Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

L'enquête

V. District de Douai

Texte intégral

1. Directoire du district de Douai

1 Arrêté du directoire du district de Douai, 22 octobre 1790

2(A.D. Nord L 7005 f°55)

3Sur autre lettre dudit departement de ce jourd’hui demandant des instructions sur le régime et les ressources actuelles des différens etablissemens destinés à l’instruction de la jeunesse et qui existent dans l’etendue du district, il a été arrêté qu’il sera écrit aux municipalités de Douaÿ, Orchies et Marchiennes pour qu’elles aient a s’occuper de ce qui peut les concerner respectivement de recueillir les renseignemens demandés sur cette partie de l’administration.

2. Douai

4 Réponse de la municipalité de Douai, 22 novembre 1790

5(A.D. Nord L 7543)

6Messieurs

  • 1 Novembre.

7Douay, le 22 9bre1 1790

8Votre lettre du 22 8bre der qui renferme 18 questions relatives aux différens établissemens qui existent en cette ville, pour l’instruction de la jeunesse, éxigeait des renseignemens très compliqués, que nous n’avons point pû nous procurer plutôt.

  • 2 Les quatre facultés : théologie, droit, médecine, arts.

91° Le Collège public2, le Collège du Roi, le Collège d’Anchin, le Collège de Saint-Vaast, le Collège des Prêtres anglais, le Collège des Bénédictins anglais, le Séminaire du Roi, le collège des Six-Prêtres, dit, du Soleil, le Séminaire des evêques, le Collège ou Séminaire Moulart, le Collège ou Seminaire de Notre Dame de la Foi, le Collège ou Séminaire dit d’Hennin, le Collège ou Séminaire de la Motte, le Collège ou Séminaire de la Torre, le Séminaire de Tournay, le Collège ou Hôtel des Nobles, le Collège Ecossais, le Collège ou Séminaire Irlandais, le Collège ou Séminaire de Saint-Amand, le Collège ou Séminaire de Saint-Amé, le Collège des Sept-Douleurs, le Séminaire Hattu, le Séminaire de Lannoy.

10De ces 23 maisons, il en est une où on donne des leçons publiques, mais où personne ne demeure : c’est l’Académie ou le Collège public.

11Il y en a deux, où on enseigne les humanités, la philosophie, et même la théologie à ceux seulement qui y demeurent : ce sont les 2 collèges pour la nation anglaise, l’un tenu par les prêtres seculiers, l’autre par les Benedictins anglais.

12Il en est une, où l’on enseigne publiquement les humanités tant à ceux qui y demeurent, qu’à ceux qui, demeurant ailleurs, y viennent prendre des leçons, c’est le Collège d’Anchin.

13Il en est trois, où l’on enseigne publiquement la philosophie tant à ceux qui y demeurent qu’à ceux qui n’y demeurent pas ; ce sont les Collèges du Roi, de Saint-Vaast et d’Anchin.

14Il en est une où l’on enseigne en outre la théologie, c’est le Collège de Saint-Vaast.

15Les 17 autres maisons sont destinées à loger, et la plupart à nourrir gratuitement les ecoliers qui viennent étudier dans l’Université depuis les humanités jusqu’aux sciences supérieures inclusivement.

  • 3 Abbaye de Saint-Vaast d’Arras. Installé dans le bâtiment où résident les bénédictins anglais (voir (...)
  • 4 La fondation est de 1568.
  • 5 Les bénédictins anglais encouragés par Philippe de Caverel s’établissent à Douai vers 1610. La dat (...)
  • 6 Un premier séminaire des Ecossais fonctionne à Douai en 1593. Après un exil à Louvain, de 1595 à 1 (...)

162° Le Collège du Roi, a été fondé en 1562, en même tems que l’Université, par Philippe 2, roi d’Espagne. Le Collège d’Anchin en 1568 par M. Lentailleur, abbé d’Anchin. Le Collège de Saint-Vaast en 1619 et 1636 par M. de Caverel, abbé de Saint-Vaast3. Le Collège des Prêtres anglais en 15694 par Guillaume Allen, plus connu sous le nom d’Alanus. Le Collège des Benedictins anglais en 16195 par M. de Caverel, abbé de Saint-Vaast. Le Séminaire du Roi en 1582 par Philippe 2, roi d’Espagne. Le Séminaire des Six-Prêtres, dit du Soleil, en 1587, par M. Aparisis et Anne Bonnenivet, sa femme. Le Séminaire des Evêques en 1587 par les Evêques de la province de Cambrai. Le Collège ou Séminaire Moulart en 1596 par Mathieu Moulart, Evêque d’Arras. Le Collège ou Séminaire de Notre Dame de la Foi composé de 2 établissemens, l’un fondé en 1599 par Mathias Bossemins, natif d’Amsterdam, professeur royal de théologie, l’autre en 1644 par George Colvenere, natif des environs de Diest en Brabant, professeur roïal de théologie en l’Université de Douai ; les 2 etablissemens reunis par arrêt du conseil du 26 février 1744. Le Collège ou Séminaire dit d’Hennin en 1606 par Antoine de Hennin, Evêque d’Ypres. Le Collège ou Séminaire de la Motte en 1592 par Valentin de Pardieu, seigneur de la Motte, Esquelbecq etc. Le Collège ou Séminaire de la Torre en 1618 par Gaspart de la Torre, prevost de Notre Dame à Bruges. Le Séminaire de Tournai en 1630 par Maximilien de Gand, Evêque de Tournai. Le Collège ou Hôtel des Nobles en 1629 par Antoine de Mundé et Eléonore de Severy, sa femme. Le Collège Ecossais en 16136. Le Collège ou Séminaire Irlandais vers le commencement du siècle dernier. Le Collège ou Séminaire Irlandais vers le commencement du siècle dernier. Le Collège ou Séminaire de Saint-Amand en 1630 par M. Dubois, abbé de Saint-Amand. Le Collège ou Séminaire de Saint-Amé en 1582 par Antoine Surius, docteur en théologie, et Nicolas de Formanoir, licentié ès lois. Le Séminaire des Sept-Douleurs en 1620 par M. Vandenhende. Le Séminaire Hattu en 1631 par Claude Hattu. Le Séminaire de Lannoy en 1662 par M. Delannoy, chanoine et trésorier de Saint-Amé.

  • 7 Octobre.
  • 8 Décembre.
  • 9 Lettres patentes confirmatives du collège d’Anchin de Douai, 1er mai 1767 (A.D. Nord Placards 8178, (...)
  • 10 Lettres patentes confirmatives du séminaire irlandais établi à Douai, janvier 1769 (A.D. Nord Placa (...)
  • 11 Lettres patentes confirmatives du collège des Ecossais de Douai, 8 juillet 1769 (A.D. Nord Placards (...)

17Il n’est aucun de ces établissemens qui n’ait été institué par l’autorité des Souverains du pays ; il n’en est aucun qui ne puisse en exhiber la preuve. Ils ont tous été de nouveau confirmés, quant à leur établissement et à la jouissance de leurs biens, par lettres patentes du mois d’8bre7 1764 registrés au Parlement de Flandres le 3 Xbre8 1765 et iterativement le 14 janvier 1768. Le Collège d’Anchin fut particulièrement confirmé par lettres patentes du 1er mai 17679. Le Collège Irlandais, par lettres patentes du mois de Janvier 176910 et celui des Ecossais par lettres patentes du 8 juillet 176911.

183° Les chaires royales de théologie ne peuvent être occupées que par des eclésiastiques séculiers. Les eclésiastiques ne peuvent obtenir de chaire royale en droit ni en medecine. Les eclésiastique et les laïcs sont admis indifferemment au concours des chaires de la faculté des arts. Les eclésiastiques et les laïcs sont également admis indiféremment au concours des deux chaires de philosophie et des chaires d’humanité du Collège d’Anchin. L’instruction du Collège de Saint-Vaast est confiée à des religieux de l’abbaye de Saint-Vaast à Arras. L’instruction des autres établissemens rappellée en la réponse à la 1ere question est confiée à des eclesiastiques séculiers.

194° Collège public :

  • 12 Déclaration du Roi portant règlement sur la discipline à observer dans l’université de Douai, juill (...)
  • 13 Livre.

20La faculté de théologie est composée de 5 professeurs ; on voit du tarif annexé aux lettres patentes en forme d’édit contenant un reglement général pour l’Université de Douai, et les facultés dont elle est composée, du mois de juillet 174912, que le 1er professeur de théologie avait 675 £13, le 2e 600 £, le 3e 550 £, le 4e 425 £, le 5e 300 £.

21Les facultés de droit sont aussi composée de 5 professeurs, on voit du même tarif que le 1er et le 2e professeurs avaient 950 £, le 3e 750 £. Le 4e 650 £ et le professeur du droit français 900 £.

22La faculté de médecine est composée de 3 professeurs : on remarque du même tarif que le 1er professeur avait 675 £, le 2e 525 £, celui d’anatomie, botanique et chirurgie 350 £ auxquelles il faut ajouter 300 £ que lui paye la ville de Douai.

23Par l’article 38 des lettres patentes confirmatives du Collège d’Anchin du 1er mai 1767 il a été assigné à chacune des chaires de ces 3 facultés supérieures 500 £ d’augmentation de gages payables sur les revenus du Collège. La faculté des arts était originairement composée de 3 professeurs, l’un de la langue grecque, l’autre de la langue hebraïque, et le 3e de l’histoire ; ces trois professeurs ont chacun 250 £.

  • 14 Novembre.

24Par lettres patentes du mois de 9bre 170414 régistrée au Parlement de Flandres le 20 9bre de la même année on a crée une chaire de mathématiques, qui fait partie de la faculté des arts : cette chaire a été confirmée par lettres patentes du 1er mai 1767, article 39. Le professeur a 1300 francs de gages, savoir 110 £ par les dites lettres patentes, et 200 £ que le Collège d’Anchin payait auparavant au titulaire de cette chaire.

25Collège du Roi :

26Le principal du Collège du Roi a 1130 £ d’appointement, sur quoi il est obligé de nourir les 4 professeurs. Chaque professeur a 283 £ d’appointement.

27Collège d’Anchin :

28Le principal du Collège d’Anchin a 1500 £ d’appointement, le sous-principal 1200 £. Les professeurs de phisique, de logique, et de rhétorique chacun 1200 £. Les professeurs de seconde et de 3eme chacun mille livres. Les professeurs de 4e, 5e et 6e chacun 900 £. Le principal, le sous-principal et les professeurs, sont, en outre, nouris aux depens du Collège (Lettres patentes du 1er mai 1767, art. 3).

29Collège de Saint-Vaast :

30Le principal du neuf Collège de Saint-Vaast a d’appointement 775 £. Le principal du vieux Collège 588 £. Chacun des deux professeurs de théologie 825 £. Chacun des deux professeurs primaires de philosophie 506 £, chacun des deux autres professeurs de philosophie 500 £. Tous sont nouris, en sus, aux dépens des biens du Collège, et ils sont obligés de fournir sur leurs appointemens à leur vestiaire, à leur vin et à tous leurs besoins.

31Collège des anglais :

32Le président du Collège des anglais a 20 louis d’appointement. Le sous-président n’a point d’appointement en cette qualité : c’est ordinairement l’un des professeurs de théologie. Les deux professeurs de théologie ont chacun 15 louis. Les deux professeurs de philosophie 10 louis. Les professeurs de rhétorique et de poësie 8 louis, chacun. Les trois autres professeurs d’humanité 6 louis, aussi chacun.

33Séminaire du Roi :

  • 15 Sous.

34Le président du Séminaire du Roi a 750 £ d’émolumens. Le préfet a 187 £ 10 s.15 d’appointement outre sa nourriture.

35Collège des Six-Prêtres :

36Le président du Séminaire des Six-Prêtres, dit du Soleil, a 302 £ 10 s. d’appointement, chacun des cinq autres boursiers a 275 £.

37Séminaire des Evêques :

38Le président du Séminaire des Evêques n’a aucun appointement.

39Collège ou Séminaire Moulart :

40Le président du Collège ou Séminaire Moulart a 450 £ d’appointement. Le préfet, 125 £ outre sa nourriture.

41Collège ou Séminaire de Notre Dame de la Foy :

42Le président du Collège ou Séminaire de Notre Dame de la Foi a 625 £ d’appointement. Le préfet 300 £.

43Collège Saint-Sauveur ou Séminaire d’Hennin :

  • 16 Allusion au profit que peut laisser la gestion du pensionnat.

44Le président du Collège ou Séminaire d’Hennin a 1700 £ d’appointement depuis qu’il n’a plus les profits de l’économie16 ; il avait auparavant 750 £. Le 1er préfet 562 £ 10 s., le 2e préfet 187 £ 10 s.

45Collège ou Séminaire de la Motte :

46Le président du Collège ou Séminaire de la Motte a 500 £ d’appointement. Le préfet 150 £.

47Collège ou Séminaire de la Torre :

48Le président du Collège ou Séminaire de la Torre a 452 £ 10 s. d’appointement. Le préfet 200 £.

49Séminaire de Tournai :

50Le président du Séminaire de Tournai n’a point d’appointement.

51Collège de Nobles :

52Le président du Collège ou Hôtel des Nobles a 675 £ d’appointement.

53Collège Ecossais :

54Le principal du Collège Ecossais a 1200 £ d’appointement, le sous-principal 90 £ (Lettres patentes du 8 juillet 1769, art. 7 et 8).

55Collège Irlandais :

56Le président du Collège ou Séminaire Irlandais a 800 £ d’appointement. Le vice-président ou préfet 500 £. (Lettres patentes du mois de janvier 1769, art. 13).

57Collège de Saint-Amand :

58Le président du Collège de Saint-Amand a 2400 £.

59Collège ou Séminaire de Saint-Amé :

60Le président du Collège ou Séminaire de Saint-Amé n’a point d’appointement.

61Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs :

62Le président du Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs a 125 £ d’appointement.

63Collège ou Séminaire Hattu :

64Le président du Collège ou Séminaire Hattu a 200 £ d’appointement.

65Collège ou Séminaire Delannoy :

66Le président du Séminaire Delannoy a 200 £ d’appointement.

67Chacun des professeurs, des principaux et des préfets cy-dessus repris avaient en outre sur les consommations des exemptions plus ou moins fortes relatives a leur qualité de professeur roïal, de gradué ou d’ecclésiastique. Chacun desdits principaux (à l’exception de ceux des Collèges anglais, d’Hennin et d’Anchin) a, en sus, les profits de l’économie.

  • 17 L’intendant de Flandre.

685° Les collèges et maisons d’education sont sous la surveillance immediate des proviseurs, sous celle médiate du Conseil de l’Université, et sous la surveillance autrefois du Commissaire departi en la province17, aujourd’hui représenté par MM. les Administrateurs du Département.

69On donne dans l’Université de Douai le nom de proviseur aux administrations soit de la dot, soit des collèges ou séminaires, soit des fondations.

70Professeurs des cinq facultés :

71Les proviseurs de la dot, qui sont ceux qui sont préposés a l’administration relative aux chaires de théologie, de droit, de médecine, et aux chaires de la faculté des arts, sont le recteur et les professeurs roïaux de l’Université, le maire et les deux premiers officiers municipaux de la ville de Douai.

72Proviseurs du Collège du Roi :

73Les administrateurs du Collège du Roi sont le recteur et deux députés du Conseil de l’Université : ce sont aujourd’hui Messieurs Cahuac, professeur en droit, et Parfait, professeur de la langue hebraïque.

74Administrateurs du Collège d’Anchin :

  • 18 Edit du Roi portant règlement pour les Collèges... février 1763.

75Le Collège d’Anchin est administré par un bureau composé suivant la forme de l’edit du mois de février 176318.

76Administrateurs de Saint-Vaast :

77Les administrateurs du Collège de Saint-Vaast sont l’abbé, le Grand-Prieur, le Grand-Prévôt de l’abbaye de Saint-Vaast, le prieur des Benedictins anglais, et le principal du neuf collège ; ils peuvent s’assumer un 6e proviseur.

78Collège des Anglais :

79Il n’y a point d’administrateurs particuliers du Collège des Anglais.

80Collège des Benedictins anglais :

81Il n’y a point d’administrateurs particuliers du Collège des Benedictins anglais.

82Proviseurs du Séminaire du Roi :

83Les proviseurs du Séminaire du Roi sont MM. Chevalier et Desplancq, nommés par brevet du roi.

84Proviseurs du Collège ou Séminaire des Six-Prêtres :

85Les proviseurs du Collège ou Séminaire des Six-Prêtres sont les deux professeurs primaires de théologie, et deux parens, qui sont aujourd’hui MM. Becquet et Remi de Campeau.

86Proviseurs du Séminaire des Evêques :

87Les proviseurs du Séminaire des Evêques sont l’Archevêque et le vicariat de Cambray.

88Proviseurs du Collège ou Séminaire Moulart :

  • 19 Collégiale Saint-Amé de Douai.
  • 20 Pas-de-Calais, 20 km S.-O. d’Arras.

89Les proviseurs du Collège ou Séminaire Moulart sont l’Evêque d’Arras et deux parens du fondateur, qui sont aujourd’hui MM. De Beaubal, chanoine de Saint-Amé19 et Cuvilier, curé de Souastre20.

90Proviseurs du Collège ou Séminaire d’Hennin :

  • 21 Surintendant.

91Les proviseurs du Collège ou Séminaire d’Hennin sont M. de Nédonchel, surintend.21, en qualité de plus proche du fondateur, le Prieur des Chartreux de Douai, et M. Beghin, professeur de mathématiques.

92Proviseurs du Collège ou Séminaire de la Motte :

93Les proviseurs du Collège ou Séminaire de la Motte sont le recteur et deux membres du conseil de l’Université ; ces deux membres sont MM. Simon, professeur en droit et Leonard, professeur de la langue grecque.

94Proviseurs du Collège ou Séminaire de la Torre :

95Les proviseurs du Collège ou Séminaire de la Torre sont Mr. de Lauretan, en qualité de parens du fondateur, à leur défaut, l’administration appartiendroit au Prevôt de Notre Dame à Bruges.

96Proviseur du Séminaire de Tournai :

97Mr. l’Evêque de Tournay est proviseur du Séminaire de ce nom.

98Proviseurs du Collège ou Hôtel des Nobles :

99Les proviseurs de l’Hôtel ou Collège des Nobles sont le recteur de l’Université, le Lieutenant général de la Gouvernance de Douai aux lieu et place du Gouverneur de la province, le maire de la ville et le prieur des Carmes Déchaussés.

100Proviseurs du Collège des Ecossais :

101Le Collège Ecossais a un bureau dans la forme de Ledit du mois de fevrier 1763.

102Proviseurs du Collège des Irlandais :

103Le Collège des Irlandais a pour administrateurs l’Evêque diocésain ou son représentant, le Lieutenant général et le Procureur du roi de la Gouvernance de Douai, les président et principal des Collèges Anglais et Ecossais, et le principal du Collège même des Irlandais (Lettres patentes du mois de janvier 1769, art. 2).

104Proviseur du Collège ou Séminaire de Saint-Amand :

105L’abbé de Saint-Amand ou le Supérieur régulier de cette abbaye est proviseur du Collège ou Séminaire de Saint-Amand.

106Proviseurs du Collège ou Séminaire de Saint-Amé :

107Les proviseurs du Collège ou Séminaire de Saint-Amé sont deux membres choisis par le chapitre de Saint-Amé (MM. Chevalier et Froissard) et M. Ernotte en qualité de régent du Collège du Roi.

108Proviseurs du Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs :

109Le doyen de Saint-Pierre est proviseur du Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs.

110Proviseurs du Collège ou Séminaire Hattu :

111Les proviseurs du Collège ou Séminaire Hattu sont le curé de Saint-Pierre, le procureur de la commune de Douai, et M. Becquet, en qualité de parent du fondateur.

112Proviseurs du Collège ou Séminaire de Lannoy :

113Les proviseurs du Collège ou Séminaire de Lannoy sont le doyen de Saint-Amé et M. Delannoy, docteur en médecine, en qualité de parent du fondateur, ces deux proviseurs peuvent s’en assumer un troisième.

114Proviseurs des fondations pieuses :

115Il y a en outre des fondations connues sous le nom de fondations pieuses : ce sont celles que les fondateurs n’ont annexées à aucune maison, et dont on peut jouir par tout où on demeure, pourvu que ce soit dans la ville de Douai, et que l’on étudie dans l’Université. Ces fondations sont administrées par le recteur et deux députés du Conseil de l’Université, aujourd’hui MM. Desplancques et Chevalier.

  • 22 Date laissée en blanc dans le mémoire.

116Mr. Defosse est receveur de la dot de l’Université. Par arrêt du Conseil d’Etat du roi du 6 8bre 1736 il a été établi un Receveur général pour toutes les fondations de l’Université, excepté les Collèges Anglais, de Saint-Vaast, Moulart et la Torre. En...22, on confia a un receveur particulier la recette des revenus des Collèges d’Anchin et Ecossais. Le Séminaire des Irlandais n’a point d’autre receveur que le président. (Lettres patentes du mois de janvier 1769, art. 12). Les Séminaires de Saint-Amand, de Saint-Amé, des Sept-Douleurs, Hattu et Delannoy ont des receveurs particuliers. M. Mathieu Le Fevre vient d’être nommé Receveur général des fondations, ses droits et ses devoirs sont consignés dans l’arrêt du Conseil du 6 8bre 1736 ; il l’était depuis long-tems du Collège ou Séminaire Moulart. M. Yolent est receveur du Collège d’Anchin. Mr. Lemaire de Terrifossé est receveur du Collège des Ecossais, et du Séminaire Hattu. Les présidents des Collèges ou Séminaires de Saint-Vaast, de la Torre, de Saint-Amand, de Saint-Amé, des Sept-Douleurs et Delannoy sont les receveurs respectifs de ces établissemens.

1176° La faculté de théologie est composée de cinq professeurs : l’un des deux primaires explique l’écriture Sainte, l’autre donne les controverses sur l’écriture Sainte. Les 3e et 4e professeurs enseignent la théologie scholastique, dogmatique et morale. Le cinquieme donne une introduction à l’étude des conciles, des Pères et de la théologie.

118L’ancien des professeurs de droit enseigne les matieres canoniques ; le second le Code de Justinien ; le 3e le digeste ; le 4e les institutes ; et le professeur de droit français enseigne les principes et les elements de ce droit, et en particulier de celui qui est observé dans le Pays-Bas français.

119Le premier professeur de medecine enseigne le traitement des maladies, le second les institutions de medecine, et le 3e donne les leçons d’anatomie, de chirurgie et de botanique.

120L’un des professeurs royaux des arts enseigne la langue hebraïque, le second la langue grecque, le 3e l’histoire et le 4e les mathématiques.

121On enseigne la philosophie au Collège d’Anchin ; il y a deux professeurs de philosophie, on y enseigne les humanités ; il y a six professeurs ou régens d’humanité.

122On enseigne la théologie au Collège de Saint-Vaast. Deux professeurs enseignent la scholastique, et le 3e donne des leçons sur les cas de conscience. La philosophie y est aussi enseignée par quatre professeurs, deux de logique et deux de phisique.

123Au collège des Prêtres anglais on enseigne la théologie, la philosophie et les humanités ; deux professeurs de théologie, deux de philosophie et cinq d’humanités.

124Dans les autres établissemens ci-dessus, les Superieurs font à ceux qui y demeurent, des répétitions connues sous le nom de conférences ou academies, sur les leçons que les ecoliers vont prendre dans les ecoles publiques.

1257° L’enseignement est gratuit dans toutes les ecoles de l’Université, même dans celles de droit et de medecine ; ce que les ecoliers y payent en prenant leurs inscriptions, n’est qu’une avance sur les droits a acquitter pour obtenir les degrés qu’ils sont obligés de prendre dans ces facultés, pour pouvoir exercer les professions d’avocat et de medecin.

  • 23 Cf. note 12.

126Les droits pour les grades tant en théologie qu’en droit et en medecine sont modiques : on en voit le détail dans le tarif annexé au réglement de 174923.

127Le professeur de droit français ne participe point à ces droits : il a quinze francs par chaque licentié, edit du mois de janvier 1750, art. 3.

128Le professeur d’anatomie, chirurgie et botanique ne participe pas non plus aux droits repris au tarif de la faculté : il a 25 £ par chaque ecolier, déclaration du roi du 2 mai 1752, interprétation de l’article 238 du réglement général de 1749.

1298° Le cours de théologie finit en 4 ans, ceux de droit et de médecine en 3 ans. Le cours de philosophie en 2 ans, celui des humanités en 6 ans. Il n’y a point de cours reglé pour les mathématiques, les langues hébraïque et grecque, ni pour l’histoire.

130 Régime. Dans les collèges on donne des leçons publiques, les ecoliers sont sous le régime du principal et des professeurs. Dans les autres collèges ou séminaires, ils sont soumis à un ou plusieurs superieurs, connus sous les noms de président, préfet, etc. Hors des ecoles et des collèges ou séminaires, l’Université les fait surveiller par son promoteur.

131 Subordination. On connaît assés les moyens employés pour maintenir la subordination dans les ecoles d’humanités ; dans celles de philosophie on punit les fautes legeres par des amendes au profit des pauvres ; les fautes plus graves, ainsi que celles des ecoliers des facultés supérieures, sont déférées au Tribunal de l’Université qui condamne le délinquant à des amendes plus fortes, à la prison, à la suspension ou privation de bourses, et quelque fois à l’expulsion hors de l’Université.

132Les exhortations, les avis paternels, les reprimandes secretes ou publiques suivant l’exigence des cas, le renvoi des incorrigibles, et sur tout le temoignage plus ou moins avantageux que les ecoliers espérent de leurs Supérieurs, et que ceux-ci ne donnent que suivant leur ame et conscience et avec la plus grande circonspection. Tels sont les moyens employés dans l’intérieur des maisons pour y maintenir l’ordre et la surbordination.

133 Discipline. Outre les regies générales de discipline prescrites par l’edit de 1749, les superieurs de chaque maison tiennent la main à l’exécution de leurs reglemens particuliers, qui regardent principalement l’ordre et la distribution des exercices de chaque jour. On s’y leve ordinairement à 5 heures pendant l’hyver et à 4 heures et demie pendant l’été. On s’y couche en tout tems à 9 heures du soir. L’intervalle est partagé entre la piété et l’étude. Les prières du matin et du soir s’y font en commun. Les humanistes et les philosophes assistent à la messe dans les collèges où ils vont prendre les leçons ; les théologiens l’entendent tous les jours dans les maisons où ils demeurent, et ils la chantent ainsi que les vêpres, les fêtes et dimanches. Le reste du tems qui n’est pas emploïé a prendre les leçons publiques est destiné à l’étude, qui n’est interrompue que pour les repas, et pour quelques moments de récréation, lors qu’elle est nécessaire.

134Les supérieurs visitent les ecoliers dans leurs chambres dans les tems qu’ils doivent y être retirés et s’assurent s’ils y etudient. Ils les rassemblent à certaines heures pour leur faire des conférences ou répétitions sur les matières qu’ils ont du etudier. Chaque jour on fait aux ecoliers de théologie deux de ces conferences sur l’ecriture Sainte et on en fait au moins trois par semaine sur la dogmatique et la morale. On fait également de ces conferences deux ou trois fois par semaine aux étudiants en philosophie, les quels d’ailleurs ont dans les écoles une demie heure d’exercice en chaque classe. L’usage de rendre les places tous les mois et de distribuer des prix à la fin de l’année subsiste encore dans les écoles de philosophie de Douay ; c’est peut-être la seule Université du roïaume où l’on ait conservé ce moyen si puissant pour soutenir l’application, en excitant l'émulation.

13510° Collège public :

136Il y a au Collège public 160 écoliers de théologie, il y en a ordinairement 200 et plus. Il y a cinquante étudiants en droit, 30 en medecine, 20 qui prennent les leçons royales des arts, personne n’y demeure.

137Collège du Roi :

138Il y a au Collège du Roi 44 écoliers en logique, 44 en phisique dont 28 logés au collège. Le reste est externe.

139Collège d’Anchin :

140Il y a au Collège d’Anchin 18 écoliers en phisique, 38 en logique, 140 dans les humanités, dont 32 logés au pensionnat, le reste externe.

141Collège de Saint-Vaast ;

142Il y a au Collège de Saint-Vaast 31 écoliers en phisique, 84 en logique dont 35 logés au neuf Collège et 8 logés au vieux Collège. 44 en théologie.

143Collège des Prêtres anglais :

144Au collège des Prêtres anglais il n’y a point d’externes. Il y a 140 écoliers.

145Collège ou Séminaire du Roi :

146Il y a 49 étudiants en théologie.

147Séminaire des Evêques :

148Il y a 39 écoliers, dont partie de théologie, partie de philosophie.

149Collège ou Séminaire Moulard :

15033 écoliers, dont partie de théologie, partie de philosophie.

151Collège de Notre Dame de la Foi :

15250 écoliers, dont partie de théologie, partie de philosophie.

153Collège ou Séminaire d’Hennin :

154104 écoliers de théologie.

155Collège ou Séminaire de la Motte :

15634 écoliers, les uns humanistes, philosophes, juristes, les autres de théologie.

157Collège ou Séminaire de la Torre :

15838 écoliers tant de théologie que de philosophie.

159Séminaire de Tournay :

16016 écoliers, tant philosophes que juristes.

161Hôtel ou Séminaire des Nobles :

16216 écoliers, les uns de théologie, les autres de philosophie et de droit.

163Collège des Ecossais ;

16414 écoliers, partie humanistes, partie philosophes et théologiens.

165Collège ou Séminaire Irlandais ;

  • 24 Irlandais.

16616 écoliers, Hibernois24.

167Collège ou Séminaire de Saint-Amé :

168Cinq écoliers humanistes.

169Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs ;

170Cinq écoliers humanistes.

171Séminaire Hattu :

172Dix écoliers humanistes.

173Collège ou Séminaire de Lannoy :

17412 écoliers humanistes.

175On doit observer ici que, depuis nombre d’années, toutes les maisons de l’Université étaient constamment remplies et qu’il y restait rarement des places vacantes, mais les troubles de l’été dernier ont fait deserter un grand nombre d’écoliers et ont été la cause que bien des parens n’ont osé cette année envoyer ici leurs enfans, malgré les assurances qu’on leur donnait, que la tranquilité était parfaitement rétablie, et qu’on n’avait plus rien à craindre. C’est a cette cause qui n’est qu’ephemere et instantanée qu’on doit attribuer le petit nombre d’écoliers qui s’est trouvé ici le 20 8bre dernier dans plusieurs maisons qui peuvent en contenir un beaucoup plus grand nombre et qui étaient complettes les années précédentes.

17611° Au Collège public les écoles de théologie peuvent contenir 2 à 300 écoliers. Les écoles de droit, plus de cent écoliers. Celles de medecine une cinquantaine. Celle des arts un pareil nombre.

177Au Collège du Roi, les écoles peuvent contenir 2 a 300 écoliers. Le pensionnat peut en contenir 70.

178Au Collège d’Anchin les classes de philosophie peuvent contenir 200 écoliers. Celle des humanités 300, le pensionnat 80.

179Au Collège de Saint-Vaast, les classes de théologie et de phisique peuvent contenir chacune cent écoliers, celles de logique 300. Le pensionnat du neuf collège 75, le pensionnat du vieux collège 30.

180Le Collège des Prêtres anglais peut contenir 180 écoliers.

181Le Collège ou Séminaire du Roi peut loger 70 écoliers.

182Le Collège ou Séminaire des Evêques : 60.

183Le Collège ou Séminaire Moulart : 60.

184Le Collège ou Séminaire de Notre Dame de la Foi : 67.

185Le Collège ou Séminaire d’Hennin : 104.

186Le Collège ou Séminaire de la Motte : 67.

187Le Collège ou Séminaire de la Torre : 40.

188Le Séminaire de Tournai : 45.

189Le Collège ou Hôtel des Nobles : 22.

190Le Collège Ecossais : 40.

191Le Collège ou Séminaire Irlandais : 30.

192Le Collège ou Séminaire de Saint-Amé : 7 a 8.

193Le Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs : 7.

194Le Collège ou Séminaire Hattu : 15.

195Le Collège ou Séminaire Delannoy : 16.

19612° Les boursiers du Collège d’Anchin sont admis entre 9 et 12 ans. Les parens de M. Moulart ne peuvent jouir des bourses qu’il a fondées en leur faveur qu’à Page de 12 ans. Partout ailleurs Page n’est pas déterminé, on y est reçu à l’âge compétent pour acquerir les sciences qu’on doit ou qu’on veut étudier.

19713° Les bâtimens des maisons de l’Université sont neufs, pour la plupart, ou aussi solides que neufs. Les Collèges ou Séminaires de la Torre, de Tournay, et des Sept-Douleurs sont moins solides, mais avec un peu d’entretien, ils peuvent encore durer long-tems.

198Le rez-de-chaussée de toutes ces maisons, outre les écoles ou il y en a de publiques, contient une salle pour les exercices de piété et d’étude, un réfectoire, une cuisine, deux ou tout au plus trois pièces pour le Supérieur et une chapelle dans les établissemens destinés en tout ou en partie à des écoliers de théologie, les étages supérieurs sont tous destinés au logement des écoliers qui ont partout une chambre particuliere.

19914° Des 23 établissemens repris sous la 1 ere question, celui relatif aux professeurs royaux au Collège public a pour revenu la dot et la questure. La dot consiste en pensions sur des abbayes, la ville de Douai et le Collège d’Anchin. L’abbaye de Saint-Amand paye 2500 £, celle de Saint-Bertin 4175 £. L’abbaye de Saint-Eloy 3000 £. La ville de Douay 1875 £ et le Collège d’Anchin 8000 £. Tout est employé chaque année au payement des professeurs roïaux et des officiers de l’Université, conformément au tarif annexé à l’edit de 1749 et aux lettres patentes du 1er mai 1767. Il y a une erreur de calcul dans ces lettres patentes qui opère annuellement une courtresse de 100 £. Heureusement que la moitié des appointemens des chaires pendant leur vacance est au profit de la dot : sans cette petite ressource, il y a long-tems qu’elle serait oberée, mais elle est au courant, on ne commence cependant à payer aux professeurs leurs appointemens d’une année qu’après qu’elle est finie ; ils ne recoivent même ces appointemens en entier que quatre mois après.

200Les revenus de la questure consistent dans les modiques droits que les écoliers payent pour l’immatriculation et les degrés. Ces droits sont repris au tarif annexé a l’édit de 1749. Ces revenus sont employés aux dépenses générales que l’Université est obligée de faire pour maintenir la police, ses droits, payer les deputations, les frais de procedure. La questure est aujourd’hui dans la plus grande détresse, elle a bien de la peine a subvenir à ses charges.

201Des 22 autres établissemens, repris sous la 1ere question, il en est deux qui n’ont aucun revenu, ce sont les Séminaires des Evêques et de Tournay. Les présidents n’ont d’autre ressource que les pensions des écoliers qui demeurent chés eux. L’un et l’autre sont chargés de l’entretien des bâtimens, il y a une vingtaine d’années qu’on a reconstruit presqu’entierement le Séminaire des Evêques, cette reconstruction a été faite en partie avec des aumones ; sur le surplus, il reste de 9 a 10 mille livres au président actuel qui en a fait les avances, et a qui on a cedé la jouissance d’un jardin voisin, qui appartient au Séminaire et en faisait autrefois partie, jusqu’à ce qu’il soit remboursé.

202Les deux collèges anglais ont très peu de biens fonds. Le principal revenu fixe de celui des Benedictins est une pension de 6000 £ environ que lui paye l’abbaye de Saint-Vaast a Arras et le principal revenu du Collège des Prêtres anglais consiste en une pension de 5000 £ environ que paye le souverain pontife. Ces deux pensions ne suffisent point pour nourir et entretenir soit les religieux Beneedictins, soit les professeurs et boursiers du Collège des Prêtres anglais ; leurs ressources consistent dans les pensions qu’ils reçoivent des parens de leurs écoliers et dans les liberalités que les Anglais y font en reconnaissance de l’éducation qu’ils y ont reçue.

203Le Collège du Roi à 2750 £ de revenu de la principale fondation, y compris 416 £ 5 s. qui se distraient, à son profit, de la pension que paye l’abbaÿe de Saint-Bertin.

204Il y a 2800 £ des fondations de Smith, de Rithove et de Le Mire qui y sont annexées.

205Le Collège d’Anchin à 60 000 £ de revenu, environ. Par la suppression des dimes et du régime féodal, ses revenus souffriront chaque année un déchet qu’on peut évaluer 2500 £ environ.

206Le Collège de Saint-Vaast a 21 000 £ de revenu environ.

  • 25 Abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer.

207Le Séminaire du Roi a 7000 £ de sa principale fondation, y compris 416 £ 5 s. qui se distraient, à son profit de la pension que paye l’abbaye de Saint-Bertin25. Il y a 6000 £ des fondations de Geertman, Spillart, Le Mire, Malfaix, Danel et Louis Taisne qui y sont annexées.

208Le Collège des Six-Prêtres ou du Soleil a 2500 £ de revenus environ.

  • 26 1684 dal de blé et d’avoine.
  • 27 Descarpentries.

209Le Collège ou Séminaire Moulart a, pour revenu de sa fondation principale 200 rasières des blés de rente et 200 rasières26 d’avoine de rente dont le prix varie chaque année. Il y a 3000 £ environ des fondations des Carpentier27, De Penel, Boulogne, Morelle, Vaxius, Thery, Dumont, Caille qui y sont annexées.

210Le Collège ou Séminaire de Notre Dame de la Foi a pour revenu de ses fondations principales, qui sont celles de Bossemins, Colvenere et Vancouverden, 13 000 £ environ. Il y a 3500 £ environ des fondations de Nybelen, La Préelle, Desgardin, Lemaire, Braeme, Amand qui y sont annexées.

211Le Collège ou Séminaire d’Hennin a pour revenu 20 à 24 mille livres. On observe que les principaux revenus des Collèges ou Séminaires de Notre Dame de la Foi et d’Hennin consistent en rendage en nature, dont le taux varie, suivant le prix des grains on est ici parti du prix des années 1788 et 1789 qui était très haut.

212Le Collège ou Séminaire de la Motte a 2400 £ de revenu de sa principale fondation. Il a 400 £ de revenu des fondations de Rubus et de Mauville qui y sont annexées.

213Le Collège ou Séminaire de la Torre a 4500 £ de revenu.

214Le Collège ou Hôtel des Nobles a 6000 £ de revenu, qui augmente ou diminue en proportions du prix des grains.

215Les administrateurs des Collèges ou Séminaires Ecossais et Irlandais ont eu quelque délicatesse de donner des renseignemens sur l’importance de leurs revenus, ils s’en sont excusés sur le décret, qui maintient leur établissement.

216Sur les revenus du Collège ou Séminaire de Saint-Amand il paraît qu’il y a une contestation entre le président de cet établissement, et son abbaye.

217Les revenus du Collège ou Séminaire de Saint-Amé sont de 1500 francs environ.

218Le Séminaire Hattu a 2000 £ environ de revenu.

219Le Collège ou Séminaire Delannoy a 2600 £ ou environ de revenu. Les revenus des fondations pieuses non annexées à aucun des établissements ci-dessus sont de 5000 £ environ.

22015° Les charges acquittées, tout le reste est employé en bourses pour les écoliers ; elles se donnent par la voie de concours lorsqu’elles ne sont pas occupées par des individus de certaines familles, ou de certains pays à qui les fondateurs ont accordé la préférence. Les bourses qui ne suffisent pas pour la nourriture d’un écolier se payent suivant leur valeur au boursier qui est obligé de suppléer à ce qui manque pour sa pension annuelle. Les bourses pleines se payent ordinairement aux supérieurs des maisons, à raison de la modique somme de 17 s. et demi par jour d’habitation de chaque boursier. Les vacances et absences sont diminués et tournent au profit des fondations. Il n’y a que les Collèges d’Anchin et des Nobles ou les pensions des boursiers soient plus fortes.

221Collège du Roi :

222La fondation principale du Collège du Roi est pour l’entretien des bâtimens, les appointemens et la nourriture du principal et des professeurs, et la dépense pour la distribution des prix. La fondation de Smith, pour des Brabançons et des Flamands, à leur défaut les bourses se donnent au concours. La fondation de Rhithove, au concours. La fondation de Lemire, deux bourses pour deux philosophes au Collège du Roi, une bourse pour un théologien au Séminaire du Roi. Les parens ont la préference, à défaut des parens les bourses se donnent au concours.

223Collège d’Anchin :

  • 28 L’expulsion des Jésuites entraîne la suppression du collège d’Armentières en 1767. Ses biens sont (...)

224Les revenus du Collège d’Anchin servent d’abord aux appointemens et nourriture des principal, sous-principal, professeurs et maîtres de quartiers à la dépense pour la distribution des prix, à l’entretien et reconstruction des bâtimens. Il y a 21 bourses fondées dans ce collège. Les administrateurs y en ajoutent 2 ou 3 d’émulation chaque année. 12 de ces bourses sont pour des enfans d’Armentières nommés par les officiers municipaux de la même ville28. Il y en a 9 à la nomination des abbés et religieux d’Anchin. Ces boursiers ne peuvent être reçus qu’entre 9 et 12 ans, mais ils peuvent jouir de leurs bourses jusqu’à la fin de leurs cours de philosophie. Lettre patentes du 1er mai 1767.

225Collège de Saint-Vaast :

226Les revenus du Collège de Saint-Vaast servent à fournir aux principal et professeurs les traitemens rappellés en la 4eme question, ils servent à la dépense pour la distribution des prix, à celle de l’entretien et des reparations des Collèges de Saint-Vaast, des bâtimens des collèges et de la maison des Benedictins anglais. On leve sur ces revenus 5215 £ annuellement qui sont employées à 12 bourses de pleine table, et le surplus en autres bourses de differentes proportions.

227On donne sur les mêmes revenus une bourse annuelle de 100 florins à chaque prêtre Irlandais qui y fait sa philosophie ou sa théologie.

228Séminaire du Roi :

229Les revenus de la fondation principale du Séminaire du Roi sont employés à deux tiers de la dépense de l’entretien et des réparations des bâtimens et à deux tiers des pensions des président et préfet. Le surplus en bourses qui se donnent par la voie du concours.

230La fondation Geertman fournit à l’autre tiers des dépenses de l’entretien et des reparations des batimens et du payement des pensions du président et préfet. Le surplus des revenus de cette fondation est employé en bourses qui se donnent au concours, lorsqu’elles ne sont pas remplies par des Brabançons ou Flamands. Les revenus de la fondation Danel sont employés en bourses qui se donnent au concours, au quel néanmoins ne sont admis que les écoliers de Bapaume et des environs.

  • 29 Hazebrouck.

231Les revenus de la fondation Spillart sont employés en bourses pour un ou deux écoliers d’Hasebroucque29 ou des environs.

232La bourse de la fondation de Lemire se donne au concours, à défaut de parent. Il en est de même de la bourse de la fondation de Saint-Laurent.

233La bourse de la fondation de Malfaix est destinée aux écoliers d’un village près de Tournai, lieu de la naissance du fondateur, et à leur défaut on la donne par la voie du concours.

234Les deux bourses de la fondation de Louise Taisne se conféérent par les parens de la fondatrice.

235Collège ou Séminaire des Six-Prêtres, dit du Soleil·.

236Les revenus du Collège ou Séminaire des Six-Prêtres, dit du Soleil, sont employés en bourses qui se donnent à des prêtres qui font leur licence, ou qui rendent service dans quelque établissement de l’Université, qui ne leur procure que des appointemens trop modiques. Ceux qui ont ces bourses sont chargés de celebrer un grand nombre de messes ordonnées par le fondateur.

237Collège ou Séminaire de Notre Dame de la Foi :

238La fondation de Vancouverden entre pour la moitié dans les reconstructions, les réparations des bâtimens, et les honoraires des président et préfet.

239Celles de Colvenere et de Bossemins y entrent chacune pour un quart.

240Les bourses de Bossemins se donnent au concours.

241Celles de Desgardins se conferent par les parens de la fondatrice.

  • 30 Pas-de-Calais, 25 km O. d’Arras.

242La bourse de la fondation de Lemaire se donne à un parent du fondateur, ou à un de ses compatriotes, natif de Nuncq aux environs de Frevent en Artois30.

243Les revenus de la fondation de Braems sont employés en bourses pour des étudians en philosophie, qui ont fait leurs humanités à Lille.

244Les bourses de la fondation d’Amand se donnent 1° à ses parens, 2° à ses compatriotes, natifs de Dinant-sur-Meuse, 3° aux enfans de Douai.

245Trois des bourses de la fondation de Colvenere se donnent par les bourgmestre, échevins et curé d’Alost à trois théologiens de leur pays. Les autres bourses se donnent à des étudians en théologie, nés dans la Flandre, le Brabant, la Hollande, la Gueldre, les pays de Cleves, Juliers, Zutphen, Utrecht et les provinces voisines où l’on parle flamand.

  • 31 Cf. Th. Maes et coll., Culturhustorische Atlas, Namur, Wesmael-Charlier, 1976, carte 56.

246On peut jouir des bourses de la fondation Vancouverden depuis le commencement de la philosophie jusqu’à la fin de la théologie : ceux du duché de Cleves, compatriotes du fondateur y sont appellés par préference. A leur défaut on les donne à ceux des pays de Gueldre, Hollande, Utrecht, Frise, Zélande, Juliers et Westphalie31.

247Les bourses de la fondation de Nybelen se donnent à défaut de parens à des natifs du comté de Walkemberg, domination hollandaise près de Maestricht.

248Les bourses de la fondation de la Préelle se donnent à deux étudians en théologie.

249Collège ou Séminaire d’Hennin :

250Les revenus du Collège ou Séminaire d’Hennin sont employés aux reconstructions, réparations des bâtimens, aux honoraires des président et préfet, et le surplus en bourses, qui se donnent par la voie du concours, à l’exception de 8 bourses qui se conféérent à 8 sujets du diocèse d’Ypres, domination autrichienne.

251Collège ou Séminaire de la Motte :

252Les revenus du Collège ou Séminaire de la Motte sont employés aux reconstructions, reparations de bâtimens, honoraires des président et préfet, et le surplus en bourses qui se conférent indifferemment à des écoliers en toutes facultés.

253Collège ou Séminaire de la Torre :

254Les revenus du Collège ou Séminaire de la Torre sont employés aux reconstructions, réparations des bâtimens, honoraires des président et préfet, et le surplus en bourses pour des écoliers du diocèse de Bruges.

255Collège ou Hôtel des Nobles :

  • 32 Les Pays-Bas au temps de Charles Quint.

256Les revenus du Collège ou Hôtel des Nobles sont employés aux reconstructions, entretien des bâtimens, honoraires du président ; il y a deux bourses pour les parens du fondateur, les autres à des enfans des 17 provinces32.

257Collège Ecossais :

258Les revenus du Collège Ecossais servent aux reconstructions et reparations des bâtimens, honoraires des principal et sous-principal. Le reste des revenus du Collège doit être employé à loger, nourir, entretenir, elever, instruire et soigner gratuitement tant en santé qu’en maladie, des jeunes gens issus de pere et mere Ecossais faisant profession de la religion catholique, choisis par les Chefs catholiques de 8 familles nobles écossaises, et pris entre les familles les plus nombreuses et les moins opulentes de l’Ecosse. Lettres patentes du 8 juillet 1769.

259Collège ou Séminaire Irlandais :

260Les revenus du Collège Irlandais sont employés aux reconstructions et reparations des bâtimens, honoraires des président, vice-président ou préfet. Le surplus en bourses pour des irlandais.

261Collège ou Séminaire de Saint-Amé :

262Les revenus du Collège ou Séminaire de Saint-Amé servent aux reconstructions et réparations des bâtimens. Le surplus est employé en bourses que l’on donne à des humanistes, qui les conservent tout le cours de philosophie, et même de théologie.

263Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs :

264Les revenus du Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs servent aux reconstructions et réparations des bâtimens, au payement des honoraires du président. Le surplus est employé en bourses qui se donnent à des humanistes, qui les conservent pendant tout le cours de philosophie, et même de théologie.

265Collège ou Séminaire Hattu :

266Les revenus du Collège ou Séminaire Hattu servent aux reconstructions et réparation des bâtimens, au payement des honoraires du président. Le surplus est employé en bourses qui se donnent à des étudians, enfans de Douai, depuis la grammaire ou 4eme jusqu’à la rhétorique.

267Collège ou Séminaire Delannoy :

268Enfin les revenus du Collège ou Séminaire Delannoy servent aux réconstruction et réparations des bâtimens, au payement des honoraires du président. Le surplus est employé en bourses, qui se donnent à des humanistes.

  • 33 Aire-sur-la-Lys, Pas-de-Calais, 15 km S.-E. de Saint-Omer.

269Quant aux fondations pieuses dont nous avons donné la définition sous la 5e question, les revenus de la fondation de Gazet sont employés en deux bourses, l’une pour un étudiant en philosophie ou théologie, natif d’Arras, l’autre pour un jeune homme d’Aire33, également étudiant en philosophie ou théologie.

270Les revenus de celle de Gosson pour un jeune homme natif d’Arras, étudiant en philosophie ou théologie.

  • 34 Nord, 18 km. S.-O. de Valenciennes.

271Celle de Jean Taisne pour un jeune homme natif de Bouchain34, étudiant en philosophie ou théologie.

272Celle de Tramecourt pour dix bourses, pour des jeunes gens natifs de l’Artois, étudians en philosophie ou théologie.

273Celle de Jacques Hamel pour quatre bourses pour des étudians en philosophie.

274Celle de Rubur pour trois bourses pour des étudiants en philosophie.

275Celle de Le Long pour des étudians en philosophie.

  • 35 Condé-sur-l’Escaut, Nord, 12 km. N.-N.E. de Valenciennes.

276Celle de Cambier, quatre bourses pour toutes les facultés en faveur des étudians des environs de Condé35.

277Celle de Baeugnies une bourse pour un jeune homme de Cambray, étudiant en philosophie ou théologie.

278Celle de Cuilbout, deux bourses pour toutes facultés pour des jeunes gens de Saint-Omer ou de Valenciennes.

279Celle de Lincelles, deux bourses pour des étudians en théologie, elles se donnent au concours.

280Celle de Pallant, huit bourses, pour ses parens et ceux de sa femme, à leur défaut, pour les natifs du diocèse de Cologne, étudians en philosophie ; à défaut de parens et de jeunes gens natifs du diocèse de Cologne, on les donne au concours au Collège du Roi.

281Celle de Saint-Laurent, une bourse pour un théologien, qui doit prendre la leçon de la langue grecque.

282Celle de Costerius, une bourse pour ses parens, à leur défaut, pour un philosophe natif d’Alost ou des environs.

283Celle de Merveil, une bourse pour un théologien. Il en est de même de la fondation d’Heren.

284Enfin la fondation de Lecomte pour un étudiant en théologie et en medecine alternativement.

  • 36 L. Mahieu, « Les pensions des Jésuites après la suppression de la Compagnie dans le Nord, et surto (...)

28516° Outre les charges que l’on a rangées parmi les objets auxquels les revenus sont employés, telles que les réconstructions, réparations des bâtimens, etc... les établissemens ci-dessus repris n’ont guères d’autres charges que celles des rentes foncieres, des impositons et de la célébration d’une quantité de messes. Si l’on excepte le Collège de Saint-Vaast qui paye sur ses revenus, comme on a vu sous la 14e question, une rente de 6000 £ environ aux Benedictins anglais ; et le Collège d’Anchin qui est chargé du payement de pensions aux Jésuites36, de 8000 £ pour l’Université, de la moitié du traitement du bibliothequaire et du suplément qui se paye au professeur de mathématiques, comme on l’a vu sous la 4e question. Il est entendu que chaque établissement est chargé des frais de régie et de recette de ses biens.

28617° Les derniers comptes de la recette générale ont été rendus par Mr. Marteau pour 1787.

287Les derniers comptes du Collège de Saint-Vaast ont été rendus pour 1787. La longue maladie et la mort de M. Mulet, dernier receveur, ont empêché jusqu’ici de rendre ceux des années suivantes.

288Les comptes du Collège ou Séminaire Moulart sont rendus jusqu’au 1er d’8bre 1790.

  • 37 Septembre.

289Les comptes du Collège ou Séminaire de la Torre sont rendus jusqu’au 30 7bre37 1790.

290Les derniers comptes rendus du Collège d’Anchin sont ceux de 1787 à 1788. Ceux de 1788 à 1789 sont prets, et l’on va s’en occuper. Ceux de 1789 à 1790 seront aussi rendus incessamment.

291Les comptes du Collège ou Séminaire de Saint-Amé sont rendus jusqu’au 1er 8bre 1790.

292Les comptes du Collège ou Séminaire des Sept-Douleurs se rendent exactement.

293Le dernier compte du Collège ou Séminaire Hattu est du 24 août 1790.

294Le dernier compte du Collège ou Séminaire de Lannoy est du 1er 8bre 1790 pour l’année 1789 à 1790.

29518° Par son dernier compte Mr. Marteau, receveur général, était demeuré débiteur de cent quatre vingt dix mille livres, en quoi étaient compris 30 mille livres de remboursemen non encore remployées. Depuis il reçut les revenus de 1788, en partie de ceux de 1789, mais il avait payé la dépense entiere des années 1788, 1789, et une bonne partie de celle de 1790. Il avait même fait à certaines fondations une avance considérable sur la dépense de 1791.

296A sa mort (le 11 juin dernier) on ne trouva pas un sol dans sa caisse. L’arrieré jusqu’au jour de sa mort s’est trouvé d’environ 50 mille livres. Ce qu’on a retiré jusqu’à présent à servi à continuer le payement de 1790, dont il reste encore aujourd’hui un quart à acquitter. Ainsi on peut dire que ces fondations n’ont rien en caisse, puisqu’il faut compter sur les revenus courans pour payer les dépenses courantes. C’est-à-dire, le reste des dépenses jusqu’au 1er 8bre 1790, et celles de l’année 1790 à 1791. Il est vrai que la veuve du M. Marteau qui a repris la succession de son mari et qui va rendre incessamment ses comptes par devant le Directoire du département, sera aussi débitrice d’une somme assés forte : mais il y a apparence qu’elle ne surpassera pas la valeur des biens que son mari lui a laissés et qui sont tous hypotéqués pour la sureté de la recette. Il faudra necessairement lui donner du tems pour faire rentrer ce qu’elle devra. En la pressant trop, il arriverait qu’on la rendrait insolvable sans aucun avantage pour les fondations qu’on exposerait à perdre une partie de ce qui leur est du ; au lieu qu’en lui accordant du tems, on peut tout recouvrer, et le service des fondations n’être pas interrompu.

297Les autres fondations sont au pair, à l’exception du Collège d’Anchin qui a en caisse 75 mille livres de France environ, mais dans cette somme il y a des capitaux deniers à réemployer, et jusqu’au 1er janvier 1791 il y a de forts payemens a faire sur tout cette année, ou la dépense des travaux est assés marquante. Ce qui, a cette époque, donnera un résultat de caisse tout à fait différent.

298Nous avons l’honneur d’être très parfaitement,

299Messieurs,

300Vos très-humbles et très obéissans serviteurs.

301Le maire et officiers municipaux de la ville de Douay.

  • 38 Placide de Bailliencourt, membre de la municipalité.

302de Baillancourt dit Courcol38

  • 39 Procureur.

303Franqueville
Deguersonniere
proc.39 de la Cour !

304J.B. Duchatel
Mellez

30529 novembre 1790

BIBLIOGRAPHIE

306C. Dehaisnes, « L’université de Douai en 1790. Lettres et mémoire de M. Placide de Bailliencourt publiés avec d’autres documents inédits », Mémoires de la Société impériale d’Agriculture, des Sciences et d’Arts de Douai, 1863-1865, t. 8, p. 210-265. Publication de la réponse de la municipalité de Douai.

307 L’Université de Douai (1560-1790), exposition du musée de Douai, 28 mai-15 septembre 1960, catalogue 83 p.

308L. Trénard, De Douai à Lille. Une université et son histoire, Lille, Presses de l’Université de Lille III, 1978, 145 p.

309 Douai, collège du Roi dans Les collèges français..., t. 2, p. 257-259.

310 Douai, collège d’Anchin dans Les collèges français..., t. 2, p. 261-268.

311 Douai, collège de Saint-Vaast dans Les collèges français..., t. 2, p. 269-272.

312 Douai, collège anglais dans Les collèges français..., t. 2, p. 275-280.

313 Douai, collège des bénédictins anglais dans Les collèges français..., t. 2, p. 283.

314 Douai, séminaire de la Motte dans Les collèges français..., t. 2, p. 268-269.

315 Douai, séminaire de la Torre dans Les collèges français..., t. 2, p. 272-273.

316 Douai, séminaire écossais dans Les collèges français..., t. 2, p. 280-282.

317 Douai, séminaire de Saint-Amé dans Les collèges français..., t. 2, p. 268.

318 Douai, séminaire des Sept-Douleurs dans Les collèges français..., t. 2, p. 273.

319 Douai, séminaire Hattu dans Les collèges français..., t. 2, p. 273-274.

320 Douai, séminaire irlandais ou de Saint-Patrick dans Les collèges français..., t. 2, p. 282.

321 Douai, séminaire de Lannoy dans Les collèges français..., t. 2 p. 274-275.

3. Marchiennes

322 Réponse de la municipalité de Marchiennes, 29 octobre 1790

323(A.D. Nord L 7546)

324Messieurs,

325En réponse a la lettre que vous nous avez fait l’honneur de nous écrire le 22 de ce mois relativement au régime et aux ressources naturelles des différents établissemens destinés à l’instruction de la jeunesse qui existent dans notre ville nous avons celui de vous dire qu’il n’en existe aucune : sinon qu’il y a deux maîtres d’école qui enseignent la jeunesse a lire, ecrire et l’arithmétique moiennant sallaire.

  • 40 Panier.

326Il est un de ces maîtres qui enseigne les pauvres gratuitement à qui la ville paie annuellement 132 florins et lui fournit vingt mannes40 de charbon de terre pour les chauffer pendant l’hivert.

327L’écolâtre de la paroisse qui est pretre enseigne égallement a lire ecrire et donne les principes latins aux ecoliers qui lui sont confiés moiennant un sallaire raisonnables.

328Les religieuses de Marchiennes enseignent pareillement les filles à lire, écrire, coudre, tricoter et a filler aussi sous un salaire modique.

329Il n’est par conséquent d’autres ressources pour l’instruction de la jeunesse a Marchiennes que des frais aux parens.

330Il serait avantageux qu’il y soit formé un établissement tel qu’un petit collège pour y enseigner le latin, chaque citoyen s’empresseroit d’ÿ envoier leurs enfans pour ÿ recevoir l’éducation convenable qui serait non seulement utile pour la ville mais aussi pour les villages voisins qui sempresseroient d’ÿ envoier leurs enfans.

331Nous avons l’honneur d’être respectueusement

332Messieurs

333Vos très humbles et très obéissans serviteurs

334les maire et officiers municipaux de la ville de Marchiennes.

4. Orchies

335 Réponse de la municipalité d’Orchies, 8 novembre 1790

336(A.D. Nord L 7546)

337Messieurs,

338Satisfaisant aux renseignemens demandés par celle que nous avons eu l’honneur de recevoir de votre part le 22 octobre dernier, sur les etablissemens destinés à l’instruction de la jeunesse existans en cette ville nous avons celui de vous presenter les reponses suivantes.

  • 41 Julien-Louis Bidé de la Grandville, intendant de Flandre de 1730 à 1743.
  • 42 François-Ernst von Salm-Reifferscheid, évêque de Tournai de 1732 à 1770.

339Il existe a Orchies un college institué par le magistrat de ladite ville en 1738 sous l’autorité de l’intendant de la province41 et l’approbation de l’evêque de Tournaÿ42.

  • 43 Prêtres séculiers.

340L’instruction en est confiée a trois personnes ecclesiastiques43 leurs traitemens y compris leurs pensions, augmentations et distribution des prix portent annuellement quatorze cens cinquante six florins.

341Cet etablissement est sous la surveillance des officiers municipaux, on ÿ enseigne les sept classes d’humanités et l’enseignement en est gratuit.

342Le nombre des eleves qui s’ÿ trouvent présentement est de cinquante parmi lesquels sont vingt-six pensionnaires et vingt-quatre externes.

343Chacune des trois classes ou on enseigne peut aisement contenir soixante eleves et on peut loger dans le college quarante huit pensionnaires.

344Tout enfant qui scait lire et ecrire ÿ est admis.

  • 44 Salle d’étude.

345Les batimens qui sont situés proches des remparts de la ville contigus les cazernes sont en bon etat, ces batimens consistent en trois classes, un museum44 tres vaste, une cuisine, deux refectoires, une cave spacieuse divisée en trois, vingt six chambres hautes, une cour assez grande et un jardin qui fait partie des remparts de ladite ville.

346Quant a la durée de l’enseignement, le regime, la subordination et la discipline de cette maison nous n’avons cru mieux faire pour plus exacte renseignement que de joindre ici copies des deliberations des cÿ devant mayeur, echevins et conseil dudit orchies des 20 mars et 3 avril 1739.

347Nous avons l’honneur d’etre avec respect

348Messieurs Vos tres humbles et tres obeissans serviteurs les maire et officiers municipaux de la ville d’orchies.

349Orchies ce 8 novembre 1790

350 Convention entre le Magistrat de la ville d’Orchies et le président du collège, 27 mars 1739

351(A.D. Nord L 7546)

352Du vingt sept mars mil sept cent trente neuf. En l’assemblée des maÿeur eschevins et conseil de la ville d’orchies ÿ present le procureur sindic d’icelle a eté proposé que pour le plus grand bien et avantage de cette ville et des bourgeois et habitans d’icelle quil serait convenable pour faire fleurir et maintenir le college etably en cette ville lannée derniere sous l’authorité de Mr l’intendant de cette province et l’approbation de Son Excelence M leveque de Tournay d’etablir et constituer un prêtre pour etre president de ce college afin qu’il aurait le soin de veiller sur les pensionnaires ecoliers et afin que les regents qu’ils enseignent fassent observer l’ordre qui doit ÿ etre pratiqué dans les classes et les regles auquel les ecoliers se doivent conformer à l’exemple de ce qui se pratique dans les colleges des villes voisines, a eté delibéré par nous d’offrir au prêtre qui se presentera a cet effet les choses suivantes aux charges ci aprés scavoir.

353Que la ville lui donnera tout le college sans ÿ rien reserver a l’exception de trois chambres hautes pour les trois regents et les trois classes pour ÿ enseigne les ecoliers deux chambres seulement au cas quil veuille enseigner lui même en qualité de premier regent en ÿ enseignant la figure seule ou la grammaire et la sintaxe ensemble ou la poesie et la rethorique aussi ensemble, dont l’un et l’autre sera a son choix, il lui sera aussi donné les crettes du rampart depuis la porte de Valencienne jusqu’à la poterne pour les cultiver a son profit avec les bois ÿ croissants quil ne pourra faire abbattre qu’a la blanche taille pour conserver les crettes du fosset des archers, et il aura aussi le fosset des archers a son proffit mais quil ne pourra pescher qu’avec des fillets sans pouvoir ÿ mettre les eaux basses sans une permission expresse des magistrats. La ville lui payera la somme de treize cens livres chaque année a charge par lui de payer a chaque regent quatre cens livres aussi par an pour les messes de dix heures et demy les jours ouvrables de onze heures et demÿ les festes et dimanches que les regents devront dire alternativement avec la liberté que le president aura de retenir et confondre en lui quatre cens livres par an ou le tiers desd cent livres moyennant quil enseigne comme est dit ci devant en qualité de premier regent et quil decharge aussi a son tour les messes les jours ouvrables festes et dimanches.

354Aura aussy le president le droit de prendre autant de pensionnaires quil pourra a son proffit. Il pourra encore faire vendre audit college les bois, boissons et toutes autres choses qu'il jugera a son singulier proffit.

  • 45 Desdits.

355Les magistrat et conseil sengagent et promettent de conferer comme ils conferent des a present comme pour lors audit sieur president le premier, le second, troisieme et quatrieme employe de la paroisse qui sont a leur nomination soit celui de diacre, sous-diacre, grand clercq et second clercq a choisir par lui l’un ou l’autre lorsqu’il sera vaccans par la mort ou abandon de ceux qui les possedent a present soit quil enseigne ou quil n’enseigne pas, de quoi il sera libre même de quitter le college en retirant ses meubles et effet et s’en tenir a l’un desd45. employs quil aura choisie quand bon lui semblera.

356Il pourra aussi choisir pour le college un portier tel quil jugera convenir.

357Moyennant tout ce que dessus le sieur president devra se pourveoir de tout les meubles necessaire, batterie de cuisine tonneaux et toutes autres choses de menage le tout a ses frais.

358Sera aussi tenu livrer a chaque regent une chambre haute, un bois de lit, une paillasse, un matelas, un traversin ou oreillier, une tenture de lit, une paire de draps blancs chaque mois, un pot de nuit, quatre chaisses de jong, une petite table et un tapis.

359Sera encore obligé ledit sieur president de nourir et donner la table aux regent, que pour eviter a toute dificulté sur le boire et le mangé les repas seront composé au diné d’une soupe grasse au bouillon et la viande du bouillie, du pain, du beur avec du fromage ou du fruit pour le dessert, et a chaqun un demi pot avec du fromage ou du fruit pour le dessert, et a chacun un demi pot de forte bierre et le soupe sera composé d’une sallade avec un rotÿ le dessert comme ci devant et aussi chacun demi pot de forte bierre, les repas des jours maigres par proportion.

360Chaque repas devra durer une heure scavoir le diné a midy et le soupé a sept heures.

361Ledit sieur president sera encore obligé de faire livrer et bruler un petit fagot ou bouré pendant chaque diné et soupé a commencer le premier de novembre jusqu’au premier d’avril chaque année et non daventage aussi a ses frais.

362Les regent pourront user d’un ver de petite bierre à leur soif quand bon leur semblera et gratis.

  • 46 Audit.

363Ledit sieur president sera payé de chaque regent pour leur table et ustensilles ci devant a raison de trois cens vingt livres chacun quil retiendra sur leur pension de quatre cens livres ci devant, bien entendu que les regens ne pourront rien repeter des trois cens vingt livres de table pour la non nouriture pendant les vacances ou absences a cause de la modicité desd. tables, mais seront libres de rester aud.46 college pendant les vacances et si faire nourrir a l’ordinaire.

  • 47 Lesdits.

364Sera aussi permis auxd. regents d’inviter et damener quelque amis manger au college avec eux moyennant de payer pour chacun etranger parent ou amis sept patars de chaque repas audit president et pourveu par lesd etrangers de se contenter de l’ordinaire du college et qu’en cas de plus que lordinaire lesd.47 regents payeront separement le pardessus sils l’on demandé.

365Ledit sieur president sera obligé de rapporter les quittances des regents chaque année pour leur pension afin de les joindre a son ordonnance de treize cens livres afin de ne point multiplier les articles du compte de la ville.

366Ledit sieur president devra destiner une chambre qui sera commune a tous les prêtres du college pour servir de place a manger et se divertir les jours de congé.

367Ledit sieur president ne vendra les choses boissons ou denrées qui lui seront demandés par les regents qu’a un prix modicque, scavoir la bierre en deduisant l’impot que le debiteur paye et en deduisant aussi l’impot du vin que vendent aussi les detailleurs le tout a proportion de la valeur et qualité des choses.

368Les regents seront obligés de bien conserver les meubles et choses quelle leur seront administrés sans rien gater a peril d’en repondre et d’en payer la valeur.

369Lesd. regents ne pourront frequenter ni s’introduire dans aucune chambre, cuisine, remise au bois, cave ou grenier dudit college a l'exception de celles destinés pour leur coucher et de celle a manger qui sera commune entre eux.

370Lesd. regents seront pareillement obligé chacun leur tour d’etre dans l’une ou l’autre des classes ou autres places du college pendant les heures d’etude pour ÿ contenir les ecoliers pensionnaires et veiller a leur etude.

371Lesd. regents pourront se decoucher tous les jours le matin a cinq heures pour ÿ etudier preparer leurs themes et ÿ faire ce que leur devoir exige pour enseigner leurs ecoliers et se conformer au reglement que nous leur avons delivré a l’ouverture des classes, et ils devront se retirer dans leur chambre tous les soirs a huit heures et demi depuis le premier de novembre jusqu’au premier avril et les autres jours a neuf heures du soir, enjoignons audit sieur president de tenir la main a lexecution du present.

  • 48 Susdit.

372Ainsi fait et deliberé les jours mois et an susd.48 moi greffier de lad ville soussigné present etait signé N.J. mallet.

373Il est ainsi a l’original reposant au greffe de
la ville d’orchies temoin le secretaire greffier
de ladite ville soussigné.

374 Réglement du collège d’Orchies, 3 avril 1739

375(A.D. Nord L 7546)

376Réglement que Messieurs les mayeur eschevins et conseil de la ville d’Orchies ont jugé à propos de faire pour la bonne direction des classes, la nourriture et conduite des régents aussi bien que pour la discipline des écoliers auquel lesdits régents et les écoliers tant pensionnaires qu’externes du collège devront se conformer exactement, enjoignons au Sieur président de tenir la main à son exécution conformément aux points et articles suivans.

377Premièrement les régents auront chacun une chambre dans ledit collège avec un lit couvert un pot de nuit quatre chaises une table et un tapis avec une paire de draps blanc chaque mois.

3782° le président destinera une chambre pour y manger avec les régents et pensionnaires.

3793° le président sera tenu de nourrir lesdits régents au moyen de trois cent trente livres de chaque régent qu’il retiendra sur leur pension de quatre cent livres desquels il devra tirer quittance leur pension en plein leur payant ou faisant valoir le reste...

3804° les repas seront composés scavoir au diné d’une soupe grasse au bouillon et la viande du bouilli avec du pain du beurre et du fromage ou du fruit pour le dessert et a chacun un demy pot de forte bierre, et chacun deux tartines et une peinte de bierre forte au déjeuné.

3815° Le soupé sera composé d’une salade avec un rotiz ou l’équivalent, le dessert comme cy-devant et aussi à chacun un demÿ pot de forte bierre.

3826° Les repas des jours maigres seront par proportion et suivant les tems et les circonstances.

3837° Chaque repas devra durer une heure, scavoir le diné commancant a midy et le soupé à sept heures du soir.

3848° Ledit sieur président sera obligé de livrer a ses frais un petit fagot ou bouré pendant chaque repas a commencer le premier de novembre jusqu’au premier d’avril exclusivement et non davantage.

3859° Les régents pourront a leur soif user d’un ver de petite bierre quant bon leur semblera et gratis qu’ils trouveront dans la chambre commune ou dans la chambre à manger.

38610° Lesdits régents ne pourront rien diminuer ou repéter au président desdits trois cent trente livres de table pour raison de la non nourriture pendant les vacances ou absence a cause de la modicité de la ditte pension, mais ils seront libres de rester au collége pendant les dittes vacances et de se faire nourrir a l’ordinaire.

38711° Sera permis auxdits régents d’inviter ou d’emmener quelques parens ou amis manger avec eux pourvu auparavant avoir obtenu la permission du sieur président et moyennant de par eux payer pour chaque parent et amis sept patars de chaque repas audit sieur président, et pourvu que lesdits régens et étrangers se contentent de l’ordinaire dudit collège et qu’en cas qu’ils voulussent quelque mets de plus qua l’ordinaire lesdits regens les payront séparemment et par dessus s’ils sont demandé.

38812° Lesdits régens pourront demander les boissons, bois... etc audit président pourvu qu’il le trouve bon en lui payant lesdittes boissons bois et autres choses au prix qu’il les aura fixés.

38913° Lesdits régents seront responsables des meubles et autres choses qu’elles leur seront administrées sans rien en gatter a péril d’en payer par eux le prix et la valeur.

39014° Lesdits régents se devront fournir de lumières pour bruler dans leur chambre le tout à leur frais aussi bien que des lampes qui devront se fournir pour leur usage.

39115° Lesdits régents ne pourront fréquenter ni s’introduire dans aucune chambre, cuisine, remise au bois, cave, grenier et tout autre endroits dudit collège à l’exception de celles destinées pour leur couché et aussy de celle à manger qui sera commune entre eux les jours de congé sy avant pourtant que ledit sieur président le trouve bon et le permet.

39216° Lesdits régents seront également obligés chacun leur tour d’être dans l’une ou l’autre des classes ou autres places du collège pendant les heures d’étude pour ÿ contenir les écoliers pensionnaires et veiller a leur étude.

39317° Lesdits régents se devront découcher tous les jours matin à cinq heures pour y étudier, préparer leurs thèmes, veiller a l’étude des pensionnaires et ils devront se retirer dans leurs chambres tous les jours à huit heures depuis le 1er de novembre juqu’au premier de lavril et les autres jours a huit heures et demy du soir.

39418° Lesdits régents feront faire la prière aux écoliers pensionnaires lorsquil ÿ en aura depuis cinq heures du matin jusqu’à cinq heures et demÿ en comprenant le temps qu’il faudra pour les habiller et tous les soirs après l’étude en commençand un quart avant sept heures.

39519° Lesdits régents seront obligés de dire la messe alternativement les jours ouvriers à dix heures et demy tant pour l’usage des écoliers que pour l’utilité publique en donnant à la fin de la messe la bénédiction du St Sacrement...

39620° Lesdits régents devront encore avec ledit président si bon lui semble célébrer la messe fête et dimanche a onze heures et demy pour la commodité du public avec la bénédiction du vénérable St Sacrement...

39721° Lesdittes messes se devront decharger tous les jours ouvriers fêtes et dimanches comme est-dit et aux heures cy devant nonobstant les jours de congé ou de vacances auquel effet ils devront s’arranger entre eux en suivant sur cela les sentiments du sieur président.

39822° Ils devront mener les écoliers à la messe qu’ils devront célébrer les jours de congé le tout modestement et en ordre après avoir eu soin de leur donner un thème et une leçon pour le lendemain a neuf heures.

39923° Devront lesdits régents mener leurs écoliers a la messe qu’ils celebreront les fêtes et dimanches après les avoir catechissez et les avoir fait répéter une leçon de catéchisme qu’ils leur auront donné la veille.

40024° Ils devront encore lesdits régents conduire lesdits écoliers aux vespres les jours de fêtes et dimanches après les avoir pareillement catechiser et leur avoir fait répéter la leçon du catéchisme qu’ils leur auront donné le matin.

40125° Les régents ne pourront accorder aucun jours de congé a leurs écoliers que les mardis après midy et les jeudis après la messe de neuf heures conformément a l’article 22 du présent reglement et en cas qu’il arrive une fête dans la semaine ils n’auront qu’un jour de congé tel qu’il est marqué cy dessus pour le jeudy.

40226° Si M.M. du Magistrat jugent a propos de donner quelques jours de congé autres que ceus cy spécifiés ils les feront notifier audit Sieur président pour les faire exécuter.

40327° Lesdits régents obligeront leurs écoliers de fréquenter les sacremens au moins une fois par mois en rapportant par eux un billet du confesseur a qui ils auront été.

40428° Le premier coup de cloche pour l’ouverture des classes sonnera a sept heures et demÿ du matin par le portier qui sera préposé par le sieur président et le second a huit heures et la classe durera jusqu’a dix heures et demÿ auquel tous lesdits régents conduiront leurs écoliers a la messe.

40529° Le premier coup de cloche pour l’ouverture desdites classes après midy sonnera scavoir depuis le quinze octobre jusqu’au quinze de mars a une heure et le second coup a une heure et demÿ pour finir la classe a quatre heures et depuis le quinze de mars jusqu’au quinze d’octobre à une heure et demy le premier coup et le second a deux heures pour finir la classe a quatre heures et demy. Autorisant ledit sieur president pour la meilleure direction et conduite tant des régents que des écoliers d’en user ainsi qu’il le trouvera bon selon sa prudence en se conformant autant qu’il sera possible a ce qui se pratique dans les colleges des villes voisines.

406Voulant au surplus que nos reglemens precedemment faits par nous soient executés selon leur forme et teneur specialement celui du 20 mars mil sept cent trente neuf approuvé par Mr. D’Affringues subdélégué de Mgr. l’Intendant.

407Ainsi fait en notre assemblée d’eschevins et conseils le 3 d’avril mil sept cent trente neuf.

BIBLIOGRAPHIE

408 Orchies, collège d’humanités dans Les collèges français..., t. 2, p. 502-503.

Notes

1 Novembre.

2 Les quatre facultés : théologie, droit, médecine, arts.

3 Abbaye de Saint-Vaast d’Arras. Installé dans le bâtiment où résident les bénédictins anglais (voir note 4), le collège de Saint-Vaast est également appelé « neuf collège ». Le collège des bénédictins anglais est connu sous le nom de « vieux college ». En 1636, Philippe de Caverel, abbé de Saint-Vaast, rédige un long réglement pour le partage des bâtiments et la bonne entente entre les deux établissements.

4 La fondation est de 1568.

5 Les bénédictins anglais encouragés par Philippe de Caverel s’établissent à Douai vers 1610. La date de 1619, retenue par le mémoire, rappelle la fondation du collège de Saint-Vaast et le premier partages des bâtiments entre les deux collèges. Le collège des Bénédictins anglais prend le nom de Saint-Grégoire. Il est également connu sous celui de « vieux collège ». Le collège de Saint-Vaast sera appelé « neuf collège ».

6 Un premier séminaire des Ecossais fonctionne à Douai en 1593. Après un exil à Louvain, de 1595 à 1608, il revient à Douai.

7 Octobre.

8 Décembre.

9 Lettres patentes confirmatives du collège d’Anchin de Douai, 1er mai 1767 (A.D. Nord Placards 8178, no 1074).

10 Lettres patentes confirmatives du séminaire irlandais établi à Douai, janvier 1769 (A.D. Nord Placards 8178, no 1130).

11 Lettres patentes confirmatives du collège des Ecossais de Douai, 8 juillet 1769 (A.D. Nord Placards 8178, no l 141).

12 Déclaration du Roi portant règlement sur la discipline à observer dans l’université de Douai, juillet 1749, 88 p., impr. Nombreux exemplaires (A.D. Nord D2/24).

13 Livre.

14 Novembre.

15 Sous.

16 Allusion au profit que peut laisser la gestion du pensionnat.

17 L’intendant de Flandre.

18 Edit du Roi portant règlement pour les Collèges... février 1763.

19 Collégiale Saint-Amé de Douai.

20 Pas-de-Calais, 20 km S.-O. d’Arras.

21 Surintendant.

22 Date laissée en blanc dans le mémoire.

23 Cf. note 12.

24 Irlandais.

25 Abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer.

26 1684 dal de blé et d’avoine.

27 Descarpentries.

28 L’expulsion des Jésuites entraîne la suppression du collège d’Armentières en 1767. Ses biens sont réunis à ceux du collège d’Anchin où sont fondées douze bourses pour des écoliers armentièrois.

29 Hazebrouck.

30 Pas-de-Calais, 25 km O. d’Arras.

31 Cf. Th. Maes et coll., Culturhustorische Atlas, Namur, Wesmael-Charlier, 1976, carte 56.

32 Les Pays-Bas au temps de Charles Quint.

33 Aire-sur-la-Lys, Pas-de-Calais, 15 km S.-E. de Saint-Omer.

34 Nord, 18 km. S.-O. de Valenciennes.

35 Condé-sur-l’Escaut, Nord, 12 km. N.-N.E. de Valenciennes.

36 L. Mahieu, « Les pensions des Jésuites après la suppression de la Compagnie dans le Nord, et surtout en Flandre Flamande et à Lille », Bulletin de la Société d’études de la province de Cambrai, t. 43, 1951, p. 30-34.

37 Septembre.

38 Placide de Bailliencourt, membre de la municipalité.

39 Procureur.

40 Panier.

41 Julien-Louis Bidé de la Grandville, intendant de Flandre de 1730 à 1743.

42 François-Ernst von Salm-Reifferscheid, évêque de Tournai de 1732 à 1770.

43 Prêtres séculiers.

44 Salle d’étude.

45 Desdits.

46 Audit.

47 Lesdits.

48 Susdit.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter