Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

L'enquête

IV. District de Cambrai

Texte intégral

1. Municipalités du district de Cambrai

1(A.D. Nord L 6887)

2 Réponse de la municipalité d’Abancourt

3Messieurs

4Nous avons l’honneur de repondre a la lettre du vingt-neuf d’octobre concernant les colleges ecoles etc., qu’il n’existe aucune maisons colleges dans sa municipalitées sinon une ecole dirigé par le clercq de la communautée sans aucun fond. En foy de quoi nous avons signé ce present etre veritable.

5Antoine Coupez, maire.

6Martin Taine, officier municipalle.

7Patrice Joseph Dumant, officier municipal.

8Abancourt, ce vingt-sept novembre mil sept cens quatre-vingt-dix.

9 Réponse de la municipalité d’Aubencheul-au-Bac

10Municipalité d’Aubencheul au Bacq.

  • 1 Fontaine de Resbecq signale la présence d’un instituteur en 1790 (p. 127).

11Denomination et nombre des colleges, maisons et ecoles destinés a l’enseignement et a l’éducation publics. Il ny en a point1. De tous les articles qui suivent nous ne pouvons pas vous répondre parcequ’il nÿ a aucune de ces maisons.

12Fait à Aubencheul au Bacq le vingt-sept de novembre mil sept cent quatre-vingt-dix.

13Cochon, maire. Bernard, officier.

14Laine, officier.

15Dupriez, procureur.

16Pierre Philippe Mereaux, greffier.

17 Réponse de la municipalité d’Avesnes-les-Aubert

1810 novembre 1790, Avesnes-les-Aubert.

19A l’egard de l’instruction de la jeunesse, vous nous demandez MM. si l’école est gratuite, nous n’avons aucun bien pour satisfaire au payemen de cette instruction ; sinon que de coutume l’ancienne Municipalité s’est introduite de tirer un revenu sur le bien des pauvres pour payer l’écolage desdits enfans des pauvres. L’instruction se fait par des personnes laïques, ses personnes aprennent a lire a écrire et les rudimens s’il s’en trouvait.

20 Réponse de la municipalité d’Awoingt

21Nous maire et officiers municipaux du village d’Awoingt certifions et attestons que nous ne connaissons aucune maison d’etude dans notre municipalitéz. En foÿ de quoy nous signons ce 16 novembre 1790.

22Francois Tellier, maire.

23Pierre Joseph Courbet, officier.

24Auguste Lulliez, officier.

25 Réponse de la municipalité de Bantigny

26A Messieurs

27Messieurs les membres composant le directoire à Cambray pour satisfaire a la demande que vous exigez de nous par rapport aux établissements et la direction des écoles de chez nous. Nous voulons bien, messieurs, vous faire savoir que chez nous il nÿ à aucune écoles publiques si ce n’est que l’école que le clercq du vilage est obligé de tenir toute l’année éxcepté le mois d’aout et septembre si on le requiert et cela pour les particuliers quils ÿ envoient leurs enfans paient a leurs compte, pour ce qui regarde les pauvres ils sont enseignés sur le compte des pauvres et ces enfans pauvres sont admis a cette ecole au comte desdits pauvre a Page de six a sept ans ordinairement. Cet enseignement consiste a apprendre a lire et a ecrire en françois.

28A Bantignÿ, le douze novembre mil sept cent quatre-vingt-dix.

29Ruchon, maire.

30Antoine François Dhordain, officier municipaux.

31Louis Baligrie, officier municipaux.

32Lelong, greffier.

33 Réponse de la municipalité de Beauvois-en-Cambrésis

34Les maire et officiers municipaux du village de Beauvois fait reponce aux lettres à eux adressés en datte du 29 octobre et 20 decembre 1790 et celle du 7 janvier 1791. Concernant l’education de la jeunesse

351° Nous n’avons aucun bien de ce genre pour l’instruction et l’enseinement public.

362° Cé le clerc de la paroisse qui en remplis les fonctions jusqua present.

373° Quelque foix et païez sur les biens des pauvres pour ceux quils onts enregistrés sur les registres, quelque foix il ne les pas, aussÿ messieurs cet objet meritee certainement beaucoup d’attention, vous feréz les plus grand biens pour le public de notre paroisse ce que vous jugerées convenable. Nous sommes sous vôtre avis. Nous avons l’honneur d’être biens sincerement,

38Messieurs, vostres humbles et tres obeissant serviteurs. Les maire et officiers municipaux de la paroisse de Beauvois.

39Antoine Vérin, greffier.

40Beauvois ce 12 janvier 1791.

41 Réponse de la municipalité de Bethencourt

42Nous maire et officiers municipaux du village de Bethencourt soussignés, declarons que nous n’avons aucune denomination et nombre de colleges maison et ecôles destinés a l’enseignement et a l’education public, d’autre que l’ecôle faite par le clercq de la paroisse aux frais des pere et mere qui lui envoient des enfans, en foi de quoi avons signés a Bethencourt, le onze de janvier mil sept cent quatre-vingt-onze.

43Joseph de Fisci, maire.

44François Rechez, officier.

45F. Claisse, officier.

46L.J. Delacourt, officier.

47Jean Baptiste Prevost, officier.

48Jean Baptiste le Dron, officier.

49Messieurs

50Vous trouverés ici inclus les pieces que vous avez demandés concernant les manufactures etc et l’enseignement de la jeûnesse, vous nous excuserés s’il vous plait du retard car nous avons pensés que cela ne regardait uniquement que les colleges et maison d’ecôle fondé.

51Nous sommes très parfaitement,

52Messieurs,

53Vôtre trés humbles et trés obeïssants serviteurs.

54Par ordonnance, M. Renard, secretaire greffier, ce 12 janvier 1791.

55 Réponse de la municipalité de Bevillers

56Municipalitez de Bevillers.

57Messieurs, Nous n’avons aucune maisons d’ecolle dan notre municipalitée il n’ÿ a que le claire de la paroisse qui enseigne les enfans et il est payez par chaque mois n’aÿant point d’autre resourse ; les pauvre reste ignorant, il serait nessaire avoir un bon maître et de quoi les payez. Fait, arettéz audit Bevillers, le vingt-six novembre 1790.

58Gregoire Machu, maire.

59François Lemaire, officier municipal.

60Ch. Bridout, secretaire greffier.

61 Réponse de la municipalité de Blecourt a Blecourt ce 8 de janvier 1791.

62Messieurs,

63L’instruction de la jeunesse est confiée a une personne laique. Cet ensignement est paié a raison de quatre patars chaque mois ÿ etant obligé par contrat. Cet enseignement commence a la toussaint jusqua paque ; on les admets a toutes ages ; tous ceux qui sont sur le registre des pauvres l’enseignement en et paiez sur leur bien, et les autres en paient chacun leur cotte part. Messieurs, Votre tres humble et tres obeissant serviteur, Albert Patou, maire.

64Nicolas Villette, Nicolas Laine.

65 Réponse de la municipalité de Boussieres

66Boussiere, le 9 de novembre 1790.

67Nous maire et officiers municipaux de Boussiere soussignée et certifions que l’ecole de notre commune et confiée aux clercq dudit lieu, dont les nombre des eleve ces montre a peu pres de 40 a 50. Chaque particulier paie ordinairement 6 a 8 patars par mois pour chaque enfants, en foi dequoÿ nous avons signée.

68Simon thieullet, maire.

69Bruno Bricou, officier municipaux.

70A.J. Lasselin, officier municipaux.

71 Réponse de la municipalité de Cagnoncles

72Departement du Nord, district de Cambraÿ, canton Destourmel, municipalité de Cagnoncle.

73Nous maire et officiers municipaux joint a nous le procureur de la commune, declarons n’avoir aucune maison destinée a l’enseignement et a l’education publique, ni aucun bien attaché pour ladite education. L’instruction de la jeunesse est confiée au nommé Gaspar Meresse, clercq clerican de notre dite commune, laquelle se trouve pour ainsi dire aneantie faute de sollicitude, la paresse le dominant sans cesse, ce que nous voyons helas avec une horreur extrême, nous qui desirerions voir briler la jeunesse, pour pouvoir ériger les affaires publiques avec facilité et aisance, aulieu que nous eprouvons par malheur le contraire quoique chaque particulier fasse ses efforts en payant pour faire recevoir a ses enfans les instructions necessaires tant pour le spirituel que pour le temporel, mais cela devient inutil ; de façon que les choses continuant ainsi a peine avant peu poura t-on trouver quelqu’un dans la dite jeunesse capable de régit les affaires de la commune ; ce qui serait odieux, ainsi prenant part a un objet aussi important, nous n’avons pu nous empecher de vous faire ces representations, afin que s’il daignait plaire a ces messieurs nos administrateurs jetter un regard favorable sur cet objet, ils rendraient un des plus grand service qui puisse etre rendu a notre dite commune. Ainsi fait et passé audit Cagnoncle ce dix octobre 1790.

74Par ordonnance Benoit Soyez, greffier.

75 Réponse de la municipalité de Carnières

761° Le clercq le tien ché luy.

772° Par la communautée.

783° Les dimanche M. le curé fait le catechisme.

794° Il vont manger chaquun ches eux.

805° Le curé fait la visite des terns entems.

816° Les clercq les aprend a lire et ecrires.

827° Les pauvres sur le bien des pauvres et les autres paient quatre patars et les ecrivin cinq chaque mois.

838° Depuis le mois de novembre jusqua la fin d’avril.

849° Il n’ÿ a pas d’autre maison que celle du clercq.

8510° Aucun etrengé ne vien a l’ecol du village.

8611° 0

8712° L’ordinaire a huit ans.

8813° 0

8914° 0

9015° 0

9116° 0

9217° 0

9318° 0

94Vous etre supplier Messieurs de nous faire rentrer le pieces de terre quils sont sortie dehors de notre village.

95Municipalitée de Carnieres.

96Jean Baptiste Lenglet, maire, Pierre Joseph Duseau, procureur de la commune.

97 Réponse de la municipalité de Caudry

98Caudry, ce 4 janvier 1791.

99Messieurs, C’est pour repondre a votre lettre en datte du 20 decembre 1790 concernant l’education de la jeunesse.

1001° La jeunesse a toujours été eduqué par les clercq de la paroisse.

1012° Il n’ÿ a aucun bien dans la paroisse pour l’education de cette dite jeunesse.

1023 ° Le clercq n’a que vingt enfant dans son ecole et tous petits enfans.

1034° Et sa retribution n’est que de six patars par mois et fort souvent il n’est pas satisfait de certain.

1045° Et s’il se trouvait du bien dans notre communautée on devrait avoir deux cents ecoliers.

105Nous avons l’honneur d’etre bien sincerement Messieurs vos tres humble et tres obeissant serviteur.

106André Bracq, maire.

107Charles Joseph Lefebvre, Jacque Denismal, François Jos. Tabary, officiers municipaux.

108Ph. Jos. Bricout, secretaire greffier.

109 Réponse de la municipalité de Cauroir

  • 2 Le clerc.

110Pour repondre a la lettre du 29 octobre 1790 touchans les etablissemant d’ecolle pour l’instrüctions de la jeunesse nous nans connaissons pas d’autre que le clair ÿ cant2 quil ansaine le enfant de la paroisse et pour le paÿmant c’est au pere et mere a satisfair.

111Fait a Cauroir le 10 novembre 1790.

112Amand Drappier, maire.

113Pierre Joseph Le Bec, officier.

114Hubert Dhordain, officier.

115 Réponse de la municipalité de Cuvillers

116Education Municipalité de Cuvillers.

  • 3 Fontaine de Resbecq ne signale pas d’instituteur à Cuvillers.
  • 4 22 dal. 62.

117La municipalité de Cuvillers n’a d’autre ecole pour l’education de la jeunesse que celle du clercq de la paroisse qui enseigne aux enfans à lire, écrire, à réciter les prières et le catechisme3. Il reçoit 4 et 5 patars par mois pour chaque enfant ; mais les pauvres sont enseignés gratis sauf que la communauté paye audit clercq soussigné quatre mencauds4 de bled. Il peut avoir année commune 40 ecoliers dont 3/4 de pauvres. Ils ne sont reçus qu’à l’age de 4 à 5 ans.

118A Cuvillers, ce 17 de decembre 1790.

119Delplancq, greffier de la municipalité.

120 Réponse de la municipalité de Dehéries

121A Deheries, ce 7 novembre 1790.

122Messieurs, En reponse à votre lettre en datte du 29 octobre dernier nous avons l’honneur de vous donner avis qu’il n’ÿ a aucune maison, collèges et ecoles destinés à l’éducation publique dans l’etendue de notre municipalité. Les pères et mères qui ont des enfans et qui desirent de leur procurer quelques instructions sont obligés de les envoyer aux ecoles des villages circonvoisins en payant ce qui est d’usage aux maîtres desdites ecoles. Il serait a souhaiter que lesdites ecoles fussent gratuites ; les enfans des pauvres dont la plupart sont privés de toute education en retireraient un très grand avantage tant pour la vie civile que pour la vie morale.

123Nous avons l’honneur d’être Messieurs vos très-humbles et très-obeissant serviteurs.

124Blondian, maire.

125Trufet, officier municipal.

126Sourmais, officier municipal.

127Rinez, greffier.

128 Réponse de la municipalité d’Escaudoeuvres

129L’instruction des enfans de la communauté est confiée au clerc clericant de la paroisse qui fait l’ecole six mois de l’année.

130Datté 13 novembre 1790.

131Signé Turtulie, maire.

132 Réponse de la municipalité d’Esnes

133Pour repondre a la lettre de Messieurs les administrateurs composant le directoire du district de Cambray en datte du 29 octobre 1790 concernant les renseignemens sur les differens etablissemens destinés a l’instruction de la jeunesse.

134Les Maire et officiers municipaux de la paroisse d’Esne declarent qu’il n’y a dans ladite paroisse seulement que le clerc laïc qui enseigne la jeunesse a lire, l’ecriture et l’arithmetique a raison de trois et quatre patars par mois a chaque individus.

135Pour la durée : l’année entiere. Le nombre des eleves : environ quatre-vingt dans le plus fort de l’année. A quel age on y est admis ? A quatre ans et au dessus.

136Fait a Esne le 4 novembre 1790, P.G. Bruneaux, maire.

137M. Capeau, officier municipal.

138H.J. Morel, officier municipal.

139J.B. Duprez, officiermunicipal.

140Hubert Hodin, procureur.

141P.J. Canonne, secretaire greffier.

142 Réponse de la municipalité d’Estourmel

143Ce Messieurs,

144Messieurs les administrateurs composant la distrique de Cambray. Nous avons reçu la lettre que votre bontée a bien voulues nous faire parvenir concernant les renseignement que vous nous demandée sur l’instruction de la jeunesse de notre municipalitée. Messieurs dans notre commune d’Estourmel il ne se trouve aucune personne quil soit perfectionnee pour les armes. C’est pourquoi nous avons pris la libertee de vous prevenir par cette reponse afin que votre bontée Messieurs nous fasse connaître par quelle santiment nous puissions remplir notre devoir sur cette objet.

145Messieurs Nous sommes bien cencerement, Messieurs, Votre tre humble, tre obeissans serviteur.

146La municipalité d’Estourmel.

147 Réponse de la municipalité d’Estrun

148D’Etrun en Cambresis ce 8 novembre 1790.

149Nous maire officiers municipaux dudit Etrun, certifions d’avoir confier à une personne laïque l’education des enfans, dont le traitement est de quatre et six patars par mois. Sous la surveillance du pasteur et des officiers municipaux et administrateurs par le susdit clercq laïque de la susditte communauté et n’enseine qu’à lire et a ecrire. C’est enseignement et paié comme cÿ desus il n’enseine que depuis la toussaint jusqu’au mois de maÿ aux environ. Le nombre des eleve se trouvent environ trente il n’ÿ à aucun pensionnaire. Et on ÿ est admis a tous age.

150Ce present certificat fut fait le jour, mois, ans que desus par les officiers municipaux. J’aÿ soussigné Eugene Caude, maire.

151François Joseph Tetar, officier.

152Charles Boulet, officier.

153Thomas Tetar, greffier.

154 Réponse de la municipalité de Eswars

155Nous maire et officiers municipaux du villages d’Eswars, departement du Nord, district de Cambray, canton d’Abancourt. Pour reponse de la lettre du vingt-neuf octobre mil sept cent quatre-vingt-dix, nous certifions qu’il n’y a point de maison destinés pour l’enseignement et l’education pûblique dans cette communes il n’ÿ pas aucun revenüe pour ladite education.

156L’education de la jeunesse est faite par le clerc laÿques dans sa maison moyennant a luÿ payer la taxes ordinaire pour chaque tete d’ecôlier. Qu’il plaise a messieur les administrateurs et leur sagesses d’avoir egard pour l’edûcation des pauvres que la negligence y et a porté pour leur education a raison qu il n y a aucun revenue.

157A Eswars ce dix novembre mil sept cent quatre-vingt-dix.

158Pierre Jos. Dherbecourt, maire.

159Joseph Jean, officiers municipaux.

160Jean Etienne Hue, officiers municipals.

161Guillain Lucrez, procureur.

162 Réponse de la municipalité de Fontaine-au-Pire

163Messieurs

164Pour repondre a votre lettre que vous avez daigné nous envoyer en date du 29 octobre 1790 par laquelle vous demandez l’etat de l’ins¬ truction de la jeunesse de notre commune. Cette instruction si desirable se trouve très negligée puisque nous nen avons pas d’autre que celle d’un clerc cleriquant laïc qui tient ecole environ six mois par chaque année pour apprendre a lire et a ecrire sous la retribution de quatre patars par mois quil exige de ceux quil apprend a lire et cinq de ceux qu’il apprend a ecrire parcequ’il nÿ a aucun fond destiné a l’instruction. Tous nos desirs messieurs seraient de faire gouter une education plus parfaite aux jeunes gens de notre vilage. Mais n’ayant aucun fond nous nous adressons a vos lumieres pour la leur procurer. Tels sont les desirs des membres de la municipalité de Fontaine au Pire qui sont avec la plus respectueuse soumission, Messieurs, Vos très humbles et obeissans serviteurs, les maire et officiers municipaux composant la municipalité de Fontaine au Pire.

165De Fontaine au Pice ce 9 novembre 1790 N.S. Lemaire secrettaire greffier de ladite.

166 Réponse de la municipalité de Forenville

167Messieurs

168En reponse a l’honneur de la votre concernant les etablissements destinés a l’education de la jeunesse notre municipalité a celui de vous mender que n’en existant aucuns parmÿ elle ne pourrait vous donner aucun renseignement a ce sujet nous restons messieurs avec le plus profond devouement vos humbles serviteurs. Les officiers municipaux de Forenvilles.

169Par ordonnance, Saudemont, procureur.

170 Réponse de la municipalité de Fressies

171Messieurs dans la communauté de Fressies il nÿ à que les clercq qu’il enseignent toutes les enfans qu’il se presente à lire et a ecrire et que les pauvres ne sont pas enseignés gratistes.

172En foÿ de quoÿ, j’ay la presente signé a Fressies.

173Fait le 13 de janvier 1791.

174Martin Courtecuisse, maire.

175 Réponse de la municipalité de Haynecourt

176Hainecourt n’a aucune maison publique d’éducation autre que le clerc laic.

177 Réponse de la municipalité d’Hem-Lenglet

  • 5 Un seul instituteur d’après Fontaine de Resbecq (p. 139).

178Nous maire et officiers municipaux de la commune de Hem-Lenglet, pour repondre à la lettre qui nous est parvenu des administrateurs du directoire du district de Cambrai en datte du... de novembre dernier avons demandés au clercq du lieu combien il demandait à chaque individu par mois pour les ecoles : il demande pour les ecrivains quatre patars et les lisant et trois patars pour les petits. Louis GratPenche tient aussi école, lequel demande neuf patars pour ceux qui écrivent et apprennent l’arithmetique. Pour ceux qui ne font qu’écrire, huit patars, pour les lisant, sept patars et pour les autres grands et petits, six patars. Le clercq à cause de sa clericature demande plus à juste compte que l’autre maître d’école5.

179Declarons que nous n’avons aucune fondation dans notre municipalité.

180Fait à Hem-Lenglet, ce deux de decembre mil sept cens quatre-vingt-dix.

181Eloy Wiart, maire.

182Jean Dubus, Theophile Wiart, Amand Fidel Colmon, Jean Claude Copin.

183Marc Foveau, procureur.

184J. Bte. Leleu, secretaire greffier.

  • 6 O. Dehaisnes et A. Bontemps, « Histoire d’Iwuy », Bulletin de la Commission Historique du départem (...)

185 Réponse de la municipalité d’Iwuy 6.

  • 7 Environ 2 hectares 6 ares.
  • 8 Cette fondation intervient au milieu du XVIIIe siècle. En la faisant, le chanoine Bève exige que l (...)

186Il est en notre municipalité deux membres destinee a l’enseignement et a l’education publique dont l’institution du premier est une maison de deux filles de la maison de Saint-François de Sale de Vallenciennes choisi par les administrateurs, lesquels reçoivent annuellement les sommes cy apres reprise. 1° Fondation de Catherine Mora en 1631 le 24 septembre la somme se monte a cent florins affecté sur sept mencaudee, une boitellé de terre7, en sus un terrein d’une mencaudée de terre donné par lad. testatrice sur lequel existe une maison dans laquelle peuvent s’y loger douze pensionnaires, sauf neanmoins d’y ajouter une troisieme soeur lorsqu’il surpasse une quantité de huit pensionnaires pour l’instruction des filles de la paroisse, laquelle maison fut batie gratuitement et aux frais de feu M. Beve en son tems, chanoine de la métropole de Cambrai, autorisée et homologué par le cy devant parlement8. Ce dernier ayant bien voulu par donnation créa une rente annuelle de trois cents florins affecté sur les cy-devant etat de Cambray a charges que les susdittes soeurs entretiendront a leur frais et depens la ditte maison actuellement en bon etat a la caution de la ditte maison de Saint-François de Salles de Vallenciennes a tel charge que les susdittes enseigneront les pauvres filles de cette paroisse seulement telle jugé par les administrateurs gratuitement sous l’autorité de Monseigneur l’eveque d’Aras et autorisé par Monseigneur l’archeveque de Cambray sous la surveillance des administrateurs. Le nombre des eleves externes : environ quatre-vingt a l’epoque du 20 octobre. — Admission a huit ans. — Epoque des derniers compte rendu : en 1787. — Situation actuelle des caisses : néante.

187Second membre

  • 9 Le pensionnat de cette école semble attirer des élèves d’assez loin. Le registre des sépultures si (...)

188est un clercq laïque lequel comme tous devantiers ont toujours enseigné les garçons de notre commune sous l’autorité de Monseigneur l’archevêque de Cambray sans aucun traitement, le dernier clerc laïque, son genre d’enseignement a toujours eté d’enseigner le catechisme, lire, ecrire, beaucoup et tres bien enseignée les principes de la langue latine et tous les sortes des documents etaient payes par chaque ecoliers individuement. Sa durée etait le long de l’année tres bien discipliné sous le surveillance de la loy et du pasteur. A tout age on y etait admis, le nombre des eleves a l’epoque du 20 octobre etait de vingt-quatre a trente ecoliers interné9 et environ cent quatre vingt externe.

189Duquel clerc laïque avais vü son approbation de tonsure suffisamment examiné a eté trouvé en etat de cette grade par les vicaires generaux lesquels ont signées avec leur secretaire du palais episcopale d’Arras.

190Observant neanmoins qu’apres long et tres bon service que ce dernier est actuellement d’un tres grand age qu’il soit de necessite d’un autre etablissement quelconque.

191Iwuy, le 26 novembre 1790.

192Pierre Philippe Lariviere, maire.

193Philibert Lamand, Raphael Porez.

194 Réponse de la municipalité de Lesdain

195Nous ancien maire et officiers municipaux de la commune de Lesdain certifions qu’il n’existe aucun biens dans notre municipalité destinés a l’instruction de la jeunesse et que l’ecole est confiée au clercq clericant de la paroisse.

196Fait audit Lesdain ce huit novembre mil sept cent quatre-vingt-dix.

197Lourdel Emilien, maire.

198Charles Foveau, Hubert Potel, Aubert Bedu.

199 Réponse de la municipalité de Morenchies

200N ous maire et officiers municipaux de Moranchÿ certifions que nous n’avons aucune maison nÿ colleges destiné a l’enseignement et a l’education publics.

201Fait audit lieux le 27 novembre 1790.

202M. Houdart, maire.

203François Morel.

204 Réponse de la municipalité de Naves

  • 10 Fontaine de Resbecq ne signale pas d’école dans cette commune.

205Nous maire et officiers de la commune de Naves certifions que nous n’avont aucun biens, coleges ni maison cest a dire aucunes revenus pour l’instruction de la jeunesse, dans cette commune l’instruction de la jeunesse est confiée a notre clercq qu’il tient ecoles depuis la Saint-Remy jusqu’a Pasques et sont tres parfaitement10.

206(Remis le 3 février 1791).

207 Réponse de la municipalité de Neuville-Saint-Remy

208Nous soussigné maire et officier municipaux du village de la Neuville-Saint-Remi en qualité des lettres du 29 octobre et 20 decembre au sujet de l’éducation publique de la jeunesse de notre municipalité, ne croyant pas l’etre en retard a ce sujet attendu que nous n’avons aucune école, sinon l’école du clerc du village dont il peut avoir une quarantaine d’enfant pendant cinq mois d’hiver a raison de cinq sols par mois encore y en a t’ille un tiers quils nont pas le moyens de le payer.

209Fait a la Neuville-Saint-Remÿ ce seize de janvier mil sept cent quatre-vingt-onze.

210Jean Joseph Randeau, maire.

211Louis Joseph Morchain, officier.

212Philippe Cannesson, officier.

213 Réponse de la municipalité de Niergnies

214De Niergnÿ, ce douze novembre 1790.

215Messieurs, pour faire reponse a la [lettre] que vous nous avez envoiez sur le differans etablissement destinéz a l’instruction de la jeunesse. 1° Nous n’avons point de colege nÿ maison decole destinez a l’ensainement public.

216 Réponse de la municipalité de Paillencourt

217Nous maire et officiers municipaux de la commune de Paillencourt. Pour repondre à la lettre du directoire du vingt deux octobre mil sept cent quatre-vingt-dix, certifions, qu’il ne se trouve d’autre education que celle du clerc de la paroisse, païé par les ecoliers à la reserve des pauvres enfans dont l’éducation est prise sur les revenues des pauvres.

218A Paillencourt, ce 18 Novembre 1790.

219Denimal, maire.

220P. Valet, officier.

221Wiart, N. Betencourt.

222 Réponse de la municipalité de Quiévy

223La municipalité de Quiévy n’a aucune maison d’education publique outre le clerc de la paroisse.

224Reçu le 8 janvier 1791.

225Extrait d’une lettre remise à M. Cochet.

226 Réponse de la municipalité de Raillencourt

227A Raillencourt le 15 de novembre 1790.

228Messieurs,

229pour repondre à la lettre que vous nous fîtes l’honneur de nous envoyer le 29 octobre 1790 qu’il n’existent aucun college, ni maison, ni ecole destinés à l’enseignement public.

230Nous sommes très parfaitement Messieurs vos très humbles et très obeissans serviteurs. Les membres de la municipalité

231Jean Baptiste Dinoir, maire, Taquet, secretaire.

232 Réponse de la municipalité de Ramillies

233Ramillies, ce 8 janvier 1791.

  • 11 Séminaire de Hennin : voir réponse de la municipalité de Douai, p. 107-130.

234Nous avons une ecole de charité fondé par Monseigneur Stievenard, president au Seminaire de Dhennin11 a Douai dont l’instruction est confiée a une personne laïque, le traitement est de quatre-vingt livres de France donnés pour l’instruction des pauvres du lieu ; pour compte a rendre il nÿ en a point tant que Mr le président vive il s’en est reservé la libertée.

235Par ordonnance : Onufre Millot, secrétaire.

236 Réponse de la municipalité de Saint-Aubert

237Fait a Saint-Aubert ce 9 de janvier de l’an 1791.

238Reponse de la municipalite de Saint-Aubert.

239Messieurs les administrateurs composants le directoire du district de Cambrai, Nous ne croions Mrs. pouvoir mieux repondre aux demandes que vous nous avez faite concernant l’education publique de la jeunesse qu’en vous depeignant l’ignorance avec laquelle croissent en age presque toutes les jeunes personnes de l’une et l’autre sexe. L’ecole n’y est ouverte communément que quatre a cinq heures par jour, encore y-a-t-il deux a trois mois de vacances chaque année. Les enfants qui la fréquente paient généralement depuis quatre jusqu’a cinq patars, mais l’ecolage des pauvres est paie sur les revenus desdits pauvres, gain fort modique puisque le pedagogue n’a point d’autre revenu pour instruire, mais bien proportionné a l’avantage qu’en retire la jeunesse dont la plus grande partie a l’age d’onze a douze ans, age a laquelle on commence a occuper les jeunes hommes du travail des mains, abandonne l’ecole et en rapporte fort peu de fruit : il s’ensuit de là que les parents négligent d’envoier leurs enfans a l’ecole. On les y envoient seulement pour en etre débarassé quelques heures. Que de citoiens donc incapables de remplir les fonctions civiles qui pourraient leur etre confiées ! Que de cette source se répandent d’erreurs parmi le vulgaire qui recueille sans discernement tous les bruits vrais ou faux. Nous esperons Mrs qu’apres avoir jetté un coup d’oeil sur le mepris que l’on fait de l’education que vous ÿ apporterez des remedes d’autant plus efficaces que l’abus en est plus grand, c’est ce que nous attendons avec impatience de votre bienveillance et de votre patriotisme.

240Nous sommes vos tres humbles et tres obeissants serviteurs.

241Philippe François Valez, maire.

242Jacques Antoine Barnet, Remi Leban, Joachim Duez, Theodore Joseph Lefebvre.

243 Réponse de la municipalité de Saint-Hilaire

244Messieurs les administrateurs du district de Cambrai.

245C’est pour repondre a vôtre lettre en datte du vingt-neuf d’octobre dernier touchant l’enseignement et l’education publics.

246Nous n’avons point d’autre ecole dans nôtre municipalité que le clercq laïque de nôtre paroisse, qui est payé par chaque ecolier et sa commission par le vicariat.

247Fait à Saint Hilaire ce 13 novembre 1790.

248J.B. Villain, maire.

249P. Ledieu, Jean Baptiste Sorriaux, J.C. Hislain, L.J. Millet.

250P.J. Willerval, secretaire greffier.

251 Réponse de la municipalité de Sancourt

  • 12 Quatre patars par mois pour ceux qui apprennent à lire ; six patars pour ceux qui prennent des leç (...)

252Nous maire et officiers municipaux de la commune de Sancourt en Cambresis que vous nous demander par la lettre en datte du vingtneuf octobre mil sept cent quatre-vingt-dix certifions a tous que ainsi appartiendra que dans notre paroisse qu’il nÿ a aucune instruction de la jeunesse cest a dire de college, autre que le clercq de laditte paroisse, quil enseigne les enfans de la paroisse dudit lieu a quatre patars par mois et les ceux qu’il ecrivent a six patars (cela ne suffit pas pour lui vivre)12 et quelque pensionnaire quil a chez lui, attendû quil enseigne fort bien, ainsi si ces messieurs veulent lui procurer une pension pour enseigner les pauvres, cela lui fera un grand plaisir ainsÿ messieurs vous ferer comme vous souhaitairez. A Sancourt, ce onze de novembre mil sept cent quatre-vingt-dix.

253Crepin, maire.

254Regnier, officiers.

255Dureux.

256 Réponse de la municipalité de Séranvillers

  • 13 Pas d’école à Séranvillers d’après Fontaine de Resbecq (p. 149).

257Il n’y a aucunes fondations, ny aucun bien pour instruire la jeunesse dans notre communauté, il n’y a meme aucun bien des pauvres sur lequel on pourrait prendre pour faire instruire les pauvres enfans au clerc clericant de notre paroisse qui tient école tous les ans depuis la Toussaint jusqu’à la Saint-Jean-Baptiste. Cela cause une très grande ignorance parmi les pauvres de notre communauté13.

258A Sezranvillers, ce 5 novembre 1790.

259Charles Forierre, maire.

260Celestin Joseph Grebert, off. municipal.

261Louis Alexandre Thiullio, off. municipal.

262 Réponse de la municipalité de Thun-Saint-Martin

263Messieurs les administrateurs du district de Cambraÿ.

264C’est pour repondre a votre lettre datté du vingt-neuf octobre dernier touchant l’enseignement et l’education public. Nous n’avons point d’autre ecole dans notre communauté que celle que le clercq laÿque de notre paroisse fait, qui est payé par chaque ecolier a raison de trois ou quatre patar par mois, sa commission par le vicariat.

265Nous sommes avec respects Messieurs votre tres humbles et tres obeissant serviteur maire et officiers municipaux du village de Thun Saint Martin. Soussignés Quentin Le Maire, maire.

266Rober Vallee, François Lagouge, Antoine Luces, Joseph Mentelle.

267Deloffre, secrétaire greffier.

268Brise, procureur.

269Fait audit Thun Saint Martin, ce 22 novembre 1790.

270 Réponse de la municipalité de Tilloy

271Messieurs,

272Il n’y a jamais eu de maison destinée a l’education de la jeunesse, l'educations des enfans de le communauté de Tilloy est confié au clerc de la Neuville-Saint-Remy, la longueur et les mauvais chemin sont la cause que la plus grande partie de cette communauté ne scait ni lire ni ecrire. Cette ecole est tres mal conduit et se tient tout au plus quatre mois par an. Cependant il est tres necessaire d’y remedier en confiant l’education des pauvres de ladite communauté a une personne en etat d’en remplir les fonctions et que la province y contribue pour le payement.

273Fait audit Tilloy le dix-sept janvier mil sept cent quatre-vingt et onze. Jean Baptiste David, maire.

274Theodor Copin, Pierre Philippe Bocquet.

275 Réponse de la municipalité de Villers-en-Cauchies

  • 14 Pas d’école à Villers-en-Cauchies d’après Fontaine de Resbecq (p. 144).

276Article 1er. Une maison pour l’instruction des jeunes filles dudit village dont les deux maîtresses preposées doivent visitéz, suivant l’intention du fondateur, les pauvres, malades et surtout les filles14.

  • 15 François de Salignac de la Motte-Fénelon, archevêque de Cambrai de 1695 à 1715.

2772° Jean Marissal, autrefois seigneur dudit lieu, a fait eriger et batir cette maison et l’a donnée le 15 juin 1705 a la communauté sous l’autorité et bon plaisir de Mr l’archeveque15.

2783° L’instruction est confiée a deux filles célibataires.

2794° Ledit seigneur Marissal a fondé une rente de deux cent quarante livres monnaie d’Hainaut, dont cent quarante neuf livres cinq sols meme monnaie pour l’entretien des dites deux filles et le surplus etre deposé au ferme dudit lieu pour l’entretien de la maison.

2805° Les dites deux filles sont nommées par le curé et le seigneur sous la surveillance de l’archeveque ou de son grand vicaire, juge denommé par le dit Marissal pour les contestations qui pourraient s’élever.

2816° On doit y enseigner a lire et écrire gratis. Il n’ÿ a présent qu’une seule fille pour enseigner ; les officiers municipaux ignorent son traitement et on a jamais déposés au ferme aucuns deniers et n’ont jamais vu aucun compte.

282Le batiment contient trois places et exige en ce moment beaucoup de réparations.

  • 16 La réponse de la municipalité arrive au directoire du district de Cambrai le 18 novembre 1790.

283Jean Bruyer, maire16.

284 Réponse de la municipalité de Walincourt

285Walincourt, le 2 novembre 1790

286Messieurs,

287Le maire et officiers municipaux de Walincourt repondent a votre lettre en date du 29 octobre dernier ont l’honneur de vous faire savoir qu’il n’existe dans cette municipalité aucun etablissement pour l’instruction de la jeunesse et quelle est confiée a un clercq laïcq, c’est le clercq de la paroisse qui est payé proportionnement aux eleves quil a.

Réponse de Villers-en-Cauchies.

288Il serait cependant a desirer quon perfectionne cette partie si intéressante de la societé, c’est de l’instruction que la liberté dont nous commençons a jouir a tiré son origine ; ne serait-il pas possible par exemple de former une ecole d’instruction pour plusieurs villages qui sont voisins de l’un l’autre. Si cela etait possible il se trouvera dans notre municipalité une maison qui serait fort commode, c’est l’abbaye du Val-Notre-Dame-lez-Walincourt ou si mieux on aime les maisons du ci-devant chapitre. Nous laisserons a votre zèle et a la sagesse de la reunion de vos sages lumieres le soin de conduire un ouvrage qui assurement fera la felicité des citoyens et propagera l’esprit patriotique qui s’est manifesté depuis notre heureuse revolution.

289Agréez que par la presente nous vous exprimions les sentiments d’estime et de respect le plus profond avec lequel nous sommes bien sincerement. Messieurs vos trés humbles et trés obeissants serviteurs.

290Les maire et officier municipaux de Walincourt Jacques Michel Laisne, maire.

291Toussaint Proy, officier.

292Jean Joseph Begaint, officier.

293Jean Charles Fremont, officier.

294Jean Philippe Leverd, officier.

295Charles Louis Mailliez, officier.

296Charles Louis Leverd, procureur.

297Molinier, secretaire greffier.

298 Réponse de la municipalité de Wambaix

299Il n’y a dans la communautée de Wambaix que le clercq de la paroisse qui enseigne aux enfans a lire, ecrire et calculer. Chaque enfans paye par mois 5 pattars quand il apprend a ecrire et 4 avant. Les pauvres ne sont pas enseignés gratis.

300Fait a Wambais le 14 janvier.

BIBLIOGRAPHIE

301Fontaine de Resbecq, « Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le département du Nord », Bulletin de la Commission Historique du Nord, t. XIV, 1879, p. 1-426.
Arrondissement de Cambrai : p. 127-150.

2.Cambrai

302 Lettre des administrateurs de l’Ecole dominicale de Cambrai, 20 septembre 1790

303(A.D. Nord L 6887/1)

304Département du Nord
District de Cambrai

305Renseignements demandés sur les maisons ou ateliers de charité

  • 17 François Van den Burch, archevêque de Cambrai de 1615 à 1644.

Ecole Dominicale

Municipalités ou sont situés ces etablissemens

Cambrai

Et leur nombre ? Dénomination de ces atteliers

une seule fondation de la grande Ecole des pauvres de Cambrai connue sous le nom de l’Ecole dominicale

Art. Ier

Art. Ier

Origine de leur fondation, leur objet, leur accroissement et les divers changemens qu’ils ont éprouvés

En 1626 au mois de février par Mgr. Vanderbruck17 lors archeveque de Cambrai.
L’objet de cette fondation est d’enseigner gratuitement le catechisme et bonnes moeurs, a lire et écrire aux pauvres seulement qui n’ont pas le moyen d’etre enseigné ou de se faire enseigner par autrui. On ne connaît aucun changement.

Art. 2e

Art. 2e

Par qui sont ils administrés et sous quelles surveillances

Par quatre administrateurs notables de Cambrai sous la surveillance de Mgr. l’archeveque et du magistrat de cette ville conformement au testament dudit Sr. archevêque.

Art 3e

Art. 3e

Revenus et ressources

Les revenus sont de trois mil trois cents florins.

Biens fonds et leurs produits

Aucuns biens fonds sinon une portion dans le revenu de vingt rasieres de terre à Arleux commun avec l’hopital général et la table des pauvres des paroisses de Cambrai, rapportant annuellement suivant le dernier bail treize mencauds cinq pintes et deux tiers de pinte de bled.

Rentes, leurs capitaux et cours annuels

Les capitaux de toutes les rentes forment un total de quatre vingt sept mil deux cent trois florins treize patars dont le revenu annuel est de trois mil deux cent un florins quatre patars.

Octrois autorisés en faveur de ces etablissemens ? de quel genre, leur montant, leur durée.

On ne connaît aucuns octrois ni de ressources particulieres.

Et enfin quelles ressources particulieres telles que des pensions, secours, produit de quêtes, aumones

Art. 4e

Art. 4e

Rentes passives et autres charges affectées sur les revenus, frais de régie, traitement des personnes ÿ employées

On ne connaît qu’une seule rente foncière et annuelle de dix patars affectée sur ladite Ecole envers l’hopital général. Le receveur perçoit annuellement cent vingt huit florins pour droit de recette et formation de compte. Messieurs les administrateurs régissent gratis.

Dépenses ordinaires de ces maisons

La depense ordinaire et annuelle peut monter à dix neuf cent florins y compris l’entretien des batimens, les gages des instituteurs, gratifications, messes, etc...

Art. 5e

Art. 5e

Derniers comptes rendus Quel en est le résultat ?

En 1790
Deux mil quatre cent quarante neuf florins à l’époque de la St Jean Baptiste de 1790.

Etat de chaque caisse à l’epoque du 10 aout 1790 ?

A seize florins environ et depuis on a fait des dépenses et pas de recette.

Art. 6e

Art. 6e

Emplacemens et edifices a ce destinés ; leur distribution ?

Cet emplacement contient 1° au rez de chaussée trois places destinées pour le premier instituteur et autant dans le haut pour le deuxieme, au dessus un grenier 2° une cuisine, bucher, puits commun, une chapelle et la place de l’ecole ou se trouvent des galeries propres a contenir les pauvres hommes qui viennent entendre la messe.

Frais d’entretien année commune

L’entretien des batimens peut aller annuellement à 3 à 400 florins.

Etat actuel des batimens ? Réparations a ÿ faire

Les batimens habités par les deux instituteurs sont en bon etat, mais ceux de l’Ecole sont absolument defectueux.

Art. 7e

Art. 7e

Quel nombre de personnes ils peuvent contenir ? Par rapport à la capacité des batimens ?

Les batiments ou logent les deux instituteurs ne peuvent pas contenir davantage n’ayant été construits que pour eux specialement. L’Ecole et les galeries peuvent contenir douze cents personnes pour entendre la messe, mais les ecoliers qui y sont admis pour l’instruction ne sont ordinairement qu’entre cent à cent vingt.

Par rapport aux facultés de cette maison ?

Quelques soient les facultés de la fondation, les depenses extraordinaires qui peuvent survenir par une construction à neuf ne permettent pas de pouvoir contenir plus de personnes qu’il est dit cy dessus.

Nombre de personnes ÿ existantes

2 hommes. Les deux hommes sont les deux instituteurs.

A quel age et a quelle condition on ÿ est admis ?

Les pauvres ecoliers qui sont admis pour apprendre le catéchisme du diocese, la religion catholique, apostolique et romaine, les bonnes moeurs, lire, écrire etc logent chez leurs parents, viennent tous les jours ouvrables depuis huit heures et demie jusqu’a 11 et demie et depuis une heure et demie jusqu’à 4 excepté jeudi de l’aprés diner de chaque semaine, y recevoir les leçons du catéchisme historique, celuy du diocese et des autres livres pieux, apprendre a lire et ecrire etc...
On reçoit tous ceux qui se présentent quand ils savent epeler en lisant sur le témoignage de leurs pasteurs et l’examen des administrateurs.

A quel age et en quelles circonstances on en sort ?

Ils sortent quand ils paraissent suffisamment instruits ou que les parens les retirent.

Art. 8e

Art. 8e

Genre de metiers auxquels on les occupe. Préposés aux ateliers ? Gains des travailleurs ?

La fondation n’est pas chargée de faire occuper les pauvres ecoliers, ce sont leurs parents. Elle n’a pour but que de leur enseigner l’ecriture, la lecture, les bonnes moeurs la religion catholique apostolique et romaine.
On distribue tous les dimanches des liards, des livres et des images à ceux qui se distinguent et une fois l’an un certain nombre de pauvres ecoliers recite par coeur par demandes et reponses le catéchisme du diocese et historique, après quoi MM les administrateurs distribuent publiquement des prix en argent, en livres, en chemises etc... et quand ils sortent de l’ecole après s’etre bien conduits et qu’ils ont des dispositions pour l’état régulier, deux des sortants les mieux instruits sont perfectionnés dans l’ecriture, l’arithmétique etc... aux frais de la fondation et ainsy sont placés de maniere qu’il y a toujours deux pauvres ecoliers à qui la fondation donne des secours, conformement à leurs dispositions, leur conduite et leurs talens jusqu’au point de payer certaines pensions quand ils se destinent soit pour le cloître, le ministere. La fondation est en outre chargée de distribuer aux 3e dimanches de chaque mois un sol à chaque pauvre homme et vieille femme qui assistent ces jours à la messe et à l’instruction qui s’y fait tel nombre il pussse s’y rencontrer.
Les personnes préposés por l’instruction en la dite Ecole sont deux prêtres admis par Mgr. l’archeveque sur la présentation des administrateurs.
Les pauvres ecoliers apprennent des métiers sous l’inspection de leurs parents et ne rapportent rien au profit de la fondation.

Art. 9e

Art. 9e

Leur nourriture ?

Ni les prêtres ni les pauvres ecoliers ne sont nourris au compte de la fondation.
Les instituteurs ont des gages et une gratification annuelle suivant les circonstances ; ils déchargent en outre cent messes fondées en la chapelle de ladite Ecole.

Art. 10e

Art. 10e

Leur entretien

Aucun

Art. 11e

Art. 11e

Propreté

Cet article ne regarde par la fondation ; les parents des pauvres ecoliers donnent autant de propreté qu’il est possible à leurs enfants.

Salubrité

L’Ecole est un emplacement tres sain et tres elevé et on n’y admet aucun pauvre qui ait des maladies ou incommodités etc...

Art. 12e

Art. 12e

Education et enseignement
Discipline intérieure
Distribution du temps pour la prière, le travail et les récréations. Personnes préoposées au maintien de cette discipline.

Repondu aux articles 7 et 8. D’ailleurs MM. les administrateurs et instituteurs veillent soigneusement à ce que les enfans se comportent bien lors de la classe, leurs parents y veillent de leur coté.

306Donné pour reponses aux demandes y marginées par MM. les administrateurs des biens et revenus de la fondation de l’Ecole dominicale en Cambrai soussignés le vingt septembre mil sept cent quatre vingt dix.

307F. Boulanger
Watier
Fr. Franqueville

BIBLIOGRAPHIE

308Fontaine de Resbecq, Histoire de l’enseignement primaire avant 1789, Cambrai, p. 131-132.

309J. Dauvegies, Quinze siècles d’écoliers cambrésiens, Cambrai, Les Amis du Cambrésis, 1983, 104 p.

Notes

1 Fontaine de Resbecq signale la présence d’un instituteur en 1790 (p. 127).

2 Le clerc.

3 Fontaine de Resbecq ne signale pas d’instituteur à Cuvillers.

4 22 dal. 62.

5 Un seul instituteur d’après Fontaine de Resbecq (p. 139).

6 O. Dehaisnes et A. Bontemps, « Histoire d’Iwuy », Bulletin de la Commission Historique du département du Nord, 1888, t. XVIII, 380 p. ; p. 262-266, les écoles à Iwuy.

7 Environ 2 hectares 6 ares.

8 Cette fondation intervient au milieu du XVIIIe siècle. En la faisant, le chanoine Bève exige que l’école, jusqu’alors desservie par des femmes vivant en célibat, soit confiée à des religieuses. Les administrateurs de la fondation appellent alors à Iwuy des religieuses de la Congrégation des Soeurs de Saint-François de Sales.

9 Le pensionnat de cette école semble attirer des élèves d’assez loin. Le registre des sépultures signale le décès d’un pensionnaire originaire de Roye (Somme) le 17 avril 1768 (O. Dehaisnes et A. Bontemps, p. 264).

10 Fontaine de Resbecq ne signale pas d’école dans cette commune.

11 Séminaire de Hennin : voir réponse de la municipalité de Douai, p. 107-130.

12 Quatre patars par mois pour ceux qui apprennent à lire ; six patars pour ceux qui prennent des leçons de lecture et d’écriture.

13 Pas d’école à Séranvillers d’après Fontaine de Resbecq (p. 149).

14 Pas d’école à Villers-en-Cauchies d’après Fontaine de Resbecq (p. 144).

15 François de Salignac de la Motte-Fénelon, archevêque de Cambrai de 1695 à 1715.

16 La réponse de la municipalité arrive au directoire du district de Cambrai le 18 novembre 1790.

17 François Van den Burch, archevêque de Cambrai de 1615 à 1644.

Table des illustrations

Légende Réponse de Villers-en-Cauchies.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter