Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écoles et collèges dans le Nord à l'aube de la Révolution

 | 
Philippe Marchand

L'enquête

II. District d’Avesnes

Texte intégral

1. Avesnes et Maubeuge

1Réponse du directoire du district d’Avesnes, 8 décembre 1790

2(A.D. Nord L 5512)

3Par la lettre que vous nous avez fait l’honneur de nous écrire le 22 octobre dernier, vous nous demandez différens renseignemens sur les établissements destinés à l’instruction de la jeunesse. Nous nous sommes procurés autant qu’il a été possible ceux nécessaires pour pouvoir correspondre avec vous au bonheur de nos concitoyens et nous espérons M.M. par le détail ci-après satisfaire a chacun des points que vous nous avez demandé.

41° Il y a dans notre district deux collèges, l’un à Avesnes, et l’autre à Maubeuge.

  • 1 Le magistrat d’Avesnes décide de créer un collège en 1605. Les ducs d’Arschodt et de Croÿ, ainsi qu (...)
  • 2 1659.

52° Le 1er fut établi par l’autorité des anciens seigneurs et souverains d’Avesnes1. Il devint royal lors de la cession de cette ville à la France par le traité des Pyrénées2 et cet établissement fut confirmé par Louis XIV en 1661. Le second a été institué par une délibération des échevins, prévôt, conseil et bourgeois en date du 20 novembre 1614 portant acceptation de l’entrée des Jésuites en cette ville.

63° A Maubeuge l’instruction est confiée à des personnes ecclésiastiques et laïques indistinctement. Mais à Avesnes toujours à des ecclésiastiques.

74° A Maubeuge le traitement du principal est de 900 livres, celui du professeur de rhétorique de 800, celui de la seconde classe de 700 et ceux de troisième, quatrième, cinquième, sixième de 600 chacun.

8A Avesnes au contraire le principal n’a que 800 livres et les trois professeurs 600 livres chacun y compris celui des cantuaires qu’ils déchargent.

95° Ces deux collèges ont été administrés chacun par un bureau particulier composé d’un représentant de l’archevêque, du premier officier de justice, du procureur du Roi, de deux officiers municipaux, de deux notables et du principal.

106° On enseigne dans l’un et l’autre de ces collèges les classes d’humanités, la rhétorique, la grammaire française, la géographie, l’histoire sacrée et profane et l’arithmétique.

  • 3 Au collège d’Avesnes, les externes doivent payer 10 patars et les pensionnaires 20 patars de droit (...)

117° L’enseignement y est gratuit3, le feu et la chandelle se paient.

128° La durée des études est de six ans depuis la sixième jusqu’à la rhétorique inclusivement.

  • 4 Réglement d’études et de discipline pour les collèges du ressort du Parlement de Flandres formé en (...)

139° On y suit le régime et la discipline indiqués par le réglement pour les collèges du ci devant parlement de Flandres4.

1410° Il y avait 88 écoliers au collège d’Avesnes le 20 octobre 1790 dont 57 y résidaient.

15A la même époque, il se trouvait en celui de Maubeuge 50 pensionnaires et 15 externes.

1611° Chaque classe peut contenir 50 ecoliers. Le college de Maubeuge peut loger environ 400 pensionnaires et celui d’Avesnes moyennant une depense en logerait 140.

1712° On y est admis à dix ans lorsqu’on sait lire et ecrire.

1813° Ces deux colleges sont bien situés, leurs positions sont agreables et l’air y est bon. Les batimens de celui d’Avesnes sont en mauvais etat et ceux de Maubeuge sont trés bien batis et mis sur un grand terrein, il y a beaucoup de batimens, une chapelle considerable, une sacristie, basse-cour, bucher et quantité de batimens necessaires à un pensionnat.

1914° Le revenu du collège d’Avesnes se monte a deux mille livres environ et celui de Maubeuge à 9000 livres et quelque fois plus.

2015° Le revenu de celui d’Avesnes sert a payer le principal et les professeurs, à leur fournir le bois et la lumière ; le revenu de celui de Maubeuge est employé au paiement du principal, des professeurs, maître de quartier, appointemens du secretaire du bureau d’administration, gages du portier, distribution des prix et à l’entretien des batimens.

2116° Le collège d’Avesnes est chargé d’environ 50 Livres de France de rente et celui de Maubeuge n’en doit aucune.

221 7° Le dernier compte rendu a Maubeuge est du 31 août 1790 et à Avesnes de 1788.

2318° Par l’arrêté du dernier compte de la ville de Maubeuge il reste en caisse 5783 Livres 12 sols 3 deniers et l’administration de la ville d’Avesnes est au niveau.

  • 5 Sur Maubeuge, cf. réponse p. 44-47.
  • 6 Fontaine de Resbecq, « Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont for (...)

24Il y a de plus a Maubeuge5 et a Solre-le-Chateau6 une ecole dominicale entretenue par les deux communes respectives à leurs frais et depens ; et des communautés de religieuses qui tiennent des pensionnaires et se pretent a l’instruction de la jeunesse.

25Avesnes, le 8 decembre 1790

BIBLIOGRAPHIE

26J. Peter, « Autres documents pour servir à l’histoire du Collège d’Avesnes », Mémoires de la Société archéologique et historique de l’arrondissement d’Avesnes, 1930, t. 13, p. 38-42.
L’auteur résume les réponses concernant le collège d’Avesnes.

27Ch. Croix, « Le collège d’Avesnes des origines à 1790 », dans Notices et documents sur l’histoire d’Avesnes et de l’Avesnois, Avesnes, Editions de l’Observateur, 191 p., p. 143-168.
Résumé des réponses concernant le collège d’Avesnes.

28« Avesnes, collège d’humanités » dans M.M. Compère et D. Julia, Les collèges français XVIe-XVIIIe siècles, t. 2, Répertoire France du Nord et de l’Ouest, Paris, I.N.R.P., C.N.R.S., 1988, p. 72-76.

2. Maubeuge

29Réponse des administrateurs du collège de Maubeuge et compléments de la municipalité de Maubeuge, 19 novembre 1790
(A.C. Maubeuge H3)

30Renseignements donnés par Messieurs les Administrateurs du Collège royal de Maubeuge a Messieurs les Officiers municipaux de ladite ville en réponse à la demande du 28 octobre 1790

  • 7 1re avril 1765.

311° II y a à Maubeuge un collège connu sous le nom de Collège royal depuis que les Jésuites ont cessé de le desservir7.

  • 8 Le contrat de fondation du collège est passé entre la ville et le provincial des Jésuites en 1616. (...)

322° Ce collège a été institué par une délibération des Echevins, prevot, conseil et bourgeois de Maubeuge, en datte du 20 novembre 1614 portant acceptation de l’entrée des Jesuittes en cette ville, a condition d’enseigner et de tenir les mêmes classes que ceux de Mons et de Valenciennes, a commencer du jour de la St Remy 16158 en considération de quoi l’exemption leur est accordée sur la bierre et le vin nécessaire a leur consommation.

33Par autre délibération du 5 juillet 1675 les dits bourgeois ont consenti la constitution d’une rente de cent vingt florins au profit dudit collège pour concourir aux fraix de réédification des classes laquelle constitution a été confirmée par arret du Conseil du 1° mars 1701 avec condition aux Jesuittes d’entretenir toujours trois régents.

  • 9 A.D. Nord Placards 8351. Citées dans Jennepin, t. 2, p. 686-689.

34Par lettres patentes du 12 decembre 1767 enregistrées au Parlement de Flandres le 15 janvier 17689 le roi reconnaissait la situation avantageuse de la ville de Maubeuge qui se trouve au centre de la province de Hainaut et l’importance de cette ville, a ordonné que le collège de ladite ville sera et demeurera conservé conformément, en tant que de besoin, a l’etablissement ancien dudit collège.

353° L’instruction est confiée a des personnes laïques et ecclésiastiques indistinctement, il y a, dans ce moment ci, autant des uns que des autres.

364° Le traitement du principal, professeurs et régents est déterminé par les lettres patentes du 12 decembre 1767. Le principal a 900 livres, le professeur de rhétorique 800 livres, le regent de seconde 700 livres, ceux de troisieme, quatrieme, cinquieme et sixieme chacun 600 livres.

  • 10 Edit du Roi portant réglement pour les Collèges qui ne dépendent pas des Universités, février 1763 (...)

375° Les professeurs et regents sont sous la surveillance du principal. Le collège est administré par un bureau composé conformément aux dispositions de l’art. 6 de l’edit du mois de fevrier 176310, d’un représentant de l’archeveque, du premier officier de la justice, du procureur du roi, de deux officiers municipaux, de deux notables et du principal.

386° On y enseigne les langues latine et française conformement au reglement d’etude pour les collèges du ressort du parlement de Flandres formé en execution des lettres patentes de 1766 et 1767.

397° L’enseignement y est gratuit.

408° La durée des etudes est de six ans depuis la sixieme inclusivement jusqu’à la rhétorique exclusivement.

  • 11 Réglement d’études et de discipline... 13 août 1768.

419° On ÿ suit le regime et la discipline indiquée par le reglement de discipline pour les colleges du ressort du parlement de Flandres11.

4210° Le vingt octobre, il s’y trouvait cinquante pensionnaires et quinze externes.

4311° Chacune des classes peut contenir cinquante écoliers ; on pourrait loger dans les dortoirs 350 et 400 pensionnaires.

4412° On est admis quand on sait lire et écrire ; il y a même deux maîtres de quartiers dont l’un est chargé de préparer les enfans a entrer en sixieme, l’autre a donner les éléments de la géographie, de l’arithmétique et de l’histoire.

4513° L’emplacement du collège est très avantageux. Sa situation en haut et a l’extrémité de la ville en rend l’habitation très salubre et très agréable. On y respire un air pur qui vient de la campagne.

46Les batimens sont beaux vastes et commodes ainsi que les cours et jardins ; ils sont en très bon état. Le rez de chaussée comprend deux réfectoires, deux cuisines et leurs offices, une chambre ou chauffoir, et la salle d’assemblée du bureau d’administration, dessous ce batiment une grande cave et quatre autres souterrains.

47Le pensionnat occupe deux étages divisés en quatre dortoirs, trente chambres, deux autres chambres de domestiques et un quartier est composé de deux pièces et de trois cabinets pour le principal. Un corps de batiment séparé qui sert à trois classes et le dessus comporte une salle commune d’etude capable de contenir environ quatre cent ecoliers.

48Un autre batiment neuf servant a quatre autres classes et au logement du portier. Le dessus sert au logement des professeurs et regents, ils ont chacun une chambre et un cabinet.

49Une grande chapelle ou eglise qui suffirait a contenir deux mille ames.

50Une sacristie dont le dessus est propre pour y construire de nouvelles chambres.

51Trois greniers.

52Une cour ou les éleves prennent l’air, jouent et s’amusent.

53Deux basses cours, plusieurs buchers et endroits pour y mettre le charbon.

54Un grand jardin et un petit.

55Une boulangerie, une dépense et deux caveaux.

56Et tous ces batimens et terreins susceptibles et propres a faire des augmentations.

5714° Les revenus consistent en rentes et biens fonds. Ils montent année commune à 9000 livres de france et lorsque les bois sont coupés ils vont assez ordinairement a dix mille livres.

5815° Les revenus sont employés au payement des honoraires des principal, professeur, régents, maître de quartier, appointement du secretaire du bureau d’administration, gage du portier, a des distributions de prix ; au service de l’oratoire et quelque chose a l’entretien des batiments.

5916° Il n’y a pas d’autres charges que les objets détaillés en l’article 15 cidessus.

6017° Les derniers comptes ont été rendus le 31 aout 1790.

6118° Il est résulté de l’arrêté du dernier compte qu’il restait en caisse cinq mille sept cent quatre vingt trois livres douze sols trois deniers.

  • 12 D’après Jennepin, la fondation de l’école dominicale de Maubeuge remonterait au XVIe siècle.

62Il y a de plus une Ecole dominicale12 pour les premiers principes de la lecture et de l’ecriture. On y reçoit indistinctement les enfans de l’un et de l’autre sexe, riches et pauvres. On y donne la leçon gratuitement a 45 ou 50 pauvres. Le maître d’ecole est aux gages de la ville a raison de 450 livres et son logement consistant en quatre pieces au rez de chaussée y compris l’ecole qui peut contenir 70 à 80 ecoliers.

  • 13 Les Sœurs Grises sont des religieuses du tiers ordre de Saint-François. Les Soeurs Noires appartien (...)

63Un couvent de Soeurs grises et un de Soeurs noires13. On y tient des pensionnaires a pension et demie pension. Ces deux communautés s’occupent de le jeunesse. Elles leurs donnent les premiers principes de la lecture et de l’écriture et a former des eleves pour le menage.

64Le nombre de leurs eleves peut etre de 40 à 50 dans chacune communauté. Ce nombre varie suivant les circonstances. Mais on pourrait le porter plus haut dans l’une et l’autre de ces communautés dont les batiments sont spacieux et en bon etat.

65La fondation du couvent des Soeurs noires est de 1455 et celle des Soeurs grises de 1484.

  • 14 L’ermitage apparaît vers le milieu du XVe siècle. Les ermites y vivent sous la règle de Saint-Antoi (...)

66Il existe aussiy un hermitage14 dans le Bois du tilleul banlieue de cette ville reconstruit supérieurement de neuf depuis cinq a six ans a l’exception de la brasserie. On y enseigne les premiers principes de la lecture et de l’ecriture et ceux de la langue latine pour disposer les eleves d’entrer dans les colleges. Les maîtres sont deux ou trois hermites de la regie de St Antoine, ils tiennent des ecoliers a pension et demie pension, le nombre est ordinairement de 40 à 50 tous logés au 1re etage.

67L’hermitage est situé dans le milieu du bois du tilleul, sur trois journels environ d’heritage dont une partie est en jardin potager ; une houblonniere et une pature plantée d’arbres fruitiers et l’autre en cour et avant cour servant de recreation aux ecoliers. Cet hermitage est sous la direction de M. Lepage grand vicaire du diocese et visiteur de pareille maison. Il y a egalement une chapelle batie a neuf ou un pretre dit la messe les festes et dimanches. A porté de l’hermitage il a de trés bonne eau de source.

68Fait en conseil municipal a Maubeuge ce 19 novembre 1790.

BIBLIOGRAPHIE

69A. Jennepin, Histoire de la ville de Maubeuge depuis sa fondation jusqu’en 1790, Maubeuge, 2 vol. , 1889-1909, 450 et 791 p.
L’auteur publie :
— les articles 3 à 17 du rapport des administrateurs du collège de Maubeuge (t. 2, p. 692-695) et la description des écoles des Soeurs Noires et des Sœurs Grises (t. 2, p. 683-684) qu’il date de 1789.
— la description de l’ermitage du Bois du Tilleul (t. 2, p. 680-684) et la présentation de l’école dominicale (t. 2, p. 673) sans erreur de datation.

70R. Costenoble, Enseignement et vie scolaire à Maubeuge de 1762 à 1803, Mémoire de maîtrise, Université de Lille III, 1971, 235 p., p. 216-220.
Publication de la réponse des administrateurs du collège de Maubeuge et des compléments de la municipalité.

71Maubeuge, collège d’humanités dans Les collèges français..., t. 2, p. 458-461.

Notes

1 Le magistrat d’Avesnes décide de créer un collège en 1605. Les ducs d’Arschodt et de Croÿ, ainsi que les abbayes voisines de Liessies et de Maroilles encouragent cette initiative. On ne peut dater avec précision le début de l’exercice de cet établissement qui ne comprend qu’un seul régent jusqu’en 1659.

2 1659.

3 Au collège d’Avesnes, les externes doivent payer 10 patars et les pensionnaires 20 patars de droit d’écolage depuis 1699.

4 Réglement d’études et de discipline pour les collèges du ressort du Parlement de Flandres formé en exécution des lettres patentes de 1766 et 1767portant confirmation de ces établis semens, 13 août 1768, Douai, chez Willerval, 51 p. + 15 p. + 4 p. (A.D. Nord C 18 897).

5 Sur Maubeuge, cf. réponse p. 44-47.

6 Fontaine de Resbecq, « Histoire de l’enseignement primaire avant 1789 dans les communes qui ont formé le département du Nord », Bulletin de la Commission Historique du Nord, t. XIV, 1879, 473 p., p. 117 et p. 367-373 (acte de fondation de l’école dominicale par Marie de Lannoy, marquise de Berghes).

7 1re avril 1765.

8 Le contrat de fondation du collège est passé entre la ville et le provincial des Jésuites en 1616. C’est seulement à l’automne 1619 que débute l’exercice.

9 A.D. Nord Placards 8351. Citées dans Jennepin, t. 2, p. 686-689.

10 Edit du Roi portant réglement pour les Collèges qui ne dépendent pas des Universités, février 1763 (A.D. Nord Placards 8178, no 1050).

11 Réglement d’études et de discipline... 13 août 1768.

12 D’après Jennepin, la fondation de l’école dominicale de Maubeuge remonterait au XVIe siècle.

13 Les Sœurs Grises sont des religieuses du tiers ordre de Saint-François. Les Soeurs Noires appartiennent à l’ordre mendiant de Saint-Augustin.

14 L’ermitage apparaît vers le milieu du XVe siècle. Les ermites y vivent sous la règle de Saint-Antoine. L’existence de leur pensionnat est attesté dès le milieu du XVIIe siècle. Vers 1750, il reçoit 50 pensionnaires (Jennepin, t. 2, p. 681).

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter