémité occidentale de la forteresse24. À l’intérieur des murs, l’emplacement des édifices mentionnés antérieurement au xviiie siècle est plus difficile à retrouver avec certitude. Jusqu’à la fin du xve siècle, le château disposait de deux ouvertures, vers l’extérieur à l’ouest et vers la ville à l’est25. Cette dernière, protégée par un châtelet à deux tours, est représentée sur les plans des xviie et xviiie siècles. En revanche, la porte ouest n’apparaît pas sur les représentations en plan du château, très vraisemblablement détruite lors de la construction dans la deuxième moitié du xviie siècle du cavalier du bastion d'Egmont26.

  • 27 Elle est représentée sur la vue cavalière la ville de 1575 (voir note 20).
  • 28 Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 : p. 14-18.
  • 29 Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 : p. 19-20.

13Les deux portes donnaient sur une basse-cour qui se développait autour de la forteresse, vers l’extérieur27, la ville et la porte Boulizienne. La partie sud de la basse-cour a été partiellement mise au jour lors du diagnostic et des fouilles menés en 1996 et 1997, révélant des bâtiments construits en matériaux légers (communs et étables ?) datés du xiiie siècle au xvie siècle28. Cette basse-cour est progressivement réduite avant de disparaître à la fin du xviie siècle avec l’adaptation des fortifications à l’usage de l’artillerie et l’édification du bastion d'Egmont29. Le château, qui ne joue plus de rôle défensif majeur dans le nouveau dispositif, est finalement détruit en 1785.

3. 3. Les vestiges des fortifications

  • 30 Le défilé de Watten alimenté par l’Aa (Derville, 1995 : p. 15 et Derville, 1996 : p. 22-29).

14À la différence de la motte décrite précédemment, le château comtal a été édifié en bordure nord-ouest de la butte tertiaire, en limite d’une zone dépressionnaire marécageuse30 (fig. 5). Ce secteur humide et régulièrement inondé était apparemment aussi une zone de culture avant la construction du château au début du xiiie siècle.

  • 31 La tour du Chevalet. Voir Paris, 1997 : p. 37 et Archives départementales du Nord, Série B, 15 931.

15Lors de l’ouverture des tranchées dans la partie sud-ouest de la place de l’Esplanade, la courtine nord, la tour d’angle nord-est et les deux tours de la porte est ont été mises au jour dans un état de conservation très variable (fig. 13). La maçonnerie de la courtine nord a été observée à un endroit, conservée à l’état de fondation. Ailleurs, son parcours est matérialisé par une tranchée de récupération. La fondation est constituée d’un blocage de gros blocs de calcaire grossièrement équarris liés par un mortier compact de sable jaune et de chaux, à l’intérieur d’une tranchée de fondation taillée dans le niveau de champ (fig. 14). Au nord-est, la tour d’angle du château a été détruite en profondeur31 : son emplacement est signalé par une large fosse circulaire de plus de 6 m de diamètre comblée de gravats sur plus d’1 m de profondeur.

Fig. 13. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les fortifications mises au jour lors du diagnostic (courtine nord et châtelet est)

Fig. 13. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les fortifications mises au jour lors du diagnostic (courtine nord et châtelet est)

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

Fig. 14. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les fondations de la courtine nord

Fig. 14. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les fondations de la courtine nord

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

  • 32 Le parement a été dégagé, côté fossé, sur 2 m de haut et près de 2 m de long sans que le fond de la (...)
  • 33 Il s’agit de briques rouges de 6 × 12 × 18 cm de côté.

16La courtine orientale n’a pas été dégagée. Seuls les vestiges d’un châtelet ont été partiellement mis au jour. Il est constitué de deux tours, circulaire au nord (7 m de diamètre environ) et en fer à cheval au sud (7 à 8 m), encadrant un passage large de 1,60 m (fig. 13). Leur insertion dans la courtine n’a pu être observée. Seule la tour nord avait conservé une partie de sa maçonnerie côté fossé. Le mur, large de 2,50 m, disposait d’un parement extérieur en grès (fig. 15). Les pierres, des carreaux de 0,10 à 0,25 m de haut sur 0,60 m de long et des parpaings de 0,15 à 0,25 m de côté, ont été montées en assises régulières, de boutisses et de carreaux, liées au mortier à chaux très compact32. Des tuiles plates ont parfois été employées en réglage d’assise. Les joints sont étroits (moins de 1 cm) et beurrés. Le parement présente également des réfections ponctuelles en briques33.

Fig. 15. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Le parement de la tour nord du châtelet

Fig. 15. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Le parement de la tour nord du châtelet

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

17L’intérieur du mur était fourré de gros cassons de calcaire non équarris de dimensions très variables (de 0,10 m de côté à plus de 0,60 m de long pour certains), noyés pêle-mêle dans un mortier à chaux jaune gris très sableux et friable entre le parement et une paroi taillée dans le substrat (fig. 16). À la hauteur du niveau de circulation interne de la tour, la maçonnerie a été aplanie afin de constituer une arase pour l’élévation. Des pierres calcaires ont été employées pour le parement intérieur, montées en retrait de 0,30 m du bord intérieur de la fondation. Un apprêt de sol de limon brun a été posé à l’intérieur de la tour, au-dessus du substrat et sur la semelle de la plate-forme. L’intérieur de la tour sud de l’entrée conserve une stratigraphie, liée à son usage, plus développée. Des niveaux damés, épais de 0,10 à 0,30 m, mêlant des cailloutis de silex et de la craie, de l’argile et des galets de silex ou simplement composés de calcaire, ont été successivement posés sur près de 0,70 m d’épaisseur.

Fig. 16. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. La maçonnerie de la tour nord du châtelet

Fig. 16. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. La maçonnerie de la tour nord du châtelet

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

  • 34 Le fond de la fosse et la paroi occidentale n’ont pas dégagés.
  • 35 Un dispositif similaire est mentionné par Viollet-le-Duc pour la porte du château de Carcassonne da (...)
  • 36 Le comblement de la fosse, qui a livré du mobilier céramique daté du xvie siècle, est entaillé par (...)

18La récupération des blocs des deux tours a profondément bouleversé le passage qui ne conserve plus aucun sol. Une fosse, dont la paroi orientale maçonnée a été mise au jour, a été creusée dans l’entrée34. Le mur en pierre calcaire de 0,30 à 0,60 m de côté a été plaqué contre la paroi, avec le parement visible de l’intérieur de la fosse. Cet espace en sous-sol est peut-être un aménagement défensif créé dans l’entrée après le franchissement du pont35. Le dispositif a été abandonné et comblé lors d’un remaniement des fortifications dans le courant du xvie siècle, bien avant la destruction générale du site, opérée à partir de 178536.

3. 4. Les vestiges intra-muros

19Des vestiges de constructions en bois, de niveaux de sols et de remblais accumulés sur plus de 1,50 m de haut sont présents le long des courtines (fig. 13). Le mobilier céramique collecté dans la séquence stratigraphique a permis de dater sa mise en place entre le xiiie siècle et le xve siècle. En revanche, il ne subsiste aucune trace de l’occupation après la période médiévale : les installations modernes ont certainement disparu lors de la démolition du château et du nivellement général de la place après la Révolution.

  • 37 Barret, Routier, Roy, 1998 : p. 52-53.
  • 38 Routier, 2013 : p. 95.

20Les séquences stratigraphiques des différents sondages présentent de nombreuses similarités quant à leur nature et les matériaux employés (fig. 17). Un rehaussement du terrain, à l’aide de limon, d’argile, de calcaire ou de rognons de silex, a été réalisé lors de la construction de la courtine nord et de la tour sud de l’entrée. Il a probablement été nécessaire pour exonder ce secteur très humide. Les constructions identifiées dans les sondages sont toutes en bois : des arrachages de poteaux de gros diamètre (0,80 m) ont été repérés à trois endroits, des montants parfois en usage sur une longue durée (du xiiie siècle au xive siècle). Du limon, de la terre battue, plus rarement du calcaire ont été employés pour les sols dont certains conservent des niveaux d’usages organiques noirâtres ou charbonneux. Des foyers, de simples plaques d’argile cuites, ont été aménagés sur ces niveaux à toutes les périodes. Le dernier apprêt de sol préservé, un limon orangé épais de 0,10 à 0,30 m, était présent le long de la courtine nord jusque devant la tour nord de l’entrée. À cet endroit, une plaque foyère de 1 m sur 2 m de côté matérialise l’emplacement d’une cheminée (fig. 18). La mise en place de cet apprêt de sol très uniforme est peut-être consécutif d’une restructuration de l’ensemble du bâti opérée dans ce secteur vers le xve siècle. Ces vestiges appartiennent à des édifices, certains en bois, probablement adossés à la courtine du château. Le mobilier céramique collecté dans les niveaux est essentiellement de la vaisselle domestique, pots à cuire, cruches, pichets et surtout des chaudrons en pâte dite « coquillier », dont des exemplaires proches ont été retrouvés lors de la fouille de la basse-cour et datés du xiiie siècle37. Selon les dernières hypothèses avancées, ils servaient pour des préparations culinaires et se retrouvent essentiellement sur le littoral38. Ce secteur de la forteresse était probablement occupé par des communs ou des casernements.

Fig. 17. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Une des séquences stratigraphiques des sols sondés le long de la courtine nord

Fig. 17. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Une des séquences stratigraphiques des sols sondés le long de la courtine nord

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

Fig. 18. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. La grande plaque foyère, probablement le fond d’une cheminée, repérée à proximité de l’entrée

Fig. 18. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. La grande plaque foyère, probablement le fond d’une cheminée, repérée à proximité de l’entrée

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

3. 5. Les fossés défensifs

  • 39 Le glacis scelle des apprêts en limon damé surmontés par des niveaux de piétinement lités et noirât (...)
  • 40 La datation repose sur un lot de céramiques peu volumineux, mais caractéristique de cette période ( (...)
  • 41 Il peut s’agir d’un dépotoir de la basse-cour, toujours présente de ce côté au xvie siècle (Paris, (...)

21Les fossés du château occupent une grande partie du sous-sol de la place (3 500 m² sur les 6 000 m² diagnostiqués, fig. 19). Ils n’ont pas pu être sondés jusqu’au fond pour des raisons de sécurité, ni sur de grandes surfaces : les observations ont donc porté uniquement sur les deux premiers mètres de leurs comblements. Toutefois, il a été possible de proposer des restitutions du tracé des douves et une chronologie à partir de ces données. Les courtines septentrionale et orientale du château constituaient l’escarpe des douves. La contrescarpe du fossé a été repérée à un seul endroit, à une trentaine de mètres au nord-est du château comtal. Elle est surplombée par une masse argileuse de 2 m de haut et 20 m de large, sans doute à usage de glacis qui a été mise en place postérieurement au xiiie siècle39. Dans ce secteur, le fossé a été en partie remblayé dès le xive siècle, avant de disparaître totalement dans la seconde moitié du xviiie siècle. Au nord, le bord extérieur du fossé se localise à l’extérieur de l’emprise des sondages, soit à plus de 25 m de la courtine. À l’est du château, dans l’axe du châtelet, aucune trace du franchissement du fossé n’a été repérée. De même, la contrescarpe n’a pas été dégagée. Il est néanmoins possible de restituer son emplacement à une trentaine de mètres de la courtine, devant un secteur recelant des niveaux de circulation du xiiie siècle, surmontés par un glacis en limon. À la différence des précédents, ces remblais sont composés de limon et d’argile compacts mêlés à des cailloutis de silex et à des tessons de céramique ou de tuile. Aucun aménagement domestique (foyers) n’a été repéré dans la séquence stratigraphique qui semble plutôt correspondre à une succession de sols de cours ou de circulation. Trois trous de poteaux et quatre plots en calcaire de 0,70 sur 1 m de côté et épais de 0,50 m, situés à 3 m de distance des sols, sont les seuls vestiges d’un bâti dans ce secteur (fig. 20). En l’absence de connexions stratigraphiques, il n’a pas été possible d’établir de liens avec les sols. Ces constructions ont été entaillées par le creusement d’un fossé à l’est. Dans ce secteur, les douves ont été agrandies d’au moins 30 m postérieurement au xiiie siècle. L’extension a été comblée progressivement dès le xvie siècle pour être réduite, entre la seconde moitié du xviie siècle et le début du xviiie siècle, à un tronçon large de 15 à 20 m connecté au nord aux douves du château40. Durant cette phase de colmatage, il a servi, sur plus de 600 m², de dépotoir qui comportait des déchets organiques (fumiers), artisanaux (chutes de cuir d’un atelier de cordonnier et déchets de boucherie) et des céramiques41.

Fig. 19. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Restitution de l’emprise du château comtal en confrontant les sources archéologiques et historiques

Fig. 19. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Restitution de l’emprise du château comtal en confrontant les sources archéologiques et historiques

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

Fig. 20. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les plots de fondations découverts devant la courtine orientale. Ils sont entaillés à gauche par le creusement de l’extension des douves à l’époque moderne

Fig. 20. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les plots de fondations découverts devant la courtine orientale. Ils sont entaillés à gauche par le creusement de l’extension des douves à l’époque moderne

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

  • 42 Pagart d'Hermansart, 1898 : p. 95-96 et 104-106.
  • 43 Level, 2004 : p. 67-81.
  • 44 Le fossé est encore figuré sur les plans de 1753 (Wallet, 1834 : p. 134, 135, 139 et 141). Il est e (...)

22Cet élargissement, daté entre le xiiie siècle et le xvie siècle, peut avoir été réalisé lors des conflits qui opposaient les Bourguignons et la couronne de France42. Avec le bastionnement de l’enceinte urbaine dans le courant du xvie siècle, puis la construction du cavalier d’Egmont dans la seconde moitié du xviie siècle43, les fossés ne jouent plus de rôle prépondérant dans la défense du secteur. Ils ont été sans doute comblés durant cette période. Ce n’est qu’après le milieu du xviiie siècle que l’ensemble du système fossoyé a été comblé avec des matériaux de démolition et de la terre44. En 1795, le château est rasé, seuls sont conservés le bastion et le cavalier démantelés à partir de 1862.

3. 6. Synthèse

  • 45 Un droit qui était apanage des princes-souverains (Mesqui, 1991 : p. 60 et Bragard, 1999 : p. 142).

23Le château comtal qui n’avait jamais été mis au jour avant le diagnostic de 2011 était localisé sans grande précision sur la place de l’Esplanade. La découverte des vestiges de la fortification, confrontés aux plans du xviiie siècle, a permis de proposer une restitution de la forteresse, de préciser son emprise et d’estimer ses dimensions à 60 m de côté environ (fig. 19). En outre, le dégagement d’une partie de sa courtine nord et de la porte orientale a livré des informations sur les techniques de construction. Enfin, la configuration et l’évolution du système fossoyé ont été partiellement appréhendées sur le front oriental. Le plan du château comtal, restitué à partir des sources historiques et archéologiques, correspond à l’archétype de la forteresse philippienne carrée, dotée de tours circulaires aux angles, de châtelets et surtout, à l’instar de la forteresse royale du Louvre, d’une tour-maîtresse centrale. Louis, fils aîné de Philippe-Auguste, futur Louis VIII, avait la légitimité de construire une forteresse similaire à celle de son père, en dehors de ses dimensions plus réduites45. Les données du diagnostic de 1996 et de la fouille de 1997, réalisés à l’ouest de la forteresse, complètent la vision de l’environnement de la forteresse médiévale qui est profondément modifiée lors de l’adaptation des fortifications urbaines à l’usage de l’artillerie entre le xvie siècle et le xviiie siècle.

4. Le château d’Hardelot (Condette, Pas-de-Calais)

4. 1. Le monument

  • 46 Héliot, 1937.
  • 47 Thobois, 1905 : p. 25, Héliot, 1937 : p. 343, Seydoux, 1979 : p. 112 et Beaudel, 1982 : p. 34 et 53 (...)
  • 48 Les pierres pourraient provenir d’Équihen où affleure le Grès de la Crèche (la pierre de Boulogne) (...)
  • 49 Mesqui, 1991 : p. 53.

24La première mention de Condette (une villa appartenant à l’abbaye de Samer) apparaît en 1112 dans une charte d’Eustache III, comte de Boulogne. Les chartes de l’abbaye de Saint-Josse-sur-Mer font mention d’un Gerbert de Condet, vassal du comte et l’un des seigneurs de cette localité vers 1135. Une résidence seigneuriale est attestée un peu plus tardivement à Hardelot (Ardrelo), lors d’une donation, en 1194, du comte Renaud de Dammartin et de la comtesse Ide de Boulogne46. Après la bataille de Bouvines en 1214, le comte de Boulogne perd son fief au profit du fils de Philippe Auguste, Philippe Hurepel, à qui est attribuée la transformation du château, probablement entre 1228 et 1234. La forteresse complète ainsi le réseau de défense du comté constitué notamment des châteaux de Desvres, d’Hucqueliers, de Wissant, d’Ambleteuse, d’Étaples et de Calais47 (fig. 1). Cette forteresse, dont il reste encore de nombreux éléments d’origine, est bâtie sur un plan polygonal à neuf côtés mesurant entre 80 et 90 m, avec des tours circulaires aux angles. La pierre employée est un grès local équarri48. Ces traits architecturaux, caractéristiques des forteresses dites « philippiennes », sont comparables à ceux du château de Boulogne, dont la construction est également attribuée à Philippe Hurepel49.

  • 50 Nous renvoyons aux travaux de Pierre Héliot et d’André Beaudel qui ont fait un inventaire des trava (...)

25Le château du xiiie siècle a subi de nombreuses transformations dont nous ne ferons pas ici l’inventaire détaillé50. Les bouleversements les plus impactants interviennent au xixe siècle, lors du rachat du site en 1865 par Henry Guy, ancien officier de l’armée de la couronne anglaise. Il entreprend la restauration des courtines, détruit des édifices et fait construire un manoir de style néo-Tudor, toujours en élévation, à l’emplacement du logis seigneurial qui était adossé à la courtine occidentale (fig. 21). Après la Première Guerre mondiale, le site se dégrade faute d’entretien des propriétaires successifs. L’inscription à l’inventaire des sites pittoresques par l’arrêté du 18 juin 1971 du château et son environnement n’enraye pas le processus. Ce n’est que très récemment, entre 2007 et 2014, après que le monument ait été mis à la disposition du Conseil général du Pas-de-Calais par la commune de Condette, que des travaux de restauration d’envergure sont entrepris.

Fig. 21. Hardelot. Le château. Le manoir néo-Tudor de la seconde moitié du xixe siècle adossé à la courtine occidentale

Fig. 21. Hardelot. Le château. Le manoir néo-Tudor de la seconde moitié du xixe siècle adossé à la courtine occidentale

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

4. 2. Le projet d’aménagement et les interventions archéologiques

  • 51 Willot, 2008, Willot, 2010 et Willot, Delage, 2013.

26L’objectif de la collectivité, outre celui de sauver un site très détérioré, est de créer un centre de l’Entente Cordiale ouvert au public. La campagne de restauration des édifices n’a pas été l’objet d’une procédure archéologique. Aucune étude du bâti n’a pu être réalisée avant la réfection et le rejointoiement des murs. Les opérations de diagnostics, effectuées en 2008, 2010 et 2013, ont été prescrites en amont de travaux envisagés en périphérie des bâtiments (fig. 22). La prescription de diagnostic a porté, en 2008, sur la cour en prévision de la pose de réseaux. Une dizaine de tranchées ont été effectuées à la pelle mécanique, à une distance de sécurité des élévations afin d’éviter de les fragiliser. En 2010 et 2013, les opérations de diagnostic concernaient un secteur au nord-ouest de la forteresse, à l’emplacement d’un futur théâtre élisabéthain en bois, ainsi que les douves, préalablement à un projet d’aménagement paysager. Une vingtaine de tranchées ont été réalisées dans les fossés, en rayonnant autour du château sur le front ouest et au nord51. Ces projets, qui ont été modifiés à la suite des résultats des diagnostics, n’ont pas conduit à une prescription de fouille.

Fig. 22. Hardelot. Le château. Les tranchées de sondages des trois campagnes de diagnostic

Fig. 22. Hardelot. Le château. Les tranchées de sondages des trois campagnes de diagnostic

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

4. 3. L’environnement du site

  • 52 La forêt, outre de constituer une source de revenu non négligeable, était une terre de chasse des c (...)

27La commune de Condette est localisée sur la partie sud de la dépression du Bas-Boulonnais dans une vallée basse encaissée (moins d’un kilomètre de large). Elle est traversée par le ruisseau de la Becque et enclose, au nord comme au sud, par des dunes élevées et leur couverture forestière (les dunes de Condette et la forêt domaniale d’Hardelot). À l’ouest, la cuvette s’ouvre sur la bande littorale (2,5 km de large avant la plage), tandis que, vers l’est, la vallée est fermée par un affleurement jurassique à la hauteur de Hesdigneul-lès-Boulogne. Le choix du site pour l’installation du château d’Hardelot n’est certainement pas anodin. Il est au centre d’un terroir homogène aux frontières naturelles bien marquées, dont les ressources sont abondantes et variées52. Le château est précisément situé à 3 km du littoral, en contrebas du versant sud des dunes de Condette, sur une bande de sable limoneux, épaisse de plus d’1 m et culminant à 30 m, qui borde la vallée marécageuse de la Becque. Cette dernière est alimentée par les résurgences des multiples sources qui parcourent le massif dunaire.

4. 4. La cour du château

  • 53 éliot, 1937 : p. 344.

28Les vestiges mis au jour en 2008 sont apparus à des côtes très variables (entre 0,50 et 1,50 m sous la terre végétale), scellés par des remblais très brassés. L’examen des structures (maçonneries et fosses) mises au jour dans les tranchées a établi qu’elles avaient été l’objet d’un dégagement, puis d’un enfouissement général. Il s’agissait du témoignage d’anciennes fouilles réalisées sur la quasi-totalité de la cour, soit par Sir John Hare, propriétaire du château dans la seconde moitié du xixe siècle, soit par l’abbé Bouly dans les années 3053. Malheureusement, aucune documentation sur ces campagnes de fouilles ne nous est parvenue. La perte d’information est manifeste, notamment concernant les bâtiments le long de la courtine nord. La stratigraphie, à l’intérieur comme à l’extérieur des édifices, a été détruite, parfois en deçà des fondations, limitant de fait les découvertes.

29Toutefois, quelques observations ont pu être faites sur la topographie originelle du site. Le château d’Hardelot a été construit sur un relief de sable limoneux (hauteur moyenne 28,50 m NGF) repéré dans trois tranchées qui domine, de 1 à 2 m, la zone aux alentours. Cette légère surélévation a été suffisante pour exonder le relief, alors qu’autour de la forteresse, le terrain présente des traces d’inondations régulières. Localement, des remblais de limon sableux, homogènes et très compacts, ont été déposés sur près de 0,50 m d’épaisseur, formant apparemment une plate-forme relativement plane observée le long de la courtine nord uniquement (fig. 23). Elle est scellée par un cailloutis de grès mêlé de sable épais d’une dizaine de centimètres, probablement un niveau de construction d’un chantier d’une relative importance compte tenu du volume de matériaux généré (500 m3 le long de la courtine nord). Toujours le long de la courtine nord, ce cailloutis est surmonté d’un remblai de cassons de craie, épais de 5 cm, très homogène et plat, certainement un niveau de cour. Ce dernier est percé par les fondations des bâtiments mis au jour dans les tranchées.

Fig. 23. Hardelot. Le château. Les niveaux de remblais présents sous le bâti. Un niveau de cassons de craie (niveau de cour ?) scelle la séquence

Fig. 23. Hardelot. Le château. Les niveaux de remblais présents sous le bâti. Un niveau de cassons de craie (niveau de cour ?) scelle la séquence

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

4. 5. Les bâtiments

30Les bâtiments ont été dégagés le long de la courtine nord. L’un de ces édifices est localisé à 8 m de celle-ci et à 10 m à l’est du manoir (fig. 24). Large de 6 m, il est construit perpendiculairement au mur défensif. Pour des raisons de sécurité, le bâtiment n’a pas été dégagé jusqu’au pied de la courtine. Cette dernière ne conserve pas de traces d’accroche de maçonnerie, mais cette partie du mur présente de nombreuses modifications qui ont sans doute détruit son parement d’origine (fig. 25). Le bâtiment est inégalement conservé avec, à l’ouest, une élévation préservée sur 0,70 m de haut, tandis qu’au sud, le mur est arasé jusqu’aux fondations. Celles-ci forment un empattement avec ressauts, large de 1 à 1,50 m et haut de 0,40 m, constitué de blocs de grès grossièrement équarris épais de 0,20 m et larges de 0,30 à 0,50 m. La largeur des élévations est de 0,90 m pour le mur gouttereau et de 0,80 m pour la façade méridionale. Les maçonneries sont dressées avec, en parement, des pierres rectangulaires soigneusement équarries qui habillent un blocage de cassons de grès noyés dans un mortier argilo-sableux jaunâtre. Les assises, appareillées avec des pierres posées de boutisse ou de carreau, sont horizontales, régulières et liées avec le même mortier argilo-sableux jaunâtre. Les grès paraissent calibrés, larges de 25 à 35 cm, hauts de 15 à 25 cm pour une longueur de 30 à 40 cm.

Fig. 24. Hardelot. Le château. Le bâtiment nord-ouest et ses transformations

Fig. 24. Hardelot. Le château. Le bâtiment nord-ouest et ses transformations

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

Fig. 25. Hardelot. Le château. Vue vers le nord de la façade du bâtiment nord-ouest ; en arrière-plan la courtine

Fig. 25. Hardelot. Le château. Vue vers le nord de la façade du bâtiment nord-ouest ; en arrière-plan la courtine

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

31Une ouverture perce la façade méridionale dans l’angle sud-ouest. Large d’1,30 m, elle dispose d’un seuil en pierre de Marquise et d’une embrasure large d’1 m et profonde d’une vingtaine de centimètres.

32Un mur, orienté nord-sud et préservé uniquement au niveau des fondations, est adossé au milieu de la façade sud du bâtiment, en s’appuyant sur la semelle de cette dernière. Les matériaux employés, les techniques de construction et les dimensions du soubassement (1 m de large) sont très proches du précédent bâtiment. Une grande dalle de calcaire dur gris-bleu (5 cm d’épaisseur, 0,90 m de large sur plus d’1,80 m de long) matérialise l’emplacement d’un seuil (fig. 24). Ce dernier conserve la trace d’une embrasure qui s’ouvre vers l’ouest. En l’absence de retour, de mur parallèle ou de sol, il est difficile de définir le plan de l’édifice. Il est peut-être construit peu de temps après le premier bâtiment comme le laissent supposer l’usage des matériaux et les techniques de construction.

33À une période indéterminée, le seuil dans la façade sud est bouché à l’aide de blocs de calcaire blanc. Après un remblaiement général du secteur de près d’1 m, un muret, large de 0,45 m, en pierres calcaires blanches avec un parement extérieur en briques liées au mortier sableux à chaux, est construit le long de la courtine, contre le mur occidental (fig. 24). Fondé à l’origine dans des remblais (le soubassement est localisé à 0,80 m au-dessus des fondations de l’édifice), il est percé d’une descenderie avec un emmarchement en calcaire bleuté. L’ancien rez-de-chaussée du bâtiment est donc apparemment devenu un sous-sol, voire peut-être un cellier, accessible de l’extérieur. Ces travaux signalent un rehaussement significatif du niveau de circulation de la cour.

34Un troisième mur est accolé contre l’angle sud-ouest du bâtiment. Les matériaux employés sont des blocs de récupération, de dimensions variées et parfois à peine équarris, liés à un mortier très dur, similaire à un ciment (mélange de chaux, de sable et de scories, fig. 24). Ses fondations, larges de 0,50 à 0,80 m, descendent profondément pour s’asseoir sur un terrain sain. Le bâtiment primitif a été l’objet d’une réfection à cette occasion (reprise de l’élévation avec l’usage du même ciment).

35Plus à l’est, une fondation a été mise au jour à 2,70 m de la courtine nord-est. Parallèle au mur défensif, elle est constituée d’une tranchée, large de 1,25 m et profonde de plus d’1 m, comblée de cassons de grès noyés dans un mortier argilo-sableux jaunâtre (fig. 26). Cette puissante fondation appartient certainement à une construction de grandes dimensions le long du mur défensif.

Fig. 26. Hardelot. Le château. Le mur parallèle à la courtine nord et la pièce au pavement

Fig. 26. Hardelot. Le château. Le mur parallèle à la courtine nord et la pièce au pavement

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

36Un édifice de petite taille, orienté nord-sud et large de 3,70 m, a été accolé perpendiculairement à cette construction (fig. 26). Les murs sont assis sur des fondations larges de 0,60 m et profondes de 0,30 à 0,55 m, constituées de blocs de calcaire blanc liés au mortier sableux à chaux. Le grès, soigneusement équarri, est employé pour l’élévation. Le sol est dès l’origine un dallage de carreaux vernissés de couleur brun-rouge (de 17 cm de côté et 5 cm d’épaisseur) posé sur un lit de sable, caractéristique de la période moderne (fig. 27).

Fig. 27. Hardelot. Le château. Vue vers l’est de la maçonnerie parallèle à la courtine nord et de la pièce au pavement

Fig. 27. Hardelot. Le château. Vue vers l’est de la maçonnerie parallèle à la courtine nord et de la pièce au pavement

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

37Devant le manoir néo-Tudor, l’angle et le départ de deux murs signalent la présence d’un bâtiment devant l’emplacement supposé du logis médiéval (fig. 28). Les maçonneries, larges de 0,40 m, sont constituées de grès équarris liés au mortier argilo-sableux jaunâtre. En dehors de la taille des murs, ses caractéristiques architecturales sont en tous points identiques à celles de l’édifice localisé devant la courtine nord. Et comme pour ce dernier, les sols associés ont disparu.

Fig. 28. Hardelot. Le château. Vue vers le sud-ouest des deux constructions mises au jour devant le manoir néo-Tudor (en arrière-plan)

Fig. 28. Hardelot. Le château. Vue vers le sud-ouest des deux constructions mises au jour devant le manoir néo-Tudor (en arrière-plan)

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

38À 2 m au nord de l’édifice, un solin, large de 0,25 m et désaxé par rapport à ce dernier, appartient à une deuxième construction qui se développe vers l’intérieur de la cour (fig. 28). Conservé sur une assise (0,20 m de haut), il a été conçu à l’aide de blocs de calcaire blanc posés directement sur le sol et liés au mortier sableux à chaux. Autour, des aménagements ont été réalisés à l’aide de grandes dalles de pierre bleue dont il est impossible de définir la fonction (seuil ou plot de fondation ?). Un sol en terre battue était encore partiellement visible contre le solin.

4. 6. Devant l’entrée

39La tranchée réalisée devant l’entrée de la forteresse a livré deux fondations, larges de 1 à 2 m, en briques rouges liées avec un mortier très compact, situées de part et d’autres et à 4 m du passage. Il s’agit des contreforts de deux massifs qui encadrent la porte. Le massif sud est installé devant les vestiges d’un escalier visibles dans la maçonnerie de la courtine à l’arrière de la tour du châtelet (fig. 29). L’usage de la brique étant apparemment tardif sur le site, les maçonneries ont été très vraisemblablement édifiées lors d’un réaménagement du passage.

Fig. 29. Hardelot. Le château. Le massif de fondation en briques découvert devant la tour sud du châtelet. En arrière-plan, la tour et les traces de l’arrachage d’un escalier

Fig. 29. Hardelot. Le château. Le massif de fondation en briques découvert devant la tour sud du châtelet. En arrière-plan, la tour et les traces de l’arrachage d’un escalier

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

4. 7. Le centre de la cour

40Les fouilles entreprises par Sir John Hare ou l’abbé Bouly ont laissé, outre une grande quantité de déblais, une excavation au centre de la cour dont les limites ont été retrouvées dans les tranchées de diagnostic. La profondeur du terrassement n’a pas excédé 1,50 m, excepté à l’emplacement d’anciennes fosses qui ont été vidées. Il est ici possible de retracer l’approche archéologique en usage au xixe siècle ou dans la première moitié du xxe siècle à partir des témoins laissés par les fouilleurs. Les structures en creux ont été correctement vidées en respectant les parois. Il est clair qu’il y avait le souci de préserver les maçonneries en descendant autour des édifices, sans doute pour chercher des vestiges plus anciens. En revanche, ces travaux ont été réalisés apparemment au mépris des observations stratigraphiques en déconnectant les bâtiments de leur environnement. Le centre de la cour devait être vide de constructions en dur et juste occupé par de grands niveaux et des structures en creux, ce qui peut expliquer la profondeur de l’excavation à cet endroit. Enfin, un massif en béton armé, vestiges de tribunes aménagées dans les années 70, a été fondé en profondeur au centre de la cour. Ce secteur qui pouvait éventuellement conserver des vestiges d’édifices (donjon) ou d’aménagements antérieurs à l’état du xiiie siècle a presque été totalement détruit.

4. 8. Le système fossoyé

41Les diagnostics de 2010 et de 2013 ont concerné le système défensif extérieur du château d’Hardelot, dont le tracé est encore partiellement visible dans le paysage sous la forme de dépressions concentriques autour du château (fig. 30).

Fig. 30. Hardelot. Le château. Vue de l’environnement du château avec, au premier-plan, les dépressions qui marquent l’emplacement des fossés (en cours de test) et, en arrière-plan, les dunes boisées d’Hardelot

Fig. 30. Hardelot. Le château. Vue de l’environnement du château avec, au premier-plan, les dépressions qui marquent l’emplacement des fossés (en cours de test) et, en arrière-plan, les dunes boisées d’Hardelot

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

42Bien que les fossés n’aient pas été totalement dégagés lors de ces campagnes de sondages, leur profondeur, leur largeur et leur configuration générale ont pu être appréhendées. Il a été possible d’établir des concordances stratigraphiques entre les sondages et d’identifier des états successifs.

  • 54 Le fossé a servi de poubelle, probablement lorsque John Hare ou Henry Guy en étaient les propriétai (...)

43La largeur du fossé intérieur a pu être estimée grâce à la mise au jour de sa paroi extérieure dans six tranchées (fig. 31). L’escarpe n’a pas été observée, même dans les sondages ouverts au plus près de la courtine (entre 1 et 2,50 m) : le fossé devait border la fortification au plus près. Son tracé n’est pas régulier : large au sud-ouest de 16 m, il atteint les 25 m à l’ouest avant de dépasser au nord les 30 m, près de l’entrée. La profondeur du fossé est en revanche constante et ne dépasse pas 2 m. Le fossé a été l’objet de plusieurs curages, après des phases de colmatage par des colluvions résultant de l’érosion des parois ou du terrain. Les curages les plus anciens, non datables, ont été entrepris sur l’ensemble du tronçon occidental. Les colmatages naturels des douves qui apparaissent incessants révèlent l’absence de protection des parois sableuses sapées par les sources et les intempéries. Les derniers travaux de curage sont tardifs (xixe siècle) et ne concernent que la partie localisée au pied de la courtine ouest54.

Fig. 31. Hardelot. Le château. Vue vers le nord d’une des tranchées réalisées dans le fossé intérieur. Au premier-plan, les remblais argileux de la lice ou du glacis

Fig. 31. Hardelot. Le château. Vue vers le nord d’une des tranchées réalisées dans le fossé intérieur. Au premier-plan, les remblais argileux de la lice ou du glacis

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

44Entre les deux fossés, une lice – ou peut-être à l’origine un glacis – a été créée à l’aide des remblais de terrassement des fossés, mélangés avec des cassons de grès et de tuiles, qui ont permis de rehausser le terrain au nord (1 m de dépôt) ou de l’égaliser au sud (une quarantaine de centimètres au minimum). Aucun vestige d’aménagements (construction, palissade, etc.) n’a été repéré sur cette bande de terre large de 15 à 20 m (fig. 31).

45Le fossé extérieur a été dégagé très partiellement : sa paroi intérieure a été observée sur le front ouest, sa paroi extérieure uniquement au nord et le fond a été atteint à trois endroits, à 1,50 m sous le niveau d’ouverture (fig. 32). Comme le fossé intérieur, il était en eau et il ne présente pas de traces d’aménagements défensifs ou de protection de ses parois. En l’absence d’éléments datants, il est difficile de déterminer si ce fossé est un élément originel du système défensif ou s’il a été créé ultérieurement. Le creusement côté intérieur a suivi l’installation des remblais de la lice sans qu’il soit possible de déterminer la durée écoulée entre les deux phases de travaux. Le tronçon occidental s’est colmaté progressivement à une période et sur une durée difficile à estimer. Une enclumette en fer, sans doute médiévale, a été retrouvée sur le fond, au nord-ouest, dans un niveau tourbeux.

Fig. 32. Hardelot. Le château. Restitution du tracé du système fossoyé

Fig. 32. Hardelot. Le château. Restitution du tracé du système fossoyé

© Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais

46Les deux fossés sont connectés au nord à une vingtaine de mètres de l’entrée du château (fig. 32). Dans ce secteur, les comblements du fond du fossé extérieur comportaient, côté nord, un dépotoir de céramiques du bas Moyen Âge et des restes fauniques (cerfs et renards) et, côté sud, des tuiles médiévales en quantité (pannes, faîtières et vanneaux), ainsi que des carreaux de pavage vernissés, datés de la même époque. Ce tronçon conserve également des traces de curage et d’entretien régulier.

47Les vestiges d’une construction sur poteaux ont été dégagés à l’extérieur du système fossoyé, à proximité de ces dépotoirs. Le peu d’éléments repérés ne permette pas d’identifier la nature de l’aménagement mal daté (seules quelques tuiles médiévales ont été retrouvées dans leur comblement). Il peut s’agir d’une palissade ou d’une habitation.

4. 9. Synthèse

  • 55 La fonction originelle de cet édifice, qui a été transformé en chapelle au xixe siècle, n’est pas c (...)
  • 56 Beaudel, 1982 : p. 37-39.

48Le site a beaucoup souffert aux xixe et xxe siècles : les sondages illustrent cet état de fait. Les constructions médiévales, en dehors d’un bâtiment localisé au nord-est55, ont disparu et il ne subsiste des fortifications d’origine qu’une partie de la courtine et des tours. Les résultats des sondages dans la cour, bien que limités en l’absence de datation, de dégagement général et d’une étude du bâti, confortent néanmoins la plupart des travaux des historiens de la fin du xixe siècle et du xxe siècle sur la configuration de la forteresse. Le château a été construit sur un petit relief qui a été rehaussé avec des remblais. Il n’a pas été possible de déterminer si cet apport de terre est lié à la forteresse en pierre ou à une motte antérieure. Le terrassement du centre de la cour a occulté les éléments qui auraient pu aider à trancher, notamment les vestiges d’un premier donjon. Le niveau de cassons de grès résulte vraisemblablement de la construction du château de Philippe Hurepel. Les édifices, mis au jour dans les sondages qui sont contemporains de cette période ou modernes, sont construits le long de la courtine nord et devant le manoir néo-Tudor, le centre de la cour étant probablement vide de constructions en pierre. André Beaudel a observé sous le manoir néo-Tudor une grande salle basse de 20 m sur 16 m de côté, formée de trois travées voûtées en berceau qu’il associe, avec pertinence, au logis médiéval56. De plan allongé et adossé à la courtine, il serait localisé à l’opposé du châtelet. Le château d’Hardelot est similaire par de nombreux aspects à celui de Boulogne-sur-Mer auquel il est systématiquement comparé.

  • 57 Wimet, 1981.
  • 58 Rodière, 1899 : p. 463.

49La mise en défense du château repose sur deux fossés circulaires, relativement peu profonds (2 m au maximum) et larges de 17 à 30 m, séparés par un glacis large de 15 à 20 m, formant une ceinture défensive d’une largeur de plus de 60 m. Aucun aménagement défensif (palissade ou talus) n’a été repéré avec certitude, alors que les comptes du domaine du bailliage de Boulogne mentionnent un curage des douves, la pose d’une palissade extérieure et l’installation de chevaux de frise devant l’entrée57. Les trous de poteaux repérés au nord peuvent éventuellement être un vestige de ces aménagements. Outre la dimension de la couronne à double fossé, l’eau constituait le principal élément défensif, particulièrement devant l’entrée où les deux fossés se connectent pour former, devant le châtelet, un plan d’eau de grande dimension estimée à près de 80 m de large. Son franchissement était assuré par un pont dont des éléments du tablier ou du soutènement, des madriers, ont été retrouvés au xixe siècle58. D’ailleurs, ce secteur des douves a été clairement entretenu, alors que la couronne extérieure a été, à un moment donné, délaissée.

50Il demeure difficile de dater avec certitude la mise en place de ce dispositif de double fossé. La lice – ou le glacis – est probablement conçue lors d’un grand chantier qui peut être celui de la reconstruction du site castral, au début du xiiie siècle : les remblais comportaient de nombreux matériaux de construction (cassons de tuiles et de grès). Les dépotoirs retrouvés sur le fond du fossé extérieur, au nord, étaient datés entre la seconde moitié du xiiie siècle et le milieu du xive siècle. Il est vraisemblable que les douves extérieures aient été également creusées lors de la transformation du site au début du xiiie siècle. Le choix de ce système défensif a été certainement conditionné par la nature du terrain humide (une vallée inondée) et peu stable (substrat sableux). La largeur de la double couronne fossoyée compense la faible profondeur des douves, contribuant ainsi pleinement à la protection de la forteresse philippienne.

5. Bilan et réflexions

  • 59 La fin des procédures d’archéologie préventive ou leur poursuite (la fouille ou la préservation in (...)

51Les diagnostics archéologiques présentés sont une parfaite illustration des limites atteintes par ce type d’opérations en matière de résultats. La principale raison tient à l’objectif de celles-ci qui se résume en un principe : livrer au service instructeur les éléments pour statuer sur le devenir des découvertes59. Pour y parvenir, le diagnostic, soumis au contrôle de l’État, doit trouver un équilibre entre une approche archéologique mesurée sur le terrain (car elle reste destructrice), enrichie par des études pluridisciplinaires sur des données parfois incomplètes, et une obligation de résultats. Le diagnostic n’est pas l’aboutissement de l’étude archéologique d’un site, mais plutôt son expertise.

52Inhérents au métier, des obstacles techniques peuvent entraver le bon déroulé de l’opération et affecter la collecte d’informations. Sur la place de l’Esplanade, à Saint-Omer, les ouvertures des tranchées et des fenêtres n’ont pas pu être adaptées en raison des difficultés rencontrées pour enlever l’enrobé très épais de la place. La proximité des monuments, objets de mesures de protection (inscrits au titre des monuments historiques ou à l’inventaire des sites pittoresques), nécessite parfois une adaptation de l’intervention archéologique. Dans le cas de la motte Sithiu, les tranchées de sondages ont été positionnées, à la demande du Service régional de l’Archéologie, à l’emplacement des futurs aménagements pour éviter de dénaturer le site. De fait, les découvertes de l’édifice castral, de la courtine et du bâtiment sur solin n’ont pas conduit à des ouvertures plus larges qui auraient pu enrichir la connaissance du site. Enfin, il arrive qu’une partie des demandes de travaux échappe aux procédures de contrôle du Service régional de l’Archéologie. Dans le cas du château d’Hardelot, l’étude du bâti n’a pu être réalisée avant la restauration du château qui a masqué des informations essentielles pour la compréhension du monument.

53Toutefois, ces diagnostics archéologiques ont été des supports de décision pour motiver la préservation des trois sites, en optant pour la mesure conservatoire (le château comtal) ou la modification de projets (la motte Sithiu et le château d’Hardelot).

  • 60 Wimet, 1981.

54À l’issue de ces opérations et de l’édition du rapport d’opération, la question se pose alors de l’exploitation scientifique de ces données inédites. L’écueil principal reste leur nature lacunaire qui peut conduire à des interprétations erronées. L’approche pluridisplinaire, largement développée dans le cadre de fouilles, semble l’une des solutions. Elle est déjà mise en œuvre lors de la rédaction du rapport de diagnostic, mais généralement à l’état d’enquête pour les archives, d’inventaire pour le mobilier ou de présentation générale pour le cadre environnemental. Pour les trois sites, l’iconographie moderne et les sources écrites descriptives de la fin du Moyen Âge ont été très utiles pour restituer un plan et une organisation générale des forteresses. En revanche, la corrélation entre ces données et les faits archéologiques n’est malheureusement plus possible, à partir d’un certain niveau de précision, en l’absence d’une édition complète et réactualisée des registres médiévaux. À titre d’exemple, si les comptes du xve siècle de la châtellenie d’Hardelot60 contiennent une description relativement détaillée des bâtiments et des fortifications en travaux, pour autant, les édifices mis au jour dans la cour du château d’Hardelot n’ont pas pu être identifiés. La finalité de l’étude du mobilier dépasse rarement la datation du contexte en raison des faibles quantités collectées. Parfois, des lots céramiques suffisamment volumineux et caractéristiques participent à l’interprétation des découvertes, comme la vaisselle domestique retrouvée dans des sols d’édifices, le long de la courtine nord du château comtal de Saint-Omer. Enfin, la connaissance du contexte environnemental (géologie, pédologie, hydrographie, topographie), nécessaire pour appréhender la genèse des sites et leur évolution, demeure sommaire en l’absence d’analyses : le diagnostic archéologique se prête mal, faute de temps et de moyens, à leur mise en œuvre.

  • 61 À ce sujet, un protocole de prélèvement des terres cuites architecturales a été créé en 2015 par le (...)

55Les solutions se trouvent éventuellement dans les nouveaux outils de collecte des données, comme la photogrammétrie qui constitue un support complémentaire de la photographie et du relevé. Même si les études ne sont pas réalisées lors de la phase du diagnostic, des prélèvements (mortiers, terre cuite architecturale, sédiments, charbon de bois) sont peut-être à systématiser, de manière raisonnée et avec une problématique61. L’archéologie du bâti reste également une pratique à développer dans la région dès la phase du diagnostic. Au même titre que les sondages dans le sous-sol, une analyse architecturale peut être entreprise sur le monument sur la base d’observations ponctuelles.

56En attendant, l’exploitation des données des diagnostics oblige à une certaine humilité. Diffuser l’information lors de communications ou dans des articles est une démarche d’un réel intérêt pour la communauté scientifique, si le cadre et les limites des travaux archéologiques sont rappelés. Outre la prudence du discours, les illustrations doivent clairement distinguer la part d’acquis de la restitution. La publication peut alors permettre de susciter l’intérêt des chercheurs (historiens, historiens de l’art, archivistes) pour ces monuments dont les travaux prolongeraient l’analyse archéologique.

Bibliographie

Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 : BARRET (M.), COULON (L.), ROY (E.), VANHILLE (G.), Saint-Omer, Esplanade, Rapport de diagnostic, Service régional de l’Archéologie du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1996.

Barret, Routier, Roy, 1998 : BARRET (M.), ROUTIER (J.-Cl.), ROY (E.), Saint-Omer, Esplanade, Place Paul Painlevé, Rapport de fouille, Service régional de l’Archéologie du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1998.

Beaudel, 1982 : BEAUDEL (A.), Brève histoire du château d’Hardelot et de quelques personnages, Syndicat d’initiative, Condette, 1982.

Bragard, 1999 : BRAGARD (Ph.), « Essai sur la diffusion du château « philippien » dans les principautés lotharingiennes au XIIIe siècle », Bulletin Monumental, 157-2 (1999), p. 141-167.

Coolen, 1974 : COOLEN (G.), « Le château de Saint-Omer », Bulletin trimestriel de la Société Académique des Antiquaires de la Morinie, 22 (1972-1978), 418e livraison, mars 1974, p. 181-192.

De Pas, 1928 : DE PAS (J.), « La Châtellenie de Saint-Omer d’après une étude sur L’origine des Châtellenies de Flandre », Séance du 18 décembre 1928, Bulletin de la Société des Antiquaires de la Morinie, 14 (1922-1929), p. 688-691.

Derville, 1995 : DERVILLE (A.), Saint-Omer, des origines au début du 14e siècle, Presses Universitaire de Lille, Lille, 1995.

Derville, 1996 : DERVILLE (A.), « Saint-Omer et son environnement au Moyen Âge », dans : Du terrain au musée… 1993-1996. Trois années de recherches archéologiques dans l'Audomarois, Musée de l’hôtel Sandelin, Saint-Omer, 1996, p. 22-29.

Giry, 1877 : GIRY (A.), Histoire de la ville de Saint-Omer et de ses institutions jusqu’au XIVe siècle, Bibliothèque de l’École des hautes études : fascicule 31, F. Vieweg libraire-éditeur, Paris, 1877.

Héliot, 1937 : HÉLIOT (P.), « Le Château d’Hardelot », dans : Congrès archéologique de France (ICe session tenue à Amiens en 1936 par la Société française d’Archéologie), Picard, Paris, 1937, p. 342-348.

Level, 2004 : LEVEL (B.), « Contribution à l’histoire des fortifications de Saint-Omer. 2e partie : Vauban et Saint-Omer », Bulletin de la Société Académique des Antiquaires de la Morinie, 25 (2004), n° 464, p. 67-81.

Mesqui, 1991 : MESQUI (J.), Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence, Tome 1 : Les organes de la défense, Grand manuels Picard, Paris, 1991.

Pagart d'Hermansart, 1879 : Pagart d'Hermansart (É.), Les anciennes communautés d’arts et métiers à Saint-Omer, Tome 1, Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie (Tome 16 : 1876-1879), Saint-Omer, 1879.

Pagart d'Hermansart, 1898 : Pagart d'Hermansart (É.), Histoire du bailliage de Saint-Omer, 1193 à 1790, Mémoires de la Société des Antiquaires de la Morinie, Tome 24, Saint-Omer, 1898.

Paris, 1997 : PARIS (D.), Le Château de Saint-Omer, Saint-Omer, 1997.

Platelle, Clauzel, 1989 : PLATELLE (H.), CLAUZEL (D.), Histoire des provinces françaises du Nord, Tome 2 : Des principautés à l’empire de Charles Quint (900-1519), Collection Histoire, Éditions des Beffrois, Westhoek, 1989.

Rodière, 1899 : RODIÈRE (R.), « Notes archéologiques sur le château d’Hardelot », Mémoires de la Commission départementale des Monuments historiques du Pas-de-Calais, 2 (1899), p. 459-470.

Routier, 2013 : ROUTIER (J.-Cl.), « La céramique carolingienne de La Calotterie (Visemarest) », dans : Mouny (S.) [coord.], Des productions céramiques de l’époque gallo-romaine à la Renaissance, Actes des journées d’études sur les productions céramiques (Fosses (95) et Amiens (80), 2007, 2008 et 2009), Revue Archéologique de Picardie, 1-2 (2013), p. 73-102.

Seydoux, 1979 : SEYDOUX (Ph.), Forteresses médiévales du Nord de la France, Éditions de la Morande, Paris, 1979.

Thobois, 1905 : THOBOIS (B.-J., abbé), Le château d’Hardelot, Imprimerie Charles Delambre, Montreuil-sur-Mer, 1905.

Van Werveke, 1963 : VAN WERVEKE (H.), « A-t-il existé des fortifications à Saint-Omer antérieurement à 878-881 ? », Revue belge de philologie et d’histoire, 41-4 (1963), p. 1065-1090.

Viollet-le-Duc, 1864 : VIOLLET-LE-DUC (E.), Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Tome 7, A. Morel éditeur, Paris, 1864.

Wallet, 1834 : WALLET (E.), Atlas historique, topographique et pittoresque de la ville de Saint-Omer (antique Sithiu) et du pays qui l’environne (antique Morinie), Saint-Omer, 1834.

Willot, 2008 : WILLOT (J.-M.) [dir.], François (S.), Maniez (J.), Masse (A.), Royer (A.), Condette, Château d’Hardelot, Rue de la Source, Rapport final d’opération de diagnostic, Service départemental d’archéologie, Dainville, 2008.

Willot, 2010 : WILLOT (J.-M.) [dir.], Dalmau (L.), Chombart (J.), Meurisse-Fort (M.), Condette, Château d’Hardelot, Allée des Marronniers, Rapport final d’opération de diagnostic, Service départemental d’archéologie, Dainville, 2010.

Willot, 2015 : WILLOT (J.-M.), « Les sites castraux de Saint-Omer (la Motte Sithiu et le château comtal). Bilan des dernières observations archéologiques », Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 33 (2015), p. 4-32.

Willot, Delage, 2011 : WILLOT (J.-M.) [dir.], DELAGE (M.), Saint-Omer (Pas-de-Calais). Place de l’Esplanade, Rapport final d’opération de diagnostic, Service départemental d’archéologie, Dainville, 2011.

Willot, Delage, 2013 : WILLOT (J.-M.), DELAGE (M.), Condette, Château d’Hardelot, Rapport final d’opération de diagnostic, Centre départemental d’archéologie, Dainville, 2013.

Wimet, 1981 : WIMET (P.-A.), « Restauration des châteaux d’Hardelot et de Belle-fontaine au XVe siècle », Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 11-1 (1981), p. 71-82.

Notes

1 Van Werveke, 1963 : p. 1089.

2 De Pas, 1928.

3 L’édifice castral est représenté avec des plates-formes de tir sur le plan de Rousset, St. Omer in Artois met de omieggende forten, 1728, Musée des Plans-Reliefs, C 227 (cliché 383).

4 Les résultats ont été présentés dans le cadre d’un article : Willot, 2015.

5 Derville, 1995 : p. 383.

6 Réalisés à proximité de la prison moderne, les sondages ont été limités, pour des raisons de sécurité, aux dégagements des parements extérieurs et d’une partie du fourrage de la maçonnerie.

7 Jean Belin, Plan des rues de la ville de Saint-Omer qui marque la conduite des eaux, esgouts souterrains etc., 1695, Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer, plan 366, tiroir G.

8 Conçu sous la direction de Jean-Baptiste Larcher d’Aubencourt en 1758, il est actuellement conservé au Musée des Plans-Reliefs à Paris.

9 L’individu, un adulte, a été placé dans un cercueil et déposé dans une fosse sépulcrale de forme trapézoïdale.

10 Elle est absente de l’iconographie dès la fin du xvie siècle : Ortelius, S. Audomari Fanum, 1572, Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer, plan 551-1, n° 433 (catalogue de De Loisne), tiroir G.

11 Voir note 3.

12 Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 et Barret, Routier, Roy, 1998.

13 Ainsi, sur un projet de 6 200 m², 730 m² ont été ouverts, soit 11,77 % de la surface. Les vestiges archéologiques sont apparus à des côtes très variables, entre 0,40 m et 0,80 m sous le bitume. La hauteur de la stratigraphie a été observée sur 1,50 m dans la forteresse et sur plus de 3,50 m de profondeur dans les fossés, sans en atteindre le fond.

14 Willot, Delage, 2011.

15 Derville, 1995 : p. 87 et Platelle, Clauzel, 1989 : p. 101-102.

16 Pagart d'Hermansart, 1898 : p. 3-4.

17 Giry, 1877 : p. 71, 116-123 et 266, Pagart d'Hermansart, 1898 et Derville, 1995 : p. 128-135.

18 Coolen, 1974 : p. 181-192 et Paris, 1997. Ces travaux se sont appuyés sur les comptes du bailliage, Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer, Série B, ms. 870 (1305-1341), et Archives départementales du Nord, Série B 15 754 à 16 055. D’autres sources ont été consultées : Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer, Comptes de l’argentier 1460-1494, 1506-1579, 1622-1631 et 1677-1680, Comptes et muniments fortifications, liasse 26.

19 Un recensement exhaustif des plans et des vues cavalières a été réalisé par David Massey-Boerhave, Animation du patrimoine, Mairie de Saint-Omer, Compte-rendu : Mission de recensement de documents iconographiques (cartes et plans), concernant la ville de Saint-Omer, avril 2012.

20 À titre d’exemple, la tour maîtresse, spécifique des fondations princières, figure sur une vue cavalière datée de 1575 (Plan cavalier de la ville attribué à Belleforest, 1575, Archives départementales du Pas-de-Calais, cote 6 Fi D 765), mais pas sur le plan d'Ortelius de 1572 déjà cité (voir note 10).

21 Des copies de plans, depuis disparus, mais conservés à l’origine au Bureau du Génie Militaire de Saint-Omer, ont été éditées par Emmanuel Wallet en 1834 (Wallet, 1834 : p. 134, 135, 139 et 141). Elles ont été publiées par Georges Coolen (Coolen, 1974 : p. 187-188). Le Service historique de la Défense de Vincennes dispose de plans détaillés du château comtal : Plan de Saint-Omer, 1699, SHD, A. 8, S.I. Saint-Omer, C.1, pièce n° 3 et Plan du bastion côté du château, 1783, SHD, A. 8, S.I. Saint-Omer, C.2, pièce n° 3/3.

22 Paris, 1997 : p. 21 et 27 et Archives départementales du Nord, Série B, 15 860.

23 Paris, 1997 : p. 31 et Archives départementales du Nord, Série B, 15 871, 15 884 et 15 882.

24 Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 : p. 87-90 et Paris, 1997 : p. 23 et 37.

25 Paris, 1997 : p. 40 et Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer, Comptes de l’Argentier, 1488-1489, 1 186.

26 La construction des bastions est entreprise par les Espagnols dès le premier tiers du xvie siècle. Celle du cavalier intervient après 1677, lors des travaux commandités par Vauban (Level, 2004).

27 Elle est représentée sur la vue cavalière la ville de 1575 (voir note 20).

28 Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 : p. 14-18.

29 Barret, Coulon, Roy, Vanhille, 1996 : p. 19-20.

30 Le défilé de Watten alimenté par l’Aa (Derville, 1995 : p. 15 et Derville, 1996 : p. 22-29).

31 La tour du Chevalet. Voir Paris, 1997 : p. 37 et Archives départementales du Nord, Série B, 15 931.

32 Le parement a été dégagé, côté fossé, sur 2 m de haut et près de 2 m de long sans que le fond de la maçonnerie ne soit atteint. Le parement était vertical et aucune amorce d’un talus n’a été repérée.

33 Il s’agit de briques rouges de 6 × 12 × 18 cm de côté.

34 Le fond de la fosse et la paroi occidentale n’ont pas dégagés.

35 Un dispositif similaire est mentionné par Viollet-le-Duc pour la porte du château de Carcassonne daté de la fin du xiie siècle (Viollet-le-Duc, 1864 : p. 317-319).

36 Le comblement de la fosse, qui a livré du mobilier céramique daté du xvie siècle, est entaillé par les tranchées de pillage des deux tours.

37 Barret, Routier, Roy, 1998 : p. 52-53.

38 Routier, 2013 : p. 95.

39 Le glacis scelle des apprêts en limon damé surmontés par des niveaux de piétinement lités et noirâtres et des fragments de poterie de céramique écrasés sur place datés du xiiie siècle. Certains disposent de plaques foyères.

40 La datation repose sur un lot de céramiques peu volumineux, mais caractéristique de cette période (assiette en faïence à décor floral bleu de cobalt, écuelle à glaçure verte).

41 Il peut s’agir d’un dépotoir de la basse-cour, toujours présente de ce côté au xvie siècle (Paris, 1997 : p. 45). La grande quantité de crânes d’ovins et de bovins (plus d’une centaine) rejetés à certains endroits lors des dernières phases du colmatage du fossé est peut-être un témoignage de l’activité de boucherie attestée à proximité du château (Pagart d'Hermansart, 1879 : p. 387-388).

42 Pagart d'Hermansart, 1898 : p. 95-96 et 104-106.

43 Level, 2004 : p. 67-81.

44 Le fossé est encore figuré sur les plans de 1753 (Wallet, 1834 : p. 134, 135, 139 et 141). Il est en revanche comblé avant le démantèlement de la forteresse : les tranchées de récupération des murs sont creusées dans les comblements des douves.

45 Un droit qui était apanage des princes-souverains (Mesqui, 1991 : p. 60 et Bragard, 1999 : p. 142).

46 Héliot, 1937.

47 Thobois, 1905 : p. 25, Héliot, 1937 : p. 343, Seydoux, 1979 : p. 112 et Beaudel, 1982 : p. 34 et 53-54.

48 Les pierres pourraient provenir d’Équihen où affleure le Grès de la Crèche (la pierre de Boulogne) selon certains auteurs (Rodière, 1899 et Beaudel, 1982 : p. 35).

49 Mesqui, 1991 : p. 53.

50 Nous renvoyons aux travaux de Pierre Héliot et d’André Beaudel qui ont fait un inventaire des travaux réalisés sur le monument (Héliot, 1937 et Beaudel, 1982).

51 Willot, 2008, Willot, 2010 et Willot, Delage, 2013.

52 La forêt, outre de constituer une source de revenu non négligeable, était une terre de chasse des comtes de Boulogne réputée pour son gibier (Thobois, 1905 : p. 121-135).

53 éliot, 1937 : p. 344.

54 Le fossé a servi de poubelle, probablement lorsque John Hare ou Henry Guy en étaient les propriétaires : de la faïence d’importation anglaise de la manufacture de la compagnie Jonas Defries and Sons, réputée notamment pour ses productions japonisantes destinées à une clientèle aisée, a été retrouvée au pied de l’enceinte au nord.

55 La fonction originelle de cet édifice, qui a été transformé en chapelle au xixe siècle, n’est pas connue. Il est daté de la période médiévale en raison des matériaux de construction employés et de son style architectural.

56 Beaudel, 1982 : p. 37-39.

57 Wimet, 1981.

58 Rodière, 1899 : p. 463.

59 La fin des procédures d’archéologie préventive ou leur poursuite (la fouille ou la préservation in situ).

60 Wimet, 1981.

61 À ce sujet, un protocole de prélèvement des terres cuites architecturales a été créé en 2015 par le Réseau TCA qui définit clairement les objectifs et les méthodes : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2604/files/2015/06/Protocole-TCA.pdf

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des communes évoquées dans le corps de l’article
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2. Saint-Omer. Vue aérienne de la Motte Sithiu et du bâtiment carcéral du xviiie siècle. À gauche, la collégiale Notre-Dame
Crédits © Philippe Fruitier
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 3. Saint-Omer. Localisation des sites et des opérations archéologiques évoqués dans le corps de l’article
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 4. Saint-Omer. Motte Sithiu. Les tranchées de sondages autour du bâtiment carcéral du xviiie siècle
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 5. Saint-Omer. La topographie autour de la Motte Sithiu et de la place de l’Esplanade
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 6. Saint-Omer. Motte Sithiu. Plan des maçonneries de l’édifice castral
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 7. Saint-Omer. Motte Sithiu. L’angle nord-est de l’édifice castral
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 8. Détail du plan de Belin montrant l’édifice castral à la fin du xviie siècle
Crédits Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer, plan 366, tiroir G
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 9. Détail de l’estampe de Van der Meulen montrant l’édifice castral vers 1685
Crédits Archives départementales du Pas-de-Calais, Collection Barbier, F, 4J440/36
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 10. Saint-Omer. Motte Sithiu. Restitution de l’emprise de l’édifice castral sur la motte en confrontant les données du diagnostic et le géoréférencement du plan de Belin
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 11. Saint-Omer. Motte Sithiu. L’une des bases de pièce d’artillerie, installée sur la courtine écrêtée
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 12. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les tranchées et les fenêtres du diagnostic archéologique
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 13. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les fortifications mises au jour lors du diagnostic (courtine nord et châtelet est)
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 14. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les fondations de la courtine nord
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 15. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Le parement de la tour nord du châtelet
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 16. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. La maçonnerie de la tour nord du châtelet
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 17. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Une des séquences stratigraphiques des sols sondés le long de la courtine nord
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 18. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. La grande plaque foyère, probablement le fond d’une cheminée, repérée à proximité de l’entrée
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 19. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Restitution de l’emprise du château comtal en confrontant les sources archéologiques et historiques
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 20. Saint-Omer. Place de l’Esplanade. Les plots de fondations découverts devant la courtine orientale. Ils sont entaillés à gauche par le creusement de l’extension des douves à l’époque moderne
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 21. Hardelot. Le château. Le manoir néo-Tudor de la seconde moitié du xixe siècle adossé à la courtine occidentale
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 22. Hardelot. Le château. Les tranchées de sondages des trois campagnes de diagnostic
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 23. Hardelot. Le château. Les niveaux de remblais présents sous le bâti. Un niveau de cassons de craie (niveau de cour ?) scelle la séquence
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 24. Hardelot. Le château. Le bâtiment nord-ouest et ses transformations
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 25. Hardelot. Le château. Vue vers le nord de la façade du bâtiment nord-ouest ; en arrière-plan la courtine
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 26. Hardelot. Le château. Le mur parallèle à la courtine nord et la pièce au pavement
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 27. Hardelot. Le château. Vue vers l’est de la maçonnerie parallèle à la courtine nord et de la pièce au pavement
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 28. Hardelot. Le château. Vue vers le sud-ouest des deux constructions mises au jour devant le manoir néo-Tudor (en arrière-plan)
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 29. Hardelot. Le château. Le massif de fondation en briques découvert devant la tour sud du châtelet. En arrière-plan, la tour et les traces de l’arrachage d’un escalier
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 30. Hardelot. Le château. Vue de l’environnement du château avec, au premier-plan, les dépressions qui marquent l’emplacement des fossés (en cours de test) et, en arrière-plan, les dunes boisées d’Hardelot
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 31. Hardelot. Le château. Vue vers le nord d’une des tranchées réalisées dans le fossé intérieur. Au premier-plan, les remblais argileux de la lice ou du glacis
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 32. Hardelot. Le château. Restitution du tracé du système fossoyé
Crédits © Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/946/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Direction de l’archéologie du Pas-de-Calais
Willot.Jean.Michel@pasdecalais.fr

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search